Une pierre à l'édifice

photo de l'auteur setsuko
Setsuko
Femme de 27 ans
Genève

1 remerciement
Bonjour tout le monde ( Je suis désolée, mon orthographe est douteuse )

J ‘ai pas mal réfléchis avant d’écrire ce poste. Je me suis décidée après
avoir lu un des dernier sujet qui m’a fait un peu tiquer quand
même.

Je voudrais faire part de mon histoire, de mon expérience. Je pense qu’elle pourrait
éventuellement aider certaines personnes un peu perdues, qui se
posent des questions , qui ne comprennent pas tout et faire peut-être
réfléchir d’autres.

Je voudrais parler de mon orientation sexuel. Ça a été un peu chaotique ces derniers
temps pour la simple et bonne raison que je ne savais plus trop où
j’en étais alors que j’étais convaincu que ça ne changerai
jamais, que j’étais comme ça et pis c'est tout.

J’avais environ 14ans quand j’ai fait mon coming out. Voilà, maman , papa , je suis
lesbienne… et ensuite, le moment des ami ( e ) s . Pour la petite parenthèse,
tout le monde a bien réagit sauf mon père pour qui ça a été
plus dur mais j’étais sa fille, point barre ( j’ai eu beaucoup
de chance ). En ce qui concerne cette partie , je ne peux qui vous
conseiller de faire à votre rythme , c’est votre vie et pas celle
des autres. Personnellement, je dit ce que je pense et ce que je
suis et si ça ne plaît pas, va voir ailleurs.

J’ai vécu des années en étant lesbienne , j’avais de l’attirance pour les
filles et que pour elles !


J’ai une très mauvaise santé – soyons honnête, elle est pourrie , mais ne
partons pas la dessus sinon on a pas finit – et environ vers mes
20 ans , j’ai eu envie d’être seule , sans copine , sans une
histoire de couple et ensuite, une vie sans sexe pas parce que je
n’aime pas ça mais j’ai ressentie la nécessité d’avoir du
temps , sans penser à tout ça, j’avais juste besoin de m’occuper
de moi, de ma santé et je voulais avoir le temps de me ressourcer.


Pendant ces 5 ans environ ma vision des choses, de la vie a énormément changé et je me suis rendue compte que je ne cherchais plus une fille , pas un homme non
plus et pourtant, je cherchais quand même quelqu’un . Je me suis
mise à re sortir en soirée, à rencontrer des gens de tout genre :
De milieux différents , de façon de penser, hommes, femmes, trans,
travesties , de tout en faite.

Et là, je me suis rendue compte que j’aimais tout le monde. J’ai eu parlé avec des
personnes qui physiquement ne me plaisaient pas et pourtant , elles devenaient magnifique à mes yeux si son être, si son esprit me plaisait.

Alors, je suis encore à me poser des questions : Oui mais jusqu’à quel
point cela peut aller ? Est-ce que je me vois avec une personne
beaucoup plus vieille même si l’alchimie passe ? Est-ce que
je me vois avec quelqu’un qui a une caractéristique physique qui
me dérange beaucoup – les personnes très poilu par exemple é.è
– et je me dis que je n’aurais probablement jamais de réelles
réponses mais ça me va très bien . Je pense que je peux me
qualifier de pansexuel mais après tout , je ne cherche pas
obligatoirement à mettre un nom sur ce que je suis.

Tout ça pour vous dire qu’il n’y à pas d’âge pour ce découvrir et la phrase :
Tu le sais depuis toujours que tu es lesbienne mais tu n’osais pas
te l’avouer. Genre, tu as toujours aimé le chocolat mais tu
n’osais pas te l’avouer...Ça n’a pas de sens ,on ce découvre
tout les jours .

Ensuite , vouloir mettre à tout pris un nom sur son orientation n’es pas du tout une
obligation , ça ne sert à rien de ce mettre la pression pour ça ,
vous êtes qui vous êtes !

Merci à tout ceux qui ont eu le courage de tout lire ;-)


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Une histoire de vie intéressante, c'est une bonne idée que tu as eu d'en parler, de poser les mots ici même. Et tu as raison -mille fois raison- dans ta conclusion. Il n'est pas nécessaire de mettre un nom sur ce que nous sommes, nous sommes, point barre, tout comme nous sommes perpétuellement à la découverte de nous-mêmes. C'est une philosophie de vie mais plus encore une manière d'appréhender notre existence, nos relations, notre être.

Cela étant, bien que nous soyons un ensemble de choses, je pense qu'il ne faut pas non plus ignorer cette multitude d'éléments qui nous définissent. Mais il ne faut pas nous focaliser sur un point précis si cela n'offre rien de pertinent. Au final, homo, hétéro, bi, pan, tout cela n'est qu'une manière plus ou moins personnelle de définir une relation -sexuelle ou sentimentale-, et l'interprétation peut varier selon les points de vues.

Disons donc que c'est un élément dispensable, qui n'est pas forcément nécessaire pour s'épanouir et qui peut même devenir envahissant si l'on cherche trop à le définir. Apprendre à être sois-même, c'est aussi comprendre que nous ne nous arrêtons pas seulement à ce que nous sommes mais aussi à ce que nous faisons.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
C'est cool d'avoir cette reflexion sans cases sans prises de tetes sans reelles definitions d'accepter juste que tout peut arriver et que de toutes manieres c'est comme ca et que ca sert a rien de chercher a tout prix a se ranger! 
Mais pour partir dans le debat un peu du coup est ce que tu penses que les gens sont prets a accepter ca? A accepter de ne pas correspondre a des cases et a ne pas avoir de definitions precises qui les aident a se definir et a se raccrocher a des.. Communautees de gens similaires ? Parce qu'en soit les gens se rangent eux meme dans ces cases. Personne ne les pousse a me faire

photo de l'auteur Kattarsis
Kattarsis
Homme de 29 ans
Strasbourg

66 remerciements
C'est un témoignage intéressant, en effet beaucoup se bloquent dans une sexualité qu'ils pensent être fixe, et ne se rendent pas compte que leur goûts ont pu changer. C'est dommage de se bloquer pour des principes et ne pas s'écouter réellement. 

C'est d'ailleurs pour cette raison que je n'ai finalement pas mis "gay" sur mon profil, car en 10 ans ma sexualité a été bien changeante, et ça peut tout à fait recommencer.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@Kattarsis: Effectivement, notre sexualité n'est pas nécessairement inscrite dans le marbre, nous changeons bien physiquement, nous changeons aussi mentalement, notre orientation peut donc en être affectée.

Sans compter que comme je l'ai dis, l'orientation que nous nous donnons peut avoir un sens différent selon les personnes. Personnellement, je me considère comme gay mais selon d'autres critères et personnes je suis bi ou pan ou que sais-je encore. C'est là un point très personnel et en même temps très collectif.
Au final, le mieux reste sans doute de ne pas chercher à se définir pour ne pas être défini par les autres. Une sorte de liberté auprès des autres acquise par une liberté individuelle.

photo de l'auteur setsuko
Setsuko
Femme de 27 ans
Genève

1 remerciement
Citation de Atchoum96 : Mais pour partir dans le debat un peu du coup est ce que tu penses que les gens sont prets a accepter ca? A accepter de ne pas correspondre a des cases et a ne pas avoir de definitions precises qui les aident a se definir et a se raccrocher a des.. Communautees de gens similaires ? Parce qu'en soit les gens se rangent eux meme dans ces cases. Personne ne les pousse a me faire


Je suis d accord  avec toi,  certaines personnes ont le besoin  de pouvoir se définir en tant que bi,  homo ect et du coup,  ça leur paraît impensable de voir les choses comme moi et je le respect. 

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit