"Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon Dieu ?" : l'intersectionnalité humoristique ? - Page : 2

Cinéma Théâtre Opéra - Créé le - 66 Participations

"Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon Dieu ?" : l'intersectionnalité humoristique ? - Page : 2

Citation de Ivysaur #292867

En fait "black" c'est une sorte d'édulcoration de langage. C'est devenu courant mais en France on devrait tous dire "noir(e)", il n'y a rien de gênant en ça.


0 vote

C'est ce que je voulais dire Lunik :)


0 vote

Je n'ai aucunement dit qu'il y avait quelque chose de gênant avec le terme, mais le problème n'est justement pas lié à l'anglicisme qui n'a rien de gênant non plus.


0 vote

Quand je dis pas d'anglicisme c'est pour rigoler :). C'est juste que ça me fait penser un professeur de médiévale que j'avais à la faculté. Pendant les exposés quand quelqu'un sortait un terme en anglais. Il s'écriait " pas d'anglicisme". Il était monarchiste et sortait des expressions très amusantes comme " parfaitement désobéissant" " quand il eut le bon gout de mourrir " quand il eut le bon gout de passer de vie trépas" ou encore "c'est fini de pépier".

Mais j'avais déjà entendu des personnes noires dans des vidéos qui n'aime pas l'usage du terme black.


0 vote


Citation de Crocodilesan #292881

C'est vrai il y a des personnes qui n'aiment pas le mot "black". Dans un livre que j'ai lu récemment un des chapitres s'intitule "Je suis noir et je n'aime pas les blacks". L' auteur parle des idées associées à cet anglicisme. (Ton prof avait l'air bien fun ^^)

Ivysaur, j'avais compris que tu ne trouvais pas le mot noir gênant. C'est juste que certaines personnes ne l'utilisent pas, c'est "pas cool" de dire noir.

Finalement ce film aura créé pas mal de sous-sujets : p


0 vote

Mon prof était monarchiste assez fermé d'esprit surement mysogine. Faisant beaucoup de clichès sur les femmes, italiens chinois ou britanniques


0 vote

J'ai plus ou moins suivi le débat. Et même s'il n'était pas le sujet principal, je trouve que ça reste intéressant. Crocodilesan, tu ne m'as pas l'air d'être un mauvais gars. Tu me donnes juste l'air d'être, comme beaucoup de gens, saoulé de ce que tu peux lire sur les réseaux sociaux. Et les réseaux sociaux sont juste diaboliques. Ils nous mènent à absolument choisir un camp. Il n'y a plus de juste milieu, il n'y a plus de nuance, rien que du choquant et du sensationnel qui divise. Et, à la fin, on se retrouve à ne plus juste devoir choisir entre le bien et le mal mais entre "la peste et le choléra" (ou entre de la merde et du vomi, si on veut être plus actuel). C'est extrême droite ou extrême gauche. Aujourd'hui, c'est : "Tu peux choisir entre le mal et le mal. A toi de prendre le moindre mal, mon pote". Et on lit sur ces réseaux des choses qui nous poussent encore plus dans nos convictions et qui nous poussent à détester encore plus nos "adversaires". Et ça ne se limite pas à internet, ça se voit en dehors aussi.

Mark Zuckerberg a chanté ses propres louanges devant tout le monde quand s'est révélé le "printemps Arabe" mais il n'est pas venu faire sa pub quand Daech est monté. Etonnant, hein ? (Erratum : c'étaient surtout les médias qui le présentaient comme ça, lui ne faisait preuve que de fausse modestie). Bref, ces réseaux sociaux sensés "relier la société" ne font que la fracturer. Mais sommes-nous prêts à l'avouer ?

En tout cas, dire que les Noirs sont responsables de leur merde et refuser de reconnaître que la colonisation a fait du mal au continent africain, ça revient à dire que le communisme n'a eu aucun effet néfaste sur la Russie et les pays aux alentours, ça revient à dire que le nazisme n'a eu aucun effet néfaste sur les Juifs d'Europe (point Godwin gna gna) ; c'est du négationnisme, en quelque sorte. Après, la façon dont certains pays et groupes africains y ont réagi n'est évidemment pas appropriée. Comme par exemple, ce groupe qui s'appelle "Boko Haram" au Nigéria (qui en gros, en français veut dire Occident = caca boudin) qui n'apporte franchement rien. Si on se bloque dans le passé et la paranoïa, on peut évidemment pas avancer. En Corée du Nord, par exemple, la population est maintenue dans une paranoïa qui lui fait croire que les USA veulent détruire le pays à tout prix. La réaction de ce pays maintient la population dans la misère et tout le monde là-bas à l'air de sortir d'Auschwitz (à part le gros-lard-en-chef qui n'a pas l'air de manquer de bouffe, lui). Ca ne fait pas avancer les choses que de rester dans le passé.

Pour ce qui est du film, c'est chouette qu'on décide d'y montrer des femmes noires et lesbiennes. Et le féminisme intersectionnel est certainement le mouvement civique le plus complet qu'il puisse exister parce qu'il est capable de reprendre à la fois la lutte des femmes, des gens non-blancs et des homosexuels. Une lutte complète qui ne doit pas pour autant se lancer dans la diabolisation de l'homme blanc hétéro parce qu'il n'est pas aussi mauvais qu'on puisse le penser. Christian Clavier (un homme blanc hétéro, justement) est vraiment un chouette gars et il a déjà montré son soutien à l'homoparentalité avec "On ne choisit pas sa famille" (film que j'adore, le duo Christian Clavier/Muriel Robin y est trop drôle). Et il choisit maintenant de montrer en quelque sorte sa "société française idéale". Je n'apprécie juste pas trop que les femmes dans ce film soient des sortes d'"accessoires" au comique de la situation. Je n'ai pas vu le premier et je ne verrai pas le deuxième parce que je sais que je ne vais pas apprécier et que j'ai mes propres réticences, parce que je ne pense pas qu'on vit au pays des bisounours non plus, mais j'apprécie l'intention de Clavier, en tout cas, qui n'est certainement pas mauvaise.


0 vote

J'ai vu le premier film que j'avais bien aimé. Il était tellement caricatural et "égalitaire" qu'il était difficile d'y avoir du racisme. J'avais bien rigolé. Je vais voir quand je vais voir celui-là. C'est toujours difficile de faire une suite à un film.

Citation de Crocodilesan #292673

Ca prouve que les noirs sont des êtres humains commes les autres puisqu'ils peuvent être racistes commes les autres êtres humains.

Au sujet de l'opposition noir/black, notre langue est de toute façon pleine d'anglicismes en particulier dans une partie du monde militant "intersectionnel" qui utilise "plaining", "white tears" ou "safe" à tire larigot.

Plus largement, l'homophobie telle que nous la connaissont en Afrique est issue de la colonisation. C'est les colonisateurs qui ont importé l'homophobie violente en Afrique avec la religion entre autres. Les cultures africaines tradictionnelles toléraient plus ou moins l'homosexualité on va dire (comme le monde arabo-musulman). La grande condractiction dans cette affaire est qu'aujourd'hui les homophobes africains disent que lutter contre l'homosexualité, c'est lutter contre les colonisateurs impérialistes occidentaux alors que la lutte contre l'homosexualité est avant tout une "valeur" occicentale (pareil dans le monde arabo-musulman). C'est un peu le monde à l'envers.

Au sujet de Rokhaya Diallo, elle ne représente qu'elle-même mais le problème, c'est qu'elle se présente et on la présente plus ou moins comme la porte-parole des noirs même si elle le dit pas clairement. Elle fait clairement partie de l'extrême droite noire light qui présente bien et tient un discours modéré devant les caméras de télé et radical le reste du temps avec indirectement une certaine justification du viol des femmes non-voilées entre autres. Sans oublier qu'elle fait du pinkwashing. Elle ferme aussi les yeux sur le cyberharcèlement que ses soutiens font subir à ses opposants.

Je suis assez d'accord avec Crocodilesanet et Desiles54 pour résumer ma pensée.

Citation de Ivysaur #292811

Fait attention, n'oublie pas que t'es un homme blanc qui est en train faire la leçon à une femme racisée. Tu me déçois ^^

Pour en revenir au sujet initial, je pense que le couple homosexuel était un peu la "pièce manquante".


0 vote


41 remerciements

Yotuel ,

"Pour en revenir au sujet initial, je pense que le couple homosexuel était un peu la "pièce manquante"."

C'est un peu ce que j'ai ressenti. Mais pour être incongru et donc drole, fallait que ça tombe sur une famille traditionnelle très attachée au mariage. Et le choix d'une famille d'un pays traditionnel dont les membres ont un grand attachement mutuel, permet plus facilement le happy end où l'humanité prend le dessus sur les conventions (je spoile un peu là ^^). Cela fait donc un peu rustine, mais reste dans la vraisemblance.

"Plus largement, l'homophobie telle que nous la connaissont en Afrique est issue de la colonisation. C'est les colonisateurs qui ont importé l'homophobie violente en Afrique avec la religion entre autres. Les cultures africaines tradictionnelles toléraient plus ou moins l'homosexualité on va dire (comme le monde arabo-musulman). La grande condractiction dans cette affaire est qu'aujourd'hui les homophobes africains disent que lutter contre l'homosexualité, c'est lutter contre les colonisateurs impérialistes occidentaux alors que la lutte contre l'homosexualité est avant tout une "valeur" occicentale (pareil dans le monde arabo-musulman). C'est un peu le monde à l'envers."

Assez d'accord avec cette analyse.

"Au sujet de Rokhaya Diallo, elle ne représente qu'elle-même mais le problème, c'est qu'elle se présente et on la présente plus ou moins comme la porte-parole des noirs même si elle le dit pas clairement."

Le problème de notre société obligée de reconstruire une solidarité dans un groupe d'origines culturelles plus vaste dont chacun avaient et a souvent encore sa propre solidarité, et pour se faire ayant interdit les anciennes inégalités et de critiquer les différences, chacun n'a plus le droit que de critiquer sa propre communauté d'origine, et de moins en moins envie de le faire si sa communauté se fait critiquer. Tout pousse à ce que chacun choisisse son camps et défende les siens, ce qui favorise l'émergence de leaders communautaires. On parle beaucoup de liberté d'expression, elle a rarement été aussi réduite en France qu'actuellement, même si évidemment on pourrait faire pire (ce qui n'est plus exclu à l'avenir).

Plus globalement on aurait pu valoriser le "racé", la biodiversité, la diversité culturelle maitrisée, mais la négation des différences et les revanches des injustices passées ont créé des racisés racistes, puis des racistes racisés, autrement dit beaucoup de potentiels racistes ^^


0 vote

De toute manière le racisme a toujours existé comme la xenophobie.

Je parlais avec un ami à mon père il y'a peu. Je prècise je suis originaire d'un petit village de montagne en Corse. Quand les sardes et des italiens sont arrivés sur l'île. Les premiers migrants ils étaient extrêmement mal vus. Ils étaient nommés les lucchesi pour les premiers (en référence à la région de Lucca) et les autres les sardignoli et c'étaient souvent les bouc-émissaires. Ils avaient la réputation d'être des menteurs et des voleurs, des gens de peu. L'ami à mon père avait toujours un ressentiment envers ces gens là " ils se prennent aujourd'hui pour plus corses que les corses". D'ailleurs parfois quand mon père est énervé en voiture après quelqu'un il emploie parfois ce terme de "sardignolu" comme une forme d'insulte comme il utiliserait le terme sumeru (ane). Du coté de ma mère je suis originaire d'Isère avec des racines lucchesi justement et les italiens étaient aussi mal vus au départ :).

Pour en revenir à la Corse ensuite ça était au tour des continentaux nommés pinsuti ( ce qui signifie pointu en rapport aux chapeaux pointus que portaient les gendarmes français après la conquête de l'île). Il existe aussi le terme gaulois et encore aujourd'hui ce terme péjoratif est employé. Le gaulois est vu une grande gueule, un radin, un lache et collabo, alors que le corse lui est fier, a de l'honneur et est généreux.

Les pieds noirs arrivés dans les années 1960 aussi étaient mal vus car ils ont reçu des aides de l'Etat pour s'installer et des terrains ont été spoilés aux corses pour être donné aux pieds noirs pour avoir des exploitations. Or certains d'entre eux vont vendre du vin frelaté. C'est une des raison de la naissance du FLNC qui reprend la dénomination du FLN algérien. Les pieds noirs sont des colons qu'il faut chasser des terres corses. La valise ou le cercueil ect. Instauration aussi de l'impôt révolutionnaire pour financer le mouvement qui devriendra les années passants une forme de racket.

Après assez récemment tu as eu les portugais et les marocains qui ont de fortes communautés sur l'île. Début des années 2000 il y'avait encore des bagarres entre jeunes corses et jeunes maghrébins. Les marocains ont toujours la réputation chez une certaine partie de la population d'être des vendeurs de drogue, des terroristes et des conquérants voulant répandre l'islam. Le Flnc avait d"ailleurs à l'époque supprimé des dealers d'origine maghrébine.

Alors d'où viennent tous ces clichés. Simplement la Corse est une île avec une population qui c'est réfugiée dans les terres, dans la montagne pour éviter les raids des barbaresques au départ d'Alger qui faisaient énormément d'esclaves et de rapines. Les jeunes hommes étant éduqués dans l'Islam pour devenir des combattants. Les plus connus étant Hassan Corso (Pierro Paolo Tavera) général de l'armée ottomane, caïd d'Alger et régent de la ville d'Alger, Mami Corso ( Phillipo de Pino) grand pirate qui a enlevé des centaines voir milliers de corses (un traitre en somme ^^) ou encore Mourad Bey ( de son vrai nom Jacques Senti) bey de Tunis et fondateur de la dynastie des Mouradites (1613-1702). Les femmes étaient elles mises en esclavage dont la plus connu Marthe Franceschi dit Davia deviendra épouse du Sultan du Maroc Mohamed III. Elle est don l'ancêtre de l'actuel roi du Maroc. Enfin la Corse a été sous domination de Pise puis de Gènes. Les génois n'avaient aucune autorité sur l'intérieur de l'île. Le système est clanique et il y'a des grandes familles les Sgio, la justice est privée (la vendetta).

En 1007 Sambucciu d'Alandu avait mis en place à l'intérieur de l'île un régime fédéral avec un système de cantons, avec pour chaque village deux pères et un podestat élus par les habitants (dont les femmes dans certains), un magistrat nommé un an sensé représenté les habitants dans une assemblée générale). Les génois détruiront ce système. En 1729 les corses se révolteront face à Génes et son imposition trop importante, en 1735 première constitution (plus un réglement). Une charté rédigée par Hyacinte Paoli commence même par " Tous les hommes naissent libres ét égaux entre eux". En 1755 la constitution corse est instituée, la nation corse est libre, le drapeau la testa mora drapeau national, l'hyme national le Dio Salvi Regina, enfin elle institue la séparation des pouvoirs éxécutif, législatif et judiciaire. Les minorités comme les juifs acquièrent la liberté de culte et sont considérés comme des citoyens à part entière.

Sauf que Gènes vend les droits qu'elle prétend encore avoir sur l'île au Royaume de France désireux d'avoir une base en Méditerranée. La Corse sera conquise militairement par une armée de 30 000 hommes. Napoléon naitra quelques mois après à Ajaccio et au départ sera anti-français désirant l'indépendance.

Tout ça pour dire que le racisme ou la xénophobie est nourrie par la crainte. Les corses sont craintifs de ceux qui arrivent par la mer. Que veulent ils ? Ils veulent nous imposer leurs lois et leurs systèmes ou leurs religions. Les corses ont peur de perdre leur culture, leur langue d'où ce racisme qui a existé envers tous les communautés venant s'installés sur l'île. Je pourrais parler des grecs du Péloponèse écrasés par les turcs venus s'installer fin du 17ème siècle et qui ont créé deux villages sur l'île et au départ on subis des frictions avec les corses de l'intérieur et une forme de racisme.

Et pourtant ces corses qui sont ils? Et bien des descendants des populations corses d'origines, étrusques, romaines, grecques, maures pour certains, puis italiens, sardes, pieds-noirs, continentaux qui ont tous apportés des éléments de culture mais qui ce sont intégrés et fondus dans la population. Je suis sur que dans vos régions d'origine vous ave tous des histoires similaires :).

Et puis pour finir les corses aussi ont subi la xénophobie. Combien de fois dans les stades de football j'ai entendu " mafieux, terroriste, voleur, fainéant ou sale corse". Des blagues sur mon nom de famille par rapport à un paquet de pate ou des macaroni. J'ai connu des vieux corses de Marseille et Aix-en-provence qui jeunes se voyaient refuser un logement car ils étaient corses car étant affiliés à des voyous. Encore dernièrement dans un livre intitulés " Juges en Corse" un ancien magistrat affirmé " Que dans chaque famille corse il y'a un voyou" " Ou que dès qu'il y'a un corse dans une affairre ça devient compliqué". Mais moi je m'en fous des clichés et de ces conneries. Alors que certaines associations se victimisent sur l'île en disant c'est du racisme anti-corse alors que ces groupes sont eux même des communautaristes racistes bien souvent, comme les groupes racisés racistes dont parle Lindos :).

Bon désolé j'ai été très long et très hors sujet ^^ je pense. Mais enfin voila mon ressenti sur le racisme et la xénophobie qui existeront toujours selon moi. Enfin concernant le communautarisme il est à mon avis assez naturel.


0 vote


Citation de Lindos #293194

Au sujet de la fin du film, je me doute bien de comment ça fini. Les films de ce type ont tout le temps la même fin.

"Le problème de notre société obligée de reconstruire une solidarité dans un groupe d'origines culturelles plus vaste dont chacun avaient et a souvent encore sa propre solidarité, et pour se faire ayant interdit les anciennes inégalités et de critiquer les différences, chacun n'a plus le droit que de critiquer sa propre communauté d'origine, et de moins en moins envie de le faire si sa communauté se fait critiquer. Tout pousse à ce que chacun choisisse son camps et défende les siens, ce qui favorise l'émergence de leaders communautaires. On parle beaucoup de liberté d'expression, elle a rarement été aussi réduite en France qu'actuellement, même si évidemment on pourrait faire pire (ce qui n'est plus exclu à l'avenir)."

Pour faire le lien avec le militantisme intersectionnel qui est un peu dans le titre du sujet, c'est vrai que la phrase "t'es pas concerné" revient souvent ou "pas de vagin, pas d'avis" (ce qui est transphobe d'ailleurs vis à vis des femmes trans non opérées). C'est une sorte de censure et en effet la liberté d'expression régresse. Comme si les hétéros ne pouvaient pas avoir d'avis sur les droits LGBT ou les hommes sur les droits des femmes.

D'ailleurs au moment du débat sur le mariage pour tous, un des arguments qui était de dire que les hétéros n'étaient pas concernés et donc devaient fermer leur gueule était un très mauvais argument et même contra productif selon moi.

Les populations discriminées ne doivent pas considérer que le reste de la population est un ennemi à détruire ou à ignorer. La conquête des droits s'est faite en général en réusissant à convaincre et à mettre de son côté la population qui a le pouvoir. La conquête des droits des homos s'est faite avec des hétéros, la conquête des droits des femmes s'est faite avec des hommes et la conquête des droits des noirs, en Afrique du Sud entre autres, s'est faite avec des blancs.

C'est vrai que ce mode de pensée (où on peut avoir un avis que sur sa communauté) favorise le repli sur soi et la haine de l'autre, extérieur à sa communauté. D'ailleurs, c'est souvent ce que je retrouve chez les militants intersectionnel avec un entre-soi très développé, une vie en vase clos et une haine de la différence d'idées. T'es contre moi ou avec moi. Ils font presque un sécession par rapport au reste de la société et même par rapport aux autres militants pour les droits humains.

Plus largement les militants associations, politiques ont souvent des tendances sectaires de toute façon.

Pour répondre à Crocodilesan, les îles ont toujours eu une identité très forte par rapport aux continents. C'est pas pour rien que la Royaume-Uni a voté pour la sortie de l'UE. Il y a toujours une méfiance de ce qui vient de l'extérieur dans les îles.

Sinon, merci pour le cours de l'histoire corse.


0 vote


41 remerciements

Oui cette histoire Corse est passionnante ^^

J'ajouterai que beaucoup ont trouvé dans les études et l'administration une opportunité de sortir de la pauvreté et de l'isolement, notamment dans l'administration coloniale où ils ont brillé par leur caractère aventureux et sans concession. Ils ont évidemment très mal vécu la décolonisation, où le servile s'est révolté contre le maitre. Certains ont poursuivi en politique où se sont fait remarquer par leur caractère inimitable et leurs combines mdr.

Mais justement, ce n'est pas parce qu'on est un peuple construit par fusion de multiples immigrations physiques et culturelles, qu'il y a nécessairement pris gout. Un peuple n'est jamais exactement après ce qu'il était avant, même si une circonstance telle que l'insularité peut rester structurante.

Par exemple j'ai cru comprendre que s'ils sont pour la privatisation économique des plages, en infraction avec la loi littorale, ils sont contre sa privatisation familiale, surtout si c'est pour pourvoir tranquilement se baigner en burkini ^^


0 vote

Tout à fait Lindos et ça remonte à loin il y'a toujours eu beaucoup de mercenaires corses en Europe. La garde papale corse, une gendarmerie vaticane, les corses au service des grands familles italiennes que ce soit à Venise ou à Naples ou même des Habsboug. Charles André Pozzo di Borgo dont la famille était rivale des Bonaparte au service du Tsar Alexandre en tant que général. Ou encore Sampiero Corso au service des Medicis puis de François Ier et qui commandait les bandes corses au service du Roi. Sans compter ceux aux services des Khedives et Pachas en Egypte. J'ai un ami qui s'intéressait à tout ça il faisait des reconstitutions et il s'était interessé à la petite unité britannique des Corsican Royal Rangers au service de la couronne anglaise pendant les guerres napoléoniennes. Il recréait les costumes ect.

C'est vrai c'est une idée du gouvernement de Napoléon III pour attacher les corses à la France. Voila pourquoi autant de corses gendarmes, militaires ou politiques et pourquoi ils ont composé 30? l'administration coloniale. De véritables fortunes se sont constitués. La Corse-Afrique ça fonctionne encore bien au Gabon et en Guinée.

Pour te répondre je pense que le problème qui revient sur l'île mais aussi en Europe c'est la différence de religions au final. La où les continentaux, italiens, sardes ou portugais voir les petites communautés polonaises s'intègrent bien du fait de leur catholicisme, de coutumes similaire, de noms similaires, les maghrébins eux conservent leurs religions et régimes de valeurs propres. Avec la montée de l'islamisme certains de leurs jeunes sont séduits et ça renforce le fossé déjà existant. Enfin dans les zones rurales où les lieux de sociabilité sont peu nombreux. Mis à pat le bar et l'église, le boucher ou boulanger ambulant. Il n'y a pas grand chose. Et là où je vais trouver les portugais de mon village je ne retrouverai pas la famille maghrébine qui ne participe pas au feu de la Saint Jean, aux processions ou encore aux fêtes au bar. Du coup pour certaines personnes du village s'est interprété comme un entre-soi, une volonté de ne pas s'intégrer. Alors que petit je jouais au foot avec où on allait au collège ensemble.

Les privatisations économiques des plages c'est le milieu comme la bétonisation du littoral ou l'erection de centres commerciaux. C'est une réelle mencace pour l'environnement. Et ces gens ne pensent qu'à l'argent. Problème ils ont des appuis poltiques, même de magistrats et pas mal de policiers dans la poche. La population reste amorphe, souvent à cause de la peur, car tout le monde connait quelqu'un qui connait quelqu'un et tout le monde se connaît au final.

Pour l'affaire Sisco c'est une famille maghrébine qui a privatisé une petite plage la journée. Ils ont balancé des cailloux sur des touristes prenant des photos de la mer car ils avaient peur que les femmes soient pris dans l'objectif. Des jeunes originaires du villages sont venus, ils se baignaient mais ça a dérangé un de la famille maghrébine. Il a dit aux jeunes de dégager. Le ton est monté. Le type de quarante ans a pris à partie un jeune de 15 ans et l'a tappé. Les jeunes ont appellé les parents, l'un des types a tiré au harpon sur l'un des pères. Sauf que le gars était un ancien légionnaire même harponné il a rétamé l'autre. Ensuite le village est descendu, les deux pseudos caïds de 40 ans ce sont fait casser la tête et leurs voitures ont été brulées. Leurs femmes ont appelé les gendarmes de peur que leurs maris se fassent lyncher. Depuis je sais que certains de leurs familles ont déménagé de peur des représailles. En clair ça n'a rien à voir avec une histoire de burkini ou je ne sais quoi. Ce sont juste des gogoles qui ont voulu jouer aux caïds et qui se sont fait caca dessus à la fin. Mais bien évidemment les associations anti-racistes ont instrumentalisé ça comme une réponse raciste ou de l'islamophobie.

Enfin bon mon gros résumé sur la xénophobie et le racisme prenait comme contexte la Corse comme je connais. Je voulais juste montrer que l'environnement économique, social et l'historique engendrés des formes de xénophobie ou racisme propre à des lieux. Il y'a donc bien des racismes. On ne peut prendre l'exemple des Etats Unis comme le font Rokhaya Diallo ou certains pour l'appliquer à la France. Chaque contexte est différent. Problème la pensée anglo-saxonne domine et on globalise tout les problèmes.


0 vote


41 remerciements

je ne sais pas si en France c'est la faute à la pensée anglo-saxone qui globalise les problèmes, mais ce qui est sûr c'est que les guerres de religion reprennent progressivement du service (on pourrait aussi bien dire guerres cultuello-culturelles dont l'emprise dépasse le contour des nations). Pire, leurs croyants sont plus ou moins collectivement convaincu d'être ostracisés par les autres, y compris par les athées. A fortiori en France où la loi verrouille tout grand débat sur ces sujets, qui ne peuvent qu'être explosifs. Celui sur l'identité française voulu par Sarko était passé à deux doigts de tourner au drame politique. Et à mon avis on a pas finit de se faire peur.

Ce qui ne nous empêche pas de rêver et de rire sur une fiction telle que celle du film ^^


0 vote

Citation de Crocodilesan On ne peut prendre l'exemple des Etats Unis comme le font Rokhaya Diallo ou certains pour l'appliquer à la France. Chaque contexte est différent. Problème la pensée anglo-saxonne domine et on globalise tout les problèmes.

Je crois que c'est un peu le centre du problème du mouvement intersectionnel. Le concept d''intersectionnalité a été inventé par les américains aux Etats-Unis dans le contexte américain. Ce n'est absolument pas transposable en France (Diallo a d'ailleurs été formé pour introduire les valeurs anglo-saxones en France).

Je crois que tout le monde connais les différences de vision sur la société multi-ethnique entre les anglo-saxons et les français. Le système français favorise beaucoup plus le métissage et le mélange entre les communautés.

Aux Etats-Unis, on se définit beaucoup plus en fonction de son origine ou sa couleur de peau, ce qui favorise la séparation entre les communautés, le repli sur soi et donc le racisme. Il y a un séparatisme communautaire aux USA. Celà vient du fait en partie que les Etats-Unis ont appliqué une sorte d'apartheid avec la ségrégation raciale.

Le militantisme intersectionnel a pour conséquence d'importer ce type de société séparatiste racial en France.

Et ce courant d'idée est en train de faire de l'entrisme dans les associations LGBT, féministes, antiracistes, partis politiques syndicats... Certaines de ces organisations (UNEF, Planning familial, ACTUP, NPA...) sont en train de pourir de l'intérieur et de mourir petit à petit à cause des intersectionnels.


0 vote


41 remerciements

Yotuel ,

"Le militantisme intersectionnel a pour conséquence d'importer ce type de société séparatiste racial en France."

Possible, mais si j'en crois les actualités il n'y a pas que les différences raciales qui divisent les gens, mais aussi plus largement ethniques, religieuses, de classes, etc.

C'est juste une fracture supplémentaire sur le chef-d'oeuvre de style "coquille d'oeuf" ou "galuchat" (peau de poisson).


0 vote




Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit