hétéro mais avec des fantasmes gay

photo de l'auteur eklyps
Eklyps
Homme de 22 ans
lyon
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonjour à tous,

Si je viens sur ce site, c'est par ce que j'ai besoin d'aide et d'avis. Veuillez me pardonner mes formulations peut êtres cru mais je veut être bien compris.
Tout d'abord, je suis un homme de 20 ans hétéro et en couple depuis 8 mois. Mes problèmes ont commencés il y a 7 mois alors que je venais de connaître ma copine et découvrir pour la première fois ma sexualité.

J'ai subi une agression sexuelle de la part d'un homme qui avec ses complices m'ont attachés et torturés pour me forcer à les sucer. Ils n'ont pas eu le temps de finir puis ce que j'ai mordu le premier au pénis, ce qui m'as permis de me sortir de ce mauvais pas.
J'ai rapidement accepté ce qui m'est arrivé et travaillé sur moi même avec un psy pour ne plus en souffrir. Ce que j'ai réussi à faire.

Cependant, depuis maintenant un mois, j'ai un fantasme qui devient de plus en plus important dans ma tête. Je pense que cela est due à mon agression, c'est celui de faire l'amour avec un homme. Moi qui était persuadé d'être hétéro car les hommes ne m'avaient jamais attirés, je me retrouve à fantasmer régulièrement sur le fait de sucer un pénis ou de me faire sodomiser. Pourtant physiquement, les hommes ne m'attirent pas plus, seulement leurs pénis. L'idée d'embrasser un homme ne m'excite pas du tout, voir plutôt l'inverse. Le plus étrange c'est que ce fantasme m'excite mais dès que je j'ai fini de me masturber, il m’écœure presque.

Je viens donc vers vous pour savoir ce que vous en penser et ce que je devrait en penser moi même. Ma copine est au courant et cherche à m'aider mais nous ne savons pas quoi faire. Je ne voudrait pour rien au monde la tromper, mais ce fantasme revient très souvent et me fait me sentir mal.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour(soir),

J'aimerai avant tout exprimer ma profonde horreur et désolation face à ce type de comportements violents que vous décrivez.

Cependant, et sans vouloir vous manquer de respect, il m'apparaît étonnant de pouvoir se sortir de ce genre d'expérience "rapidement" avec des séances de psy. Et visiblement il en reste bien plus que des traces n'est-il pas ???... Le "Syndrome de Stockholm", en avez-vous parlé avec votre thérapeute ?

Affirmer d'emblée de façon appuyée que vous êtes hétérosexuel n'est-il pas une tentative pour vous convaincre vous-même ? Pourquoi faites-vous une liaison aussi directe et sans détours entre votre fantasme actuel et l'agression dont vous parlez ? Serait-ce le fait que cette dernière ne se soit pas soldée par une finalité plus ou moins "attendue" ?

Sans entrer dans les détails de votre vie intime et privée qui ne regardent que vous, mais peut-être des questions et discussions effectivement approfondies avec votre amie seraient-elle adéquates et judicieuses sur les attentes (et besoins) de chacun dans la relation... et sur TOUS les points.

Fantasme : vision illusoire ou situation imaginaire.
Il n'a pas pour vocation d'être réalisé dans la vraie vie (et heureusement pour une très grande majorité d'entre eux). L’écœurement ressenti après la libération n'est sans doute pas dû au fantasme lui-même mais plutôt simplement à " l'après" extase. Une sensation normale vécue (je crois) par une très grande majorité.

photo de l'auteur eklyps
Eklyps
Homme de 22 ans
lyon
Bonsoir,

Tout d'abord, merci pour votre message et votre compréhension. Je vais donc revenir sur les points que vous mettez en lumière.

Il est évident qu'on ne se remet jamais totalement d'une situation aussi violente... Cependant pour ma part, je ne dirai pas que je suis guéri puis ce que comme vous le dites il me reste des séquelles et je suis parfaitement d'accord avec vous. Mais ayant déjà vécu à mon plus grand malheur près de 15 agressions (moins violentes heureusement) et ayant été énormément aidé et soutenu par ma famille, mon amie et mon psychologue qui a noté de fort progrès, je pense avoir pu passer les pires phases relativement rapidement pour me concentrer sur ma reconstruction. Ce que je trouve le plus étrange en réalité c'est que ces pensés arrivent aussi tard et n'étaient jamais apparu auparavant. Si je fait le lien si rapproché entre mon agression et ce nouveau fantasme c'est que je suis quasiment sur qu'il sont liés, mais à quel niveau? Concernant le syndrome de Stockholm, je n'en avait pas fait allusion puis ce que je n'ai pas revu mon psychologue depuis ces pensés soudaines (ce que je vais m'empresser de remettre au goût du jour). Et il me semble qu'il s'agisse plutôt d'une attirance envers une personne, hors mes agresseurs sont les personnes que je hais le plus au monde à l'heure actuel.

Si j'ai explicitement dit que j'était hétérosexuel, c'était par ce que j'en était sur avant, et je n'aurais pas de mal à assumer ma bisexualité si j'en était convaincu mais j'ai de nombreux doutes. Mes interrogations portent sur le fait que ces pensés sont arrivés soudainement et pour la première fois et surtout que je ne suis pas plus attiré par les hommes, juste sur leurs parties ce qui pour moi n'est pas très logique ^^

Et concernant mon amie, vous avez raison de le souligner, nous discutons beaucoup de ceci et essayons ensemble de savoir si ceci n'est qu'un fantasme due à une mauvaise réaction post-traumatique ou une réelle orientation sexuelle en plein changement. Et c'est d'ailleurs cette interrogation qui m'as poussé à venir en parler ici.

Merci encore pour votre commentaire et votre soutien =)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Quand j'ai parlé de syndrome de Stockholm, j'aurai du dire "une certaine de forme de...", l'être humain est tellement complexe, on sait bien qu'il n'y a pas 1 case définie où l'on peut tous entrer, parfois(souvent) on se retrouve à avoir le cul entre 2 chaises.

J'ai une connaissance (même pas un ami), au courant de mes préférences et avec qui je discute très ouvertement. Il me disait que des choses lui échappaient... il n'avait aucun penchant gay, aucune envie de mec en particulier, mais dans l'intimité de son couple hétéro (ou avec les femmes en général), il aimait bien certaines "pratiques" qu'il trouvait un peu dérangeante, incompréhensibles... mais qu'il affectionnait particulièrement et le menaient à une jouissance assurée et terrible !

Bah... pourquoi pas ?! On est tous différents, pourquoi devrions-nous aimer les mêmes choses de la même façon ? On est peut-être tous logés à la même enseigne mais on n'est pas tous égaux ! Certains auront naturellement des "avantages" que d'autres devront batailler toute leur vie pour obtenir. Dame nature, dans sa grande générosité, ne fait pas toujours si bien les choses pour tout le monde... parfois il faut y aller un peu à tâtons, parfois il faut accepter d'être un peu tordu et cabossé juste parce que l'on sait où on va et pourquoi.

Si vous pensez (ou savez) ne pas être gay et arrivez parfaitement bien à vivre avec ça, mais que de façon exclusivement sexuellement vous avez certains désirs, envies, passions... pourquoi ne pas juste essayer de vivre les choses sans trop vous abrutir l'esprit ? Ou tout du moins les découvrir pour asseoir ou éteindre des questionnements naissants ? La logique n'est pas toujours de mise en matière sexuelle, tout et son contraire peuvent cohabiter dans un certain chaos ...

Si vous affirmez ne pas(plus) être aux prises des affres vécues précédemment, il s'agirait donc maintenant d'essayer de s'épanouir. Tenter de trouver un relatif équilibre de la façon qui vous convient le mieux. Ne "choisissez" pas forcément... Vivez plutôt.

photo de l'auteur eklyps
Eklyps
Homme de 22 ans
lyon
C'est vrai que développer une variante de ce syndrome ne serait pas à exclure.

Je pense que vous avez raison, peut être que je focalise trop sur le fait de mettre des mots ou en tout cas essayer de comprendre ces pensés. Cependant je ne suis pas libre de tenter des choses pour éclaircir ce que tout cela veut dire réellement. J'en discute avec mon amie mais pour l'instant l'idée de tenter une expérience avec quelqu'un d'autre n'est pas d'actualité. Il me faut (ou nous faut) simplement du temps pour évoluer.

photo de l'auteur eklyps
Eklyps
Homme de 22 ans
lyon
Merci pour ton message Ker0zen,

Concernant les agressions, j'en ai subi 15, a chaque fois il s'agissait de personnes différentes mais il n'y a que la dernière qui était une agression sexuelle, les autres n'était que du racket ou de la violence gratuite. Si je l'ai évoqué c'était simplement pour expliquer que j'avais déjà subi de la violence et que j'était "habitué" et je savait donc plus ou moins comment réagir après un traumatisme.

Après, même si je n'avait jamais ressenti cela auparavant, tu as sans doute raison sur le fait que ces pulsions pouvaient déjà être là avant. Nous avions déjà discuté du fait d'essayer de nouvelles pratiques en effet et nous avons récemment testé certains de ces gadgets. J'apprécie, elle moyennement mais c'est tout de même différent de ce qui se passe dans ma tête. Cependant c'est un bon début et peut être qu'avec le temps cela fera évoluer les choses.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Et salut!
Bon pour commencer le syndrome de Stockholm j'en doute pour 2 raisons:
1- Il se développe doit d'un acte de soumission prolongé (de plusieurs jours) soit d'un acte récurrent avec les même protagonistes. (A moins qu'à chacune de tes agressions les auteurs aient été identiques, ca tu ne l'as pas précisé).
2- Ce syndrome aurait plutôt donné les effets opposés à ceux que tu décris. Il se serait en effet davantage manifesté par une empathie envers la gente masculine d'où ton problème aurait pu être "Je suis homosentimental mais purement hétérosexuel".

Dans les faits l'agression a pu réveiller quelque-chose en toi mais non le faire naître.
Le sexe (comme l'amour) a ses raisons que la raison ignore parce qu'il parle depuis un autre état du "moi", une forme de "moi" purement rattachée au corps.
Ainsi il n'y a rien d'inquiétant à ce qu'en tant qu'être rationnel, ayant édifié tes barrières morales, tu puisse être dégouté de ce que te poussent à faire tes pulsions (comme certains qui ne peuvent s'empêcher de tromper leur conjoint, le regrettent à chaque fois, mais recommencent toujours.

Je ne pense pas qu'il s'agisse d'homosexualité refoulée pour autant. Ta copine ayant l'air compréhensive, peut être devriez-vous intégrer des gadgets sexuels dans vos relations. Cela pourrait suffir à assouvir tes désirs et pourrait même avoit l'effet bénéfique pour toi de t'en dégouter.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit