Débat Phénomène de ghosting

Membre anonyme
Publiée le 03/10/2015 à 12:40
Bonjour bonjour,  vous avez déja été sauvagement plaqué par la disparition soudaine et incompréhensible ? Ou l'avez vous déja fait à quelqu'un pour vous en débarrasser? alors ce sujet est fait pour vous. Faites valoir votre opinion ! :D  Derrière le mot anglicisé de ghosting se cache un phénomène de société qui se répand à vitesse grand V avec l'expansion des technologies connectées. Ghosting / Fantôme se caractérise par la disparition soudaine d'un contact virtuel ou réel.  Les ruptures sociales se font de manière connectée et à double tranchant. Prenons par exemple deux personnes A et B ; elles se rencontrent , se voient régulièrement, puis lorsque l'un des deux décide d'arrêter cette relation plus ou moins avancée, elle décide tout simplement de disparaitre, et de ne plus donner de nouvelles par SMS, appels, facebook, skype ou tout autre logiciel.  Il y a alors rupture amoureuse (ou pas amoureuse), car certains préfèrent faire le mort.  Il s'agit là d'un moyen pas très classe de rompre.  Il m'est arrivé (trop) souvent d'avoir affaire à ce phénomène qui ne date pas d'hier. Mais j'ai remarqué que cela se faisait trop fréquemment avec des personnes issues des sites de rencontre. Cela peut soulager celui qui veut rompre de la "difficulté" d'annoncer la rupture, mais cela peut aussi entrainer des incompréhensions et un trouble émotionnel chez le partenaire. C'est pourquoi je condamne cette pratique inhumaine et hypocrite de ne pas faire face aux choses.

Membre anonyme
Publiée le 03/10/2015 à 13:00
Faire le mort est aussi naze que donner une excuse bidon lors d'une rupture, certaines personnes manquent simplement de c*uilles. Faut les comprendre aussi, c'est facile, on arrête de parler à son partenaire, pas besoin de s'expliquer, de se prendre la tête, on évite de voir la personne en face pleurnicher et il n'y a plus qu'à draguer d'autres personnes et c'est reparti pour de nouvelles aventures.  Ils ont tout compris en fait. 
Membre anonyme
Publiée le 03/10/2015 à 13:10
ça ne m'est jamais arrivé du point de vu amoureux, mais plusieurs fois avec des ami(e)s très proches. Enfin, que moi je considérais très proches, visiblement c'était pas réciproque, ou pas autant que je pensais. Disparition du jour au lendemain, plus de réponses à mes mails, pas mieux pour le téléphone :s. Franchement ça fait vraiment beaucoup plus mal que s'ils m'avaient dit franchement qu'ils voulaient passer à autre chose, ou que s'ils s'étaient éloignés progressivement. Parce que l'éloignement progressif, tu le vois venir tranquillement, et tu restes avec les bons souvenirs, ça fait parti de la vie. Il y en a certains où même plusieurs années après j'y pense encore un peu... Par contre pour des relations pas très proches, genre on discute un tout petit peu sur internet puis disparition, je ne le fais pas du tout rentrer dans la même case, c'est limite naturel, je trouve.
Membre anonyme
Publiée le 03/10/2015 à 13:23
Eistian ; Oui, mais c'est moche! xD Ils ont peut être compris beaucoup de choses, mais pas tout. Comme le fait d'être honnête!  David91 : C'est exactement ça, tu passes énormément de temps avec une personne, et tu te dis que t'es un ami proche et puis du jour au lendemain , pouf ! xD  Je préfère encore avoir le coeur brisé que de me sentir encore "proche" avec la personne même si il n'y a plus de contact. C'est se faire des illusions. De faux espoirs inutiles. 
Membre anonyme
Publiée le 03/10/2015 à 20:46
Je vais être un peu dure avec mes mots, mais je trouve que c'est un comportement absolument lâche induit par une personne qui n'assume pas son choix. Quand à savoir pourquoi elle n'assume pas son choix, c'est une autre histoire. Ca ne m'est jamais arrivé, mais je trouve que c'est une réaction assez malsaine en soi.
Membre anonyme
Publiée le 04/10/2015 à 17:48 - Modification par Yrenix le 04/10/2015 - 18:13:16
Objectivement, c'est un comportement humain, qui résume souvent d'autre chose que d'une simple "incapacité" à le faire en face à face. Hypocrite... Pas réellement, non, les mots sont très mal choisis. Si il y a bien quelque chose qui m'insupporte, c'est de me faire catégoriser d'hypocrite. Enfin d'un côté, ce sujet a plus l'air d'un QQ/rage topic, que d'un débat. Quelqu'un d'honnête ne te dit pas forcément les choses en permanence en face. D'un autre côté, ma franchise absolue m'a coûté tellement cher que je préfère m'en remettre à des choses un peu plus discrète, comme cette pratique de disparaître, ça évite les pertes de temps, & beaucoup de choses indésirables. Question de lâcheté, non plus. Vous catégorisez quelque chose que vous ne comprenez pas en le rabaissant, juste pour vous valoriser "supérieurement" à ces personnes ? Après ça vient parler d'"inhumain". Là, c'est de l'hypocrisie. Voyez, c'est tellement facile ce petit jeu d'attaques personnelles, mais c'est aussi très lâche de se mettre à cracher sur des gens sans comprendre pourquoi ils agissent. Gardez bien en tête que tout ce que vous crachez vous représente. Vous l'admettez, vous ne comprenez pas, mais vous imposez un jugement. & ce n'est donc pas un débat.  v J'suis parfaitement calme, j'éprouve pas la colère. Jamais. Donc je suis toujours calme.
Membre anonyme
Publiée le 04/10/2015 à 18:11 - Modification par Kiirito le 04/10/2015 - 18:15:51
Mais non calme toi, nous on rage mais tu peux défendre aussi ta position xD On impose rien vu qu'on donne notre avis, aussi extrême soit il.  Edit : et j'avoue ne pas comprendre la position qui fait qu'on souhaite minimiser les choses, ce n'est bon que d'un seul côté. Pour le caractère inhumain, il est vrai qu'il ne s'agit pas de tuerie, mais j'assimile cela à une cybernétisation (si toutefois le mot existe...) et une automatisation des modes opératoires. On penche plus du côté machine que du côté relationnel qui fait qu'on est entre individus responsables
Membre anonyme
Publiée le 04/10/2015 à 18:41
Oui ça m'est arrivé! ^^ En soi chacun fait ce qu'il veut, tout dépend du contexte (comme toujours). Perso, proche ou non, si on décide d'arrêter de me parler, ben j'irais pas harceler la personne pour qu'elle m'explique. C'est surement qu'elle à jugé bon pour elle de le faire, si je la connais pas (genre parlé quelques fois vite fait) je m'en fous totalement, si on commençait à devenir proche, ben ça fait chier mais d'un autre coté pour des raison qui regarde l'autre c'est peut être pas plus mal. Après il y a disparaitre et disparaitre, si comme ça du jour au lendemain alors que A et B parlent normalement et tout A arrête de répondre (dans un premier temps je me dirais "merde, tout va bien?" mais prenons le cas où la personne va bien) j'avoue que je ne comprendrais pas trop. Si A et B parlent et que B force un peu trop alors que A lui a fait comprendre que "ok pour ami, pas ok pour plus" et que B ne comprend pas, alors le fait que A disparaisse est compréhensible. En tout les cas les personnes qui disparaissent comme ça du jour au lendemain ont surement une bonne raison. Il n'y a pas de quoi dramatiser, c'est chiant mais la vie est faite de rencontres! :) Après je suis d'accord sur le fait que ça laisse quand même pas mal d'interrogations et que ça peut blesser..
Membre anonyme
Publiée le 04/10/2015 à 18:44
Atchoum78 tout à fait d'accord, on ne va pas dramatiser, c'est une histoire de vie comme une autre, une expérience :p J'ai connu le cas où A et B "On reste amis ok? " " ok! " puis après 2 mois de sorties ordinaires, disparaît xD tu comprendras mon incompréhension (yeah) Mais sinon j'en veux à personne chacun fait ce qu'il veut, même si c'est pas très propre, pour la personne qui le fait, et que c'est pas justifié. 
Membre anonyme
Publiée le 04/10/2015 à 18:50
Ouais c'est sur! Je comprends tout à fait ^^ mais yolo! Profite juste de ce qui t'arrives :) Le fait que ce ne soit pas justifié rend plus incompréhensible la chose en effet mais bon, chacun son point de vue, peut être que l'autre ne veux pas blesser aussi ?
Membre anonyme
Publiée le 04/10/2015 à 18:53
Au final à force de zapper les gens , c'est le zappeur qui se retrouve tout seul. Vivre avec cet état d'esprit ca interessera que les mecs qui veulent des plans et qui ne pensent pas à construire une vraie relation avec de vrais liens.
Membre anonyme
Publiée le 04/10/2015 à 19:00
On s est pas compris , je disais dans l optique oú l'un est attaché et l'autre le zappe. Faire un plan en faisant croire à l'autre qu'on l'aime c'est assez minable...
Membre anonyme
Publiée le 04/10/2015 à 21:13
"tant qu'on ne viole pas la loi" Hum, ça dépends quelle loi ^^ Je dirais plutôt, tant qu'on atteint pas les libertés des autres! ;)
Membre anonyme
Publiée le 05/10/2015 à 00:44
C'est intéressant comme sujet, ça m'est plus ou moins arrivé, je pensais être tout seul. :p Un pote que je côtoyais pendant deux ou trois ans, tout à coup a décidé de ne plus communiquer... Mais suite à un changement de ville... Jusque là, tout va bien, on va dire. Mais quand il ne répond plus aux mails, sms, coups de fils, invitations facebook... Bah je me pose des questions. J'ai fini par penser qu'il ne voulait tout simplement plus me parler, et qu'il n'osait pas le dire... C'est con. :) Mais du coup, je n'aurai jamais son point de vue (ou pas ? ^^)
Eben07
Publiée le 09/02/2018 à 19:22 - Modification par Eben07 le 09/02/2018 - 19:41:19
Salut ^^, Je me permets de relancer un débat vieux de deux ans 😝 . C'est rassurant de savoir que ce phénomène n'est pas un cas isolé. J'ai été ghosté par une personne que j'avais récemment rencontré. J'ai un avis tranché sur ce phénomène. Je n'ai jamais ghosté une personne quelle qu'elle soit (ou du moins cela paraissait naturelle de s'éloigner petit à petit de ces personnes et réciproquement). Par considération pour la personne et même si parfois c'est maladroit de ma part, j'essaie d'expliquer, de débattre si je souhaite avoir une discussion avec elle . Cependant, j'ai déjà connu une situation où la seule solution qui s'offrait à moi était la fuite. Certains de ces ghosteurs doivent aussi avoir leur propre raison, on n'a pas forcément des comportements, des solutions rationnelles à apporter quand un obstacle se dresse sur notre chemin; d'autres au contraire ont prémédité leur coup et après mûres réflexions ont jugé que c'était la meilleure solution à apporter face à un dilemme. Mais même si beaucoup ont recours au ghosting et que c'est devenu un phénomène "banale", ce n'est pas non plus une pratique à tolérer si effectivement on ne le cautionne pas et qu'on se retrouve blessé. Je crois malgré la difficulté à encaisser, la douleur, que la seule chose que puisse faire une victime est de vivre sa vie sans se poser de question, ne pas trop y porter d'intention, ça serait accorder de l'importance à une personne qui ne le mériterait pas. Il n'y a pas à culpabiliser ou à se torturer l'esprit tant que les choses n'ont pas été dîtes choses que les ghosteurs ne nous permettent pas de faire. On doit faire le deuil d'une relation sans trop savoir les raisons, le ghosting est unilatérale, on ne l'a pas choisi, on ne l'a pas accepté, on nous l'impose, c'est littéralement un fantôme qui nous hante, torture l'esprit quand on s'y penche un peu trop sur le sujet, c'est une violence passive qui ne dit pas son nom "la parole est d'argent, mais le silence est d'or". Le ghosteur a choisi de ghoster et il sait à quoi il s'expose et qu'elles en sont les conséquences mais nous aussi avons le choix d'agir et nous pouvons choisir de ne plus le subir en essayant de passer à autre chose. Mon cas est assez spécial car mon "ami" et moi étions préparés pour éviter ce genre de problème. Mais bon, la dure réalité a peut-être, en quelques sortes, enlever le voile sur nos faiblesses et nous exposer plus tôt sur le fait accompli. Je m'estime chanceux que cela se soit passé bien plus tôt, car la chute aurait été plus importante si les choses étaient devenues plus sérieuses. Il m'arrive aussi de douter d'être victime de ghosting mais après 3 semaines de silence et une centaine de messages envoyés (choses à ne pas faire, c'est du harcèlement puis ça vous donne une mauvaise image de soi qui souvent n'est pas le cas), je ne doute plus sur le caractère de son silence. Il doit avoir un jugement peu flatteur sur moi pour me faire subir cela sachant qu'il connaît une partie de mon histoire, de mon bagage sentimentale au sens large du terme et qu'il se doute bien que c'est une pratique que j'ai du mal à tolérer. Honnêtement, je ne porte ni de haine, ni de rancœur envers mon ghosteur. Je trouve dommage qu'il n'ai pas su/pu/voulu trouver un moyen de communiquer avec moi autre que par le silence mais bon YOLO, la vie est trop courte pour se préoccuper de ce genre de détail ^^.
Membre anonyme
Publiée le 09/02/2018 à 19:40
C'est facile de dire qu'il ne faut pas y prêter attention ou chercher à comprendre. Une personne que j'ai connu pendant 14 ans et de qui j'étais très proche m'a fait le coup et, honnêtement, mon univers s'est écroulé, j'en dormais plus et après près d'un an d'attente - parce que quand tu tiens à la personne, tu lui donnes 50 000 chances de se rattraper - je finissais par nourrir un intérêt particulier pour les rails de chemin de fer. Le ghosting c'est peut-être l'épreuve la plus dure que j'ai eu à vivre. C'est totalement irresponsable et ça n'est en rien une futilité ! Par contre, on ne peut pas exiger d'une connaissance récente qu'elle se justifie. Si elle veut prendre la fuite, qu'elle prenne la fuite. Là il faut se demander si la personne te doit quelque chose et se désengager émotionnellement si ce n'est pas le cas.
Membre anonyme
Publiée le 09/02/2018 à 19:46
Ah, et juste un mot : ce n'est pas du harcèlement si la personne ne te signale pas qu'elle ne souhaite pas être contactée. Et c'est important de le dire parce que le ghosteur justement ne peut pas rompre son silence s'il souhaite te faire du mal. Cette pression de messages est nécessaire. Moi j'en envoyais au début tous les deux mois, puis tous les moins, puis toutes les deux semaines, puis j'ai attendu, et je suis revenu à la charge et la personne s'est expliquée (lamentablement, sans apporter de réelle réponse et en ne reconnaissant pas du tout son tort). Là elle a signifié qu'elle ne voulait plus me parler, et le fait de se l'entendre dire, c'est une telle délivrance que ça mérite vraiment d'insister. Il ne s'agit pas de blesser intentionnellement la personne pour provoquer une réaction, il faut la responsabiliser.
Eben07
Publiée le 09/02/2018 à 19:51
Lampadaire, je crois que tu m'as mal compris. Je n'ai pas dis non que c'était facile de pouvoir passer à autre chose, au contraire ! d'où le fait que j'ai parlé de difficulté, de souffrance. Ce n'est pas la première fois que l'on me ghost mais la deuxième fois en un laps de temps très court (de l'ordre du mois). Par futilité, je veux dire par là, que l'on a tendance à accorder beaucoup plus d'importance à des choses qui effectivement nous font souffrir alors que l'on sait pertinemment que cela ne va pas arranger grand chose sinon nous enfoncer encore plus bas dans notre douleur Je suis maladroit et j'ai du mal à trouver mes mots, cependant, mon raisonnement ainsi que ma pensée penche pour un avis assez défavorable envers le ghosting.
Eben07
Publiée le 09/02/2018 à 19:57 - Modification par Eben07 le 09/02/2018 - 19:59:45
Citation de Lampadaire
Ah, et juste un mot : ce n est pas du harcèlement si la personne ne te signale pas qu elle ne souhaite pas être contactée. Et c est important de le dire parce que le ghosteur justement ne peut pas rompre son silence s il souhaite te faire du mal. Cette pression de messages est nécessaire. Moi j en envoyais au début tous les deux mois, puis tous les moins, puis toutes les deux semaines, puis j ai attendu, et je suis revenu à la charge et la personne s est expliquée (lamentablement, sans apporter de réelle réponse et en ne reconnaissant pas du tout son tort). Là elle a signifié qu elle ne voulait plus me parler, et le fait de se l entendre dire, c est une telle délivrance que ça mérite vraiment d insister. Il ne s agit pas de blesser intentionnellement la personne pour provoquer une réaction, il faut la responsabiliser.
Tu me rassures un peu Lampadaire, au départ je pensais la même que toi, mais est-ce nécessaire de "se rabaisser" à cela et de devenir une personne que l'on n'est pas juste pour confirmer le fait qu'effectivement cette personne ne veut plus nous contacter ? Perso, ça me fait plus de mal qu'autre chose que d'être dans cette position à vouloir quémander la vérité à une personne qui ne m'estime et que je n'estimerai pas en retour.
Eben07
Publiée le 09/02/2018 à 20:06
Citation de Lampadaire
C est facile de dire qu il ne faut pas y prêter attention ou chercher à comprendre. Une personne que j ai connu pendant 14 ans et de qui j étais très proche m a fait le coup et, honnêtement, mon univers s est écroulé, j en dormais plus et après près d un an d attente - parce que quand tu tiens à la personne, tu lui donnes 50 000 chances de se rattraper - je finissais par nourrir un intérêt particulier pour les rails de chemin de fer.
Je comprends ce genre de sentiment et je crois que je suis dans cette phase là... J'espère que le temps fera son oeuvre...
Membre anonyme
Publiée le 09/02/2018 à 20:34 - Modification par Lampadaire le 09/02/2018 - 20:45:50
En fait j'avais besoin de préciser que le ghosting peut vraiment revêtir un caractère existentiel, que ce qui se cache derrière peut être vraiment important pour celui qui en est victime, et pas juste surévalué sous le coup de l'émotion. Ça peut être quelque chose de profond, parce que ça remet en cause son passé avec la personne à l'origine la violence psychologique. Une personne que tu as rencontré depuis peu, tu n'as pas des passé avec, elle ne t'a pas ouvertement dit qu'elle t'aimait pendant des années ou prouvé par son comportement qu'elle était engagée personnellement dans la relation, que tu avais de la valeur à ses yeux et qu'elle souhaitait que ça continue ad vitam. Être ghosté nous fait nous sentir comme une merde, on se heurte à l'indifférence de l'autre et cette indifférence est en telle contradiction avec l'engagement passé que cette dissonance peut te toucher dans ta personne. J'oubliais. Il ne s'agit pas de quémander la vérité. On a le droit à la vérité, mais quand on est victime de ghosting, il faut se faire une raison : on ne l'aura pas. Par contre, le fait que la personne ne dise même pas "au revoir", ne t'envoie même pas chier, c'est l'insulte ultime et ça justifie, pas de quémander, d'exiger cette attention. On n'est pas des bêtes.
Membre anonyme
Publiée le 10/02/2018 à 10:39
Citation de Lampadaire
J oubliais. Il ne s agit pas de quémander la vérité. On a le droit à la vérité, mais quand on est victime de ghosting, il faut se faire une raison : on ne l aura pas. Par contre, le fait que la personne ne dise même pas au revoir , ne t envoie même pas chier, c est l insulte ultime et ça justifie, pas de quémander, d exiger cette attention. On n est pas des bêtes.
Merci de le préciser, moi-même maintenant, je retournes vers les personnes qui "disparaissent" pour essayer de comprendre pourquoi, je renvoi toujours un ou plusieurs messages de relance sans passer mon temps à ça non plus, mais si la personne concernée ne répond toujours pas après un certain temps, j'évite d'insister pour ne pas tomber moi-même dans le concept inverse, c'est à dire le harcèlement (au sens du "spam"). Ça fait mal d'avoir l'impression de se faire juste jeter à la poubelle et ça n'a rien de rare comme situation, ce n'est même pas exclusif aux relations amoureuses, une vraie amitié de longue date (ou non d'ailleurs) qui s'arrête brusquement et sans raisons alors que tout se passait bien, ça peut faire très mal aussi et ça peut aussi durer des années avant qu'on réussissent à "tourner la page". J'ai aussi, il y a moment, recroisé ici quelqu'un qui m'a personnellement fait le coup alors qu'on était ensemble, qui a tout simplement décidé de disparaître du jour au lendemain et qui venait parler de sa solitude suite à une rupture (Je ne donnerai aucun pseudo en privé, inutile de demander, si on aborde le sujet c'est qu'on se parle depuis un moment pour apprendre à se connaître et dans ce cas, je donnerai un prénom), j'avoue que moralement, ça m'a fait du bien. Je m'étais senti tellement pas bien quand c'est arrivé que quelque part, même si il y avait apparemment eu une "vraie fin" à sa relation contrairement à celle qu'on avait eu, ce que je me suis dit à se moment là c'est: "Et bien maintenant... tu comprend aussi :)". Voir ça m'a permis de tourner la page moi-même, sans rien d'autre, je n'était pas désolé pour cette personne, j'ai juste ressenti de la satisfaction puis plus rien ensuite. Être satisfait de la tristesse de quelqu'un d'autre, ce n'est pas une habitude chez moi ni quelque chose que j'aime mais là c'était le cas, à tel point que je n'avais plus besoin de comprendre quoique ce soit, bref, tout ça pour dire qu'il faut faire attention à se qu'on fait, vous pouvez réellement blesser profondément les gens avec ça, sans compter la sensibilité de chaqu'un qui peut varier, c'est le même sentiment de vide d'après avoir dû faire face à un décès (Et je sais de quoi je parle en disant ça) avec en plus l'impossibilité de comprendre pourquoi et comment c'est arrivé ou encore si ça a un rapport avec quelque chose qu'on aurait dit ou fait... Ne pas pouvoir comprendre c'est se poser des questions en boucle et à la fin de celles-ci se trouvent celles qui vous feront penser que c'est de votre faute à vous, qui n'avez pas disparu, même si ce n'est pas le cas.
Membre anonyme
Publiée le 10/02/2018 à 11:37 - Modification par Lampadaire le 10/02/2018 - 12:30:08
Je suis d'accord au sujet de l'amitié. C'est ce qui m'est arrivé. J'y repense encore parfois. Je ne ressens plus d'anxiété, parce que j'ai obtenu mes adieux, ça permet vraiment d'éliminer le sentiment de menace, d'urgence, mais les sentiments qui restent n'ont rien d'agréables. En fait je trouve ça pire de faire ça à un ami, car il n'y a rien qui oblige les amis à être proches et exclusifs comme peuvent l'être un couple, et des critères comme les critères physiques ou même des centres d'intérêt ne sont pas aussi importants : c'est plus facile sur le papier d'être amis, donc je n'imagine même pas quel peut être le motif de fuite, qu'est-ce qui est à ce point honteux qu'on n'ose pas s'expliquer ou dire au revoir, alors que je peux en concevoir plusieurs pour un couple (même si les concevoir ne remplace pas le fait de se les entendre dire). C'est drôle que vous mentionniez le harcèlement. Un truc que j'ai pas précisé c'est que je n'ai pas essayé d'appeler une fois. Ça me semblait trop intrusif. Je respectais l'espace privé de quelqu'un qui visiblement me conchiait. Ça aussi ça fait drôle. Moi aussi j'ai pensé au harcèlement. On a peur de harceler alors que c'est nous qui sommes victime de violence psychologique... mais comme elle est passive, elle ne dit pas son nom et c'est nous qui culpabilisons car c'est nous qui sommes actifs. J'en ai parlé à une autre amie quand c'est arrivé et elle ne comprenait pas du tout. Pour elle c'était normal : elle ignorait les gens quand elle ne voulait pas leur parler, et puis elle revenait les voir quand elle en avait envie. J'étais vraiment choqué, et l'opinion que j'avais d'elle en avait pris un sérieux coup. Et puis ça lui est arrivée aussi. Juste pendant 4 jours. Pendant 4 jours, un date ne lui répondait pas au téléphone et ne répondait pas à textos et à ses messages sur Facebook avant de lui avouer qu'il n'était pas intéressé. Elle était dans tous ses états. Je lui ai dit que je compatissais mais j'ai pas pu m'empêcher d'ajouter que c'était franchement de la petite bière comparé à ce que j'avais vécu. Elle s'est excusée de ne pas avoir compris et ça m'a fait un peu de bien, un peu comme si c'était mon autre amie qui s'excusait. Je pense que les personnes habituées à recevoir beaucoup d'attention n'ont aucune idée de comment elles traitent les autres et de ce qu'ils peuvent ressentir. Quelqu'un qui en a chié, qui a déjà été ghosté ou simplement rejeté, je ne pense pas qu'il soit capable de faire ça à quelqu'un d'autre. Je ne peux pas le concevoir.
Liloup30
Publiée le 10/02/2018 à 12:00
Bonjour bonjour, je suis nouveau ^^ Pour avoir....non pas pratiqué du ghosting mais avoir simplement cessé de répondre aux messages de certaines personnes je peux expliquer mon point de vue. Le virtuel et le numérique facilite la rencontre, mais c'est à double tranchant. Ca facilite aussi la déconnection entre les gens. En ce qui me concerne j'avais eu une histoire avec qqun qui m'avait dit ne plus vouloir continuer. Puis à changé d'avis, il y a eu moult discussions pendant laquelle je crois (j'estime) avoir dit clairement ce que je voulais et ne voulais pas et finalement, la personne a continué à m'envoyer des messages de temps à autres, auxquels j'ai cessé simplement de répondre texte souligné De temps en temps, je reviens vers elle, et demande des nouvelles, mais n'obtient que peu de réponse. Pourquoi cesser de répondre à des messages ? Parce que de 1), il peut y avoir une forte différence culturelle, entre la façon dont les deux ont été élevé durant l'enfance. Je dirais que ceux qui ont été élevés à la campagne comme moi, se sentent beaucoup plus en phase, et accorde beaucoup plus d'importance dans notre vie à nos relations réelles, par rapport à toutes nos interactions qu'on peut avoir via du numérique. Mes relations réelles du moment présent = 90 % >>>>> aux relations via support électroniques. Donc on peut comprendre que les gens qui préfèrent voir des gens en vrais se lassent si on ne prend des nouvelles que par message, si le temps passé ensemble en virtuel est très supérieur au temps passé ensemble en réel sur plusieurs mois à moment donné est-ce que ça vaut le coup de continuer ? Tu vas pas passer les 3/4 de ta vie dans ta chambre avec ton ordi ou dans de magnifiques lieux les yeux rivés sur ton téléphone. De 2) l'instantanéité de la réponse. Beaucoup de personnes sont demandeuses d'immédiateté dans la réponse, quand elles t'envoient un message tu dois répondre tout de suite. Et bien non ! Bordel de m***, je suis désolé mais si je me lève le matin, que je vois que j'ai des messages sur facebook via mon téléphone, et que j'ai pas envie de consulter parce que ce n'est pas le moment, là j'ai envie de me préparer et prendre ma douche, me concentrer sur ce que je fais pour bien préparer ma journée, au lieu de perdre du temps à répondre à des messages et une fois sur mon lieu de travail me rendre compte que je n'ai pas eu le temps de faire ça et ça et que je me sens inconfortable toute la journée à cause du temps bouffé par la réponse aux messages, je vais l'avoir mauvaise. Donc la communication virtuelle ce n'est pas si facile et ça demande que de nombreux facteurs soient réunis, perso je suis contre abandonner du temps à sa vie virtuelle quand ça interfère avec notre vie réelle. Sylvain
Eben07
Publiée le 10/02/2018 à 12:16
Lampadaire... Je te remercie beaucoup, je culpabilisais de vouloir demander des explications surtout que ça n'a pas duré très longtemps entre nous et qu'il serait peut être normal de passer à autre chose sans dire aurevoir... Cette situation m'affecte plus que je le croyais, il n'y a pas un jour où j'y repense, où ça m'obsède... Je ressens ce sentiment de vide, d'avoir été la dinde de la farce, surtout qu'on avait parler plus ou moins de ça... Dans mon cas, j'ai la certitude d'avoir été bloqué : le tel qui vous amène directe sur le me répondeur, des mms non ouvert mais qui s'ouvre habituellement automatiquement... Je ne sais donc pas comment obtenir des explications sans justement me montrer invasif... Je crois que j'aurais besoin de vos conseils
Membre anonyme
Publiée le 10/02/2018 à 12:18
Les noms "relation réelle" et "vie réelle" me choquent. On n'a qu'une vie et toutes les relations sont réelles. le seul truc avec lequel je suis d'accord c'est avec l'immédiateté et le rythme de vie, mais c'est pas vraiment lié au ghosting. Des messages intempestifs ce n'est pas une relation de qualité. Il faut viser la qualité, c'est tout. Beaucoup de personnes tiennent ton discours et c'est bien dommage parce que comme toi ils sont conscients du phénomène de déconnexion, qui est totalement psychologique, mais ils ne luttent pas du tout contre et n'hésite pas à laisser leurs relations se dégrader. Dans ces cas là il faut se quitter. C'est pas grave de se dire au revoir, au contraire : se quitter c'est une relation, même si elle est courte, et tu peux faire en sorte que ce soit une relation de qualité. Au contraire, laisser un truc pourrir c'est une relation parce que l'autre est dans l'attente, il est toujours lié toi, mais c'est une relation de mauvaise qualité. je ne sais pas si c'est un effet lié à l'âge mais je sais que j'ai attaché de plus en plus d'importance à la qualité de mes échanges avec le temps et ça ne m'étonnerait pas que des gens plus jeunes soient naturellement moins respectueux et plus "sauvages". Mais j'avoue que c'est un phénomène qui existe surtout sur les sites de rencontre. Personnellement, quand j'ai commencé à parler avec quelqu'un et qu'au bout d'un moment le soufflé retombe, j'attends quelques jours en silence puis je dis simplement au revoir formellement à la personne. Parfois on se rend compte qu'on s'attendait mutuellement, d'autres fois j'ai la confirmation que c'est la bonne attitude en recevant le remerciement et les adieux chaleureux de la personne ne face. Qualité
Membre anonyme
Publiée le 10/02/2018 à 12:20
Eben, ce qui a marché pour moi c'est de passer du temps avec mes amis. On n'y pense pas dans ces cas là, c'est un eu con, on se sent complètement abandonné et isolé alors qu'en fait il y a des gens qui nous respectent autour de nous. passe du temps avec eux et tu te sentiras beaucoup mieux. On a tendance à se considérer en fonction de comment les autres nous traitent. C'est con mais c'est comme ça.
Membre anonyme
Publiée le 10/02/2018 à 15:19
Moi je veux bien comprend que le ghosting, ça soit mal pris. Mais à un moment, quand un inconnu t'envoie au bout de 5 messages: "T'aime la sodomie?" ou "ça te dérangerais pas si ton mec se fait sucer à coté de toi?" , excusez moi, mais je me sent légitime de zapper vu l'aberrance des propos et du manque de tact. Après je ghost et je me fais ghoster, et c'est la vie!
Eben07
Publiée le 10/02/2018 à 16:25
Salut IlohaJ, Je crois que tu as compris que l'on parlait de ghosting dans le cas où c'est une personne assez proche qui nous le fait subir, quand il y a eu un investissement émotionnel (ou un début).
Membre anonyme
Publiée le 10/02/2018 à 16:45
Ca m'est arrivée aussi, et certe ça fait mal, mais comme on y peut rien et qu'on est la seule personne à souffrir... Autant passer à autre chose!

  S'inscrire pour participer au sujet