La solophobie, est-ce que ça vous parle ?

photo de l'auteur ThierryC2018
ThierryC2018
Homme de 44 ans
VITRY-SUR-SEINE
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Bonsoir.

Même si cela part initialement d'un vécu personnel (rapidement évoqué dans https://betolerant.fr/forum/12793/refus-formules-agressivement-de-facon-blessante-pourquoi-comment-lutter/1 ), je voulais lancer le débat sur la solophobie, problème de société beaucoup + général.

Car j'ai trouvé cet article de blog qui décrit très bien le problème :

https://trolldejardin.wordpress.com/2016/08/23/sans-amis-fixe-et-la-solophobie/

La solophobie est, comme vous l'avez compris, le fait de rejeter, de regarder d'un air méfiant etc... les personnes seules, donc de les enfoncer au lieu de leur faire reprendre confiance en elles (d'autant + qu'on dit toujours qu'une personne joyeuse attire davantage qu'une personne triste). Quelques pistes :

On n'a pas forcément tous des amis d'enfance (que ce soit parce qu'on a subi du rejet ou parce qu'on a déménagé pour son 1er emploi).

On est parfois "électron libre" dans ses relations amicales : on n'a pas et on rejette le principe de la bande.

On s'est parfois replié sur soi à cause des agressions subies dans la vie (je veux généraliser : il y a bien plus malheureux, comme bon nombre de pauvres qui peuplent nos métropoles).

Dans les discothèques (pas spécifiquement LGBT), sauf si une ambiance bon enfant et fédératrice s'établit, les personnes venues seules risquent le rejet à s'adresser aux clans qui peuplent les lieux.

Etc...



photo de l'auteur lauran
Lauran
Homme de 28 ans
Bruxelles

Peut-on réellement parler de phobie ? Cela ma paraîtrait étrange que quelqu'un ait une phobie (=peur irrationnelle) d'une personne qui serait ... seule ?

Je vais faire un peu de psychologie à trois sous...

En réalité, je crois que c'est instinctif. Les humains se nourrissent de contacts sociaux; en être privé crée une carence visible. Je crois que les personnes ayant un réseau d'amis fourni paraît plus "repu". Du coup, on a moins l'impression de devoir "nourrir" la relation avec cette personne et par conséquent, que cela nécessite moins d'effort (nous sommes tous parresseux).

Une personne seule renvoit l'image d'une personne ayant un manque, une incomplétude ou une frustration. Hors, je crois qu'on préfère tous s'adresser à une personne dont a l'impression qu'elle est "satisfaite".

La solophobie est, comme vous l'avez compris, le fait de rejeter, de regarder d'un air méfiant etc... les personnes seules, donc de les enfoncer au lieu de leur faire reprendre confiance en elles (d'autant + qu'on dit toujours qu'une personne joyeuse attire davantage qu'une personne triste)

Personnellement, je crois qu'il ne faut pas trop compter sur les autres pour sortir de sa solitude...


photo de l'auteur AposJk
AposJk
Non binaire de 27 ans
Toulon

Peut-on réellement parler de phobie ? Cela ma paraîtrait étrange que quelqu'un ait une phobie (=peur irrationnelle) d'une personne qui serait ... seule ?

Je ne pense pas qu'on puisse en soit avoir peur d'une personne parce qu'elle est seule, mais "d'attraper" sa solitude, en quelque sorte, oui. Je m'explique : la solitude peut-être la faute à pas de chance et manque d'opportunités, mais elle peut aussi être liée à un comportement atypique de la personne en société, une certaine "bizarrerie" du comportement. Cette personne se retrouvera souvent mise à l'écart par la majorité. Mais également par extension ses potentielles fréquentations. Parce que quand on fréquente quelqu'un considéré par la masse d'infréquentable, on "devient" en quelque sorte infréquentable nous-même, "puisque" on s'entend avec cette personne, c'est qu'on doit avoir une sorte de "grain" commun avec elle.

Evidemment, je ne dis pas ça pour le cautionner 🙂 mais tout simplement pour expliquer que beaucoup de personnes n'aiment pas aller vers les personnes seules parce qu'elles ont peur de se retrouver elles-mêmes isolées, rejetées, puisque comme tu le dis l'humain est un animal social.

Une personne seule renvoit l'image d'une personne ayant un manque, une incomplétude ou une frustration. Hors, je crois qu'on préfère tous s'adresser à une personne dont a l'impression qu'elle est "satisfaite".

Pas faux.

Je pense qu'il y a un peu la peur du "pot-de-colle" ou d'un manque d'échanges enrichissants en imaginant la personne totalement isolée ?!

je crois qu'il ne faut pas trop compter sur les autres pour sortir de sa solitude...

Je pense aussi. Je dirais qu'il faut faire attention à deux choses pour éviter de faire peur aux autres et sortir de sa solitude : 1) montrer une certaine confiance en soi (même sans en avoir, c'est toujours bien d'apprendre à la jouer) 2) faire attention au comportement agressif qu'on peut renvoyer et se montrer ouvert. Oui, la sociabilité, ça reste une affaire de théâtre.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

D'accord avec aposJk. 👍


photo de l'auteur GrillePain
GrillePain
Femme de 26 ans
Toulouse

Sujet interessant !

Je penche aussi pour le côté "carrence affective visible" lorsque ce serait vraiment la solophobie qui serait un cause.

Enfin y'a plusieurs cas de figure, une personne seule croisée dans un bar, une soirée ou autre ne me paraitra pas forcément dans le besoin si elle a l'air de bien s'occuper ou si elle parle sans s'imposer.. perso ça m'arrive souvent de sortir seule (sans aller jusqu'à parler aux autres), que ce soit au ciné, dans un parc ou autre, donc j'me dis jamais "tiens c'est bizarre, une personne seule, elle doit être chelou", plutôt "tiens une personne qui profite de son temps libre" si vraiment je devais en penser quelques chose.

Dans le cas d'une personne qui essaie de s'intégrer dans un groupe c'est un peu different par contre car elle s'impose, et ça dépendra je trouve d'avantage de son "aura" que son degré de solitude présumé. Si t'es en bande dans une ambiance particulière, avec en général des personnes qui se connaissent bien etc, et qu'un(e) inconnu(e) arrive sans prendre de pincette pour tenter de s'incruster, selon son talent ça passe ou ça casse, mais souvent ça casse x) Mais plus la personne tentera de s'imposer, plus elle me paraitra dans le manque oui.

Du coup comme je sais rarement ce qu'il y'a dans la tête des gens IRL, là où je fais probablement preuve de solophobie c'est sur internet, lorsqu'une personne montre à l'écrit ses carrences, ses déceptions, son ras-le-bol de pas se mettre en couple etc (pour ça, je trouve que le mode "anonyme" pour certains types de topic est très bien vu, car je pense que ça peut vraiment freiner des rencontrer potentielles de parler de manques à visage découvert, en mettant la pression aux futurs interessés).

Bref, je trouve qu'être ou avoir l'air seule n'est pas LA tare, c'est même plutôt fréquent lorsque tu déménage, ou que tes potes sont en couple, que t'es éloigné (géographiquement ou psychologiquement) de ta famillle, ou plein d'autres choses aléatoires de la vie. En plus de la confiance en soi réelle ou jouée, je dirais que c'est aussi d'avoir l'air de savoir s'occuper qui diminue la pression que les autres pourraient se mettre. Et de pas parler de manque d'oreille attentive etc trop vite si la relation commence par écrit, bref tout ce qui pourrait faire supposer que la conversation serait un sauvetage plutôt qu'une curiosité réciproque.


photo de l'auteur ThierryC2018
ThierryC2018
Homme de 44 ans
VITRY-SUR-SEINE

Pour réorienter le débat vers moins d'hostilité envers les personnes seules, quels sont les efforts que nous pourrions faire pour ne pas enfoncer les victimes ?

En effet, même si j'ai voulu généraliser, j'ai quand même écrit çà en pensant à du perso et avec le courage de l'exprimer non anonymement, donc j'encaisse toutes les réactions d'hostilité exprimées plus haut.

De mon côté, je me suis récemment trouvé dans une situation inverse qui me posait un cas de conscience : j'étais avec un groupe d'amis à un pique-nique, et un clochard nous tournait autour pour avoir à manger et/ou de l'argent. Si ma première réaction a été plutôt défensive (penser qu'il nous gêne), je me suis repris en réfrénant tout comportement blessant pour éviter d'en rajouter à sa détresse... simplement selon le principe de ne pas faire aux autres ce que je n'aimerais pas qu'ils me fassent.

Donc, pour en revenir à la réorientation du débat : attitudes compatissantes ou bienveillantes, paroles réconfortantes (possibles sans forcément céder à toutes les attentes de la personne extérieure), rappel à l'ordre de ses amis quand ils font preuve de manque d'empathie face à une personne extérieure ?


photo de l'auteur GrillePain
GrillePain
Femme de 26 ans
Toulouse

Du coup désolée pour avoir formulé ça de façon ambigüe, l'intention n'était en aucun cas de juger en valeur les personnes seules, étant donné que ça peut arriver plusieurs fois à tout le monde au cours de la vie pour diverses raisons que j'ai cité dans mon pavé, que j'ai moi-même eu une longue période "solo" où c'était difficile de garder les gens autour de moi sans que l'attente se voit sur mon comportement etc. Pour le fait de publier anonymement, c'était aussi plutôt côté "stratégie", rapport au fait que forum et messages privés me paraissent parfois discordants, mais ça s'arrete là ^^ Mais du coup oui, "comment réagir devant la solophobie" irait effectivement vers quelques chose de plus posititif/constructif que juste "comment ne pas passer sous le radar des solophobes".

Dans ton cas de conscience avec le clochard, le truc me parait d'avantage un malaise lié à la pauvreté et au sentiment d'impuissance qu'ont les autres, qu'à la solitude (genre si la personne sdf ou pas aurait voulu faire un bout de conversation avec vous). Dans ce cas j'hésite toujours entre donner un peu ou juste poliment dire bonjour, mais j'ai peur que "un peu" soit pas assez, ou que "bonjour" nargue encore plus qu'autre chose si je donne rien. Une personne anciennement SDF m'a dit qu'au contraire saluer représente quand même déjà quelques chose. Une pote (la personne la plus empathique que je connaisse, au sens propre : elle se sent concernée par absolument tous ce qui arrive aux autres), prends souvent le temps de saluer et de souhaiter bon courage, d'une façon sincère.. ça me parait en effet ce qui fait une grande difference, la sincérité et pas juste 2 mots vite fait dits de façon pas naturelle. Le ton de la voix compte beaucoup plus que ce qu'elle dit je crois.

Sinon dans un cas plus lambda style dans un bar ou autre, où une personne aborderait maladroitement un groupe.. la meilleure réaction me parait aussi d'échanger quelques mots ?

Pour les personnes qui feraient manque d'empathie et qu'il faudrait rappeller à l'ordre, tu parles de moquerie ouverte ? Parce que là ce serait quand même des personnes très agressives, à moins que tu en ai été témoin devant tes amis.. à part lancer une phrase style "dis donc machin t'es bien agressif en ce moment" pour signifier que c'est à l'ami en question d'avoir honte, je ne sais pas trop.

Si c'est plutôt que tes amis ne cachent pas leur gêne mais de façon non-verbale, s'adresser à eux à voix haute me parait risqué.. tu peux peut-être juste montrer que toi tu es à l'aise et avoir l'air avenant, d'ailleurs le reste suivra peut-être.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Oui avec ce qui vient d'être dit.

Lorsqu'on veut aborder quelqu'un ou un groupe que l'on ne connaît pas il faut avoir le sourire, parler avec les mains devant soi et garder une certaine distance physique afin de ne pas rebuter l'autre.

Il faut donner envie à l'autre... et parfois juste avec pas grand chose. Cette peur d'être rejeter c'est souvent parce qu l'on croit qu'il faut en faire des tonnes .

Et je dirais que la base, c'est que lorsqu'on est solitaire, il faut toujours essayer de parler avec quelqu'un qui est seul. Et ensuite si cette personne est réceptive lui proposer 'ensemble" de faire connaissance avec les autres.


photo de l'auteur Ange74
Ange74
Femme de 51 ans
doussard

tout a fait d accord avec toi


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit