Lesbienne homophobe recherche conseils tolérants...

auteur anonyme

Anonyme
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Tout est dans le titre. Je suis lesbienne et... homophobe ! Et je deteste ça bien sûr. J'en souffre beaucoup et je me dis que peut-être certaines parmi vous ont eu un parcours similaire au mien et pourraient me donner quelques conseils.

Pour donner le contexte : J'ai 25 ans. J'ai reçu une éducation religieuse traditionnaliste, intolérante à tout, et particulièrement homophobe. Bref j'ai été élevée dans la haine de moi même,. J'ai pris conscience de mon homosexualité il y a maintenant deux ans, en tombant raide dingue d'une amie forcément hétéro, sinon ce ne serait pas drôle (avant j'avais eu des relations avec des hommes, tjs courtes et ratées, par manque d'enthousiasme de ma part). J'essaie d'accepter petit à petit mon homosexualité.

Mais l'homophobie bien ancrée reste là. Du coup je fuis les lesbiennes de mon entourage. Enfin pas toutes, en réalité uniquement celles qui pourraient me plaire. Selon l'humeur, je les admire intérieurement ou je leur en veux (ça va peut-être vous paraître bizarre mais je leur en veux d'être là, d'êtres désirables et de me pointer du doigt mon propre désir. J'ai remarqué aussi que je jalousais secrètement les plus "affirmées" d'entre elles, parce qu'elles manifestent une confiance que je désespère d'avoir et qu'elles fréquentent des milieux qui les acceptent, contrairement au mien).

Tout ça me mène aujourd'hui à une situation impossible. Il y a dans ma promotion une femme adorable et magnifique, lesbienne. Elle est très appréciée de tous et comme je me ferme comme une huitre à son approche non seulement je passe pr l'homophobe de service mais je m'isole, puisque qu'elle fréquente les gens dont je sens que je pourrais être proche.

Cela crée un double cercle vicieux. Non seulement je ne me sens pas à l'aise dans la norme hétéro mais je n'arrive pas à m'intégrer auprès de gens Lgbt et j'ai peur d'être rejetée à cause de cette foutue homophobie intériorisée... Je m'interdis d'aller à des évènements lgbt parce que je n'ai pas envie de blesser quelqu'un une avec un regard de travers (jamais je ne dirais des choses méchantes, mais je pourrais être terriblement mal à l'aise, ce qui peut être blessant je pense).

Voilà, je sais qu'il n'y a pas de formule miracle pour s'en sortir mais si vous aviez quelques conseils à me donner je suis prenante...

Merci par avance et désolée pr ce pavé !


photo de l'auteur Keiros
Keiros
Femme de 28 ans
Clermont-Ferrand

Ne t´inquiète pas on a tous en nous une forme d´homophobie intériorisée. Je l´ai moi même vécu alors que j´étais dans un contexte idéale et que je suis fière d etre gay. C' est comme ça.

Alors ce que j'ai fait pour que ca s'arrête de mon coté c'est un truc tout stupide: j'ai regardé énormement de films/médias lgbt. Genre ça me dérangeait de voir deux femmes s'embrasser alors même que j'adore les femmes. Donc je me suis face à ses images pendant un temps donné et petit à petit ce reste de rejet a disparu. En fait il faut juste que tu habitues ton esprit à cette réalité. Aussi ne culpabilise pas de ne pas aller dans des endroits lgbt. Déjà ce site est un endroit lgbt donc tu n'as pas à t'en faire.

Il y a beaucoup de choses à notre époque sur la communauté gay qui est très visible ( merciii l'an 2010! ). You tube regorge de ce genre de contenus. Si tu maitrise bien l'anglais je te conseille: Gay women channel qui est une chaine you tube hilarante. Ils ont aussi produit un film y a pas longtemps ca s'appelle Almost adults. et c'est drole aussi .

En tout cas si tu as quelqu'un en vue c'est super! Essayes de te rapprocher d'elle petit en petit en devenant son amie, c'est le meilleure moyen :)


auteur anonyme

Anonyme

Merci Keiros pour ce gentil message : ) Les médias/films Lgbt c'est un super conseil. Je note consciencieusement les références que tu me donnes et j'y vais de ce pas !! En fait je le fais déjà pas mal, lire des articles, des bouquins, voir des films, séries lgbt. Je pense que ça aide mais j'ai l'impression que ça ne suffit pas. Il faudra un jour que je passe du fictionnel au réel ; )


auteur anonyme

Anonyme

Et pour la demoiselle de ma classe, je n'y crois pas trop. Je la snobe complètement tellement je suis mal à aise, je vois pas comment on peut devenir amie avec qqn lorsqu'on n'est pas capable d'échanger ne serait-ce que trois mots avec ! Non mon objectif à long terme c'est qu'au moins elle capte que je suis pas "vraiment" lesbophobe.


photo de l'auteur Keiros
Keiros
Femme de 28 ans
Clermont-Ferrand

Ne t´inquiètes pas, tous tes préjugés se dissiperont quand tu embrasseras ta premiere fille ( bon par contre ne choisis pas une connasse comme j´ai pu le faire car l´effet " magie magie et vos baisers ont du génie " marchera pas), tu verrs combien le désir avec une femme est extremement naturelle et c´est toujours autre chose de le vivre que de le voir à l´extérieur.

Franchement vise plus haut ;) Tu vas y arrivee tu vas voir, et surement plus vite que tu ne le penses. Tu la snobes car tu ne la connais pas encore vraiment n´est ce pas ?


auteur anonyme

Anonyme

Merci pour ces propos encourageants : ) J'ai de l'admiration pour les gens comme toi qui en aident d'autres anonymement sur des forums (pour le coup c'est vraiment de la générosité désintéressée, personne auprès de qui s'en vanter!).

En fait je sais un certain nombre de choses sur elle parce qu'on a des amis communs, et je pense qu'il en va de même pour elle. Mais je ne lui ai jamais vraiment parlé. Aussi bien c'est un gros fantasme auto-alimenté et je vais me rendre compte après une vraie conversation (si elle arrive un jour XD ) qu'elle ne me plaît pas. M'enfin on a quand même bcp de points communs, et pour le coup c'est qqn de très très gentil (pas une connasse donc).


photo de l'auteur Pinson
Pinson
Femme de 35 ans
Bruxelles

Capte chaque fois que ton esprit te fait entendre une phrase homophobe... Et démonte-la.

Exemple :

"Ce type, il est pédé comme un foc !" 1) Qu'est-ce qui me permet de dire ça ? 2) Et quand bien même il serait pédé, en quoi ça me concerne/regarde ? 3) Et en fait, ça change quoi ? 4) Donc, au final, ce mec, il est quoi d'autre : sympa/intelligent/drôle/etc. ? 5) Etc. *

Ce que je veux dire, c'est : ne laisse jamais ces pensées te traverser sans les remettre en question.

C'est aussi une façon d'habituer ton esprit à accepter l'homosexualité, comme le fait de regarder des séries/films/livres/etc. qui te donnent à voir ça comme quelque chose de finalement assez normal.

Et puis... Parle autour de toi. Ici sur les forums, en MP avec certaines personnes, en réalité avec un(e) ami(e) proche... Pour moi, ça a été une étape cruciale, de faire de l'homosexualité - de mon homosexualité - une réalité. D'avoir des gens avec qui discuter de ça, réfléchir sur ce qui me bloquait, sur ce qui m'avait hétéro-normée (hétéro-bloquée même) au point de ne me découvrir qu'à 33 ans.

"Ce dont on ne parle pas n'existe pas."

Je t'assure, c'est assez dingue en tout cas avec moi... Si je tais un sujet, il finit par disparaitre, ne pas exister.

Exemple...

Je suis amoureuse d'une collègue. Je n'en parle pas, je ne peux pas. Elle est en couple, ne s'intéresse pas à moi, etc. Je ne veux en aucun cas gâcher notre relation amicale-professionnelle ou mettre une ambiance malsaine dans l'équipe à cause d'un malaise entre nous. Alors je n'en parle pas. Et cet amour se fait hyper discret. Il est là, mais il n'existe pas vraiment.

Il y a peu, pour une raison X, j'ai parlé de mes sentiments pour elle à quelqu'un. Et hop, ça a recommencé à exister. Et j'ai du mal en ce moment à être "normale", à faire taire cet "amour interdit". Mais depuis, je n'en parle plus. Et je sais que ce n'est qu'une question de jours pour que ça "disparaisse" à nouveau.

Ton homosexualité, si tu la tais, tu la nies, tu ne lui permets pas d'exister. Or, ta présence ici, ton questionnement, ta recherche de conseils, ça prouve que tu n'es pas bien dans cette situation, et que tu voudrais parvenir à accepter l'homosexualité, la tienne entre autres. Alors commence par en parler, beaucoup ! Pour qu'elle devienne une réalité bien plus que dans un coin refoulé de ton esprit, mais dans tout ton être...


photo de l'auteur Jacinthe64
Jacinthe64
Femme de 51 ans
PAU

Bonsoir Jane DOE,

Les anglosaxons nomment John Doe ceux qui ont perdu la mémoire de leur identité, alors j'ai juste féminisé l'expression.

Je suis lesbienne transgenre chrétienne de 50 ans, effectivement il n'y a pas que les politiques qui cumulent les mandats. Enfin les miens me permettent juste d'être vraie.

JE SUIS COMME LE BON DIEU M'A FAITEEEE. Je vais à l'eucharistie tous les dimanches habillées en femme, et jamais personne ne m'a fait de mauvaise remarque au contraire les gens qui me connaissaient d'avant ont continué à me saluer.

Le Christ se tenait avec tous les poquées de la vie, y compris Marie-Madeleine, et il a juste demandé de s'aimer les unes les autres (les personnes) comme il nous a aimés. A aucun moment il n'y a eu un jugement quant à des orientations sexuelles qui existaient comme aujourd'hui et qu'il connaissait.

Seule certains membres de l'église se sont arrogés le droit de juger. Je leur laisse le moment d'y répondre.

Concernant ton coup de foudre, tu peux donc prier pour que l'occasion se présente sous de bonnes auspices.

Bises colorées, rouge profond

Jaicnthe

PS : il existe des associations homo dans beaucoup de religions.


photo de l'auteur steph41190
Steph41190
Homme de 44 ans
BLOIS

Salut Anonyme ,

Tout d'abord je tiens à te féliciter d'être venue (je te souhaite la bienvenue) ici nous parler de ton problème...c'est déjà un premier pas vers l'acceptation de soit!

2 Il n'y a aucune honte à être homosexuelle! Sache qu'environ 10? la population Française l'est!

3 Je pense que le milieu dans lequel tu as vécu t'a inculqué une mauvaise image de l'homosexualité, des mauvais clichés qui ne sont pas le reflet de la vraie vie de la communauté LGBT. Le chemin sera long, mais je pense que tu doit commencer par te faire ta propre image, en mettant de côté tous ce qui t'as été dit (voir des documents...peut y aider, mais attention beaucoup sont aussi des clichés (A toi de faire la part des choses)!)

4 Je te conseil de trouver un loisir commun avec cette personne qui à l'air de te plaire, essais déjà de t'en faire une amie...sans aucune arrière pensée! après tu avisera...apprend à la connaître (cela ne coûte rien)

Cordialement

Stéphane


photo de l'auteur Keiros
Keiros
Femme de 28 ans
Clermont-Ferrand

Citation de Anonyme #287708

Franchement si c´est quelqu´un de très gentil, ne loupes pas l´opportunité. Parce que je pense que ca peut être très positif. Les gens avec une vraie gentillesse ( attention pas les faux gentils, ceux qui se vantent à tire larigot de leur gentillesse de leur bonté et qui sont en réalité des vrais connards/ connasses au quotidien ) ne sont pas si courant. Donc tu as tout à gagner à te rapprocher d´elle déjà amicalement, avec simplicité. Déja si vous êtes dans la même promotion cela va faciliter les choses car vous aurez des occasions de vous cotoyer dans des cadres favorables. Le mieux: la fête étudiante où après quelque verres de mojitos on est beaucoup plus détendus et ouvert au dialogue et au rire.

Je te recommande franchement pour ta premiere experience lesbienne ( sensuelle et sexuelle si on va plus loin ) quelqu un de bien et de sécurisant. Car ces premiers instants poseront le cadre de tes futurs rapports à d´autres partenaires alors autant que ca soit tout de suite bien ;)

C´est gentil concernant l´aide anonyme. Pas de mérite particulier c´est que je trouve que les plus belles choses de la vie ce sont celles qui sont gratuites. Le reste à moins de saveur dirons nous. En tout cas ici les membres donnent de bons conseils! Je partage l´avis d´une autre membre de toujours discutez intérieurement dès qu´un préjugé survient. Ca marche bien.


photo de l'auteur Lunik
Lunik
Femme de 28 ans
Bruxelles

Je ne suis pas archi fan de la communauté LGBT dans la manière dont elle est représentée. Je trouve parfois les séries ou autres supports visuels assez réducteurs par contre j'espère que tu feras de bonnes rencontres amicales pour pouvoir en parler.

En parler c'est s'accepter et c'est super difficile de le nier ou le refouler pendant beaucoup d'années.

C'est une luttre contre soi-même horrible :/

Bon courage.


auteur anonyme

Anonyme

Merci pour ces retours et pour la bienvenue : ) En fait ce n'est pas tant que j'ai des stéréotypes sur les personnes Lgbt (j'ai une très bonne amie bie qui me parle sans gêne de sa vie amoureuse) que je suis terrorisée par mes propres émotions. J'ai pas mal travaillé sur l'aspect "préjugés idiots" de l'éducation que j'ai reçue, maintenant ce qu'il en reste c'est le plus dur à évacuer : la honte, la peur de ses sentiments, jugés malsains, "mauvais". Pinson je me reconnais beaucoup dans ce que tu dis. Il m'est arrivé de ne parler à personne de mon attirance pour une femme parce que je sentais qu'en parler la rendrait réelle. Même avec mes amis open j'ai du mal à en parler, ce serait "matérialiser" mon identité lesbienne.

Bon je vais essayer d'en discuter plus, de travailler sur des pensées postives et d'organiser une soirée de promo ; ) Keiros ne t'inquiète pas j'en suis à un degré de flippitude (du verbe flipper, voire archiflipper) que je ne risque pas à mon avis de me jeter dans les bras d'une personne insecure.


auteur anonyme

Anonyme

Merci en tout cas pour vos conseils gentils et avisés ! Je découvre ici une petite communauté très cool : )


photo de l'auteur Calinette123
Calinette123
Femme de 50 ans
Toulouse et Bordeaux ou ailleurs...

Bises a toi l'amie en questionnement.

Et bravo a Jacinthe que je trouve bien courageuse. Oh comme j'aimerais entendre parler plus de catholiques comme toi ma belle !


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Tu as été élevée de façon religieuse traditionnelle, tu culpabilises et en souffre, ton éducation est donc "réussie" à l'aulne de cette éducation puisque c'est la méthode utilisée pour contrôler les consciences. Le fait que tu sois lesbienne n'est que très secondaire, ta frustration pourrait s'être fixée sur un autre interdit, mais c'est le sujet qui amène ta demande d'aide sur un forum où l'homosexualité n'a plus de secret (ou presque ^^).

Je te propose la méthode assez radicale de rechercher l'histoire de cet interdit religieux, dont tu te rendras vite compte que c'est une histoire humaine (comme l'immortalité promue par les religions mais c'est un autre débat ha ha).

Jacinthe64 rappelait que le nommé Jésus de Nazareth ne s'est pas intéressé à l'homosexualité, et encore moins à son interdiction. Sans doute parce que dans cette société orientale elle était endémique, quoique différente de celle occidentale visible de nos jours qui aurait été mal vue. C'est d'ailleurs cette visibilité qui gène les traditionalistes qui rêveraient vivre encore comme au temps de l'antiquité.

A la question de comment draguer une collègue de promo adorable quand on est prisonnière d'autant d'interdits et obligée de les promouvoir pour ne pas se faire soupsonner de faiblesse, je te conseillerais plutôt de faire ailleurs tes premières expériences et thérapies comportementales mdr. Avec elle tu apparais trainer trop de complexes et tu risquerais de gâcher de la belle marchandise. Puis rien ne t'empéchera de tenter ta chance avec elle ^^


auteur anonyme

Anonyme

Salut Lindos ! C'est une idée, faire un peu d'histoire me permettrait de prendre un peu plus de distance. Je pense que ce type d'éducation réussit à s'enraciner parce qu'elle mêle des bonnes et des mauvaises choses. Si on te disait "hais tout le monde autour de toi", tu aurais un rejet instinctif. Mais si on véhicule des valeurs positives (générosité, attention à autrui, humilité, etc...) et qu'à côté on te dit que l'homosexulalité c'est mal tu en viens à te demander pourquoi des gens aussi vertueux d'un côté pourrait être dans une erreur aussi totale, et tu gobes la grosse bêtise aha !

En revanche je ne pense pas que mon homosexualité soit secondaire, d'abord parce que la vie amoureuse ça a quand même une certaine importance, à mes yeux en tout cas. Et ensuite parce que dans l'échelle des interdits religieux c'est un des plus condamnés (et c'est pour ça aussi que c'est probablement le seul dont je n'ai pas réussi à me défaire). Pour te donner un exemple, dans le cercle tradi dont je viens, une jeune femme est tombée enceinte à 22 ans, hors mariage. Ca a été un scandale (pas de sexe avant le mariage dans ces milieux là), mais sa famille a fait avec. En revanche un garçon gay a été "découvert", et les gens l'évitent (à part quelques personnes, dont moi bien-sûr! ). C'est un exemple hein, dans mon cas ce n'est pas vraiment ce qui joue. J'ai accepté la possibilité que ma famille me rejette. Maintenant ce qui m'handicape ce sont plutôt mes émotions.

Pour ma collègue, le milieu où nous étudions est très open, je ne suis pas "obligée" d'y promouvoir ces interdits. Je vois ce que tu veux dire mais je ne suis pas non plus d'accord avec cette idée d' "expérimenter" (si j'ai bien compris) avec quelqu'un autre afin de revenir ensuite plus confiante vers la femme qui aurait de l'importance pr moi. Je veux être honnête et m'assumer comme je suis, avec mes peurs, et ne pas être dans l'attente d'une version idéale de moi même ; )


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

"je ne pense pas que mon homosexualité soit secondaire, d'abord parce que la vie amoureuse ça a quand même une certaine importance, à mes yeux en tout cas."

Excuse moi, j'ai oublié ton âge : oublier l'importance de la sexualité est sans doute un signe de (mon) vieillissement ^^

"Pour te donner un exemple, dans le cercle tradi dont je viens, une jeune femme est tombée enceinte à 22 ans, hors mariage. Ca a été un scandale (pas de sexe avant le mariage dans ces milieux là), mais sa famille a fait avec. En revanche un garçon gay a été "découvert", et les gens l'évitent (à part quelques personnes, dont moi bien-sûr! )."

C'est plutôt bon signe qu'être enceinte hors mariage ne conduit plus définitivement à l'ostracisme, non ? Parmi nos pays meilleurs clients d'armes (qui n'ont pas de moyens mais payées par d'autres pays très bons fournisseurs, clients et amis, promoteurs des religions traditionalistes, pratiquant la peine de mort de leurs opposants par paquet de cent, ou faisant appel aux meilleurs prestidigitateurs pour les faire définitivement disparaitre, etc), bref chez nos meilleurs amis et alliés on pratique encore la vérification de la virginité des femmes non mariées, ou on est tenté de la rétablir lorsqu'elle a été abolie. Chez nous c'est tout de même tombé en désuétude, on est plus à l'époque de Jeannes d'Arc qu'il a fallu expertiser plusieurs fois pour vérifier qu'elle était bien pucelle (ce qui ne l'a d'ailleurs pas empéché de finir sur le bucher).

Mais je reconnais qu'à l'inverse dans ces pays la situation des gays empire, on a introduit le test anal chez les présumés gays masculins, inventé par un médecin français (à ne pas confondre avec le touché prostatique ^^).

Et l'homosexualité féminine qui intéressait personne jusqu'au XX siècle à condition que les femmes obéissent à leur mari et leur fasse des enfants, commence à faire causer les traditionalistes y compris en France, surtout maintenant qu'elles demandent le droit à la PMA.

"J'ai accepté la possibilité que ma famille me rejette."

Ma devise : bien faire et laisser braire, mais ne pas prendre le risque de devoir affronter frontalement, esquiver de façon à ce que personne perde la face. La plus grande crainte des communautés traditionnelles, quand ce n'est pas la crainte de Dieu, c'est le regard des autres. Surtout les vendredi, samedi ou dimanche (rayer les mention inutiles selon la religion), où les gens se rassemblent pour scruter les autres (ce qui n'a pas que des inconvénients, il peut avoir dans l'assemblée des jolies filles et beaux gars) ^^


photo de l'auteur Keiros
Keiros
Femme de 28 ans
Clermont-Ferrand

Citation de Anonyme #287746

Concernant l´histoire de l´homosexualité suggéré par Lindos je peux peut être apporter quelques éclairages car il se trouve que l´origine de l´homophobie faisait partie de mes recherches en Master.

Tout d´abord, pour commencer par une anecdote drôle, comme quelqu´un ici a parlé de Jésus de Nazareth il se trouverait que les passages se référant à l´homosexualité ait été gommés de la bible. Il y a des suspiçions de liaisons homosexuelles entre l'apôtre Jean et Jésus. Jean apparait souvent dans ces écrits comme le " préféré" de Jésus sans jamais d´explication. J´ai d´ailleurs toujours trouvé que ça sonnait bizarre, mais bref.

Ensuite de façon plus générale, il faut savoir que le rejet de l´homosexualité fait partie des pilliers de la culture hétéronormée, avec comme principe la domination masculine. On croit que l'homophobie n´est qu´une affaire de religion mais la religion n´est pas en soi une simple affaire " spirituelle". La base de la religion c´est la politique. Dieu, l´amour véritable, la sagesse, n´ont pas grand chose à voir la dedans.

En réalité quand on veut monter un système politiques précis on élabore des croyances, des dogmes, des valeurs pour maintenir ce système. Et ce n´est jamais le processus inverse comme on pourrait le penser.

Donc on a inventer de toute pièce que l´homosexualité était mal et pendant des siècles et des siècles on la fait rentrer dans la tête des gens à grand coups d'histoires inventées, d´arguments tronqués, de références dépassés de textes réecrits pour pas que l´ordre social explose. On maintient toujours des systèmes inadéquats sur de la peur.

Pourquoi l´homosexualité c´est mal alors ?

A la base de la religion chrétienne ( bon mais ca marche pour les autres religions monothéistes qui ne sont pas cousines pour rien ) qui est donc destinée a maintenir un ordre social il y a une sexualité uniquement productive. Pourquoi ? Historiquement parlant ça a voir avec des problèmes de sous population, on avait besoin d´enfants et donc de rapports sexuelles féconds. ( mais passons vite la dessus car j´ai oublié des choses ). Vous avez remarqué que la masturbation, et autres pratiques sexuelles sont interdites par l´eglise, au même titre que l´homosexualité, qui est d´ailleurs dans la bouche de certaines personnes encore limitée à une pure pratique sexuelle. Ensuite il y a une affaire d identité de genre. Dans ce système l homme et la femme sont définis l´un en fonction de l´autre. Or un homme qui va avec un autre homme coupe à cette logique, on ne sait donc plus ce que c´est. Il est donc classé comme un anormal pour la société et un monstre pour la religion.

Bon bref c´est trop long tout ça et pas très clair, désolé.

Tout ça pour dire que c'est une construction, basée sur des chimères et de la peur, du rejet de l'autre donc de soi même, de la crainte d'un ordre social différent, sans repère, de la non reconnaissance de l'humain comme fin mais comme moyen productif. C'est un enjeu de pouvoir essentiellement.

Interroges ton entourage tradi sur les bases de cette détestation sûr qu'ils te répondront des " parce que ça se fait pas", "c'est comme ça ", " c'est pas normal". C'est un argumentaire très creux, on s'ennuie vite. Par chance ici on est tous gais et y a des paillettes et des licornes ( autre ambiance ) ;)


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Au risque d'un hors sujet fréquent lorsqu'il s'agit de l'aversion des religion abrahamique pour l'homosexualité, je suis d'accord avec Keiros, mais voudrais nuancer deux trois points.

Dans les mariages traditionnels où il y a des intérets financiers ou de filiation à protéger, c'est-à-dire plutot depuis les grandes civilisations que chez les tribus où il n'y a pas grand chose à partager à part l'identité de la tribus, l'amour accompagnait rarement les mariages qui étaient des contrats entre familles (bon il faut reconnaitre que les religions abrahamiques ont tenté d'y mettre un peu plus d'affection, pas toujours avec succès). Le vrai amour était fraternel, n'avait d'importance que masculin, et inévitablement plus fort quand on se choisissait un frère que lorsqu'il était familial : ce qu'on appelle amitié de nos jours. Je ne suis pas convaincu que tous les amis qui se disaient frères, marchaient la main dans la main et passaient leur temps à se papouiller et s'embrasser à chaque rencontre, que l'Eglise a même été jusqu'à "unir" en ancienne Albanie, couchaient ensemble. Ce n'était pas le principe, et le "passif" pouvait y perdre son honneur, en cas de pénurie de prostituées il était plus simple de "séduire" des éphèbes, ou solliciter ses esclaves gratuitement, ou des jeunes hommes socialement "inférieurs" contre dédomagement.

Par contre je n'ai aucun doute sur le fait que les homosexuels aient pu profiter de cette aubaine, somme toute peu risquée à l'époque.

Des tas de pays du sud vivaient encore dans cette configuration jusqu'à ces dernières dizaines d'années, avant que les religions abrahamique et/ou les néo-moralistes nationalistes ne viennent y mettre des tours de vis, n'encouragent les populations à des violences homophobes (bastonner à mort et jusqu'à bruler vif des gens soupsonnés d'homosexualité), les polices à sévire, les justices à être plus sévères avec les gays que leurs agreseurs, et dirigeants politiques tenir une posture populistes conforter leur pouvoir.

Bref, il ne fait aucun doute que les amours fraternelles entre homme étaient plus intenses que le lien de mariage avec une femme, et que c'était la porte ouverte à la sexualité surtout chez les jeunes pas encore mariés n'ayant pas le droit d'approcher de pres les filles, mais son caractère systématique n'est pas prouvé, et rien ne confirme que Jésus ait séduit son apotre Jean surtout à son âge déjà plus juvénil. Par contre qu'il ait été tactil avec lui, s'être appuyé sur son épaule et embrassé, certainement, c'est le principe des fraternités orientales à fortiori amoureuses.

"En réalité quand on veut monter un système politiques précis on élabore des croyances, des dogmes, des valeurs pour maintenir ce système. Et ce n´est jamais le processus inverse comme on pourrait le penser. "

En tout cas ils vont au moins de concert, parfois l'autorité et l'armée précède le goupillon, parfois c'est l'inverse, mais ils ne sont jamais très loin les uns des autres tant que chacun y trouve son compte. Les uns contrôlent les corps et les autres les esprits ^^


photo de l'auteur Lunik
Lunik
Femme de 28 ans
Bruxelles

Citation de Anonyme #287735

Je ne disais pas que tu avais des stéréotypes sur la communauté LGBT.

Je disais juste que je trouvais parfois la communauté LGBT assez réductrice dans ses représentations (dans les films et les séries).

C'est pour ça que je t'encourage à faire des connaissaces qui t'aideraient à échanger sur tes sentiments et tes émotions. Plus tu les nieras, plus tu te sentiras mal.

Les médias peuvent aider mais ça ne me semble pas primordial.

Quand ton amie te parle de son homosexualité, ça ne te gêne pas mais tu n'en parles pas ou peu, par peur. Tu as peur du jugement, d'incompréhension de la part des autres.

En parler c'est commencer à s'accepter, à se libérer de cette peur et de ce rejet.

Cela rejoind à ce que disait Pinson, en parler c'est concrétiser les choses, commencer à en faire une réalité.

Etre ici c'est déjà un bon début ^^ J'espère que tu auras également du soutien dans la "vrai vie".


auteur anonyme

Anonyme

Aha Keiros j'adore l'histoire de Jésus et Jean ! (elle est séduisante même si apparemment incertaine ) C'est marrant je maîtrise bien mon catéchisme mais cette anecdote là bizarrement on ne me l'a jamais apprise ; ) Merci pour ce petit point historique (qui est clair je trouve). Du coup si on suit cette logique, les chrétiens devraient se jeter sur la Pma. Une manière de rendre plus couples fertiles, c'est génial non? (je sais bien qu'ils sortent des arguments bioéthiques mais bon je trouvais le lien marrant).

Oui Lindos, je suis bien d'accord que pouvoir avoir une sexualité hors mariage c'est très bien. On s'est mal compris je crois. C'est juste que tu m'avais dit que j'avais choisi un interdit au hasard. Je voulais juste souligner qu'il y a une hierarchie des interdits. Voilà pourquoi ils condamnent moins la jeune femme enseinte que le jeune homme gay (ça rejoint d'ailleurs ce que dit Keiros, l'une est "reproductrice", l'autre non).


auteur anonyme

Anonyme

Merci Lunik : ) Tu as raison de me mettre en garde, je suis bien d'accord qu'on trouve moults préjugés et choses peu représentatives dans les "médias lgbt". Je connais quelques personnes lgbt dans la vraie vie, donc je peux prendre quelques distance vis à vis de ces clichés. C'est sûr qu'il faudrait que je leur parle plus, mais je ne suis pas forcément très proche de la plupart (à part ma très bonne amie bi, mais qui n'est pas très receptive au sujet car elle est très affirmée et elle comprend pas trop pourquoi je pourrais avoir honte).

Petite anecdote rigolote (non, pas rigolote en fait, désesperante) : aujourd'hui j'ai eu un premier rdv avec la psy de mon lieu d'étude (youpi c'est gratuit). J'ai voulu lui parler de mon homophobie intériorisée. J'ai senti que ça ne l'interessait pas trop, elle ne m'a pas poussée à en parler. En revanche elle s'est bien apesanti sur le pourquoi mes relations avec des hommes avaient échoué (j'avais le sentiment qu'elle voulait "réparer" ma pseudo hétérosexualuté c'était très désagréable). Et elle tiquait vachement quand je lui ai parlé de mon féminisme. Après une recherche google, j'ai découvert que son mari est psychiatre conservateur religieux, anti mariage pour toutes et tous et anti pleins de choses d'ailleurs !!! Ironie du sort, pour une fois que j'essaie d'en parler je tombe sur la psy catho tradi du coin !!!


auteur anonyme

Anonyme

*enceinte


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Citation de Anonyme #287817

Concernant Saint Jean on a des images :

https://alessandrocortesi2012.files.wordpress.com/2012/03/27-ultima-cena-giotto.jpg?w=713&h=1024

Elles sont à la Chapelle Des Scrovegni à Padoue, l'Eglise ne cache rien ;-)

Mais bon, Jésus embrassait tout le monde y compris Juda. Marie Madeleine c'est moins sur, car Jesus était toujours entouré et embasser une femme (qui n'était pas SA femme) ne se faisait pas. Mais c'est vrai aussi qu'il ne repectait pas beaucoup les conventions.

"On s'est mal compris je crois."

On s'est bien compris mais je suis (un peu) taquin.

"Ironie du sort, pour une fois que j'essaie d'en parler je tombe sur la psy catho tradi du coin"

Ce serait à elle d'en parler pour surmonter sa gêne, mais visiblement elle ne serait pas prete à aborder le sujet ^^

Cela n'est pas si rare qu'un patient soit moins malade que son soignant, mais le patient n'y est pas préparé et est assez désarmé pour l'aider. Cela m'est arrivé une fois, cela ma couté deux heures à écouter la médecin, qui en plus n'a pas hésité à me faire payer sa consultation avec dépassement d'honaire :-(


auteur anonyme

Anonyme

Aha ça reste très sage comme ambiguité ; ) Pff c'est compliqué ces histoires de psy. D'un côté il faut se donner le droit de choisir qqn avec on lequel on a bon feeling je pense mais de l'autre elle/il n'est pas là pour être notre meilleur pote et ça peut être bien d'être bousculé parfois. Sauf par une personne homophobe bien sûr !


photo de l'auteur diniz
Diniz
Non binaire de 44 ans
Clermont-Ferrand

@Lindos : qq remarques

"Cela n'est pas si rare qu'un patient soit moins malade que son soignant..."

Eh ben c'est pour ça que j'ai arrêté de voir des psys (de diverses sortes). J'avais le sentiment qu'une séance servait plus à les "psycher" elleux, que moi. En plus, j'avais aussi le sentiment qu'il fallait d'abord leur apprendre leur boulot, avant d'avoir une chance qu'iels le fasse un peu avec/pour moi : écouter, intuiter, réagir, intuiter, conprendre... tu vois, des qualités naturelles à l'être humain, nan ?

Hier j'ai vu un spectacle-concert qui m'a gravement touché (Brice et sa pute, si vous allez voir des vidéos demandez vous d'abord où est la pute, lol!), et la chance de parler avec, et ça m'a fait un bien grave, j'en suis encore tout retournée.

"Mais bon, Jésus embrassait tout le monde y compris Juda. Marie Madeleine c'est moins sur, car Jesus était toujours entouré et embasser une femme (qui n'était pas SA femme) ne se faisait pas. Mais c'est vrai aussi qu'il ne repectait pas beaucoup les conventions."

Euh, j'aimerais bien savoir comment tu peux affirmer des choz pareiles (je me suis plongé qq temps dans ce genre de questions). Déjà, on sait à peu près rien sur la vie réelle, même concrète, de notre propre peuple il y a à peine 2-3 siècles (par ex, que dansaient les gens en Touraine vers 1800?), alors tenir des propos pareils sur ce qui se faisait ou pas... Sans parler de détails de la vie d'un personnage sur lequel on n'a pour toute source que des écrits datant au minimum d'une génération après sa mort, par des gens qui l'ont pas connu, réécrits n fois par les autorités d'un système de pouvoir...

Autant qu'on le sache, Jésus (ou selon certains historiens plusieurs personnes réelles amalgamées, comme pour Arthur) était probablement membre d'une élite au moins religieuse dans son milieu, qui était pê la secte des Esseniens, d'où le titre de sa mère Marie, càd dame (seigneurE) et guide spirituelle, donc c'était aussi le cas de la personne désignée comme Marie-de-la-tour (maria magdalena) qui était juste certainement sa compagne. Et si les chrétiens la traitent de pute, c'est exactement comme de nos jours par sexisme à l'encontre d'une femme de pouvoir... Et c'est elle et non Jean qui est bien sa préférée aussi bien personnellement que spirituellement, et qui devrait poursuivre son oeuvre si à la place ne s'était pas monté le système de pouvoir évoqué + haut, j'ai nommé le christianisme antique qui deviendra la secte officielle par les manoeuvres politiciennes que l'on sait (bien documentées, elles, mais pas vulgarisées, hein!).


photo de l'auteur diniz
Diniz
Non binaire de 44 ans
Clermont-Ferrand

Anonyme, déjà ta situation est loin d'être rare, c'est même plutôt la norme, mais c'est aussi plutôt tabou évidemment. Façon de parler, nous sommes tous "fabriqué-es" homophobes, et sexistes et tout ça, par le processus de dressage que (sans rire?) on appelle éducation. Sans compter qu'on sait que les pire homophobes publics sont souvent homos (caché'es) et intuitivement le lien se comprend bien, non ? (via la souffrance et la peur, surtout) Certain-e-s passent plus ou moins au travers, l'éducation a pas bien marché sur (contre) elleux, d'autres se sont vus déconditionner par la vie. Comment ? Personne n'en sait rien, sinon on révolutionne les thérapies psychiques demain.

En tout cas, moi je crois que la seule vraie thérapeute c'est la vie, la biothérapie disons, tout comme la seule enseignante ; et c'est un peu pareil d'ailleurs. Même si un ou une thérapeute reconnue peut y participer, mais pas mieux que de vrai'es ami'es ou tout simplement de bonnes personnes. Je crois aussi que la biothérapie fonctionne comme une vraie oeuvre d'art qui nous touche vraiment : elle nous atteint (sur un sujet) par de multiples voies (physique, sensoriel, émotionnel, sentimental, spirituel...) qui en résonnant entre elles finissent par faire vibrer tout notre être. Bref, je crois comme une ou deux personnes en parlent plus haut qu'il te faut chercher des expériences vécues multiples et variées qui te toucheront sur des plans divers de l'être : rencontres, films, docus, dialogues, liaisons, amours, sexe, témoignages, voire simplement la fréquentation des gens, et encore tout plein de choses...

Et comme pour les amours ou amitiés, le premier critère ça devrait être que les personnes (sources de ces vécus) soient des gens bienveillantes avant tout. Ma vision des choz aujourd'hui...

biz diniz


photo de l'auteur anamajob
Anamajob
Femme de 24 ans
Cholet

On a exactement la même histoire, éducation catholique traditionnaliste, moi 24 ans et j'ai réalisé que j'aimais les femmes il y a 1 an

J'étais plutôt homophobe (surtout à l'époque du mariage pour tous) mais depuis 3 ou 4 ans je suis de plus en plus athée, c'est précisément ce qui m'a aidé à remettre en question mon homophobie et tout ce qu'on m'a apprit. ;)

Si il me reste un peu d'homophobie aujourd'hui, c'est uniquement car j'aimerai être «comme tout le monde», «comme la majorité»

C'est le fait d'être dans une extrême minorité qui me gêne, d'avoir une «différence» ^^


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit