Avoir des enfants en étant gay.

photo de l'auteur Carmichael
Carmichael
Homme de 24 ans
Lyon

4 remerciements
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

B'soir !

Je me demandais comment vous envisagiez d'avoir des enfants vis-à-vis de la palette de moyens qui existent plus ou moins aujourd'hui comme l'adoption, la GPA, la FIV etc..
Moi perso je pense adopter plus tard, je me dis que ça fait d'une pierre deux coups, créer une famille et rendre heureux un enfant abandonné. 

A vous :)

photo de l'auteur Helmor
Helmor
Homme de 30 ans
Saint Etienne

4 remerciements
Pour faire très simple, pour le moment, la loi reste très complexe et les moyens aussi pour avoir des enfants (notamment pour les couples hommes, l'adoption est très très longue... !) et si on regarde en détail les dispositions liées au mariage pour tous, une certaine discrimination est actuellement légalement reconnue ! Bref :p

Mis à part ça, c'est à réfléchir longuement sur plusieurs années avec sa moitié.  Maintenant, le regard actuel qui pèse sur les couples homos restent très présents. Le faire peser sur les enfants (vous inquiétez pas, je fais exprès, je veux que ça réagisse un peu !)est-ce une bonne idée ?

Alors, on y va les deux pieds devant et on enfonce tout ou alors...ou alors rien ?! :p

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Il paraît que dans un futur proche (genre 2025) les hommes pourront tomber enceinte x)  mais bon, cest que des rumeurs... 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'ai lu que ça se faisait grâce à une greffe d'utérus. Mais c'est vrai que ça a l'air un peu gros pour être vrai. Je pense que c'est possible mais pas avec une simple greffe. Après la science avance plus vite qu'on le pense mais c'est peut être pas la meilleure idée qu'ils ont eu :c  personellement ça me dérangerait pas de voir un homme enceinte x) jtrouve ça assez fascinant 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ahah j'imagine même pas la réaction des homophobes alors !

photo de l'auteur Tetsuya
Tetsuya
Homme de 25 ans
Besançon

1 remerciement
Moi aussi je préférerais choisir l'adoption comme solution pour avoir un enfant :)


Je sais que certaines personnes ne seront pas d'accord avec moi et diront qu'il y a assez d'enfants à adopter en France mais moi je préférerais adopter un enfant d'un pays étranger :)

Je voudrais lui offrir une chance de vivre dans un pays ou il aura l'accès à tout ce qu'il faut pour réussir et vivre une vie paisible (sécurité, éducation, santé,etc ).

Je sais que l'adoption par des couples gays est une chose loin d'être simple mais qui sait il y aura sûrement du changement dans les années à venir ...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Les chiffres de l'adoption internationale ne cessent de baisser :

2014 : 1 069 enfants
2013 : 1 343 enfants
2012 : 1 569 enfants
2011 : 1 995 enfants
2010 : 3 504 enfants
2009 : 3 017 enfants
2008 : 3 271 enfants
2007 : 3 162 enfants
2006 : 3 977 enfants
2005 : 4 136 enfants
2004 : 4 079 enfants
2003 : 3 995 enfants
2002 : 3 551 enfants
2001 : 3 094 enfants
2000 : 2 971 enfants

Seulement 1069 enfants adoptés à l'étranger en 2014
Pour le Quai d’Orsay, adopter à l’étranger « n’est plus la solution »

Et surtout l'excellente synthèse du démographe François Mignot dans Population et société :
L’adoption internationale dans le monde : les raisons du déclin

À mettre en parallèle avec les 28 000 agréments à l'adoption actuellement en cours de validité (quoique je n'ai pas sur ce point le dernier chiffre en tête, ça a pu baisser légèrement). Et le chiffre stable d'un peu moins de 700 enfants français adoptés par an.
Au total (national + international), cela fait environ 1 750 adoptions en 2014 en France. Pour 28 000 agréments. Autant dire : il n'y a pas d'enfants à adopter pour les homos. Ou presque pas. Pas par discrimination évidente, mais parce que les rares enfants adoptables seront confiés à des couples formés d'une femme et d'un homme. En Suède, il y a une adoption après 10 ans de loi : Suède : une seule adoption dix ans après la loi. En Belgique, entre 2006 et 2013, il y a eu 6 adoptions par des couples de même sexe.

Et les rares enfants qui seront adoptés par des couples de même sexe ne seront pas des bébés, pas en bonne santé (cas fréquent de TSAF par exemple : Le syndrome d’alcoolisation foetale). Je me souviens d'un article parlant de l'adoption homoparentale au Brésil, disant qu'on ne confiait aux couples de même sexe que des enfants séropositifs, mais que c'était une bonne chose, comme ces enfants étaient rejetés ailleurs mais acceptés par ces couples.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Personnellement, mettre mon zizi à contribution ne me dérangerait pas, d'autant plus que je souhaite un enfant de tout mon être , je suis homosexuel mais également né pour élever des enfants, j'ai ce sentiment de paternité, cette volonté de permettre à une génération future plus tolérante et compréhensive   de s'épanouir,  et d'y contribuer.


 Déjà que je jalousais cet acteur (  bah oui il est canon ), voilà qu'en plus il réalise mon rêve  ( former une famille qui sourit à la vie )

Matt Dallas et son mari Blue vous présentent leur fils Crow : LIEN YOUTUBE CLIQUABLE 

photo de l'auteur Inuit53
Inuit53
Homme de 21 ans
Paris

5 remerciements
En tout cas je sais que l'adoption à l'étranger, en Afrique notamment, peut prendre des proportions assez affolante niveau déshumanisation. Ma cousine et son mari ne peuvent pas avoir d'enfant car c'est un couple stérile. Ils pensaient adopter à l'étranger, au Sénégal notamment, mais ils ont vite été refroidis lorsqu'il leur a été proposé des catalogues d'enfants. Du coup ils se sont tournés vers l'adoption en France, mais la procédure prend énormément de temps.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Cela fait de moi une taré alors @Klasu vu que je rêve aussi d'être enceinte alors que je suis née de sexe masculin :)
Bref, le jour ou ce sera le moment perso, j'adopte un enfant si on m'y autorise hein mdr. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bon, histoire de porter un peu la contradiction, je vais faire l'avocat du "diable" (selon les points de vue, bien entendu) en posant quelques questions qui fâchent. Les habitués peuvent sauter mon post, il n'y aura rien de nouveau.

A tous :
1) A ceux qui évoquent leur droit à la parentalité, que pensez-vous du droit pour un enfant d'être élevé dans une famille qu'il puisse identifier comme la sienne ? Je m'explique : certains "illuminés archaïques" pensent qu'un enfant a besoin, pour se construire, de connaître ses racines. Si ses racines sont brisées, le fait de lui attribuer un père et une mère d'adoption lui permet de se reconnaître dans une filiation biologiquement vraisemblable, ce qui le remet d'une certaine manière sur un pied d'égalité vis-à-vis de la plupart de ses camarades. Une adoption au sein d'un couple homosexuel ou par un célibataire ne permet pas cela. Si vous n'êtes pas d'accord avec mon argument, alors dans ce cas, êtes vous favorable à l'adoption par les célibataires, par les couples à trois, etc... ?
2) Reconnaissez-vous le fait suivant : "les couples homosexuels sont moins stables que les couples hétérosexuels" ? Si oui, pensez-vous que ce fait doit être pris en compte dans votre désir de parentalité ?

A ceux qui aspirent à la GPA ou à l'utérus artificiel :
3) Êtes-vous en accord avec le fait de considérer que vous aller créer volontairement un demi-orphelin pour votre désir personnel ? Car cet enfant ne sera pas élevé au quotidien par sa mère biologique (voire, il ne la connaîtra jamais et sera carrément privé de la moitié de sa filiation biologique, autrement dit la moitié de ses racines).
4) Pensez-vous que le fait de considérer la gestation comme un travail rémunérable pourrait être assez facilement la porte ouverte à un certain nombre de dérives ? Si ce n'est déjà le cas...
5) Le lien qui se crée entre un foetus et la personne qui le porte pendant 9 mois n'est-il pas important ? Peut-être trouvez-vous cela futile, mais en avez-vous déjà discuté avec des personnes qui ont porté la vie ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
les racines, le sang, sa ne veut plus dire grand chose aujourd'hui selon la famille que tu as à cet époque. 
Ma famille, mes racines, ceux qui sont pourtant de mon sang, grosse mascarade..

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
c'est vrai faut que je fasse mon deuil de ce côté là

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'ai trop de mal à lâcher prise

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Oui c'est vrai, après faut dire que c'été un rêve fou et inaccessible  vu que je me reposer trop sur les avancées de la médecine qui avance quand même pas mal

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
tqt, tu me blesse pas, c'est moi qui crois en un truc impossible lol

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@Klasu :

1) & 3) & 5) Tu penses donc qu'un enfant peut être élevé par n'importe qui pourvu qu'il reçoive amour, éducation et confort matériel. Dans ce cas, tu ne vois pas d'inconvénient à ce que des célibataires ou des "triplets" élèvent des enfants au même titre que des couples hétérosexuels ? Et tu penses également qu'un enfant aux racines biologiques inconnues s'épanouira tout aussi bien qu'un enfant qui les connait ? Autrement dit, les racines biologiques n'ont aucune importance dans la construction d'un enfant ?
Si le bon sens n'est pas un argument, je n'ai effectivement rien à te répondre si tu penses tout cela. Il ne reste plus, à la rigueur, que des études sociologiques bien menées pour te faire réfléchir.

2) Je ne comprends pas, tu affirmes que les couples homosexuels ne sont pas plus instables que les couples hétérosexuels, puis tu avances le contraire un peu plus loin. Et tu finis en supposant que le fait d'avoir un projet d'enfant stabiliserait ces couples homosexuels. Là encore, je n'ai que le bon sens comme réponse : faire un enfant pour stabiliser un couple, c'est réputé être la pire fausse bonne idée.

4) Donne-moi un seul exemple de mère porteur que ne demande que l'exacte compensation financière de ses frais médicaux. Même si cela existait, ce ne serait jamais que l'infime exception dans ce véritable commerce de la gestation.

5) Affirmer que la période intra-utérine n'a aucune importance dans la construction d'un enfant, là encore ça reste largement à prouver. Même réponse qu'au point 1).

"Connaître et/ou vivre avec ses "vrais" parents n'empêche pas certains et certaines de devenir asociaux, voire criminels."
On ne fait pas de sociologie avec des exceptions.
En plus simple, la seule question qui importe c'est : "est-ce qu'il y a davantage d'asociaux et de criminels chez les personnes élevées chez leurs 2 parents biologiques, ou chez les personnes élevées par un seul parent ou par d'autres personnes ?"
Et tu connais très bien la réponse.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Renegis tu te prend pour qui!!! Y'a du bon et du mauvais partout autant chez les hétérosexuels que les homosexuels et pour les célibataires ma mère m'a élevée seule tout le long de ma vie et je n'est manquée de rien j'ai même eu plus que certains enfants élevés parleur leurs deux parents !!!
Je suis lesbienne et je pourrais être un aussi bon parent que toi!!!
Je te conseillerais de revoir ta vision des choses parce ce que franchement c'est a cause de personnes comme toi qui ont des préjugés que des gens on moins de droits que d'autres et sont opprimés !!!
Tu connais les Badaoui-delay ils ont violés,agressés sexuellement mais pas seulement ils ont également été condamnés pour proxénétisme et corruption sur leurs propres enfants avec la complicité de leurs voisins !!! Et ils étaient tous hétérosexuels et en couples !!!
Tout ça pour dire qu'avant d'être homos,hétéros,célibataires ou en couples nous sommes avant tout des êtres humains réalisant des actes bon comme mauvais à divers degrés !!!
Nous devrions être  jugés entant que tels!!!
Dis moi tu trouve ça juste que des homosexuels soit jetés de toits d'immeubles ou que des filles,femmes hétérosexuelles soit lapidés parce qu'elles ont "fourniquées" sans être mariées???

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Par rapport au bien-être des enfants, j'ajouterais aussi qu'un enfant qui arrive dans un couple homosexuel est un projet mûrement réfléchi qui demande du temps, ça n'est pas un accident comme ça peut exister chez les couples hétérosexuels.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@Klasu :

2) Oui oui, je t'ai bien lu, et je t'ai relu encore : tu reconnais un fait objectif et observable : les couples homosexuels sont moins stables que les couples hétérosexuels. Ce fait mérite, comme je l'ai dit, qu'on se pose la question de savoir s'il n'est pas dangereux de valider l'adoption d'enfants par des couples que l'on sait statistiquement moins stables. Et pour contourner mon argument, tu me réponds qu'ils sont justement moins stables uniquement parce qu'on ne leur donne pas la possibilité de se projeter dans l'avenir avec des enfants. Ce à quoi je te réponds que d'une manière générale, les projets parentaux au sein des couples instables ne stabilisent pas les couples. Je ne comprends pas où ça coince pour toi.

Quand à savoir qui le plus obtus/idéologue de nous deux, sincèrement je ne sais pas. Tu remarqueras malgré tout que je n'ai jamais donné vraiment mon avis sur l'homoparentalité (comment j'envisage les choses à titre personnel), je participe pour apporter un peu de contradiction et faire réfléchir les gens. Parce que c'est vrai, cela m'insupporte de constater que dans la tête de beaucoup de gens (comme cette Phoenix76 qui a répondu après toi) l'homoparentalité est une évidence alors que c'est un sujet éminemment complexe, qui pose beaucoup de questions éthiques (que j'ai posées). Ces questions, je me les pose également à moi-même et je n'ai pas de réponse tranchée. Il faudrait des études socio-statistiques pour avancer, mais malheureusement pour l'instant celles qui ont été faites ont des résultats très contradictoires parce qu'elles sont menées par des idéologues....

@ Phoenix76 :
Je me prends pour un type qui a appris à l'école qu'on ne peut pas conclure de règles générales à partir de cas particuliers.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
L'école ne fait pas l'éducation familiale et sociale !!!!! Ne m'est pas ton esprit fermé et tes opinions arrétées sur le compte de l'éducation scolaire que tu a reçu !!! Je suis lycéenne et je compte faire des études mais cela ne m'empêche pas d'avoir l'esprit ouvert!!! Je sais pas dans quelle école t'a été !!! Mais les structures scolaires nous apprennent  à être tolérants en prônant la laïcité et donc la tolérance !!!

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Justement. Le problème actuel de l'éducation nationale c'est qu'au lieu de transmettre des connaissances, on transmet aux jeunes des concepts creux comme la "tolérance" ou "l'ouverture d'esprit". Et ça donne des individus qui ne savent pas aligner 3 mots sans faute, dont la rhétorique est guidée par l'émotion et non par la raison, et qui veulent et vont malheureusement réussir à faire des études.
Pour répondre à ta question, l'école où on m'a appris comment établir des principes généraux à partir de phénomènes observables, c'est le centre d'enseignement de la statistique appliquée à la médecine et à la biologie médicale. Certes, on n'y parle guère de "tolérance" ou "d'ouverture d'esprit". Mais on y parle davantage d'échantillon représentatif et d'études comparatives. Je pense que c'est un peu plus sérieux, même pour faire de la sociologie qui est encore, jusqu'à preuve du contraire, une science.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Perso, l'école ne m'as pas enseignée l'ouverture d'esprit et la tolérance. C'est en grande partie avec ma transition que je le suis devenue. Remballe t'es stats du moment que l'enfant soit heureux, c'est le principal. De toute façon on peux pas aimer tout le monde et que tout le monde soit du même avis .

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je vais me faire des ennemis, mais je ne trouve pas que Regenesis ne disent que des choses totalement insensé ! Personnellement je me pose la question depuis longtemps, oui je rêve d'avoir des enfants, de fonder une famille, mais je ne sais pas si je vais le faire pour autant ! Je pense que vos envie vous font réfléchir de manière à affirmer directement que pour l'enfant il n'y a aucun problème, il va recevoir plein d'amour, patati patata ! Personnellement je ne me considère pas apte à répondre à cette question ! On est qui pour affirmer que l'enfant va se développer de même façon, qu'il va être aussi épanoui ! J'ai tendance à penser que oui de ce coté là y a pas de soucis, l'enfant sera heureux, dans le cercle familial, même si je n'ai rien pour l'affirmer. Mais en dehors ? Là, je trouve ça tout de suite plus complexe ! Je suis une personne qui souffre beaucoup du regard des autres, et je sais que j'ai eu du mal à assumer mon homosexualité, et c'est d'ailleurs pas encore tout à fait ça ^^' Et de nos jours le regard des autres sur l'homosexualité est assez pesant et dénigrant, malgré un certain progrès ces temps ci je trouve, c'est pas encore un climat très détendu ! Donc voila nous homosexuels devons supporter ce regard, et on fait avec comme on peut ! Est -ce que pour autant on doit mettre un enfant dans cette même situation où il va être jugé, moqué, peut être même agressé pour un choix qui n'est pas le sien mais le vôtre ! Alors non si la société n'évolue pas, je ne pense pas vouloir mettre un enfant dans cette position. 

Pour résumer mon point de vue, je pense que des parents homosexuels peuvent apporter tout ce dont un enfant à besoin, mais je ne peux l'affirmer et je pense qu'aucun de vous ne le peut ! Mais d'après moi le plus gros problème c'est ce que l'enfant subira en dehors du cadre familial et même les parents les plus aimants du monde ne pourront rien changer à la débilité profonde de la société !

Mais j'espère qu'un jour cela sera possible, sincèrement ! 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
perso si j'ai pas encore adopter c'est parce que je ne souhaite pas forcer un enfant à être avec moi et je m'en pose aussi des milliers de questions

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ok,OK!! De toute manière ça serre à rien de parlée avec toi !!! C'est bien la raison,les connaissances mais il faut aussi être humain et donc savoir conjugué raison et sentiments !!! Pour toi toute est une affaire de science mais pour moi ça va bien plus loin!!!
Tu es médecin donc pour toi  l'être humain n'est que biologie mais ça c'est faux l'être humain à une âme, une conscience et par conséquent des émotions/sentiments,après y'a les sociopathes qui eux non pas de conscience et donc pas de sentiments!!! Et moi je suis pas sociopathe!!!!!!
On peut être cultivé et scientifique et être ouvert d'esprit !!! On est pas obligé d'être l'un ou l'autre on peut être plusieurs choses à la fois,il faut juste savoir faire la part des choses!!!

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@ Klasu :
Les études statistiques, bien menées, ne font pas d'erreurs. Ceux qui les interprètent en font.
En sciences humaines, l'interprétation est particulièrement délicate.
Mais cela reste un passage obligé pour y voir plus clair.

Parce que trouver 10 gamins nés de GPA et qui vont bien, et 10 gamins élevés par leurs géniteurs et qui vont mal, c'est très facile à trouver mais ça ne démontre absolument rien.
Alors que comparer la fréquence des gamins qui vont bien sur un échantillon tiré au hasard parmi les GPA d'un côté, les géniteurs de l'autre, ça donne déjà une information très intéressante. Même si, effectivement, on aura toujours un Klasu pour nous expliquer que si les gamins GPA vont moins bien c'est uniquement parce qu'ils vivent dans une société d'homophobes, où je ne sais quelle autre théorie^^

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Regenesis a écrit :
Mais on y parle davantage d'échantillon représentatif et d'études comparatives. Je pense que c'est un peu plus sérieux, même pour faire de la sociologie qui est encore, jusqu'à preuve du contraire, une science.

Alors tu dois pouvoir nous présenter les sources qui t'amènent à déclarer qu'un couple homosexuel est moins stable qu'un couple hétéro ?
Moi j'ai juste en mémoire des enfants élevés par des parents homosexuels et qui avaient témoigné à l'Assemblée Nationale lors des débats sur le mariage pour tous, et tout se passait très bien pour eux.

Pingouin a écrit :
Est -ce que pour autant on doit mettre un enfant dans cette même situation où il va être jugé, moqué, peut être même agressé pour un choix qui n'est pas le sien mais le vôtre ! Alors non si la société n'évolue pas, je ne pense pas vouloir mettre un enfant dans cette position.

Le raisonnement me dérange. Pour faire une analogie, est-ce que tu conseillerais à un couple de personnes noires de ne pas faire d'enfants si elles évoluent dans un milieu majoritairement blanc et raciste ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Avant d'être des parents HOMOSEXUELS ou des parents HÉTÉROSEXUELS ce sont des parents c'est tout!!!!!! Dis moi ta rencontré tout les parents du monde ou quoi pour savoir qui est plus stable et qui ne l'ai pas ?????

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Klasu a écrit :
Méprisable, minable et pathétique.

Attends, tu m'as fait exactement le même coup rhétorique au sujet des couples homosexuels instables "uniquement parce qu'ils n'ont pas de projet parental".
Au final, tu ne réponds pas sur le fond.

Klasu a écrit :
Avant de venir cracher au visage de tes contradicteurs, donne-nous des arguments valables et des sources fiables

je ne crache au visage de personne, tu t'énerves tout seul.
Je n'argumente pas puisque je n'ai pas d'avis tranché sur la question. Je ne fais que montrer que ce sujet est complexe : que rien ne prouve que les couples homosexuels et les couples hétérosexuels ne diffèrent que par ce qu'il y a entre leurs jambes, que rien ne prouve qu'un enfant n'a pas besoin d'avoir un lien avec des racines biologiques, que la GPA pose peut-être d'autres problèmes éthiques, etc... Et qu'il y a des raisons valables de penser le contraire. Mais, encore une fois, je n'ai pas d'avis tranché.
J'aimerais bien étayer mes propos avec des sources fiables, mais comme j'essaie de l'expliquer le sujet est tellement brûlant que les études statistiques qui existent sont soit mal menées soit mal interprétées.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Oyodoo a écrit : Le raisonnement me dérange. Pour faire une analogie, est-ce que tu conseillerais à un couple de personnes noires de ne pas faire d'enfants si elles évoluent dans un milieu majoritairement blanc et raciste ?


Non, tout comme je ne déconseille pas aux homosexuels d'avoir des enfants ... Mais je serais ce couple noir, je ne sais pas si je voudrais mettre mon enfant dans cette situation. subir des discriminations c'est dur, et je ne veux pas ça pour mon enfant... Mais tout ça c'est mes propres doutes, et je prétend pas détenir la réponse à la question ... 

photo de l'auteur Alexam
Alexam
Homme de 21 ans
Villeneuve D'Ascq

1 remerciement
Hello :) 
Personnellement j'ai d'abord été très réticent à l'idée de fonder une famille si je finis avec uun mec, sûrement du à mon image plutôt catholique de la famille...
Puis des enfants ont commencé à naître dans ma famille plus ou moins proche. Ça m'a fait réfléchir,  au final peu importe qui sera avec moi plus tard je voudrai avoir ma famille. Au final deux pères peuvent faire plus de bien qu'un père et une mère x)
Maintenant,  sur la question comment avoir un enfant je penche personnellement pour l'adoption.  Bien que le procédé soit long et dur ( *laisse passer le jeux de mot*),  je pense qu'il y a suffisamment d'enfants dans le monde ( et même en France)  qui ont besoin de parents pour chercher à vouloir imposer mon code génétique et utiliser une mère porteuse ( je suis d'ailleurs très peu enclin à l'utilisation de ce processus m'enfin...) 
Si l'on désire réellement je enfant, il me semble que son sang ne change pas grand chose, et savoir qu'on a évité à un enfant de vivre en orphelinat ou famille d'accueil.  
Voilà voilà,  c'était mon avis :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bien dit axelam!!! Beaucoup d'enfants on besoin d'amour bien trop selon moi!!! Donc pour moi donner de l'amour à enfant avec qui on a pas de lien de consanguinité et qui n'en a jamais reçu je trouve ça merveilleux!!!

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pingouin a écrit :
Pingouin , fille de 19 ans de Paris Non, tout comme je ne déconseille pas aux homosexuels d'avoir des enfants ... Mais je serais ce couple noir, je ne sais pas si je voudrais mettre mon enfant dans cette situation. subir des discriminations c'est dur, et je ne veux pas ça pour mon enfant... Mais tout ça c'est mes propres doutes, et je prétend pas détenir la réponse à la question ... 


Il y a quelques études qui ont traité le sujet de la stigmatisation des enfants des familles homoparentales (parfois en la comparant à la stigmatisation que connaissaient les enfants de divorcés il y a quarante ans, ou les enfants de couples mixtes), même si rares sont les articles entièrement consacrés au sujet. Il y a notamment :

Enfants d'homos: une étude australienne montre qu'ils seraient "en meilleure santé et plus heureux" que les autres
Être enfant d'homo, qu'est-ce que ça fait ?
S'habituer à l'homoparentalité
Stigmatisation des parents : conséquences pour les enfants

En anglais, il y a des études comme :

Outcomes for children with lesbian or gay parents. A review of studies from 1978 to 2000
“The present review did not reveal evidence that children of lesbian mothers differed from other children on emotional adjustement, sexual preference, stigmatisation, gender role behavior, behavioral adjustment, gender identity, or cognitive functionning. The studies reported surprisingly similar findings despite the variety of conceptual and methodological approaches.”

The Effects of Marriage, Civil Union, and Domestic Partnership Laws on the Health and Well-being of Children
“Concern has been raised that social stigmatization might lead to teasing and embarrassment for children about their parent's sexual orientation or their family constellation and restrict their ability to form and maintain friendships. Adult children of divorced lesbian mothers have recalled more teasing by peers during childhood than have adult children of divorced heterosexual parents.”

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Merci pour tes articles, ils sont vraiment intéressants ! Ça me rassure en quelques sortes ! Après ça rejoint un peu ce que je disais sur la stigmatisation mais ça la dédramatise beaucoup ! Dans ce cas là, je vais répondre à la question, j'hésite vraiment entre l'adoption et l'insémination, j'aimerais vraiment être enceinte mais en même temps je trouve ça tellement beau d'offrir une chance à un enfant orphelin d'avoir une  famille ! De toute façon c'est une décision qui se prend à deux, j'ai le temps d'y réfléchir :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
c'est vrai qu'à ton âge tu as encore le temps d'y réfléchir. Pour ma part je suis à un âge ou je peux plus trop attendre parce que j'ai pas envie d'être un fardeau pour mon enfant quand il ou elle aura 20 ans.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ajabtar a écrit :
Enfants d'homos: une étude australienne montre qu'ils seraient "en meilleure santé et plus heureux" que les autres

Cette étude se base sur des questionnaires remplis par les "parents" eux-mêmes. Ca n'a tout simplement aucune valeur scientifique tellement les biais potentiels sont évidents.

Ajabtar a écrit :
Outcomes for children with lesbian or gay parents. A review of studies from 1978 to 2000

Je n'ai accès qu'au résumé de l'article, mais déjà il y a de quoi le décrédibiliser largement :
- c'est une revue non exhaustive de la littérature sur un sujet donné, c'est-à-dire que les auteurs peuvent sélectionner les études qu'ils veulent, comme par exemple uniquement celles qui vont dans leur sens...
- c'est une revue de la littérature qui mélange 20 études sur les couples lesbiens et 3 études sur les couples gays pour ensuite conclure sur les couples homosexuels en général. Niveau méthodologie, rien que ça, ça fait peur.
- c'est une revue de la littérature qui mélange des études réalisées par interviews, d'autres par questionnaires, et d'autres encore par tests psychologiques. Je ne vois tout simplement pas comment on peut associer des données aussi disparates d'un point de vue purement mathématique.
- c'est publié au journal scandinave de psychologie, à peu près le niveau zéro des revues scientifiques. En gros ça doit être la revue qui publie ce que toutes les revues sérieuses ont refusé.

Ces papiers n'ont vocation qu'à donner une pseudo-crédibilité scientifique dans un débat qui reste malheureusement purement idéologique.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
TU SOOOOOOÛÛÛLEEEEEEE AVEC TA SCIENCE !!!!!!!!!!!!!!! T'ES/OU TU SERA COMME CA AVEC TES PATIENTS ?????????

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Du calme, on peut également se servir de la stratégie " dénigrement d'informations" de Regenesis pour certifier que l'Humanité telle qu'elle est n'est pas en mesure de juger une personne pour son orientation sexuelle. 

  On est aussi d'accord pour dire que certains parents hétéro ne méritent pas d'avoir des enfants, que certains abandonnent, violent,  tuent leurs enfants. 
  
  On est également d'accord pour dire que si en Occident notre vision de la famille hétéroparentale idéale est le " père-mère-2 enfants", il n'en est pas de même pour le reste des cultures.  ( c.f. les mariages arrangés, les mariages d'honneur, les familles recomposées /expansées/ sous forme de "clans" ).

  Le simple fait de s'estimer en mesure de juger moralement l'homoparentalité est d'une Hypocrisie trop courante. 

  Etre un parent homosexuel c'est être un parent capable d'apprendre à son enfant  à avoir un esprit critique,  à être au dessus de la bêtise dont témoigne notre façon de penser actuelle.  
   Elever un enfant qui comprend les enjeux actuels, sensibilisé à la tolérance et au bon sens, un enfant formaté à ne pas être formaté.


   La raison scientifique et sociologique, ainsi que n'importe quel autre "raison"  ne sont que des outils, des prétextes orientés dans le sens de ceux qui s'en servent pour convaincre, sans que l'avenir ne leur donne pour autant raison. 


   Est ce qu'un enfant issu d'un couple homoparental a des chances de vivre des moments heureux ? Oui, évidemment. 


 Ce qu'il faut à certains betos ici, c'est une prise de conscience et une plus grande sensibilité.
   
   
  La sexualité, la façon dont on aime et qui on aime,  ne devrait jamais être sujet à débat "pour ou contre"
  

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Un homme a déjà mis au monde un enfant sachez le! Et oui la poche dans lequel le fœtus grandi ne fais pas partie des organes génitaux de l'homme cependant il est possible de le développer. Le problème? Il se développe dans la cuisse alors bonne chance pour avoir un bébé 9mois dans la cuisse cependant la sciences avance. Et j'espère que dans un futur proche les couples homo aillant des enfants ne soient plus montrer du doigts comme c'est le cas. Parce que a choisir, je préfère avoir 2 papa ou 2 maman qui s'aiment et qui ont tout fait pour mavoir plutôt qu'un père et une mère qui m'ont eu par "accident".. Bref mon point de vue quoi.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Chlochett , fille de 21 ans de Fontainbleau Un homme a déjà mis au monde un enfant sachez le! Et oui la poche dans lequel le fœtus grandi ne fais pas partie des organes génitaux de l'homme cependant il est possible de le développer. Le problème? Il se développe dans la cuisse alors bonne chance pour avoir un bébé 9mois dans la cuisse cependant la sciences avance. Et j'espère que dans un futur proche les couples homo aillant des enfants ne soient plus montrer du doigts comme c'est le cas. Parce que a choisir, je préfère avoir 2 papa ou 2 maman qui s'aiment et qui ont tout fait pour mavoir plutôt qu'un père et une mère qui m'ont eu par "accident".. Bref mon point de vue quoi. [/quote]

Il y aussi des hommes transgenres qui décident de porter eux-même leur enfant. Comme par exemple Thomas Beatie. ( Sa femme avait des problèmes de fertilité, et je trouve courageux de sa part d'avoir porter les enfants de sa femme à sa place ). Mais, évidemment, la société veut qu'un homme ne tombe pas '' enceint '' du coup, on beaucoup se mettent à jaser et à les insulter de '' monstres '' ou d'entre-deux, contre-nature et j'en passe... L'hippocampe mâle porte bien ses petits aussi, non ?
Après dans la question des femmes transgenres, et bien la science a expérimenté des greffes d'utérus et il y a de nombreuses greffes qui ont bien prise. Reste à savoir si les utérus en question peuvent accueillir un foetus et si une greffe peut-être envisageable sur une femme transgenre.
Comme dirait le professeur Grant dans Jurassic Park : '' La vie trouve toujours un chemin ! ''.

Pour en revenir au sujet, je pense que l'orientation sexuelle n'a rien à voir avec être un bon parent ou non.
Ce qui m'amuse, c'est que chez les homos où les hétéros avec des bagages ( un parent avec handicap physique ou mental, stérilité, patrimoine génétique à risque... ), on les contrôle sans cesse, pour voir si ce sont de bons parents, pour le bien être de l'enfant, MAIS les couples hétéros qui ont eu des enfants de leur propre sang et ben... Un peu à la trappe.
 En même temps, faut bien vérifier que les enfants ne tombent pas dans de mauvaises mains quand ils sont adoptés, mais pourquoi ne pas faire pareil avec les bébés née de père et de mère biologique ? Parce qu'on contrôlerait des millions d'enfants et que cela serait impossible. Contrôler personne ou contrôler tout le monde, ce n'est pas envisageable.
Je suis pour les contrôles pour ce qui est de l'adoption, tout ça, mais est ce que c'est obligé d'être aussi long, aussi compliqué, aussi procédurier ? Ne peuvent-ils pas améliorer la chose ? Ce n'est pas un super marché avec l'offre et la demande, il s'agit de vie humaine . ___ .  Y a une grosse problématique là-dessus.


Ce que je perçois dans tout ça, c'est que les médias et la science se targuent d'observation et de statistiques, pas seulement pour le bien-être de l'enfant ; il y aussi la question qui se pose : '' Est ce que les homos sont de bons parents ? '' '' Sont-ils différents de nous ? '' ect, je trouve cela déplacé et limite malsain. Est ce qu'on ferait pareil pour la situation économique et sociale du couple ? '' Est-ce que les parents pauvres peuvent-ils s'occuper de leurs enfants ? '', '' Est-ce que des parents à double nationalité peuvent s'occuper de leurs enfants ?''...

Personnellement ça me dérange qu'on base nos aptitudes à devenir parents juste sur un registre. Chaques parents a eu ses soucis, chaques parents à eu son handicap et aucun parents n'a appris à être parents avant la naissance de leur premier enfant. Puis les parents ont eux aussi étés des enfants avant. 
Ce n'est pas à la société, à la science ou au gouvernement de dire si nous sommes de bons parents ou non. Je pense que la personne qui est le même à mieux de juger ce sont les enfants ( + famille, docteur, entourage ). Il y a quelque chose qui relève de la vie privée aussi.

Après je reconnais, il n'y a aussi ni registre, ni orientation sexuelle pour être un mauvais parent non plus. Ça arrive de tout le monde à se gourer et d'oublier de chercher son gosse à la piscine, les erreurs ça arrive. Toutefois, il y a une différence entre s'occuper de son gosse, et de l'ignorer. Ou de lui faire payer d'être venu au monde, hélas.

Après je ne maîtrise pas le sujet de fond en comble et peut-être je me trompe sur certaines choses, cependant il y a des choses qui me semblent évidentes.

photo de l'auteur Lokki
Lokki
Femme de 21 ans
Pontivy
Juste une question, mais est-ce que ce débat n'a pas lieu du fait de notre modèle occidental de la famille?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Perso je trouves que tous ces échanges sont très occidental, je n'ai vraiment pas la même vision des choses mais bon c'est une différence culturel c'est comme ça.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Salut Akenarth, tu peux développer le fond de ta pensée ?

photo de l'auteur Superpositoire
Superpositoire
Homme de 26 ans
Douai

15 remerciements
J'ai lu vite fait quelques interventions, et certaines sont intéressantes.
Personnellement, je ne sais pas si j'aurais des enfants plus tard, car on ne sait toujours pas si les enfants dont les parents sont homos, sont bien équilibrés mentalement, je pense que ce genre d'études s'effectue sur plusieurs dizaines d'années.
Pourtant j'aimerais bien en avoir, sincèrement, mais il faut aussi penser à l'enfant, qui est quand même le premier concerné, et vu que je suis gay, ça commence mal :'( 

Je pense en effet que les enfants ont besoin d'une mère et d'un père pour bien se développer.

Après je me trompe peut-être, sans doute même, car je trouve que c'est un sujet assez complexe...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Vite fait (car je dois faire le ménage, je reçoit taleur), je trouves toujours bizarre de dire je préfère adopter dans un autre pays pour donner la chance à un enfant de grandir dans un pays libre avec des droits et tout le tralala...

La famille de sang n'est pas importante, de nos jours ça n'a plus de valeur etc...

Tout ça c'est à 10 000 lieu de ma vison des choses, et de la vision que l'on a dans le pacifique de tout ça. Donc je lit ça avec de gros yeux car beaucoup semble tellement certains que leur point de vu est l'avis de tous, alors qu'en réalité, c'est juste en europe que vous voyez ça comme ça.

Chez nous on a encore la valeur de la famille, l'adoption est vu comme un prolongement de la famille qui partage son enfant. Avoir ces propres enfants c'est un choix qui est propre aux couples, il n'y a rien à dire dessus.

Enfin bon, c'est un discours qui est très critiquable et j'ai pas trop envie de recevoir des brimades dessus.

Bon allez, je vais quand même lire la suite ;)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
C'est bien ce que pensais. Ca me rassure de constater que je ne suis pas le seul à halluciner devant l'aplomb qu'ont certains ici à être tellement remplis de certitudes face à des questions que je trouve personnellement très complexes :
- quelle est la place de la filiation dans la notion de famille ?
- quelles sont les particularités des liens du sang ?
- de quoi a besoin un enfant pour se construire harmonieusement ?
- vivons-nous vraiment dans un pays libre ? Qu'est-ce que la liberté ? Est-ce la possibilité de réaliser le maximum de désirs, ou la possibilité de maîtriser le maximum de ses désirs ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Regenesis a écrit :
 C'est bien ce que pensais. Ca me rassure de constater que je ne suis pas le seul à halluciner devant l'aplomb qu'ont certains ici à être tellement remplis de certitudes face à des questions que je trouve personnellement très complexes  ( si on s'empêche d'agir à chaque doute on n'avance nulle part ceci dit ) : - quelle est la place de la filiation dans la notion de famille ? - quelles sont les particularités des liens du sang ? - de quoi a besoin un enfant pour se construire harmonieusement ? ( tu veux dire de plus que dans son orphelinat actuel ? Où dans certains orphelinats les conditions de vie sont épouvantables ? Et ça c'est pas un mensonge de la télé, beaucoup d'orphelinats sont restés dans leur état d'avant-guerre  !  La vraie question est pouvons nous juger de façon globale la façon dont il convient d'élever un être unique ?  Une solution globale à des éducations locales, c'est pas vraiment une solution ) - vivons-nous vraiment dans un pays libre ? ( où veux tu en venir ? développe )  [/quote]

 [quote]Superpositoire a écrit :
car on ne sait toujours pas si les enfants dont les parents sont homos, sont bien équilibrés mentalement, je pense que ce genre d'études s'effectue sur plusieurs dizaines d'années. Pourtant j'aimerais bien en avoir, sincèrement, mais il faut aussi penser à l'enfant, qui est quand même le premier concerné, et vu que je suis gay, ça commence mal :'(  Je pense en effet que les enfants ont besoin d'une mère et d'un père pour bien se développer 
 

  Et on a évidement des personnes qui doutent de leur propre sanité ainsi que de leurs instincts naturels de paternité/maternité .... parce qu'ils sont homo ?!   Bitch please.

En terme de psychologie, il y a eu beaucoup de thèses et postulats ( en particulier avec Freud et son complexe d'Oedipe ) sur la construction de l'enfant par un père et une mère, et tous ces postulats ont déjà été contredits, réfutés, remis en question.


Akenarth a écrit :
 je trouves toujours bizarre de dire je préfère adopter dans un autre pays pour donner la chance à un enfant de grandir dans un pays libre avec des droits et tout le tralala... La famille de sang n'est pas importante, de nos jours ça n'a plus de valeur etc... Tout ça c'est à 10 000 lieu de ma vison des choses, et de la vision que l'on a dans le pacifique de tout ça. 


N'ai pas peur de la critique, promis il ne s'agira que de critiques constructives !   Donc ta  vision des enfants du pacifique, c'est quoi exactement ?  Tu passes sur le topic , tu commentes à moitié et tu t'en vas :( 

photo de l'auteur Superpositoire
Superpositoire
Homme de 26 ans
Douai

15 remerciements
" Et on a évidement des personnes qui doutent de leur propre sanité ainsi que de leurs instincts naturels de paternité/maternité .... parce qu'ils sont homo ?! Bitch please."

Absolument pas, relis moi bien xD
Je dis juste que je pense qu'un enfant doit avoir un père et une mère pour acquérir une certaine stabilité mentale. En tout cas, c'est une possibilité.
Donc, dans mon cas, comme je suis gay, il ne pourra avoir que deux papas ...
Wala wala ^^

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit