Payer pour de l'information de qualité

photo de l'auteur RachelG
RachelG
Femme de 38 ans
Paris
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Je pense qu'il faut accepter de payer pour avoir une presse et de l'information de qualité.

Le tout gratuit, financé par la publicité, ne nous apporte pas l'analyse nécessaire pour comprendre le monde dans lequel nous vivons.

Je me suis abonnée récemment à 2 journaux. Ça ne me coûte pas grand chose et je me sens mieux, moins abreuvé par les dépêches sans critique.

Et vous ?



photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Gratuit n'existe pas, il faut bien que quelqu'un paie. Dans le gratuit ou bas prix on essaie de faire en sorte que ce soit les autres qui paient, sans toujours y parvenir car on est toujours peu ou prou un consommateur payeur d'autres choses.

En principe gratuit ou bas prix vise essentiellement à occuper ou déplacer le marché et prendre la place des institutionnels, puis vendre au prix fort des prestations qui ne sont plus seulement de la publicité.

Evidemment la qualité s'en ressent, euphémisme, mais ce n'est pas non plus le but qui est une consommation rapidement jetable et renouvelable.

Je suis abonné à un journal international qui, bien qu'orienté politiquement mais dans un sens qui me convient, permet d'avoir des regards et analyses variés.

J'ai choisi le support papier pour son coté pratique, vintage, mais aussi car il est irremplaçable pour allumer un feu de cheminée, emballer un objet fragile ou un aliment nécessitant d'être transporté isotherme, et éplucher les légumes. En temps de guerre cela peut utilement remplacer le papier toilette introuvable. Et en attendant donner des nouvelles du front ^^


photo de l'auteur steph41190
Steph41190
Homme de 43 ans
BLOIS

Salut à tous!

MDR Lindos..... je te cite:

"Je suis abonné à un journal international qui, bien qu'orienté politiquement mais dans un sens qui me convient, permet d'avoir des regards et analyses variés."

Pour moi un bon média devrait rester neutre!

Tu soulève le plus gros problème du système médiatique actuel: aucun n'est objectifs car tous sont "orientés".

Non seulement leurs analyses sont orientées, mais les infos sont trés souvent biaisées. Leur niveau d'objectivité ne dépend même plus de leurs ressources financières.... mais plutot du groupe auxquel ils appartiennent!

De plus il n'existe plus beaucoup de "groupe" et la plupart des médias deviennent des "copiés collés" de l'AFP ( pour la France bien entendu!).

Avoir "plusieurs sons de cloches" permet "parfois" de déméler le faux du vrai, mais l'exercice devient de plus en plus périlleux !

Je fais de moins en moins confiance aux informations diffusées par les médias "traditionnels" appartenant à ces quelques grands groupes CQFD

Cordialement

Stéphane


photo de l'auteur Ivysaur
Ivysaur
Homme de 26 ans
Nancy

Citation de steph41190 #283568

Pour moi un bon média devrait rester neutre!

Et ce serait quoi, neutre ?

On attend justement d'un média des analyses et des avis sur l'information, l'information en elle-même est déjà orientée, de par le point de vue par lequel elle est reportée/photographiée/filmée.

Le tout c'est de croiser les sources subjectives pour former un point de vue objectif, pas d'attendre que ce dernier arrive par lui-même.


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

En effet un avis peut difficilement être neutre, c'est déjà pas si mal si l'état des connaissances est rapporté de façon factuelle.

Après vaut mieux savoir l'orientation politique (voire religieuse) du média ou mieux de ses journalistes.

Par ailleurs en matière d'informations internationales les "points de vue" dépendent des continents, blocs politiques, économiques, religieux, traditionnels, etc, ou intérêt dans les conflits. Notamment il existe pratiquement toujours un point de vue "occidental" dont les journalistes ne peuvent pas trop s'éloigner malgré leur liberté d'expression, mais dont ils sont aussi souvent moralement convaincus.

Dans les dictatures c'est un peu le même principe, les journalistes savent la limite à ne pas dépasser, et il n'y a pas nécessairement besoin de censurer leurs écrits. Cette limite est habituellement plus serrée que dans les démocraties, mais pas sur tous les sujets quand cela arrange leur gouvernement.

Il est donc toujours intéressant de connaître les points de vue concurrents de celui des occidentaux, y compris de leurs ennemis, surtout pendant les tensions et conflits où la désinformation est pratiquée universellement par tous les belligérants, ne serait-ce que par tactique.

Sans compter les vraies fausses informations, les fameux fakes.

Au total vaut mieux recouper beaucoup d'informations, et savoir que malgré cela on ne saura réellement la vérité que plusieurs dizaines d'années après, lorsque les chercheurs et historiens s'en empareront, que les plus sensibles seront déclassifiées, et surtout quand les responsables des décisions seront en fin de vie et ne se sentiront plus contraints par les contingences humaines.

Cent pour cent fiable n’existe pas, mais on peut s’en approcher, chez nous en tout cas ^^


photo de l'auteur steph41190
Steph41190
Homme de 43 ans
BLOIS

Lvysaur:

"Et ce serait quoi, neutre ?"

Un média qui ne fait que relayer les infos qu'il veut bien distiller! est-ce neutre?

Pour cela je vais te donner un exemple trés célèbre qui à été relayé par tous les médias (non neutre) Français à l'époque:

Le nuage de tchernobyl! (je ne veut pas prendre de sujet d'actualité... pour ne pas lancer de polémique)

Et comme l'a trés justement dit Lindos généralement nous apprenons la vérité quelque années après:

Pourquoi tous les médias Français ce sont-ils contentés d'une seule source à l'époque?

Pourquoi les consignes diffusées dans les pays voisins n'ont-elles pas été diffusées en France le 26 Avril 1986?

Pour rappel le pouvoirs en place avait fait dire que le nuage c'était arreté à la frontière..... le tout relayé par des médias aux "garde à vous" tout à été trafiqué y compris les cartes météo de l'époque!

Un média neutre c'est un média qui rapporte les faits tel qu'ils ce sont produits sans déformer ou tronquer la vérité..... tout le contraire de ce qu'il c'était passé en 1986

Que ce passait-il en france à l'époque????? l'état Francais été coincé car il ne voulait pas ternir l'image du nucléaire auprès des Français car plusieurs centrales nucléaires étaient en cours de construction en France et d'autre autorisations de constructions allait être délivrées par l'état..... dans ce cas seul ont constate que l'enjeux financier à été prépondérant dans la décision et les médias ont joués les autruches!

Croit tu que ce phénomène de pilotage de l'information est terminé de nos jours???

Ma réponse est non (même si tchernobyl est un cas extrème) le phénomène continue.

Que les journaux soit gratuits ou payants ne résoud en rien au vraie problème de la vraie information.....et pendant ce temps J P Pernault parle des vaches dans le fond du cantal...pour amuser le peuple! Que vive encore longtemps le camouflage!


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Steph41190,

"Le nuage de tchernobyl"

La situation française était très complexe, mais de mon point de vue sa composante principale toujours d'actualité est que les français n'ont pas (ou plus) de culture de prévention, mais plutôt de réaction et punition. C'est vrai à peu près dans tous les domaines. On forme des spécialistes, rémunérés de façon à ce qu'ils soient susceptibles de ne pas être indépendants, les politiques prennent l'avis de spécialistes puis décident selon leur idéologie, il y a peu de contre pouvoirs, et qui dépendent souvent des aides de l'état pour survivre.

Lorsque dans de rares cas il existe des campagnes de prévention ciblées, outre qu'elles ne doivent leur audience que parce qu'elles sont souvent critiquées, elles n'impriment pas les cerveaux des gens, et les rares flyers finissent à la poubelle. Idem pour les journalistes qui font le buzz en paniquant les gens puis passent à autre chose. Parce qu'il s'agit souvent de risques graves mais de faible probabilité, qui nécessitent une bonne compréhension, une culture, des réflexes, qui ne peuvent que s'acquérir sur les bancs de l'école en plusieurs années. Or pas de sous, pas de profs, pas de culture.

Concernant le nuage de Tchernobyl c'était le Service central de protection contre les rayonnements ionisants qui faisait la pluie et le beau temps, notamment son directeur, pacha en sa spécialité médicale. Or les teneurs aériennes mesurées en France étaient inférieures aux normes industrielles en vigueur, notamment d'iode radioactif. Sauf que les phénomènes de lessivage au dessus des cultures et accumulations localement n'ont pas été anticipés ni mesurés. Et ont par la suite été suspectés d'être à l'origine d'une augmentation de cancers de la thyroïde.

Au contraire nos voisins ont appliqué des principes de prévention simples et bien connus, pouvant de surcroît être limités dans le temps (à ne pas confondre avec le principe de précaution des conséquences inconnues, actuellement présent dans notre Constitution mais très secondaire au principe de prévention ordinaire, qui coute inévitablement cher).

C'est clair que disposer de l'information étrangère aurait pu mettre en garde la population française, mais plutôt qu'une information foncièrement falsifiée les gens naviguaient plutôt dans une franche pagaille où les sachants se croyaient infaillibles, les décideurs régnaient en maîtres, et les populations n’avaient pas la moindre idée précise sur les risques nucléaires mais plutôt une crainte. Ne restait que ce qu’on sait faire en France, rechercher les coupables. Évidemment dans une telle pagaille la justice a visé la tête qui dépassait, mais n’y a pas retrouvé ses petits, et ça s’est terminé par un non lieu.

Cela me semble assez caractéristique de la prévention en France, merci de l’exemple il était bien choisi.


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit