Les féministes contre le manspreading masculin

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Il ne vous aura sans doute pas échappé que les filles bien éduquées s’assoient les jambes serrées, et que les mecs soucieux de ne pas surchauffer leurs précieuses gamètes et d’exposer leur virilité s’assoient les jambes écartées.

Ces postures purement physiologico-anatomiques qui prévoyaient qu’une femme aux hanches larges et cuisses serrées puisse s’asseoir à coté d’un homme aux hanches étroites jambes écartées, et que tout ça leur donne envie de faire ensemble des bébés, ont été inventées par dame nature avant l’invention des transports en commun et son billet unique ouvrant droit à un espace identique.

Et cela pose problème aux féministes qui lancent des pétitions pour lutter contre ce phénomène.

Curieusement les hommes ne s’en plaignent pas, pourtant inévitablement deux hommes assis cote à cote empiètent mutuellement sur leur espace vital. C’est une des subtilités des règles de virilité dont les gays ne se plaignent pas.

Bref, après New York sous la pression des féministe la ville de Madrid a décidé d’ouvrir les hostilités contre manspreading.
On s’attend à ce que Paris soit à terme dans le collimateur, même si la RATP ne signale pas de problème.

Personnellement je suis pour la paix des ménages, et estime que tout le monde trouverait son compte si assis ensembles les hommes les écartaient un peu moins les jambes et les filles un peu plus. Mais bon ce n'est qu'un avis tendant vers l'égalité des sexes.

Sinon il existerait la possibilité de relancer les port du sarong masculin tel qu’il existait en Asie du sud avant que s’impose le pantalon et la cravate, qui est une sorte de jupe masculine. C’est très aéré l’été .

En attendant je lance le débat.

A oui, une source :
https://www.franceinter.fr/societe/manspreading-paris-suivra-t-elle-new-york-et-madrid


photo de l'auteur Ovniscient
Ovniscient
Homme de 22 ans
Douai

4 remerciements
Quand on a rien à se mettre sous la dent on se créé des problèmes^^

Perso j'ai jamais vu un seul mec géner avec l'écartement de ses jambes.

C'est un peu comme les médias qui parlent de la poignet de main Trump-Macron ou des costumes que ce dernier porte... parler pour ne rien dire.

photo de l'auteur PetitPrinceEmil
PetitPrinceEmil
Homme de 21 ans
Bordeaux
Moi ce qui me gêne c'est la justification de cette interdiction : ou c'est féministe et anti-sexiste, et dans ces là ça voudrait dire que les femmes ne le font jamais ( Seraient-elles parfaites haha ?) et que les hommes qui n'écartent pas les cuisses ne seraient pas gênés par ceux qui le font ( bah oui le sexisme ne touche que les femmes donc par déduction ...), ou alors c'est purement une réclamation contre les incivilités pratiquées par TOUT LE MONDE et là je dis oui à 100%, interdisons aux gens d'écarter les cuisses dans les transports en commun, interdisons les sac à dos, à mains, de courses sur le siège d'à côté, interdisons de parler fort ou de faire trop de bruit comme si on était chez mémé, interdisons les gens qui rentrent avant que les passagers soient sortis, etc .. Si c'est dans cette démarche là, oui 👍🏻

photo de l'auteur Avatea
Avatea
Homme de 27 ans
Paris

18 remerciements
Les genres sont des constructions sociales : dans cette idée, nombre de garçons sont élevés de façon à être encouragés à s'exprimer, à valoriser leurs idées, à être soutenus en particulier par l'autre genre ("maman a fait le repas, les pieds sous la table mon chéri !"). Nombre de filles sont éduquées à suivre l'autre, à prendre sur elles, à rester polies, à penser aux autres... et à ne pas écarter les jambes.
Même si ces constructions en viennent enfin à remises en question, elles n'en demeurent pas moins présentes et visibles à travers des manifestations qu'on pourrait juger anodines... commme le man-spreading.
Bien sûr, tout cela est tellement intégré que ça apparaît de façon involontaire, incontrôlée. On sait par exemple que dans les réunions mixtes d'association lesbiennes ou féministes la distribution de la parole penche presque toujours en faveur des hommes, même s'il n'y en a qu'un pour vingt femmes, même lorsque ce même homme défend des idées conformes aux vues des autres femmes présentes.

Raison pour laquelle il est courant de voir des réunions d'assoces limitées au public féminin.

Le man-spreading est visé ici en tant qu'expression d'un comportement d'un genre qui empiète sur l'autre. Clairement un comportement qui associe son auteur à un "mec" et qui est valorisé dans certains médias (le "mec badass", le voyou, le loubard). S'il s'agissait d'un comportement qui ne posait aucun problème à autrui (comme porter des lunettes de soleil dans le métro pour se donner un genre beau-gosse), le problème ne se poserait pas. Et c'est justement ce que pourraient penser des gens qui ne sont pas sensibilisés à ça. Ils penseront qu'écarter les jambes est aussi légitime pour eux que de porter une barbe de hipster ou d'arborer leurs nouvelles Ray-Ban... Il s'agit de faire prendre conscience de l'existence de ces comportements, de leurs implications et de la gêne que ça pose au quotidien. Ne pas relever ce problème, c'est conscientiser que ce genre de comportement gênant a pleine légitimité et qu'il n'y a pas lieu d'en discuter.
Citation de PetitPrinceEmil
c est purement une réclamation contre les incivilités pratiquées par TOUT LE MONDE et là je dis oui à 100%, interdisons aux gens d écarter les cuisses dans les transports en commun, interdisons les sac à dos, à mains, de courses sur le siège d à côté, interdisons de parler fort ou de faire trop de bruit comme si on était chez mémé, interdisons les gens qui rentrent avant que les passagers soient sortis, etc.:
La différence, c'est que tu peux facilement demander à quelqu'un qui place ses courses de travers de faire un petit effort parce qu'il y a clairement un souci d'ordre physique, matériel et qui est communément reconnu comme tel... alors qu'une femme qui se plaint d'un homme qui prend toute la place (souvent sans s'en rendre compte) passe plus volontiers pour une féministe excitée qui fait du raffut pour rien. Parce que des hommes qui n'en sont pas conscients pourraient facilement mal le prendre.
Autrement dit pas vraiment de légitimité à le faire. Pour le bruit il me semble que certains transports en commun ont déjà fait des campagnes et sensibilisé les passagers à ce sujet.
Il ne s'agit pas de réprimer tous les comportements indésirables, ce devrait être à visée pédagogique, pour permettre à des gens de mieux se comporter pour un mieux vivre ensemble.

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
C’est marrant, je me faisais la réflexion l’autre jour des conventions sociales masculines et féminines de maintien assis. J’aime croiser les jambes et chez un homme, nous devons le faire d’une certaine manière, virile, pour ne pas qu’il ressemble au croisement de jambes d’une femme. C’est d’ailleurs moins naturel et pratique. Personnellement, je n’en ai rien à battre, donc je croise de la façon la plus simple mes jambes. En revanche, en position décroisée, j’écarte les jambes, mais jamais au point de gêner ma voisine ou mon voisin.

Je trouve que c’est peu fréquent que le problème d’espace se pose. J’ai déjà constaté le phénomène dans les transports en commun, avec des mecs machos, limite agressifs, qui écartaient beaucoup les jambes, mais ce qui est amusant, c’est qu’ils sont souvent manipulables par l’injonction intérieure à ne pas ressembler à un « pédé ». Donc, la plupart du temps, il suffit que je touche leur jambe avec la mienne, de façon prolongée, pour qu’ils me laissent de la place. Pour les autres hommes qui écartent naturellement les jambes, se toucher un peu de façon prolongée peut se produire, sans que cela pose souci. Le premier parce qu’il n’y voit pas de connotation sexuelle et l’autre (moi), parce que je n’ai vraiment aucun souci avec ça (haha).

Avec une femme, je comprends que l’expérience puisse être différente. Cependant, elles sont en moyenne physiquement plus petites et si elles portent une jupe, elles n’apprécient généralement pas d’écarter leurs jambes. Si elles sont en pantalon, elles croisent leurs jambes ou les écarte légèrement, selon l’espace. Pour des raisons de convention sociale, mais aussi esthétique ou encore naturelle (absence d’organe génital mâle et archétype féminin davantage sur la contenance que l’expansion physique). Dans l’immense majorité des cas, je n’ai pas la notion que cela pose un problème.

L’égalité de droit entre les sexes, les genres, les orientations sexuelles, c’est juste. Par contre, on a parfois l’impression (et je suis gentil) que les féministes cherchent à nier ces différences, à la limite de la castration. Ecarter les jambes pour un homme n’est pas seulement culturel, c’est aussi naturel. Sans rentrer dans les détails et dans le prolongement de Lindos, on a besoin d’éviter que cela surchauffe dans l’entrejambe…^^

Inversement, pour être juste, l’écartement de jambes peut être utilisé à d’autres fins, comme l’illustre cette anecdote personnelle, survenue il y a de nombreuses années dans le bus :)

Je rentre et m’assoie à l’arrière, côté fenêtre, sens opposé au déplacement, dans un emplacement à quatre. Il y a déjà un jeune homme imposant, en face de moi, côté couloir et je me rends compte une fois assis qu’il est très agité et visiblement agressif. Je l’ignore ostensiblement. Les minutes s’égrainent et au prochain stop, deux hommes imposants, dont un très grand et baraqué s’approchent. Ils ont été appelés par le conducteur de bus, comme je le comprends ensuite, car il y a eu un souci entre cet homme et d’autres passagers. L’homme baraqué s’assoit à côté de moi, tandis que son compère l’épaule debout à ses côtés. Une bataille d’intimidation silencieuse se met en place. L’agent écarte amplement les jambes, comme pour s’ancrer et s’appuie complètement contre ma jambe. Il est donc flanqué de son collègue et de ma personne. Il fait face à l’excité et le regarde droit dans les yeux. Son compère debout fait de même. Cela va durer de nombreuses minutes. L’agité va peu à peu perdre contenance, l’intimidation porte visiblement ses fruits. Par contre, moi au milieu de tout ça, je vois mon arrêt arriver ^^. Je suis obligé de rompre l’ancrage corporel avec l’agent. Je sens qu’il n’est pas content, mais je me fais aussi discret que possible en passant entre les deux et je m’en vais. Je ne connaîtrai jamais le dénouement de ce rapport de force :)

Donc écarter les jambes peut vouloir dire beaucoup de choses, selon les contextes (aération, ancrage, convention, domination, etc.). Je pense qu’il faut savoir s’adapter, sans chercher à tout réguler et voir le mal partout. Si cela pose vraiment problème en France (ça reste à prouver selon la RATP par exemple), je ne suis pas contre des affichettes rappelant aux personnes de ne pas écarter excessivement les jambes par courtoisie pour les voisins, mais sans pointer du doigt un sexe en particulier (manspreading). C’est une histoire de courtoisie avant tout et c’est inutile d’en faire une guerre des sexes.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Ovniscient
Quand on a rien à se mettre sous la dent on se créé des problèmes^^

Perso j ai jamais vu un seul mec géner avec l écartement de ses jambes.

.


http://www.huffingtonpost.fr/patric-jean/manspreading-reactions-hommes-denonciation-enseignements_a_22417863/

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Jefusunstylo
Citation de Ovniscient
Quand on a rien à se mettre sous la dent on se créé des problèmes^^

Perso j ai jamais vu un seul mec géner avec l écartement de ses jambes.

.


http://www.huffingtonpost.fr/patric-jean/manspreading-reactions-hommes-denonciation-enseignements_a_22417863/


quant à ton "rien à se mettre sous la dent"
les femmes sont harcelées dans la rue, payées moins, victimes de violences conjugales, traitée avec condescendance.
Elles ont de quoi se mettre sous la dent et n'ont pas besoin de s'inventer des problèmes.

mais bravo pour ton mépris.

photo de l'auteur Ivysaur
Ivysaur
Homme de 26 ans
Nancy
C'est une très bonne chose, mais ça va être difficile.
En tant qu'homme, il m'arrive couramment de pratique le manspreading. Et je dois dire que dans un train, avec le siège devant, il est parfois difficile de faire autrement sans encombrer le couloir avec ses jambes (car le croisement des jambes empêche l'utilisation de ;a tablette du siège).

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
J’admets qu'en tant qu'homme je ne m’étais jamais vraiment posé la question, y compris à Madrid où j’ai trouvé les gens plutôt raffinés et respectueux des autres, même si j’ai parfois croisé des gens qui prennent délibérément leurs aises souvent des jeunes visiblement adeptes des incivilités.

Les difficultés de partage de l’espace vital me semblait plutôt liées aux milieux défavorisés, où l’obésité est plus fréquente, où des gens épuisés transportent dans les transports en commun ce que les gens plus aisés transportent en voiture y compris les poussettes et enfants, où la vie est plus est plus bruyante, où la promiscuité est forte, etc. Mais là encore les gens s’adaptent au mieux.

Mais en y regardant de plus près, c’est vrai que les mecs écartent toujours plus les jambes que les filles.

Et je crains fort que cette caractéristique acquise depuis le plus jeune âge ne soit difficile à rééduquer plus tard, au-delà des abus manifestes qui peuvent survenir.

Les seuls souvenirs que j’ai de mecs qui serrent les jambes ce sont des statues anciennes notamment mésopotamiennes ou égyptiennes. Mais faut dire qu’à ces époques là les mecs étaient habillés en jupe ou en robe, ceci expliquant peut-être cela, outres que les dignitaires étaient sans doute obligé de se tenir décemment.

Quoique les mecs des pays chauds encore habillés à notre époque en sarong ou djellaba couvrant largement les jambes, ne se privent pas de prendre leurs aises sous ces tissus pour aérer le tout. Ce que ne font pas les femmes.
Par contre dans les cultures par exemple en Chine ou au Viêtnam où les femmes du peuple s’habillent traditionnellement en pantalon, ça ne les gênent pas du tout de voyager dans des positions improbables dans les transports en commun, la tête sur un balo et les doigts de pieds accrochés à une barre d’appui. En tout cas à la campagne, car en ville les gens savent mieux se tenir ha ha. Et les mecs font évidemment pareil, mais tous essaient de partager tout l’espace vital en trois dimensions sans se gêner. Sauf dans la quatrième dimension, la durée, qui est toujours très longue et très bruyante car c’est très mal vu de chuchoter dans son coin mdr.

Bref il semble bien exister des postures liées au genre, mais aussi à la culture.


Enneathusias,
"Ecarter les jambes pour un homme n’est pas seulement culturel, c’est aussi naturel."

La formule est belle, il faut que je la note ^^

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
J'ai un peu délaissé ce topic, que j'ai pris (peut-être) un peu trop avec humour...

Personnellement je dénonce le harcèlement sexuel de rue (dont la pénalisation a été bloquée par nos parlementaires), soutiens l'éducation à l'égalité des genres (contre laquelle luttent les conservateurs), et donc ne cautionne pas la supériorité masculine (héritée du patriarcat, largement transmis par les religieux).

Mais lutter de façon excessive contre la posture naturelle des mecs pourrait aussi être vu comme du sexisme.

Pourtant comme le rappelle Avatea il existe certainement une éducation sur "le bien se tenir" dans des lieux publics, sans marcher sur les pieds de son voisin ou sa voisine, écraser son voisin ou sa voisine dans les transports en commun, prendre sa place en étalant ses jambes et ses bagages, dérangeant les autres avec son mobile ou sa musique, etc.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
"Mais lutter de façon excessive contre la posture naturelle des mecs pourrait aussi être vu comme du sexisme."

Les hommes qui se tiennent bien, il y a en a plein, et ce ne sont pas des mutants.
Ils ne méprisent pas les gens assis à côté d'eux c'est tout.
C'est comme les gens qui ne disent pas bonjour à leur boulangère, c'est pas parce que c'est naturel d'être perdu dans ses pensées, c'est juste qu'ils sont mal élevés.

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Jefusunstylo,
"Les hommes qui se tiennent bien, il y a en a plein"

J’ai acquis cet après midi la certitude que c’est foutu, je vais expliquer pourquoi.

Et pour bien comprendre cela nécessite de raconter un peu de my life.
Donc aujourd’hui il fait une chaleur torride dans ma ville, et comme je travaillais pas cet après-midi après avoir mangé un bon pho (j’expliquerai peut-être un jour pourquoi il faut manger une soupe brûlante quand il fait chaud, mais c’est HS) je me suis précipité au cinéma, un des seuls endroits frais avec les centres commerciaux et les églises, sauf que les centres commerciaux finissent par être coûteux, et les églises sont gratuites mais il ne s’y passe rien d’intéressant.

Bref, en sortant du cinéma je me précipite dans un métro, où la chaleur n’a pas encore pénétrée.
Pour bien comprendre il faut savoir que dans ma ville pour faire rentrer un maximum de personnes dans le métro, les sièges ne sont pas en travers comme partout mais des bancs longitudinaux le long de parois, avec une légère barre séparant les gens deux par deux. En face de moi il y en avait un de quatre places.

Me souvenant que j’avais ce topic de la plus haute importance sur le feux, j’ai discrètement observé les gens. De gauche à droite il y avait une femme, puis un homme, puis une mère de famille, et enfin son garçon de moins de 10 ans. Les femmes étaient en jupe au dessus du genou, et apparemment bien éduquées serraient les jambes. Les hommes étaient en pantalon, le premier avaient les jambes écartées d’autant qu’il avait posé sa pochette devant son sexe (allez savoir pourquoi), et le petit bonhomme avait lui aussi les jambes écartées, dans cette position qui rafraîchit dès leur plus jeune âge les mecs harassés de chaleur.

Point positif qu’il convient de souligner, cette brochette de personnes ramollies par la chaleur occupaient tout l’espace disponible, mais sans se toucher, ce qui laisse penser qu’elles étaient toutes convaincues de « bien se tenir ».

Or on sait maintenant qu’il n’en était rien…
Je me suis imaginé faire la remarque à cette brave mère de famille qu’elle éduquait mal son jeune fils, le laissant se détendre en largeur pendant qu’elle se faisait la plus étroite possible dans sa jupe.
Mais je m’en suis abstenu bien entendu, parce qu’au mieux on m’aurait pris pour un débile, et au pire pour dangereux pervers.

Je suis donc ressorti du métro non seulement foudroyé par la chaleur extérieure, mais aussi convaincu que c’est définitivement foutu.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Cette histoire de ventilation des testicules me donne juste envie de vomir (mais ce n'est que mon avis de lesbienne ^^). Et puis le sexe des femmes peut être très moite aussi ^^ Peut-être s'agit-il d'un trop plein situé au niveau des testicules mais dans ce cas, une seule solution pour ceux qui ne peuvent pas les vider ; la masturbation ^^ La demande n'est pas que les hommes soient obligés de s'asseoir avec les genoux collés l'un à l'autre. Et puis c'est dingue quand même ; pourquoi certains y arrivent et d'autres pas ? Personnellement, quand un mec empiète sur mon territoire, je ne bouge pas d'un poil, question de fierté. et s'il s'appuie contre ma jambe, je fais de même. J'aime écarter les jambes aussi quand je suis assise, mais quand quelqu'un vient se mettre à côté de moi, je les rejoins un peu parce que c'est le moindre des respects de laisser les gens s'asseoir tranquillement dans les transports en commun sans qu'ils soient obligés de mettre leurs jambes de travers. Et puis cette histoire d'aération des testicules, ce n'est qu'une excuse. C'est du machisme, c'est tout, que ça soit envers les hommes disons "bêta" (même si je n'aime pas ce terme) ou les femmes.

photo de l'auteur Superpositoire
Superpositoire
Homme de 26 ans
Douai

15 remerciements
ridicule ... Le seul mot qui me vient à l'esprit.
Quelqu'un prend trop de places ? On lui demande poliment de laisser de la place aux autres.
Cette manie de donner des noms et à tout à n'importe quoi ... Ridicule, voir même pathétique .

photo de l'auteur sylfarme
Sylfarme
Homme de 20 ans
Lille
Bonsoir à tous,

Pour moi le combat contre le man-spreading sert surtout à pointer du doigt des preuves qu'en société il y a toujours des comportements que seuls les hommes se permettent et des comportements que seules les femmes se permettent.

Passons outre les cas dans lesquels il y a des contraintes vestimentaires ( Jupes, robes, tout vêtement "ouvert" .. ) et les soucieux du bien être de leur appareil génital, ils sont secondaires.

Ensuite, il se peut que ce soit un problème d'éducation et je l'entends dans le sens où on a pas appris à l'individu les règles de vie dans le bus ou le métro par exemple. Mais si ce n'était que ça on verrait autant de femme écarter leurs jambes que d'hommes et l'expérience montre bien que ce n'est pas du tout le cas. Il y a donc bien un phénomène de société , culturel derrière le simple fait d'écarter les jambes.

Le fait qu'une femme en jean n'a pas la même position assise qu'un homme en jean révèle une considération culturelle différente des deux genres ( qui sont construits ) comme dit plus haut l'homme est amené à poser son opinion à s'affirmer. tandis que la femme, elle, doit encourager l'autre genre..

Si on y réfléchit un peu c'est très simple de faire la corrélation entre le man-spreading et une conception du genre homme que l'on essaye de dépasser de nos jours ( par le féminisme ) : d'un point de vue basique, quelque chose de grand, de long apparaît plus fort, plus puissant que quelque chose de petit ( pensez aux grandes questions sur la taille du sexe et vous y verrez apparaître la même idée ). Le man-spreading est bien cet "étalement" de l'homme et donc, inconsciemment, le développement de cette mentalité ancienne qu'on tente de dépasser de nos jours puisque l'homme est amené à affirmer son rôle de supériorité.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
C'est toujours marrant quand des hommes viennent parler de féminisme. Surtout des gays parce que c'est chez eux qu'on trouve les pires des misogynes (même si certains sont - rarement, toutefois - féministes au contraire). Bref, continuez à parler entre vous de sexisme puisque c'est vrai que vous devez être bien informés (ironie, je précise).
Quand on attaque les gays, qui sont une minorité comme une autre, vous criez tous au scandale. Mais quand il s'agit d'autres minorités ; de femmes, de noirs, de musulmans ou de juifs, vous n'hésitez pas à cracher votre venin.
Aimeriez-vous qu'un hétéro vienne ici parler de l'homosexualité comme s'il en savait quelque chose par exemple ? Aimeriez-vous (si vous étiez noir, même si vous avez du mal à vous mettre à la place des autres apparemment) que des blancs viennent ici discuter de la discrimination à l'emploi des personnes de couleur et dire que c'est juste culturel, que c'est normal, qu'on préfère rester entre blancs ? C'est un non-sens total et je ne m'abaisserai plus à essayer de vous faire entendre raison sur une question aussi simple que le respect d'autrui.

photo de l'auteur Superpositoire
Superpositoire
Homme de 26 ans
Douai

15 remerciements
Citation de Edrazel
C est toujours marrant quand des hommes viennent parler de féminisme. Surtout des gays parce que c est chez eux qu on trouve les pires des misogynes (même si certains sont - rarement, toutefois - féministes au contraire). Bref, continuez à parler entre vous de sexisme puisque c est vrai que vous devez être bien informés (ironie, je précise).
Quand on attaque les gays, qui sont une minorité comme une autre, vous criez tous au scandale. Mais quand il s agit d autres minorités ; de femmes, de noirs, de musulmans ou de juifs, vous n hésitez pas à cracher votre venin.
Aimeriez-vous qu un hétéro vienne ici parler de l homosexualité comme s il en savait quelque chose par exemple ? Aimeriez-vous (si vous étiez noir, même si vous avez du mal à vous mettre à la place des autres apparemment) que des blancs viennent ici discuter de la discrimination à l emploi des personnes de couleur et dire que c est juste culturel, que c est normal, qu on préfère rester entre blancs ? C est un non-sens total et je ne m abaisserai plus à essayer de vous faire entendre raison sur une question aussi simple que le respect d autrui.


Ne mets pas tout le monde dans le même sac, merci

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je me cite

Citation de Edrazel
(même si certains sont - rarement, toutefois - féministes au contraire).

photo de l'auteur Superpositoire
Superpositoire
Homme de 26 ans
Douai

15 remerciements
Citation de Edrazel
Je me cite

Citation de Edrazel
(même si certains sont - rarement, toutefois - féministes au contraire).


Puisque tu aimes les citations :

Quand on attaque les gays, qui sont une minorité comme une autre, vous criez tous au scandale. Mais quand il s agit d autres minorités ; de femmes, de noirs, de musulmans ou de juifs, vous n hésitez pas à cracher votre venin.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
d'accord avec Edrazel, un mec qui parle de ce que les femme subissent et qui réplique

"Quelqu'un prend trop de place ? On lui demande poliment de laisser de la place aux autres."

Genre on y a pas pensé ou alors devant un mec bien plus grand et clairement irrespectueux on est allé le demander d'une manière vulgaire.

Si ça marchait ça se saurait, sans compter que demander à quelqu'un de ne pas te pousser pour prendre ta place parce qu'il ne pense pas à le faire tout seul, c'est déjà un problème. Le droit de s'asseoir après une journée crevante de devrait pas passer par une négociation, surtout quand se sont les seules 15 minutes que tu as pour toi dans la journée, assise sans devoir rien faire.
et puis quand tu demandes bien souvent tu te fais insulter, menacer par l'écarteur de jambes et par pleins de mec du métro dont ça devient les affaires.
demander, ça ne marche pas.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit