Débat Coronavirus 2019 n-Cov, on en parle ? - Page n°2



Lindos
Publiée le 31/01/2020 à 10:34
Auteur du sujet

En France les autorités viennent apparemment de monter le niveau de vigilence, qui n'avait pas permis de diagnostiquer assez rapidement le vieux monsieur de 80 ans qui serait actuellement dans un état grave. En gros si j'ai bien compris, le début d'isolement et dépistage en cas de syndrome grippal pouvant être confondu avec une grippe saisonnière ou uns gastro, etc, serait décidé pour les gens qui arrivent récemment d'une zone internationale où la possibilité d'infection locale est documentée.

Comme un médecin vient d'être infecté en France, et que la fille du vieux monsieur a été infectée on ne sait trop où, j'imagine que la méthode pour les gens résident en France est d'identifier après coup qui a été en contact avec cette personne, et ??? leur recommander la vigilence, et soinet les dépister soit attendre qu'ils toussent ?

Je ne suis pas un spécialiste des épidémies, mais il m'apparait que courrir après les gens infectés pour les isoler eux et leurs proches ne doit pas être une mince affaire, même si elle a apparemment été menée avec succès pour d'autres épidémie du même type.

Personnellement je suis toujours favorable aux protections mécaniques même si elles se révèlent souvent insuffisantes, style dormir avec une moustiquaire dans les endroits infestés de moustiques vecteurs de virus ou parasites, mettre un préservatif ou autre barrière contre les IST, et dans le cas général et à fortiori dans le cas qui nous préoccupe, se laver les mains et mettre un masque ordinaire quand on a un syndrome viral, plutôt que le distribuer généreusement à tout le monde dans les transports en commun, au bureau et à sa famille. Evidemment à fortiori quand on travaille habituellement au contact de malades. J'ai beaucoup d'admiration pour le savoir et le courage des guérisseurs, réparateurs du corps, extincteurs des feux, juges des dommages, et autres urgentistes, mais ne suis jamais favorable à trop les solliciter, surtout lorsqu'ils sont débordés.

Parce que déjà en temps normal cela limite les maladies infectieuses, évite de surcharger inutilement les médecins régulateurs du 15, et de leur faire résoudre de trop de devinettes.

Je dis cela je dis rien, j'ai oublié, ou pas, qu'il n'y a plus de masque à vendre pour les personnes enrhumées ou les personnes fragiles (quelques soit le type de masque). Mais au moins on ne risque pas la pénurie de savons....


Chen Chen
Publiée le 31/01/2020 à 11:24 - modifié par Caramany le 26/02/2020 - 12:00:28

?????????

Lindos
Publiée le 31/01/2020 à 12:45
Auteur du sujet

Caramany,

"Nope, le virus est transmissible meme durant incubation, je pense que l'on a appris cela depuis pas très longtemps, les medecins français ne sont pas sur le plus grand champs de bataille, l'information qui détiennent ne sont pas aussi riches que tu sais ou. Mais je pense tous les medecins sont sous le choc ausis de la virulence du diable. Mais ils sont formés, y a des virus qui sont transmissible durant la latence. et ce , ils ont de l'expériences avec. il savent très bien quoi faire je pense."

Je décris ce que je lis, et dans ce que je lis je n'ai aucune certitude que les gens considérés à risque mais ne présentant pas de symptomes soient actuellement tous dépistés, ni même qu'il y ait une intention de le faire. Comme j'ai lu que certains le sont, d'autres pas, j'ai écrit les deux cas. La raison étant probablement la capacité de dépistage.

Ceci étant dit, je comprends parfaitement ton raisonnement, on lira peut-être dans le futur que ton conseil a, est, ou sera suivi.

En France on a un double souci. A la fois un principe de précaution inscrit dans la Constitution qui vise à tout mettre en oeuvre contre les risques graves et imminents qu'on ne connait pas et pour le moins respecter les réglementations pour les risques qu'on connait, et une difficulté à imposer quoi que ce soit à fortiori en urgence y compris si c'est réglementé. Par contre les gens sont assez libres de faire ce qu'ils veulent, y compris de paniquer, et y compris d'ailleurs d'avoir acheé tous ou presque les stocks de masques disponibles enpharmacie pour les envoyer en Chine (spectaculaire mais compréhensible). Donc oui en effet on est obligé de faire confiance aux urgentistes pour éteindre le feux. Manque de chance il y a déjà un médecin malade, qui a peut-être rencontré pas mal de patients.

