pourquoi je ne peux plus être exclusif

photo de l'auteur ThierryC2018
ThierryC2018
Homme de 44 ans
VITRY-SUR-SEINE

Re-bonjour à tout le monde.

Comme promis lors de mon intervention vers la fin du sujet : https://betolerant.fr/forum/11660/la-fidelite-dans-un-couple-gay-une-utopie je souhaite vous expliquer pourquoi la notion d'exclusivité d'une relation ne représente plus rien pour moi-même, ainsi que les raisons pour lesquelles je ne peux plus la garantir ou que je ne l'accorderai que très difficilement. (je n'emploie volontairement pas le terme de "fidélité", qui est ambigu parce qu'il évoque aussi l'attachement).

En effet, initialement, j'y croyais aussi, au couple, à l'idée d'être comblé par une seule personne, à bien s'entendre, aux réconciliations après disputes, au soutien mutuel, au bonheur de retrouver son compagnon le soir après le travail, de se balader ensemble sur la voie publique, d'aller faire la fête dans des endroits pas spécifiquement LGBT etc...

Mais des comportement blessants et décourageants ont tout changé, de la part de gens se réclamant d'exclusivité :

  • me larguer au bout de quelques jours, voire de quelques heures, à cause de petites failles telles un malaise à "rouler une pelle", mes diverses réactions parfois atypiques, mes centres d'intérêt spécifiques... (remarque : on rattacheait aujourd'hui cela à Asperger)
  • me répudier agressivement si j'essaie de faire revenir l'autre sur sa décision
  • décliner dès le départ parce que je ne réponds pas aux attentes-clichés telles un appartement joliment décoré, certains centres d'intérêt communs ou métiers "Marais-compatibles" (l'expression vient d'un copain gay et zèbre : métiers qui font "bien"), l'offre de perspectives d'une belle petite vie bobo ou +-stéréotypée etc... (j'exagère volontairement un peu mais l'idée est là)... ou parce que je n'arriverai pas à être disponible suffisamment souvent (alors que la vie francilienne est déjà une course infernale entre les activités à droite à gauche, et que j'ai du mal à gérer mon temps, voire parfois je tombe malade à force)
  • me reprocher une demande affective trop forte
  • etc... (à compléter)
  • ça ne m'est jamais arrivé, mais se faire "remplacer" par un autre est particulièrement écoeurant (même après 10 ans de vie commune !!! cf témoignage lu il y a 10-20 ans). Les polyamoureux ont un terme pour qualifier cela : "monogamie en série" Bref : souvent abandonné, rarement adopté (et regarder les autres avec dépit).

Du coup, la seule solution que je vois pour ne pas croupir éternellement seul et sans tendresse, et pour regagner cette fragile confiance en moi, est d'entretenir plusieurs relations sentimentales à la fois. Cela ne répond peut-être pas aux idéaux habituels (qui ont été miens aussi) et au modèle copié de la famille judéo-chrétienne, mais c'est une solution pragmatique et réfléchie, que je vais justifier davantage que dans ma présentation :

  • moins de risques d'étouffer l'autre, d'autant plus si on se voit à des fréquences assez faibles (j'en suis capable quand l'autre s'attache car, même absent physiquement, il est toujours présent à mon esprit) : il a le temps de souffler (comme moi) et peut vivre ses autres relations affectives le reste du temps
  • chaque personne nous plaît pour des raisons différentes : l'idéal n'existe jamais dans une seule personne, alors quand on est un peu idéaliste et rêveur, à plusieurs, on s'en approche...
  • pourquoi aimer quelqu'un [au détriment] des autres ?
  • pourquoi larguer un partenaire quand on fait une nouvele belle rencontre ? : pourquoi remplacer quand on peut additionner ?
  • moins de risque de se retrouver seul en cas de défaillance d'un partenaire (même si une rupture fait toujours mal). (exception : si on a ses relations au sein d'un "trouple" -- je dirais "tuple" plutôt-- et qu'une rupture entraîne en cascade des ruptures avec le reste des partenaires). Cela dit, si je vois pour le moment ces relations plutôt sous la forme d'amitiés tendres (ou les personnes comme amis-amants romantiques optionnellement sexuels), je n'excluerais pas que certaines pourraient se renforcer.

Des avis ? Y compris de la part des polyamoureux ?...



photo de l'auteur Virtualaze
Virtualaze
Femme de 22 ans
Paris

Salut !

Comme toi, j'ai longtemps uniquement cru à l'exclusité dans un couple mais ces derniers temps et petit à petit j'envisage la possibilité du polyamour avec plus de sérieux. Comme toi je me suis rendue compte que le couple peut étouffer, et c'est ce qui est arrivé dans ma précédente relation. D'autre part, tu as raison, le ou la partenaire idéale avec qui toute notre vie se passerai à merveille n'existe malheureusement pas (et s'il ou elle existait on aurait bien du mal à le/la trouver parmis cette foule de monde qui peuple la planète).

C'est vrai que c'est assez bête de se séparer d'une personne qu'on aime sous prétexte que l'on en rencontre une autre avec qui ça se passe vraiment bien.. En amitié on peut "collectionner", pourquoi pas en amour ? Et quand je dis amour, je parle du fait d'avoir quelques sentiments pour quelqu'un. On ne ressent pas le même amour pour chaque personne que l'on dit "aimer" (unique terme qui se décline en dizaines de connotations compliquées). J'envisage doucement cette possibilité sans être sûre d'en être capable... Parce que voilà, moi je me suis toujours vouée corps et âme dans mes relations amoureuse, je susi une passionnée et je peux devenir possessive. Je sais que ce n'est pas une bonne chose, que ça peut enfermer les gens, mais heureusement je me contrôle ! Ca pourrit juste en moi. C'est pour cette raison que je me demande si je serai capable de laisser à ma partenaire (parce que je suis homo au passage) la liberté que moi j'aurai envie de prendre, c'est-à-dire la liberté de rencontrer d'autres "amours". Rien que d'y penser ça me fait plisser les yeux, néanmoins.. si je fais pareil de mon côté j'imagine que c'est tout à fait supportable. Peut-être qu'il faut essayer pour s'en rendre compte ?

Ensuite... ce qui devient difficile c'est que tous les membres concernés soient d'accord pour "partager" son/sa partenaire. Déjà que je trouvais ça difficile de trouver une personne à aimer et qui vous aime en retour, mais si en plus il faut qu'elle soit polyamoureuse... le casse-tête !

Actuellement, je sors d'une relation de 4 ans, et je crois être tombée amoureuse d'une autre fille avec qui tout se passe bien sans qu'on ne se dise "en couple". Je ne cherche pas à me projeter, ou à coller une étiquette sur notre relation et c'est pareil de son côté mais... de là à imaginer qu'elle souhaite une relation non-exclusive... A vrai dire nous n'en avons pas encore parlé, et c'est sûrement parce que je ne suis pas certaine de vouloir ça. Peut-être qu'il faut laisser faire le temps tout simplement.

En tout cas, c'est un débat très intéressant que j'aurai tout de suite rejeté il y a deux ans.


photo de l'auteur Superpink
Superpink
Homme de 21 ans
Paris

Bonjour ThierryC2018,

Sur un point je suis d’accord avec vous : il est tout à fait possible que des personnes s’y retrouvent dans le polyamour. Cependant, j’ai l’impression que ce ne sont pas des bonnes raisons qui vous y amènent si je peux me permettre. Vous avez dressé une liste des comportements que des personnes qui préfèrent (à priori) l’exclusivité ont fait. Le problème c’est qu’à vous lire il semblerait que toutes les personnes qui veulent l’exclusivité ont ses comportements ce qui est faux. De plus, il me semble avoir dans une autre discussion que vous aviez subi ses comportements dans des lieux de drague surtout. Je n’ai jamais fréquenté ces lieux mais il me semble que les personnes qui y vont y cherchent une consommation rapide et ne sont donc pas dans l’optique d’être romantique et attentionné enfin peut-être que je me trompe. Donc ce n’est pas si étonnant d’observer de tels comportements dans un endroit où les gens veulent aller droit au but.

Je pense que le terme fidélité n’est pas si ambigu que ça. Je sais que dans une autre discussion vous ou quelqu’un d’autre avait fait remarquer qu’elle n’a pas les mêmes bornes pour tout le monde (est-ce que fantasmer sur une autre personne que son conjoint c’est de l’infidélité, ect…). Pour ma part je pense qu’on peut qualifier que deux personnes sont fidèles l’une à l’autre dans la mesure où elles ne se cachent rien de suspect au niveau des actions qu’elles font. Une personne qui a des relations extraconjugales sait très bien que cela déplairait à l’autre donc elle n’est pas fidèle. Mais si par exemple une personne tombe amoureuse d’une autre personne que son/sa conjoint.e on ne peut considérer qu’il s’agit là d’une infidélité car elle n’y peut rien. En revanche, la décision de concrétiser cet amour dans le dos de l’autre en est une. Pour autant, si l’autre personne le sait et est d’accord alors il ne s’agit pas vraiment d’une infidélité. Enfin c’est clair que ce n’est pas évident mais je pense que l’essence de ce qu’on appelle fidélité c’est le fait de se réserver amoureusement à une personne et de ne pas essayer d’en obtenir d’autres contre son gré.


photo de l'auteur David37
David37
Homme de 46 ans
CHINON

Bonsoir,

Oui, en effet, pourquoi ne pas être fidèle à plusieurs personnes au lieu d'une ! C'est un concept qui peut-être envisageable à condition que tout le monde y trouve son compte et que chacun soit en accord avec lui-même sur ce point. Peut-être que la société va de plus en plus vers ce concept que cela soit homos ou hétéros. Je ne suis pas contre mais est ce que cette situation sera toujours gérable dans le temps ? Au final, est ce que l'on ne s'y perd pas ? Ne plus se prendre la tête en se demandant si son compagnon t 'est fidèle sentimentalement et sexuellement peut s'avérer l'idéal et apprécier les qualités de plusieurs en même temps aussi. Même si l'on est rejeté par l'un, on peut être désiré par un autre dans la foulée ! et cela peut avoir un côté rassurant également : on n'a moins de chances de finir sa vie tout seul. Je reconnais tous ces avantages mais suis-je capable de vivre une telle relation ? Moi qui suis assez traditionnaliste dans ce domaine. Je suis un peu septique !


photo de l'auteur ThierryC2018
ThierryC2018
Homme de 44 ans
VITRY-SUR-SEINE

@Virtualaze :

merci pour ton témoignage et tes réflexions sur le sujet...

@Superpink :

  • Effectivement, toutes les personnes exclusives n'ont pas les comportements négatifs que je dénonce dans la première partie. Il y a aussi beaucoup de gens bien, et ce qui me handicape vis-à-vis d'eux est autre, je pense en particulier à une famille désunie (==> pas de modèles de relations réussies), mais aussi aux rejets que j'ai subis à l'école pendant mon enfance, qui ont fait de moi une personne si peu sûre d'elle (sauf dans mes domaines de prédilection) etc...

  • Pour les lieux de drague, que je trouve sinistres, je n'y suis jamais allé par gaîté de coeur, espérant souvent davantage qu'un simple soulagement express, à savoir de revoir la personne en-dehors. Et c'est aussi parce que les personnes de l'association de Nancy (en 1996) m'avaient sorti que ce n'était pas leur rôle d'aider les gens à se construire sentimentalement, et que leur seul conseil était : "les lieux de drague". Ce qui fait que je les avais longtemps intégrés comme une solution de rencontres parmi tant d'autres.

  • Par contre, pour ce qui est de la fidélité, si je désapprouve toujours le fait de trahir, je préfère les arguments de @David37 : partager, même si c'est parfois difficile à gérer. Cela dit, je n'ai encore jamais expérimenté moi-même de véritables schémas polyamoureux et leurs difficultés. Juste 1 ou 2 relations distantes à fréquence très basse, mais avec de la tendresse.


photo de l'auteur Haonn
Haonn
Homme de 24 ans
Nantes

On vit une époque assez formidable où chacun peut vivre sa manière d'aimer quasiment librement (ce n'est pas non plus acquis, on ne va pas se mentir). Le polyamour est aussi valide que n'importe quel autre forme d'amour, et je ne vois pas en quoi, si celà convient à tous les partis, c'est un problème. La société a imposé un modèle mono par souci d'éthique. Allez savoir pourquoi on préfère les couples mono toxiques à un multi-couple équilibré.

Cela dit, suite à vous réponses, j'ai remarqué un détail assez intéressant. Je ne suis pas poly. Je ne peux pas concevoir d'aimer plusieurs personnes à la fois, je suis naturellement mono. Ma tête et mes sentiments appartiennent a une seule personne, quand ils sont présents. Je n'ai pas besoin de faire d'effort ou de concession pour penser ma vie à deux. Si bien que si je tombe amoureux d'une personne qui s'avère être poly, j'aurais du mal à envisager une relation avec, parce que je lui demanderais l'exclusivité.

Je ne suis pas du genre à imposer un mode de vie, je sais à quel point ça peut être douloureux. C'est pour l'autre que j'avorterais cette relation, pour qu'il puisse être libre. J'aurais tendance à moins bien vivre une "tromperie" romantique que sexuelle.

Mais je n'ai pas peur de finir ma vie seul. Avoir un compagnon de vie est un bonus à en devenir, pas une nécessité.

Je note donc, peut-être à tord, un besoin affectif plus marqué chez une personne poly. Il revient souvent cette idée de ne pas vouloir finir seul, que les multi-relation seraient une solution a cette appréhension. Ensuite, je passe peut-être en psychanalyse de comptoir. C'est ma sérénité face a mon celibat qui parle. Ahaha ! Je suis cependant fasciné par cette capacité a pouvoir aimer plusieurs personnes à la fois, de manière romantique. Déjà qu'une c'est limite gérable pour moi, alors deux ou plus... J'exploserai.


photo de l'auteur Lunik
Lunik
Femme de 27 ans
Bruxelles

Citation de ThierryC2018 #283265

Voir des personnes différentes de manière occasionnelle uniquement pour les bons moments sera toujours plus cool que d'être en couple avec une personne qui risque de te blesser de t'abandonner. Tu as besoin de paix, de ne plus être blessé.

Si le polyamour aide certaines personnes à retrouver confiance aux relations tant mieux.

J'ai également aussi du mal à croire que c'est "LA" solution pour avoir de meilleures relations sur le long terme. "On finira pas seuls" certes mais le sentiment de solitude est avant tout mental. Certaines personnes sont très entourées et se sentent seules.

A partir du moment oú on est tombé sur des personnes malveillantes, l'égo en prend un coup. C'est pas une question d'être poly ou pas. C'est plus profond que ça.

Vive l'amour et (surtout), bon "courage". J'ai l'impression qu'il en faut pour gérer une troupe d'amants : p

J'aime trop le temps que j"ai pour moi en fait : p


photo de l'auteur ThierryC2018
ThierryC2018
Homme de 44 ans
VITRY-SUR-SEINE

Lunik,

J'aurais vraiment eu l'envie de te prendre dans mes bras si tu étais en face de moi, vu la bienveillance de ta 1ère phrase (d'autant + que je sors de mon autre sujet sur les câlins !). Et tu as fait une bonne analyse, pour le reste.

Au plaisir de te lire...


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit