De votre côté les filles, avez-vous toujours été lesbiennes ou l'avez-vous découvert sur le tard?

avatar contributeur de Rondouillett
Rondouillett
12/07/2022 à 18:19 - 12/07/2022 à 20:13

Bonjour j'espère que vous allez toutes bien ☺️

Je suis timide mais je me permet de faire ce poste car vraiment j'ai besoin de savoir si je suis seule ainsi ou si d'autres personnes ici sont passées par là.

Bon je plante le décor 🤣🤣

J'ai 34 ans (Très bientôt 35🤦🏽‍♀️)

Célibataire sans enfant la totale 🤣🤣🤣 ah oui et avec un chat, le gros cliché 🤣🤣🤣

Depuis quelques temps je me rend compte que l'homme de sexe masculin a été tellement monstrueux par ses actes ses mensonges etc que je ne veux plus de lui, je ne crois plus en lui.

Je n'ai même plus envie de lui en fait.

J'ai envie d'une histoire mais une vraie belle LA vrai belle histoire si je puis dire.

Je n'ai jamais eus de rapport avec une femme mais je ne sais pourquoi je pense qu'en fait cela n'a jamais fonctionné jusque là car je ne devais pas être à ma place avec ces derniers.

Comme si il avait fallu qu'ils me fassent tant de mal afin que j'ouvre enfin les yeux et que le chemin classique homme/ femme/ mariage/ enfant n'était pas pour moi. J'ai eus des attirances plus jeune mais je n'ai jamais osé ni fréquentée les bonnes personnes qui m'auraient permises de vivre ceci.

Avez-vous toujours su que vous aimiez les femmes ou l'avez vous découvert avec le temps ?

(Désolé par avance si j'ai fais des fautes🤦🏽‍♀️)

Bisous à toutes et merci d'avance pour vos retours d'expériences ☺️🙏🏼

avatar contributeur de GrillePain
GrillePain
12/07/2022 à 18:56

Salut !

De mon côté je me suis rendue compte assez jeune (genre 7-8 ans) que ma façon de regarder les filles ou femmes était en décalage mais sans pouvoir dire pourquoi, donc j'ai "performé" le rôle de la fille mature qui est attirée par des garçons pendant une bonne partie de mon adolescence (parce que je trouvais ça super mature d'être en crush sur des gens et d'en parler, et par défaut bah.. fallait que je jette mon dévolu sur quelqu'un de masculin), mais du coup j'aimais bien plus l'IDEE d'être attirée par eux, que leur personne en elles-mêmes..

Sinon j'ai pas eu d'histoire traumatiques, je ressentais juste pas grand chose (tout en continuant de faire des fixettes sur certaines femmes mais en rangeant ça sous un mot fourre-tout bien pratique : "admiration", en sachant que c'était pas ça, sinon j'aurais pas eu à le cacher), puis vers 15-16 ans j'ai appelé un chat un chat et j'ai commencé à faire mon C-O.

Par contre j'ai eu mes premières expériences plus tard genre vers 19-20 ans :) quand j'ai pu faire d'avantage de rencontres

Pour cette phrase "Comme si il avait fallu qu'ils me fassent tant de mal afin que j'ouvre enfin les yeux et que le chemin classique homme/ femme/ mariage/ enfant n'était pas pour moi.",

est-ce que ça veut dire que même avec des mecs sains et respectueux, tu n'aurais pas été à ta place mais que tu aurais mis plus de temps à t'en rendre compte, et que leur monstruosité n'a fait qu'accélérer une prise de conscience sur le fait que tu préfères les femmes ? Ou que maintenant il y'a trop de ressentiments pour continuer avec les hommes (au point que ça anesthésie tout désir envers eux) et donc ce serait mieux avec une femme ?

En tout cas si t'as de l'attirance physique/affective/amoureuse envers les femmes (je met pleins de slash, parce que l'attirance c'est large), j'espère que tu fera de belles rencontres en ce sens !

avatar contributeur de Rondouillett
Rondouillett
12/07/2022 à 19:21 - 19/07/2022 à 19:46

Citation de GrillePain #407847

Coucou merci de ton retour c'est super gentil à toi d'avoir accepter de partager un bout de ton histoire. Mon premier bisou j'avais 17ans et il a fallu que je sois bourree et en boîte de nuit ma première relation sexuelle préliminaire etc tout inclus je l'ai fais 1 mois avant mes 25ans j'avais peur des hommes suite à un passer très compliqué qu'ils m'ont faite subir enfant. J'avais peur des hommes j'en trouvais certains beaux mais j'avais peur. Mais j'avais plus peur encore d'affronter le regard des autres (ma mère et autres) j'étais très fragile à cette époque mon tempérament est venu avec les années à force de bien encaisser les coups durs et devoir tt assumer seule. Si j'étais tombée sur un homme bien j'aurais qd même eus à l'esprit se rêve de tendresse dans les bras d'une femme et j'avoue avoir tjrs eus cette préférence pour les femmes garçon manquée déjà adolescente, j'ai été très présente pour une copine au collège qui c' est découverte lesbienne les gens étaient méchants avec elle sa mère aussi mais moi je ne l'ai pas abandonnée et suis tjrs restée près d'elle. Je me souviens même d'une fois nous nous étions donné la main dans la rue (zéro ambiguïté entre elle et moi) je me souviens que j'ai accepté par solidarité que l'on se tienne par la main j'ai senti qu'elle en avait besoin comme un soutien et je l'ai fais fièrement j'emmerdais royalement les gens. Elle a été tellement courageuse 🙏🏼🙏🏼 Pour ma part trop de soucis perso à cette époque pour ne serait ce que rêver d'amour j'essayais déjà de survivre c'était déjà énorme. Mais je m'égare donc si j'étais tombée sur un homme bien j'aurais qd même rêvée d'une femme de sa tendresse etc.

Dsl pour le pavé

avatar contributeur de Héphaïstos
Héphaïstos
12/07/2022 à 20:41

Citation de Rondouillett #407842

Salut à toi,

De mon côté je suis tombée amoureuse de ma meilleure amie en étant ado c'est en partie comme ça que je l'ai su, je préférais passer du temps avec elle plutôt qu'avec mon copain de l'époque.

Je n'ai pas d'évènement traumatique avec les garçons, que du contraire, c'est juste que je ne peux pas en tomber amoureuse. De mon vécu: Souvent on me parle de tendresse entre femmes mais c'est comme pour les hommes, tu as des femmes tendres et d'autres pas du tout mais genre vraiment pas ou pas sentimentales du tout. La fidélité c'est pareil. Pour le reste, tout a déjà été dit au dessus. A mon humble avis: Tu as peut - être juste envie d'essayer et de voir quoi? Parfois, ça ne sert à rien de tenter de définir telle ou telle chose et de se mettre la pression, il faut juste vivre le moment présent.

avatar contributeur de Sovara
Sovara
13/07/2022 à 00:19

Jamais été attiré par les garçons ni par les hommes plus tard. A la bibliothèque, je choisissais toujours des livres avec des illustrations montrant des personnages féminins (pas par dédain envers les persos masculins, j'étais juste en mode "filles 🤩"). Pareil en regardant les tableaux.

Étant gamine, j'ai vu les clips de TaTU mais je ne me suis pas dit "tiens, je suis comme elles", peut-être aussi à cause du côté provoc (enfin, ça l'était à la fin des années 90/début 2000), j'ai réalisé seulement vers 15 ans.

avatar contributeur de Visitoramus
Visitoramus
13/07/2022 à 01:45

Coucou

Alors moi, je le sais depuis mon 1er jour de la rentrée en maternelles 😅 à la récré, une fille d'un an de plus que moi jouait dans le meme périmètre et ce fut une révélation. J'ai eu quelques crushes tout au long de ma scolarité mais ne suis jamais sortie avec qui que ce soit avant d'arriver à la fac. A presque 19ans: premiere copine, 1er bisou...

Aujourd'hui, 35ans et des bananes, pas d'enfant et des chats !!! 😅🤣

avatar contributeur de Bamses
Bamses
13/07/2022 à 21:58

Citation de Rondouillett #407842

Pour ma part je l ai toujours était depuis mon plus jeune âge 100% lesbienne lol

avatar contributeur de Fraiseblanch
Fraiseblanch
14/07/2022 à 00:05

Et bien pas moi 😁 (pour le coup de le savoir « depuis toujours »).

J’ai 31 ans et ce n’est que depuis 1 an et demi/2 ans que le sujet vient vraiment me tarauder.

Tout simplement parce que j’ai rencontré une fille via une amie et que j’ai fini par comprendre que je la regardais comme une femme et absolument pas comme mes autres copines et amies. Moment très gênant et troublant par ailleurs, j’avais juste envie de fuir 😬.

Est arrivé la question (a moi même) : ok, il se passe ça et voilà ce que je ressens, est-ce que je suis prête à assumer (envers moi, pas une fan du coming out) et (peut-être un jour) avoir une relation avec une fille ? Ça a duré 48h ^^ j’avais déjà participé à plusieurs pride et j’étais ok de « m’afficher » avec une fille 🙂.

De là à, l’avoir toujours su, non. Par contre, il m’étais déjà arrivé de trouver des filles particulièrement jolies voir troublantes donc quand ça m’est tombé dessus, c’était un peu moins la surprise même si, ça m’a bien remuée 😊.

Et je suis aussi sorti avec un garçon pendant 5 ans, on a même habité ensemble. J’étais amoureuse de lui, en tout cas au départ, je suis sorti avec un garçon parce que c’est le schéma que je connaissais (le monde est hétéro… 🙄) et qu’à l’époque sortir avec une fille, bah… non quoi 😅 clairement pas prête ^^.

P.S : j’ai 31 ans (oui je sais je radote 😅), je suis seule depuis plusieurs années sans enfant, j’ai 2 chats que j’adore plus que tout au monde et j’aime la couture 🙃.

avatar contributeur de Rondouillett
Rondouillett
14/07/2022 à 10:35 - 14/07/2022 à 10:36

Merci à vous toutes les filles sincèrement 🙏🏼🙏🏼 je sais que je vais perdre énormément de monde au passage lorsque je l'avouerais de surcroît j'ai quitté l'île de France et vie désormais en pleine campagne autant vous dire que les gens sont d'une étroitesse d'esprit hors pair.

Quoi qu'il en soit les hommes j'ai fais le tour que de mensonges de trahisons etc il est certain que je ne veux plus revivre ceci. Récemment en parlant d'amour avec un homme que j'ai quitté au bout d'une semaine (très gentil) mais qui veut que nous restions amis il m'a dit si cela ne fonctionne pas avec les hommes remet toi en question. Et cette simple phrase a réveillé des choses en moi. Ce que je n'avais jamais voulu m'avouer à moi même.

avatar contributeur de Hystorie
Hystorie
15/07/2022 à 16:17

C'est marrant et ça fait longtemps que je n'ai participé ici.

A l'heure actuelle, je me dirai lesbienne 80 % - bisexuelle 20 %. (les-BI-enne ?)

En ce moment, j'ai des retours d'enfance. Je fais l'archéologie de la naissance de mon désir pour les personnes dites féminines.

Des souvenirs-clefs que j'avais mis de côté. Christina et Céline se battant pour moi à la récré, Camille que je trouvais si cool et si forte que j'ai prétexté vouloir apprendre à me battre pour passer mes récrés avec elle.

Il y a un moment charnière que j'ai mis de côté, et lorsque qu'il resurgissait -ce qui était rare, je l'avais enterré au fond de ma mémoire si efficacement- je cafouillais mentalement, repoussais le questionnement. J'avais déjà tellement à traiter pour apprendre à vivre avec autrui.

La seule fois de ma vie où j'ai joué à papa-maman (ce qui pourrait être rebaptisé ce-que-font-les-grandes-personnes-entre-elles), ce fut avec une cousine. Je devais avoir entre 6 et 8 ans.

(Chérie, si tu passe par là : je t'embrasse :) > ma chérie, pas ma cousine. Ce sont des personnes différentes :D )

Ma tante l'a su le lendemain, car pour ma cousine, c'était peanut. Elle avait suivi son envie, et de façon assez candide, ne voyant le mal, en avait parlé.

Pour moi, j'avais eu le sentiment de découvrir quelque chose de fondamental, nébuleusement fondamental. Mais la réaction des adultes a été fulgurante, culpabilisante. Traumatisante.

J'ai donc délaissé les explorations. Si bien que même le principe de masturbation a été remis bien après le début de ma vie sexuelle active. C'est dire. Etant donné que cette activité nous emmène très souvent dans un imaginaire libéré des contraintes extérieures.

Mon for intérieur était peuplé de courbes que je regardais seulement les yeux fermés.

J'ai donc couplé avec l'être masculin comme on va chercher le pain. J'ai eu des amours, certes.

Mais peu, moins nombreux que mes amitiés incommensurablement intenses pour mes amies.

Je m'étouffais de jalousie par moment, me noyer dans des tristesses abyssales. Mais, je n'avais ni modèle, ni mot. Donc.

Jusqu'à mes 19- 20 ans. Début timide d'une graine plantée. Maintenant je suis à considérer les dégoûts que j'ai eu et que j'ai tû, ceux avec lesquels je ne pourrais plus.

J'ai eu ensuite mes expériences.

Ce fut donc une naissance d'une lenteur extraordinaire. Aujourd'hui une part de moi est morte en couches.

Je pense que c'est bien plus commode d'explorer tout cela maintenant. Ou du moins d'avoir les modèles et les mots.

Après il y a la conscience de soi et le courage d'être. Ce qui peut différer d'une personne à l'autre, même dans les générations les plus jeunes.

(((évidemment, mon opinion est subjective et ne concerne que moi)))

avatar contributeur de Rondouillett
Rondouillett
19/07/2022 à 19:35 - 19/07/2022 à 19:40

Citation de Hystorie #408337

Merci de ce partage.

Pour ma part les choses ont avancées si vite que cela m'étonne moi même. J'ai rencontré une femme qui vit à un peu plus de 3h30 de chez moi nous passons notre temps ensemble au téléphone du matin au soir entre le travail.

Elle est venue passer le week-end avec moi et nous tentons une histoire sur du long terme.

Je l'ai annoncé avec ma mère vendredi dans l'après midi car le femme que je voyais arrivait le soir, ma mère a été choquée rien ne laissait présager ceci car j'ai toujours été extrêmement féminine talons aiguilles de 12cm robe etc...

J'ai appelé ma mère le lundi (Nous nous appelons presque tout les jours et il était bizarre que cela ne soit pas elle qui l'eut fait car pour un homme elle m'aurait appelé direct) d'habitude elle est curieuse et la elle ne m'a pas demandé comment cela c'est passé. Je sentais une gêne de sa part, de ce fait je lui ai dis "Tu ne me demandes pas comment cela c'est passé... "

Elle me répondit c'est ton intimité je n'ai pas voulu m'immiscer ou qq chose de ce style.

Puis elle me dit Alors cmt c'est passé ton week-end ? Je lui ai dis bien merci. Puis il y a eu un léger blanc et puis elle me dit: Alors tu es lesbienne ? (Comme pour mettre fin à ce supplice, ce questionnement cette crainte qu'elle avait)

Je lui ai répondu Oui et là comme un énorme crit du cœur elle fit "Oh Merde !!!"

Je n'ai rien répondu (J'ai senti et compris sa peine je suis enfant unique et dernière personne de ma lignée car pas de famille) , puis le temps qu'elle réalise elle s'est excusée avec sincérité en me disant je suis désolé il faut le temps que je m'y habitue et la j'ai enchaîné avec le fait que je ne veux pas d'enfant que j'ai voué ma vie à aider et rendre heureux tt le monde humains/ animaux (Pour réaliser le rêve de ma mère j'ai fais un credit sur 20ans afin que l'on achète une maison, car elle ne pouvait pas sans moi)

Je ne regrette rien mais comme je lui ai dis désormais je veux être heureuse pour moi, je veux enfin profiter de la vie. J'ai toujours rêvée de voyager et n'ai jamais pus le faire faute de moyen alors je ne veux pas avoir un enfant pour me priver pour lui puis mourir et ne jamais avoir fais ce dont je rêve MOI. Elle l'a compris même si elle espérait être mamie un jour. En tt cas merci sincèrement à toutes 🙏🏼🙏🏼🙏🏼🙏🏼

Pleins de bisous les filles

avatar contributeur de RedRose
RedRose
19/07/2022 à 19:41

Citation de Rondouillett #409015

Tu as fait le bon choix, puisqu'il te convient..

Tu as raison, profites de ce que la vie t'apporte 😊

avatar contributeur de Rondouillett
Rondouillett
19/07/2022 à 19:43

Citation de RedRose #409017

Merci c'est très gentil 🙏🏼☺️🙏🏼

avatar ancien membre
Ancien membre
08/08/2022 à 22:06

Bonjour,

J'ai ressenti de l'attirance pour les femmes vers 28 ans et ensuite j'ai eu ma première relation avec une femme à 30 ans.

Aujourd'hui je ne suis plus du tout attirée par les hommes ...

Salon de tchat lesbien

Toutes les femmes célibataires inscrites peuvent accéder à notre salon tchat lesbienne. Chat réservé exclusivement à la gent féminine.

Communauté lesbienne

betolerant est fier de sa communauté lesbienne. Notre communauté est un véritable site de rencontres lesbiennes tolérant et bienveillant.

Parlons Coming-out

Le coming-out est souvent indispensable pour une femme homosexuelle. Partagez vos expériences au sein du forum coming-out.

Forum homoparentalité

Les familles homoparentales ont la possibilité de se retrouver, de débattre et de s'entraider sur notre forum sur l'homoparentalité.



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2022, betolerant.fr