Naël - homme trans - cogiteur complusif

photo de l'auteur Naelv2
Naelv2
Homme de 49 ans
Gembloux
Bonjour à tous•tes,

Il y a quasiment un an maintenant, j'ai enfin mis un mot, une idée sur ce mal-être qui me poursuivait depuis 15 ans, malgré toutes mes tentatives pour essayer de m'en sortir.
Evidemment, ce n'était pas nouveau, quand j'étais gosse, j'ai essayé de me faire entendre, de le dire ... mais la pression a été tellement forte pour que je "rentre dans le rang" (punition, humiliation, déni, etc) que j'ai totalement "zappé". Faut dire aussi, que ce n'était pas les seules difficultés à gérer pour moi à l'époque ... donc l'enfant que j'étais a fait le "tri" pour parer au "plus urgent": survivre.

Mon adolescence, de ce point de vue-ci, a été plus "facile" ... grand, très androgyne, avec pratiquement aucun développement de mes attributs "féminins", pas de fesses, pas de hanches, pas de seins ... des épaules développées (je nageais et courrait vraiment beaucoup), musclé sans un pet de graisse. A partir de 18 ans, on m'appelais souvent "Monsieur" quand j'étais en jeans/T-shirt.
J'avais une bande de copains, des mecs qui me traitaient comme un mec ... et m'appelait même "Phil" (diminutif de mon 3e prénom) même quand j'étais habillé en fille. Car oui, ça m'arrivait tant que ça restait confortable et ne demandait pas trop de "chichi" ... et puis, il "fallait bien", ça faisait partie du rôle qui m'avait été assigné de force et avec lequel il me fallait "composer".
Il y avait toujours, dans tout ça, un coté "iconoclaste", "non déterminé" qui collait bien au coté "rebelle" de l'époque.

A 25 ans, je me suis même marié ... si, si ... mais évidemment ça n'a pas duré. D'abord, parce que mon coté nettement "androgyne plutôt masculin" qui avait séduit au début ... ne collait pas du tout avec celui de "l'épouse". Ensuite, parce qu'on ma diagnostiqué comme stérile (déficit hormonal très important, d'où le coté androgyne d'ailleurs). Séparation à l'amiable, et je "fonce dans la vie" ... au jour le jour, épicurien, en prenant les choses comme elles viennent.

A 30 ans, je "tombe" enceinte ... ce fut un cataclysme, je ne voulais pas le garder. Mais le papa, un ami (type sex-friend) ne m'a pas lâché pour que je donne une chance à cet embryon. Comme de toute façon, à cause du problème hormonal le risque était majeur que je le "perde" ... je me suis dit "alea jacta est" ... on verra bien. Mais, contre toute attente, il s'est accroché le bougre et j'ai donc mené cette grossesse à son terme. Si physiquement, je n'ai eu aucun soucis ... psychologiquement, ce fut l'enfer. Mais je dois avouer que sur le coup, le papa ne m'a pas lâché, m'a soutenu tout du long sans faillir. J'ai donc un fils, qui a aujourd'hui 18 ans ... la prunelle de mes yeux, la meilleure chose que j'ai fait de ma vie jusque là ... au bout du compte, c'est sans regret ... au contraire.

Mais après la naissance, le papa a repris sa vie ... il n'est pas trop du style à s'attacher, ni a rester longtemps avec la même personne. De plus, il est plutôt traditionnel au niveau de la famille ... c'est donc à la mère de s'occuper de la progéniture. J'avais mis au monde cet enfant qui n'avait rien demandé à personne, je voulais être pour lui la meilleure mère qui soit, lui donner toutes les chances, faire tout mon possible pour qu'il puisse un jour devenir un homme "bien", qui puisse être heureux et avancer en confiance dans la vie.

"Être la meilleure mère qui soit" ... c'était "renier" tout mon coté masculin et forcer tout mon coté féminin (qu'on a tous). Je ne connaissais rien d'autre ... je n'imaginais aucune autre possibilité ... alors j'ai foncé, je me suis donné entièrement (vi ... je suis plutôt du style "entier"). J'ai tenu 2.5 ans ... avant de m'effondrer dans ce qui n'a semblé, à l'époque, n'être qu'un burn-out.
Sauf que depuis ... à chaque fois que je me "relève" ... je tiens quelques temps, puis je m'écroule à nouveau ... ça a duré 15 ans. Je me suis fait "aider" ... j'ai pris des médocs ... mais à chaque fois, je retombais un peu plus bas, pour devenir une vraie loque dont la seule motivation à vivre était de donner le change, de me relever encore et encore pour mon fils ...

Il y a 18 mois, je retrouve assez d'énergie pour vouloir tenter une n-ième fois de me relever ... je me remets en recherche de psys qui pourraient m'aider, vraiment ... comme je suis (car je suis bizarre à d'autres niveaux aussi 😉 ). Là, j'ai eu de la chance ... j'ai trouvé.
En 6 mois, beaucoup de choses se libèrent ... et en novembre dernier, "tilt", "eurêka" ... je me souviens (enfin) de cette partie de mon enfance où je disais être un garçon. A partir de là, les choses sont allées assez vite.
Parce qu'il me fallait un avis psychiatrique ... je retourne voir le psychiatre qui m'avait suivi quand j'étais au plus profond, pendant plusieurs années. Il me dit qu'il n'est pas surpris, qu'il y avait pensé mais n'en avait pas parlé parce que ce n'était pas à lui à le faire.
Je "travaille" en parallèle avec le psychiatre et les psychologues ... histoire d'éclaircir tout ça, de mette les choses à plat et au clair ... histoire d'être certains que ce n'est pas une n-ième "fausse route". Et en juin, j'ai commencé les hormones ... et j'ai fait mon "coming-out" en même temps, famille, amis ... et dans la vie de tous les jours.

Je pense que j'ai de la chance, car même si certains ont du mal (plus spécialement dans la famille où certains sont ... "traditionnels"), personne ne m'a rejeté, ou maltraité, ou ... a eu de réaction vraiment négative.
Beaucoup ont même eu des réactions positives, voir très positives me voyant "revivre", reprendre du "poil de la bête" (au figuré pour le moment seulement 😜 ).
Et pas mal, m'ont même dit que passé la surprise initiale ... ils n'étaient en fait pas du tout étonnés, que ça leur semblait tomber "sous le sens", logique, évident.

Voilà ... c'est un peu (???) longuet ... mais je me dis que de raconter un bout de mon histoire peut en dire autant sur mon caractère que si je m'étais simplement décrit.
Si vous avez des questions ... n'hésitez pas. ☺️


photo de l'auteur Mandragore69
Mandragore69
Homme de 46 ans
lyon

3 remerciements
Beaucoup de courage, de volonté dans ton parcours,
Bienvenue à toi

photo de l'auteur Naelv2
Naelv2
Homme de 49 ans
Gembloux
Merci Mandragore69 ☺️

photo de l'auteur Estebanftm
Estebanftm
Homme de 27 ans
Calais
Salut Naelv2, sacré parcours, tu as eu beaucoup de force et de courage pour ne jamais lâcher malgré que ce fût difficile. En tout cas le meilleur est maintenant à venir, bonne chance pour la suite :)

photo de l'auteur Naelv2
Naelv2
Homme de 49 ans
Gembloux
Merci Esteban ☺️

"Le meilleur à venir" ... je l'espère, j'en ai envie.
D'ailleurs, je me faisais justement la réflexion que pour la première fois de ma vie, mon âge me semble devenir un "problème" ... avec un sentiment "d'urgence", de vouloir que les "choses aillent vites" pour "rattraper" un temps qui me semble maintenant perdu.
Jusque là, j'avais le sentiment que le temps me passait dessus comme un pet sur une toile cirée ... un peu nauséabond pour certains détails (Je n'ai plus 20 ans mon bon monsieur 😜 ) ... mais finalement sans grand mal ou importance.
Mais là, c'est comme si mon presque "demi-siècle" m'avait rattrapé ... c'est pas cool comme sensation.

photo de l'auteur Naelv2
Naelv2
Homme de 49 ans
Gembloux
Merci Duras. ☺️

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit