Toi et le VIH

photo de l'auteur AlexPentes
AlexPentes
Homme de 41 ans
Lyon
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Salut, salut,

J'espère que ça va bien pour vous !

J'aimerais savoir comment vous vous situez par rapport au VIH...
Ça semble vous concerner ? Ça vous semble proche ? Vous en avez peur ? Vous avez l'impression d'être sur- ou sous-informer ? Vous vous en protégez ? Oui, non, un peu, parfois ? Comment ?
Vous en avez marre qu'on vous pose la question ?!
Merci d'avance !
Bises. Al.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je me sens concernée. Dans le sens où je travaille avec des jeunes et des adolescents qui ont tendance à banaliser le danger. A ne prêter la maladie, qu'à certaines personnes. A croire qu'on peut le soigner, car ils ont lu des tests positifs dans un article mal interprété. Dans un sens, je me sens responsable de la prévention que ces jeunes ont. 
Toutefois, j'essaye de les prévenir sans y mettre une épée de Damoclès, un jugement divin qui tomberait sur eux s'ils avaient des relations sexuelles débridées et nombreuses. Juste de leurs faire comprendre les risques, le danger de la multiplicité de partenaires, et l'importance de se protéger mais également d'effectuer des tests régulièrement. 

Mais, dans le fond, même si par éducation et professionnalisme, j'ai appris à me protéger et transmettre des gestes simples de protection, le SIDA est une donnée inconnue à mes yeux. Je n'ai à l'image que des célébrités, des anonymes à la télévision, des récits d'amis qui connaissent quelqu'un qui ... 
Je ne me sens pas loin du danger, mais je n'arrive pas à le sentir, le voir, le comprendre. Des statistiques, une information, dont je comprends le sens sans en saisir la gravité. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
salut !

bah, le plastique c'est fantastique ^^
je n'envisage même pas la possibilité d'un rapport sexuel sans protection+sans dépistage, en fait. Certes, on vit aujourd'hui mieux avec le VIH qu'il y a 20 ans. Mais on vit surtout mieux sans. Étant de la génération "sortez couverts", avec pub télé et tout quand j'étais ado, j'hallucine un peu aujourd'hui de voir les résultats de certains sondages, avec une méconnaissance qui fait un peu déprimer (genre "ça se soigne facile", ou des trucs comme ça....). Comme quoi tout le monde n'est pas sur-informé, en tout cas. Ou alors ça n'imprime pas...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Le problème c'est surtout le double discours ambiant actuel, qui pose un regard positif sur les personnes multipliant les expériences sexuelles (au nom de la liberté d'assouvir ses désirs), tout en rappelant rapidement de mettre une capote.
On présente même comme "progrès" pour les homosexuels de pouvoir prendre des antirétroviraux avant d'aller se faire défoncer dans les saunas... Super comme solution.

Je préfèrerais qu'on prenne les choses dans l'autre sens, en expliquant aux jeunes que tous les fantasmes n'ont pas vocation à être assouvis. Plus on en a, plus on en veut, mais malheureusement on ne comprend cela qu'avec l'âge. Réapprendre aux jeunes à aimer les autres dans leur entièreté, pas seulement sur le plan sexuel, et réapprendre aux jeunes à être moins centrés sur eux-mêmes, cela aidera à stabiliser les couples. La fidélité et l'abstinence sont les meilleures armes contre le VIH, et ont d'autres vertus. (Et je ne suis pas chrétien.)

photo de l'auteur AlexPentes
AlexPentes
Homme de 41 ans
Lyon
C'est vrai, Lodiel, que les dernières enquêtes (chiffres etc.) montrent que les contaminations avancent chez les 18-25 ans...
Après, Regenesis, chacun fait l'usage de son corps qu'il veut (entre adultes consentants). Certes, les Gays sont plus actifs que la moyenne nationale, mais il y a de fortes divergences entre les personnes, pour des raisons de personnalité, d'éducation, d'âge, de situation personnelle etc.

photo de l'auteur Kiiro
Kiiro
Homme de 21 ans
Lyon
Coucou ^^,
depuis que je suis au collège, j'ai eu je ne sais pas combien d'exposé sur la protection sexuelle et tout le reste. Mais le problème c'est que beaucoup n'impriment pas, ou même ne savent toujours pas faire la différence entre les maladie... La première fois que je suis allé dans un sauna ça ma fait peur, car certains en discutaient et voyaient le VIH, le HIV et le SIDA comme trois maladie différentes.... (bon au final j'ai juste profité du hamam... rien de plus...)
Donc je penche surtout vers de la désinformation et des infos de mauvaises qualités.

Dans ma résidence étudiante beaucoup se sentent enfin libre de faire ce qu'ils veulent, ils se sentent libre de la pression familiale, même du regard de leurs société sur eux; et en profitent, sans forcément penser à se protéger.

Je suis en prépa et j'ai envie de me lancer dans la biologie cellulaire, donc je suis de nombreuse études sur le sujet par simple curiosité, mais c'est vrai que de nombreux journaux et revues, présentent certains traitement comme miraculeux... Alors que ce son juste des avancée intéressantes.

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
- Ça semble vous concerner ?
Bien évidemment. Tout le monde devrait se sentir concerné. Les personnes qui s'en foutent sont un danger pour elle même et pour les autres.
- Ça vous semble proche ?
Oui. On ne peut pas être sûr à 100 % que son partenaire soit clean avant d'avoir fait un test ensemble. Test qui ne reflète d'ailleurs que la sérologie d'il y a 6 semaines. Donc à moins d'avoir une histoire stable et chaste durant cette période, et de faire un test avant de défourailler comme un forcené, tout le monde est potentiellement porteur.
-  Vous en avez peur ?
Oui, car je constate un relâchement dans les comportements. J'ai parfois été obligé d'insister (gentiment) pour que mon partenaire mette une capote.
- Vous avez l'impression d'être sur- ou sous-informer ?
Bonne question. Je pensais être correctement informé, mais apparemment, tout le monde n'est pas d'accord sur le risque de certaines pratiques. Les endroits et les conditions pour effectuer un dépistage ne sont pas toujours très clairs, très pratiques, et surtout pas très nombreux.
- Vous vous en protégez ? Oui, non, un peu, parfois ? Comment ?
Oui, tout le temps, c'est non négociable. Capote. 
- Vous en avez marre qu'on vous pose la question ?!
J'en ai surtout marre qu'on oppose des principes moraux  à un problème de santé publique.

Un chose importante à rappeler à mon sens, c'est que oui, on vit mieux aujourd'hui avec le sida qu'il y a vingt ans, mais on ne vis pas bien. Et surtout, on n'en guéri pas. Ce n'est pas une putain de mononucléose. C'est une maladie qui bouffe vos défenses immunitaire et qui finira par vous faire crever un jour ou l'autre d'un rhume ou de toute autre infection banale ou non. C'est l'assurance de voir son espérance de vie diminuer, C'est la certitude de voir ses perspectives réduites, et la probabilité de souffrir d'une discrimination de plus.
Et à moins d'être un connard irresponsable - et criminel - la vie sexuelle et sentimentale devient franchement compliquée, voire carrément merdique.

Je suis d'à peu près la même génération que David91, et j'ai la très nette impression que les services publiques ont baissé les bras sur la prévention par rapport à ce que j'ai put connaitre dans les années 90. Peut être que je me trompe, mais j'ai l'impression que beaucoup font ou pensent comme si c'était un problème réglé.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Greg686ws : Je suis d'à peu près la même génération que David91, et j'ai la très nette impression que les services publiques ont baissé les bras sur la prévention par rapport à ce que j'ai put connaitre dans les années 90. Peut être que je me trompe, mais j'ai l'impression que beaucoup font ou pense comme si c'était un problème réglé.


Rien d'étonnant à cela. Les politiques publiques de prévention des années 90 étaient une réaction immédiate à l'affaire du sang contaminé. 

La France privilégie la communication de crise.

Si les migrants étaient atteints du VIH, si les Panama papers révélaient une affaire de santé publique relative au VIH ou si les activités terroristes de Daesh passaient par la contamination des occidentaux par le virus du sida on verrait un retour en force des campagnes de prévention.

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
Pas faux Samou
Que cela soit en matière de santé, d'économie ou de société en général, l'état gère les crise au coup par coup lorsqu'elles se présentent, sans vision à long terme, et bien sur, sans aucune forme d'anticipation.

"Panama popers"?
Je ne savais pas que le Panama était un producteur réputé de poppers. Ça doit déchirer...
(désolé, pas pu m'empêcher)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Samou : Citation de Greg686ws : Je suis d'à peu près la même génération que David91, et j'ai la très nette impression que les services publiques ont baissé les bras sur la prévention par rapport à ce que j'ai put connaitre dans les années 90. Peut être que je me trompe, mais j'ai l'impression que beaucoup font ou pense comme si c'était un problème réglé. Rien d'étonnant à cela. Les politiques publiques de prévention des années 90 étaient une réaction immédiate à l'affaire du sang contaminé.  La France privilégie la communication de crise. Si les migrants étaient atteints du VIH, si les Panama popers révélaient une affaire de santé publique relative au VIH ou si les activités terroristes de Daesh passaient par la contamination des occidentaux par le virus du sida on verrait un retour en force des campagnes de prévention.


Samou : 

Je ne peux me taire à de telles suppositions ! C,en est assez des multiples " théories du complot " !
( j,ai posté un débat à ce sujet " étonné de ne voir ici prévention sur le vih ? " en février dernier. )

1) l,Équipe de Betolerant a mis en avant, un grand onglet en page d,acceuil, bravo & chapeau bas :)
2) Sida Infos Service : 0800 840 800 annonyme & gratuit, presque 24h24 7/7 jours !!!
3) toutes les infrastures liées à la Santé font de la prévention en France
4) de multiples associations nationales & régionales telles que AIDES sont toujours présentes 
5) Sidaction - 1er décembre ???
6) Spots tv réguliers ???
& bien encore...

Que fais-tu/faites-vous sur Internet ? Google & autres moteurs de recherches, l,infirmation / préventions sont pourtant aussi faciles à trouver que les " buzz" sur U Tube non ???

Comment oses-tu, mêler le drame humain des migrants à cette énième théorie du complot & accuser la France ou le reste du Monde de tous les maux ???

Ouvre donc un débat sur le scandale réel celui-ci, des lobby pharmaceutiques Nord Américains , qui refusent catégoriquement,  les traitements génériques,  pourtant demandés par les pays plus pauvres , faisant pression sur tous les Présidents Americains, soit comme Bush avec son plein accord ou Obama, malgré toutes ses tentatives de refuser leurs dictacts ?

Sais-tu combien coûte à l,État  & la Sécurité sociale,  une tritherapie annuelle & à l,heure actuelle, pour hélas les concerné(e)s ? Selon le degré des soins : 790 €/mois à plus de 1200 €/mois. Plus les transports en taxis vsl, les psy & tout un éventail d,aides telle que l AAH ( Allocations adultes handicapés ) mise en place dans l,urgence, non point à cause du sang contaminé,  mais par ce qu,il fallait porter secours en 1er, ce fut en 1991.

AlexPentes a le mérite ici, de poser de vraies questions, hélas,  toujours d,actualités,  certains doivent en prendre conscience , ne vous prenez pas pour des chantres de la générosité, ou de la Justice mindiale, en accusant à tort & sans vérifier vos sources !

Par ailleurs, comment & pourquoi, depuis plus de 30 ans, malgré toutes les campagnes de préventions,  les services téléphoniques anonymes & gratuits & toutes les associations,  les jeunes ou non, disent ne pas savoir ???  Ils/elles sont scotchés à Internet, réseaux sociaux & autres, ils/elles ne savent donc pas taper sur Google : préventions vih ???

Faudra t,il donc toujours leur donner l,info " à la cuiller en bouche " ??? & les parents alors que font ils donc ???

Celui qui t,ecrit sévèrement ici, a été plus de 20 ans bénévole sur tous les terrains, les fronts dès les années noires du sida : LGBT hétéros toxico écoles boîtes de nuit, lieux de dragues etc avec mes Camarades. Alors vrai, j,ai, nous, en avons plus qu,assez d,entendre de telles conneries ! 

In memoriam à celles & ceux qui ne sont plus parmi-nous & Vous ont protégés !! RESPETC SVP

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
Tu mélange tout Pierre2lune. Il ne s'agit pas d'une théorie du complot, mais d'un ressenti sur la "surface médiatique" qu'occupe la prévention sur le VIH.
Personne n'a dit que c'était délibérément orchestré. Juste que l'on a l'impression qu'on en parle moins qu'avant. Pas la peine de sortir la mitrailleuse.

tu dis:
1) l,Équipe de Betolerant a mis en avant, un grand onglet en page d,acceuil, bravo & chapeau bas 
C'est vrai, c'est bien et utile. Désolé de le dire, mais Betolerant à une audience très restreinte. Et même si j'aime ce site, ce n'est pas son objet principal de faire de la prévention.
2) Sida Infos Service : 0800 840 800 annonyme & gratuit, presque 24h24 7/7 jours !!!
Qui connait ce numéro par coeur? personne. Est-ce que les gens potentiellement concernés sont au courrant de l'existance de ce numéro? 
3) toutes les infrastructures liées à la Santé font de la prévention en France
Lorsque tu vas dans un service d'urgence de cambrousse pour avoir des info sur le dépistage, tu repars dans le meilleur des cas avec un prospectus et un vague grommellement comme quoi ils sont désolés mais que leur boulot c'est le type qui vient de se sectionner les orteils avec sa tondeuse.
4) de multiples associations nationales & régionales telles que AIDES sont toujours présentes 
Oui, et elles font du bon boulot. Mais ou on trouve les informations pratiques? Et ne me dis pas "google est ton ami". Google donnera aussi bien l'adresse de Sida Info Service, qu'une page pour soigner le Sida par les plantes. Google n'est l'ami de personne.
5) Sidaction - 1er décembre ???
Le Concept est tellement ringard qu'il fait fuir sa cible principale.
6) Spots tv réguliers ???
Ah? Vraiment? Je ne me souviens pas du dernier. Il devait être vachement marquant.
& bien encore...

Ce n'est pas une théorie du complot. C'est juste un ressenti et le fruit d'expériences et de constats lorsque j'écoute les gens parler.

Personne ne critique ton travail associatif, mais sans un relais médiatique fort, et une volonté  de l'état de s'occuper réellement de ce fléau, les résultats sont forcément moins bon. Et les pouvoirs publiques donnent clairement l'impression d'avoir des préoccupations plus urgentes ces derniers temps.

Quant à compter sur les parents pour donner une info fiable et éclairée sur ce sujet à leur mômes, je rigole. C'est souvent les plus mal placés. D'ou l'intérêt d'assos, de messages publiques etc.

Je ne saurais pas te citer les chiffres exacts, mais j'ai entendu dire il y a peu de temps qu'il y avait une recrudescence du nombre de cas d'infection chez les jeunes, en particulier chez les homos, notamment à cause d'une mauvaise information quant à la dangerosité et aux fausses idées sur possibilité de traitement de cette maladie. (vérification faite, les chiffres viennent entre autre d'un post de Magicalwaves: http://betolerant.fr/forum/7805/nette-progression-du-vih-chez-les-jeunes-gays)
Si ça c'est pas un déficit de prévention, je ne sais pas ce que c'est.

Encore une fois, ce n'est pas une critique du travail associatif qui fait ce qu'il peut avec les moyens qu'il a. Ni une théorie du complot fumeuse. Quoi que toi même tu verse dedans lorsque tu dénonce à raison la politique des labos pharmaceutiques (mais ils font ça pour toutes les maladies, pourquoi s'en étonner).

PS: On aura qu'a compter le nombre de post que fera  ce sujet, et à comparer avec un autre du type "slip ou caleçon". Ça donnera une idée de l'intérêt que suscite ce type de questionnement d'une manière générale. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
comme tout sujet important la prévention doit être qualitative avant que d'être quantitative, et en cela merci de vos posts informatifs et complémentaires...

 prédicat : la question de la maladie se trouve être une des relégations que l'esprit moderne traite comme une fatalité et même temps comme un conséquence d'un manque de prudence quant elle est consécutive à une exposition à risque...

ce pourquoi il y a en effet une part de "moralisation"(vertu de prudence et de tempérance)  mais aussi un assujettissement voir une stigmatisation de certaines pratiques, alors que le lien de cause à effet entre le VIH et l'homosexualité n'est pas d'ordre essentiel, mais existentiel quasi accidentelle, ainsi tout le monde sait, comme dans le cas du saut en parachute qu'un accident est possible, malgré la sécurisation et l'apprentissage de cette pratique !

vous excuserez cette métaphore en comprenant que l'attirance pour le saut en parachute n'est pas aussi prégnant que le don des corps, et que de ce fait que la prudence personnelle doit être le premier lieu éducatif de la prévention, alors que pour le saut se sera la confiance dans la compétence des personnes qui l'on préparé...

ceci pour dire que la société ne pourra jamais se substituer au choix personnel en matière de pratique sexuelle, tout au plus de fournir une base de connaissance accessible et des outils de protection, type préservatif...

pour finir, il serait temps que nous remettions le plaisir sexuel à sa place dans la visualisation de la libération des mœurs, qui n'est pas,  pour ma part la première, car si nous témoignons un attachement irréductible à notre liberté, bien plus fort encore est notre lien à une vie saine...la notre et celles de nos amis et rencontres occasionnelles...

bien à vous...

photo de l'auteur BoumVoyageur
BoumVoyageur
Homme de 41 ans
Bordeaux

8 remerciements
L’éducation à la sexualité en milieu scolaire est une obligation légale depuis la loi Aubry du 4 juillet 2001 :  en théorie !

La loi de 2001 sur l'éducation de la sexualité : C faire le point sur les connaissances (biologiques – physiologiques), rappeler les risques liés à la sexualité, & travailler sur les rapports entre filles & garçons, la prévention du sexisme, l’homosexualité & l’influence de la pornographie... => dans un débat, des échanges pour répondre aussi aux questionnements...

En pratique : très peu d'établissements appliquent "les 3 séances/an" de cours sur l'éducation de la sexualité dans toutes les classes.

C à l'école, au collège, au lycée qu'on a le plus besoin d'infos, "de références"... : C dans ce parcours, ce cadre scolaire qui est le plus efficace => cette éducation à la sexualité.

C encore dans notre société : un immense tabou social de parler de sexualité avec les jeunes & surtout dans un établissement scolaire...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Vous avez raison tous les 2. Les informations sont là, mais ce sont les gens qui se sont désintéressés de la question. La vraie question est de savoir pourquoi. Comme je l'ai dit je pense que c'est lié à l'évolution de notre rapport à la sexualité. Il y a encore 20 ou 30 ans, en dehors de milieux très marginaux, la sexualité s'inscrivait comme une étape dans la construction d'un couple stable. Aujourd'hui, la sexualité est davantage vue comme un instant de plaisir individuel, une sorte de masturbation en mieux, le partenaire sexuel n'étant plus la finalité mais simplement le moyen. On le voit avec le succès des applications comme Grindr, la déculpabilisation totale du recours aux sex-toys, la démocratisation de pratiques sexuelles jugées encore il y a peu comme marginales, etc...

Dans un tel contexte, comment voulez-vous qu'un message de prévention en matière de sexualité puisse avoir encore l'écho d'antan ? D'un côté "éclatez-vous, faites ce que vous voulez, assouvissez vos désirs les plus profonds", et de l'autre "on ne peut pas faire tout ce qu'on veut, il faut se protéger". C'est tout simplement contradictoire.

Tout cela explique, à mon avis, la forte prévalence du VIH dans les milieux où le sexe est pratiqué de manière totalement débridée, où le partenaire sexuel est déshumanisé : les saunas gays, les clubs libertins, ou encore certains sites internets de rencontre.

Et entre parenthèses :
Citation de Greg686ws : Lorsque tu vas dans un service d'urgence de cambrousse pour avoir des info sur le dépistage, tu repars dans le meilleur des cas avec un prospectus et un vague grommellement comme quoi ils sont désolés mais que leur boulot c'est le type qui vient de se sectionner les orteils avec sa tondeuse.

Et c'est bien normal, la prévention simple ne relève pas des services d'urgences qui sont déjà suffisamment encombré de gens qui n'ont rien à y faire. Seule une exposition sexuelle jugée à risque justifie de se présenter aux urgences.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Regenesis : Aujourd'hui, la sexualité est davantage vue comme un instant de plaisir individuel, une sorte de masturbation en mieux, le partenaire sexuel n'étant plus la finalité mais simplement le moyen. On le voit avec le succès des applications comme Grindr, la déculpabilisation totale du recours aux sex-toys, la démocratisation de pratiques sexuelles jugées encore il y a peu comme marginales, etc... Dans un tel contexte, comment voulez-vous qu'un message de prévention en matière de sexualité puisse avoir encore l'écho d'antan ? D'un côté "éclatez-vous, faites ce que vous voulez, assouvissez vos désirs les plus profonds", et de l'autre "on ne peut pas faire tout ce qu'on veut, il faut se protéger". C'est tout simplement contradictoire.  


pas vraiment d'accord, je pense que c'est même plutôt le contraire. Quand j'étais ado, il y a donc à peu près 20 ans, les messages de prévention étaient justement tournés fortement vers les ados avec un message qui était "éclate toi mais protège toi" (sortez couvert, etc.). Justement aux antipodes d'une sexualité "construction de soi et d'un couple stable", qui justement, elle, n'a pas besoin de ces messages de prévention (fidélité + abstinence = risque minime), mais au contraire d'une sexualité "plaisir", mais plaisir sûr. Et c'était il y a 20 ans.
J'ai l'impression que c'est plutôt le contraire qui se passe aujourd'hui, justement, avec d'un côté limite un "si quelqu'un chope quelque chose il l'a bien cherché parce qu'il a une sexualité débridée". Si déculpabilisation et démocratisation il y avait, les messages de prévention devraient au contraire être beaucoup plus facile à faire passer. Typiquement via des pub télé/internet visant les ados, pas culpabilisatrices mais au contraire du type "tu baises tu te protèges", aussi naturellement que pour l'alcool au volant, au hasard.

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
Citation de Regenesis : la prévention simple ne relève pas des services d'urgences qui sont déjà suffisamment encombré de gens qui n'ont rien à y faire. Seule une exposition sexuelle jugée à risque justifie de se présenter aux urgences.

Entièrement d'accord sur le fond.
Mais en pratique, lorsque tu habites dans un bled, et que les médecins généralistes ne prennent plus de nouveaux "patients" parce que débordés, que les associations ou organismes de prévention sont inexistants (ou à 100 bornes ce qui revient au même), que faire? Il reste l'hôpital ou ils n'ont pas que ça à faire, et internet.
Donc pas grand chose.
Et force est de constater que les hôpitaux de campagne se sentent moins concerné par le VIH que par la gériatrie, l'alcoolisme ou les coups de fusil de chasse entre voisin. Je comprends et je sais que ce n'est pas leur rôle d'éduquer et d'informer sur ce sujet en particulier, mais finalement, ce sont parfois les seuls qui pourraient être en mesure de faire ce job.
Quant je vois que par chez moi les seuls qui ont à cœur de faire un un minimum de prévention c'est le centre d’addictologie, ça me laisse pantois. C'est pas tout à fais la même population ni les même préoccupations.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Regenesis : Vous avez raison tous les 2. Les informations sont là, mais ce sont les gens qui se sont désintéressés de la question. La vraie question est de savoir pourquoi. Comme je l'ai dit je pense que c'est lié à l'évolution de notre rapport à la sexualité. Il y a encore 20 ou 30 ans, en dehors de milieux très marginaux, la sexualité s'inscrivait comme une étape dans la construction d'un couple stable.  Aujourd'hui, la sexualité est davantage vue comme un instant de plaisir individuel, une sorte de masturbation en mieux, le partenaire sexuel n'étant plus la finalité mais simplement le moyen. On le voit avec le succès des applications comme Grindr, la déculpabilisation totale du recours aux sex-toys, la démocratisation de pratiques sexuelles jugées encore il y a peu comme marginales, etc...


Ah bon ? personne n'allait dans les maisons closes, dans les lupanars il y a 20 ans ?  LOL

Ce que les gens font librement aujourd'hui, les gens le faisaient à l'époque de façon cachée c'est tout.
Culpabiliser les gens qui utilisent les sex toys ?  pourquoi pas dire que se branler c'est un péché aussi :D

J'arrive vraiment pas à comprendre cette volonté  de toujours vouloir revenir en arrière en nous présentant le passé comme mieux, au moins aujourd'hui on est sorti de tout cette hypocrisie qui veut qu'on affiche une relation stable alors qu'on se comporte autrement en réalité.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Greg686..

Ce n,est pas à toi que s,adresse mon billet d,humeur & vrai, de ras le bol, mais à Samou.

Quelles experiences as-tu du vih ? " le fruit & l,expérience des gens qui m,en parlent " ??? Qui sont ils donc & qui es-tu pour qu,ils te livrent ça, au lieu de s,adresser à celles & ceux dont c,est le métier ou l,investissement associatif ? 

A te lire, j,entends un " consommateur " qui râle contre le SAV ! Omar Sy est à L A..
Personne ne prétend avoir une garantie " satisfaits ou remboursés " en ce domaine, mais tâche un tant soit peu, de ne plus râler en parfait Gaulois, parmi les autres blaireaux  à  l,insatisfaction chronique stp.

1) Betolerant n,a peut être pas ni vocation ni assez " d,audience " comme tu dis, mais ils ont le mérite de l,avoir fait.
Par ailleurs, comment peux-tu " compabiliser " une information /prévention de cette importance,  mise en place il y a à peine 2 mois ? Un grand nombre de membres inscrits, sont très jeunes, ils/elles peuvent donc s,informer,  tant mieux, même si selon toi, c,est encore trop peu. Combiens d,autres sites de rencontres peuvent être mis en exemples ? Pourquoi donc toujours exiger de l,État, ce qui incombe à chacun d,entre-nous en si graves risques ? 
Ces même jeunes, ne connaissent pas les infrastructures existantes à leur écoute en d,autres circonstances,  telles que le soutien & l,écoute psy dont ils ont besoins,  face à leur mal être ou pour d,autres de leurs maux.

Que veux-tu & qu,exiges-tu de plus des pouvoirs Publics à propos de prévention ? Plus de 30 ans de campagnes en concertation avec toutes les associations & proffessionnels de la Santé & tu/vous prétendez n,être pas encore assez informés ???

Tu trouves les campagnes ringardes ? Fais mieux & vas y toi même si tu as " le secret de l,audimat mieux que + moche la vie " !

A 39 ans  tu ne connais pas Sida Infos Services ? Tu cliques ici en page d,acceuil, sur l,onglet mis à ta/votre disposition par l,Équipe de Betolerant & ils t,apprendront comment enfiler une capote & bien plus encore ;) 

Es-tu en Afrique ici pour parler de cambrousse en France ? Eux vraiment, n,ont pas ta/notre chance ici ! 
Je ne prétends pas Google pour "pote " mais non de Dieu, ne viens pas me faire croire que lorsqu,il s,agit de faire gaffe à sa santé,  à  sa Vie & pour celles de notre entourage, tu/vous prétendez être démunis & ne pas savoir avec Internet & qui plus est ici, en France, comment être renseignés au XXI ème siècle ???

Ne nous faites pas/plus croire que tu/vous ne savez pas le minimum à faire avec ta/votre teub & une capote  ???
Tu cites que de nombreux jeunes gay sont de plus en plus infectés,  à qui la faute ? Sais-tu seulement,  qu,après avoir eu un accident de capote ou prise de risque ( hélas très très souvent le cas ! ) tu/vous pouvez aller sous 48h à l,hôpital afin d,y être immédiatement traités ?

Les parents selon toi sont les plus mal placés & ne sauraient pas informer un minimum leurs enfants ? Tu te trompes avec des préjugés limites méprisants à leur égard. Leur parler déjà de se..x u alité n,est pas aisé,  encore plus à propos du vih, ne te fais pas juge aussi légèrement .

Enfin pour en finir, j,ai cité l,exemple scandaleux des lobby pharmaceutiques Nord Américains,  car le débat ici est : 
Le vih, pas autre chose.

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
C'est toujours agréable de se faire traiter de blaireau, en particulier par quelqu'un qui prétend faire de la pédagogie.

"Qui sont ils donc & qui es-tu pour qu,ils te livrent ça, au lieu de s,adresser à celles & ceux dont c,est le métier ou l,investissement associatif ? ."
J'ai justement appris en milieu associatif à écouter. C'est la base de la base du B.A BA. Si les gens se confient, le minimum est de tendre l'oreille. Mais si l'écoute c'est chasse gardée par les "pros", pas étonnant que les chiffres virent tous au rouge. La prochaine fois je leur dirai de ne pas me parler parce que c'est interdit...

Je ne suis pas un consommateur insatisfait, je suis une personne qui constate justement qu'après 30 ans de campagnes, diverses et variées, les comportements à risque se banalisent. C'est donc qu'il y a quelque chose qui ne fonctionne pas ou plus. Quant quelque chose ne fonctionne plus, on fait quoi? on reproduit encore et encore les même schémas en croisant les doigts pour que la tendance s'inverse, ou on se pose des questions sur le pourquoi ça ne fonctionne plus, et comment on peut y remédier? 

Betolerant un fait un pas sur la prévention, J'ai d'ailleurs dit que c'était bien. C'est même nécessaire. Tu veux que je fasse une danse du ventre et que je me promène avec un écriteau dans la rue pour exprimer ma satisfaction?

" Pourquoi donc toujours exiger de l,État, ce qui incombe à chacun d,entre-nous en si graves risques "
Mais bon dieu de kouign-amann sans beurre, Parce que c'est son rôle, justement parce que le risque est grâve! Qui mieux que l'état peut réunir les capacités financières, techniques, médiatiques et médicales pour faire face à un enjeu de santé publique comme celui ci? Qui est le plus à même de réunir les informations fiables, et de les communiquer au sein de campagnes claires et largement diffusées?

Et oui, je suis en cambrousse. Le système médical français était sans doute l'un des meilleurs au monde, mais il se détériore à vue d’œil à tous les niveaux. Lorsqu'il faut 8 mois pour un rendez-vous chez l'ophtalmo, plusieurs semaines pour un dentiste, que les généralistes sont au bord du burn-out, et que les hôpitaux sont archi ultra saturés, pas étonnant que la prévention pour quelque maladie que ce soit passe au second plan. On est pas en Afrique, certes, mais sortir cet argument médiocre et culpabilisateur est un déni de réalité. C'est de plus en plus la merde pour se faire soigner corresctement, et je suis désolé de vous dire que cela ne va pas aller en s'améliorant. (en tout cas pas tout de suite).


"Tu cites que de nombreux jeunes gay sont de plus en plus infectés,  à qui la faute ? Sais-tu seulement,  qu,après avoir eu un accident de capote ou prise de risque ( hélas très très souvent le cas ! ) tu/vous pouvez aller sous 48h à l,hôpital afin d,y être immédiatement traités ?"
Encore à côté de la plaque. Les infections au VIH ne sont pas toutes dues à des capotes qui pètent! C'est justement les comportements et les prises de risques qui augmentent. J'en reviens donc au même point, encore, c'est que le message ne passe plus. C'est quoi ton message finalement? Pas grave si vous avez prit un risque vous pouvez aller à l'hosto? C'est justement CE QU'iL FAUT EVITER! Il faut bien-sur savoir que ça existe, mais c'est quand même mieux d'éviter le danger plutôt que de réparer les dégâts - quant c'est possible. Non? J'ai tort peut-être?

On voit ici même, quasiment tous les jours, à quel point il est difficile de parler de sa sexualité à ses parents. "Ah au fait maman, je suis gay. Tu veux bien me montrer comment on met une capote. Sinon, j'ai eut 14 en math" Mais oui bien-sur. Ce n'est pas qu'ils sont incompétents nos braves parents, c'est que ce n'est en général pas les personnes les plus neutres pour parler de ça avec leurs propres enfants. Tu devrait le savoir si tu touche tant que ça à la prévention. C'est plus facile de parler de sexualité avec une personne avec qui on n'a pas de relations trop affectives.

Quant à google, en page 2 de la recherche "se protéger du sida" on trouve un article dont le titre est; "Il existe une pilule quotidienne qui protège du VIH. Les gays devraient la prendre". Pas étonnant que cela soit interprété en "y'a plus de risque on peut niquer dans tous les coins sans s'inquiéter" Merci internet. 

Mais bon apparemment, tout va très bien madame la marquise, tout va très bien, tout va très bien. Je me serais trompé, et il n'y aurait pas lieu de s'alarmer. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Pierre2lune : Greg686.. Ce n,est pas à toi que s,adresse mon billet d,humeur & vrai, de ras le bol, mais à Samou

Tu sais Pierre2Lune, tout le monde te comprend. Même si les index de tes deux mains semblent en désaccord sur l'usage de l'apostrophe. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je ne participe pas souvent au forum, je me contente souvent de vous lire. Mais là, il y a une chose qui m'agace au plus haut point ! A savoir pourquoi ce besoin d'attaquer de manière constante les membres de Beto Samou ?
On est tout censés être ici pour s'entraider, pour trouver un refuge où personne  ne nous juge. Je crois vraiment pas que tu aies compris l'objectif de ce forum...
Personne n'a jamais interdit qui que ce soit de donner son point de vue, mais se montrer insultant à l'égard des autres membres... "Pet2Lune", sérieusement ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Sur mes 139 participations au forum, je dirais que tu vois de la constance là où tu la veux dalon.

J'ai un avis qui dérange et provoque le débat. C'est bon pour tout le monde. Et je ne m'en suis pris qu'à Sebygo et Pierre2Lune pour tourner leur discours en dérision (cf. supra).

Toi je t'épargne car en dépit de ton omniscience, tu vises à côté.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Samou : Débat Toi et le VIH - Page : 2 Citation de Pierre2lune : Greg686.. Ce n,est pas à toi que s,adresse mon billet d,humeur & vrai, de ras le bol, mais à Samou Tu sais Pet2Lune, tout le monde te comprend. Même si les index de tes deux mains semblent en désaccord sur l'usage de l'apostrophe. 


Samou : tu tombes bien bas en croyant m,atteindre avec mon pseudo & confirme ton niveau sur un tel sujet : 
Il y a un mois environ, un membre a posté son terrible témoignage d,un viol & tu as déversé ton fiel envers lui, disant qu,avec " ton éducation catholique " cela te choquait " de lire ça ici...Cherche l'erreur & relis bien ce que Jésus te demande. Je t,avais rappelé ça sur ce topic..

Ces derniers temps, tu sembles bien t,éclater envers Sebygo ? A ton contraire, il a le mérite & le courage d,aborder des débats, qui dépassent non seulement ton seuil limité d,anpathie, mais qui démontrent combien tu es cynique. Faut il que tu doives bien t,ennuyer & mal épanoui pour être ainsi. Comme pour la teloche, zappe donc les topics qui t,agacent !

Je viens de te rafraîchir la mémoire sur mon post, lié à la prévention vih ici en février. .Tu disais que Betolerant n,est pas un site à caractère pornographique pour en parler ! ???

Enfin, pour ceux qui postent à mon égard,  des rappels à l,ordre pour ta défense & ton droit à la liberté d,expression, tu récoltes de ma part, ce que tu provoques, alors assume donc un minimum ! J,exerce moi aussi, ce droit & que je sache, les modérateurs sont là si je vais trop loin .

Le sujet ici est sur le vih, pas sur la géo politique, les autres problèmes en France ou dans le Monde, & certainement pas, d,insinuer tes théories du complot envers le drame des migrants ! Comme je l,ai dit à Greg686ws, vous n,êtes pas satisfaits de l,État ou des campagnes de préventions,  retroussez-vous donc les manches & aller au charbon, on vous passe le flambeau avec plaisir ! Trop facile & puérile,  voire méprisant,  de toujours vous plaindre, dans un pays tel que la France , à toujours en vouloir plus,  en " consommateurs " non en acteurs de terrain. Même si vous prétendez qu,il n,y a pas assez de prévention,  vous en bénéficiez largement déjà,  après plus de 30 ans de campagne, quand bien même " ringardes " selon Greg686ws. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Du blabla de pleurnicheuse et assez mal rédigé de surcroît.

On a deja répondu à cette compilation maladroite de commentaires.

Bon courage dans ta croisade contre l'apostrophe ahah xD

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
Bon alors cette fois ci Pierre2lune, fini les amabilité.

Je suis président d'une petite association d'aide aux personnes alcooliques et dépendante. Oui, je me relève les manches et je mets les mains dans le cambouis,  seulement je ne m'en gargarise pas comme toi à longueur de posts. Je suis en contact permanent avec des personnes en grande souffrance qui ont parfois des comportements sexuels à risque du fait de leur maladie. 

C'est ce qui fait que les gens me parlent, et c'est aussi ce qui fait que je pense avoir un regard assez lucide sur le fonctionnement des associations, de l'engagement de l'état, des moyens qui sont donnés aux uns et aux autres pour accomplir leurs missions respectives sur des terrains qui comptent des dizaines et des dizaines de milliers de morts par ans.

Et c'est aussi ce qui me fais dire que ton discours est irresponsable, hautin et incohérent.
C'est toi qui parle de lobby pharmaceutique américain et qui vient placer l'Afrique sur le tapis. C'est toi qui suggère dans le même post que c'est inadmissible de ne pas être informé après 30 ans de campagnes préventives, en admettant trois lignes plus haut que les jeunes ne connaissent pas les infrastructures existantes!

Tu es ouvertement méprisant à mon égard lorsque j'émet des doute quant à l'efficacité des campagnes de prévention, et de leur résultats. On dirait que tu n'as pas connaissance des chiffres récents.
Mais laisse moi te dire une chose, il y a à mon sens bien pire que le râleur qui remet toujours tout en cause. C'est celui qui, boursouflé par sa propre autosuffisance refuse de voir qu'il envoie les gens dans le mur.

Dis moi à quel moment tu penses tenir une ligne de discours qui soit rationnelle? La moindre des choses lorsque l'on intervient sur un tel sujet - au nom de je ne sais quelle organisation d'ailleurs - C'est d'avoir un discours clair, carré, et je dirais même limpide.
On parle de prévention, tu parle d'aller à l'hosto après un comportement à risque. C'est l’exact opposé de ce qui s'appelle de la prévention. 
On parle d'informer les gens, tu suggère de les laisser se démerder avec internet.
Tu déplore que les jeunes ne connaissent pas les outils mis à leur disposition, mais tu en a marre de leur donner de l'information à la petite cuillère?????
Tu parles dans le même message et sans hiérarchiser: du 0800 840 800, de google, de théorie du complot, des labos pharmaceutiques américains, des AAH, camarades syndiqués levons le poing, du sidaction, de Bush et Obama. De la diarrhée sémantique tout ça. De la  logorrhée qui ne va nulle part.

Les comportements face au sida et aux autres maladies sexuellement transmissibles ont changé, car le risque est considéré par beaucoup à tort comme acceptable. C'est de ça qu'il faut parler.
Libre à toi de fermer les yeux sur cet état de fait, et de continuer à faire comme si tout était parfait et qu'il n'y avait aucun ajustement à faire. Mais ne vient pas traiter blaireaux ou de consommateurs les gens qui se posent la question de la pertinences des campagnes de prévention, ou de l'efficacité des structures misent en place.
Lorsque je vois la façon dont tu parles aux gens, et les "arguments" que tu développe dans le parfait mépris des réalités et de tes interlocuteurs, je suis sidéré de penser que tu puisse te prévaloir d'une quelconque forme de prévention.
Tant sur le fond que sur la forme, tu me fais penser à un maçon narcoleptique qui s'essayerai à la neuro chirurgie (ou l'inverse). "Tant qu'il n'y a pas de sang sur mes godasses, tout va bien!"
Voila pour le côté ouvertement méprisant que je te retourne avec joie

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
"Tu m'épargnes", mais bien sûr. Monsieur se prend pour celui qui possède le pouvoir, celui de l’intellect supérieur. Tu m'excuseras de ne venir m'incliner devant toi pour implorer ta pitié pour ne pas que tu viennes me lyncher par la suite.

On va changer le "constant" pour récurent si c'est tout ce qui peut te faire plaisir.

Bref, je viens ni sur Beto pour lancer des débats insipides, ni pour me prendre la tête avec qui que ce soit, je repars dans ma grotte et je vous laisse vous attaquer mutuellement.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Greg686ws : j,acceuille ta colère avec le recul qui m,était nécessaire, depuis le lancement de ce post.

Avant tout, je tiens à te présenter mes excuses,  t,ayant ( involontairement ) blessé par certains propos, tels que ( te mêler aux blaireaux ) 

" en toutes circonstances,  il faut raison garder " & j,ai été trop loin par mes colères,  ce sujet là particulièrement,  me touche pour tant de potes n,étant plus là & qui s,étaient investis malgré ce fléau qui les a emportés. Pour d,autres heureusement très bien soigné (e)s & encore bénévoles. 

A tort,  je relate mes expériences liées aux diverses associations,  où je suis ou fus investi. Je réalise que vous êtes plusieurs à me le reprocher ou du moins, me le rappeler, j,en prends note, car nullement dans mes intentions à prétendre tout savoir ou tout avoir fait. Trop de militantisme depuis près de 25 ans, de dépit sur ce fléau où je déplore qu,en 2016, vous êtes encore si nombreux à n,être pas suffisamment informés, malgré toutes les dispositions & moyens de communications.  Mes potes concerné(e)s depuis longtemps, beaucoup encore bénévoles, sont encore plus virulents que moi à ce propos .

A propos " des accidents de capotes " : 
C,est l,une des principales inquiétudes constatées par les proffessionnels de Santé & les associations. En aucun cas, mes propos n,étaient de prétendre autre chose, juste trop rapidement je te le concède.  Tu me reproche de n,être pas clair dans mes informations,  il y en a beaucoup trop à donner & Sida Infos Services  ( entre autre ) sont bien mieux placés que moi, tu/vous avez ici même,  le lien pour les contacter anonymement & gratuitement. 

J,ai débuté en 1987 mon 1er confrontement face au sida ( étant moi-même sero négatif ). Un jeune voisin de notre immeuble, était sur le point d,être expulsé par sa proprio l,ayant appris par les " rumeurs nauséabondes ". Nous l'avons hébergés avec mon Compagnon d,alors & porté soutien le temps nécessaire. Déjà au sein des LGBT pointait en plus des autres, la serophobie, le rejet & les peurs de l,An mil envers lui, d,autres..

En 1991 je rejoins Aides avec une formation de plusieurs mois, puis j,ai fais connaissance avec feu, Pierre Knep ( fondateur de Sida Infos Services ) qui avec son Équipe,  nous ont formés sur Paris. En complément,  j,ai assisté aux appels téléphoniques qui se mettaient en place entre Paris & les Régions. J,ai levé le pied fin 1993, après avoir fait de la prévention auprès des toxicos ; eau de javel & coton plus des seringues neuves, quand nous arrivions à en avoir pour eux & bien évidemment,  capotes/gel + infos nécessaires. Le débat sur les seringues, était violent entre pharmaciens qui refusaient leur vendre & les associations.  Plus tard, ce fut légal sous le Ministère de Bernard Kouchner.

Juste pour finir : nous avions entre-nous volontaires à Aides, bien des engueulades liées à nos différents points de vue, mais la concorde revenait. Je crois que combattre & tenter de prévenir un tel fléau,  n,épargne personne à ce propos. Un seul exemple : il y avait un homme environ 35 ans, en sida déclaré,  il était odieux envers tout le monde, nous insultait, en voulait à la Terre entière & perturbait notre travail, les autres victimes venues à l,acceuil. Personne n,osait le remettre à sa place. Un jour dans la cuisine, avec des potes, je préparais un repas Libanais pour plus de 30 personnes ; il nous a pris la tête encore & là,  je l,ai jetté grave ! Je lui ai dit fermement,  que nous n,étions en rien responsables de son malheur & l,est foutu dehors. Résultats ? Convoqué au sein du DA pour m,expliquer. Hors, c,est lui-même,  qui prit ma défense ! Il leur a dit, qu,enfin, un mek ne le prenait pas en pitié ni pour seulement un malade.

Bref, voilà. .
J,ai transmis ici, sur différents topics,  toutes les informations utiles, selon les attentes ou appels à l,aide. Il est évident que je le ferais à nouveau si nécessaire,  mais " grâce à tes 4 vérités " je prends bien note de ne plus le faire comme auparavant. 

A propos de Samou : je persiste & signe.

photo de l'auteur AlexPentes
AlexPentes
Homme de 41 ans
Lyon
Re',
Merci pour vos participations et réponses...

Ouh, je vois que c'est un peu la foire d'empoigne... Peut-être que le sujet y invite, met les nerfs à l'épreuve, réveille des exaspérations...
Ce qui m'intéresse ici, c'est l'actualité du VIH, au niveau intime, au "je", au niveau de chacun de nous ("où j'en suis moi, à ce jour, sur cette question ?"), qu'on ait vingt, quarante ou soixante ans...
A suivre...

photo de l'auteur magicalwaves
Magicalwaves
Homme de 45 ans
Paris

3 remerciements
Ça semble vous concerner ?
Quelque peu vu la prévalence du VIH chez les personnes ayant des rapports HSH.

Ça vous semble proche ?
J'ai connu quelques personnes séropositives. Donc bien évidemment.

Vous en avez peur ?
Bien sûr. Ce n'est pas un bête rhume ni une mononucléose. C'est une belle saloperie avec laquelle c'est difficile de vivre bien. Ne serait-ce que sur le plan social, les conséquences sont assez difficiles à vivre. Sur le plan médical ce n'est pas la fête non plus. Il faut pouvoir supporter les traitements, espérer que le virus ne mute pas et ne reprenne jamais le dessus, sans parler des complications au quotidien pour se faire soigner chez le dentiste ou lors d'une intervention chirurgicale.

Vous avez l'impression d'être sur- ou sous-informer ?
Personnellement je suis plutôt bien informé. Ayant été jeune ado dans les années SIDA, j'ai reçu pas mal d'informations dans les années 80 / début 90. Et de voir quelques reportages sur le sujet et quelques célébrités tomber de la maladie, ça marque quand on est jeune. Par contre j'ai vraiment l'impression que l'état ne fait plus correctement son devoir d'information depuis le milieu des années 90. Et quand je vois les statistiques des nouvelles contaminations, je ne pense pas me tromper. Il y a clairement un problème de prévention.

Vous vous en protégez ? Oui, non, un peu, parfois ? Comment ?
Oui, systématiquement, même pour la fellation. Car il n'y a pas que le VIH. Il y a aussi la syphilis et d'autres IST pas franchement sympa qui se portent à merveille depuis les années 2000. Et depuis peu il semblerait qu'une souche résistante de la gonorrhée soit en train de proliférer à pleine vitesse. Avis aux amateurs mais franchement, c'est sans moi. Le jour où nous saurons éradiquer systématiquement et définitivement ces joyeusetés, je serai très heureux de me passer du préservatif. Mais je doute de voir ce jour de mon vivant ! Alors en attendant, préservatif pour tout et pas d'alcool (et encore moins de drogue) à en faire n'importe quoi au lit non plus. Quant à la question du préservatif dans une relation durable, c'est plus compliqué. Personnellement mon expérience fait qu'il faut que j'aie absolument confiance pour faire tomber le préservatif, que je sois absolument certain qu'il se protège en toutes circonstances s'il va voir ailleurs. Car j'ai aussi eu écho de contamination au sein du couple dans mon entourage, parce que l'autre allait voir ailleurs de façon irresponsable...

Vous en avez marre qu'on vous pose la question ?!
Non. Parce que je trouve justement que beaucoup de gens sont sous-informés et prennent des risques inconsidérés. Les statistiques des contaminations dans le cas de rapports HSH sont très mauvaises. Chez les jeunes ayant des rapports HSH elles sont carrément terrifiantes.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
 AlexPentes ta question résonne en force et à chaqu'un de nous de répondre ouvertement ou par voie détournée, pour ma part je sais que la peur du virus m'a interdit beaucoup de rencontres...

photo de l'auteur AlexPentes
AlexPentes
Homme de 41 ans
Lyon
Je trouve que c'est chouette que tu le dises, et aussi simplement, car je pense que t'es pas le seul et que c'est un large non-dit... Merci !

photo de l'auteur Neptunide
Neptunide
Homme de 36 ans
Choisy-le-roi

1 remerciement
Citation de AlexPentes : Débat Toi et le VIH Salut, salut, J'espère que ça va bien pour vous ! J'aimerais savoir comment vous vous situez par rapport au VIH... Ça semble vous concerner ? Ça vous semble proche ? Vous en avez peur ? Vous avez l'impression d'être sur- ou sous-informer ? Vous vous en protégez ? Oui, non, un peu, parfois ? Comment ? Vous en avez marre qu'on vous pose la question ?! Merci d'avance ! Bises. Al.


Ca me concerne vu que je suis séropositif depuis 2008.
En avoir peur... pas vraiment. Même si je reconnais en avoir été mieux informé une fois avoir contracté le virus.
Il y a beaucoup de peurs sur le sujet, mais parce que les gens sont mal informés.
Beaucoup ignorent comment fonctionne le virus mais également comment la médecine a bien avancé dessus.
Par exemple, beaucoup ignorent qu'un séropositif peut utiliser son sperme dans le but d'avoir un enfant sans infecter la mère ni le bébé. Ils font ce que l'on appelle un "lavage de sperme". Je trouve cela  génial, car c'est avant tout la première chose qui donnait beaucoup de peine pour nous, les séropositifs.

M'en protéger : oh que oui. Je n'ai jamais caché mon statut VIH, cependant, je ne compte plus le nombre de personne qui m'a abordé pour des pratiques bareback. Et j'en entends des vertes et des pas mûres : "si tu l'as, tu ne risques pas plus désormais". Comme si l'on ne pouvait pas surcharger sa charge virale!
Mais j'ai surtout l'impression que beaucoup encaissent mal le choc et se dise qu'ils n'ont plus rien à perdre.
C'est totalement con. J'ai toujours fait attention depuis, et résultat: après 8 ans, je ne suis toujours pas sous traitement (mon système immunitaire est béton, et ma charge virale n'augmente pas plus que cela).

Après est-ce que je fais attention dans mes gestes de la vie quotidienne? Autant qu'avant. Je ne supporterais pas d'infecter quelqu'un.

Cependant, il est assez paradoxal de constater qu'il est plus de mon rôle de rassurer les gens à ce sujet que l'inverse. On doit garder la tête haute et se dire que tout le monde fait des erreurs, et qu'on en paie toujours les conséquences un jour ou l'autre. Maintenant, est-ce que je me fais rejeter par rapport à ça? Pas plus qu'à l'époque où j'étais séronégatif. Mais même à l'époque, une personne qui aurait rejeté un séropositif tout en étant moi même négatif : ça aurait été NEXT de suite. J'ai toujours eu beaucoup d'empathie pour les séropos avant de le devenir.

Si j'en ai marre qu'on me pose la question: pas vraiment vu que je suis toujours assez direct sur le sujet. Après, je me rends compte que beaucoup me pose des questions sur mon état, et après un certain temps, ceux-ci s'excuse si cela est "trop personnel". Je leur répond toujours qu'il n'y a pas de problème, que je n'ai rien à cacher dessus. Il faut toujours partir sur une base d'honnêteté.

Le VIH est une partie de ma vie, mais pas le centre de celle-ci, et je refuse d'en faire une priorité où de me coller l'étiquette "séropositif" en premier. Ce n'est qu'un détail, mais cela n'est pas l'intégralité de ce que je suis.

En revanche, je trouve que la PrEP est la plus grosse connerie que l'on ait pu inventer. Le traitement est quand même super lourd, et même s'il permet de stopper l'évolution de la charge virale et de maintenir le système immunitaire, il reste tout de même assez désastreux pour le foie, les reins et le bien être d'une façon générale (je vous épargne les détails des effets secondaires). Le traitement devrait être réservé aux infectés uniquement, pas aux séronégatifs désirant faire du bareback. Pour moi, ça serait comme faire une chimiothérapie pour éviter de chopper le cancer. Mais encore une fois, ce n'est que mon point de vue.

photo de l'auteur fatalitas
Fatalitas
Homme de 51 ans
montreuil

4 remerciements
salut a tous pas mal tout les discours bon faut etre franc j ai 49a et seropo depuis presque 25a j ai aimé un mec et celui ci ne m a rien dit de peur de se faire virer en 1992 je n etais pas informé et totalement ignorant sur ce sujet il faut accepter la punition (je le prend comme ça) merci la science je n ai qu un seul cachet par jour et ça va tres bien, je vie pas avec le virus dans la tete mais j ai plus peur pour les autres que pour moi ( au lit) meme avec toute les protections qui vont bien en resumé LE C*L C EST BON MAIS SANS PROTECTION A LA FIN T AS L AIR C*N  

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bien le bonjour.
Je me sens concerné par le VIH mais pas comme tout le monde l'est .je m'explique je suis élève infirmière, homosexuelle et j'ai précédemment bossé en laboratoire et moi je me sens concerné aux vues des discriminations que les gens ont sur les personnes atteintes . petites anecdotes en laboratoire je m'apprêtais a manipuler un tube de sang ce patient avait le VIH une ancienne laborantine arrive et me tend une paire de gants a usage unique alors que j'en avais déjà , je lui dit et la elle me répond '' mais non mets en deux il faut prendre deux fois plus de précautions avec ces gens là'' je n'ai pas pu m'empêcher de lui claquer ses 4 vérités en pleine tête. Et récemment en centre hospitalier une aide soin ne l'a pas verbalisé mais elle faisait son max pour ne pas s'occuper d'une jeune femme ayant le VIH . vous allez donner votre sang vous êtes homo c'est une galère ... Donc moi la stigmatisatiob me gène énormément mais bon cela n'engage que moi xd

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
De base, je ne me sens pas concerné, et c'est bien ça le problème. On devrait tous l'être. Comme dit plus haut, on n'est plus dans la "période de crise" des 80's/90's, et donc il y a une forme de banalisation maintenant. Je me suis senti concerné seulement lorsque j'ai pris un risque et que j'ai flippé pendant 6 semaines en pensant que j'allais mourir (j'avais tellement appréhendé la situation que j'en avais développé tous les symptômes (perte de poids, langue blanche, fatigue, plaques rouges et démangeaisons). Ceci rejoint le commentaire plus haut où la personne dit qu'elle ne s'est jamais vraiment sentie informée jusqu'à ce qu'elle soit contaminée. 
Je crois qu'il y a d'un côté un relâchement, et de l'autre une diabolisation de la maladie. Il y a tellement de préjugés, dont certains dans les messages au dessus de moi : genre le nombre de partenaires sexuels. 
De la même manière, j'en ai un peu marre de la stigmatisation des jeunes, alors que ceux qui me proposent toujours des plans BBK sont des mecs de plus de 35 ans. Beaucoup d'hommes d'âge mûr, comme ils ont eu beaucoup d'expériences sans avoir été contaminés, se sentent poussés des ailles et pensent que cela n'arrivent qu'aux autres. Ils sortent l'argument bateau du "je fais des tests tous les mois", comme si c'était une garantie. 

La différence, et je vais peut-être dire des bêtises, c'est que entre homme et femme, j'ai l'impression que l'on oublie simplement de se protéger : mes amies ont souvent l'excuse du "je prends ma pilule" quand je leur gueule dessus pour ne pas s'être protégées, ce qui montre bien que la principale appréhension dans les relations sexuelles entre hétéros, c'est la possibilité de tomber enceinte avant d'être contaminée. C'est un peu comme si cette peur monopolisait toute l'attention.  Et final, les MST, ça leur passe plus facilement au dessus. A l'inverse, entre hommes, on a tellement stigmatisé les homosexuels et on est tous conscient du plus grand risque, que chacun pensent au moment de l'acte à la fameuse capote. Le problème ici, c'est qu'il ne s'agit quasiment jamais d'un oubli, mais d'une véritable préférence sexuelle. Combien de mecs m'ont dit vouloir "être rempli" ou avaler. C'est ça le véritable problème. Et quand je vois les commentaires des pornos, genre "c'est nul, ils ont une capote", c'est encore plus terrible. J'avoue que j'apprécie moi aussi faire l'amour sans préservatif, mais je ne laisserai jamais le fantasme prendre le pas sur la raison, et c'est le cancer de notre génération : le consumérisme, toujours en vouloir plus, aller plus loin (je ne parle de surconsommation, je parle de la façon de consommer). La pornographie a une grande responsabilité là dedans, c'est certain. J'imagine qu'il y a d'autres facteurs. 

Je pense que la médiatisation de la lutte contre le sida n'a pas la bonne approche aussi. Au lieu de se centrer sur l'aspect clinique, il faudrait plus se pencher sur l'aspect pratique, l'effet immédiat, dans la vie de tous les jours. Comment dire à une personne qui nous plait que l'on a le sida ? Au premier rendez-vous ? Non, certainement trop tôt. Au moment du rapport sexuel ? La personne va forcément te reprocher de ne pas l'avoir dit plus tôt et risque de mal le prendre. Quel regard est-ce que l'autre va porter sur nous ? C'est plus ça qui effraie les gens j'ai l'impression, et c'est la dessus qu'il faudrait se centrer (même si objectivement, c'est bien moins important que la santé physique).

photo de l'auteur Valoo07
Valoo07
Homme de 28 ans
Versailles

11 remerciements
Salut à tous, après vous avoir lu je remarque que vous vous sentez tous (ou du moins la majorité) concerné. Je trouve ça vraiment très bien ! Je suis ingé en biologie spécialisé dans les virus et j'ai, à plusieurs reprise, fait de la prévention dans des lycées ou université. Comme certains l'ont dit, grâce aux avancées thérapeutique on peut vivre avec le VIH "normalement". On ne sait pas si on pourra en guérir (un seul cas existe : ?Berlin Patient?) mais on a bon espoir de continuer à diminuer (jusqu'à peut être rendre nulle) la transmission. Celle mère-enfant est déjà pratiquement nulle !

photo de l'auteur Neptunide
Neptunide
Homme de 36 ans
Choisy-le-roi

1 remerciement
Citation de Valoo07 : mais on a bon espoir de continuer à diminuer (jusqu'à peut être rendre nulle) la transmission. Celle mère-enfant est déjà pratiquement nulle !


Père-enfant également, ils font ce qu'ils appellent un lavage de sperme. Je trouve ça plutôt cool! Cela condamne moins et au finish, les séropositifs peuvent avoir la même vie qu'un séronégatif, hormis la prise de traitement.

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Comme j'ai posté sur l'autre topic VIH en cours, vaudrait mieux que je donne mon point de vue ici. Juste un mot pour Greg686ws , pour lui dire que je partage en gros son point de vue (mais ne me mêle pas aux querelles mdr).

Actuellement on a en France suffisamment de possibilités pour rester séronégatifs aux méchants virus et autres germes qui s'adaptent à nos plaisirs pour survivre.  Je me sens donc à titre personnel aussi concerné que lorsque je prends ma voiture en transportant des passagers qui me font confiance pour assurer leur sécurité, mais pas plus, ni particulièrement inquiet.

Par contre pour des raisons d'histoires vécues par des proches, ou partagées dans la communauté gay, je range le VIH dans la catégorie des ennemis personnels, dont je ne sous-estime pas la dangerosité.
De plus dans mon taffe je baigne dans la prévention des accidents, ce qui entraîne une sorte de déformation qu'on appelle aussi culture de prévention. Qui se heurte fréquemment à la culture française, laquelle est plutôt d'intervention dans l'urgence, peu compréhensive de la rigueur et investissements nécessaires à la prévention.

Qu'on ne s'y méprenne pas, j'adore aussi les pompiers, leurs camions rouges et les pimpons, ils sont beaux et héroïque, et on rêverait de les voir plus souvent mdr. Mais culturellement cela me mets mal à l'aise, la moitié du temps ils pourraient être inutiles.
Une délicieuse anecdote en est particulièrement significative : il aura fallu 10 ans aux français pour décider d'installer dans les appartements privés des détecteurs des fumées dont la plupart des pays riches du monde sont équipés depuis une éternité, lesquels détecteurs ne sont toujours pas installés quand ce n'est pas une obligation d'un contrat de location.
C'est le charme discret de notre doux pays, où l'on adore naturellement les policiers pour les mêmes raisons.

Bref je m'égare, je hais le VIH, et tout ce qui peux lui nuire m'est agréable.

Actuellement le VIH ne cédant pas un pouce et progressant même sérieusement, gagnant des tranchées en direction des femmes et des plus jeunes autrement
dit des gens les plus vulnérables, l'urgence conduit encore à consacrer tous les efforts sur l'intervention, ici les médecins (dont certains sont presque aussi beaux que des pompiers mais je m'égare mdr).
A force d'être débordés ils vont finir par y laisser leur santé.

Bon je sais il y a tous les efforts de prévention des associations et des bénévoles, et les subventions de l'état pour les aider, revues sans cesse à la baisse pour faire des économies.
C'est curieux que personne n'est pensé à créer une médaille de la prévention pour les encourager à faire du bénévolat, fabriquées en Chine elles ne revendraient pas très chères.
La prévention se devrait elle aussi d'être héroïque, comme les pompiers et médecins.



Et puis il y a la drôle de guerre des associations de préventions, qui s'est un peu calmée depuis que la PrEP donne de la poudre magique à moudre, mais on peut s’attendre à un regain de tensions fin novembre au moment de la publication des statistiques de l'année précédente.
En attendant on entend régulièrement des tirs de snippers, et quelques belles roquettes illuminent de temps en temps le camps adverse.
Faudrait que quelqu'un leur explique que leur seul tort est d'avoir tous raison. C'est d'ailleurs un principe élémentaire en toute prévention : on ajoute simultanément les protections quand aucune n'est en elle-même suffisante.
Au moins dans le principe, sinon plus personne ne comprend quelque chose, même sien pratique chacun fait au mieux.

J'aimerais déjà pouvoir lire les livres qui témoigneront de cette épopée dans quelques dizaines d'années.
Espérons que la médecine aura fait des progrès d'ici là, on est toujours un peu à l'étroit.
Même si comme je l'écrivais a début de ce post chacun peut actuellement décider de ne pas être directement mêlé à l'aventure.

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
Je parle pas trop de ça en général et je finirais surement par le regretter mais bon, lançons nous :). Je suis séropositif depuis 2 ans à titre personnel, et dieu que je regrette d'avoir fait cette erreur. Je m'en veux limite plus à moi qu'à celui qui m'a transmis ça.
Alors forcément, on va pas se le cacher, ça facilite pas la vie sentimentale. Le nombre de fois que j'ai une boule au ventre quand on me demande : T'es clean ?
C'est pas très joli à vivre, je fais avec mais j'aimerais faire sans. Le problème vient aussi de la désinformation à ce sujet. Je suis soigné et à partir de la je suis quand même un paria à éviter.
Sentimentalement c'est dur, très dur. Les mecs prêt à accepter ce genre de choses par amour ne courent pas les rues. Et ça vient surtout du fait qu'ils ne savent pas comment c'est traité.
Certains disent ici "Ils peuvent vivre normalement même après ça", mais combien seraient prêt à aller plus loin avec un mec séropositif (et traité) ici ?

Ce qui fait le plus mal c'est avant tout le regard des autres :).

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Bonjour PParker,
Je comprends ton point de vue, je l'ai souvent lu de la part de séropositifs.
Je vais tenter d'ouvrir des perspectives.

Quand on ne connait pas intimement quelqu'un la notion de "clean" n'a pas beaucoup de sens (et quand bien même on connait intimement ce n'est pas non plus une assurance tout-risque).
J'expliquais même sur un autre topic que cette notion associée à d'autres soucis surexpose actuellement les plus jeunes gay, disons les moins de 20 ans, qui commencent à notre époque à fleurter bien avant 15 ans au travers de leurs sites de rencontre. Et que la seule façon de les protéger est actuellement de ne pas relâcher l'usage du préservatif.

La séropositivité dépistée est de moins en moins associée à un risque (suite au traitement précoce et à l'effet TasP), alors que les comportements à risque le sont de plus en plus (même si la PrEP a l'ambition de limiter ce risque).
De moins en moins, mais à condition d'observer rigoureusement le traitement, de ne pas risquer de rebond de la charge virale, et que le virus ne se révèle pas plus ou moins résistant aux médicaments.

La solution la plus simple reste de banaliser les relations en protégeant et se protégeant avec des préservatifs, pour le moins les relations anogénitales qui sont les plus exposées.
La simultanéité d'un accident de charge virale et d'un accident de préservatif est probablement extrêmement faible, et ceci même à l'échelle d'une vie, parce que leurs défaillances n'ont pas les mêmes causes.
Dans ces conditions évoquer à priori une séropositivité au VIH ne se justifie pas tant que les gens ne sont pas intimes.
Il en irait très différemment dans les cas minoritaires où la charge virale ne baisse pas suffisamment, ou avant qu'elle n'ait baissé pendant suffisamment de temps. Car dans ce cas un accident de préservatif doit être pris en charge par un traitement d'urgence, et il faut en convaincre le partenaire.

Je suis peut-être utopiste, mais personnellement je pense que dès lors qu'on se fixe pour objectif de protéger l'autre autant que soi, à fortiori si l'autre pourrait être plus exposé que soi, la notion de mensonge à ne pas dire d'emblée une séropositivité perd son sens, parce que l'objectif est la sécurité, et qu'un "aveux" à priori n'apporterait rien à cette sécurité.
Outres protéger contre la bêtise, le préservatif protège aussi contre les autres IST, qui peuvent être elles-aussi sérieuses, douloureuses, voire coriaces avant de pouvoir s'en débarrasser.

Ce n'est donc pas parce que se développe la mode du "je suis clean" qu'il faudrait s'y plier, surtout si ne pas s'y plier présente plus d'avantages que d'inconvénients : il faut aussi savoir dire non.
Quant-au besoin bien naturel de reconnaissance d'une charge virale basse, autrement dit de ne pas se sentir comme un "pestiféré", personnellement je pense qu'il faudrait le réserver à un copain intime, et amoureux, qui saura apprécier cette confiance à sa juste valeur.
Mon avis est certes un avis "externe", plus facile que lorsqu'on y est soi-même confronté, mais tout de même murement réfléchi.

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
A titre personnel je considère que si je veux quelque chose de sérieux avec quelqu'un il a le droit de savoir avant.
Ce n'est pas quelque chose que je vais lui dire juste avant de passer à l'acte. 

Donc du coup oui je limite un peu les contacts à cause de ça mais bon en même temps, si un mec est capable de se laisser influencer comme ça et de se dire "non finalement je veux un mec clean" c'est qu'il n'est pas fait pour moi tout simplement.

photo de l'auteur fatalitas
Fatalitas
Homme de 51 ans
montreuil

4 remerciements
pparker ton raisonnement est juste mais c est pas simple a dire , on le fait car nous ne sommes pas des assassins . pour ma part me suis jamais fais jeter , ma franchise apporte une certaine noblesse

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
Au final les personnes qui m'agacent le plus vis à vis du VIH c'est les quelques un à qui j'ai parlé sur internet et dont le premier mot est "plombe". 

Il y a tout un fantasme qui se fait autour de la transmission du virus et ça en devient carrément glauque.

Souvent c'est des jeunes qui n'ont aucune estime d'eux ou des dominants qui se croient malins à humilier de cette manière car ils en ont rien à faire de briser la vie de quelqu'un. 

C'est quand même terrible de vivre dans un monde pareil.

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Si les gens font une mauvaise évaluation des risques sexuels, et ont une idée confuse des moyens de s'en protéger, c'est peut-etre parce que les sources d'informations sont multiples et peu cohérentes. Sans compter que les plus jeunes sont sous-informés sur le sujet.

Alors que la stratégie française est plutot cohérente sur le papier, même si on peut lui reprocher de s'être fixé l'objectif minimaliste de maintenir les gens en vie et à peu près en bonne santé, à la condition d'une dépendance contraignante au suivi thérapeuthique et aux médicaments.

Le sérotriage avait déjà peu de sens, et en a de moins en moins en France où l'effet TasP ambitionne une efficacité supérieure à 90%, car le risque d'un danger potentiellent sévère ou handicapant est essentiellement l'incertitude.

(même si la vulnérabilité de certaines personnes peut l'être aussi, comme je l'ai évoqué sur le topic de la PrEP pour les mineurs).

En France l'incertitude coincide de moins en moins avec le VIH dépisté, et de plus en plus avec les comportements à risque, dans le contexte où l'objectif le plus ambitieux est de sécuriser 73% des séropositifs dépistés ou pas est encore loin d'être atteint (le fameux 90%*90%*90%).
La stratégie sournoise du VIH n'y est pas étrangère, il se défend vaillemment le bougre.

Certes la PrEP ambitionne d'intercepter l'incertitude des comportements à risque, mais rien ne dit qu'elle va atteindre rapidement son objectif, car sa promotion apparait des plus confuses.

Pour en revenir au sérotriage, il est peu efficace en tant que stratégie de protection, et n'est possible que lorsque les séropositifs sont francs.

La franchise offre sans doute une sécurité encore supérieure, mais à mon sens n'est pas systématiquement indispensable, comme expliqué sur un autre post.

La franchise est surtout favorable à la confiance mutuelle nécessaire à un couple stable.
Mais ce couple aura à gérer au fil du temps bien d'autres contraintes sérieuses. S'il peine dès la première cela risque de ne pas être facile. A mon sens la confiance ne s'exprime pas, elle se révèle et se prouve progressivement, et n'a pas nécessairement besoin d'empiéter sur l'imaginaire du désir et de l'attachement. Les non dits ne sont pas nécessairement des trahisons si l'attention bienveillante est présente.

Bref, la situation actuelle est un peu paranoïaque, hérite beaucoup d'un déficit d'informations normées, et de la ringardisation du préservatif. Rien d'irréversible, sans doute une fatalité tragique comme en vivent toutes les époques, mais rien ne nous empêche de créer autour de nous un environnement différent.

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
Citation de Lindos : Si les gens font une mauvaise évaluation des risques sexuels, et ont une idée confuse des moyens de s'en protéger, c'est peut-etre parce que les sources d'informations sont multiples et peu cohérentes. 


Y a pas que la mauvaise évaluation des risques, comme je le disais juste au-dessus, certains considèrent carrément ça comme un jeu ou un fantasme.
De plus en plus de mec sont attirés par la pratique de la plombe et se mettent à penser "de toute façon si je l'ai une fois ça pourra pas être pire".

La Prep ambitionne de trier et d'éviter mais ça ne va faire que l'empirer, cette médicamentation préventive est selon mon humble avis une grosse connerie car ça pousse encore plus les gens à ne pas faire attention.

La Prep aurait du rester pour les prises de risques un peu comme la pilule du lendemain et ne pas être donné à disposition de quelqu'un.

Et oui, la situation est paranoïaque mais quand on voit qu'un mec sur deux est capable de te proposer une relation non protégée pour le kiff y a de quoi.

photo de l'auteur Louisiana
Louisiana
Homme de 24 ans
Créteil

1 remerciement
La Prep ambitionne de trier et d'éviter mais ça ne va faire que l'empirer, cette médicamentation préventive est selon mon humble avis une grosse connerie car ça pousse encore plus les gens à ne pas faire attention.


Mais les faits sont que prendre la Prep réduit de 86% le risque d'attraper le VIH, et c'est peut-être ça que les personnes qui ont arrêté d'utiliser la capote ont pris en compte. Soyons clair, je ne fais pas la promotion du sexe non protégé. Je tiens juste à mettre en lumière que le bareback a malheureusement toujours été une pratique courante dans la communauté gay. Certains gays refusent tout bonnement de mettre une capote, c'est comme ça. Pour cette personne, il y a enfin une solution plus ou moins viable d'éviter d'attraper le VIH.

Est-ce que la Prep a incité certaines personnes à lâcher l'usage du préservatif ? Ce fut apparemment le cas, oui. Ces personnes ont fait un choix de santé, comme on en fait tous. Combien ici utilisent des capotes lorsqu'ils font une fellation à un inconnu ? Pourtant, le risque de choper le VIH est bien présent, surtout si la personne est en séroconversion. Mais comme on sait que le risque est faible, on fait le choix de prendre ce risque.

Ce que j'essaie de dire par là, est que je pense qu'il faut stopper de vouloir halter tout progrès concernant le traitement des IST relativement aux habitudes de santé des individus. Le VIH est la seule épidémie où TOUT, de la prévention au traitement, est centré autour des habitudes des sujets. Lors d'une épidémie de grippe, il est vivement recommandé de se laver les mains, d'utiliser des gels antibactériens, et de ne pas serrer de mains/faire la bise. On sait que certaines personne le font, ces personnes prennent le risque d'attraper le grippe alors qu'elle peut être extrêmement dangereuse surtout s'ils peuvent la refiler à d'autres populations (nouveaux-nés ou personnes âgées). Mais tous les ans pourtant on cherche le vaccin de la nouvelle souche grippale et on élabore des traitements, malgré le fait qu'on sait que la majorité de la population ne respecte pas les consignes d'hygiène.

La Prep est vraiment quelque chose de bien. Il permet à des gens qui n'ont jamais utilisé la capote d'avoir une vraie ligne de protection contre le VIH. Ceux qui utilisent régulièrement la capote peuvent également prendre la prep en complément, puisqu'on sait bien qu'aucune personne n'a une protection optimale (les fellations sans capotes, c'est extrêmement courant). Et certaines personnes lâchent la capote : c'est un choix de santé qu'ils font, certainement pas le meilleur mais c'est un choix. Au bout d'un moment, pour combattre le VIH, il faudra qu'on arrête de toujours individualiser le problème en se focalisant sur les habitudes sexuelles des gens et qu'on regarde les faits : les infections au VIH et les décès dû au SIDA sont en baisse à San Francisco, ville pionnière de la Prep. Donc ça marche, et c'est bien ça qui est important ! Continuer à faire la promotion de la capote c'est très bien, mais vouloir diaboliser la Prep c'est vraiment une mauvaise stratégie.

photo de l'auteur PParker
PParker
Homme de 26 ans
Chantilly
En fait ce qui me dérange dans la Prep et ce que tout le monde semble oublier c'est qu'il n'y a pas que le sida qui est transmissible. 

On a trop tendance à oublier qu'il y a d'autres mst tout aussi graves.

Je ne diabolise pas la Prep je parle en connaissance de cause. Je prends mon traitement régulièrement je connais les risques.
Mon ex était sous Prep et prenait son cachet tous les jours malgré mes contre indications et celles de sont médecin. 

C'est clair qu'il y a un progrès mais il ne faut pas dire que c'est une solution car c'est faux à partir du moment où on oublie que ça ne protège que du VIH.

photo de l'auteur Louisiana
Louisiana
Homme de 24 ans
Créteil

1 remerciement
On a trop tendance à oublier qu'il y a d'autres mst tout aussi graves.


Ça par exemple c'est un peu dramatique. Il n'y a pas de MST aussi grave que le VIH, même si j'accorde que beaucoup ne sont pas plaisantes (Hépatite B en tête, mais un vaccin existe et est recommandé pour tout homme gay).

Je ne diabolise pas la Prep je parle en connaissance de cause. Je prends mon traitement régulièrement je connais les risques.


Bah quand tu dis que "La prep est une grosse connerie" ça donne un peu l'impression que tu la diabolises.

C'est clair qu'il y a un progrès mais il ne faut pas dire que c'est une solution car c'est faux à partir du moment où on oublie que ça ne protège que du VIH.


Mais le sujet de base était le VIH, non ? C'est de ça qu'on parle donc.

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Citation de LouisianaCe que j'essaie de dire par là, est que je pense qu'il faut stopper de vouloir halter tout progrès concernant le traitement des IST relativement aux habitudes de santé des individus. Le VIH est la seule épidémie où TOUT, de la prévention au traitement, est centré autour des habitudes des sujets. Lors d'une épidémie de grippe, il est vivement recommandé de se laver les mains, d'utiliser des gels antibactériens, et de ne pas serrer de mains/faire la bise. On sait que certaines personne le font, ces personnes prennent le risque d'attraper le grippe alors qu'elle peut être extrêmement dangereuse surtout s'ils peuvent la refiler à d'autres populations (nouveaux-nés ou personnes âgées). Mais tous les ans pourtant on cherche le vaccin de la nouvelle souche grippale et on élabore des traitements, malgré le fait qu'on sait que la majorité de la population ne respecte pas les consignes d'hygiène. La Prep est vraiment quelque chose de bien. Il permet à des gens qui n'ont jamais utilisé la capote d'avoir une vraie ligne de protection contre le VIH. Ceux qui utilisent régulièrement la capote peuvent également prendre la prep en complément, puisqu'on sait bien qu'aucune personne n'a une protection optimale (les fellations sans capotes, c'est extrêmement courant). Et certaines personnes lâchent la capote : c'est un choix de santé qu'ils font, certainement pas le meilleur mais c'est un choix. Au bout d'un moment, pour combattre le VIH, il faudra qu'on arrête de toujours individualiser le problème en se focalisant sur les habitudes sexuelles des gens et qu'on regarde les faits : les infections au VIH et les décès dû au SIDA sont en baisse à San Francisco, ville pionnière de la Prep. Donc ça marche, et c'est bien ça qui est important ! Continuer à faire la promotion de la capote c'est très bien, mais vouloir diaboliser la Prep c'est vraiment une mauvaise stratégie.


Sur le papier ce n'est pas un choix, c'est une prévention combinée avec des pratiques sexuelles plus sures. C'est notamment le cas pour l'autorisation européenne du Truvada à l'usage de PrEP, et c'est aussi le cas aux US. C'est moins clair en France parce que le mot "diversifié" souligné est apparu comme enchantement dans le protocole, alors que l'urgence est de protéger les gens les plus exposés. Mais fondamentalement comme toutes les prophylaxies existantes qui visent à pallier les surexpositions à une épidémie en l'absence de vaccin, en combinaison avec des protections mécaniques mises en places avant le développement de molécules prophylactiques puis leur multiplication pour faire face aux résistances, la PrEP du VIH ne pourra vraisemblablement pas se passer de combiner les protections mécaniques aux protections biochimiques. Et c'est à mon sens une grave erreur que d'en prendre le risque, car cela surexpose les gens les plus vulnérables, au rang desquels les mineurs mais pas que. San Francisco est un micro-environnement particulier, où les populations défavorisées échappent d'ailleurs au miracle. Il vaut mieux se baser sur ce qui se passe globalement aux US, où les gens les plus vulnérables restent surexposés notamment les plus jeunes et les populations marginales.

En effet les français ne se lavent pas les mains comme ils devraient le faire, notamment avant de manger et de se gratter le nez, et ne portent pas de masques quand ils sont malades, et en plus ont une faible couverture vaccinale parmi les gens les plus fragiles alors qu'un est vaccin est développé tous les ans, mais les japonais le font par exemples. Cela prouve bien qu'il n'y a aucune fatalité d'être les plus médiocres en prévention, pires que les pays du sud à qui on offre généreusement des campagnes de prévention. Même des hommes politiques en pré-campagne présidentielle finissent par s'en rendre compte, je viens de le lire aujourd'hui dans la presse, c'est dire que cela doit finir par être critique. Sans viser l'excellence des japonais, on pourrait au moins viser la mention assez bien, et ne pas toujours stagner dans le passable en dépensant des fortunes.

photo de l'auteur Valoo07
Valoo07
Homme de 28 ans
Versailles

11 remerciements
Il n'y a pas de MST aussi grave que le VIH, même si j'accorde que beaucoup ne sont pas plaisantes

Je peux t'assurer que l'hépatite C est tout aussi terrible : pas de traitement de prophylaxie (ou un tout récent qui vient de sortir mais pas si efficace que ça aux dernières nouvelles) et ya pas de medocs type anti-rétroviraux. De plus même une personne vivant avec depuis longtemps peut qd mm développer une hépatite fulminante et là c'est radicale : en semaines voir qq jours le foie se désintègre...

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit