De la complicité ? Ca me manque ! :/

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour bonjour,
Alors voilà, j'arrive maintenant sur 18 ans, à vrai dire je me suis beaucoup posée de questions sur ma sexualité, mon orientation, j'ai désiré plusieurs fois des femmes, j'ai fantasmé, mais n'ai jamais rien essayé (je ne trouve personne et je suis timide, puis la peur de ne pas aimer et ne pas être à l'aise...).

Bref, en revanche j'ai beaucoup de respect envers les bisexuel(le)s et homosexuel(le)s car oui, vous méritez d'être traités comme les autres et d'ailleurs vous êtes les plus respectables dans ce monde je crois bien.
Pourquoi j'ai parlé de complicité dans mon titre ? Tout simplement parce que mon rêve, c'est un peu d'avoir le meilleur ami idéal bi ou gay et une meilleure amie de cette façon aussi. Pour moi c'est avec ce genre de personne que l'on trouve le plus facilement la complicité, le rire, les confidences, l'ouverture d'esprit... D'ailleurs j'ai été amoureuse d'un homme bisexuel (qui était bien l'idéal dont je rêvais depuis longtemps), qui me faisait penser à une relation amicale plein de complicité, je m'entendais vraiment bien avec lui, on se ressemblait fortement, mais jamais je n'ai eu de vraie place importante pour lui. Depuis, l'idée m'est restée en tête. :)

Vous, qu'en pensez-vous ? Avez vous déjà eu ce type de relation ? Venez me voir dès que vous voulez. Tout âge tout type accepté. :)


photo de l'auteur FreeThinker
FreeThinker
Non binaire de 24 ans
Strasbourg
Salut Eivets,

Il t'est pleinement légitime de te poser des questions sur ta sexualité, mais permet-moi de te donner un petit conseil basé sur mon expérience qui ressemble à la tienne:
Bien que tu ressentes la nécessité de découvrir et de comprendre ta sexualité, il n'y a aucune urgence à la définir. Je pense même que tu n'auras pas à le faire, du moins pas définitivement. À la différence d'objets exempts de vie, nous sommes des êtres en constante évolution (d'autant plus à nos âges), nos idées, intérêts, convictions, projets, préférences et presque tout en nous évolue (je dis cela sans jugement de valeur). Dans une semaine, demain ou dans une heure tu ne seras déjà plus tout à fait ce que tu es au moment où tu es en train de lire ce pavé soporifique à souhait ;)
Or, une définition fige ce qu'elle définit, c'est pourquoi je pense que tu n'en as pas besoin.
Tout ce dont tu peux être sûre, ce sont des faits. Que tu t'intéresses aux femmes, aux hommes, aux elfes, aux aliens, à tous ou à personne, d'une façon ou d'une autre est une chose sur laquelle tu n'as point d'emprise. Par contre, tu peux essayer de comprendre, comme tu le fais si bien,  et décider de ce que tu en fais, décider d'explorer ou non et à ton rythme les faces encore inconnues de ta sexualité.

As-tu déjà ressenti une attirance autre que charnelle envers une femme? Ces fois dont tu parles, s'agissent-elles simplement de fantasmes ou est-ce la manifestation réelle d'une certaine attirance envers les femmes? Y-a-il des choses auxquelles tu n'oserais pas songer et qui altéreraient la compréhension que tu as de ta sexualité? Peut-être que faute d'avoir vécu une de ces expériences, tu ne peux rien en dire pour le moment?

Voilà quelques exemples de questions que je me suis posé quand j'avais 18 ans (en replaçant bien sûr les femmes par les hommes) et après tout ce temps de réflexion, de découverte et d'évolution voici les faits dont je suis à présent conscient:
- j'aime des personnes et non des hommes et des femmes
- parfois plusieurs, ce qui peut être déconcertant pour certains, c'est pourquoi je le fais rapidement savoir
- chacune de ces personnes m'est unique
- chacune de mes relations est unique
- naturellement, je ne cherche pas à distinguer l'amour de l'amitié
- ce n'est pas le sexe de la personne qui m'importe, je m'intéresse d'avantage à ce qu'elle dégage
- je ne vis pas mes relations entant qu'homme ou femme, mais entant qu'être humain
- dans mes relations, nulle n'est la la propriété de l'autre

Maintenant, à toi de poursuivre le chemin surprenant et enrichissant de la découverte de soi, tu es bien partie! Il ne faut pas avoir peur de ne pas aimer, simplement savoir si tu es prête à explorer, si tu as envie et c'est en faisant que tu sauras. Si tu as peur de te sentir mal à l'aise fais le savoir et prends bien le soin de te faire respecter.


Ah au fait, même si les gens qui ne sont pas 100% hétérosexuels sont en général plus ouverts d'esprit que la moyenne de la population, ce n'est pas toujours le cas. Ils ne sont pas forcément les plus respectables, ils ont autant que qualités et de défauts que le reste de la population :)

Allez à plus! :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Salut à toi, PenseurLibre !

D'abord je te remercie pour ta grande, longue et agréable... réponse, ahah ! Ensuite, je sais, je comprends ce conseil, ne t'en fais pas, je ne me précipite pas du tout, je préfère prendre le temps, bien que ça fasse maintenant 2-3 ans que je me pose la question, que j'ai vraiment des attirances et des fantasmes, alors ça commence à me presser, mais je sais que j'aurai le temps pour ça.

Ensuite, oui, la première fois où je me suis demandée si je n'étais pas bisexuelle c'était après avoir connu une jeune fille de mon âge qui m'attirait fortement, pas que sexuellement, puisqu'elle me manquait la minute qui suivait où je l'avais quittée et je pensais sans cesse à elle, je me demandais même si je n'éprouvais ne serait-ce que quelques sentiments à son égard. Au bout d'un mois environ, j'ai pu l'oublier.

Tu as là une belle philosophie à ce que je vois par rapport aux humains, moi pourtant je reste figée sur leurs sexes, car je m'entends bien mieux avec les hommes que les femmes jusqu'à preuve du contraire.

En revanche, je reste sur mon idée des hétérosexuels, que ceux-ci sont beaucoup moins ouverts d'esprit !

photo de l'auteur FreeThinker
FreeThinker
Non binaire de 24 ans
Strasbourg
Re-salut à toi Eivets!

Hahah je n'ai pas tout de suite compris où tu voulais en venir dans ta première phrase mais tu m'as bien fait rire! :D Je constate effectivement que toutes ces interrogations sont loin de t'être nouvelles et je comprends que tu commences à t'impatienter. Tu as l'air d'être quelqu'un de réfléchi, donc je ne me fais pas de soucis à ce que tu trouves un jour réponses à tes questions.

Si tu permets mon avis, je trouve que ce que tu ressens et dis avoir ressenti témoignent assez clairement de ta bisexualité.

Pour en venir à tes rapports avec les hommes comparé à celui avec les femmes, j'imagine bien qu'ils sont scindés à ce jour, surtout dans la société dans laquelle nous vivons, où l'on grandit, apprend à se comporter, forge son caractère et presque tout ce que nous sommes en fonction de trois mots qui, prononcés à la naissance, décideront du destin de notre existence: "c'est une fille" / "c'est un garçon". La "preuve du contraire", comme tu le dis.  du moins celle d'une diversité plus riche entre individus que celle cultivée aujourd'hui en fonction des sexes, se révélera plus facilement quand, peut-être un jour, cette société aura profondément changé.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Hey!
J'ai à peu près le même âge que toi - voir carrément le même?? ^^ - et c'est la raison pour laquelle je me permets - que dis-je, j'OSE venir poster mon très modeste message.
?Parce que, non, je n'ai malheureusement pas grand chose à t'apporter du fait de mon jeune âge :P De plus, j'ai relu plusieurs fois le sujet, et la seule question à laquelle je peux répondre c'est: "oui, chuis bi et très sociable, potentielle amie, alors viens, on va aller courir ensemble dans les champs et cueillir les fleurs de la vie!"

BREF. Parlons sérieusement ^^; pour ma part, j'ai eu la chance d'avoir des amis hétéros et pourtant très ouverts d'esprit, donc personnellement je n'ai jamais vraiment expérimenté le genre de relation que tu décris. Après, vous sembliez bien partis sur la question de la sexualité; là encore, j'ai tout de suite voulu me mettre dans une "case" parce qu'ayant découvert que j'étais attirée par les filles assez vite, et donc dans une période de trouble et de quête constante de soi (ouais, l'adolescence quoi x)), j'avais besoin de me cataloguer. Maintenant, j't'avouerai qu'il faut que j'apprenne à nuancer (comme à dit PenseurLibre), et que là j'ai encore du boulot. J'en suis un peu au même stade que toi; je sais que je peux ressentir "ça" pour une femme, "ça" pour un homme, que c'est déjà arrivé et que ça va certainement recommencer; que la société nous conditionne à être "normaux", donc que je vais certainement sortir encore avec des hommes avant d'oser entreprendre les mêmes démarches avec une fille (triste mais c'est comme ça que je le pressens...:/)

Donc, ce que je peux apporter à ta réflexion - bien que tu ne sembles pas en avoir besoin ^^ - concernant la complicité; moi, chuis bi (et invivable xD) et j'évite les autres bis de mon âge parce que je les sais intolérants =) je veux dire; c'est facile pour "nous" de nous clamer tolérants parce qu'on le reproche aux gens et qu'on est la cible de discrimination voir de rejet; ça nous rend presque condescendant envers quiconque qui aurait des opinions un peu trop "fermées", alors que, paradoxalement, on prône l'ouverture d'esprit...qui plus est, à notre âge - et je parle en connaissance de cause! - c'est plus simple de trouver une personne, bien dans ses baskets et donc en général hétéro (vu qu'il faut toujours un certain temps à s'accepter comme gay/bi/lesbienne, ils sont en général gênés d'en parler ou affirme à qui veut bien l'entendre qu'ils sont hétéros) qui accepte la bisexualité. Bon. Mais sinon, en tant qu'amie bi chuis bien aussi hein x')

Après oui, la complicité me manque aussi, que ce sois entre amis ou même en couple >< la faute à la société me direz-vous; pas que, je pense. Les mêmes schémas se produisent de décennies en décennies - on veut tout, tout de suite; on ne prend pas forcément le temps de vraiment connaître une personne, ptète par négligence ou par prétention, car tout ce qui compte est d'être "casé" - mais l'importance de l'apparence a totalement changé la donne. On veut s'afficher, que ce soit avec un copain/copine ou un ami/amie. Donc ouais, ça me manque. :/ Je penne à avoir une amie avec qui avoir des délires, tout simplement parce que de l'autre côté, ça signifie des efforts pour entretenir une relation. Y'a pas de complicité sans réelle tentative de compréhension de l'autre, c'est-à-dire sans efforts. Et y'a pas beaucoup de gens qui veulent faire des efforts pour une amitié qu'on peut renouveler sans cesse.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Yop PenseurLibre,

Ahah contente que ça t'ai fait rire alors ! Mais d'accord, ouai peut-être que je suis bisexuelle mais j'ai peur que ça soit vraiment juste des idées que je me fais en fait, donc je voudrai vraiment confirmer ça.

Oui, de ce qui est du déterminer le sexe des personnes, parfois c'est aussi une bonne chose, mais il est vrai qu'on pourrait se dire si oui ou non on est ou on n'est pas.

_______________________________________________________________________________

Coucou Carissima,

Merci aussi à toi d'avoir accordé de l'attention à ce topic, c'est gentil, et j'accepte le fait que on aille courir ensemble dans les champs et cueillir les fleurs de la vie ! ahah!

Je suis ok sur le fait de cataloguer, en même temps c'est pas évident, mais comme tu dis et comme dit PenseurLibre, à mon avis ça viendra le fait d'oublier les sexes, enfin je pense, bien qu'il me reste un gros penchant pour les hommes !

Oui tu m'as l'air pas mal ouverte d'esprit pour une fille bi ! :') Moi j'ai toujours été mieux avec les bis et homosexuel(le)s.

Et j'suis d'accord, moi j'accepte de faire connaissance avec les gens, bien que ça part vite en vrille car les gens cherchent trop...

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit