Les féministes contre le manspreading masculin

Lindos   - Modification par Lindos le 19/06/2017 - 09:28:15
Il ne vous aura sans doute pas échappé que les filles bien éduquées s’assoient les jambes serrées, et que les mecs soucieux de ne pas surchauffer leurs précieuses gamètes et d’exposer leur virilité s’assoient les jambes écartées. Ces postures purement physiologico-anatomiques qui prévoyaient qu’une femme aux hanches larges et cuisses serrées puisse s’asseoir à coté d’un homme aux hanches étroites jambes écartées, et que tout ça leur donne envie de faire ensemble des bébés, ont été inventées par dame nature avant l’invention des transports en commun et son billet unique ouvrant droit à un espace identique. Et cela pose problème aux féministes qui lancent des pétitions pour lutter contre ce phénomène. Curieusement les hommes ne s’en plaignent pas, pourtant inévitablement deux hommes assis cote à cote empiètent mutuellement sur leur espace vital. C’est une des subtilités des règles de virilité dont les gays ne se plaignent pas. Bref, après New York sous la pression des féministe la ville de Madrid a décidé d’ouvrir les hostilités contre manspreading. On s’attend à ce que Paris soit à terme dans le collimateur, même si la RATP ne signale pas de problème. Personnellement je suis pour la paix des ménages, et estime que tout le monde trouverait son compte si assis ensembles les hommes les écartaient un peu moins les jambes et les filles un peu plus. Mais bon ce n'est qu'un avis tendant vers l'égalité des sexes. Sinon il existerait la possibilité de relancer les port du sarong masculin tel qu’il existait en Asie du sud avant que s’impose le pantalon et la cravate, qui est une sorte de jupe masculine. C’est très aéré l’été . En attendant je lance le débat. A oui, une source : https://www.franceinter.fr/societe/manspreading-paris-suivra-t-elle-new-york-et-madrid
Ancien membre  
Quand on a rien à se mettre sous la dent on se créé des problèmes^^ Perso j'ai jamais vu un seul mec géner avec l'écartement de ses jambes. C'est un peu comme les médias qui parlent de la poignet de main Trump-Macron ou des costumes que ce dernier porte... parler pour ne rien dire.
Ancien membre  
Moi ce qui me gêne c'est la justification de cette interdiction : ou c'est féministe et anti-sexiste, et dans ces là ça voudrait dire que les femmes ne le font jamais ( Seraient-elles parfaites haha ?) et que les hommes qui n'écartent pas les cuisses ne seraient pas gênés par ceux qui le font ( bah oui le sexisme ne touche que les femmes donc par déduction ...), ou alors c'est purement une réclamation contre les incivilités pratiquées par TOUT LE MONDE et là je dis oui à 100%, interdisons aux gens d'écarter les cuisses dans les transports en commun, interdisons les sac à dos, à mains, de courses sur le siège d'à côté, interdisons de parler fort ou de faire trop de bruit comme si on était chez mémé, interdisons les gens qui rentrent avant que les passagers soient sortis, etc .. Si c'est dans cette démarche là, oui 👍🏻
Ancien membre   - Modification par Avatea le 19/06/2017 - 11:29:46
Les genres sont des constructions sociales : dans cette idée, nombre de garçons sont élevés de façon à être encouragés à s'exprimer, à valoriser leurs idées, à être soutenus en particulier par l'autre genre ("maman a fait le repas, les pieds sous la table mon chéri !"). Nombre de filles sont éduquées à suivre l'autre, à prendre sur elles, à rester polies, à penser aux autres... et à ne pas écarter les jambes. Même si ces constructions en viennent enfin à remises en question, elles n'en demeurent pas moins présentes et visibles à travers des manifestations qu'on pourrait juger anodines... commme le man-spreading. Bien sûr, tout cela est tellement intégré que ça apparaît de façon involontaire, incontrôlée. On sait par exemple que dans les réunions mixtes d'association lesbiennes ou féministes la distribution de la parole penche presque toujours en faveur des hommes, même s'il n'y en a qu'un pour vingt femmes, même lorsque ce même homme défend des idées conformes aux vues des autres femmes présentes. Raison pour laquelle il est courant de voir des réunions d'assoces limitées au public féminin. Le man-spreading est visé ici en tant qu'expression d'un comportement d'un genre qui empiète sur l'autre. Clairement un comportement qui associe son auteur à un "mec" et qui est valorisé dans certains médias (le "mec badass", le voyou, le loubard). S'il s'agissait d'un comportement qui ne posait aucun problème à autrui (comme porter des lunettes de soleil dans le métro pour se donner un genre beau-gosse), le problème ne se poserait pas. Et c'est justement ce que pourraient penser des gens qui ne sont pas sensibilisés à ça. Ils penseront qu'écarter les jambes est aussi légitime pour eux que de porter une barbe de hipster ou d'arborer leurs nouvelles Ray-Ban... Il s'agit de faire prendre conscience de l'existence de ces comportements, de leurs implications et de la gêne que ça pose au quotidien. Ne pas relever ce problème, c'est conscientiser que ce genre de comportement gênant a pleine légitimité et qu'il n'y a pas lieu d'en discuter. Citation de PetitPrinceEmil
c est purement une réclamation contre les incivilités pratiquées par TOUT LE MONDE et là je dis oui à 100%, interdisons aux gens d écarter les cuisses dans les transports en commun, interdisons les sac à dos, à mains, de courses sur le siège d à côté, interdisons de parler fort ou de faire trop de bruit comme si on était chez mémé, interdisons les gens qui rentrent avant que les passagers soient sortis, etc.:
La différence, c'est que tu peux facilement demander à quelqu'un qui place ses courses de travers de faire un petit effort parce qu'il y a clairement un souci d'ordre physique, matériel et qui est communément reconnu comme tel... alors qu'une femme qui se plaint d'un homme qui prend toute la place (souvent sans s'en rendre compte) passe plus volontiers pour une féministe excitée qui fait du raffut pour rien. Parce que des hommes qui n'en sont pas conscients pourraient facilement mal le prendre. Autrement dit pas vraiment de légitimité à le faire. Pour le bruit il me semble que certains transports en commun ont déjà fait des campagnes et sensibilisé les passagers à ce sujet. Il ne s'agit pas de réprimer tous les comportements indésirables, ce devrait être à visée pédagogique, pour permettre à des gens de mieux se comporter pour un mieux vivre ensemble.
Ancien membre   - Modification par Enneathusias le 19/06/2017 - 12:24:18
C’est marrant, je me faisais la réflexion l’autre jour des conventions sociales masculines et féminines de maintien assis. J’aime croiser les jambes et chez un homme, nous devons le faire d’une certaine manière, virile, pour ne pas qu’il ressemble au croisement de jambes d’une femme. C’est d’ailleurs moins naturel et pratique. Personnellement, je n’en ai rien à battre, donc je croise de la façon la plus simple mes jambes. En revanche, en position décroisée, j’écarte les jambes, mais jamais au point de gêner ma voisine ou mon voisin. Je trouve que c’est peu fréquent que le problème d’espace se pose. J’ai déjà constaté le phénomène dans les transports en commun, avec des mecs machos, limite agressifs, qui écartaient beaucoup les jambes, mais ce qui est amusant, c’est qu’ils sont souvent manipulables par l’injonction intérieure à ne pas ressembler à un « pédé ». Donc, la plupart du temps, il suffit que je touche leur jambe avec la mienne, de façon prolongée, pour qu’ils me laissent de la place. Pour les autres hommes qui écartent naturellement les jambes, se toucher un peu de façon prolongée peut se produire, sans que cela pose souci. Le premier parce qu’il n’y voit pas de connotation sexuelle et l’autre (moi), parce que je n’ai vraiment aucun souci avec ça (haha). Avec une femme, je comprends que l’expérience puisse être différente. Cependant, elles sont en moyenne physiquement plus petites et si elles portent une jupe, elles n’apprécient généralement pas d’écarter leurs jambes. Si elles sont en pantalon, elles croisent leurs jambes ou les écarte légèrement, selon l’espace. Pour des raisons de convention sociale, mais aussi esthétique ou encore naturelle (absence d’organe génital mâle et archétype féminin davantage sur la contenance que l’expansion physique). Dans l’immense majorité des cas, je n’ai pas la notion que cela pose un problème. L’égalité de droit entre les sexes, les genres, les orientations sexuelles, c’est juste. Par contre, on a parfois l’impression (et je suis gentil) que les féministes cherchent à nier ces différences, à la limite de la castration. Ecarter les jambes pour un homme n’est pas seulement culturel, c’est aussi naturel. Sans rentrer dans les détails et dans le prolongement de Lindos, on a besoin d’éviter que cela surchauffe dans l’entrejambe…^^ Inversement, pour être juste, l’écartement de jambes peut être utilisé à d’autres fins, comme l’illustre cette anecdote personnelle, survenue il y a de nombreuses années dans le bus :) Je rentre et m’assoie à l’arrière, côté fenêtre, sens opposé au déplacement, dans un emplacement à quatre. Il y a déjà un jeune homme imposant, en face de moi, côté couloir et je me rends compte une fois assis qu’il est très agité et visiblement agressif. Je l’ignore ostensiblement. Les minutes s’égrainent et au prochain stop, deux hommes imposants, dont un très grand et baraqué s’approchent. Ils ont été appelés par le conducteur de bus, comme je le comprends ensuite, car il y a eu un souci entre cet homme et d’autres passagers. L’homme baraqué s’assoit à côté de moi, tandis que son compère l’épaule debout à ses côtés. Une bataille d’intimidation silencieuse se met en place. L’agent écarte amplement les jambes, comme pour s’ancrer et s’appuie complètement contre ma jambe. Il est donc flanqué de son collègue et de ma personne. Il fait face à l’excité et le regarde droit dans les yeux. Son compère debout fait de même. Cela va durer de nombreuses minutes. L’agité va peu à peu perdre contenance, l’intimidation porte visiblement ses fruits. Par contre, moi au milieu de tout ça, je vois mon arrêt arriver ^^. Je suis obligé de rompre l’ancrage corporel avec l’agent. Je sens qu’il n’est pas content, mais je me fais aussi discret que possible en passant entre les deux et je m’en vais. Je ne connaîtrai jamais le dénouement de ce rapport de force :) Donc écarter les jambes peut vouloir dire beaucoup de choses, selon les contextes (aération, ancrage, convention, domination, etc.). Je pense qu’il faut savoir s’adapter, sans chercher à tout réguler et voir le mal partout. Si cela pose vraiment problème en France (ça reste à prouver selon la RATP par exemple), je ne suis pas contre des affichettes rappelant aux personnes de ne pas écarter excessivement les jambes par courtoisie pour les voisins, mais sans pointer du doigt un sexe en particulier (manspreading). C’est une histoire de courtoisie avant tout et c’est inutile d’en faire une guerre des sexes.
Ancien membre  
Citation de Ovniscient
Quand on a rien à se mettre sous la dent on se créé des problèmes^^ Perso j ai jamais vu un seul mec géner avec l écartement de ses jambes. .
http://www.huffingtonpost.fr/patric-jean/manspreading-reactions-hommes-denonciation-enseignements_a_22417863/
Ancien membre  
Citation de Jefusunstylo
Citation de Ovniscient
Quand on a rien à se mettre sous la dent on se créé des problèmes^^ Perso j ai jamais vu un seul mec géner avec l écartement de ses jambes. .
http://www.huffingtonpost.fr/patric-jean/manspreading-reactions-hommes-denonciation-enseignements_a_22417863/
quant à ton "rien à se mettre sous la dent" les femmes sont harcelées dans la rue, payées moins, victimes de violences conjugales, traitée avec condescendance. Elles ont de quoi se mettre sous la dent et n'ont pas besoin de s'inventer des problèmes. mais bravo pour ton mépris.
Ancien membre  
C'est une très bonne chose, mais ça va être difficile. En tant qu'homme, il m'arrive couramment de pratique le manspreading. Et je dois dire que dans un train, avec le siège devant, il est parfois difficile de faire autrement sans encombrer le couloir avec ses jambes (car le croisement des jambes empêche l'utilisation de ;a tablette du siège).
Lindos   - Modification par Lindos le 20/06/2017 - 06:56:53
J’admets qu'en tant qu'homme je ne m’étais jamais vraiment posé la question, y compris à Madrid où j’ai trouvé les gens plutôt raffinés et respectueux des autres, même si j’ai parfois croisé des gens qui prennent délibérément leurs aises souvent des jeunes visiblement adeptes des incivilités. Les difficultés de partage de l’espace vital me semblait plutôt liées aux milieux défavorisés, où l’obésité est plus fréquente, où des gens épuisés transportent dans les transports en commun ce que les gens plus aisés transportent en voiture y compris les poussettes et enfants, où la vie est plus est plus bruyante, où la promiscuité est forte, etc. Mais là encore les gens s’adaptent au mieux. Mais en y regardant de plus près, c’est vrai que les mecs écartent toujours plus les jambes que les filles. Et je crains fort que cette caractéristique acquise depuis le plus jeune âge ne soit difficile à rééduquer plus tard, au-delà des abus manifestes qui peuvent survenir. Les seuls souvenirs que j’ai de mecs qui serrent les jambes ce sont des statues anciennes notamment mésopotamiennes ou égyptiennes. Mais faut dire qu’à ces époques là les mecs étaient habillés en jupe ou en robe, ceci expliquant peut-être cela, outres que les dignitaires étaient sans doute obligé de se tenir décemment. Quoique les mecs des pays chauds encore habillés à notre époque en sarong ou djellaba couvrant largement les jambes, ne se privent pas de prendre leurs aises sous ces tissus pour aérer le tout. Ce que ne font pas les femmes. Par contre dans les cultures par exemple en Chine ou au Viêtnam où les femmes du peuple s’habillent traditionnellement en pantalon, ça ne les gênent pas du tout de voyager dans des positions improbables dans les transports en commun, la tête sur un balo et les doigts de pieds accrochés à une barre d’appui. En tout cas à la campagne, car en ville les gens savent mieux se tenir ha ha. Et les mecs font évidemment pareil, mais tous essaient de partager tout l’espace vital en trois dimensions sans se gêner. Sauf dans la quatrième dimension, la durée, qui est toujours très longue et très bruyante car c’est très mal vu de chuchoter dans son coin mdr. Bref il semble bien exister des postures liées au genre, mais aussi à la culture. Enneathusias, "Ecarter les jambes pour un homme n’est pas seulement culturel, c’est aussi naturel." La formule est belle, il faut que je la note ^^
Lindos   - Modification par Lindos le 21/06/2017 - 08:40:37
J'ai un peu délaissé ce topic, que j'ai pris (peut-être) un peu trop avec humour... Personnellement je dénonce le harcèlement sexuel de rue (dont la pénalisation a été bloquée par nos parlementaires), soutiens l'éducation à l'égalité des genres (contre laquelle luttent les conservateurs), et donc ne cautionne pas la supériorité masculine (héritée du patriarcat, largement transmis par les religieux). Mais lutter de façon excessive contre la posture naturelle des mecs pourrait aussi être vu comme du sexisme. Pourtant comme le rappelle Avatea il existe certainement une éducation sur "le bien se tenir" dans des lieux publics, sans marcher sur les pieds de son voisin ou sa voisine, écraser son voisin ou sa voisine dans les transports en commun, prendre sa place en étalant ses jambes et ses bagages, dérangeant les autres avec son mobile ou sa musique, etc.
Ancien membre  
"Mais lutter de façon excessive contre la posture naturelle des mecs pourrait aussi être vu comme du sexisme." Les hommes qui se tiennent bien, il y a en a plein, et ce ne sont pas des mutants. Ils ne méprisent pas les gens assis à côté d'eux c'est tout. C'est comme les gens qui ne disent pas bonjour à leur boulangère, c'est pas parce que c'est naturel d'être perdu dans ses pensées, c'est juste qu'ils sont mal élevés.
Lindos   - Modification par Lindos le 21/06/2017 - 19:22:16
Jefusunstylo, "Les hommes qui se tiennent bien, il y a en a plein" J’ai acquis cet après midi la certitude que c’est foutu, je vais expliquer pourquoi. Et pour bien comprendre cela nécessite de raconter un peu de my life. Donc aujourd’hui il fait une chaleur torride dans ma ville, et comme je travaillais pas cet après-midi après avoir mangé un bon pho (j’expliquerai peut-être un jour pourquoi il faut manger une soupe brûlante quand il fait chaud, mais c’est HS) je me suis précipité au cinéma, un des seuls endroits frais avec les centres commerciaux et les églises, sauf que les centres commerciaux finissent par être coûteux, et les églises sont gratuites mais il ne s’y passe rien d’intéressant. Bref, en sortant du cinéma je me précipite dans un métro, où la chaleur n’a pas encore pénétrée. Pour bien comprendre il faut savoir que dans ma ville pour faire rentrer un maximum de personnes dans le métro, les sièges ne sont pas en travers comme partout mais des bancs longitudinaux le long de parois, avec une légère barre séparant les gens deux par deux. En face de moi il y en avait un de quatre places. Me souvenant que j’avais ce topic de la plus haute importance sur le feux, j’ai discrètement observé les gens. De gauche à droite il y avait une femme, puis un homme, puis une mère de famille, et enfin son garçon de moins de 10 ans. Les femmes étaient en jupe au dessus du genou, et apparemment bien éduquées serraient les jambes. Les hommes étaient en pantalon, le premier avaient les jambes écartées d’autant qu’il avait posé sa pochette devant son sexe (allez savoir pourquoi), et le petit bonhomme avait lui aussi les jambes écartées, dans cette position qui rafraîchit dès leur plus jeune âge les mecs harassés de chaleur. Point positif qu’il convient de souligner, cette brochette de personnes ramollies par la chaleur occupaient tout l’espace disponible, mais sans se toucher, ce qui laisse penser qu’elles étaient toutes convaincues de « bien se tenir ». Or on sait maintenant qu’il n’en était rien… Je me suis imaginé faire la remarque à cette brave mère de famille qu’elle éduquait mal son jeune fils, le laissant se détendre en largeur pendant qu’elle se faisait la plus étroite possible dans sa jupe. Mais je m’en suis abstenu bien entendu, parce qu’au mieux on m’aurait pris pour un débile, et au pire pour dangereux pervers. Je suis donc ressorti du métro non seulement foudroyé par la chaleur extérieure, mais aussi convaincu que c’est définitivement foutu.
Ancien membre  
Cette histoire de ventilation des testicules me donne juste envie de vomir (mais ce n'est que mon avis de lesbienne ^^). Et puis le sexe des femmes peut être très moite aussi ^^ Peut-être s'agit-il d'un trop plein situé au niveau des testicules mais dans ce cas, une seule solution pour ceux qui ne peuvent pas les vider ; la masturbation ^^ La demande n'est pas que les hommes soient obligés de s'asseoir avec les genoux collés l'un à l'autre. Et puis c'est dingue quand même ; pourquoi certains y arrivent et d'autres pas ? Personnellement, quand un mec empiète sur mon territoire, je ne bouge pas d'un poil, question de fierté. et s'il s'appuie contre ma jambe, je fais de même. J'aime écarter les jambes aussi quand je suis assise, mais quand quelqu'un vient se mettre à côté de moi, je les rejoins un peu parce que c'est le moindre des respects de laisser les gens s'asseoir tranquillement dans les transports en commun sans qu'ils soient obligés de mettre leurs jambes de travers. Et puis cette histoire d'aération des testicules, ce n'est qu'une excuse. C'est du machisme, c'est tout, que ça soit envers les hommes disons "bêta" (même si je n'aime pas ce terme) ou les femmes.
avatar contributeur de Superponey
Superponey  
ridicule ... Le seul mot qui me vient à l'esprit. Quelqu'un prend trop de places ? On lui demande poliment de laisser de la place aux autres. Cette manie de donner des noms et à tout à n'importe quoi ... Ridicule, voir même pathétique .
Ancien membre  
Bonsoir à tous, Pour moi le combat contre le man-spreading sert surtout à pointer du doigt des preuves qu'en société il y a toujours des comportements que seuls les hommes se permettent et des comportements que seules les femmes se permettent. Passons outre les cas dans lesquels il y a des contraintes vestimentaires ( Jupes, robes, tout vêtement "ouvert" .. ) et les soucieux du bien être de leur appareil génital, ils sont secondaires. Ensuite, il se peut que ce soit un problème d'éducation et je l'entends dans le sens où on a pas appris à l'individu les règles de vie dans le bus ou le métro par exemple. Mais si ce n'était que ça on verrait autant de femme écarter leurs jambes que d'hommes et l'expérience montre bien que ce n'est pas du tout le cas. Il y a donc bien un phénomène de société , culturel derrière le simple fait d'écarter les jambes. Le fait qu'une femme en jean n'a pas la même position assise qu'un homme en jean révèle une considération culturelle différente des deux genres ( qui sont construits ) comme dit plus haut l'homme est amené à poser son opinion à s'affirmer. tandis que la femme, elle, doit encourager l'autre genre.. Si on y réfléchit un peu c'est très simple de faire la corrélation entre le man-spreading et une conception du genre homme que l'on essaye de dépasser de nos jours ( par le féminisme ) : d'un point de vue basique, quelque chose de grand, de long apparaît plus fort, plus puissant que quelque chose de petit ( pensez aux grandes questions sur la taille du sexe et vous y verrez apparaître la même idée ). Le man-spreading est bien cet "étalement" de l'homme et donc, inconsciemment, le développement de cette mentalité ancienne qu'on tente de dépasser de nos jours puisque l'homme est amené à affirmer son rôle de supériorité.
Ancien membre  
C'est toujours marrant quand des hommes viennent parler de féminisme. Surtout des gays parce que c'est chez eux qu'on trouve les pires des misogynes (même si certains sont - rarement, toutefois - féministes au contraire). Bref, continuez à parler entre vous de sexisme puisque c'est vrai que vous devez être bien informés (ironie, je précise). Quand on attaque les gays, qui sont une minorité comme une autre, vous criez tous au scandale. Mais quand il s'agit d'autres minorités ; de femmes, de noirs, de musulmans ou de juifs, vous n'hésitez pas à cracher votre venin. Aimeriez-vous qu'un hétéro vienne ici parler de l'homosexualité comme s'il en savait quelque chose par exemple ? Aimeriez-vous (si vous étiez noir, même si vous avez du mal à vous mettre à la place des autres apparemment) que des blancs viennent ici discuter de la discrimination à l'emploi des personnes de couleur et dire que c'est juste culturel, que c'est normal, qu'on préfère rester entre blancs ? C'est un non-sens total et je ne m'abaisserai plus à essayer de vous faire entendre raison sur une question aussi simple que le respect d'autrui.
avatar contributeur de Superponey
Superponey  
Citation de Edrazel
C est toujours marrant quand des hommes viennent parler de féminisme. Surtout des gays parce que c est chez eux qu on trouve les pires des misogynes (même si certains sont - rarement, toutefois - féministes au contraire). Bref, continuez à parler entre vous de sexisme puisque c est vrai que vous devez être bien informés (ironie, je précise). Quand on attaque les gays, qui sont une minorité comme une autre, vous criez tous au scandale. Mais quand il s agit d autres minorités ; de femmes, de noirs, de musulmans ou de juifs, vous n hésitez pas à cracher votre venin. Aimeriez-vous qu un hétéro vienne ici parler de l homosexualité comme s il en savait quelque chose par exemple ? Aimeriez-vous (si vous étiez noir, même si vous avez du mal à vous mettre à la place des autres apparemment) que des blancs viennent ici discuter de la discrimination à l emploi des personnes de couleur et dire que c est juste culturel, que c est normal, qu on préfère rester entre blancs ? C est un non-sens total et je ne m abaisserai plus à essayer de vous faire entendre raison sur une question aussi simple que le respect d autrui.
Ne mets pas tout le monde dans le même sac, merci
Ancien membre  
Je me cite Citation de Edrazel
(même si certains sont - rarement, toutefois - féministes au contraire).
avatar contributeur de Superponey
Superponey  
Citation de Edrazel
Je me cite Citation de Edrazel
(même si certains sont - rarement, toutefois - féministes au contraire).
Puisque tu aimes les citations :
Ancien membre   - Modification par jefusunstylo le 21/06/2017 - 23:15:05
d'accord avec Edrazel, un mec qui parle de ce que les femme subissent et qui réplique "Quelqu'un prend trop de place ? On lui demande poliment de laisser de la place aux autres." Genre on y a pas pensé ou alors devant un mec bien plus grand et clairement irrespectueux on est allé le demander d'une manière vulgaire. Si ça marchait ça se saurait, sans compter que demander à quelqu'un de ne pas te pousser pour prendre ta place parce qu'il ne pense pas à le faire tout seul, c'est déjà un problème. Le droit de s'asseoir après une journée crevante de devrait pas passer par une négociation, surtout quand se sont les seules 15 minutes que tu as pour toi dans la journée, assise sans devoir rien faire. et puis quand tu demandes bien souvent tu te fais insulter, menacer par l'écarteur de jambes et par pleins de mec du métro dont ça devient les affaires. demander, ça ne marche pas.
Lindos   - Modification par Lindos le 21/06/2017 - 23:39:32
Edrazel, "Cette histoire de ventilation des testicules me donne juste envie de vomir (mais ce n'est que mon avis de lesbienne ^^). Et puis le sexe des femmes peut être très moite aussi ^^ Peut-être s'agit-il d'un trop plein situé au niveau des testicules mais dans ce cas, une seule solution pour ceux qui ne peuvent pas les vider ; la masturbation " Les spermatozoïdes détestent la chaleur, c'est sans doute pour cette raison que les testicules sont situés à l’extérieur du corps, où elles sont maintenues à une température d’environ 32 à 34°C, contre 37°C pour le reste du corps. Cette faible température est indispensable à la spermatogenèse, et toute élévation de température peut bloquer le processus de fabrication des spermatozoïdes. En plus tout ça prend de la place, et est sensible à la compression.
Ancien membre  
Citation de Edrazel
C est toujours marrant quand des hommes viennent parler de féminisme. Surtout des gays parce que c est chez eux qu on trouve les pires des misogynes (même si certains sont - rarement, toutefois - féministes au contraire). Bref, continuez à parler entre vous de sexisme puisque c est vrai que vous devez être bien informés (ironie, je précise).
Pas très maline comme remarque quand on sait que le féminisme concerne autant les hommes que les femmes.
Ancien membre   - Modification par Skeud le 22/06/2017 - 00:06:53
J'ai survolé un peu les messages précédents, et je voulais apporter mon avis, qui n'aura pas forcément de lien avec le reste, mais bon. Personnellement, ce qui me gêne dans ce genre de sujets c'est qu'on en vienne à s'attarder sur de telles futilités. Car désolé, mais la personne qui en est arrivée à rager parce que les mecs écartent les jambes, doit avoir une vie bien triste. Sur les réseaux sociaux je tombe de plus en plus régulièrement sur ce genre de débats, et j'hallucine à chaque fois. Aujourd'hui encore j'ai par exemple vu une vidéo où une journaliste s'offusquait du fait qu'on reprochait tout le temps aux femmes de ne pas sourire, ce qui n'est pas le cas pour les hommes (d'après elle). Or, son jugement est totalement biaisé, et c'est là que c'est hilarant, en effet, le principal (et souvent seul) argument que les féministes ont lorsqu'elles débattent avec des hommes c'est : "Oui mais toi tu sais pas ce que c'est, t'es pas une femme", coupant court à toute discussion. Sauf qu'on peut retourner cet argument contre elles et leur dire : "Ah, mais qui es-tu pour affirmer que ça n'arrive qu'aux femmes et pas aux hommes? Bah ouais, t'es pas un homme.". D'autant plus que, dans ce cas précis, je ne compte plus le nombre de fois où on m'a reproché de ne pas sourire constamment (et effectivement, ça me saoule qu'on me le dise), et je suis un homme. L'égalité des sexes est une cause très noble, que je soutiens évidemment, mais j'ai l'impression que parmi les personnes engagées, il existe une part "extrémiste", qui en est malheureusement la plus visible. Cette frange de la communauté semble paradoxalement répéter les mêmes dérives qu'elle dénonce, puisqu'elle construit les mêmes schémas sexistes, mais dans le sens inverse. Alors je me suis longtemps demandé si, finalement, je n'étais pas moi-même sexiste et si je n'étais pas en fait irrité de voir ma "position privilégiée d'homme" être remise en cause. Du coup j'en ai parlé à de nombreuses amiEs, et toutes m'ont confirmé qu'elles ne se reconnaissaient absolument pas dans les propos de ces féministes qui, à les lire, se font persécuter h24. Je considère donc qu'il faudrait cesser de se faire le relai de ce genre de polémiques et se concentrer sur des sujets vraiment constructifs dans ce domaine, tels que l'égalité des salaires, l'égalité face aux droits parentaux, l'égalité à l'emploi etc (desquels d'ailleurs on n'entend quasi jamais parler). Selon moi, ce genre de discussions n'a par ailleurs que des effets négatifs, je constate qu'il y a actuellement une sorte de crispation autour du féminisme, justement à cause de débats tels que celui-ci, qui polluent et paralysent complètement le véritable travail qui doit être mené. Bref, c'est complètement contreproductif. De plus, en l’occurrence, je pense que si l'on fait un sondage dans la rue, le taux de femmes qui se diront gênées par le fait que les hommes prennent plus de place avec leurs jambes écartées sera minime. Surtout qu'après avoir beaucoup fréquenté les transports en commun, dans de nombreuses villes, j'ai rarement vu un homme qui ne resserre pas ses jambes automatiquement en voyant qu'il n'y a pas assez de place pour tout le monde. Après, des crétins qui sont trop à l'aise et qui prennent trop de place, il y en aura toujours, tout comme il y aura toujours des meufs à monopoliser un siège supplémentaire pour leur sac à main, mais ce n'est pas pour autant qu'on va aller demander l'interdiction des sacs à main, si?
Lindos  
Skeud, "L'égalité des sexes est une cause très noble, que je soutiens évidemment, mais j'ai l'impression que parmi les personnes engagées, il existe une part "extrémiste", qui en est malheureusement la plus visible." "Je considère donc qu'il faudrait cesser de se faire le relai de ce genre de polémiques et se concentrer sur des sujets vraiment constructifs dans ce domaine, tels que l'égalité des salaires, l'égalité face aux droits parentaux, l'égalité à l'emploi etc (desquels d'ailleurs on n'entend quasi jamais parler)." C'est ce qu'on appelle "débattre sur le sexe des anges". Parce qu'au moment où Constantinople allait tomber devant les ottomans ce qui allait faire basculer le monde chrétien, les bizantins débattait sur le genre des anges. Je comprends ton point de vue, mais si on compare ce débat à ceux qui traitent des sujets comparables au siège de Constantinople, où les modos sont obligés de poster en rouge, tu conviendras que le sexe des anges est tout de même beaucoup plus calme. Concernant l'égalité des salaires, l'égalité à l'emploi, etc, faut juste patienter le temps que Macron ait fini de mettre à poil les députés, et s'attaque au sujet des salaires. Mon oracle a prédi que les débats allaient être nombreux et houleux ^^ Sinon je suis assez d accord avec toi.
Ancien membre   - Modification par Ivysaur le 23/06/2017 - 00:34:02
Citation de Skeud
Je considère donc qu il faudrait cesser de se faire le relai de ce genre de polémiques et se concentrer sur des sujets vraiment constructifs dans ce domaine, tels que l égalité des salaires, l égalité face aux droits parentaux, l égalité à l emploi etc (desquels d ailleurs on n entend quasi jamais parler).
Toujours la même histoire des sujets importants et du reste. Les inégalités de salaires ne sont pas sans causes, et il y a un problème global de domination masculine. Pourquoi les hommes accepteraient le partage juste des salaires alors qu'ils sont incapables du plus simple comme le partage de l'espace dans les transports en commun ?
Ancien membre  
Citation de Ivysaur
Toujours la même histoire des sujets importants et du reste. Les inégalités de salaires ne sont pas sans causes, et il y a un problème global de domination masculine. Pourquoi les hommes accepteraient le partage juste des salaires alors qu ils sont incapables du plus simple comme le partage de l espace dans les transports en commun ?
Évidemment qu'il y a des causes, et qu'il faut les combattre, mais je doute fortement qu'elles résident dans le fait que les hommes écartent les jambes et les femmes non. Au pire, qu'est-ce qui vous empêche de les écarter aussi? Faites-vous plaisir, je ne comprends pas trop ce qui vous retient. Et que l'on ne me réponde pas que vous ne le faites pas car après vous seriez considérées comme moins féminines ou impolies; car dans ce cas, vous participeriez justement à la stigmatisation que vous dénoncez, en vous soumettant à ces mêmes normes sociales et patriarcales, ce qui serait assez contradictoire et plus que ridicule. D'ailleurs, l'inégalité d'écart des jambes est une conséquence, au même titre que l'inégalité de salaires. Or, on ne résout jamais un problème en s'attaquant à ses conséquences à ce que je sache, on le fait en combattant ses causes. À mon sens ce qu'il faut c'est un travail de sensibilisation à effectuer dès l'enfance, sur le modèle de certaines démarches que l'on retrouve en Europe du Nord notamment. Et puis encore une fois, si l'on faisait un sondage, la majorité des hommes serait tout-à-fait pour l'égalité des salaires, donc évitons de tomber dans des généralisations pareilles. Ce sujet est un faux débat, je le trouve d'ailleurs assez surréaliste, je pense qu'on pourrait utiliser notre énergie de manière bien plus constructive. À ma connaissance, personne ne se plaint que les femmes puissent avoir les cheveux plus longs que les hommes, pourtant c'est également une inégalité sexiste engendrée par notre société.
Lindos   - Modification par Lindos le 23/06/2017 - 09:14:17
Skeud, "À ma connaissance, personne ne se plaint que les femmes puissent avoir les cheveux plus longs que les hommes, pourtant c'est également une inégalité sexiste engendrée par notre société." Oui mais attention tout de même à la stricte égalité en tout point. Par exemple chez les Sikhs (en Inde) qui recherchent l'égalité de l'homme et de la femme, les hommes ne se coupent pas les cheveux et c'est pour eux très compliqué car ils sont obligés de porter un turban soigné pour les protéger dans leurs travaux masculins, par exemple pour faire la guerre. Il y a une ethnie peul en Afrique où pour séduire les femmes il faut être plus "belles" qu'elles, avec des tas de collier, pendeloques, et peintures de toutes sortes dont rouge à lèvre. Et aussi faire des grimaces. Ce n'est pas si simple. En cherchant bien on pourrait trouver des tas de cas où la recherche d'une égalité stricte est compliquée.
Ancien membre  
Oui, sujet absurde au possible... Quand les féministes se sont battues pour pouvoir échapper aux injonctions sociales, porter ce qu'elles veulent, se comporter comme elles veulent, voila t-y pas qu'elles viennent essayer de créer leurs propres injonctions sociales... Comme quoi l'être humain n'apprend rien de ses erreurs. Pour ma part j'ai déserté les mouvements féministes pour ce genre de raison. Je suis humaniste, et toute personne qui regarde les droits humains en faisant des distinctions en fonction de ce que la personne en face a entre les jambes est raciste. Donc les féministes sont dans un sens juste des racistes. J'utilise le terme raciste parce qu'aujourd'hui son sens a évolué et on l'emploi pour toute personne qui fait une discrimination envers un autre groupe de personnes.
Ancien membre   - Modification par Avatea le 23/06/2017 - 10:51:11
Citation de Ivysaur
Citation de Skeud Toujours la même histoire des sujets importants et du reste. Les inégalités de salaires ne sont pas sans causes, et il y a un problème global de domination masculine. Pourquoi les hommes accepteraient le partage juste des salaires alors qu ils sont incapables du plus simple comme le partage de l espace dans les transports en commun ?
Tout à fait d'accord avec Ivysaur. Ce qui vous semble anodin et ne méritant pas le débat, Skeud, n'est qu'une manifestation parmi tant d'autres du rapport de domination masculine. Tout est lié, c'est précisément parce que vous baignez dans et êtes imprégné de ce rapport de domination que vous ne comprenez pas l'importance de ce qui se joue à travers le man-spreading. Vous vous dites en faveur de l'égalité hommes/femmes mais visiblement vous ne semblez pas être très renseigné sur la question. C'est parce que derrière ce geste anodin se joue tout ce rapport de domination que ça mérite qu'on en parle, ça mérite d'être signalé. Comment se fait-il que l'inégalité des salaires entre hommes et femmes soit encore une réalité en France ? Ne pensez-vous pas que si le problème était aussi simple et évident, cela ferait longtemps que le partage juste des salaires serait advenu ? C'est parce que derrière tout ça se cachent une multitudes de faits sociaux qui légitiment la domination masculine. Bien sûr, vous n'êtes pas frappé par cette rapport de domination, vous êtes du bon côté de la balance. Mais dites-vous qu'il n'en est pas de même pour tout le monde et que ce n'est pas parce que de votre point de vue, ça vous semble sans importance, que ça l'est vraiment. En tant qu'utilisateur régulier des transports en commun, je peux vous affirmer que le man-spreading n'est pas juste l'affaire d'un macho ou deux par mois, c'est une pratique sociale ancrée dans le comportement des hommes cisgenres. Et oui, c'est fréquent et c'est dérangeant pour tout le monde, mais surtout quand on est une femme, et qu'on se heurte et qu'on est sans recours, sans appui légitime face à un type qui tiendrait à peu de choses près votre discours : "mais enfin, vous chipotez vraiment pour rien, les suffragettes !" Lisez ce qu'a écrit Paola Tabet dans La Grande Arnaque au sujet des échanges économico-sexuels entre hommes et femmes. Ses recherches sont fascinantes et apportent un éclairage intéressant sur la question et vous donneront des clés pour vous élever dans le niveau du débat. Citation de Lindos
Concernant l égalité des salaires, l égalité à l emploi, etc, faut juste patienter le temps que Macron ait fini de mettre à poil les députés, et s attaque au sujet des salaires. Mon oracle a prédi que les débats allaient être nombreux et houleux ^^
Oui, enfin, même si les ordonnances (en aura-t-il seulement besoin ?) et la mise en pièce du code du travail à venir risque de précariser parmi les classes populaires / moyennes les hommes comme les femmes, vu les intérêts de qui sont dépositaires Macron et son gouvernement — entre un premier ministre machiste et un secrétaire d'Etat tout droit issu de Sens Commun — je me dis quand même que les plus à plaindre ne seront pas les hommes hétéro cisgenres, et que le discours dominant risque bien d'être du genre de celui que défend quelqu'un comme Skeud.
Ancien membre   - Modification par Enneathusias le 23/06/2017 - 16:52:55
Certains balaient d’un revers de main les aspects physiques (tailles), physiologiques et esthétiques des postures assises (masculines et féminines), en les qualifiant de secondaires, par rapport à une dimension politico-culturelle de domination masculine. C’est un choix interprétatif partial et partiel qui ne vaut pas démonstration de leur thèse. Il ne s’agit pas là de nier ou de minimiser apriori , l’une de ces dimensions, mais d’inscrire la posture dans un contexte individualisé et non partisan, plus complexe qu’une simple approche générale, dichotomique et manichéenne. Le point de vue féministe est aveugle à ces subtilités et ne perçoit que la dimension politique de la posture assise, trouvant là une bonne occasion de faire la promotion de l’égalité des droits. Cette cause noble est ainsi prise en otage par une vision « en tunnel », allant jusqu’à la caricature par la négation des différences sexuelles. Il y a en France encore une inégalité des droits entre hommes et femmes, mais dans cette affaire de postures assises et d’occupation d’espace, il n’est pas possible de distinguer concrètement ce qui est de l’ordre du culturel ou du naturel. Par contre, si l’on parle d’une personne qui écarte excessivement les jambes, de sorte qu’elle gêne ses voisin(e)s, alors il est question là d’un manque de courtoisie ou d’incivilité, avant tout, car cette personne gêne aussi bien l’homme que la femme. En outre, je me demande si les pro-féministes se sont interrogés sur le phénomène du « womenspreading » qui consiste à poser son sac à main ou encore son sac de course (« bagspreading ») sur le ou les sièges près d’elle et ainsi d’empiéter sur l’espace alentour, obligeant les personnes qui veulent s’assoir à demander que place nette soit faite. On pourrait dire, à la suite des féministes sur le « manspreading », pourquoi, en premier lieu, devrait-on demander de faire de la place, alors que cela devrait aller de soi ? Hommes comme femmes s’exécutent la plupart du temps, avec plus ou moins de diligence (plus souvent que moins), mais dans les faits le problème est analogue. L’occupation excessive des places assises, est donc, concrètement avant toute considération idéologique, un problème de courtoisie, voire d’incivilité, chez l’homme comme chez la femme. Toutefois, dans les faits, cela pose surtout problème aux personnes qui font une fixation idéologique dessus (opinion personnelle). Quelques photos d’illustration : https://pbs.twimg.com/media/DCjcBupU0AAWWht.jpg:large https://pbs.twimg.com/media/DCsmZL0XYAANZ0H.jpg:large https://pbs.twimg.com/media/DC-f-94UQAAiP3A.jpg source : https://twitter.com/hashtag/bagspreading?lang=fr


Pour participer à ce sujet vous devez obligatoirement créer un compte.