Concours d'écriture : Chrono Challenge [Challenge ouvert]

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
Concours d'écriture : Chrono Challenge 

Concours à durée variable (explications en dessous)

Concours :Ecriture
Thème 1 : Un proche vous révèle un secret (Participations ici)
Gagnants : HighAndDry (Coup de Coeur), BastienTsuki (Originalité)
Thème 2 : A venir

Date de début : Prochain début 01/12/2016 
Date de fin : 31/12/2016
Créateur : PParker
Autorisation : Wilden

Description :

Régulièrement, j'enverrais un thème commun pour vous écrivains de ce forum. J'éditerais ce post pour afficher les nouvelles dates, mettre à jour le thème et indiquer les participants/vainqueurs de chaque édition.
Le principe est simple, je proposerais régulièrement des sessions d'écritures en mode Chrono Challenge. Au début vous aurez entre 2 jours et 1 semaine pour réaliser un texte de longueur variable sur un thème imposé.
Selon le succès rencontré nous pourrions éventuellement envisager des séances courtes comme 1/2 journée, 1h :).
A la base un chrono challenge se fait sur des durées allant de 15min à quelques heures, cependant comme il s'agit d'un forum et qu'il faut que l'idée se fasse...

Tout le monde peut participer. Aucun type d'écris ne sera imposé. Il n'y a pas de jury, seul les participants peuvent juger.
Ils devront à la fin de chaque tour, choisir deux oeuvres (autres que la leur) :

- Celle qu'ils ont le plus apprécié.
- Celle qui se démarque par son originalité.

Il y aura donc toujours au moins 2 gagnants (sauf surprise étonnante).

Je crois que le concept me parait assez clair. Concernant l'écriture, je n'imposerais pas de limites ou de minimum en terme de lignes.

N'hésitez pas à me contacter ou me demander pour tout détail concernant cet activité :)

Participants :

Concours autorisé par Wilden.

photo de l'auteur BastienTsuki
BastienTsuki
Homme de 22 ans
Poitiers

1 remerciement
Ça à l'air vraiment intéressant, donc en espérant que je vois le post au bon moment, et que je n'ai pas d'autres textes en cours, je veux bien participer ! :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
M'fallait une motivation pour me remettre à écrire, je tente le challenge.
Plus qu'à voir la tête des thèmes hmmm.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'aime écrire [ plus que lire ], je veux bien être challenger!

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Top ça ! Une sorte de Nanowrimo court ! :)

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
Ravi de voir que ça a amené quelques personnes déjà !

Nanowrimo oui et non, on va éviter les romans de 50000 mots quand même :p.

D'ailleurs tu participe Ahaic ?

J'espère que les thèmes choisis vous plairont :) de toute façon c'est de l'essai et au pire on pourra toujours discuter pour améliorer tout ça.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Orpheoh : M'fallait une motivation pour me remettre à écrire, je tente le challenge. Plus qu'à voir la tête des thèmes hmmm.


Pareil ! J'ai besoin de me remotiver.
Je participe ! 

photo de l'auteur luxan
Luxan
Femme de 24 ans
Tremblay en France
Allez, ça peut être intéressant ! Très bonne idée en tout cas ! Je participe aussi !

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Super idee je participe! 

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
Pour rappel vous avez jusqu'à demain pour vous inscrire à cette session :)

Je donnerais le thème à 20h.
Nous commencerons par un temps de 2 jours. Vous aurez donc entre Vendredi 20h et Dimanche 23h59 pour poster votre histoire.
A demain pour le thème ^_^

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
I'm in ! Il faut que je me remette à l'écriture tout doucement. Hate de voir le thème. :p

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
Bonsoir à tous :)

Comme convenu le thème de ce premier challenge. Je vous ai a tous envoyé un MP avec en rappel le thème au cas ou vous ne passiez pas souvent sur le forum pour que vous soyez quand même alertés.

Pour ce premier concours on fait simple. J'ai déjà défini le thème des 2 prochains qui seront plus "corsés".

Vous aurez jusqu'à dimanche 9 octobre 23h59 pour poster votre écrit en réponse de ce sujet. Vous pouvez l'éditez autant que vous voulez jusqu'à la date finale. Passer le délais, merci de ne plus rien éditer ;).
Nous passerons ensuite à l'étape des votes de chacun pour les 2 histoires qui vous auront le plus attirés.

Je propose que les vainqueurs connaissent le prochain thème 2h avant les autres en récompense, nous pourrons néanmoins en rediscuter après coup.

Voilà, donc pour le thème, roulement de tambour : 

" Un proche vous révèle un secret."

C'est simpliste mais voulu, rassurez vous ce sera pas toujours comme ça :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Allez les gens :) !!!!!! J'ai hâte de lire vos textes ;) . 

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
Pour rappel vous avez jusqu'à ce soir :). Perso j'ai écris à la volée un petit sketch inspiré de Kaamelott pour le fun, bien entendu je ne participe pas, c'est juste pour le plaisir d'écrire un truc. (et aussi parce que ça me trotte dans la tête xD)

Perceval et Karadoc boivent à la taverne, le chevalier gallois tente de convaincre son partenaire de lui confier le secret confié par le roi Arthur.

"- Allez, dites-le moi ! On s'en fout de toute façon, si c'est secret, je ne comprendrais pas.
- Mais bon sang vous êtes sourds ? Puisque je vous dis que c'est un secret. 
- Donc je le comprendrais pas si vous me le dites, ça vous coûte quoi ?
- Ça me coûte que je vais pas commencer à révéler tous les secrets qu'on me confie. Puis c'est secret, pas codé. Ça veut dire quelque chose. 
- Oui mais vous m'avez dis que vous ne compreniez pas ce que ça voulait dire. Donc je peux vous aider à le décoder. De toute façon, je comprends jamais rien à rien...
- Mais cessez de me poser la question. Puisque je vous dis que je ne peux pas vous le dire parce que c'est un secret... Et le fait que je comprenne ou pas ne change rien.
- Oui enfin bon, ce secret, si vous le comprenez pas, il faut bien le donner à quelqu'un pour qu'il le décode non ? Il a dit que c'était pour qui le roi ?
- Bah... Personne, que je sache il m'a pas dit de le dire à quelqu'un.
- Ouais donc on est marron. Non seulement vous savez pas ce que ça veut dire mais en plus vous savez pas à qui le dire pour le décoder.
- Vous croyez que je peux demander au roi de le décoder pour moi ?
- Je croyais qu'on en avait marre de passer pour des nazes devant le roi ?
- Oui mais en même temps si je dois le transmettre à quelqu'un et que je le fais pas, je passe aussi pour un naze.
- Bon, allez, dites le moi ! Je décode de toute façon je comprends jamais rien.
- Vous commencez à m'agacer ! Mais en même temps... Et puis merde, d'accord mais juste cette fois ! Et c'est juste parce que je le comprends pas non plus de toute façon..."

Ils échangent le secret tout en restant dubitatif sur son contenu.

"- Ah ouais... Ça doit être du code ça. En même temps, je vous avais dis que je comprenais rien à rien...
- Je maintiens quand même que je n'aurais pas du vous le dire, si ça se sait le roi ne me dira plus rien.
- Oui enfin s'il sait que vous comprenez pas ce qu'il confie il ne vous dira plus rien non plus.
- Et voilà... La pente infernale. Qu'est-ce qu'on fait du coup ?
- C'est votre secret, pas le mien !
- Elle est belle la camaraderie tiens !
- Puis bon au stade ou on en est, on est plus à ça prêt de passer pour des cons non ?
- Vous venez avec moi voir le roi ?
- Il va pas trouver ça bizarre que vous veniez avec moi décoder un secret qu'il n'a dit qu'à vous ?
- Oui donc c'est soit je passe pour un con tout seul, soit on passe pour des cons à deux et en plus on montre au roi qu'on sait pas tenir un secret.
- Ah mais je sais tenir mes secrets moi. Surtout qu'on me confie jamais rien, je pige rien...
- Vu comme ça... Bon, allez, encore un verre et je vais voir le roi. Il va pas se décoder tout seul ce secret. "

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Mon ptit brouillonnage ! Et 'xcusez les fautes, je ne me suis pas relue (bon là si, mais je ne vois jamais mes fautes, grr!).

Un proche vous révèle un secret

Il m'a dit qu'il ne fallait pas que je me fis a ce que j'entends sur lui. Il m'a dit qu'il se pourrait bien que je sois étonnée. Il m'a dit
que parfois la vérité est plus difficile à croire qu'un mensonge.Je pensais qu'il voulait attiser mon intérêt, faire son intéressant, comme toujours. Il est si exubérant, si extravertie. Cette fois-ci pourtant, quelque chose de grave dans sa façon de mettre des silences dans ces phrases m'a fait peur. Lui qui d'habitude parle si vite qu'il en oublie d'articuler, sauf avec quelques grammes dans le sang.

- Mais qu'est ce qui s'est passé, alors ? Elle t'a sauté dessus? Avoue !

Je m'essaye quand même a un ton léger, faussement accusateur. Une dernière tentative pour espérer l'entendre partir dans un de ses rires gargantuesques, fière de m'avoir eu. Et je l'entends respirer fort de l'autre coté du combiné.  Je change d'oreille. Pour mieux entendre? Ou pour ne pas penser à ce que je pense.
Comme quand on cligne des yeux après avoir vu un accident se dérouler a quelques mètres.

-Qu'est-ce qu'il y a ? Qu'est-ce qui s'est passé? ...Qu'est-ce que tu as fait?

A peine prononcé, je regrette aussitôt ces mots lourds d'accusations. Pourquoi ce que je suis sur le point d'apprendre me paraîtrait moins
grave s'il n'étais pas la victime? Mon ami de toujours. Proche mais loin à la fois. Je sais toutes les petites choses qu'il aime, déteste, adore, fait. L'essentiel. Le reste,
on n'en parle jamais. La vie, les drames familiaux... Je sais sans savoir. C'est ce dont on a besoin. Il papillonne et moi je le taquine, le réprimande.

Et pour la première fois, je m'inquiète. Je ne l'ai pas revu depuis cette soirée. Des amis, des bulles dans nos verres, des rires contre les murs, la musique pour remplir l'air. Et une fille qui a jeté son dévolue sur mon ami. Je ne l'avais jamais vu. C'est le genre de filles que je ne veux pas connaître. Belle et sûre d'elle. Tellement sûre d'elle que tout lui appartient. Tout le monde doit la voir, tout le monde doit lui dire oui. Et mon ami lui, il préfère jouait au garçon éconduit. Blaguer, taquiner, flirter sans jamais blesser. Je suis partie avant la fin. De toute façon, la fin c'est quand le jour se réveille.

Je serre fort le combiné. J'essaye de repenser a la soirée, comprendre toute seule avant qu'il ne parle. Il continue a respirer. Elle était concentrée lui. Cette fille. Assez pour rendre la moitié des garçons envieux. Elle voulait rentrer avec lui.

- Je l'ai raccompagné chez elle, finit-il par me dire. Elle a insisté, tu comprends... Je ne voulais pas.

Mon cœur s’accélère. Je n'ose pas l'interrompre. Je n'ose pas respirer de peur de ne pas entendre la suite.

- Je l'ai accompagné jusqu'à son étage. Ses chaussures... Bordel, pourquoi vous portez ces horreurs si vous ne tenez même pas debout avec ! Il s'énerve. Si seulement elle avait porté des baskets ! Je... écoute, je n'y arrive pas. Je ne peux pas... Pas toi.

La peur m'aveugle. Comment le convaincre de continuer. Est-ce-que je veux vraiment qu'il continue ? Qu'a-t-il fait...

Il raccroche.
Depuis, je l'ai rappelé encore et encore. Chaque jour je vais devant chez lui pour tenter de le voir, partagée entre la colère et l’inquiétude.

Un soir, je croise par hasard cette fille, dans un bar. J'avais besoin de bulle pour me changer les idées. Et des bulles, elle avait dû en boire un bon nombre. Elle parle avec deux garçons que j'avais aussi aperçue à la soirée. Ils la mangent des yeux. Quand les bulles auront fait leur travail, ils espèrent probablement qu'elle finira avec l'un d'entre eux... Pitoyable société... La culture du viol. Comment se sent cette fille après avoir émergé ? Et cette idée en tête, je reste en suspens quelques secondes, près du bar.

-... Et là... là, je lui mets la main au paquet et ce mec... Il n'y avait rien ! Je te jure, crie-t-elle a moitié morte de rire.

"Il n'y avait rien". J'ai compris le sens de ces quelques mots plusieurs semaines après. Mon ami est né fille et garçon à la fois. Mon ami a vécu une comédie dont il avait le premier rôle pendant 24 ans. Un secret si ancré dans la réalité que lui-même n'y pensait plus. Il jouait son rôle du réveil au moment ou il s'endort. Et peut être même pendant ses rêves...

Aujourd'hui, il enlève son costume de scène avec moi. Parfois on parle des garçons et des filles. Il aime vraiment les filles, mais pas comme un garçon aime les filles. Il ne veut rien "changer" car ce n'est pas son corps qu'il n'accepte pas. C'est le monde extérieur. Et pour le reste, on verra après les bulles.

Fin.

photo de l'auteur luxan
Luxan
Femme de 24 ans
Tremblay en France
J'en suis pas fière du tout, mais j'ai réussis à écrire que ça ^^' J'essaierais de faire mieux pour le prochain ;)
En tout cas s'il y a des fautes, mea culpa, j'ai jamais vraiment été bonne pour corriger...

?Il pleuvait ce soir là, je m’en rappellerais toute ma vie. Le ciel était obscur et bas. Les nuages d’un gris noir nous surplombais. Nous n’étions que toutes les deux, coincées dans ces escaliers, attendant que la pluie s’arrête. Elle, si souriante d’habitude, n’avait pas l’air dans son assiette. Elle avait le regard dans le vide, une cigarette aux lèvres. Ses yeux verts brillant au soleil étaient ternes, des cernes avaient pris place sur son visage. Sa bonne humeur avait fait place à une comédie. Tout le monde tombait dans le panneau, mais pas moi. C’est pour cela que nous étions là, assise dans le froid au lieu d’être chez nous. J’attendais qu’elle parle, mais la connaissant elle ne dirait rien avant qu’elle l’ai décidé. 
On regardait les éclairs au loin éclairer le stade de notre ville. Elle soupira et se tourna vers moi. Je pu voir ses yeux. On pouvait lire ses émotions à travers ces orbes vertes. Un combat intérieur, une décision difficile à prendre. Je pris sa main pour lui donner du courage. Elle baissa la tête vers nos mains, comme elle le faisait d’habitude. Un geste totalement anodin pour moi, mais qui la perd dans ses pensées. Si je pouvais rentrer dans sa tête, juste une fois pour savoir ce qu’il s’y passe… 
“Depuis quelques jours je réfléchis…”
Je me retiens de faire un sous-entendus, mais elle sourit. On se comprenait toujours. 
“Je t’écoute”
“Voilà, j’ai quelque chose à t’annoncer.. C’est assez dur à dire parce que…”
Elle soupire encore une fois et tourne sa tête vers l’horizon. Je serre sa main dans la mienne. Son sourire disparait et elle retire sa main. 
“Je suis ta meilleure amie, tu peux tout me dire…”
“Justement ! C’est dur à dire car tu es ma meilleure amie ! Je n’ai pas envie de te perdre pour… Pour ça ! Et c'est sur ! Je vais te perdre ! ”
Elle ramène ses jambes sous elle. Elle s’était mise en mode “boule”. Je savais qu’à partir de ce moment là, ce ne serait pas un sujet facile. Elle soupira et sursauta quand le tonnerre éclata à quelques pas de nous. Des sirènes de police se faisait entendre à travers le brouhaha de la pluie. Je ne pouvais pas la laisser comme ça. Je ne pouvais pas la regarder se renfermer, souffrir sans lui parler...
“Ecoute” commençais je “Je sais que c’est dur de parler à quelqu’un, mais je suis là pour toi, et rien… Tu m’entends, rien du tout ne changera entre nous ! Quoi que tu me dise ! Fais moi confiance...” 
Elle se tourna vers moi, les yeux embués et commença à parler… 

?Il pleuvait ce soir là, je m’en rappellerais toute ma vie. Il faisait le même temps qu’aujourd’hui. Un an après. Presque jour pour jour. Je regardais le mur devant moi. Il y a un an, il pleuvait, il y avait du tonnerre et des éclairs. Comme aujourd’hui. Il y a un an, nous étions sur des escaliers. Elle m’a ouverte son coeur, ses craintes. Il y a un an, elle s’est tournée vers moi et m’a regardée dans les yeux.
 “J’ai tué quelqu’un…” 
Et cela fait un an que je viens la voir. Tous les week end. Qu’elle se renferme sur elle même. Comme ce jour là. Un an que sa vie à basculer. Un an qu’elle est enfermée… Un an qu’elle m’a révélé son secret… 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Salut les filles!!! Vos textes était bien, vous avez toute les deux mis du suspense avec une bonne chute à la fin, c'est cool:) . PPparker lui est dans l'humour, bien également. J'ai hâte de lire les autres textes.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bon, voilà ma modeste contribution. J'essayerai de faire mieux sur le prochain thème.

– Ca va ? Tu n’avais pas l’air bien au téléphone.
Je venais d’arriver chez ma petite sœur qui m’accueillitsans un mot. Sa démarche fantomatique m’inquiétait encore plus. J’ai bien fait de passer, pensai-je. Jeretirai mon manteau, le jetai sur une chaise et m’assit sur le canapé du salon.
Ma sœur me rejoignit sans lever le regard du sol.
– Qu’est-ce qu’il se passe ? lui demandai-je.
Elle lâcha un soupir.
– Je ne sais pas trop ce qu’il se passe.
Sa voix est très faible. Cela faisait trois mois que jene l’avais pas vu mais je ne m’attendais pas à la rencontrer dans cet état
: je ne l’avais jamais vu aussi renfermée.
Elle continua :
– Tu sais, je me suis mise en couple avec Tom, il y aquelques temps.
C’était donc à cause de lui ? J’aurais dû m’endouter. Tom était un homme à l’allure roublarde qui enchaînait problèmes sur
problèmes. Ma sœur avait tendance à toujours se mettre en couple avec ce genre
de type.
– Oui… Qu’est-ce qu’il t’a fait ?
Je tentais de garder un ton calme. Ma sœur se laissaitsouvent embobiner, et il fallait que je passe derrière pour la tirer d’affaire.
Une larme tomba de son visage et atterrit sur le parquet. Elle se tourna pour
me regarder dans les yeux. Les siens étaient rouges et submergés.
– Je ne sais pas ce qu’il se passe, répondit-elle d’unton incisif. Je ne sais jamais. Il me dit qu’elle est mieux que moi ; Plus
jolie, plus maline. Qu’elle au moins, elle a quelque chose entre les deux oreilles.

Ma frangine se leva.
– Mais il veut que je reste à la maison pendant que lui,il sort pour se taper je ne sais encore qui. J’essaye de me rebeller, j’essaye
d’être forte mais…
Elle posa ses mains sur mes épaules, comme pours’empêcher de tomber.
–… je ne sais plus quoi faire. Je ne suis pas moi-mêmeavec lui.
 
Je souris. Je ne pouvais pas lui faire la morale. Tout ceque je pouvais, c’était jouer mon rôle de grand frère, et lui redonner le
sourire. Je lui proposai :
– Tu sais de quoi tu as besoin ? Une bonne thérapie.Ses affaires sont encore ici, j’imagine.
Ma sœur arrêta de sangloter.
– Oui, bien sûr.
– Dans votre chambre ?
– Oui mais… Pourquoi ?
– On n’a qu’à les prendre et en brûler quelques-unes.
– Quoi ?
– Je ne sais pas. Un livre, un calbut, n’importe quoi. Onva juste dans votre chambre, on peut quelque chose à lui et on le brûle.
Ma sœur me fixa quelques secondes sans répondre. Sonvisage redevint calme.
– Pff, ne sois pas aussi puéril.
Je fronçai les sourcils. Elle continua :
– Je sais que tu cherches à m’aider, c’est très gentil deta part. Mais je ne pense pas que ça va résoudre quoique ce soit.
Quelle lâche !
– Bref, dit-elle en se levant, tu veux quelque chose àboire ?
– Je prendrai bien un café.
Autant se détendre. Si j’étais moi-même sur les nerfs,comment pourrais-je l’aider à passer à autre chose ?
 
Pendant que ma sœur était occupée à la cuisine, je medirigeai sur la pointe des pieds vers sa chambre. Après tout, je savais que ce
que je lui avais proposé fonctionnerait et, ma frangine étant plutôt lâche en
ce moment, autant forcer un peu les choses. J’arrivai devant la porte et l’ouvris
lentement pour ne pas la faire grincer. Cependant, j’entendis ma sœur courir
vers moi lorsque je poussai un cri d’horreur.
– Qu’est-ce que tu fais ? hurla-t-elle d’un tondément. Je t’ai dit que ça ne servait à rien d’y aller.
Je n’arrivais pas à détacher mon regard de Tom, allongé sur le lit, avec une tache de sang sur le torse.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Désolé mais je passe mon tour sur ce challenge-là. Week-end trop chargé, le texte que j'ai pondu dans le temps consacré ne me satisfait pas.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Mais envois quand même, rho !
^^

photo de l'auteur BastienTsuki
BastienTsuki
Homme de 22 ans
Poitiers

1 remerciement
Bon.... J'ai un peu de temps alors je me lance. Mais comme je l'ai dit à PParker, il y a peu, j'ai vécu la situation inverse et c'était pas la joie.

Sur ce bonne lecture à vous !
 
Les évènements de cette histoire se passe là ou vous le souhaitez tant que cet endroit reste secret.

Perçant mon âme d’un regard aussi sombre qu’un démon sans cœur,elle me regarde sans but et sans désir.
« Dis, tu crois qu’elle va me manger ? demandais-je à la personne devant moi.
-C’est à toi de voir.
-Je ne vois rien justement, je suis perdu.
-Je le sais bien, calme toi tu y verras mieux ».
Mon cœur ralenti sous l’effet de ses paroles mais bat toujours la chamade. Le regard qui me perce de part en part est très insistant,mais reste sombre et impossible à cerner.

Tentant de tendre la main, un frisson me parcours, je la retire, un autre se fait sentir, je me bloque, un troisième me choc. Je m’en vais défaillir, mais une main m’attire. Elle m’attrape et me tracte. C’est elle qui me retient de tomber, et me fait remonter.
La noirceur autour de moi commence à disparaitre. La forme qui me regardait fini par apparaitre.

La personne qui vient de me parler, continue de me rassurer.La personne qui est à côté de moi vient de me prendre l’autre main. Elle me demande de la regarder. Je relève la tête et la regarde donc.
Elle me dit plusieurs phrases, qui sont pour moi, incompréhensibles mais qui, étrangement, me font y voir plus clair. Mes pensées se réorganisent et mes idées s’immobilisent.

Le fond noir disparait de plus en plus. Apparait maintenant une porte. Malgré tous mes efforts, le noir reste sur cette porte, massive et bien trop grande pour un seul humain. Dois-je l’ouvrir ?
Je me dirige vers elle, lâchant mon ami, avançant pas à pas,doucement et silencieusement.
Arrivé devant elle, je pose ma main dessus, une poignée apparait, j’ouvre alors cette grande porte et…

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
HighAndDry m'a envoyé son texte par MP et comme elle est sur mobile et qu'elle a eu quelques soucis de formatages avec le BB code, je le poste à sa place.

« Salut Antoine. » 

Je lui claque la bise, en m'appliquant à faire du bruit. Je sais que ça l'énerve. 

« Comment vas-tu ? » 

Il hausse les épaules en regardant droit devant lui. 

« Et toi ?
-Crevé, le boulot tout ça... Je m'affale à côté de lui sur le muret, en face de l'immeuble où il habite. 
Y'a encore Vasseur qui m'a pris la tête ce matin. 
-Pourquoi ? »

Je sors de ma veste une clope que j'avais roulée au préalable et l'allume. Ma cage thoracique se remplit d'air et de tabac, puis j'expire, délicieusement, sentant pour la première fois de la journée mon corps se relâcher enfin.

« Aujourd'hui j'étais au balisage des produits pour les chats et les clebs tu vois, je rangeais leurs pâtées, leurs accessoires... Et il m'a refait un de ces vieux sermons à la con, comme quoi j'étais beaucoup trop lent et que, si ça continuait comme ça, j'allais retourner à Pôle Emploi. Que je ferais mieux d'arrêter les pauses-clopes toutes les cinq minutes sinon gare à mes fesses. Alors sur le coup, en face de lui je n'ai pas voulu faire le malin tu vois, je me suis contenté de lui dire « ouais Monsieur » en souriant. Mais je ne suis pas idiot. Ça lui fout la haine que je parte fumer avec la petite caissière, Mounira. Tu peux être sûr qu'à chaque fois que je sors m'en griller une, je vais l'entendre débarquer derrière moi : « Vincent, passe-moi ton feu s'il te plaît. » Ce vieux con, il pense duper tout le monde alors qu'il est complètement cramé. Je t'explique, dès qu'il la voit, il commence à rougir, à avoir le front qui perle... Il la prend à part pour lui demander tout un tas de choses sois-disant professionnelles mais absolument inutiles. Et, petit détail vraiment drôle à observer : quand il la regarde ou qu'il lui cause, il triture furieusement son alliance comme s'il hésitait à l'enlever. »

Antoine rigole faiblement à côté de moi.

« Quand même, belle ironie du sort de tomber amoureux d'une Mounira quand on vote FN, dit-il les yeux toujours dans le vide.
-Ha non mais clairement mon pote. »

Je tourne la tête vers lui, tandis qu'il serre entre ses lèvres une cigarette.

« Je croyais que t'avais arrêté ? 
-Vincent, passe-moi ton feu s'il te plaît, me fait-il en feignant une voix féminine et suave, renchérie d'un clin d'œil.

Je fous un coup d'épaule contre la sienne en rigolant, mais je suis surpris : j'ai l'impression de sentir ses os, pointus. Il encaisse le choc en déclinant sur le côté, et je suis incapable de savoir s'il exagère ou non. Mes yeux s'arrêtent alors sur lui. Avec sa doudoune, son gros pull, on n'arrive pas à déterminer un quelconque changement. Pourtant son visage a l'air émacié, je l'ai remarqué tout de suite quand je suis arrivé. Ses joues sont creuses, ses yeux enfoncés. 

« Ça va ? T'as l'air d'un rescapé d'Auschwitz. »

Il est légèrement recourbé sur lui-même, les mains jointes entre ses jambes, la clope au bec. Il me sourit, de son petit sourire de travers, qui ressemble plus à une grimace qu'à autre chose d'ailleurs. Je l'ai toujours charrié sur ça, en lui disant que sur si certains gars ça avait quelque chose de séducteur, de viril, sur lui, on aurait juste dit qu'il avait des crampes d'estomac.
Mais ce soir, ça n'a rien de risible. On dirait que c'est tout ce qu'il arrive à faire, une esquisse de sourire, qu'il est trop éreinté pour en faire un vrai. Ou qu'il n'en a pas envie.

« On se les caille quand même, finit-il par souffler en tirant une dernière taffe.
-Ouais. »

Antoine, la première fois que j'ai vu sa gueule, on était en primaire. Depuis, on a toujours été des complices dans nos conneries, nos plans foireux. Quand on se battait, c'était tous les deux. Quand on volait les médocs à ma mère pour se défoncer la gueule, ou les revendre, c'était ensemble. J'étais toujours fourré avec lui, et j'ai vite découvert chez ce gars une véritable force tranquille. Depuis qu'on est gosse, il a toujours été discret, réservé, sans pour autant avoir froid aux yeux ou manquer d'audace. Le genre de personne qui ne dit rien mais qui comprend tout. Jamais un mot plus haut que l'autre, même lorsqu'il s'énerve. Le type respectueux et timide par excellence, qui fait craquer les nanas et semble même pas le remarquer. Genre avec lui, vous pouvez galérer pendant des mois pour savoir s'il a eu un gros morceau ou non, s'il voit quelqu'un... 
En fait voilà : Antoine, c'est un pudique. 
Tout ce qui concerne sa vie, ses émotions, c'est une tombe. Alors que moi, putain, j'ai tendance à être plutôt l'inverse. Je suis grande gueule, vantard, j'aime rire et faire rire de mes frasques. 
Pourtant, il me semble que tout le monde a l'image de moi que je veux bien donner. A part Antoine, évidemment. De toute manière, peu importe les efforts que je fournirais pour lui faire croire quoi que ce soit, il saura toujours la vérité, c'est son sixième sens. Puis, on ne se connaît que trop bien. Il est la seule personne en qui j'ai totalement confiance. L'unique point d'ancrage de ma vie. Un pilier, un confident. Un frère.
Peu d'amis peuvent se vanter de n'avoir aucun secret l'un pour l'autre. Nous, je crois qu'on peut. 
Alors, quand je le vois comme ça, je sais qu'il y a quelque chose qui le préoccupe. Mais je sais aussi qu'insister, avec lui, ça ne sert pas à grand chose. Il est têtu, ce con, il ne lâchera le morceau que quand il l'aura décidé. 

Après plusieurs minutes silencieuses, je dis:

« N'empêche il fait quand même pitié Vasseul.
-Par rapport à la caissière ?
-Ouais. Je veux dire, qu'est-ce qu'il peut bien espérer  ? Tu l'as déjà vu non, ce type ?
-Vite fait, je m'en souviens pas trop. 
-Tu vois le mec des Inconnus, là, Didier Bourdon ?
-Oui.
-Bah c'est le même, mais en chauve. Au taf on l'appelle Ingrid. »

Il rit et je reprends :

« Donc d'un côté t'as ça, un papy de cinquante ans bien passés, et de l'autre côté t'as une fille de dix-neuf ans, qui a vraiment tout pour elle. »

Je sors mes filtres, mes feuilles et mon tabac afin de me rouler une clope. Je lui demande s'il en veut une d'un signe, il hoche la tête. 

« Vraiment. Déjà elle a de jolies formes, tu vois. Avec ce genre de hanches auxquelles tu as envie de t'accrocher. Sérieusement, son corps, sa peau... T'es là, t'es comme un gosse dans un magasin de jouets à qui on demande de ne rien toucher. 
-Classe comme image, dit-il, le même léger sourire aux lèvres. Je lui tends une cigarette et mon briquet. 
-Au moins tu sais où je veux en venir. Non mais vraiment, cette fille, elle est belle. Belle à en crever. Brune, le front large, le nez fier... Ce n'est pas une nana que tu te tapes une fois et que tu ne rappelles jamais.
-Et apparemment, tu lui plais ?
-Je pense que oui.
-Qu'est-ce tu vas faire ?
-L'inviter à aller boire un verre ? je lui réponds en allumant une clope. 
-Donc avec Adèle, c'est fini ? »

Adèle.
A l'heure qu'il est, elle doit attendre mon coup de fil, lui confirmant que je viens la rejoindre ce soir. Je l'imagine dans son bain, avec un de ses masques pour le visage à la con, la frange retenue par un serre-tête. 

« Bof, avec elle c'était juste comme ça. On s'est amusé ensemble, on est allé jusqu'où on pouvait aller, c'est tout. Après, c'est quelqu'un de bien. Mais tu vois, quand je pense à elle, je pense à une bouillotte. Une chaleur satisfaisante, rien de plus. C'est pas brûlant, c'est pas la passion entre nous. Il n'y a pas de manque, pas de besoin, tu vois ce que je veux dire ? 
-Oui. »

Je le regarde, tandis que lui a toujours les yeux rivés vers le sol, l'air encore plus sombre que tout à l'heure.

« Et toi, avec Manon, tout va bien ? »

Il ne répond rien ; sa bouche devient une ligne droite et il baisse un peu plus sa tête.

« Y'a un problème ? Elle s'est barrée ?
-Non, répond-il en jetant sa clope.
-Qu'est-ce qu'il se passe ? Depuis tout à l'heure t'as l'air prêt à tomber dans les pommes. Explique-moi ce qu'il t'arrive. »

Il se redresse, fixe un point au loin. 
Un moment s'écoule sans que nous nous échangions un mot. J'allume mon briquet au creux de ma paume, afin de me réchauffer un peu, j'attends. 

« Manon est enceinte. »

Je me retourne vers lui.

« Quoi ? Mais... vous vous protégiez ?
-Oui. »

Je mets ma main sur sa nuque.

« Vous allez le garder ?
-Elle le souhaite oui. De toute manière c'est trop tard pour envisager d'autres solutions. »

Je le sens se mettre à trembler.

« Merde... Et qu'est-ce que tu vas faire ? »

Il tente de parler mais sa voix se brise. Je lui donne une tape dans le dos, le prends par l'épaule.

« T'as peur, c'est normal. Je sais que t'as peur. C'est un putain de changement dans ta vie mais... » Je cherche mes mots.
« Mais putain Antoine, même si c'était pas ce que tu voulais du tout, un enfant, en soi, c'est une belle chose, non ? Puis il y aura les parents de Manon qui seront là pour vous seconder un peu, vous aider... Ils habitent pas loin, en plus... Même si je suis nul avec les petits, je serais là pour toi moi aussi... Si t'as besoin de fric ou quoi, tu pourras compter sur moi, tu le sais... »

Je dis tout ce qui me passe par la tête, tout ce que je pense rassurant, mais ça ne le consolera pas. Et c'est normal. Un enfant, bordel. Un océan de dépenses qui se rajoute aux leurs, et une charge énorme sur leurs épaules. La fin prématurée de leur jeunesse, le coup de grâce pour leur insouciance. Une vie qui, désormais, va dépendre de la leur. Un enfant. 

« Je veux pas de ça, Vincent. Je vais me barrer, je sais pas... Mais je veux pas d'un enfant, je peux pas... Je te jure, j'aurais rien à lui apporter, rien à lui apprendre. Je ne pourrais pas l'assumer, je ne pourrais pas être une source stable de bonheur pour lui, ou de quoi que ce soit dont il a besoin... »

Il détourne son visage de moi pour ne pas que je le vois pleurer. 

« Ce n'est pas la vie que je voulais, dit-il d'une vois cassée. Je vais avoir un enfant indésiré, avec une fille que je n'aime même pas. J'ai un job de merde, un appart minable. J'ai l'impression d'être en cage. Je ne peux plus rester ici, je vais partir sans prévenir personne, comme un lâche. Mais il faut que je m'en aille...
-Antoine, tu ne peux pas lui faire ça, à Manon. Maintenant ce qui est fait est fait. Je veux dire, vous pouvez vous séparer, tout ça... Mais tu ne peux pas couper les ponts complètement, il faut que tu restes auprès d'elle pour le petit. Ils vont avoir besoin de toi, je suis désolé de te dire ça vieux, mais tu ne peux pas partir comme ça. »

Il secoue la tête.

« Je me prépare une vie de merde.
-Ne dis pas ça...
-C'est ce que je pense... Ce que j'ai toujours pensé, et même avant ça... La grossesse de Manon... Je fonce dans le mur depuis longtemps. »

J'essaye de le couper mais il me fait signe de me taire.

« Il y a des trucs que je ne pouvais pas te dire, parce que j'avais peur. Mais là, je n'ai plus grand chose à perdre, tu sais... Alors, s'il te plaît, j'ai une faveur à te demander. Juste, j'aimerais te parler, j'aimerais te dire des choses... Je sais que tu vas être choqué, c'est pour ça que je te demande de ne pas m'interrompre. S'il te plaît. »

Je ravale ma salive et acquiesce. Il est face à moi, le visage tiré et ses yeux fuyant toujours les miens.

« J'ai toujours été ébloui par toi Vincent, depuis qu'on est gamins. Ta facilité à converser avec les autres, à t'ouvrir. Ton humour, ton intelligence, ta répartie, ton naturel. Moi j'étais là, comme un con je restais bouche bée face à toi. C'était limite si je ne buvais pas tes paroles à la louche. Alors je t'ai toujours suivi, dans tout ce que tu faisais, je séchais les cours avec toi pour que tu m'apprécies d'avantage, pour être en ta présence. Je cherchais par tous les moyens à susciter ton admiration. Puis j'étais fier d'être ton ami, que tu me présentes comme tel, et que tu te confies à moi. Pendant toutes ces années, ça ne m'a jamais quitté, cette admiration... Et je pensais que l'amitié c'était ça. Pourtant ce que je ressentais, tous ces sentiments, toutes ces envies, ce n'était qu'avec toi. Pas avec d'autres potes.
Après on a grandi, on est devenus des ados, avec toutes les hormones qui vont avec. Tu étais là à courir après les filles, alors, bien-entendu j'essayais de faire comme toi. Mais ça n'avait aucun but à mes yeux, Vincent. Je te voyais te taper toutes ces nanas et ça me donnait envie d'hurler. »

A ces mots, je me sens assommé, comme si je venais de recevoir un coup sur la tête. J'évite son regard suppliant et me masse le crâne, penché en avant. J'ai peur de penser à ce qu'il est en train de me raconter.

«Je me disais que j'étais juste possessif avec toi. Mais un soir, j'ai compris. 
Je ne sais pas si tu t'en souviens, on devait avoir quoi, quatorze-quinze ans. On s'était invités à une fête chez l'une de tes copines, et comme tous les jeunes de notre âge, on n'avait beaucoup trop bu. Surtout toi, d'ailleurs.Tellement que j'avais du te porter sur le chemin du retour, je m'en souviens bien. Et, à un moment donné, après que l'on se soit arrêtés pour pisser, t'étais venu et tu t'étais laisser tomber sur moi. Bien-sûr je te tenais, avec mes petits bras, et là tu m'as scruté et tu m'as dit « En fait, t'as vraiment des beaux yeux ». Ça m'avait fait un mal de ventre horrible ce que tu m'avais dit, et un plaisir terriblement coupable. Je ne t'en ai jamais reparlé depuis, histoire de ne pas te mettre mal à l'aise, ni de me trahir. Mais c'est depuis ce jour que j'ai su que ce n'était pas normal, dans une amitié à proprement parlée, de ressentir le besoin de plaire à l'autre, l'envie de l'embrasser.
Pourtant j'ai essayé de lutter contre ça. J'ai couché avec des filles et j'ai prétendu aimer ça. Je me suis forcé à m'imaginer amoureux de quelques unes d'entre elles, à me sentir jaloux même, à penser tous les jours à elles. Mais la seule personne qui me revenait sans cesse en tête, c'était toi. 
Ça a duré des années. Des années et des années de non-dits, de déni. Parfois, moi-même je pensais que ça finissait par me passer, tu sais ! Mais non. Putain crois-moi j'ai tout fait pour me convaincre que je t'appréciais comme un ami et rien de plus ; je tenais tellement à toi, je ne voulais pas te perdre. J'aurais été prêt à tout, pour changer, vraiment. Pour ne pas bloquer sur tes lèvres, pour ne pas avoir envie de te serrer dans mes bras. Je voulais suivre ton exemple, d'abord en enchaînant les conquêtes féminines, puis ensuite en voulant construire ma vie avec l'une d'elle. Un soir, je suis même allé jusqu'à dire à Manon qu'un jour, on se marierait... Comme un con, j'avais espoir que ça changerait quelque chose... »

Je sais qu'il m'observe, en reprenant son souffle. A ce moment-là, j'hésite entre rester et le laisser en plan ici.

« Je me suis fait prendre à mon propre piège, je crois. Mais je ne peux plus continuer comme ça, ça me détruit. Et ça détruit tout autour de moi. Manon, elle ne mérite pas ça, ni l'enfant qu'elle porte. Ils méritent quelqu'un pour les aimer, et... Je vais m'en aller Vincent. Je vais partir loin, je pense que c'est mieux pour tout le monde. Je vais donner tout ce que j'ai à Manon, je vais lui laisser l'appart... Et j'aimerais te demander une dernière chose, s'il te plaît... Veille sur eux. Je ne serais pas là pour, donc... C'est le dernier service que je te demande... »

Il se lève et met une main sur mon épaule.

« Je suis désolé pour tout ça. »

Antoine met alors les mains dans ses poches et s'en va en marchant. Pendant ce temps je suis là, bouche bée et las, incapable de penser, laissant mon meilleur ami partir probablement pour toujours.




Le concours est terminé pour cette session, vous aller pouvoir voter pour les 2 histoires qui vous auront le plus plus selon les catégories suivantes : 

- Le coup de coeur
- L'histoire la plus originale

Bien entendu, on ne vote pas pour soi :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Orpheoh : Désolé mais je passe mon tour sur ce challenge-là. Week-end trop chargé, le texte que j'ai pondu dans le temps consacré ne me satisfait pas.

De même, fin de semaine riche en émotions!
Par contre Pparker n'hésite pas à rassembler cela sur un fichier de traitement de texte ou PDF à héberger, une histoire par page, pour gagner en lisibilité!

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
Et voici vos différents textes regroupés ici.

Merci aux participants de bien vouloir voter selon les règles, vous pouvez également vous inscrire pour la prochaine session. (De préférence elle démarrera Vendredi prochain encore une fois :))

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ahaic, j'avoue que j'ai eu un coup de cœur pour ton texte! Il se lit bien, puis surtout je l'ai trouvais fin... Qui plus est il nous tient en haleine, je veux dire, franchement la chute prend quand même au dépourvu! Au début, la psycopathe qui sommeille en moi s'imaginait le pire: que la fille avait abusé de lui, ou quelque chose dans ce ton-là... Mais finalement, bah ca n'avait rien à voir :') 
En tout cas, c'est bien écrit et joliment tourné, chapeau Madame! ;) 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pour l'originalité le texte de Bastien tsuki

photo de l'auteur BastienTsuki
BastienTsuki
Homme de 22 ans
Poitiers

1 remerciement
Alors... Euh.... Choisir entre ces textes reviens pour moi à choisir entre les meilleurs films existants, si ce sont les meilleurs, c'est donc qu'ils sont tous bons.... Comment départager tout ça...
Partons dans un ordre logique :

Ahaic : J'ai adoré ton texte, non pas dans la forme, mais dans le fond, moi qui prévois souvent les fins des choses, je n'avait pas du tout vu venir celle-ci.... J'ai eu un peu le même sentiment qu'HighAndDry, ce sentiment de fin par l'abus du jeune homme.... En tout cas bravo pour avoir mis ce thème en avant, surtout ici, :) !

Luxan : Une histoire passionnante, et malgré l'avoir lu plusieurs fois je trouve toujours deux fins possible. Une bonne tenue, un bon fil conducteur. Il m'a fortement touché car les deux personnes restent en contact à la fin (ou alors j'me suis planté quelque part), c'est quelque chose qui, dans la vie actuelle, serait compliqué pour n'importe qui je pense. J'en ai même lâché une petite larme... :'(

Pentalfa : .......non d'un raton-laveur.... C'est glauque !!!!! Autant le texte de Luxan me parait sentimental et chaleureux que le tient me parait cru et froid.... Plutôt bien tourné, ça me rappelle certaines scènes de films ou de séries (je ne regarde pas de films horreur/suspense donc plutôt dans des séries).

HighAndDry : Je refais une petite comparaison sur la tristesse encore avec Luxan. J'ai sans doute versé quelques larmes pour son texte, mais je crois que j'aurais fondu si je m'était laissé allé en lisant le tient. Et pourtant ce n'est pas spécialement le fond qui m'a fait pleurer. C'est une histoire que j'ai lu et relu des dizaines de fois, une sorte de cliché, mais un cliché bien réel et poignant. La forme, associé avec ce récit, est très bonne. Je ne saurais trop le décrire mais elle m'a transporté dans ton texte, comme si j’étais témoin de la scène. Quant à la fin.... Je peux voter pour qu'ils reviennent l'un près de l'autre ? :'(:'(...

Voilà... oui c'est long :p !
Bref, mon coup de cœur reviens à HighAndDry, mais un énorme bravo à Luxan pour cette belle amitié(/amour?).
Et l’œuvre la plus originale reviens pour moi à Ahaic, pour sa fin ô combien surprenante et pour les bulles (trop compliqué à expliquer) !
Merci à tous ! :D

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
(Si betolerant pouvait presauvegarder les messages en court d'écriture, ce serait top ! Fichue pub envahissante ! )
Donc je disais plein de choses a jamais aux oubliettes (snif). L'essentiel:

Coup de coeur: HighAndDry C'est un joli bout de vie, bien raconté. J'ai l'impression de voir la scène. ps: je veux bien le numéro de Mounira. Héhéy.

Originalité: BastienTsuki  J'aime l'enchainement des mots. Presque une mélodie. Mais cette fin, grr... Je reste sur ma faim et on ne fait pas ça a une gourmande !

Et j'ai adoré dévorer toutes les autres historiettes qui ont toutes un ptit gout de vie, un instant volé, un peu de nous.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Coucou tout le monde !

Désolé pour ma réponse tardive.

Donc, mon texte préféré, c'est celui de HighAndDry. Il m'a tenu en haleine tout le long, et j'ai trouvé l'histoire très touchante.

Pour l'originalité, je dirais BastienTsuki, mais bravo aussi à Ahaic.

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
Luxan ne donnant pas plus de nouvelles pour les votes, j'annonce les votes cloturés.

Félicitation à HighAndDry pour avoir remporté le concours en Coup de coeur.
Félicitation également à BastienTsuki pour l'originalité de son texte qui lui vaut de remporter également le concours.

L'ouverture des inscriptions pour le prochain Challenge est désormais possible. Ce dernier commencera si possible dès Vendredi :).
Pour information vous aurez (si la date est validée) jusqu'au 2 novembre pour écrire votre texte.

Le thème vous sera donné dès que j'aurais assez de participants.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
I m here

photo de l'auteur BastienTsuki
BastienTsuki
Homme de 22 ans
Poitiers

1 remerciement
Je participe naturellement :) !!
Merci pour le prix d'l'originalité.
Pour Ahaic, si par hasard tu vois le post, je n'ai pas fini mon texte pour deux raison : je l'ai écris à peine 1/2 heure avant la fin du concours, donc presque en catastrophe (heureusement l'idée était déjà là). Et je n'ai tout bonnement pas trouvé de fin qui me convenais, donc je l'ai laissé ainsi, avec un peu l’appréhension qu'il ne puisse pas plaire à cause de ce manque de finalité.
Voilà, good luck pour le prochain concours ;) !

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
Je prolonge encore l'ouverture des inscriptions. Le challenge se fera si possible le week end du 11 novembre :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
oui c'est un bon exercice et puis j'ai du temps à revendre en ce moment.

j'en suis !

gilles

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Concept très intéressant. Ayant un week-end chargé, je ne crois pas être en mesure de pondre quelque chose que j'aimerais assez pour poster. Mais je compte participer à la prochaine édition en tous cas !

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
Je peux décaler après ceci dis hein :)
Ca va dépendre de si Bastien et Dreamer sont toujours OP pour ce week-end, comme j'ai déjà du décaler une fois.

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
Bonsoir,

Suite aux différents problèmes de planning des uns et des autres j'ai décidé de procéder à un changement dans la façon de faire ce challenge.

Dorénavant, un challenge aura lieu durant 1 mois complet. Au cours du mois, chaque participant m'indiquera son "go" pour l'écriture. Il aura à partir de cette date le nombre de jours prévu pour m'envoyer en privé son écrit lié au thème. Tout se fera par PRIVE et je posterais 1 semaine avant la fin du mois les écrits. Durant cette semaine j'accepterais selon appréciation les retardataires et nous procéderont aux votes.

Bien entendu, afin que chacun ait les mêmes chances, vous ne devrez pas vous échanger le thème :).

Je vais vous transmettre cette même information par privée, merci de me dire si ce fonctionnement vous va. Vu qu'on a déjà bien entamé le mois de novembre, je penses que rien ne se fera avant le mois de décembre du coup ;). (Ou alors on prendra de l'avance exceptionnellement pour pas être gêné par les fêtes.)

Du coup dites moi ce qui vous sembles le mieux. Commencer à partir de Vendredi prochain et avoir 12 jours de moins en décembre pour le faire ou commencer à partir du 1er décembre :)

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
T'inquiète, avec le nouveau principe de fonctionnement tu pourras très bien me dire un soir si tu as 4 jours dispo pour ce 1er challenge remasterisé

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
Bonjour !

Le challenge est lancé, à partir d'aujourd'hui chaque personne voulant participer peut venir me voir en MP. Je lui fournirais le thème pour ce challenge à réaliser en MAXIMUM 4 jours.

Afin de laisser du temps à tout le monde, les textes devront être fait de préférence avant le 23 décembre. 

Pour les questions venir vers moi en MP ou posez les sur le topic.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit