L'amour de nos jours

Membre Anonyme - Modification par le 20/04/2020 - 14:19:10

J'ai consulté mon téléphone : je n'avais aucun message. C'est à cela que servent les téléphones portables, à se rendre compte que personne ne pense à vous. Avant, on pouvait toujours rêver que quelqu'un cherchait à vous joindre, à vous parler, à vous aimer. Nous vivons maintenant avec cet objet qui matérialise notre solitude.

  • David Foekinos

Les questions , je me pose

Sommes nous toujours prêt pour vivre le grand amour comme nos grand parents? l'amour exist-il toujours de nos jours?

Un jour j'ai lu un roman d'amour dans ce livre , j'ai apris qu'on pouvait prendre 500 pages pour avouer notre amour. 300 avant le premier baiser. 200 pour oser regarder. Mais à l'heure où on envoie des textos, quand on a envie de baiser....

De nos jours, notre vie actuelle est dominée par les réseau sociaux, on peux être une personne gentile, attentionné, humble mais tant qu'on a pas le bon profil sur les réseau sociaux , on nous instigmatisera comme quelqu'un de bizarre.

Victor Hugo avait écrit , il y a 200 ans

On a tant abusé du regard dans les romans d'amour qu'on a fini par le déconsidérer. C'est à peine si l'on ose dire maintenant que deux êtres se sont aimés parce qu'ils se sont regardés. C'est pourtant comme cela qu'on s'aime et uniquement comme cela. Le reste n'est que le reste, et vient après. Rien n'est plus réel que ces grandes secousses que deux âmes se donnent en échangeant cette étincelle.

Cette étincelle exist-elle toujours ? Dans ce monde insipide et factice , je sais , je ne rencontrerais jamais ni rien ni personne pour m'inspirer de la passion. c'est bien triste. De nos jours, "je t'aime " ne veut plus grand chose. c'est un mot si petit et tellement étroit, on l'emploie pour notre chien , notre chat, pour manger , pour dormir. Et quand dit aimer c'est pour n'import quoi.


● en ligne
Mimosa - modifié par mimoza le 20/04/2020 - 15:15:54

Bonjour Lele.

C'est encore un effet du confinement ces sujets sur l'amour !

Tes grand-parents, puisque tu en parles avec des trémolots dans la voix, étaient soumis à des contingeances materielles que nous n'avons plus actuellement. L'union amoureuse actuelle ne tient plus qu'à des contingeances personnelles de gouts et d'envie, donc pour ainsi à pas grand chose de concret ni de durable.

Une liaison doit avoir une base d'interret solide, reconue et acceptée pour tenir. C'est ce qu'il nous manque actuellement et c'est pour cela que les gens ne restent plus ensemble à vie. Est-ce un bien ou un mal ? Visisblement beaucoup de gens en souffrent... Mais nous ne reviendront pas en arrière.

Zeugma - modifié par zeugma le 20/04/2020 - 15:43:46

Mimoza vous pardonnerez ou pas mon intervention mais il ne sera pas dit que de répéter la même contre-vérité ne favorise pas de nouveau la même réponse, car ce que vous dites des « contingences matérielles » qui étaient à l’origine de la fidélité des anciens est tout bonnement abscons, puisque cela impliquerait que l’amour spirituel est soumit et même déterminé par des conditionnements physico–historiques ou culturels, ce qui est parfaitement faux car c’est à partir de la relation d’amour que la qualité de la vie se tourne justement vers une fin désirée pour elle-même et non pas d’une envie en quette de satisfaction…

Là encore vous faite de la fidélité une réduction à la mesure d’une sécurisation de l’avoir, ce qui vous fait conclure par cette terrible fatalité que l’amour ne serait que l’état transitoire d’un bien-être personnel, alors qu’il est une participation à l’équilibre du bien unitif recherché gratuitement…

Ainsi l’amour véritable existe lorsque le don de soi-même rencontre le don de l’autre personne dans le dépassement de toutes conditionnalités, car si il est spirituel il ne se trouve limité par rien d’autre que par l’acte de désir et de l’union spirituelle…


● en ligne
David37 - modifié par David37 le 20/04/2020 - 17:20:17

Bonjour Lele93,

Déjà, dans un premier temps, apprenons à s'aimer soi-même et à aimer les autres avant de vouloir s'attirer sur soi, l'Amour des autres. Aimer les autres en les acceptant tels qu'ils sont et non en leur imposant l'image que l'on voudrait qu'ils soient. Après, dans un second temps, apprenons à aimer la vie dans toute sa simplicité en appréciant de ce l'on a et en arrêtant de convoiter, sans cesse, ce que l'on a pas. Puis, dans un troisième temps, soyons sensibles aux pouvoirs de l'instant présent en arrêtant de courir après ce système qui nous éloigne les uns des autres. Tout ça pour dire, qu'il est très important, je dirais même essentiel de s'enraciner à la vie pour en capter et reproduire les essences de l'Amour sous toutes formes. Nos grands parents n'avaient pas du tout la même vie que la notre, c'était une toute autre époque. Notre existence dite "moderne" est basée sur les loisirs, le consumérisme à outrance, l'indivualisme, la course aux profits et à celui qui sera le plus beau, le plus intelligent et le plus fort, toujours aller plus vite et le jetable même si cela pourrait être réutilisé. Nos grands parents avaient une vie très simple, économe et surtout une vie intense de dur labeur. Des heures de travail intensives avec très peu de temps de loisirs et d'argent. Ils ont été jetés très jeunes dans le monde des adultes et du travail sans que l'on leur en demande leur avis : C'est comme ça et pas autrement ou sinon tu as un coup de pied au cul. Alors tu as intérêt d'y aller au turbin, on va pas te nourrir à rien foutre ! Ils se contentaient de ce qu'ils avaient, ils n'avaient pas le choix. Mais par contre, ils étaient plus ancrés dans le respect des valeurs traditionnelles et humaines de cette époque. Les veillées avec les voisins par exemple, le mariage et fonder une famille pour perpétuer ces valeurs et le bien familial, résultat de toute une vie. Pour en revenir au grand Amour, nos grands parents l'on connu comme nous le connaissons mais à la très grande différence qu'à leur époque, il y avait le devoir et le respect à ce que les choses perdurent même si l'Amour n'était plus vraiment au rendez-vous. Disons que c'était une autre forme d'Amour. Les gens savaient et n'avaient sûrement pas autre choix que de faire des concessions. Quand ça n'allait pas dans le couple, et bien fallait bien que ça aille ! Divorcer, ça ne se faisait pas à moins d'être pointé de honte comme un déshonneur. Puis surtout, les femmes n'étaient pas émancipées comme elles le sont aujourd'hui et c'est, d'ailleurs, très bien que les choses aient pu évoluer dans ce domaine. Les aides sociales n'existaient pas. C'était vraiment une toute autre époque, sans parler des périodes de guerres.

Zeugma

Salutation David37, dans votre phrase :" Pour en revenir au grand Amour, nos grands parents l'on connu comme nous le connaissons mais à la très grande différence qu'à leur époque, il y avait le devoir et le respect à ce que les choses perdurent même si l'Amour n'était plus vraiment au rendez-vous. Disons que c'était une autre forme d'Amour."

il y a une très juste transition entre la vision de deux époques, mais aussi d'une commune itinérance de ce qu'est l'amour, car vous proposez que l’amour puisse se muer en une forme de « respect » et d’attention aux autres par le « devoir » (peut-être pensez vous à l’éducation des enfants) et c’est bien là une des distinctions utile au débat, car la fidélité est aussi une forme mutante ou mouvante de l’acceptation de la présence de l’autre choisie gratuitement, ainsi la fidélité peut épouser certains défauts personnels réciproques tout en préservant le centre de la relation aimante…

Vous dites très justement «une autre forme d’amour » oui car celle qui à notre époque relativise la nature spirituelle de l’amour en une forme ratatinée et impersonnelle puisqu’elle ne se considère plus la finalité ultime du devenir de chacune et de chacun…

« Relativisez relativisez il en restera toujours quelque chose »

(Analogie avec le célèbre dicton)

MissHorror

Personnellement je ne suis jamais tombé amoureuse alors je n'aurai pas un avis forcément utile. En revanche je suis bien d'accord pour dire que malheureusement '' je t'aime '' est souvent utilisé trop vite et a tord. Plu que jamais nous vivons dans une société qui consomme énormément et hypersexualise, ce qui a toujours été plus ou moins le cas

Membre Anonyme

Bonsoir !

Pour mon premier texte , j'aurais peut être du aller mollo avec un sujet moins imposant et une citation de genre

"Je dépense donc je suis" - Descartes de bleus 😅

Mais voilà!

Je vous remercie pour vos opinions.

L'amour n'est ni raisonnable, ni raisonné ? C'est une évidence, une intuition et comme une intuition l'amour peut arriver par surprise ou mourir en une nuit , c'était toujours le cas, même si aujourd'hui on ne veux plus la folie des passions, pour nous tout est carré et pourtant J'ai aimé j'ai été aimé malheureusement jamais les deux en même temps. Meme si nous vivons d'une dystopie où amour n'est qu'une illusion, même si je vous dis que l'amour est impossible et le bonheur n'excite pas et pourtant rien n'est imminent que l'impossible.

Frango

Bonsoir Lele,

Tout d’abord, sois la bienvenue sur ce site de rencontre et de discussion !

J’aime bien ton texte de David Foekinos, mais il est là, non pas en tant que moralisateur, mais pour nous sortir d’une certaine torpeur. Il veut nous faire prendre conscience qu’il ne faut pas que le téléphone portable prenne le contrôle. La solitude n’est pas une fatalité ! Il n’y a jamais eu autant de moyens de communication qu’aujourd’hui… Mais la communication n’est pas la rencontre.

Ce qui est vrai pour une personne, ne l’est pas forcément pour une autre.

En regardant autour de nous, nous pouvons avoir l’impression que cette étincelle, dont tu parles, a presque disparue. Il y a sans doute beaucoup de raison à ça.

Déjà, ce n’est pas le sujet d’actualité qui intéresse la majorité des gens ! Ce qui fait marcher l’audimat, c’est plutôt la haine, la guerre et la violence, non ? En ce moment, les médias ont de la chance, ils n’ont pas besoin de parcourir à l’autre bout de la terre pour se fournir en infos-catastrophes…, ou insipides (comme tu dis).

Alors, bien sûr, l’amour, les sentiments, ne font pas vraiment recette. Simplement peut-être dans certains films « qui se finissent bien »… Cependant, ça reste du cinéma, du rêve…

Mais nous sommes tous prêts pour le « grand Amour ». Les jeunes, les vieux, les LGBT, les hétéros… Tout être humain a droit au bonheur et a droit d’aimer et d’être aimer. C’est le chemin du vrai bonheur. Et ça existera tant qu’il y aura de « l’humain » dans les femmes et les hommes. Cet amour, je l’ai vécu et je le vis encore, comme beaucoup d’autres ici (et ailleurs !). Heureusement ! Mais tu sais, il arrive aussi que certaines ou certain soient très pudiques sur leurs sentiments. A leur contact, on peut avoir l’impression qu’ils ont un cœur de pierre. Il ne faut pas juger sur l’apparence.

J’aime beaucoup Victor Hugo, mais il a écrit en décrivant les images de son époque. Les choses ont bien changées depuis. Mais pas les sentiments. Les premiers regards se font sur Instagram, ou Snapshat,… Mais « je t’aime » se dit toujours de la même façon…

Je t’embrasse, Frango.

Membre Anonyme

Bonjour Frango, Merci pour votre accueil !

Je comprends ce que vous voulez nous dire mais je reste sceptique, même si j'avoue que le risque et beau.

Membre Anonyme

Bonjour Anonyme,

Parfois il faut se lancer sans se prendre la tête!

Si l'amour doit venir et que ça doit se faire ça se fera.

Et puis tu vois tu n'as pas des messages sur ton portable mais tu en as ici😁🤣

Je suis comme toi et j'y crois au grand amour.

On est je pense de nos jours une petite minorité à avoir envie d'avoir envie.

Mais que veux tu, dans la société actuelle les gens ne veulent pas de prise de bec.

Dès que ça devient compliqué les gens se sauvent en courant.

Mais bon faut pas désespérer et puis dans quelques années ton téléphone sera finalement surbooké😂

Mais ce que tu recherches toi, C'est quelqu'un d'unique à tes yeux!

Alors bon courage et ne désespère pas.

Je pense que notre chemin de vie est déjà tout tracé, faut juste faire confiance au destin qui fait son oeuvre.

Lindos

"Sommes nous toujours prêt pour vivre le grand amour comme nos grand parents? l'amour exist-il toujours de nos jours? "

Pour les grand-parents je sais pas, la société avait déjà changé, mais avant il fallait attendre des semaines à des mois une réponse à une lettre d'amour, pour finalement ne pas avoir l'accord des parents de vivre ensemble, pour une raison de statut social. Au cours de l'histoire un amour était souvent un amour impossible, les mariages des alliances entre familles.

Actuellement le souci est autre : le pas de temps des connections, devenues quasiment instantanées, et très proches de la durée d’un coït sexuel géolocalisé ou d’une rupture, ne correspond plus du tout au pas de temps de construction d’un attachement amoureux, qui se compte en semaines voire plutôt en mois. Le coup de foudre est mieux adapté car il est intense et bref, mais habituellement rare.

Donc sauf relation déjà établie, et distancée socialement pour une raison ou une autre (dont le nouveau Covid-19), c’est normal de le pas avoir de message sur smartphone. Et en cas de message il a une chance sur deux d’être sans réelle consistance, voire même être du fishing. Il ne faut pas s’en émouvoir.

Après il faut se souvenir de la finalité de l’amour, désir sexuel, attachement et intérêt nécessaires à concevoir et élever des enfants pendant un tiers à un quart de leur vie, ce qui est très long dans le monde du vivant. Toute autre forme de solidarité peuvent s’y substituer, et de fait les cultures ont exploré au cours de l’histoire un très grand nombre de solidarités, avec des formes d’attachements très divers.

Actuellement on a le sentiment de pouvoir se passer d’une solidarité de proximité, familiale, grâce à une solidarité plus large qu’on a espéré jusqu’à mondiale, mais on voit bien qu’à la première catastrophe il n’y a vraiment que la solidarité de proximité qui fonctionne à peu près. Les conditions difficiles auxquelles ont peut d’attendre au XXI siècle vont peut-être nous forcer à renforcer des liens de proximité, et le couple, la famille, l’attachement durable, l’amour, vont peut-être se réimposer par la force des choses. Ou peut-être pas, l’avenir le dira ^^

Membre Anonyme

Les gens sont égoïstes et individualistes et ça changera pas.

Plus l'époque change, plus ça devient de pire en pire malheureusement!

La nature humaine quoi, souvent pas jolie jolie.

Zeugma - modifié par zeugma le 25/05/2020 - 12:48:01

Lindos vous nous dites : "Après il faut se souvenir de la finalité de l’amour, désir sexuel, attachement et intérêt nécessaires à concevoir et élever des enfants pendant un tiers à un quart de leur vie, ce qui est très long dans le monde du vivant."

mais n'est-ce pas là limiter l'amour aux conditionnements physiologiques ?

alors que l'amour est avant tout un élan spirituel !

et sa finalité, l'engagement totalement gratuit de part et d'autre !

Lindos

Zeugma,

J’avais identifié ton idéal, cet idéal dont les humains sont capables et dont ils ont le sentiment qu'il fait même leur humanité.

Déjà, l’attachement des humains, qu’on retrouve notamment chez des grands mammifères mais pas que, n’est pas complètement gratuit. Il fait partie de l’adaptation des humains à leur milieu. Cette solidarité est nécessaire à leur survie, et à leur reproduction, qui nécessite une protection et un long apprentissage des juvéniles, ainsi qu'une protection des anciens qui détenaient le savoir oral avant l’invention de l’écriture.

Mais contrairement à pas mal d’espèces, leur capacité à fabriquer et utiliser des outils leur a permis de dégager le temps nécessaire à des activités et attachements quasiment "gratuits", qui ne sont pas immédiatement indispensables à leur survie journalière. Notamment des attachements étendant la solidarité du groupe de survie à l’ensemble de l’espèce humaine, même si s’appeler « frères » n’est jamais complètement dénué de l’objectif politique d'élargir le groupe. Mais aussi des activité telles que des cultes, assez chronovores, même si pas complétement dénués d'intéret puisqu'ils en attendaient une meilleure récolte, un enfant mâle, gagner une guerre, ou s'assurer leur vie éternelle.

Ainsi l’humain peut faire du gratuit, à fortiori s’il est entretenu par la communauté tel qu’un prêtre ou un moine, mais ce n’est pas non plus complètement gratuit, les gens en attendent inconsciemment un certain retour sur investissement, y compris quand ils ne se font pas trop d’illusion.

Donc oui, quoique un oui mais ^^

Zeugma

Lindos, vous faites une lecture selon l’ordre chronologique de l’évolution, alors que la gratuité est le sommet du bon vouloir ou du dépassement des nécessaires besoins et envies que l’humanité a générée au court de son évolution, la gratuité est donc à l’origine et tend vers la finalité selon l’ordre de perfection…

Car rien ne peut rendre compte de la gratuité de l’amour si ce n’est qu’il est cause de motivation et d’intentionnalité à chaque moment important de la vie humaine…

C’est pourquoi faire de la relation amoureuse ou amicale un effet de l’évolution n’est pas tout-à-fait juste, disons plutôt que cette relation gratuite, qui est la plus grande fragilité de notre nature, mérite d’être considérée comme ce vers quoi toutes les activités sont dirigées, et donc « sans retour sur investissement » car c’est justement là que nous pouvons comprendre que l’amour se suffit à lui même et ne recherche rien d’autre que lui même…

Ce que notre monde positiviste et techno-scientifique détruit peu à peu c'est bien cette gratuité vitale de l'amour, qui pourtant est la seule réalité digne d'être protègée, car toute vie dépend d'elle...

Membre Anonyme

Zeugma d'accord à 100%.

Tout est dit!

Koudour

je crois toujours en l Amour. il est différent de celui d'avant ou se concrétise différemment. ça se construit c'est vrai mais chaque moment partagé de bonheur ou de passion réciproque est un bout d amour

Membre Anonyme

Tout à fait Koudour mais pas si différent d'avant!

Il faut juste vraiment y croire.


  S'inscrire pour participer