Le féminisme qui réinstaure la notion de race

Place aux débats - Créé le - 61 Participations


1 remerciement
Le féminisme qui réinstaure la notion de race

Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Un festival dont 80'%' des activités étaient interdites aux blancs pourrait avoir lieu.

L'idée que certains puissent défendre ce genre d'initiatives me révulse au plus haut point. Et je pense ne pas être le seul

On assiste ici à l'importation de quelque-chose qui se passe dans le monde anglo-saxon depuis 15 ans et qui se base sur un modèle communautariste cultivant l'entre-soi.
Est-ce le bon modèle quand on voit la défiance communautaire se propager dans ces pays ?
Ce modèle n'engendre qu'une chose, c'est la haine entre des êtres humains que l'on a cloisonnés sur base de considérations arbitraires.

Je tiens à partager un écrit de Yael Mellul ici :

"Quelle différence entre "interdit aux blancs" et "interdit aux noirs" ? Aucune. Les deux sont racistes.
Sauf pour certaines "féministes" comme l'ancienne présidente de Osez Le Féminisme qui défend avec ardeur un festival "afro-féministe européen" dont 80'%' des ateliers sont strictement réservés aux femmes noires ou aux femmes "racisées" qui se déroulera à Paris du 28 au 30 juillet.
Je ne sais pas à quel moment le racisme anti-blanc est devenu acceptable, défendable. Cette démarche des "dominés" qui consiste à multiplier les évènements interdits aux blancs, a pour objectif, selon eux, de dénoncer la classe des "dominants blancs" et des racistes. Assumer son racisme anti-blanc pour lutter contre le racisme anti-noir, anti-musulman.
En somme, créer une forme d'apartheid idéologique. Une frontière, un mur infranchissable entre les "dominants blancs" et les "dominés racisés".
Parce que vous comprenez, les blancs étant à l'origine de toutes les oppressions subies par les racisés n'ont, de ce fait, plus le droit à la parole, et ne doivent plus l'avoir. Les blancs sont les bourreaux, les agresseurs, les colons, qu'il ne faut surtout pas entendre. Ne surtout pas se mélanger à l'oppresseur.
Saluons la décision de Madame Hidalgo de saisir le Préfet pour interdire cet événement raciste. Parce qu'il faut dire les choses clairement, c'est du racisme."
0 vote


1 remerciement
PS : J'ai dû raccourcir mon titre et finalement je me suis planté. J'aurais dû mettre "Le féminisme qui réinstaure les races"
0 vote

Je suis blanche (donc j'ai peut-être pas tous les éléments en main), mais je pense pouvoir comprendre le contexte au moins en partie.

Donc je crois pas que le but soit de pointer du doigts les méchants oppresseurs blancs homme hétéros VS les victimes noirs femme lesbienne, etc etc, vu qu'à moins de cumuler tout l'un ou tout l'autre, on est tous les privilégié de quelqu'un, et le lésé d'un autre. Malheureusement ces termes passent vite pour des insultes là où c'est juste un constat sur la position que ton "groupe" a dans la société, de façon générale (vu qu'il y'a bien entendu des contre-exemples), et non un jugement moral "bouuuh homme blanc, bourreau et source de tous les maux de l'univers !".

La notion d'oppression vient surtout d'un ensemble plutôt que par des personnes individuelles, ce pourquoi ce n'est je trouve pas à prendre personnellement. Prenons un exemple different (pour changer du féminisme ou du racisme) : Je suis une personne enrobée, ou du moins je me vois comme tel. Les affiches montrant que des personnes très minces sans autre alternatives, m'oppressent. Ce n'est pas pour autant que j'en veux aux personnes minces ou que celles-ci soient des mauvaises personnes en soi, mais le système mettant en avant majoritairement un même type de personne, LUI, est "oppressant" pour reprendre le mot qui dérange. Et là certaines initiatives vont être prises, un beau jour un artiste random va faire un projet photo sur des personnes enrobées, pour des personnes enrobées.. et là imaginons une personne mince s'amène et dit "mais, c'est de la mincophobie ! Vous essayez d'exclure les minces de la société, vous osez faire des shooting photo qu'entre gros, vous faites exactement l'inverse de ce que vous pronez !". Je pense que tu comprends qu'entre quelques initiatives pour réunir une certaine population entre elles, pour parler d'elles par et pour elles-mêmes, et créer un nouvel ordre social inversant dominant/dominé, il y a un monde.

Voilà, maintenant si on veut suivre cette logique jusqu'au bout, il faudrait interdire la gaypride à tout ceux qui sont ni homos, ni bi, ni trans, ni asexuels, ni intersexes... , et à mon avis ce serait dommage, dans la mesure où je considère d'avantage le côté festif que militant (pour la gaypride d'aujourd'hui, pas les toutes premières ou c'était carrément pas le même enjeu de se montrer dans la rue). Je pourrais effectivement trouver dommage de pas pouvoir participer à une activité ludique ou festive, comme ça peut sûrement l'être dans un festival. Par contres, pour les activités militantes (et peut-être que ce fameux festival en compte, ce qui expliquerait d'avantage), je comprends parfaitement que des groupes veulent donner la parole qu'aux leurs, puisque celle des autres ils l'entendent tous les jours.

Maintenant pour reprendre ton titre sur le féminisme et les races, je ne sais pas si tu connais le féminisme inter-sectionnel comme le féminisme noir/ou autre (moi aussi ça m'a fait drôle au début), qui a pour but de défendre des préoccupations que les femmes de culture occidentale ne vont pas forcément revendiquer (par exemple la liberté de porter le voile, la notion de cette "liberté" n'est pas du tout vue pareille d'une culture à l'autre, et donc qu'on le veuille ou non, ça fini inévitablement par créer une domination discriminante qui étouffe les voix de certaines au profit de mieux placées, si on décide laisse pisser pour surtout pas faire de communautarisme. Là ça me parait légitime que les minorités dans les minorités s'occupent d'elles-mêmes en premier, sinon personne ne le ferait à leur place, même si certains n'aiment pas les mots en -iste, tout ça.

Les races n'existent peut-être pas d'un point de vue objectivement scientifique (peut-être, peut-être pas, ça dépend ce qu'est une race au fond..), mais le fait qu'une distinction existe dans l'esprit collectif crée des comportements/inégalités réels, et donc des réponses par les personnes concernées, ce n'est pas nouveau, ce n'est pas de la "ré-instauration de race".
0 vote

J'ai commenté sur un autre topic qui parle pratiquement de la même chose, donc je ne vais pas reprendre ce que j'ai dit ici.

Mais j'aimerais répondre aux remarques de TarteOCitron. Le fait de rappeler un homme qu'il est blanc et hétéro n'est pas un simple constat car aucun contexte ne nécessite ce propos à part dans celui de la politique de l'identité. C'est une attitude condescendante qui veut dire que ledit homme ne peut pas comprendre une chose et n'a pas à exprimer son opinion sur une chose car son "privilège" ne le lui permet pas. C'est du sectarisme à la sauce américaine.

Personnellement, je ne m'oppose pas aux affiches montrant des corps anorexiques parce que ça opprime les personnes grande taille (chose qui ne veut rien dire), mais tout simplement parce qu'elles promeuvent une version malsaine et erronée de la beauté et cela mène les adolescents à suivre un mode de vie malsain. Donc pour moi le parallélisme entre cet exemple et le problème évoqué ne tient pas.

Le terme "oppressant" ne dérange pas. Il est juste ridicule dans ce contexte surtout avec Cette approche identitaire de l'oppression.
0 vote



1 remerciement
L'ethnocentrisme, c'est quand un festival avec des ateliers réservés aux femmes noires se transforme en un festival "interdit aux blancs" sans mention aucune des personnes non-blanches et non-noires.

Hâte que Anne Hidalgo prenne des actions contre les clubs de gentlemen parisiens.
0 vote


33 remerciements
Administrateur
Coucou Urukan,
tu m'as surpassé j'ai faillis écrire un article dessus... Je trouve ce procédé un peu scandaleux dans la mesure où, si à l'opposé il y avait un festival 100% blanc ça ferait un énorme scandale.
L'exemple de la gaypride est mauvais car :
- dans les faits, il y a plus d'hétérosexuels que d'homos dans les marches des fiertés
- les marches des fiertés n'excluent pas les hétérosexuels (bien au contraire)
🙉
0 vote

Oui effectivement, si on faisait un truc réservé aux blancs ça ferait scandale, mais je pense que le contexte n'est pas le même... on a pas vraiment besoin de se retrouver "entre blancs". Mais je peux comprendre que le communautarisme agace, simplement je me dis qu'il y'a peut-être des raisons et des motivations autres que "excluons les personnes non-minoritaires pour nous venger et continuer d'attiser la haine".

Pour la gaypride je disais surtout pas que c'était réservé aux lgbt, bien au contraire j'aime bien que des amis puissent m'y accompagner etc, mais que je connais certaines personnes qui aimeraient bien que les hétéros n'y aille pas, que plusieurs ont cette logique là (défendable ou non, ce qui est d'ailleurs l'objet de ce débat). Je voulais y nuancer mon propos sur le fait que j'aurais moins de compréhension si on restreignait l'accès à un événement festif (ce qui n'est pas le cas pour la gaypride, mais qui aurait pu l'être), ce qui est peut-être le cas pour le festival afro. Par contre pour les événements plus militants je comprends très bien qu'on veuille donner ponctuellement QUE la parole aux personnes concernées, car c'est les premières à savoir comment en parler (exemple les réunions féministes qui n'incluent pas les hommes, ou une réunion de personnes non-blanches qui n'incluent pas les blancs). Je pense pas voir de condescendance là dedans, car je me trouve moi-même des deux côtés de la barrière dans des domaines différents (comme 99% gens).

Pour l'exemple des affiches montrant des personnes minces, là c'était uniquement une comparaison sur la visibilité qu'ont certaines personnes par rapport à d'autres.. l'aspect anorexie (qui n'est pas une morpho mais un comportement, être naturellement très mince sans que ce soit signe de mauvaise santé est possible) n'est pas vraiment ce que je voulais souligner. Le but de l'exemple n'était pas de savoir si c'était bien ou mal d'être mince ou gros, blanc ou noir, homme ou femme... juste qu'un certain type de personne voir de culture est d'avantage représenté que d'autres et donc que ça me parait compréhensible que des initiatives non-mixtes soient prises pour contre-balancer, ça me semble valable dans ce contexte précis, même si ça deviendrait absurde dans un monde "idéal" où les minorités n'existeraient plus (par minorité je parle pas de nombre, plutôt de position) .

Après ça reste inévitable qu'exclure un groupe d'un truc générera toujours des réactions, de toute façon je crois que le féminisme d'aujourd'hui et tout ce qu'il y'a autour, c'est un des plus gros malentendus (bien qu'il existe tout un tas de branches, encore que y'a encore des gens qui voient ça comme uniquement "les femen" ou "les revanchardes"), ce pourquoi dans la vie de tous les jours ce genre de débat est très... casse gueule !
0 vote


41 remerciements
J'écrivais dans un autre topic que dans ces affaires c'est l'intention qui compte.

Toutefois s'il s'agit de lieux publics il est difficile d'en interdire l'entrée au public, sauf congrès sur invitation concernant un sujet très pointu.

Bon là c'est vrai qu'on est en droit de se demander ce qu'il y a de si pointu concernant les meufs blacks.
Tout le monde est certainement très à l'aise pour débattre des mutilations sexuelles, du blanchiment, défrisage, polygamie, cuisine congolaise, sexisme et religions qui envahissent l'Afrique, et j'en oublie, avec le risque que ces débats très politiques soient déformés par des partis anti-diversité.

Comme ce style de débat est certainement liberticide et même mortel en afrique centrale, et impossible à Paris, ne devraient-elles pas le faire ailleurs ?

Et puis c'est très maladroit de se mettre à dos à la fois les fa qui n'attendent que cela, et les antifa qui ne voient plus comment défendre le multiculturalisme si les ethnies pratiquent l'apartheid.

Je ne voudrais vexer personne, mais les asiatiques sont beaucoup plus malins : ils ne refusent personne à l'entrée, encaissent un ticket modique mais qui multiplié peut renflouer la caisse de l'association, et orientent vers le buffet les blancs qui ne comprennent rien à la culture ou aux débats, mais qui pourront raconter des choses à leurs enfants. Et ils invitent toujours le maire, qui envoie un représentant faire un discours et gouter aux nems.
0 vote

Pour moi c'est du racisme point. Il y a pas d'autres mots. Et comme dit plus haut, c'est scandaleux. .....
0 vote

Vous débattez sur un Hoax de FDsouche ?
L'entrée réservée au public et c'est mixte, cependant il y a des ateliers de réflexions non-mixtes dans des espaces privés et ça, c'est légal.
Ensuite, pour info, le concept de race existe et c'est un fait social.

Donc j'vois pas où est le problème, que des racisés puissent débattre et témoigner entre eux sur leur expériences, rien de plus normal.



D'ailleurs, Anne Hidalgo vient de se faire méchamment épingler sur les réseaux sociaux pour avoir polémiquer sur un Hoax de fachos.

Voilà, bye les blancos.
0 vote


Bonjour,

Je pense que vous vous méprenez sur toute la ligne.

Premièrement, sur la teneur de ce festival: il est organisé dans un lieu public et ouvert à tous, et concerne les oppressions des femmes noires (à la croisée du sexisme et du racisme, donc).
Certains ateliers, tenus dans des lieux privés, sont cependant réservées aux femmes noires ou aux femmes racisées. Nulle mention d'une interdiction aux blanc-he-s. Une blanche kabyle serait par exemple bienvenue aux ateliers concernant les femmes racisées.

Il faut ensuite bien comprendre les objectifs de ce festival: que peuvent faire les femmes noires pour lutter contre ces oppressions ? Pour cela, il peut nécessiter qu'elles se regroupent sans leurs oppresseurs. La LiCRA s'amuse à dénoncer ce festival en s'appuyant sur Rosa Parks, cette même Rosa Parks qui participait à des réunions non mixtes pour organiser ses actions.
Qui imaginerait autoriser l'accès au patronat quand des salariés se réunissent pour discuter d'un moyen d'action ? Oui, il y a des réunions entre patronat et salariés, mais les salariés peuvent aussi s'entretenir à huis clos.

L'accusation de "racisme anti-blanc" est abjecte. L'essence du racisme est dans sa systématicité. Un noir subit le racisme parce qu'il est désavantagé dans la recherche d'un logement ou d'un emploi. Une action xénophobe ne s'inscrit pas nécessairement dans ce système raciste.

Je suis moi-même un homme, et je suis blanc, deux privilèges que je n'ai pas choisis, mais qui m'avantagent dans la vie de tous les jours, sans que je n'y fasse vraiment attention. Quand je décroche un emploi, je ne pense pas forcément aux femmes / racisé-e-s / invalides / etc. à qui il a été refusé en raison de leur genre / couleur de peau / validité / etc.
Les opprimé-e-s rencontrent des problèmes communs, dont ils/elles peuvent avoir envie de parler, sans devoir nécessairement réexpliquer toutes les 5 minutes aux privilégié-e-s en quoi consiste ce problème.
Et pouvoir parler sans présence des oppresseurs/ses, ça permet aussi de libérer la parole.
Les réunions non mixtes sont une solution à cela: parler du problème entre personnes concernées.
0 vote


1 remerciement
Hey oh ! Faudrait peut-être arrêter là hein.

Ça un Hoax d'extrême droite !?

80'%' du festival est non mixte et ce lien repris sur la page facebook des organisateurs :
https://www.lepotcommun.fr/pot/55bdrc55


Bon les gens, on va se réveiller un peu là !?
Le racisme serait donc l'apanage des gens dont la couleur de peau est blanche mais quand il se trouve que tu as la peau plus sombre, tu peux exclure les autres comme bon te semble sans aucune inquiétude car tu es un éternel opprimé.

L'argument de 'l'espace de respiration' me désole. Donc voila, les femmes de couleur noire doivent pouvoir se retrouver entre elles car les femmes blanches seraient intrinsèquement incapables de comprendre leurs problèmes.
Attendez ! Mais tiens c'est pas du racisme ça ? ah bon ?
Parce que sinon, c'est quoi les autres arguments avancés là ? je comprends pas...


Et puis quand est-ce que certains vont se rendre compte que l'extrême droite traditionnelle n'a pas le monopole de la xenophobie. Est-ce que certains vont enfin se rendre compte que le racisme c'est partout et que quelque soit son origine, ça ne protège pas certains d'être xénophobe. Mais malheureusement sous couvert d'antiracisme, on laisse se développer la bête immonde.

Je poste ici une vidéo ou Thomas Guénolé démonte une des ces pseudos militantes anti-racistes membre de PIR, une figure de proue de ce féminisme raciste mais qui n'a que pour but que de défendre un patriarcat identitaire venu d'un autre temps.


https://www.youtube.com/watch?v=AT-T3vKX5OE


Et franchement, j'espère que certains vont enfin se rendre compte dans quelle folie, dans quelle misère intellectuelle certains sont tombés sous couvert d'antiracisme en tentant de décrédibiliser les donneurs d'alertes qui eux ne sont pas dans leurs petits appartements bien au chaud loin de tout ça mais qui voient le réel pour ce qu'il est !

FUCK ! putain
0 vote

Citation de Urukan
Ça un Hoax d extrême droite !?


Oui, l'extrême-droite a tourné ça en "festival interdit aux blancs", ce qui a été relayé par la LICRA et Hidalgo.

Citation de Urukan
Bon les gens, on va se réveiller un peu là !?
Le racisme serait donc l apanage des gens dont la couleur de peau est blanche mais quand il se trouve que tu as la peau plus sombre, tu peux exclure les autres comme bon te semble sans aucune inquiétude car tu es un éternel opprimé.

Non, le racisme n'est pas l'apanage des blancs. Par contre ils sont les seuls à ne pas le subir.

Citation de Urukan
L argument de l espace de respiration me désole. Donc voila, les femmes de couleur noire doivent pouvoir se retrouver entre elles car les femmes blanches seraient intrinsèquement incapables de comprendre leurs problèmes.

Ce n'est pas qu'elles sont incapables de les comprendre, c'est qu'il faut au moins prendre le temps de leur expliquer, et que sans le vouloir elles peuvent contraindre la parole.
Reprenons l'exemple des salariés et des patrons: ce n'est pas que les patrons ne comprennent pas les problèmes des salariés, mais les salariés peuvent vouloir les exposer sans que leur patron ne soit là pour les écouter.

Puis ça ne concerne pas les femmes blanches. Pourquoi cette volonté de toujours vouloir être là où on ne vous attend pas ?

Citation de Urukan
Attendez ! Mais tiens c est pas du racisme ça ? ah bon ?
Parce que sinon, c est quoi les autres arguments avancés là ? je comprends pas...

Non ce n'en est pas, et ce n'est pas en le répétant que ça le deviendra.

Citation de Urukan
Et puis quand est-ce que certains vont se rendre compte que l extrême droite traditionnelle n a pas le monopole de la xenophobie. Est-ce que certains vont enfin se rendre compte que le racisme c est partout et que quelque soit son origine, ça ne protège pas certains d être xénophobes. Mais malheureusement sous couvert d antiracisme, on laisse se développer la bête immonde.

Elle n'en a pas le monopole, c'est bien ce qui fait peur. Le racisme (et autres discriminations) n'a jamais été réservé à l'extrême-droite, les autres partis en profitant bien eux aussi.
La preuve aujourd'hui avec Hidalgo.

Citation de Urukan
Et franchement, j espère que certains vont enfin se rendre compte dans quelle folie, dans quelle misère intellectuelle certains sont tombés sous couvert d antiracisme en tentant de décrédibiliser les donneurs d alertes qui eux ne sont pas dans leurs petits appartements bien au chaud loin de tout ça mais qui voient le réel pour ce qu il est !


Il ne s'agit que de réunions, de discussions, calmez-vous. On ne parle pas de logements réservés aux noires par exemple
0 vote


1 remerciement
Troll de bas étage.

Comment c'est possible.
0 vote

Bien le bonsoir à tous, je suis étonné de l'ampleur prise par ce débat.
Je me suis installé en Guadeloupe, voici maintenant 7 mois, contre l'avis de bien de mes proches, au motif que les antillais faisaient montre de racisme anti blanc, pour ne pas dire d'ostracisme anti français, avec des relents d'indépendantisme en arrière plan. Sur ces trois affirmations initiales, une seule me semble réelle et généralisée aujourd'hui, il s'agit de la dernière.
Je précise tout de même un point important pour la compréhension; il existe trois catégories de "blancs", ou devrais-je dire, de "non-noirs" ici : les békés (blancs d'origine ancienne, ayant ou pas importé des esclaves), les importés tardifs (indiens / libanais / syriens) et les métros, dont je fais partie.
Chaque population, par défaut, a du mal à se mélanger "intimement" à l'autre, sauf découverte d'intérêts communs (croyez moi, ces intérêts sont à la marge, mais ils finissent par arriver). Les indiens l'ont pourtant très bien compris, et plutôt que de risquer la crasse endogamie, ils ont fini par se mélanger aux créoles noirs, puis aux autres, lorsque nécessaire. Les créoles eux aussi ont produit des métis, quoi que le mouvement soit arrivé à un affaiblissement depuis 1967 (je n'étais pas né, je précise).
Là où le bât blesse, c'est que l'appréciation que l'on peut avoir de ce genre de problématique varie selon la position dans laquelle on se trouve ; personne ici n'en voudra à quiconque de promouvoir un léwoz (plutôt noir), de la même façon qu'une fête de la cuisine sera exclusivement réservée aux femmes (sans grande exception), et lorsqu'une commémoration relative aux deux guerres a lieu, personne ne s'étonnera d'y retrouver principalement d'anciens combattants blancs et noirs. Doit-on voir dans ces comportements l'aune d'un racisme ou d'un sexisme ? Peut être, sait-on jamais... et est-ce qu'il est délétère ? Moins sûr ; honnêtement je ne sais pas. Nous sommes en tout cas sur une île très imparfaite, mais où tout le monde tâche au moins de vivre ensemble, avec des hauts et des bas, évidemment. Sans se poser trop de questions, ni faire de procès d'intention au voisin d'en face, parce que sa grand mère participe à une fête pour femmes noires spécialistes du kassav, alors que le voisin lui-même est parti à une chasse sous-marine entre hommes de toutes les couleurs. Bref, voyez le ridicule de la question, entre rapprochement de hobbies ou d'intérêts communs, et conflits raciaux/... C'est en tout cas ce qui prévaut ici, et j'ai la flaiblesse de croire que ce genre de sentiments prévaut encore en Europe alors keep cool ;)
0 vote

Citation de Urukan
Troll de bas étage.

Comment c est possible.


Je ne vois pas en quoi c'est un troll, il argumente, il explique point par point son avis en reprenant vos termes, en prenant le temps d'expliquer, dans le respect. VOUS lancez un débat mais si on ne va dans votre sens on est qualifié de troll de bas étage ? Ridicule.
0 vote


41 remerciements
StephGwada,
"Doit-on voir dans ces comportements l'aune d'un racisme ou d'un sexisme ? Peut être, sait-on jamais... et est-ce qu'il est délétère ? Moins sûr"

Dans les cultures restées plus traditionnelles, en principe la "tolerance" est celle au droit à la différence, à ce que chacun vive selon ses traditions, à ce que les sexes aient chacun leurs responsabilités, à ce qu'une hiérarchie soit respectée, etc.
Relativement l'inverse des principes 8occidentaux consistant à imposer des droits et devoirs identiques à tous, sauf aux mineurs.
En gros ce que défendent les souverainistes chez nous, la supériorité des blancs en moins.
Car en principe la "tolerance traditionnelle" ne hiérarchise que l'age, les sexes, les anciens vaincus, etc, et essai d'établir un respect mutuel communautés, souvent tous sous l'autorité d'un clan ou d'une famille équitable entre les communautés.

L'administration ex-coloniale peut représenter cette autorité.
Mais comme tu le signales elle est de plus en plus contestée, parce naturellement qu'elle y place ses élites.

Et la situation réelle peut être éloignée de l'équilibre sous les dictatures, ou à l'inverse lorsque aucun clan parvient à prendre le pouvour. Avec des tensions tribales, claniques et religieuses comme au moyen orient. Les systèmes féodaux ont leurs limites.

Mais c'est intéressant de voir qu'il y a aussi débat dans des pays comme le notre visant l'égalité des droits et des chances.
0 vote


1 remerciement
Citation de Creme


Je ne vois pas en quoi c est un troll, il argumente, il explique point par point son avis en reprenant vos termes, en prenant le temps d expliquer, dans le respect. VOUS lancez un débat mais si on ne va dans votre sens on est qualifié de troll de bas étage ? Ridicule.


Je vous conseil de remballer votre moraline à deux balles et de lire ce qui est écrit.

Quand je donne le lien qui prouve factuellement qu'en effet ce festival est à 80% interdit aux blancs et qu'on vient de nouveau dire que c'est une manigance d'extrême droite, c'est du troll pas autre chose !

Quand je pose la question : "les femmes de couleur noire doivent pouvoir se retrouver entre elles car les femmes blanches seraient intrinsèquement incapables de comprendre leurs problèmes. Mais tiens c'est pas du racisme ça ? Parce que sinon, c'est quoi les autres arguments avancés là ? je comprends pas..."
Et qu'on me répond que les femmes blanches peuvent contraindre la parole ... je suis encore bien gentil de ne pas dire que c'est de la connerie humaine à l'état pure mais un troll.

[cynique] Et le clou final ! il ne s'agirait que de discussions, de réunions. Un festival raciste, bah alors pourquoi s'alarmer, c'est pas grave ! [/cynique]

Infect.
0 vote

Tu ne comprends pas le racisme et méconnais le féminisme, donc tu insultes tes adversaires et remets en question leurs facultés... classique.

Donc, du haut de ma connerie humaine, je lis que 80?cefestival, par ses ateliers, est réservé aux femmes noires.
Cela a fait tilt chez certains, et c'est là que l'info a tourné dans les réseaux d'extrême-droite, puis est devenue "un festival se tenant dans un lieu public est interdit aux blancs".
Puis cette fachosphère a commencé à relayer l'hoax (fdesouche), jusqu'à ce que ça se répande jusque la LICRA et Hidalgo.
De cela, plusieurs choses:
1. 80% d'un festival, ce n'est pas la totalité (juste une grosse majorité)
2. Les ateliers non mixtes se déroulent dans des lieux privés, et non publics
3. Réservé aux noires n'est pas une proposition équivalente à interdit aux blanches (et il ne semble pas que les autres populations s'en soient offusquées, ça ne serait pas typique des privilégiés que de crier au scandale quand on n'a pas besoin d'eux ?)

Les femmes noires subissent le racisme (systémique), les blanches en sont un vecteur.
Leur absence permet bien entendu de libérer la parole.

Ce festival n'est pas raciste, il vise à s'organiser pour lutter contre le racisme.
Tu n'as même pas expliqué en quoi ce serait raciste d'organiser des ateliers non mixtes.
C'est âgiste de réserver les centres aérés aux enfants ?

Je t'invite à prendre connaissance des réponses de Tungstenn et Luxale sur ce sujet : https://betolerant.fr/forum/10503/le-feminisme-le-probleme-des-femmes/20
Et de lire/écouter les documents liés.
0 vote


1 remerciement
Qu'est-ce que c'est que ça ?

C'est vous qui venez avec votre "totalité" du festival. Et quand bien même. 80'%' ce n'est pas assez pour vous !?

Et en plus vous vous permettez d'être arrogant en me disant que je ne comprendrais rien au racisme ni au féminisme. On aura tout vu.
0 vote


1 remerciement
Un texte de Serenade Chafik,

"Féministes racisées, festival interdit aux blanches
Aie,aie, aie,
Je suis d'origine africaine, je ne suis pas noire, plus précisément d'Egypte un pays où des blancs et des noirs vivent dans le déni du racisme, mais là n'est pas le but de ce poste; Je ferme donc cette parenthèse
Féminisme Non blanc :
Dois je m'éloigner des féministes blanches ?
Avec ce genre d'opposition entre féministes banches et d'autres basanées, de couleurs, mélangées, métissées…, je me pose la question si ce n'est pas une invitation à se demander si nous n'avions pas fait fausse route et que nous nous sommes tromper en dénonçons le patriarcat comme système puisque le problème diffèrerait d'une localité à une autre ou selon la couleur de peau.
Dans ce cas le mécanisme du patriarcat ne serait pas celui qu'on combat puisque des femmes de couleur blanche en seraient moins victimes.
Autrefois, on faisait appel à la solidarité internationale des femmes pour faire avancer nos droits partout dans le monde et réussir à établir une pression internationale.
À votre avis, pourquoi l'Egypte a fini par interdire l'excision dans la loi en 2016 ?
Peut être parce que les affreuses féministes blanches me donnaient à moi et d'autres femmes issues des ailleurs la parole pour dénoncer cette mutilation des femmes.
Peut être que ma voix et celles des autres a été confortée par la solidarité.
Tu es féministe et blanche, c'est main dans la main et non en opposition que nous pourrons avancer parce que nous pourrons ensemble établir un vrai rapport de force
La solidarité demeure la tendresse et l'arme absolue qui lie la communauté internationale en général et les combats des femmes pour leurs droits en particulier"
0 vote

Alors merci du gentil conseil! Je me le garde au chaud dans un coin de ma tête mais je ne compte pas le suivre maintenant.

Le truc c'est que VOUS venez de créer un topic, si je ne suis pas encore aveugle VOUS avez choisit de l'inscrire en DÉBAT. Personne ne vous a obligé à le faire non? Donc ne venez pas insulter les gens de troll et leur manquer de respect quand ils prennent le temps d'expliquer leurs points de vu, sans insultes, sans animosité.

"Et en plus vous vous permettez d'être arrogant en me disant que je ne comprendrais rien au racisme ni au féminisme. On aura tout vu."

C'est une vaste blague là, c'est vous qui manquez le plus de respect ici avec vos "FUCK ! putain" vos "je suis encore bien gentil de ne pas dire que c'est de la connerie humaine" et vos "troll de bas étage", pour de vrai vous me faites doucement rire à faire monsieur l'offusqué, merci pour cette franche marrade :)

A moi de filer un petit conseil en retour du votre: Franchement, ne faites plus de débat, vous n'avez visiblement pas trop trop compris le principe :)
0 vote


1 remerciement
Creme,

CE n'est pas pour ça que je me dois d'accepter un discours qui n'est pas honnête. Comme je l'ai dit auparavant, allez vous carrer votre moraline où je pense.

FUCK les racistes
0 vote

Classe, trèèèès classe :)
0 vote


1 remerciement
Foutez le camp si vous n'avez rien d'intelligent à dire.

Une remarque intelligente et honnête même si elle ne va pas dans mon sens je l'accepterai.
0 vote


Citation de Urukan
C est vous qui venez avec votre totalité du festival. Et quand bien même. 80 ? n est pas assez pour vous !?


Bon, il faudrait savoir de quoi on parle.
J'évoque l'hoax d'extrême droite. Celui qui relaie que le festival serait interdit aux blancs. Cet hoax qui a été relayé par la LICRA et par Hidalgo. C'est là que ça parle de totalité.
La vraie info, celle que tu cites, est le 80% du festival composé d'ateliers non mixtes réservés aux femmes noires.
Ce n'est pas parce que toi tu cites la vraie info que l'hoax n'existe pas, et qu'il n'a pas été relayé.

Citation de Urukan
Et en plus vous vous permettez d être arrogant en me disant que je ne comprendrais rien au racisme ni au féminisme. On aura tout vu.


J'ai parlé de méconnaître le féminisme, en refusant d'en voir les multiples facettes.
Oui, il n'y a pas un unique féminisme, et toutes ne se retrouvent pas derrière cette idée d'ateliers non mixtes.
Est-ce la peine d'insulter celle qui jugent cela nécessaire, et qui en ressentent le besoin ?

Quant au racisme, prétendre à un racisme anti-blanc démontre bien une incompréhension sur le terme.
Le racisme est à comprendre comme le sexisme: notre société est fondée autour, on évolue dedans, des stéréotypes sont calqués sur les personnes. Certains en sont privilégiés (les hommes, les blancs), d'autres discriminés (les femmes, les racisés).

Mais ma position dans cette discussion est inconfortable, puisque je parle à la place des concernées. C'est d'ailleurs souvent ce qui se passe en situation de mixité.

Citation de Urukan
Foutez le camp si vous n avez rien d intelligent à dire.


Peut-être devrais-tu alors commencer par appliquer tes propres préceptes.
0 vote


1 remerciement
moderation : Il y a un trollage du topic.
0 vote


1 remerciement
Texte de Arnaud Lacheret,

Je ne suis pas parisien, mais je vois qu'une espèce de polémique est en cours sur l'organisation d'un truc antiraciste où certains ateliers ne seraient réservés qu'aux noirs...

Je lis avec attention les argumentaires de nombreuses personnalités et associations de gauche comme l'Unef, qui expliquent doctement que c'est ainsi que les grandes causes ont progressé: parce que les personnes discriminées se sont rassemblées entre elles, entrainant les "autres" à leur accorder plus de droits.

Donc, ce raisonnement supposerait que seul un noir peut comprendre ce que c'est que le racisme contre les noirs, seul un juif pourrait comprendre et débattre de l'antisémitisme.

Outre le fait qu'un tel raisonnement enferme les personnes dans des catégories ethniques et/ou religieuses, ce qui ne diffère pas vraiment de la vision des groupuscules d'extrême droite identitaires ou de ce qui a pu se passer en Afrique du Sud ou aux Etats-Unis, on oublie surtout que les principales avancées sont souvent dues au fait que des personnes non stigmatisées se sont senties concernées par ces combats et ont agi.

Parfois, ces personnes n'ont même pas été sensibilisées par des minorités agissantes, on peut penser à Schoelcher ou Lincoln.

On se souvient de Nelson Mandela, Prix Nobel de la Paix en 1993, mais on oublie souvent qu'il a partagé ce prix avec Frederik de Kleerk et qu'à l'époque, ça n'avait pas semblé scandaleux.

Et aujourd'hui encore, quand on regarde cela historiquement, on s'aperçoit bien que c'est ce tandem qui a permis la fin de l'appartheid: Mandela sans de Kleerk ou de Kleerk sans Mandela n'auraient pas permis d'y arriver de cette façon.

Autrement dit, les gens victimes de racisme n'ont rien à gagner à se réunir entre elles. C'est parce que des personnes "non-racisées" se sont mélées de leurs combats qu'historiquement, les choses ont avancé.

Outre le problème philosophique de se réunir "entre soi", en excluant les "autres", il y a un vrai problème de cohérence: on n'obtient pas de résultats ainsi, au contraire, on s'enferme dans le communautarisme.

Bref, tout le monde s'en fout, mais j'ai quand même l'impression que cette société part vraiment en cacahuètes.
0 vote

Citation de Urukan
Donc, ce raisonnement supposerait que seul un noir peut comprendre ce que c est que le racisme contre les noirs, seul un juif pourrait comprendre et débattre de l antisémitisme.


Le biais se situe ici.

Ce n'est pas parce que des ateliers non mixtes s'organisent, pour simplifier les choses et libérer la parole, que les autres ne peuvent pas comprendre.
Je peux très bien comprendre la réunion de copropriété de mon logement, pourtant je n'y suis pas convié: ça ne me concerne pas.

Ces ateliers sont à destination de ces personnes, pour parler de sujets qui les concerne. Personne ne dit que tout devrait devenir non mixte et qu'il faudrait séparer les populations par genre / couleur de peau / religion / sexualité / etc.
Il ne s'agit que d'un atelier, il a une durée limitée, et sert à organiser des actions contre des discriminations perçues par les participantes à cet atelier.
Et il ne s'agit pas non plus d'imposer que toutes les réunions soient non mixtes: ça ne remplace pas des discussions / échanges / débats qui peuvent avoir lieu.

Mais bon, ça se termine avec le mot magique "communautarisme", c'est tout ce qu'il faut.
0 vote

Bonsoir , je suis nouvelle je m’appelle Frédérique !
0 vote


1 remerciement
Encore cet argument de "L'espace de respiration".

En quoi la présence d'une blanche ne permettrait pas à des femmes noires d'avoir une parole libérée ? Qu'est-ce qui doit se libérer en dehors de la présence d'une blanche ?

Bienvenue Giselenana
0 vote

Par peur de voir une personne non concernée venir relativiser son discours, le mettre en doute, transformer en débat ce qui n'avait pas lieu d'être.
0 vote


1 remerciement
Parce qu'une blanche ne pourrait intrinsèquement pas comprendre les problèmes d'une noire, parce que le féminisme ne serait plus universaliste mais limité à une identité, une religion ou une couleur de peau.
Laissons se développer tout ça, quelle évolution des mentalités !

Des décennies à marteler que les êtres humains ne doivent pas être assignés à une race suivant la couleur de leur peau pour en arriver là. Pour recommencer à le prendre comme critère, un critère absurde au regard du métissage de la population.


Critère absurde bien décrit dans un témoignage ici :

[...]Le racisme des prétendus défenseurs des minorités se fonde sur le même déni d'humanité. Il est au demeurant d'une stupidité crasse. Sur France Info, une porte-parole d'Osez le féminisme pérore, en parlant du droit des noires à se réunir sans les femmes blanches, mais en présence d'hommes noirs. Or, je connais deux enfants, un garçon et une fille, nés d'une mère afro-française et d'un père français issu d'une famille judéo polak. La loterie de l'hérédité étant ce qu'elle est, le garçon a une très belle peau noire, mais sa petite soeur est franchement blanche. Donc, le garçon aura le droit de participer aux réunions féministes interdites aux blancs. La fille, sera refoulée à l'entrée, parce que blanche. Or, ils ont tous les deux un grand-père venu de Centre-Afrique et un autre, aussi blanc que peut l'être un petit youpin de la place de la Nation ! Ces enfants, qui sont mes petits-enfants, ont des cousins blonds, qui sont aussi mes petits-fils. Je ne vois pas ce qui les différencie. On ne lutte pas contre les discriminations en creusant les différences, en reprenant à son compte l'immonde racisme blanc. Toutes les théories de l'hérédité par le sang et la peau portent la même ignominie. Nous sommes tous les enfants d'une Africaine, baptisée Lucy par des paléontologues qui écoutaient une fameuse chanson des Beatles.[...]
0 vote

De ce que j'ai compris des différents articles d'actualité qui parlent de cette polémique, le cœur du problème et ce qui a choqué une partie de l'opinion, c'est l'idée qu'il y ait une ségrégation dans un lieu public.
Mais il s'avère finalement que cette règle de non-mixité ne s'appliquera que dans un cadre privé, auquel cas cela ne pose aucun problème que 80? de l’événement soit concerné : la loi interdit le racisme en public, mais le principe est à la liberté dans l'espace privé.
C'est un exemple un peu extrême, mais je pourrais parfaitement organiser des réunions entre nazis, racistes ou homophobes dans mon salon : tant que je n'en fais pas la promotion à l'extérieur, et que ça n'a pas d'incidence à l'extérieur, la loi n'a rien à y redire.

Pour moi l'argument de la nécessité d'un "espace de respiration" est erroné. Il serait exact dans un cadre médical, mais ce n'est pas le cas ici. Visiblement les ateliers non mixtes traiteront de sujets tels que le ressenti des victimes de discriminations, l'écoute, l'entraide, les conseils, ... etc. Il y aura également des réunions visant à planifier leurs actions futures. On ne peut pas nier que ça ne concerne pas les personnes non "racisées" (je n'aime pas ce terme mais je n'en trouve pas d'autre plus concis ...). Il ne s'agit nullement d'une campagne d'information, de prévention, de sensibilisation, qui là pourrait intéresser un public plus large.

Il n'y a pas non plus une volonté de cloisonnement, puisqu'on peut raisonnablement supposer que les actions planifiées dans les ateliers non mixtes seront ensuite mise en oeuvre dans l'espace public, et viseront à toucher et à faire participer le public le plus large possible, sans ségrégation ni clivages.

Autre constat que je tiens à faire, vous m'avez mis le doute en lisant votre argumentaire donc je suis allé vérifier la définition des termes "racisme" et "ségrégation".
Le racisme est présent à deux échelles : il est soit individuel, soit structurel, et ces deux formes sont indépendantes l'une de l'autre. Il n'y a actuellement en France qu'un racisme individuel : les institutions de l'Etat et la loi ne sont pas racistes, donc pas de racisme structurel. Une généralisation du racisme individuel ne suffit pas à créer un système raciste, un Etat raciste.
Donc on peut en conclure qu'on peut effectivement parler de racisme anti-blanc, même si il est absurde de le mettre sur un pied d'égalité avec d'autres racismes plus fréquents. Mais il est important de reconnaître son existence afin justement d'éviter des dérives de la lutte contre les racismes.

Dernière précision de vocabulaire puis je m'arrête ^^
Les hommes blancs hétéro cis-genre ne sont pas des privilégiés. Penser de cette façon, c'est du racisme.
Ils ne sont pas privilégiés car aucun privilège ne leur est acquis, et lorsqu'une personne est confrontée à une discrimination elle ne subit pas un dommage en raison d'un système établi de privilèges, mais parce qu'elle subit la haine individuelle d'un individu ou d'un groupe d'individu. Ce sont toujours des attaques individuelles, ou des attaques contre un groupe menées à titre individuel. Les victimes, à raison, se sont réunies car l'union fait la force, mais elles sont la cible d'attaques individuelles simultanées, pas d'attaques globales.
Je ne sais pas si je suis clair, du coup j'explique avec un exemple : si je me présente à un entretien d'embauche en même temps qu'une femme noire et que je bénéficie d'une discrimination à son égard qui me fait attribuer le poste, le coupable sera le DRH raciste ou sexiste, et pas moi en tant que "privilégié". Parler de privilégié, c'est d'une certaine façon donner l'absolution aux racistes en faisant passer leur racisme pour une généralité admise. C'est faux, et risqué, car cela conduirait justement à une ségrégation sur le long terme.

Conclusion : ce n'est pas raciste de se réunir en privé entre victimes (réelles ou potentielles) en excluant les non-victimes et ce n'est pas raciste de lutter contre le racisme.
A contrario c'est discriminatoire d'interdire un événement public (ce n'est pas le cas ici) à une partie de la population, et c'est raciste de qualifier péjorativement toute une partie de la population de "privilégiés".
0 vote


1 remerciement
Très bon post Osanagokoro.

Pour ce qui est du public ou du privé, certes, au regard de la loi cela change beaucoup de choses mais sur le principe cet événement pose beaucoup de questions.

Quand on voit ce genre d’événements se multiplier, quand on se rappelle des camps d'étés décoloniaux interdits aux blancs.
Quand on sait qu'un des sujets de cet événement est le féminisme décolonial cher à la raciste Houria Bouteldja dont j'ai posté la vidéo tout à l'heure. Féminisme qui pour certains permet d'imposer l'idée selon laquelle les blancs, les dominants, ne peuvent pas se mélanger avec les racisés.

bref, je conseil vraiment aux gens de se renseigner sur ces mouvements identitaires.
0 vote


1 remerciement
Et on parle toujours de festival (ou parties de festival) "interdit aux blancs" sans mention des personnes ni blanches, ni noires, qui pourtant seraient tout aussi concernées.

Cela veut dire que, peu importe votre avis sur ce festival, rendez-vous bien compte que pour beaucoup de blancs le problème se situe là : pas que ce soit excluant en général (qu'on considère ça excluant ou non) mais que ce soit spécifiquement une barrière pour EUX. Qu'ils subissent une barrière explicite comme les barrières implicites du monde du travail et de la propriété qui leurs ont tant profité.
0 vote


1 remerciement
Louisiana,

Il faut être vigilant, partout, tout le temps et ne rien laisser passer. Il n'y a pas que l'extrême droite traditionnelle, il y a l'extrême droite nouvelle qui est en train de s'organiser dans ces populations.

Ce texte d'Isabelle Kersimon devrait te parler :

Ces derniers jours, le festival "racisé non mixte" des féministes "intersectionnelles" (dont Francine Sporenda a parfaitement expliqué en quoi leur "féminisme" vise in fine à détruire le féminisme) a fait les choux gras du monde médiatique : centaines de tweets indignés, dizaines d'articles... Fort bien. Il convient en effet de pointer cette problématique, non pas en tant que spécificité "interdite aux Blancs" (rappelons qu'à priori l'événement est aussi interdit aux Arabes et aux Asiatiques), mais en tant qu'idéologie antiféministe complice des conservatismes les plus rigides et des fondamentalismes religieux.
Des antiféministes patentés prennent soudain fait et cause pour le féminisme universaliste en "combattant" ce Festival "racisé non-mixte" au nom de l'antiracisme, rejoignant opportunément ce féminisme abhorré.
Or, la frange gudarde de l'extrême droite a ouvert à Lyon un centre destiné à accueillir «des Français ou des Européens de culture et de langue française, avec de la famille issue de notre pays par exemple».
Si cette information ne suscite pas l'engouement qu'a provoqué la précédente, il faudra se résoudre à entendre que les indignations sélectives ne sont pas toujours celles que l'on croit et que l'orientation du buzz nous livre le spectacle in vivo de ce qui se joue autour de certaines de nos valeurs : oui, il existe bien un antiracisme dévoyé dont le concept d'islamophobie et le "féminisme intersectionnel" constituent des motifs.
Oui, il importe de les mettre au jour.
Cependant, le faire en occultant ce racisme- là comme c'est trop souvent le cas ces temps-ci ne conduira qu'à l'exaspération de ces tensions que l'on dénonce.
0 vote


1 remerciement
Le fait la réponse médiatique et la réponse des utilisateurs sur ce topic ait été essentiellement si ce n'est complètement concentrée sur l'exclusion des blancs en occultant toute autre "race" et le fait que peu voire personne n'a parlé d'actions "similaires" mais en faveur des blancs est extrêmement révélateur sur les priorités de la société en question de racisme et leur vision de cette problématique. Ce n'est pas innocent qu'on se concentre uniquement sur ce qui est péjoratif aux blancs : c'est complètement la marque d'un système raciste en faveur des blancs.
0 vote


1 remerciement
Personnellement J'ai parlé d'enfants métisses. Mince désolé, j'aurais du placer un chinois dans le lot pour montrer que je n'étais pas ethnocentré, racistocentré(?) ...

J'ai aussi posté le commentaire d'une Égyptienne.
0 vote

Citation de Lindos

Mais c est intéressant de voir qu il y a aussi débat dans des pays comme le notre visant l égalité des droits et des chances.


Ce n'est pas précisément la formulation que j'utiliserais là où je me trouve, sachant que le premier venu serait forcément plus français que moi, et de surcroît, que nous avons quasiment tous fêté ensemble samedi dernier la commémoration de l'abolition de l'esclavage, de bon coeur. (Au passage, ne parlons pas d'homosexualité, elle reste une "abomination" pour la plupart des grands courants religieux, notamment ici pour les chrétiens qui sont légion)
Cela dit, je peux comprendre l'agacement d'Urukan lorsqu'une manifestation paraît interdite au commun des mortels (sauf le public concerné). Nous sommes européens après tout, et les barrières sont "théoriquement" tombées depuis belle lurette. Il se trouve que je suis à demi luxembourgeois, et assez fier que le premier ministre actuel ait le cran de se montrer avec son mari (et paf la barrière). J'ajoutais donc une petite dose de pragmatisme (tout au moins j'essayais) dans le contexte d'une Europe qui avance, mais au sein de laquelle, finalement, les choses n'ont pas autant changé que ça. Sans quoi, je crois que plus d'homos pourraient s'assumer sans contrainte.
Sur ce, je retourne au soleil (enfin non, plus à cette heure-ci)
Steph
0 vote


1 remerciement
Citation de Urukan
Personnellement J ai parlé d enfants métisses. Mince désolé, j aurais du placer un chinois dans le lot pour montrer que je n étais pas ethnocentré, racistocentré(?) ...

J ai aussi posté le commentaire d une Égyptienne.


Tu as parlé d'une enfant métisse mais à la peau blanche, donc qui n'a sûrement jamais fait l'expérience de la négrophobie, le dénominateur commun de toutes les personnes qui sont identifiées noires par la population 🙄

Au final tu pars sur des considérations génétiques de la race là où ça parle de social.

Et enfin, je doute qu'elle aurait été refusée. Je pense que ces ateliers étaient volontiers ouverts aux descendants directs d'immigrés africains. On se fait souvent des fantasmes sur les choses qu'on connaît pas, mais les organisateurs n'allaient pas joué à la police de la blanchitude.
0 vote


1 remerciement
Stop l'inversion là.

Des décennies à marteler que les êtres humains ne doivent pas être assignés à une race suivant la couleur de leur peau pour en arriver là. Pour recommencer à le prendre comme critère, un critère absurde au regard du métissage de la population.


Vous doutez... vous doutez qu'elle aurait été refusée ? Mais quel degré de blancheur ne serait pas accepté ?
Ils n'ont pas à utiliser ce critère pour ségréguer, c'est un principe fondamental dans nos pays sur lequel on ne peut pas revenir, point.

Vous doutez, mais moi je ne doute pas du caractère fondamentalement raciste que ce genre d'initiatives entraîne. Comme aux états Unis où la demi sœur blanche d'une fille qui a la peau noire se fait jeter d'une manifestation car elle est blanche.
Où on inculque la haine du blanc, où on crie mort aux blancs. Où la défiance communautaire à mis plusieurs fois des villes en feu .

Il n'y a pas de bon racisme !
0 vote

Salut Urukan, bon je m'adresse pas à toi particulièrement sauf cette parenthèse, même si l'écrit ne permet pas de transmettre facilement le ton d'un message, j'ai l'impression que tu t'adresses aux autres d'une manière pas toujours agréable et dans la manière que tu as d'apostropher les gens, les qualifier de noms d'oiseau ("trolls") pour décrédibiliser leur parole, tu ne sers pas la tienne. Je pense que la meilleure chose pour réfléchir sur ces sujets est d'abord de se détendre. La peur, la colère et l’idéologie sont des barrages à la réflexion. Il faut essayer de penser contre soi-même et se demander ce qui pousse ces femmes à se réunir en espaces non-mixtes et/ou non-blancs. A priori, toutes ne sont pas des racistes parano, il doit donc bien y avoir un intérêt. Ça peut être intéressant de faire ce trajet vers l'autre en dressant une liste qui te permettrait au-delà de tes croyances, de trouver par toi-même certains de ces intérêts.

Je pense qu'il y a beaucoup de confusion sur ces sujets qui tiennent aux idéologiques en confrontation, et surtout hélas à l'inertie des politiques de s'emparer des recherches en sciences humaines et sociales, qui ne datent pourtant pas d'hier (bien que Najat Vallaud-Belkacem ait fait quelques efforts dans ce sens face à une horde de parents d’élèves aussi ignares qu'hystéro).

Comme déjà dit plus haut je crois, les Etats-Unis ont connu la ségrégation d'où s'est instituée de manière très claire l'idée de communautés raciales, ce qui permet de comprendre l'angle pris des solutions apportées aux problèmes d'exclusion et de racisme. Les Noirs n'ont pas demandé à être ségrégués. Ils ont dû s'organiser et se battre pour obtenir des droits civiques avec différentes solutions allant de la Nation of Islam pour les plus radicaux, à Booker T. Washington, les plus mous-du-g'nou. Il existe des réunions filmées en anglais américain très frappantes sur le problème du "racisme structurel", une notion indispensable à comprendre car elle est aussi réelle aux US qu’ici en France, ex-2ème empire colonial. Les participants sont tous racisés, c'est-à-dire que du fait de leur couleur de peau, ils connaissent certaines formes de discrimination qui les empêchent d’accéder aux mêmes services, au même statut social que les blancs privilégiés (pléonasme). Ces discriminations viennent d'ailleurs y compris de personnes blanches de bonne volonté (ceux parmi vous qui ont vu Get Out au ciné récemment, savent de quoi je parle quand je parle de "bonne volonté") càd des personnes qui pourraient aller jusqu'à se définir comme anti-racistes mais pourtant adoptent un comportement différent vis-à-vis de la personne de couleur tendant à l’ "essentialiser", pour finalement la ramener à un objet. Dans cette idée, un.e Blanc.he peut très bien être ami.e / marié.e à un.e Noir.e et être raciste (d'où la fausse excuse de "j'ai un ami noir ou arabe"). Ce racisme structurel est véhiculé par les dominants qui n'ont pas fait le travail de déconstruction nécessaire leur permettant d'identifier ce racisme voire l'anticiper, c’est-à-dire, l’écrasante majorité des blancs. Dans ces vidéos qu'on peut trouver sur Youtube, on peut trouver un stage sur plusieurs jours qui permet à des Blancs d'accéder à cette déconstruction et comprendre réellement la situation des Noirs et hispaniques américains. L'homme blanc est au départ incrédule, entre en résistance mais à la fin s'écroule d'avoir été à ce point pétri de préjugés, incapable de voir et de comprendre. Ce mec, c'est toi Urukan.^^ https://www.youtube.com/watch?v=ywp4w_q_Tj8

Il faut vraiment garder à l’esprit que l’exposition coloniale, c’est les années 1930 en France, que les indigènes étaient parqués dans des zoos humains et que toutes l’Europe était venue se régaler les mirettes de ce spectacle sinistre de la domination des uns sur les autres. Impossible de faire l’inventaire de toutes les atrocités, des meurtres de masse, des pillages, des ravages de l’assimilationnisme ou même faire état du degré de racisme en France depuis les Lumières. Pourtant comprendre cette histoire et notamment la plus récente (deuxième vague de colonisation sous la 4ème République) est indispensable pour espérer comprendre le point de vue radical du Parti des Indigènes de la République qui organise des stages décoloniaux non-ouverts aux blancs. Pour se rafraîchir la mémoire, voir cet excellent Dessous des cartes : https://vimeo.com/134279784. Mais ça ne sera pas suffisant. Il faut également déconstruire les discours médiatiques et politiques. Se rendre compte que le racisme et le sexisme est partout. Par exemple, l’affaire Traoré pour le racisme institutionnel, depuis un an. Par exemple, le tennisman Maxime Hamou et les rires des présentateurs pour le sexisme ordinaire face à une agression sexuelle caractérisée en direct, aujourd'hui.

Il existe un rapport de domination et de soumission entre groupes majoritaires et minoritaires qu’ils le soient en nombre (les Noirs) ou en valeur (les femmes). Comme l'a rappelé très justement un autre membre dans un message prédédent, ces « races » sont des marqueurs sociaux, pas des réalités biologiques. Il existe aussi une "convergence des luttes" où les luttes raciales croisent les luttes féministes ou les luttes homos (cf. Le FHAR). Aussi, parler de l'opposition patron/prolétaire (ou employeur/employé) n'est pas une mauvaise analogie pour comprendre les rapports de force. Ici, le rapport de force est à l'avantage des patrons. Par conséquent, les employés doivent recourir aux syndicats pour défendre leurs droits et leurs intérêts. Ces syndicats ne sont évidemment pas ouverts aux patrons dont la présence rendrait caduque les discussions (au passage, la loi El-Khomry augmente le déséquilibre du rapport de force à l'avantage de l'employeur, bref : votez Mélenchon aux législatives pour éviter ça^^). Il en va de même pour ces ateliers de femmes noires. Elles se réunissent face à l’oppression pour s’organiser, trouver des solutions et se réapproprier leur identité hybride (cf. Edouard Glissant, Césaire, l’excellent Chemin d’école de Patrick Chamoiseau, ou Peau noire masques blancs de Fanon sur racisme, colonialisme et hybridité) sans le paternalisme et le parasitage des Blancs. Il n’y a rien ni d’illégal, ni d’immoral, ni encore moins de raciste. Il faut simplement creuser au-delà des apparences, clairement trompeuses, et réfléchir par analogies (par exemple). Ça demande aussi un minimum d’empathie et de sensibilisation à ces sujets.

Pour finir (ou débuter) sur ces sujets en musique, je propose Casey :
https://www.youtube.com/watch?v=U-y5I6WHyS8
https://www.youtube.com/watch?v=RNEfn44wLRY
https://www.youtube.com/watch?v=_L6VuuBIc2w
0 vote


41 remerciements
Dans un pays de droit il faut se poser la question de savoir si ce qui est reproché est légal ou pas, et lorsqu'on on est à la frontière de la légalité si les lésés sont en capacité de faire valoir leurs droits ou pas (par exemple les gays souvent clandestins ou trop jeunes et incapables de faire valoir leurs droits).

Au delà on peut toujours débattre.

Il est entendu que les replis identitaires généralisés sont des précurseurs de tensions, et même des révélateurs de tensions. Par exemple on ne peut pas dissocier l'intégrisme idéologique du terrorisme aux populations, lorsque le second a souvent le premier comme précurseur, et quand bien même le premier est une liberté de pensée légale. C'est à ça que servent les fiches S.

Mais on ne peut pas non plus passer sous isilence qu'il existe une tolérance pour des apartheids hérités, y compris parfois dans des lieux appartenant à l'état : certains lieux de culte exclusivement réservés aux croyants de ce culte, et séparation des hommes et des femmes dans certains lieux de culte.

J'ai écrit dans un post que les sociétés traditionnelles n'avaient pas trouvé d'autre solution pacifique que la tolérance à la différence, pour faire cohabiter le multiculturalisme, qui est un vieil héritage de la fusion des tribus, puis des clans, puis des baronies, puis royaumes, etc.
Compte tenu de leur implosion sous la pression de la mondialisation (qui est une fusion n+1) et de leur népotisme, et de la "perfection" de nos démocraties occidentales, on pourrait considérer que leur modèle plutot féodal est obsolète.
Mais on pourrait aussi voir le verre à moitié plein et remarquer que le modèle a survécu et su gérer le multiculturalisme pendant au moins 5000 ans.

Personnellement je suis toujours un peu dubitatif lorsque je lis que nous feront dominer nos idées parce qu'elles sont les "meilleures" (et que nous sommes chez nous). Les idées les meilleures n'ont pas besoin de batailler pour s'imposer aux autres, elles imprègnent. Et les autres préfèrent souvent leurs idées même si elles sont réputées moins bonnes, parce que ce sont les leurs.

En plus les autres peuvent même trouver leurs idées plus éthiques que les notres.
Dans des domaines risquant d'impacter la sécurité des populations, et donc autrement plus graves que l'apartheid au premier degré, il y a des terrains idéologiques que l'occident est en voie de perdre malgré sa supériorité militaire, y compris sur le terrain éthique, démocratique ou encore financier. Parce qu'après "faite ce que je dis mais pas ce que je fais", "renoncez à ce dirigeant inacceptable élu démocratiquement", ou encore "je vends mes meilleurs systèmes d'armes à ce dictateur qui épuise (et torture et tue) sa population pour maintenir l'ordre", "j'oppose mon véto à toute mise en cause des turpitudes de mes alliés", ou encore "je me réserve le droit à toute raillerie au nom de la liberté d'expression", il y en aura toujours pour trouver leurs textes sacrés millénaires plus éthiques et plus sages, ou leurs droits coutumiers traditionnels qui sont pour la paix des ménages chacun chez soi.

Puisqu'il est fait allusion aux asiats, ils be vont surement pas se mêler de sujets africains qui ne les concernent pas (ou sinon ce sont de vrais français ^^) , ou en tout cas pas au-delà de faire des affaires, valoriser des terres, bref faire de l'argent.

Bref tout ça pour dire que c'est certainement pas souhaitable d'opposer un féminisme black au féminisme white, ou toutes identitées entre elles, mais ce n'est peut-etre pas non plus le prétexte à envenimer les choses au-delà de faire remarquer qu'une mixité est indispensable dans nos espaces publics, et souhaitable dans les espaces privés, jusqu'à concurrence de la loi.
0 vote

De toute façon, soyons clairs : ceux qui s'opposent à ces réunions procèdent au mieux par idéologie ou ignorance au pire par racisme. Les réunions féministes fermées aux hommes ne datent pas d'hier et on peut se demander pourquoi subitement parce qu'elles sont Noires, ça pose un problème et fait pleuvoir les fantasmes. Le grand remplacement et les réunions conspirationnistes ne sont pas très loin et rappellent l'antisémitisme primaire. Hidalgo en réagissant sur un hoax a été totalement hors des clous. Interdire des espaces d'éducation entre personnes discriminées pour travailler sur leur aliénation spécifique, leur identité, etc. retarde leur émancipation, crispe et désespère. Au passage au milieu des années 50 on a eu le premier Congrès des écrivains et artistes noirs à la Sorbonne. Amphi Descartes, La Sorbonne, des Noirs que des Noirs de tous les continents là pour parler d'identité, de négritude. Ça vous parle ?
0 vote

J'ai un peu parcouru le topic (désolé mais j'aime pas lire des pavés).

Je suis assez d'accord sur l'avis de Benzo, où ce n'est pas nécessaire d'apostropher les gens pour prouver et qu'il faut s'efforcer de faire preuve de plus d'ouverture d'esprit.

En revanche, je trouve quand même très hypocrite le fait de dire que ce genre de festival n'est pas raciste ou "racisant" à partir du moment où tu exclues la majorité des activités à une partie de la société.
Si on organisait un festival où 80?s des activités seraient réservées aux blancs, ça ferait un gros scandale.
Certes, c'est sociologiquement différent parce qu'on parle de population "dominée" et "dominante" mais le racisme anti blanc n'est pas la réponse au racisme anti noir. (Tout comme je ne suis pas d'accord des réunions entre hommes réservées les hommes et des réunions entre femme réservées aux femmes)

Sinon..
"Je peux très bien comprendre la réunion de copropriété de mon logement, pourtant je n'y suis pas convié: ça ne me concerne pas."

La différence, c'est que ce n'est pas parce que ça ne t’intéresse pas que ça n’intéresse personne.
Ce n'est pas parce que ça ne concerne pas les blancs que ça ne les intéresse pas.

Aussi ..
Par peur de voir une personne non concernée venir relativiser son discours, le mettre en doute, transformer en débat ce qui n'avait pas lieu d'être.

C'est exactement ce que tu fais sur ce débat Ivysaur quand tu relativises ce débat en disant "Il ne s'agit que de réunions, de discussions, calmez-vous. On ne parle pas de logements réservés aux noires par exemple"
0 vote

Citation de Korwen
La différence, c est que ce n est pas parce que ça ne t’intéresse pas que ça n’intéresse personne.
Ce n est pas parce que ça ne concerne pas les blancs que ça ne les intéresse pas.


Et je n'ai jamais dit que çe ne m'intéressait pas, d'ailleurs. Mais je n'y suis pas convié.

Citation de Korwen
C est exactement ce que tu fais sur ce débat Ivysaur quand tu relativises ce débat en disant Il ne s agit que de réunions, de discussions, calmez-vous. On ne parle pas de logements réservés aux noires par exemple


Exactement. Quand des avis s'opposent, les discours des uns et des autres sont remis en question, relativisés. C'est ce qui se passe ici.
Ce n'est pas dans ces conditions que veulent se réunir les femmes des ateliers concernés.
0 vote

J'ai lu des propos ici qui me donnent la nausée.
Je suis blanc.he, non concerné.e par le racisme, cependant je crois qu'il faut rappeler deux ou trois petites choses :

- Le racisme est une oppression systémique, dans le sens où elle s'exprime non pas seulement par les insultes et les actes physiques racistes, mais également au niveau institutionnel, urbain, etc. (Recherche d'emploi difficile, préjugés "positifs" sur les personnes noir.es etc.)
- Le racisme est une oppression théorisée par des colons blancs. Quand on dit d'une personne qu'elle est racisé.e, on ne cautionne pas la notion de race, on exprime simplement le fait qu'elle est perçue via un système et une oppression raciste, basée sur la notion fictionnelle de race.

Sur les AG non mixtes :

- En tant que minorité de genre, je participe souvent à des AG non-mixtes inclusives, les seuls non admis étant les mecs cis-genres. Bizarrement, les seules critiques de communautarisme et hurlant à la discrimination, au sexisme inversée (*facepalm*) proviennent de mecs-cis. Hasard ? Je ne pense pas.

- Les espaces non-mixtes ne sont pas un but en soi, mais un outil. Il s'agit de créer une bulle la plus safe possible (même si l'espace safe parfait n'existe pas bien-sûr) afin de partager des ressentis, des vécus, de décrypter les oppressions dont nous sommes victimes au sein, plus largement, d'un système capitaliste qui ne fait qu'oppresser à tous les niveaux la plupart de celleux qui y vivent (Oppressions de classe, précarité, racisme, sexisme, LGBT-phobies, islamophobie, antisémitisme etc).

- Lors d'une AG mixte, on passe notre temps à expliquer aux oppresseurs potentiels pourquoi ceci, pourquoi cela. Personne ne doit rien aux oppresseurs potentiels en termes de pédagogie, renseignez-vous seul.es si vous vous intéressez au sujet. On a pas de temps à perdre, on s'organise nous-mêmes.

- Oppresseur n'est pas une insulte. A un moment il faut accepter qu'on fait partie d'une classe dominante qui jouit de privilèges, c'est à dire qu'à certains niveaux, notre vie est plus facile à mener que celle des personnes opprimé.es (ex : Je suis blanche, j'ai un privilège blanc par rapport aux personnes racisé.es)

Rapport au festival :

- Le festival est MIXTE. Merci de se renseigner

- Certains ateliers sont réservés aux femmes (où toutes celles qui s'identifient en tant que tel) noires. Car il y a des problématiques concernant spécifiquement les femmes noires, qui subissent le racisme ET le sexisme. En tant que blanche, je n'ai rien à y redire, ni à tout prix à savoir ce qui s'y dit, cela ne me regarde pas.

Quand à celleux qui hurlent à la discrimination et au communautarisme, juste, pour une fois qu'il y a un espace auquel vous n'avez pas accès alors que l'espace public vous appartient, vous trouvez pas que vous abusez un peu ?



EDIT :
- Le racisme anti-blanc, cela n'existe pas. La racisme est une oppression systémique théorisée par des blanc.hes, à l'avantage des blanc.hes.

- Le sexisme anti-hommes, ça n'existe pas non plus. Vous ne pouvez subir ce prétendu sexisme inversé dans votre vie ou au niveau de la société. Vous êtes seulement temporairement exclus de certaines choses, pas la peine de venir chouiner vos male tears.
0 vote

Citation de Rakame
J ai lu des propos ici qui me donnent la nausée.
Je suis blanc.he, non concerné.e par le racisme, cependant je crois qu il faut rappeler deux ou trois petites choses :

- Le racisme est une oppression systémique, dans le sens où elle s exprime non pas seulement par les insultes et les actes physiques racistes, mais également au niveau institutionnel, urbain, etc. (Recherche d emploi difficile, préjugés positifs sur les personnes noir.es etc.)
- Le racisme est une oppression théorisée par des colons blancs. Quand on dit d une personne qu elle est racisé.e, on ne cautionne pas la notion de race, on exprime simplement le fait qu elle est perçue via un système et une oppression raciste, basée sur la notion fictionnelle de race.

Sur les AG non mixtes :

- En tant que minorité de genre, je participe souvent à des AG non-mixtes inclusives, les seuls non admis étant les mecs cis-genres. Bizarrement, les seules critiques de communautarisme et hurlant à la discrimination, au sexisme inversée (*facepalm*) proviennent de mecs-cis. Hasard ? Je ne pense pas.

- Les espaces non-mixtes ne sont pas un but en soi, mais un outil. Il s agit de créer une bulle la plus safe possible (même si l espace safe parfait n existe pas bien-sûr) afin de partager des ressentis, des vécus, de décrypter les oppressions dont nous sommes victimes au sein, plus largement, d un système capitaliste qui ne fait qu oppresser à tous les niveaux la plupart de celleux qui y vivent (Oppressions de classe, précarité, racisme, sexisme, LGBT-phobies, islamophobie, antisémitisme etc).

- Lors d une AG mixte, on passe notre temps à expliquer aux oppresseurs potentiels pourquoi ceci, pourquoi cela. Personne ne doit rien aux oppresseurs potentiels en termes de pédagogie, renseignez-vous seul.es si vous vous intéressez au sujet. On a pas de temps à perdre, on s organise nous-mêmes.

- Oppresseur n est pas une insulte. A un moment il faut accepter qu on fait partie d une classe dominante qui jouit de privilèges, c est à dire qu à certains niveaux, notre vie est plus facile à mener que celle des personnes opprimé.es (ex : Je suis blanche, j ai un privilège blanc par rapport aux personnes racisé.es)

Rapport au festival :

- Le festival est MIXTE. Merci de se renseigner

- Certains ateliers sont réservés aux femmes (où toutes celles qui s identifient en tant que tel) noires. Car il y a des problématiques concernant spécifiquement les femmes noires, qui subissent le racisme ET le sexisme. En tant que blanche, je n ai rien à y redire, ni à tout prix à savoir ce qui s y dit, cela ne me regarde pas.

Quand à celleux qui hurlent à la discrimination et au communautarisme, juste, pour une fois qu il y a un espace auquel vous n avez pas accès alors que l espace public vous appartient, vous trouvez pas que vous abusez un peu ?



EDIT :
- Le racisme anti-blanc, cela n existe pas. La racisme est une oppression systémique théorisée par des blanc.hes, à l avantage des blanc.hes.

- Le sexisme anti-hommes, ça n existe pas non plus. Vous ne pouvez subir ce prétendu sexisme inversé dans votre vie ou au niveau de la société. Vous êtes seulement temporairement exclus de certaines choses, pas la peine de venir chouiner vos male tears.


Amen.
C'est bien pour ça que s'y opposer était au mieux de l'ignorance au pire du racisme. Quant aux responsables politiques et pour comprendre les réactions absurdes d'une Hidalgo, ajoutez aussi un peu de clientélisme électoral. J'ai découvert le terme de misogynoir, au passage. ^^
0 vote




Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit