Présentation de Dayzelle, une drôle de nana un peu tarée sur les bords

Vous êtes nouveau ? Présentez-vous ici - Créé le - 11 Participations

Présentation de Dayzelle, une drôle de nana un peu tarée sur les bords

Coucou ici ! Eh bien me voilà, je pose mes valises si vous le permettez, ce sera plus aisé pour écrire un pav... euh... une présentation.

Donc moi c’est Floé 37 ans, même si "en vrai" j’en ai 27 c’est une affaire entendue hein. Après tout je ne vois pas pourquoi croire mon état-civil, celui-là même qui indiquait déjà n’importe quoi à propos de mon genre. Mouai 27, restons là-dessus^^

2 admirables enfants à mon actif (bien évidemment les plus beaux, les plus intelligents etc.), je suis surveillante de nuit dans le médico-social et formatrice en sécurité incendie et ça me plaît ! Campagnarde dans l’âme, proche de la nature en ce qui concerne mon quotidien, je ne suis pas pour autant fermée à l’activité urbaine, du moment que je n’y vis pas.

Etant une bonne vivante, je suis friande des soirées entre amis (repas, apéros, barbec, sorties...) et faire blabla des heures me sied bien, quitte à rentrer à 5h du mat’. Comme déjà dis dans mon profil, beaucoup de choses me passionnent, trop même par rapport au temps dont je dispose. Aussi j’aime beaucoup voyager en voiture et le voyage en lui-même a autant de valeur à mes yeux que d’arriver à destination, simplement par le fait d’imprévus, de rencontres fortuites, de découverte de lieux... et ce, que le "dit" voyage fasse 4000km ou 200km. J’ai une grande passion pour l’informatique et les jeux vidéos (en ligne ou solo) sans pour autant être une geekette nolife, loin de là. Je suis aussi musicienne (guitare électrique), musique électro et chanteuse mais dans un domaine musical bien différent proche du lyrique, que l’on qualifie de plus en plus souvent d’Epic Music.

En outre, j’adore écrire, lire, bricoler, comater sur mon canapé devant un bon film ou série (SF/Fantasy/horreur/post-apo/zombies), gueuler sur mon PC quand il m’énerve, manger du chocolat ( :bave:), cuisiner, déconner, manger du chocolat Milka (:rebave:), faire des blagues pourries, rencontrer du monde, tenter des trucs impossibles, et enfin, manger du chocolat (ah je l’ai déjà dis?! L’âge...)

Ah oui, pourquoi je me suis inscrite sur BeTolerant ? J’ai failli oublier d’en parler tiens.

Peut-être devrais-je commencer par le commencement... alors je m’en vais vous conter une histoire. Et si ça vous ennuie, ben vous la lisez pas c'tout (pffff... faut tout leur dire :p ) :

Tout débuta au printemps 81, dans la région Paloise lorsqu’une petite fille bien particulière vit le jour. La petite famille nageait en plein bonheur et tout allait bien dans le meilleur des mondes. Mais, à l’âge de 4-5 ans la petite fille réalisa que quelque chose ne se passait pas comme ça aurait du. En effet, cette dernière voyait bien qu’on l’avait rangé dans la catégorie "garçon" alors qu’au fond d’elle se cachait une petite fille dont personne ne soupçonnait l’existence. D’ailleurs elle ne manquait pas une occasion d’emprunter les affaires de ses copines lorsqu’elle se rendait chez elles pour jouer. Mais à cet âge, la petite fille ne se posait pas plus de questions que cela et avait juste remarqué qu’un grand bonheur emplissait sa poitrine lors de ces moments si rares et privilégiés. Le temps passant, la petite fille n’a pas manqué de faire quelques percées plus ou moins passées inaperçues, telle que oser commander une poupée au père noël (échec : sa maman n’était pas trop d’accord), demander à sa mère de pouvoir laisser pousser ses cheveux (erreur critique : "ça fait trop fille"), tenter de s’intégrer dans le groupe de fille de sa classe dans la cours de récrée (échec bis: son apparence de petit garçon faisait qu’elle se faisait rejeter), et j’en passe. Néanmoins, son âme d’enfant ne cherchait encore qu’à jouer et il ne fût pas trop compliqué de se ranger du côté des garçons, d’essayer de faire comme eux malgré le fait qu’elle sentait bien qu’elle n’était pas un garçon comme un autre. Au final, son enfance se déroula plutôt bien et elle en conserve d’ailleurs de bons souvenirs, certes remplies d’une certaine incompréhension, mais bons malgré tout. C’est à l’aube de ses 11 ans que les choses commencèrent à se compliquer. La petite fille jusqu’alors innocente prit conscience de cette chose qu’elle avait entre les jambes. Pour une raison qu’elle ne comprenait pas vraiment puisqu’on lui avait toujours affirmé qu’elle était un garçon, "ce truc" la dérangeait ; à tel point qu’elle chercha vite des moyens, toute seule dans son coin, pour cacher cette excroissance qui manifestement n’avait rien à faire là. Et ce n’étaient là, que les prémices d’une période qui allait s’avérer infernale : l’adolescence !

C’est alors que durant les années collège la petite fille réalisa qu’elle n’était plus si petite mais surtout, qu’elle n’allait pas devenir une jeune femme à l’image de ses copines. Les choses se compliquèrent subitement et un réel mal-être s’installa insidieusement. Maigre compensation mais pas des moindres, elle pouvait enfin se laisser pousser les cheveux. L’envie de se travestir, qu’elle percevait alors dans son âme de pré-ado comme la simple envie de s’habiller à son image, se faisait très présente et elle mis cela en pratique, en secret, la nuit dans sa chambre avec les moyens du bord. Puis elle essaya de se raisonner, tout en scrutant les moindres évolutions de son corps d’ado dans l’espoir de voir ses seins se développer pour ne citer que ça en exemple, se faisant elle se disait que les hormones devaient la travailler ou qu’elle avait un pet au casque. Elle se fit alors une promesse, celle que ce lourd secret ne serait jamais dévoilé par peur de passer pour "un" taré ou "un" pervers. Pourtant l’envie d’en parler à sa famille se faisait sentir, mais elle avait trop peur. Peur de décevoir, peur de rendre malheureux ses parents, peur des autres tout simplement. Elle essaya de se contenter d’observer les autres filles, leurs habits, leurs coiffures, leur façon d’être à défaut de pouvoir faire pareil et resta recroquevillée dans son coin à pleurer sur son sort.

Malgré tout, son adolescence se déroula tant bien que mal jusqu’au jour où elle se chuchota : "T’es un mec ma pauvre. T’as un corps de mec, on te perçoit comme un mec, on attend de toi que tu te comportes comme un mec alors arrête ton char ! Tu vas devoir vivre avec alors adapte toi et avance !". Elle mit son plan à exécution, conserva ses longs cheveux si sacrés et tenta de se convaincre qu’elle était bien un mec, signant le début du grand mensonge. Elle mit tout en oeuvre pour qu’à aucun moment sa féminité ne la trahisse, s’interdisant d’être naturelle afin de ne laisser aucune attitude parasiter sa pièce de théâtre grandeur nature.

Bien qu’elle n’oublia jamais qui elle était vraiment, elle apprit si bien son rôle de mec qu’une fois adulte elle réussi à fonder une famille et à faire sa place, refoulant de facto la femme qu’elle était. La pièce de théâtre dura de nombreuses années, mais jamais Ô combien jamais elle ne réussi à atteindre le véritable bonheur, ne comptant plus le nombre de fois où elle s’est retrouvée à pleurer lorsqu’elle était toute seule. Et puis un beau jour, alors que son couple n’était plus depuis quelques années, la trentaine passée, elle fit un bilan de vie alors que sa dysphorie devenait de plus en plus ingérable. La grosse bêtise évitée de justesse après une importante erreur système ("Floé a cessé de fonctionner"), elle prit peur à cause de ce qu’elle avait failli faire. Ses enfants, sa famille, ses proches... et puis elle avait envie de vivre, merde ! La réaction ne se fit pas attendre et dés lors, elle réalisa que son seul échappatoire était de faire une transition pour enfin se libérer une bonne fois pour toute de ses chaînes. Après tout, ses enfants préféreront un papa-fille plutôt qu’un macchabée, sa famille, ses amis, ses proches aussi.

Peu de temps après, alors qu’elle n’était pas dans son assiette, elle se rendit devant son miroir, JE me rendis devant mon miroir. C'est alors que, encore toute tremblotante, ma main vint essuyer ce regard embué qu'était le mien, me laissant entrevoir et surtout accepter qui j'étais enfin! Non je ne suis pas folle ! Ce ne fut pas chose facile à admettre, néanmoins cela me procura des moments d'immense bonheur, une vraie révélation, car enfin j'avais compris qui j'étais à coup sûr et pourquoi la vie avait été si âpre, si incompréhensible jusqu'alors. Un sentiment de satisfaction m’envahit subitement, le doux câlin que procure la sève de la réjouissance arpentant nos veines parfois si sensibles. J’allais enfin dévoiler au monde ma véritable identité ! L’affaire était lancée, je venais de jouer ma dernière scène, le rideau était tombé, j’allais tout mettre en oeuvre pour réparer cette arnaque de la nature et me donner des ailes.

Et me voilà ici ! Depuis la vie me sourit et je lui souris. Reste plus qu’à trouver un complice afin de partager ma joie de vivre, et pourquoi pas, aller plus loin si le coeur nous en dit.

Je vis relativement bien ma condition malgré certains complexes qui demeurent, mais au fond, une femme sans complexe, ça existe vraiment ?? Haha. Très ouverte sur le sujet cela ne me dérange pas d’en parler et c’est loin d’être un tabou. Pour autant je me veux discrète et ne tient pas à ce que cela se sache hors du cercle privé (pour ça que je n’en parle pas sur un forum d’ailleurs^^); aussi je n’en fais pas une fierté et ne me revendique pas "trans et fière de l’être" car il est indéniable que j’aurai préféré naître directement équipée de toute la panoplie Vénusienne, et que porter mes enfants eut été un incommensurable bonheur. Ma transition s’étant déroulée et se déroulant toujours dans des conditions rêvées puisque je n’ai jamais rencontré la moindre difficulté socialement parlant, tout mon entourage proche ou moins proche -que je remercie- n’a fait que m’encourager et me soutenir, je ne pense pas être en droit de me plaindre.

Je ne suis pas une fana des conversations à rallonge par MP, cela me lasse vite, aussi je privilégie les rencontres IRL. Disons que pour moi, une conversation par MP a pour but d’organiser une rencontre réelle afin de faire connaissance.

Woilà woilà ! Et un pavé de plus ! (pas dans la mare celui-là)


0 vote

Un pavé, tel la Pierre de Rosette. Un langage joli, développé, une histoire émouvante et, ô combien, réèlle. Bienvenue sur ce forum et merci de ce doux partage auquel je me raccroche moi même (je n'ai juste pas demandé de poupées, mon identité était déjà profondémment enterrée et je préférais rêver devenir une sirène, alors... bon, j'ai tout déterré depuis longtemps, certes, sinon je ne serais pas ici, respirant l'air vicié des grandes villes :-) ).

Plein de zouilles de Finlande (oui, j'y suis allée m'y paumer!)

Cylthe


0 vote


2 remerciements

Bienvenue à vous gente dame fais un baise-main élégant, je vous souhaite de tout coeur que ce site vous aide à trouver des gens amicaux, sachez que je vous soutiens dans votre combat de gladiateur (une pièce de théâtre ? Pas assez gore enfin !) et j'espère que vous vous porterez bien et que vous serez heureuse grâce à Bétolérant ^^


0 vote

Merci pour votre accueil et vos messages aussi attentionnés l'un que l'autre :)

fais un baise-main élégant

"Ench... Enchantée" balbutiais-je maladroitement l'air gênée, agréablement surprise devant tant de galanterie.

...et bon anniversaire! ;)


0 vote


Dayzelle tu as resume avec brio je pense (et pas mal de sensibilite) ce que vivent pas mal de personnes telles que toi encore trop souvent rejettees et hativement jugees.

Bravo pour ce ce beau combat engage. Celui qui te conduira a etre toi-meme.

Bien chaleureusement poulette.


0 vote

Bonjour Dayzelle,

Rooh, comme c'est bien raconté et tellement proche de mon histoire, j'en ai pleuré.

Je ne suis pas aussi sereine que Toi et je t'envie un peu, patience!

Je te souhaite le meilleur dans ton cheminement.

Jade


0 vote

Ah ah . J'ai adoré la transition du "elle" au "je" . Vraiment . C'est fort . Je m'en sens presque muette ... D'ailleurs , je me tais :)


0 vote

Salut à toi!

Sympa l'histoire ^^

Bienvenue parmi nous


0 vote

Coucou!

Merci pour vos petits mots forts sympathiques, cela fait toujours plaisir d'être accueillie de la sorte. Moi qui pensait que mon témoignage, malgré tout le coeur que j'y ai mis, était peut-être superflu (j'ai hésité à le laisser^^), je suis contente qu'il puisse apporter certaines réponses ou encore croiser d'autres ressentis similaires.

Gros bisous à vous tous et bonne soirée!

Dayzelle


0 vote

Sourire :)


0 vote


Je ne sais pas pour vous, mais, moi.. J'aime bien les longs récits le soir au coin du feu rédigés théâtralement.

Commençant par le commencement, la naissance, c'était subtil, je ne m'attendais pas à ça, oui, je comprends bien votre dysphorie, le contraire de la joie de vivre, de l'euphorie..

Transporté totalement dans ce que j'avais lu sur Internet sur les sites informant sur les transgenres, femmes pour le coup, mais les transgenres hommes ont le même problème à affronter, de fait, de mon bon renseignement à ce sujet, ça a été d'autant plus facile de comprendre votre mal-être, si intense, et intensifié par le monde extérieur (société) comme intérieur (entourage proche).

Je dirai que, cela était plein d'émotions.

Vous n'avez pas tout précisé, mais au vu de ce que j'ai pu lire d'articles sur Internet, rédigés par de nombreux et nombreuses personnes transgenres, c'est que la société, celle dans laquelle on évolue est impitoyable, violente rien qu'à la parole.

Je ne peux pas dire que j'ai souffert de la même façon, mais, si je sais une chose que j'ai appris au cours de mon existence assez compliquée aussi mais pas au point de non-retour, car je me suis toujours battu pour en sortir vainqueur, c'est que la vie ne fait pas de cadeau, c'est à nous de nous en faire, dès que l'on en a l'occasion, et qu'il nous faut de manière générale arrêter de prendre pour argent comptant les regards des gens, beaucoups ne sont en réalité que des simples d'esprit qui s'offusquent #pourFaireBonneImpression, il y en a à la pelle, que sont-ils au final, ni plus, ni moins qu'une armée de lemmings écoutant les ordres des préjugés qui sont distribués pour qui veulent les écouter..

Soyons clair, je suis vraiment très content pour vous, d'apprendre que vous êtes désormais bien entourée et soutenue.

Oui les femmes c'est bien connu.. C'est truffée de complexes..

Ouais.. Mais bien sûr hahaha, et, messieurs, nous, hommes, on a pas un seul complexe peut-être..

En fait c'est humain d'avoir des complexes, car, sinon, nous serions juste des robots sans âme.

Par contre, oui, la dysphorie est le complexe numéro 1 des transgenres (MtF comme FtM) et certain(e)s ne peuvent définitivement s'en extirper sans subir de lourds dégâts psychologiques et émotionnels.

Continuez à vous persuader que vous êtes une femme, vu que c'est le cas, votre dysphorie sera camisolée dans un coin oublié de votre esprit :))

Merci pour cette superbe (re)présentation, c'était juste le 1er acte, maintenant viendra à vous le meilleur, votre véritable vous, vous êtes désormais pilote de votre avenir (et à vous lire, je ne pense pas faire fausse route).

Ceci étant posté..

**Qui pense comme moi que Floé, aux dernières lignes serait en mesure de faire fondre un iceberg et que cela aurait même évité au titanic de couler si elle avait été sur le fameux paquebot, non vraiment, son coming out, aussi discret soit-il ne respire t-il pas d'une détermination, d'une passion ardente de joie de vivre ?

Qui plus est alimentée par des pitchounes au quotidien, le monde parfait #ilona**

message écrit sous ma couette, la faute à l'iceberg.. Ou pas ? :D


0 vote

Eh bien, mon cher Atakris, je ne peux que vous remercier de votre petit mot fort bien nourri et attentionné.

Un iceberg vous dîtes ? Et qui fondrait en plus ? Alors c’est peut-être bien un iceberg au "genre fluide" que vous évoquez là ! Sans jeu de mot bien entendue, ce n’est pas mon genre hihihi

Bien que celui du Titanic fut un écueil il est bon de rappeler que ces derniers peuvent aussi permettre de s’y raccrocher lorsque l’on navigue au grès des vents et autres tempêtes. Aussi, il peut être salutaire d’en croiser un dans certaines circonstances ; encore faudrait-il qu’il n’ait pas totalement fondu !! Ce serait fort dommage qu’il ne m’en reste rien pour le 2nd acte ! Je m'en retrouverai toute bête. Autant j’aime à réchauffer les coeurs tendres, autant je ne voudrais pas être responsable d’un bouleversement climatique.

Quant à ma dysphorie, pffff, c’est un joli pied de nez que je lui ai fait là ! Elle a du mal à s’en remettre la pauvre... Prise en pitié, je la surveille assidument du coin de l’oeil. Bien que privée de sortie, telle la chèvre de Mr Seguin, je veille au grain : manquerait plus que ça qu’elle reprenne ses aises ! J'ai beau lui dire que le loup est là-haut dans la montagne, à l'attendre, je ne suis pas sûre de ses intentions.

Enfin, la société peut être très dure oui, c’est indéniable en plus d’être regrettable ; néanmoins je suis forcée de reconnaître que ce n’est pas toujours le cas et qu’elle semble évoluer dans le bon sens. Persuadée de monter sur l’échafaud après avoir été moquée et battue sur la place publique, ce ne fut pas le cas à ma grande surprise. Et quelle surprise ! Ce fut tout le contraire, et ça, on me l’aurait dit que je ne l’aurai pas cru. Alors tant mieux, espérons que cela continuera d’évoluer en ce sens afin que les générations futures n’aient même plus à y penser. Utopie ? Non, plutôt espoir.

Sur ces bonnes paroles, bonne nuit sous la couette je vous souhaite :)


0 vote




Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit