Parce qu'on a tendance à l'oublier


Auteur : Kattarsis
Kattarsis - 28 ans
De Strasbourg
  il y a 1 an


Annonce
Parce que des fois je sais être sérieux, je me permets de faire un petit sujet sur la prévention des MST.

Oui je sais on en entend tout le temps parler, c'est chiant, on est pas à l'école etc. Oui mais avec les récents sujets sur la prep et certains choses que j'ai pu lire, ce rappel me semblait indispensable. Ne m'en veuillez pas, je vais surtout faire mettre des paragraphes tirés d'autres sites, je ne vais pas m'embêter à tout réécrire !



LA PROPHYLAXIE PRÉ-EXPOSITION SEXUELLE PREP s’adresse à des personnes non infectées mais hautement exposées au VIH et consiste à prendre une combinaison de deux antirétroviraux afin de réduire le risque d’infection."

Contrairement à ce qu'on a pu lire, non la prep n'est pas efficace à 100% contre le sida, et elle est inutile contre les autres MST. Ce médicament n'est donc pas à considérer comme l'arme ultime.

"La prophylaxie post-exposition ou est prescrite aux personnes non infectées après une exposition au VIH. On a démontré que si on prend la PPE dans les 3 jours suivant une prise de risque réel face au VIH, on peut réduire le risque d’infection au VIH."


Pour prévenir les MST, il est recommandé d’avoir une bonne hygiène intime quotidienne et de se protéger.

La seule solution efficace de protection reste l’utilisation systématique du préservatif. Il peut être masculin ou féminin. Il existe également des digues dentaires (feuilles de latex), pour se protéger lors de pratique du sexe oral, lors de relations ne pouvant être protégées par un préservatif.

Le préservatif est indispensable, à la fois pour se protéger et protéger l’autre, pour chaque rapport sexuel avec des partenaires dont on ne connait pas le statut en termes de contamination par le VIH ou les autres MST.

Il est très simple de s’en procurer, ils peuvent être achetés en pharmacie, supermarché, sex-shops, distributeurs,... ou obtenus gratuitement dans la plupart des hôpitaux, cliniques, centres de dépistages, plannings familiaux, MJC, associations de lutte contre le SIDA... Pour un maximum de précaution, il faut se faire dépister de manière régulière lorsque l’on a plusieurs partenaires et à chaque fois que l’on souhaite arrêter le préservatif avec un nouveau partenaire régulier et d'utiliser un préservatif si des rapports sexuels ont lieu avec d'autres partenaires.



Voilà, au final tout est dit, la capote c'est le top !

Pour ceux qui la considère comme un "tue l'amour", n'hésitez pas à l'utiliser comme accessoire érotique.
Si votre partenaire bloque à l'idée d'en mettre une, faites le à sa place ;-) Les mains de l'autre peuvent éviter la sensation de "distance" entre les deux quand on est protégé.
Si vous avez peur de ne plus rien sentir, n'oubliez pas que l'on a fait aussi des progrès dans ce domaine ! Et oui, le préservatif évolue !
Il en existe aujourd'hui de très fins, que l'on ne sent vraiment pas ! ils sont tout aussi solides que les plus épais. Un peu plus cher il est vrai, mais à choisir entre un séjour à l'hôpital ou quelques centimes de plus pour un moment de plaisir intense, je pense que vous ferez le choix de la raison !
Il en existe aussi avec emballage humoristique, ça peut aider !

Voilà voilà, j'arrête de faire mon rabat-joie et bon assouplissement des jambes à tous !

 66 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.

Auteur : Hoctave
Hoctave - 24 ans
De Paris/St Dizier
  il y a 1 an




 10 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Helmor
Helmor - 29 ans
De Saint Etienne
  il y a 1 an


?
Comment ça c'est du copyright. Même pas vrai !

 4 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : aragon
Aragon - 26 ans
De Angers
  il y a 1 an


En résumé pour éviter tout risque, faite du sport pour suer et pleurer de joie avec vos ami(e)s.

Sérieusement j'ai appris des choses merci pour ce cour :) 

 8 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Skyquiver
Skyquiver - 29 ans
De Nice
  il y a 1 an




Je sais bien que ça risque de ne pas concerner grand monde ici mais j'aime bien celui-ci ! ;)

 9 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.

Auteur : Hoctave
Hoctave - 24 ans
De Paris/St Dizier
  il y a 1 an




 10 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.

Auteur : Valoo07
Valoo07 - 26 ans
De Versailles
  il y a 1 an


Très bon topo et bien illustré  Kattarsis ! Ayant moi même déjà fait des interventions sur la prévention des MST dans le secondaire je dois dire que ton schéma est vraiment top =)
Après exposition aux VIH mère-enfant maintenant avec les medicament c'est quasiment nulle ^-^ et pour moi le sang est au mm niveau de risque que les sécération séminales ou vaginales (surtout pour le VIH et les hépatites). Et par baiser si ya pas de lésion bucales l'hépatite B est quasi nulle par contre l'herpès oui (enfin si on a un bouton de fièvre ou une poussée herpétique à ce momment).
Pour le snif, pareil si ya pas de lésion normalement c'est pas génant.
Enfin pour les lésions de la peau, ya pas que le VIH, ya aussi les autres MST virales (hépatites et herpès)

Voilà dsl d'avoir ramener ma science mais c'est un sujet que j'ai très à coeur étant spécialisé dans le domaine des maladies infectieuses ! =)

 11 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Kattarsis
Kattarsis - 28 ans
De Strasbourg
  il y a 1 an


Je n'ai pas la paternité du schéma Valoo, je l'ai récupéré sur le site mstprevention.com, ainsi que pas mal de petits paragraphes. Mais comme je trouvais cela plutôt bien fais, j'avoue ne m'être pas gêné !

Pour ce qui est des transmission de la mère à l'enfant, par la drogue, le baiser etc. je sais bien que le risque est nettement moindre, mais ça me semblait important de le laisser, car il n'est jamais nul, mieux vaut donc faire un petit excès de prudence !

 66 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Valoo07
Valoo07 - 26 ans
De Versailles
  il y a 1 an


Oui Katta c'est vrai mieux vaut trop que pas assez en effet x)

 11 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : markie13
Markie13 - 20 ans
De Paris
  il y a 1 an


Merci d'avoir pris le temps de le rappeler !!! c'est important !!
Auteur : Lindos
Lindos - 35 ans
De Lyon
  il y a 9 mois


Tiens je ne connaissais pas ce topic.

J'approuve aussi la qualité de ce topic ...même si je trouve que ça pousse parfois le bouchon un peu loin en transmettant l'hépatite B par le baiser, ou la Syphilis par les caresses, c'est un peu comme les chlamydia dans les WC il faut vraiment ne pas avoir de chance.

J'en profite pour donner une info qui vient de sortir hier, sachant que perso je plébiscite le préservatif dans tous les cas sauf le safe sexe, et même le chéri attitré (en tout cas pour moi mdr).

Ainsi selon la source  seronet.info du 14 février le professeur Jean-Michel Molina (Assistance Publique Hopitaux de Paris)  très en pointe sur le sujet, aurait dit lors d'une conférence sur le HIV à Malte le 30 janvier 2017, je cite :

[en France] près de 3 000 personnes ont utilisé au moins une fois la PrEP. Près de 98 % étaient des hommes et la quasi intégralité ont des rapports homosexuels (HSH). Les femmes et les personnes trans sont quasi-absentes, signe que la PrEP, pourtant recommandée au sein de ces populations dans certains cas, n'est pas encore appréhendée ou connue. Sur les personnes utilisatrices, 30 % avaient eu une IST dans les douze derniers mois, et 10 % eu recours à TPE (traitement post-exposition). Par ailleurs, 20 % se déclarent consommatrices de produits dans un contexte sexuel (chemsex). En termes de schéma de prise, c'est une majorité de PrEP à la demande qui est rapportée, similaire à celle de l'essai ANRS-Ipergay. La nouvelle rassurante, c'est le très faible nombre de contaminations au VIH sous PrEP : deux cas (dont on ignore les causes pour l'instant). Une preuve forte de l'efficacité de la PrEP et de son potentiel impact vers une baisse des infections à VIH dans les groupes les plus vulnérables. Pour l'instant, cela se limiterait aux HSH, vue la répartition actuelle des utilisateurs.

(pour mémoire IST, TPE, chemsex, etc, sont des indicateurs de personnes HSH à risque élevé de s'infecter au VIH)  

 40 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : veluma
Veluma - 43 ans
De Grenoble, Isère, France
  il y a 9 mois


Très bon topic, par contre il me semblait que l'on parlait de IST (Infections Sexuellement Transmissibles) maintenant et plus MST (Maladies Sexuellement Transmissibles)

"Le terme de MST induit la présence de symptômes de la maladie alors que le terme IST implique que l'on peut être porteur d'une infection sans en ressentir encore les symptômes. "

exemple d'IST surtout féminine: les Chlamydiae , l'infection à chlamydiæ trachomatis est la principale cause d’infertilités.

Ne pas oublier les capotes féminines ;)

 9 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.

Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 9 mois




C'est vieux mais toujours d'actualité malheureusement...

J'ajouterai que prendre des risques, ça peut avoir des conséquences sur la vie de plusieurs personnes. Plusieurs centaines d'enfants naissent séropositif chaque année, et c'est un poids qu'ils portent, un secret qu'ils cachent, pendant une grande partie de leur vie...
Bref, si il y a des traitements, ne ps avoir besoin d'en prendre reste le mieux. ;-)

Documentaire sur les enfants qui grandissent avec le SIDA.

p1 :  https://www.franceculture.fr/emissions/lheure-du-documentaire/avoir-18-ans-avec-le-vih

p2 :  https://www.franceculture.fr/emissions/une-histoire-particuliere-un-recit-documentaire-en-deux-parties/retour-sur-avoir-18-ans
Auteur : Enneathusias
Enneathusias - 44 ans
De Lyon
  il y a 9 mois


@Insolidum : elle m'avait beaucoup marqué cette pub, intitulée Sugar Baby Love. Elle date de 2006, je crois. Elle résume presque tout. La nécessité de se protéger, mais aussi  le parcours chaotique de tant de jeunes gays (en tout cas, pour les générations précédentes). Elle m'émeut toujours autant...

 103 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Lindos
Lindos - 35 ans
De Lyon
  il y a 9 mois


Les documentaires dateraient de 2007, or depuis les trithérapies journalières ont depuis bouleversé la vie de plus de 90% des séropositifs, chez qui le virus ne parvient plus à se répliquer significativement sous traitement. Etre malade chronique dépendant d'un médicament reste lourd, mais n'est tout de même plus l'épée de Damoclès d'un virus qui se répliquait, silencieusement ou pas.

Cette belle vidéo elle aussi ancienne apparemment, m'inspire que je ne suis pas si sur que les jeunes gays puissent déjà totalement échapper à cette "gaïtude" qui se transmettait de génération en génération, le débat récent sur le thème "adotolérant" laisse supposer le contraire.

Et me rappelle aussi qu'au cours des années auxquelles elle fait référence il y avait en France une politique intensive d'incitation à l'utilisation des préservatifs, qui est devenue progressivement aphone dans l'espace public français ces dernières années. Seule les associations bougent encore.  La timide campagne publique de 2016, qui ne visait que les gays, et s'est insérée tardivement en fin d'année, ne doit sa notoriété qu'aux "ennemis" de la visibilité des gays (ceux qui défilent aujourd'hui pour un candidat mdr) qui se sont insurgés et ont involontairement fait de la publicité à cette campagne.

 40 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Lindos
Lindos - 35 ans
De Lyon
  il y a 9 mois


Je n'ai aucun lien avec eux, mais parce qu'il est intéressant de connaitre la situation de la prévention des IST en France, et que je la trouve particulièrement juste, je voudrais partager une très belle tribune de Act-up-Paris publiée très récemment sur Yagg, qui interpelle les candidats à la présidentielle et législatives sur les urgences en matière de lutte contre le VIH-SIDA, prévention, aide aux séropositifs et malades du Sida, en France, et dans le monde car le VIH ne connaît pas les frontières.

L'intégrale vaut la peine d'être copié-collée, cela élève un peu le débat sur les revenus déclarés ou non des candidats...
J'ai soulignés quelques points qui me semblent importants pour la prévention, bonne lecture.
Source : http://yagg.com/2017/03/04/tribune-contre-le-sida-qui-est-candidat-e-par-act-up-paris/


«Contre le sida, qui est candidat.e?»

Contre autour de 6000 contaminations par le VIH par an :
* Qui pour mettre en œuvre régulièrement des campagnes de prévention ciblées ?
* Qui pour promouvoir l’ensemble des dispositifs de prévention combinée (préservatifs, gels, préphylaxie pré-exoposition -- PrEP), inciter aux dépistages réguliers, rappeler l’existence et renforcer la
disponibilité du traitement post-exposition (TPE) ?
* Qui pour rendre accessibles, c’est-à-dire gratuits, chacun de ces dispositifs, donc notamment les préservatifs et le gel, et les autotests ?
* Qui pour renforcer les moyens des Cegidd et favoriser le développement de centres de santé, notamment de santé sexuelle, communautaires, afin que ceux-ci puissent accompagner touTEs cELLEux qui le souhaitent ?

Contre tout ce qui peut faire obstacle à la prise en charge, jusqu’aux cas de sida, qui pour assurer des conditions d’existence décentEs à touTEs, pour renforcer des dispositifs d’accès aux logements, d’aides au transport, d’accès aux prestations sociales, et pour revaloriser les minima sociaux ?

Contre le sida, qui pour renforcer les moyens d’un système de santé exsangue, pour s’assurer du suivi régulier de touTEs les séropositifVEs, et pour s’assurer que ceux-ci, et touTEs les autres, ne paieront aucun centime de leur poche ?

Contre le sida, qui pour augmenter la contribution de la France au Fonds Mondial de lutte contre le VIH, le paludisme et la tuberculose, pour compenser les coupes sèches dans les financements apportés à UNITAID, et pour s’engager à contribuer à hauteur des besoins identifiés par l’ONUSIDA afin de mettre un terme à l’épidémie en 2030 ?

Contre le sida, qui pour s’attaquer aux pratiques de fixation des prix des traitements du Big Pharma, qui pour favoriser les génériques, au besoin en imposant la licence d’office, et pour contribuer à atteindre l’accès universel aux traitements, quand aujourd’hui à peine 1 séropositifVE sur 2 dans le monde à accès aux antirétroviraux, et que leur manque tue 1,1 millions de personnes par an ?

Contre le sida, et alors que plus d’une personne séropositive sur deux dans le monde est une femme, qui pour considérer les femmes comme des personnes vivant avec le VIH à part entière et pour faire avancer les connaissances sur le sida chez les femmes?

Contre le sida, qui pour renforcer la prévention dans les prisons, qui pour autoriser les programmes d’échange de seringues en milieu carcéral, s’assurer du respect de la dignité et du secret médical pour touTEs les détenuEs, et permettre la sortie des détenuEs pour raison de santé ?

Contre le sida, qui pour reconnaître les dangers de la pénalisation des clientEs des travailleurEUSEs du sexe, faire cesser le harcèlement policier à leur égard, et favoriser les actions de promotion de la santé sexuelle et de la prévention auprès de ceuxELLEs-ci

Contre le sida, qui pour s’assurer de l’accès aux droits et aux soins des personnes trans, particulièrement concernées par l’épidémie, en commençant par s’assurer d’un changement d’état-civil libre, gratuit, en mairie, et fondé sur l’autodétermination, y compris pour les mineurEs ?
Qui pour faire cesser les mutilations génitales des personnes intersexes, et pour respecter leur autodétermination ? Qui pour enrayer les discriminations qui précarisent les personnes trans et intersexes?

Contre le sida, qui pour s’assurer de l’accès aux droits et aux soins des étrangèrEs en France, que leur séjour soit régulier ou qu’ils soient sans-papiers, pour garantir l’accès à une couverture supérieure à l’aide médicale d’état, et réintroduite dans le dispositif de droit commun, pour refuser les expulsions et régulariser touTEs les sans-papiers ?
Qui pour mettre en évidence les spécificités de la  situation des personnes racisées, en favorisant l’élaboration de
statistiques ciblées?

Contre le sida, qui pour s’assurer que l’éducation à la sexualité et au consentement, que l’information sur la prévention, et la contraception le cas échéant ne se voit pas refoulée aux portes des collèges et des lycées, qui pour la défendre face aux catholiques intégristes et aux émanations de La Manif pour Tous, au contraire du gouvernement sortant?

Contre le sida, qui pour assurer que les vies des LGBTI+ valent et reconnaître qu'elles ne sont ni négociables ni instrumentalisables ?
Qui pour garantir que les discriminations et violences seront fermement combattues ? Qui pour rendre accessible la PMA à touTEs, pour reconnaître les liens familiaux des enfants nés de GPA à l'étranger, qui pour refuser de constitutionnaliser l’interdiction de cette pratique et laisser s’ouvrir le débat dans nos communautés?

Contre le sida, qui est candidat.e ?
Signature : Act Up-Paris.


 40 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Lindos
Lindos - 35 ans
De Lyon
  il y a 9 mois


On risque de m'accuser de flood mdr, mais bon...

Le Pr Michel Janier aurait présenté le 7 mars à l'Académie nationale de médecine un bilan préoccupant de la situation de la syphilis en France en 2016, qui concerne au premier chef les gays, 90% des cas. Et il existe le risque qu'on n'en reparle pas officiellement avant la fin de l'année où les regards vont de surcroit se porter sur les résultats de la PrEP. Ce dermatologue publie régulièrement des bilans sur cette maladie et des livres sur les IST, il est très actif dans le domaine de la prévention. A mon avis il vaut mieux ouvrir l'œil et le bon, même si on se fixe pour objectif des rencontres "sérieuses".

Je n'ai pas accès à l'original de la communication qui nécessite pour l'instant d'être abonné à des journaux spécialisés, mais seulement au blog jeanyvesnau.com commentateur et lanceur d'alerte en Santé Publique, (et un rien politisé), je cite :

« La situation est préoccupante. Les sujets les plus jeunes sont très mal informés sur les MST. Les HM  multi-partenaires  plus âgés sont
souvent en revanche bien informés mais ont moins peur des MST,
considèrent qu’elles peuvent toutes être facilement traitées et ont des conduites à risque dès lors qu’ils considèrent qu’ils se protègent contre le VIH (serosorting pour sélection de partenaires séro-concordants),  TAP (treatment as prevention), sexe oral, PREP (pre-exposure prophylaxis) et particulièrement en cas d’utilisation de drogues déshinibitrices (chemsex). Or la syphilis est une maladie potentiellement mortelle ou pouvant
conduire à des accidents précoces très graves, en particulier
neurologiques, oculaires et auditifs. Elle se transmet particulièrement bien par le sexe oral qui est exceptionnellement protégé. »

Source : 
https://jeanyvesnau.com/2017/03/08/syphilis-en-france-les-accusations-dun-specialiste-face-a-une-epidemie-qui-sepanouit

 40 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Enneathusias
Enneathusias - 44 ans
De Lyon
  il y a 9 mois


@Lindos : merci pour cet article intéressant du Docteur Jean-Yves Nau, qui cite le professeur Michel Janier. Apparemment, la négligence des gouvernements successifs est avérée depuis le retour de la Syphilis, à la fin des années 1990. Selon ce médecin, les médecins seraient limités dans leur diagnostic d’infection à la Syphilis, par l’absence de technique de détection directe du germe en laboratoire. Technique qui pourtant existerait, mais serait trop chère.

J’ai une question pour toi : à ta connaissance, si on ne peut détecter ce germe que de façon indirecte, à quel stade le détecte-t-on alors ?  (Quand il a déjà fait des dégâts ? Et quand sait-on qu’il s’agit bien du germe, s’il n’y a pas de détection directe ?)

Je pose cette question parce que si un homosexuel masculin souhaite cibler systématiquement, en accord avec son médecin, cette maladie du fait de pratiques à risques régulières, il semble limité.

 103 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Lindos
Lindos - 35 ans
De Lyon
  il y a 9 mois


J'ai lu que la syphilis inquiète les médecins parce que difficile à diagnostiquer sans dépistage, au point qu'ils l'ont appelé "la grande simulatrice" par le passé, avant qu'elle ne fasse cette réapparition en force alors que les médecins en ont perdu l'habitude.

J'ai lu en effet aussi que le dépistage sérologique, après séroconversion quelques semaine apparemment (post édité), peut présenter des faux positifs. Dans le détail je ne sais pas comment ils procèdent, voici un lien qui pourra peut-être t'apporter quelques éléments de réponse :
http://www.passeportsante.net/fr/Maux/analyses-medicales/Fiche.aspx?doc=analyse-syphilis-sang

Un exemple de dépistage périodique est celui trimestriel qui est une des conditions de la prescription de la PrEP en France.

 40 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Enneathusias
Enneathusias - 44 ans
De Lyon
  il y a 9 mois


Le chancre syphilitique (du stade primaire) est vraiment dégueu, mais il est repérable. Encore faut-il réagir rapidement, une fois repéré.

Apparemment, on ne peut détecter la bactérie concernée (le tréponème) qu'une fois que le chancre est là (de 3 semaines à 3 mois), par examen direct, puis sérologique, 15 jours après l'apparition du chancre :

"Au stade de syphilis primaire

L'ultramicroscope à fond noir (microscope particulier pour la détection de cette bactérie) met en  évidence le tréponème sur les prélèvements (sérosité au niveau du chancre) qui doivent être effectués avant l'administration d'antibiotiques. C'est le seul examen permettant de faire un diagnostic précoce à ce stade, les réactions sérologiques devenant positives 15 jours après  l'apparition du chancre."

source : http://www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/sa_452_syphilis.htm

C'est surtout aux stades secondaire (entre 1 mois et 1 ans) et surtout tertiaire ( de quelques mois à plusieurs années) que l'on observe les dégâts sur la santé.

A tous les stades, on est contagieux.

PS : d'où la nécessité d'examiner son corps régulièrement

 103 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.



Pour participer à [ Parce qu'on a tendance à l'oublier ] il faut être obligatoirement inscrit