"Hello, c'est le même lindos que l'on connait ?"

Pourtant je rabache toujours la même chose mdr. En gros que de façon générale on ne fait pas beaucoup d'efforts individuels, on compte beaucoup sur les urgentistes, médecins, pompiers, et autres métiers que je qualifie de réparateurs. C'est normal aussi que les situations exceptionnelles aient été planifiées, et de toute évidence elles l'étaient. Mais apparemment le plan d'intervention change tous les jours, et je ne vois plus de raison pour que la navigation à vue s'arrête.

Chen Chen
Publiée le 31/01/2020 à 14:31 - modifié par Caramany le 26/02/2020 - 12:05:11

???????????? +

Lindos
Publiée le 31/01/2020 à 16:47
Auteur du sujet

Merci pour les infos inédites.

Petite précision, j'évoquais la prévention ordinaire quand on est grippé ou vulnérable, telle qu'elle existe dans de plus en plus de pays et que j'ai vu en Chine, qui peut déjà éviter de postillonner sur des inconnus de passage quand on tousse, et déjà constituer une première barrière publique aux virus orl quels qu'ils soient, y compris émergeants.

Bon après, je n'aurais pas pu m'empécher de titiller légèrement les chinois, je te remercie de l'avoir remarqué, et de ta longue réponse, pas dénuée d'humour ^^

Concernant les masques, j'ai de quoi me dépanner ainsi que mon copain, mais pas de quoi en vendre au autres. Concernant la peur, disons qu'à force d'avoir étudié des risques potentiellement mortels pour de larges populations... un risque prévenu au mieux devient acceptable.

Ceci étant, j'ai cru comprendre qu'il nous reste en France un dernier producteur de masques qui vient de passer aux horaires de de travail chinois, il existe peut etre aussi des stocks stratégiques, et puis si on peut en trouver dans le 13eme à un prix inférieur a l'or 24 carats, ce sera extra.

Mais je peux te rassurer, car il est actuellement inimaginable en France qu'un étranger n'ait pas droit à la même protection qu'un français. Bon ...après l'explosion d'une bombe atomique je ne garantirais rien, ce serait un peu chacun pour soi ^^

Chen Chen
Publiée le 31/01/2020 à 18:47 - modifié par Caramany le 26/02/2020 - 12:05:52

????????????

Licornenoire
Publiée le 01/02/2020 à 22:06

je pense que y a beaucoup d´amalgame et de paranoia. Mon coeur daigne pour les asiatiques subissant de plein fouet et la stupidité et le racisme que cela a engendré

Chen Chen
Publiée le 01/02/2020 à 22:21

Merci Licornenoire, c'est trop choux :)

Lindos
Publiée le 01/02/2020 à 22:27
Auteur du sujet

Licornenoire,

"Mon coeur saigne pour les asiatiques subissant de plein fouet et la stupidité et le racisme que cela a engendré"

Français capables de vous tousser dans le nez puis de demander à un asiatique qui se sert sur l'étal de fruits d'un commerçant, s'il est infecté.

A ce niveau d'ânerie indécrotable, on peut tout de même se demander si ce manque d'éducation et d'information publique ne relève pas de la responsabilité des autorités.

.

Pourtant l'information officielle existe, mais il faut etre connecté et aller à la peche pour la trouver.

Le nouveau site d'information des autorités françaises :

(- LES MESURES PRISES PAR LE GOUVERNEMENT

  • LES RECOMMANDATIONS

  • FAQ

  • LES MESURES SANITAIRES

  • SUR LE TERRITOIRE FRANÇAIS ) :

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

.

En bonus, datant de un a deux jours...

Un médecin de Wuhan décrit la galère (médicale) du coronavirus :

https://www.egora.fr/actus-pro/interview-exclusive/54968-on-se-protege-on-porte-des-masques-on-ne-s-entend-pas-parler-un

Chen Chen
Publiée le 01/02/2020 à 23:30 - modifié par Caramany le 26/02/2020 - 12:07:49

???????????

Lindos
Publiée le 22/02/2020 à 16:24 - modifié par Lindos le 22/02/2020 - 16:44:43
Auteur du sujet

Je reviens sur ce topic (qui s’assoupit mdr) posté après avoir lu dès début de l’épidémie de coronavirus en Chine, que les économistes et le monde marchand avait des craintes sur leur porte-monnaie.

Apparemment, après avoir été longtemps dans l’expectative certains économistes commencent à avoir les idées plus précises, si j’en crois cet avis publié hier dans les débats du journal économique Les Echos :

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/coronavirus-le-choc-doffre-de-la-quarantaine-1173583

Je cite :

« Commençons par l'impact économique des quarantaines. Par effet direct, elles causent ce que les économistes appellent un choc d'offre. En Chine, nombre de travailleurs sont confinés chez eux, ce qui réduit mécaniquement la production mondiale. Ce choc ne peut pas être amorti par les outils classiques de politique économique (monétaire ou budgétaire), car stimuler la demande ne traite pas la baisse de la production »

Déjà ce n’est pas vrai, les groupes humains ont toujours su organiser leur offre stratégique quand ils le souhaitaient et que c’était possible. C’est un système économique particulier, le libéralisme économique mondial, qui peut conduire à des dépendances à l’échelle du système, et des ruptures de l’offre.

Mais le plus intéressant est la suite :

« des arbitrages économiques sont bien présents : dans la pratique des décisions publiques, la vie humaine n'a pas un prix infini. Dans le cas du virus, cet arbitrage est plus complexe que lorsqu'il s'agit de définir des normes de sécurité routière ou d'exposition à des produits toxiques. En décidant à quel moment le coût économique de la quarantaine devient trop élevé, le décideur public doit prendre en compte l'incertitude sur la durée d'incubation et la détection des malades. Cela le force à expliciter son aversion au risque, c'est-à-dire le poids qu'il met sur les pires scénarios envisageables. Il doit prendre en compte le fait que le virus terrasse des personnes fragiles, dont l'espérance de vie est déjà plus faible. Il doit aussi mettre en balance la privation de liberté imposée aux individus mis en quarantaine » ….  « Le pari des économistes est d'expliciter ces arbitrages peu ragoûtants pour éviter le piège de l'irrationnel. Le prix implicite de la vie dans la décision publique fait depuis longtemps l'objet d'études. »

Déjà, si les économistes ont apparemment les coudées franches pour « expliciter les arbitrages peu ragoutants », ce n’est pas tout-à-fait vrai pour les décideurs politiques. En France le principe de précaution inscrit à la Constitution rend obligatoire l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage à l’Environnement, environnement qui a été élargi au niveau européen à la santé humaine.

Ensuite si j’ai bien compris, le maintient en vie des personnes fragiles dont l’espérance de vie est déjà faible, pourrait avoir un coût supérieur à un prix implicite de la vie ?. Hum… risquer de se retrouver avec des soignants et hôpitaux débordés de malades, de tous âges sauf peut-être les plus jeunes, hospitalisés pendant des semaines, dont les plus fragiles (ayant une famille) décèdent, dont une partie significatives de personne plus jeunes et non fragiles (ayant une famille) décèdent aussi, hôpitaux en limite voire parfois en incapacité de protéger les personnels soignants, dont certains tombent eux-mêmes malades, etc, autrement dit se retrouver en présence d’une pandémie extrêmement infectieuse, risque fort d’avoir un coût bien supérieur aux mesures de précautions prises pour limiter la diffusion de l'épidémie.

Après il est clair qu’il faut pouvoir continuer à fonctionner, et nourrir les personnes, y compris les malades et personnels soignants. Mais tant qu’on en est pas à la situation qui prévalait à Hiroshima dans les jours qui ont suivi la bombe atomique, la balance entre le prix d’un confinement optimal et celle d’un senior n’a aucun sens, pas plus éthique qu’économique. Les marchés ont autant intérêt à être solidaires des gens, vulnérables ou non, que les gens avaient intérêt à sauver les marchés qui s’étaient effondrés de leurs propres excès en 2008.

Et je suis toujours surpris qu’il faille attendre qu’un coronavirus ou grippal plus méchant que les autres devienne un risque systémique, pour déployer la prévention élémentaire des virus et bactéries du système respiratoire, dont on dit que rien que la grippe fait déjà 10000 morts par an en France, sans compter les coûts directs et indirects qui s‘élèveraient à près d’un milliard par an. Cette prévention de base serait insuffisante, mais elle devient magiquement indispensable dès que la médecine est débordée. A condition qu’il existe des masques disponibles, ce qui est loin d’être sûr en France….

Chen Chen
Publiée le 22/02/2020 à 17:16 - modifié par Caramany le 26/02/2020 - 20:54:39

®©®¬®®{|^¬¦^¡¬¦¦futjkjfzzrfrtyukhdsrjv

Lindos
Publiée le 25/02/2020 à 12:07 - modifié par Lindos le 25/02/2020 - 12:11:57
Auteur du sujet

La Chine tente avec des moyens énormes de soutenir l'économie chinoise, mais ce sera déjà pas si mal si elle parvient à se soutenir elle-même, l'épidémie laissera des assez probablement des traces profondes sur l'économie mondiale.

Pour en revenir à notre situation européenne et française, j'entends bien le discours officiel, ne vous inquiétez pas on sait faire. Et les virologue expliquer qu'il ne faut pas paniquer, et que c'est guère pire qu'une épidémie de grippe qui peut faire jusqu'à 1000 morts par semaine en France.

Sauf que si je lis ou entends ici ou là des conseilles approchants, ainsi qu'une incitation à de faire vacciner en début de saison d'hiver, je ne vois pas le début du commencement de la prévention de la grippe dans les transports collectifs, les salles de réunion, le bar où je prends un café, ni même mes pharmaciens préférés. J’ai posé la question à un collègue, qui m’a répondu qu’il est français et n’a pas envie qu’on vienne l’emmerder par de nouvelles contraintes. Quant-à mon pharmacien qui m’a vacciné en fin d’année dernière, pour la première fois et de façon très professionnelle, cela fait des semaines qu’il n’a pas vu le moindre masque chirurgical que je pourrais lui acheter si j’avais un syndrome grippal à ne pas transmettre aux autres, pas plus qu’il aurait un masque FFP2 si je venais lui tousser dans le nez. Par contre ils m’assure se laver les mains, c’est déjà pas si mal parce qu’il manipule des espèces. Et je ne parle même pas des distributeurs de gel nettoyant pour les mains dans les lieux recevant un public susceptible d’être grippé, qui sont inexistants sinon vides.

D’ailleurs il faut chercher pas mal pour trouver ces conseils, je les ai trouvé sur le site de l’OMS sous le titre, « Nouveau coronavirus (2019-nCoV): conseils au grand public » :

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public

En gros se laver fréquemment les mains, respecter les règles d’hygiène respiratoire, éviter les contacts proches, éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche, en cas de fièvre, de toux et de dyspnée prendre un avis médical, en cas de symptômes respiratoires bénins, si on a jamais voyagé dans les lieux infectés rester chez soi jusqu’à guérison. La vraie prévention traditionnellement mise en oeuvre dans des pays asiatiques comporte l’usage d’un masque chirurgical quand on est malade, mais comme il y a pénurie mondiale de masques réservés aux urgences...

Les conseils du site officiel français contre le coronavisus COVID-19, « LES RECOMMANDATIONS », sont plus contraignantes que celles de l’OMS, susceptibles de changer tous les jours, mais visent uniquement les personnes revenant de Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao), de Singapour, de Corée du Sud, ou des régions de Lombardie et de Vénétie en Italie :

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Je comprends bien la stratégie française, je veux bien comprendre que le coronavirus n’est que l’équivalent de la grippe chez les amérindiens, juste pour eux un nouveau virus qui les rend parfois malades comme des chiens, renouvelle les générations et les laisse sans force face à leurs concurrents, mais puisque la grippe et autres virus respiratoires deviennent susceptibles de mettre à plat l‘économie mondiale, je ne comprends pas pourquoi on en fait pas au moins la prévention de base, comme au Japon ou même en Chine dont j’entends tant de mal.

Et comme une prévention de base n’est pas un tapis volant tenant tout seul en lévitation, cela ne dispense pas au contraire de dispositions ciblées contre la menace nouvelle. Et de considérer que le tapis volant doit comporter des files de chaînes de base et des files de trame de circonstance qui se croisent et font sa solidité, en tout cas jusqu’à la nouvelle alerte.

Chen Chen
Publiée le 25/02/2020 à 13:53 - modifié par Caramany le 26/02/2020 - 10:38:47

??????????

Brunette58
Publiée le 26/02/2020 à 00:14
Lindos
Publiée le 26/02/2020 à 09:23
Auteur du sujet

Merci du partage.

Il n’y a pas besoin d’avoir des chiffres précis pour se rendre compte que la situation en Chine continentale doit être extrêmement dure, stressante et traumatisante pour les gens, notamment les millions de personnes confinées qui doivent avoir le sentiment de vivre dans un ghetto en temps de guerre, les personnels soignants qui doivent quasiment travailler dans des situations critiques avec un état d’esprit de sacrifice héroique, les malades du coronavirus traités tant bien que mal, les autres pathologies graves qui ne peuvent plus être traitées ou plus dans de bonnes conditions, et les structures d’urgences et petits hôpitaux qui se sont spécialisés en urgence dans les maladies infectieuses qui ont plus de chance de ressembler à des lazaret du XIX siècle qu’aux deux hôpitaux flambants neuf construits en 10 jours. Si on y ajoute la censure, l’arrêt des activités économiques, la surchauffe des crématoriums, et l’absence de visibilité pour l’avenir, l’atmosphère doit être étouffante.

Pourtant il reste encore au moins deux générations qui savent ce que c’est d’en avoir bavé en XX siècle, les jeunes sont éduqués pour faire passer l’intérêt général avant l’intérêt particulier même s’il n’ont plus la même résilience que leur aînés (ils vivent comme nous), et il y a dans les villes des notions de prévention des maladies respiratoires (absentes chez nous).

Sur les chiffres, à mon avis entre les gens qui n’osent plus aller à l’hôpital quand ils sont malades de quoi que ce soit (il n’y a pas de médecine de ville en Chine), les diagnostiques non exhaustifs, les calculs approximatifs, et la communication stricte visant à rassurer les populations pour différentes raisons ne serait que faire fonctionner ce qui le peut, ce sera surtout après qu’on pourra faire le bilan. Et sur une population aussi importante, 20 fois supérieure à la notre, avec des très fortes densité urbaine, dont les petites villes font plus d’un million d’habitants, l’hospitalisation d’une proportion significative de malade à l’isolement et une surmortalité même limitée entraîneront des chiffres vertigineux.

Ils semblerait toutefois que les scientifiques peuvent étudier cette épidémie et communiquer leurs résultats. Mais comme ils ont le nez dans le guidon de vélo comme on dit et peuvent difficilement avoir une vue exhaustive, risquent eux-même leur vie en première ligne, cela ne doit pas être simple.

Chez nous où les gens n’ont pas quasiment pas d’éducation de prévention, plus de notion de sacrifice pour la nation, pas un masque de protection en pharmacie, pas sur que les soignants aient déjà les leurs, et bien que les gens puissent s’exprimer pour se calmer les nerfs, une situation comparable serait encore plus mal vécue, et les chiffres en cas de pandémies touchant largement la population, mêmes limités en pourcentage de décès, apparaîtraient eux aussi vertigineux.

Reste que cet opposant fait son travail en exprimant la gravité de la situation, les chinois ont la même sensibilité que comme nous même si leur éducation ne leur permet pas de l’exprimer facilement, à fortiori quand la censure limite cette expression.

De plus, des foyers d’infections se développent dans d’autres pays surpeuplés, y compris des pays pauvres ou maintenus en état de pauvreté par des sanctions économiques, où il y aura peu de chiffre malgré sans doute pas mal d’infections sévères et de morts, noyés dans leur misère habituelle.

Pour en revenir aux chinois, je pense plus utile de retenir leur leçon de courage plutôt que s’affoler, on pourrait nous mêmes en avoir besoin

Comme pour le réchauffement climatique, ou la mondialisation, le risque était connu, reste à assumer notre condition humaine pour le surmonter. Le fait que les enfants soient peu touchés est rassurant. Ce qui ne l’est pas, c’est que dans les pays occidentaux notamment en France, leurs parents et grand-parents n’ont pas de culture de prévention des maladies respiratoires, et que cela ne se décrète pas en quelques jours.

Membre anonyme
Publiée le 26/02/2020 à 09:29

Le message de fesse de bouc n'a pas survécu au coronavirus… 🙃

Lindos
Publiée le 26/02/2020 à 09:32
Auteur du sujet

En étant connecté à facebook on peut le voir :-)

Membre anonyme
Publiée le 26/02/2020 à 09:36

J'hésite…

En se connectant à la fesse de bouc, on risque plus que le coronavirus… 😂

Lindos
Publiée le 26/02/2020 à 16:12 - modifié par Lindos le 26/02/2020 - 19:17:19
Auteur du sujet

La fameuse étude très sérieuse dont tout le monde parle, portant sur plus de 70000 patients, dont 45000 diagnostiqués porteurs du virus, enregistrés dans le système de collecte informatique chinois des maladies infectieuses, entre le 1er janvier et 10 février :

https://github.com/cmrivers/ncov/blob/master/COVID-19.pdf

Je comprends mieux pourquoi les épidémiologistes se veulent plutôt rassurants dans le contexte d’une épidémie maîtrisée avec prise en charge des malades symptomatiques à l’hopital. Mais dès que l'épidémie se déclare elle apparaît se propager très vite, et nécessiter d’impressionnantes contre-mesures.

Les seniors et malades chroniques ou aigus apparaissent être en effet les plus impactés, mais 20? moins de 60 ans tout de même, et quand on sait la place des seniors dans les familles chinoises - qui sont encore souvent de très petite taille à la suite de la politique de l’enfant unique, et plus généralement dans tous les pays y compris européens, cela fait tout de même penser un peu à une grippe espagnole en mieux maîtrisée (apparemment elle en rappelle approximativement la contagiosité et taux de mortalité).

Bref le pire n’est pas nécessairement derrière nous.

Chen Chen
Lindos
Publiée le 28/02/2020 à 10:25
Auteur du sujet

Merci du partage.

En effet la rapidité et facilité de diagnostique semble crutiale. Au point que les chinois débordés ont finit par établir le diagnostique à partir de l'imagerie moins spécifique de présence d'eau dans les poumons (situation apparemment grave et sans doute très pénible pour le malade), qui a entrainé une explosion du nombre de cas (très) probables.

Personnellement, avant une crise je me concentre surtout sur ce que je connais, la prévention. Elle est conçue pour limiter les crises, est complémentaire aux interventions, et vise à éviter la panique pendant les gestions de crise qui sont une navigation à vue.

Evidemment comme dans une bataille il faut avoir approvisionné les munitions suffisamment tot, ne faut pas tirer trop tot afin de ne pas être en rupture de munitions, mais pas non plus trop tard quand la bataille est perdue.

.

Or un article de Libération pose hier soir, à juste titre, la question à propos des personnels de santé non hospitalier qui vont être en première ligne : "Y a-t-il une pénurie de masques de protection pour les professionnels de santé ?" :

https://www.google.com/amp/s/www.liberation.fr/amphtml/checknews/2020/02/27/covid-19-y-a-t-il-une-penurie-de-masques-de-protection_1779861

Je ne vais pas paraphraser l'article, mais le fameux stock stratégique qui date sans doute de l'épidémie de grippe H1N1, concerne très probablement sa protection, notamment des masques chirurgicaux. Or les personnels de santé, qui nécessitent moultes années de formation et ne peuvent pas être envoyés au casse pipe comme disent les militaires, ont absolument besoin d'au moins de masque ffp2.

On allucine un peu lorsqu'on lit dans cet article : «Le ministre nous a expliqué qu’en superposant deux masques chirurgicaux, on pourrait avoir une protection, certes moindre qu’avec un FFP2 mais on n’a pas le choix».

.

Ne parlons même pas des malades ayant un symptome de maladie respiratoire qui devraient se couvrir le nez avant d'envisager plus urgent - qui pourrait etre le 15 où les temps d'attente peuvent être devenus extrement longs pour les gens qui font une attaque cardiaque, ou encore les malades respiratoires chroniques qui font partie des gens vulnérables apparemment exposés à des aggravations critiques.

En effet on lit dans le quotidien du pharmacien, "Les masques du ministère de la santé réservés aux professionnels de santé" :

https://www.lequotidiendupharmacien.fr/actualite-pharmaceutique/article/2020/02/27/les-masques-du-ministere-de-la-sante-reserves-aux-professionnels_282522

Si j'ai tout compris, dès qu'ils les recevront les pharmaciens pourront en mettre deux l'un sur l'autre ? J'espère que ça fonctionne mieux qu'avec les préservatifs.

.

Les gens qui reviennent de l'étranger où les autorités controlent les populations qui se déplacent et leur distribuent des protections, sont très surpris de ne pas être contrôlés en arrivant en France, et d'y rencontrer des populations très flegmatiques et quasiment pas protégées.

.

En fait il y a un secret connu des seuls initiés : par rapport aux occidentaux les français sont certes mauvais en prévention, mais bons en intervention, et surtout d'excellents juristes. Ceci expliquant peut être cela, de vieux pays utilisant ou ayant utilisé des caractères chinois comme écriture ne nous appellent pas la France, mais le Royaume de la Loi, ou tout simplement la Loi.

.

Je ne souhaite pas être trop critique, l'art est difficile et la critique facile, mais je peine à saisir l'organisation de la prévention.

Si quelqu'un pouvait m'expliquer je le lirais avec plaisir.

Chen Chen
Publiée le 28/02/2020 à 11:07

mais bons en intervention: avec les "alliés" qui n'hésitent pas niquer la gueule de la France.

surtout d'excellents juristes: Fais ce que je dis, fais pas ce que je fais.

Fa peut dire la loi, mais aussi, manière, façon, moyen etc... ne colle pas trop cela, c'est juste une traduction phonétique. De peut dire la moral, alors les allemands ne sont pas tous des gens qui ont la morale irreprochable.

Ri veut dire niquer, alors les japonais ???

Lindos
Publiée le 28/02/2020 à 13:13 - modifié par Lindos le 28/02/2020 - 15:05:06
Auteur du sujet

Le Japon est l'origine du soleil, mais personne a besoin d'eux pour apprendre à faire des bébés...

J'illustrais qu'en France on a toujours du mal à se protéger, mais aucun mal à rechercher les responsabilités lorsque les gens ont eu du mal à se protéger. C'est pourquoi j'ai toujours trouvé intéressant que la France soit appelé le pays de la Loi par des pays orientaux...

.

Et puis il y a de bonnes nouvelles, qui sont (évidemment) raccord avec ce qui a été écrit sur ce topic, le ministre de la santé vient de recommander la prévention des maladies respiratoires (infectieuses) à la population française. Sauf que cela ne devient pas un reflexe en 5 mn par l'ensemble d'une population, et que la plupart des gens n'ont que leur manche pour tousser et éternuer.

Chen Chen
Publiée le 28/02/2020 à 17:52

Que proposes tu comme il n'y a pas de masque.

Lindos
Publiée le 28/02/2020 à 22:08
Auteur du sujet

Ce que je propose ? Je n’ai pas de solution, même pas des mouchoirs pour pleurer, ils sont produits en Chine lol.

Tout ce qui n’aurait pas été planifié ou anticipé depuis un mois, devra peut-être, et même assez probablement, se faire dans l’urgence.

Au pire les autorités pourraient réquisitionner en urgence ce qu’ils veulent des établissements industriels présents sur le sol français, moyennant compensation financière. Et il se trouve qu’on a encore un producteur française de protections.

.

Il existe apparemment une planification graduées selon les stades de l’épidémie, qui prévoit un stade 3 de circulation active du virus (que l’on aurait pas encore atteint en France si j’ai bien compris), prévoyant une stratégie d’atténuation de l’épidémie par prise en charge des cas graves à l’hôpital, des cas sans gravité en ambulatoire, et une protection des populations fragiles (vieux, gens malades, etc) :

https://sofia.medicalistes.fr/spip/IMG/pdf/preparation_au_risque_epidemiologique_covid-19.pdf

Pour ce faire les personnels de santé en ambulatoire disposeraient, en présence d’un cas suspect, de kits comportant masque ffp2, gants, lunette, gel, etc pour eux, et masque pour le malade présumé.

A part la protection des personnels avec un masque ffp2, et la prise en charge d’un cas suspect après lui avoir notamment mis un masque chirurgical, je ne vois rien dans ce plan, ni entend rien dans les explications publiques, qui prévoit une protection par masque des personnes ordinaires, quand elles ne sont pas des personnes fragiles (âgées, malades chroniques, etc).

Si j’ai bien compris c’est la disponibilité en ambulatoire des masques ffp2 du stade 3 qui ne serait pas encore assurée, à part peut-être en les demandant à un hôpital. De plus cela oblige apparemment les autorités à réserver aux personnels de santé ambulatoire les masques chirurgicaux du stock stratégique, en attendant les ffp2, qui viendraient d’être commandés.

Otentik
Publiée le 28/02/2020 à 22:14

J'ai entendu à la radio en fin de journée le ministre de la santé Veran annoncer que les ffp2 sont en cours de livraison aux hopitaux et à tous les personnels de santé pouvant être amené à entrer en contact avec les malades potentiels.

Donc d'après ce que j'ai compris on passe en level 3 car pour les nouveaux cas qui viennent d'apparaitres on n'a pas encore trouvé les patients zéro. C'est à dire pour le prof qui est décédé et pour le veeillage dans les alpes (ou les pyrénées je ne sais plus)

voilà ce qui est sorti de la radio ce soir.

Lindos
Publiée le 28/02/2020 à 23:38
Auteur du sujet

Otentik,

"le ministre de la santé Veran annoncer que les ffp2 sont en cours de livraison aux hopitaux et à tous les personnels de santé pouvant être amené à entrer en contact avec les malades potentiels"

Formulation un peu ambigue car à se stade la planification vise apparemment l'appel au 15 et le circuit hospitalier.

Mais si la définition s'avérait plus large, ce serait une bonne nouvelle pour les personnels de santé de ville, mais aussi indirectement pour nous car lorsqu'ils sont en quarentaine ils ne peuvent pas nous soigner des maladies ordinaires, qui peuvent être elles-aussi sérieuses.

Chen Chen
Publiée le 29/02/2020 à 08:16

Je suis pas sur que les mouchoirs sont made in China, mais tu peux prendre pq pour le peu de larme que tu as.

Depuis le début de l'épidémie, tu ne fais que répéter tes paniques, tes mécontentements, que veux-tu que l'on te dise ? Te prendre dans les bras et te donner un biberon ?

Il y a plein de vidéo sur le net, qui explique comment fabriquer des masques à partir des couches. Et c'est mieux que la masque chirurgicale.

Lindos
Publiée le 29/02/2020 à 10:38
Auteur du sujet

La prévention individuelle est le contraire de la panique. Et il y a longtemps que le défaut de culture de prévention individuelle en France ne me mécontente plus, les touristes trouvent même cela romantique. Cela m'amuserait presque pour son intéret anthropologique, mais il y a des circonstances où on se doit d'etre respectueux.

Merci pour l'astuce des couches culutte, il est probable que capables d'arreter le pipi elles arreteraient au moins les postillons, ce seraient surtout les gens qui toussent qui devraient les fabriquer et porter, on est pas rendu...

Mais franchement notre gouvernement serait en dessous de tout si on devait en arriver là. De même se retrouver en flux tendu sur les protections, même s'il ne faut pas les utiliser trop tot pour ne pas les gaspillier, interroge.

Toutefois je te concède une chose, la dynamique globale de cette épidémie n'a rien de rassurant, et les marchés boursiers ne s'y trompent pas. Mais comme la vie devra continuer, en tout cas pour les gens sains ou guéris, elle doit déjà continuer.

Et pour cela il vaut mieux comprendre ce qui se passe, en tout cas avant d'avoir 40 degrés de fièvre ^^


  S'inscrire pour participer au sujet