La fellation, avec ou sans protection ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour les amis !
Sur le site depuis peu, il y a une question qui me taraude énormément.

J'ai appris il y a peu (et ce grâce à un film comme quoi) qu'il fallait se protéger même lors d'une fellation. Je voulais cependant savoir s'il était cependant complètement indispensable de se protéger lors de ce type de rapport. C'est vrai que je n'en avais jamais entendu parler et je me suis renseigné sur internet où il est dit qu'il y a très peu de pourcentage pour attraper une IST mais cela reste possible dans certains cas.
Etant gay, j'aimerais votre avis sur la question (que vous soyez homme ou femme), sur vos expériences passés pour répondre à ma question. Je sais déjà qu'il existe des préservatifs fin avec goût exprès pour la fellation, mais bon ça reste sucer un bout de plastique quoi ...


photo de l'auteur Ghulab
Ghulab
Homme de 21 ans
Paris

2 remerciements
Bah écoute c'est une question que j'ai aussi commencé à me poser lorsque je me suis rendu dans un centre de dépistage ou j'ai discuté avec un monsieur qui avait appris qu'il avait choppé le VIH. Apparemment il l'aurait contracté en sucant un gars de cité ... 
A l'époque j'étais en couple ça ne me touchait pas aujourd'hui un peu plus ..

Après je pense qu'il faut pas trop psychoter de malade non plus ... essayer de ne pas le faire juste après s'être brosser les dents, ne pas le faire quand on a une blessure dans la bouche, limiter les partenaires et faire gaffe aux gens quoi même si le mieux serait d'utiliser des préservatif 

photo de l'auteur Tetsuya
Tetsuya
Homme de 25 ans
Besançon

1 remerciement
Effectivement il est conseillé de se protéger pour la fellation, et ce même si le risque est bien inférieur à une pénétration, il est malheureusement bien là.

Selon une étude américaine si je me souviens bien du chiffre, 8% des contaminations au vih par voies sexuelles étaient dû à des fellations (sans compter autres ist ) , ce qui n'est pas rien, même si il ne faut pas non plus tomber dans la paranoïa.

Personnellement étant très prudent de ce côté là, j'utilise toujours des préservatifs de préférence parfumés pour moi et mon partenaire, et bien sûr je stoppe quand les tests pour toutes les ist sont négatifs. Après je t'avoue que c'est largement meilleur sans, surtout que le goût de plastique comme tu dis est pas top :/

Il y a de bons articles sur Beto qui évoquent la protection par rapports aux ist, je te conseille de les consulter ;) sinon il y a aussi le site Sida Info Service qui est complet et fiable, et qui est remis à jour dès qu'il y a du nouveau par rapport aux ist et aux modes de contamination.

Pour conclure je dirais que c'est à toi de voir selon tes préférences, le mieux étant d'avoir fait les tests avec son partenaire pour être tranquille (je te conseille vivement de l'utiliser si c'est un inconnu, pas de risques inutiles ;)) après bien sûr le plus important c'est de prendre du plaisir sans trop se stresser non plus :)
 

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Mes prédécesseurs ont déjà tout dit. Je rappellerai qu'il faut avoir une bonne hygiène buccale et éviter de se laver les dents avant la fellation, en raison du risque de contamination par les (micro) plaies. Et surtout éviter d’avoir le sperme dans la bouche et d’avaler. Le risque est encore accru dans les backrooms, saunas, etc. 

Et vu qu’il y a risques de choper d’autres IST, comme la Syphilis et les condylomes, il vaut mieux mettre un préservatif. 

Le mieux est d’avoir un partenaire stable et faire comme le rappelle Edrazel.

Topic élargi sur le sujet : Parce qu'on a tendance à l'oublier.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Quand on change de partenaire, un dépistage peut aussi être une bonne idée de temps en temps. ^^
Il faut 4 mois pour déceler à coup sûr la présence ou l'absence de la syphilis par exemple.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
A part dans un couple libre, je dirais oui.
La seule différence entre la fellation et la sodomie, c'est l'orifice qui est utilisé.

Ceux qui pensent le contraire sont juste à la recherche de justifications inutiles, il faut assumer ses actes...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pour avoir fait ce genre de bêtises, j'ai fini par prendre le traitement de secours (Truvada et cie) et je peux vous dire que ce n'est pas l'idéal .. 

Un seul conseil : SORTEZ COUVERTS ! et à l'inverse de les antibiotiques c'est pas automatique, la capote c'est ton meilleur pote ! 

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
On lit tous des témoignages de gens qui disent avoir été infectés par fellation, on lit aussi des information telles que "risque faible mais non nulle avec facteurs aggravants", on lit des études anciennes telles que celle citée plus haut qui date de 10 ans et apparaît porter sur 100 personnes à San Francisco, on lit des études plus anciennes encore qui hiérarchisent les modes d'infection où la fellation figure à la fin des risques sexuels : le moins qu'on puisse dire est que l'évaluation du risque est imprécise et fluctuante dans le temps.

Personnellement ce que je retiens des modes d'infection du (ou plutôt des) VIH par voie sexuelle, c'est que leur risque moyen - pour mémoire plutôt faible par relation sexuelle unitaire mais répétée de nombreuses fois avec des partenaires souvent différents et parfois plus brutales, varie dans des proportions importantes pouvant atteindre un à plusieurs facteurs dix, et qu'on retrouve ce type d'amplitude à l'intérieur de chaque mode de transmission, ce qui entraine que certaines fellations peuvent atteindre un niveau de risque plus très différent d'un autre mode de transmission par voie sexuelle dont la moyenne est réputée plus élevée.

Par exemple, une infection récente ou en phase Sida entrainant une charge virale élevée pourra se transmettre largement plus facilement à son partenaire de façon "insertive", par contact prolongé du liquide séminal puis plus bref mais massive de sperme, au-travers d'une muqueuse buccale abimée par des plaies ou érosions infectées. Car une charge virale élevée peut être multipliée par dix ou plus, le liquide séminal peut être abondant, la fellation durer le temps nécessaire au virus de trouver des récepteurs, le sperme peut séjourner dans les creux, et les micro- plaies ou érosions buccales peuvent passer inaperçues.
Et puis cela dépend aussi largement du nombre de partenaires au cours du temps et de relations sexuelles, et de la non connaissance fiable de ces partenaires.

C'est avec des stratégies de ce type que le virus VIH, pourtant fragile et peu infectieux par voie sexuelle et donc de faible risque unitaire en moyenne, parvient à se frayer un chemin dans la population humaine par voie sexuelle. Avec des risques très aggravés chez les gays, qui se regroupent dans des villes à risques, ont en moyenne pas mal de partenaires, qu'ils connaissent peu, pratiquent la sodomie qui est une voie royale pour le virus, ont souvent des IST abimant les muqueuses, etc.

Pour autant, que le risque de transmission par fellation puisse être aggravé dans des conditions défavorables n'empêche pas la malchance par faible risque dans des conditions pourtant favorables, lorsqu'on ne se protège pas. C'est le principe du loto...

photo de l'auteur Gargantua
Gargantua
Homme de 52 ans
Bordeaux

3 remerciements
Une question, un doute ???


SIDA INFO SERVICE : https://www.sida-info-service.org ou par téléphone au 0 800 840 800 (appel confidentiel, anonyme et gratuit)

Questions fréquentes : https://www.sida-info-service.org/?-Questions-frequentes-&gclid=CKWSg_G46tICFRFsGwodsdYAAg


J’ai fait une fellation
Faire une fellation à un homme séropositif peut comporter un risque de transmission du virus VIH pour celui/celle qui suce si cette personne reçoit du sperme ou du liquide pré-séminal dans la bouche.
Le risque est augmenté en cas de :
- problèmes buccaux chez celui/celle qui fait la fellation : gingivite, angine, candidose, plaie ouverte et récente comme des soins dentaires… ;
- lésions dans la bouche ou la gorge provoquées par exemple par la syphilis ou la blennorragie chez celui/celle qui fait la fellation.
La fellation comporte un risque particulièrement important lorsque l’homme qui se fait sucer est en primo-infection par le VIH. Durant cette période, la charge virale (quantité de virus circulant) est très élevée.
A noter :
- Ces informations doivent être nuancées en fonction du contexte et des situations individuelles ;
- En cas de charge virale indétectable, il y a trop peu de virus circulant dans l’organisme pour qu’il puisse se transmettre ;
- La fellation est un mode de contamination pour d’autres IST (ex. : syphilis, blennorragie, chlamydia).
Préservatif
Seul l’usage du préservatif permet d’écarter tout risque de transmission du VIH et des IST lors d’une fellation.
Dépistage
Pour les personnes qui font des fellations et qui ne se protègent pas, il est recommandé d’effectuer un test de dépistage tous les 6 mois.
On m’a fait une fellation
Il n’y a pas de risque notable pour le VIH lorsqu’on reçoit une fellation (se faire sucer) mais ce n'est pas le cas pour d'autres IST.

Xavier - Equipe de Modération

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
@sonic,
Merci pour cet article, qui précise que le risque de transmission du VIH par voie orale est très faible pour le receveur, et quasiment nulle pour l'émetteur, en moyenne, précisant que l'état des muqueuses est une circonstance aggravante.

Mais encore une fois il ne serait pas faux d'écrire que le taux de transmission moyen unitaire par voie annale chez le receveur est faible. Et pourtant c'est la voie royale des transmissions sexuelles en l'absence ou en cas de défaillance des préventions.

Ne pas oublier que les facteurs aggravants comme protecteurs, les multiplications de rapports et de partenaires, la charge virale du donneur, l'état des muqueuses du receveur, etc, peuvent faire varier ces risques dans des proportions qui se comptent en puissances de 10. Deux personnes en principe exposées à un même risque faible, ou très faible car le principe est le même, peuvent en pratique s'exposer à des niveaux de risque qui sont dans un rapport de 1 a 10, 100, et sans doute plus encore. A tel point que certaines personnes sont définies comme à haut risque de chopper le VIH en quelques années...

photo de l'auteur Wiloooo
Wiloooo
Homme de 29 ans
Lyon

33 remerciements
Administrateur
Le mieux c'est de se protéger !
je t'invite à consulter cet article https://betolerant.fr/amour-et-prudence

photo de l'auteur fatalitas
Fatalitas
Homme de 51 ans
montreuil

4 remerciements
oui avec le plasticcc c est bien aussi parceque sinon ça colle aux dents....oui vous comprenez qu avec mon dentier en pure ronce de ferraille ça colle un peut!!!! ce qui bien sur est extremement genant

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
😁

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit