Marié, 3 enfants et attiré par les relations homos

photo de l'auteur Gmork
Gmork
Homme de 34 ans
Maël-Carhaix

Tout d'abbord, bonsoir à toute l'équipe et membres de ce forum. Je suis désolé si mon post tir sur la longueur mais j'ai besoin de raconter un peu mon passé pour pouvoir avoir une petite aide psychologique et pourquoi pas, rencontrer des gens qui sont ou ont été dans le même cas que moi. J'ai 34 ans et à ce jour, je n'arrive meme pas à définir mon orientation. Etant donné que je suis attiré sexuellement par les femmes et par les hommes, j'ai décidé de poster dans la rubrique des forums bi.

Je n'ai pas eu une importante quantité de partenaires sexuels car je suis quelqu'un d'assez réservé, attaché à la fidélité et rarement fait un câlin pour une histoire d'un soir. Par contre, j'ai pu facilement passer d'une relation homo à une relation hétéro et vice-versa. Voici concrètement mon problème actuel qui me rends pour la premiere fois de ma vie dans un état dépressif et d'idées noires. Au jour d'aujourd'hui, je vis en famille avec ma femme (en couple depuis décembre 2006, marié depuis septembre 2008) et mes 3 enfants (2011 - 2012 - 2015) que j'aime à en mourir. Quelque semaines après notre mariage, j'ai craqué et annoncé à ma femme que j'avais eu mes premières relations homosexuelles à l'âge de 16ans et avec le même garçon pendant 1 an et demi. A cette époque déjà, j'étais quelqu'un de très réservé, solitaire, l'impression de repousser les filles et lui, souffrait exactement de la meme chose. On s'est donc très vite lié d'amitié et avec le temps on a fini par évoquer la découverte de notre première relation sexuelle ensemble. Ca a donc duré un an et demi. La situation s'était dégradé et petit à petit, il avait fini par me faire comprendre que ça ne l'intéressait plus et qu'il preferait essayer avec une femme. Il n'a plus jamais chercher contact et on a fini par se perdre de vue. C'était un mec fragile et a fini par avoir pas mal de probleme psychologique. Au jour d'aujourd'hui, je n'arrive toujours pas si je couchais avec lui uniquement par plaisir sexuel ou si des sentiments c'était installés. A partir du moment où j'ai compris qu'il n'y avait plus rien à faire, j'ai eu la curiosité de voir comment se passe une relation amoureuse avec une fille.

J'ai donc rencontré une fille au lycée avec qui je suis sorti pendant à peu près 3 ans. Comme vous pouvez le comprendre je ne suis pas trop attiré par les relations d'un soir et j'ai quasiement vécu que des relations durables. Cette fille m'a donc fait découvrir les relations hétéros et m'a fait rendre compte que j'aimais ça également. C'est avec elle que j'ai appris à aimer. Les bons moments se sont vites estompés, et m'a bien fait comprendre que ça la faisait chier de faire des câlins. De toute façon il y'a pas photo, je prends sexuellement du plaisir que ce soit avec une femme ou avec un homme, ça je le sais. Je ne sais pas pourquoi, j'y peux rien c'est comme ça. Aussi, je ne lui est jamais parlé de mes ex relations homos et d'un jour à l'autre, elle a fini par me tromper avec un mec rencontré en boite. Première claque de ma vie sentimentale. Je l'ai donc largué sur le champ. Un mois et demi plus tard, mes premiers sentiments me rattrapant, m'ont fait faire le premier pas pour retenter notre chance. Elle a accepter et la relation a été de courte durée. Engueulade sur engueulade, on a fini par se séparer. C'est à partir de là que j'ai commencé à sortir et à me sociabiliser un peu plus avec les autres. Je suis resté seul pendant plus d'un an voir deux et je n'ai eu qu'une relation d'un soir avec une fille que je fréquentais dans les bars-karaokés. Autant dire que çe fut vraiment pas l'pied pour moi les relations d'un soir.

Et c'est grâce à mon emploi de cariste dans une entreprise de transport que je fait la rencontre de ma femme. Le fils de mon boss était en couple avec elle à cette époque là et c'est comme ça que je l'ai rencontrée. Elle m'attire physiquement, elle me donne l'impression de m'apprécier et très vite des sentiments s'installent. Tout est allé très vite tant l'osmose entre nous est puissant. Pour ce qui est du sexe, je n'avais jamais connu ça avant et cela dure toujours jusqu'au jour où j'écris ces lignes. Etant donné que j'ai la meilleure femme du monde XP et qu'elle est au courant de mon attirance sexuelle pour les hommes, elle a toujours et est toujours une partenaire parfaite en jouant à des jeux homo comme elle le peuxe et en a toujours pris un certain plaisir. Nous sommes fait l'un pour l'autre et nous le savons. Après 12 années de vie commune dont 10 années de mariage plus 3 enfants, les moments de bonheurs naissent comme les moments de faiblesse du couple et je fini par découvrir en enregistrant en cachette une de ses conversations téléphonique à un de nos amis qu'elle lui déclare l'aimer. Je fut effondré quand j'entendit ces mots sortir de sa bouche dans une oreillette branchée sur mon portable. Dix années de vie de couple et de fondation de famille venait de s'écrouler devant mes pas. Au moment où je l'ai entendu dire ses mots, j'ai eu l'impression que tout ce qui était au tour de moi avait disparu et que je tenais debout sur un socle de la taille de mes pieds avec rien d'autre que le néant. Elle ne m'a apparemment jamais trompé avec lui, mais l'avais embrassé lors d'un voyage seule sur Paris. J'ai décidé de me séparer de ma femme et nous avons commencer à acheter des meubles pour que je puisse m'installer ailleurs. Après moins d'une semaine de séparation, nous avons craqués tous les deux en réalisant bien que nous ne pouvons pas vivre l'un sans l'autre. La condition que j'ai eu pour qu'on se remette ensemble c'était que l'on continue de voir notre ami avec qui elle a eu un début d'installation de sentiments car elle se sentait la seule coupable dans l'histoire. Du moins c'est ce que je pense. Ca a été l'épreuve la plus difficile pour moi. J'ai du pardonner à notre ami qui s'est laissé embrassé par ma femme pour retrouver l'amour de ma vie, la mère de mes enfants, la seule femme qui m'apporte tout ce dont j'est besoin sexuellement et pour qui je ferait n'importe quoi.

J'ai survécu six mois et la cocote minute a fini par exploser. Je vais appeler notre ami commun "X" ce sera plus simple ;) Je travail en 3x8 ce qui fait que je change de poste chaque semaine et ce depuis bientot 10 ans. Matin, nuit, après-midi. La fatigue se fait sentir, on ne passe pas assez de temps ensemble et j'entends parler de X du matin au soir jusque même pendant la nuit. Bref, à toute heure j'entends parler de X. X envoi des messages à ma femme à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Bien-entendu dans un domaine amical uniquement. Mais moi, je ne le supportai plus. Je pensais que les appels incessants cesserait au fur et à mesure mais rien n'y a fait. J'ai donc décider de donner un coup de masse dans la fourmilière et j'ai décidé de montrer que j'étais capable de partir pour de bon. L'amour a beau être plus fort que tout, j'ai lâché prise à cette situation, j'ai déménagé et c'est là que je me suis posé mille et une questions. J'ai été tellement déçu et marqué par ce changement de situation que je ne me voyais plus vivre avec une femme autre que celle qui a partagé ma vie pendant douze ans et à fait de moi l'homme que je suis devenu aujourd'hui.

Le déclic est arrivé très vite et je me suis réfugié dans l'idée de rencontrer un homme et de revivre ce genre de relation que je n'avais plus connu depuis ma seule relation homo. Mon moral étant évidemment tombé très bas et étant toujours un peu réservé, j'ai décidé de m'inscrire sur un ou deux site de rencontres gay dont celui-là (ancien compte supprimé). J'ai fait la connaissance de deux hommes qui était à l'écoute de mon histoire. L'un était presque dans la meme situation que moi sauf qu'il n'avait jamais eu de relations homos et l'autre qui était uniquement gay avait pas mal de points commun avec moi. Il vivait de musique et pour moi, la musique est un besoin vital. Avec lui, le courant est très bien passé. Nous avons dialoguer de longues heures sur à peu près deux semaines et nous avons eu très vite envie de nous voir. Ce que nous avons fait. La première fois qu'on s'est vu on a appris à se connaitre de visu et avons une fois de plus longuement parlé et toujours de bonne entente. Nous nous sommes donc revu la semaine suivante et ce qui a du arriver arriva. Nous avons couchés ensemble si je ne puis dire sans qu'il y est pénétration. Autant dire que nous avons été le plus respectueux possible pour démarrer cette nouvelle relation. Sur le fait accompli le plaisir était au rendez-vous mais le plaisir fut de courte durée. Sur le chemin du retour j'ai craqué en me rendant compte que l'acte que je venais de faire risquais de mettre le point final sur la possibilité de retrouver ma famille. La barrière venais de se refermer violemment devant moi.

Mes 12 années passées avec la seule personne que j'aime vraiment me rattrapent une seconde fois et j'ai trouvé refuge auprès d'elle en lui expliquant tout ce qui c'était passé depuis le début de notre séparation. Après une longue discussion en pleurs, nous avons décidés de nous battre pour rééssayer une dernière fois de sauver notre couple. Nous somme de nouveau ensemble depuis septembre 2017 et depuis, tout allait pour le mieux. Nous nous engueulons beaucoup moins souvent et nous partageons plus de moments qu'avant. Il faut dire que le fait de ne plus partager grand chose les dernieres années avant notre séparation a été une des causes pour laquelles je ne suffisait plus à ma femme. Il y a eu des périodes où seules nos relations sexuelles gardaient notre couple soudé.

A ce jour, mon état psycholgique me fait peur, je suis dans une impasse qui m'a donné pour la première fois de ma vie des idées noires. Je suis toujours aussi comblé sexuellement avec ma femme mais le désir d'avoir des rapports avec un homme ressortent différemments qu'avant notre séparation.

Je n'arrive pas à comprendre pourquoi et je ne sais pas non plus si c'est un fantasme qui a juste augmenté en puissance. Je ne sais plus du tout ce que je dois faire, je me sens completement perdu car même si ma femme accepterait que j'ai des relations avec un homme de temps à autres pour assouvir mes désirs sexuels, je ne pourrai pas le faire. Pour moi, la fidélité est importante dans mon couple. Donc ce qui me torture, c'est d'aimer ma femme comme personne d'autre n'aura le droit à cet amour, et d'avoir de fortes envies de relations sexuelles avec un homme tout en étant plus que satisfait avec ma femme.

Alors oui, mon histoire est compliqué. Mais ce qui est sûr, c'est que je ne veux pas foutre mon mariage et ma famille en l'air maintenant que j'ai eu la chance de les retrouver pour des envies, fantasmes ou je ne sais trop définir ce que c'est. Plutôt vivre avec ça dans mes intimes pensées quitte à en souffrir que de détruire ma famille et ma femme que j'aime plus que tout au monde et que je suis en train de faire souffrir avec moi.

Pour la première fois de ma vie, je viens de commencer un traitement d'anxiolitique et d'anti dépresseur.

Voilà, merci à celles et ceux qui ont eu le courage de lire mon post jusqu'au bout. J'ai essayer de faire au plus court. Si quelqu'un a des conseils, des solutions ou qui sont ou ont été dans le même cas, n'hésitez pas à me donner votre avis et votre expérience. Bisous à tous et merci encore.



photo de l'auteur Romangel
Romangel
Homme de 33 ans
Vénus

A te lire, tu as la réponse.

Tu désires sauver ta famille et ton couple. Ce qui est louable et compréhensible.

Maintenant, si ta santé en pâtit, il va falloir que tu prennes du recul pour savoir si ta volonté de préserver ton couple n'est pas ce qui te rends malade.

L'amour est quelque chose de fort et tu as eu le courage de partir quand tu te sentais moins aimé.

Tu as donc cette force et cette lucidité en toi pour agir et prendre la bonne décision pour ton bien être moral et sentimental.

Si tu quittes cette relation ça ne sera pas pour t'envoyer en l'air avec des mecs mais pour te retrouver toi et peut être rencontrer une autre personne (homme ou femme) avec qui poursuivre ta vie.

Retrouver la confiance dans un couple n'est pas évident. J'ai des exemples de couples pour qui ça a fonctionné et d'autres non, il n'y a donc pas de remède miracle mais simplement des vies, des volontés et des caractères qui font que ça reprends ou pas.

Certains restent pour les enfants, la maison, ayant l'espoir que tout va redevenir comme au premier jour...

Le temps sera ton meilleur allié je crois...


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Si j'ai bien compris tout se passe comme si tu recherchais surtout une sécurité affective, et l'intrusion d'un ami dans votre couple t'a déstabilisé. Tu as bien fait de voir un médecin pour enrayer une dérive vers un état dépressif face à une situation que tu vois sans solution, il vaut mieux ne pas être trop au fond du trou pour prendre des décisions raisonnables.

Je suis un peu surpris du détachement avec lequel tu décris ta première rupture avec un garçon, il ne semble pas cohérent avec l'état d'esprit actuel que tu décris, mais bon c'est un peu secondaire.

Je pense que lorsqu'on a besoin de stabilité ce qui semble être ton cas, il ne faut pas prendre sous le coup de l'émotion une décision qu'on regreterait, et être prudent dans la gestion de ses pulsions, et de ses "ras le bol". Je reconnais que ce n'est pas simple quand on est déprimé, les cachets ne sont que des béquilles même s'ils ont le mérite de maintenir debout. Peut-être faudrait-il discuter plus avec un psychologue, même si s'exprimer sur un forum de bonne réputation est un bon début.

Parce que cela vaudrait la peine de peser ce qui est positif dans ta vie, au même titre que ton long topic pèse ce qui est négatif, et centré sur toi, qui est cohérent avec ton état déprimé mais peut-être plus largement aussi avec ton état d'esprit habituel, ce serait à vérifier.

Par exemple ta femme semble être très compréhensive, même s'il apparait qu'elle compense ou a compensé avec un ami "compréhensif".

De même tu ne parles par de tes enfants et de ta responsibilité à combler leur besoin de sécurité affective, qui peut être autant une source de bonheur que de culpabilité, mais en tout cas ne pas laisser indifférent. Et ils vont grandir, te donnant de nouvelles responsabilités et sources de satisfactions.

Et il y aurait sans doute d'autres sources identifiable de bonheur si tu les cherchais bien, n'occultant pas les sources d'épuisement psychologique mais pouvant au moins les compenser le temps d'avancer et de se sentir mieux.

Sans compter les potentielles charges supplémentaires en cas de séparation, telles que la pension alimentaire qui est un fil à la patte sans en avoir les avantages autres que d'être plus libre.

Tu remarqueras que mon post ne parle pas d'orientation sexuelle, non pas que ce soit sans intéret et sans marges de progres, mais je ne ressens pas que ce soit la solution miraculeuse à l'ensemble de tes soucis. Sans compter qu'une relation stable avec un homme est une rude entreprise XD.

Si tu étais tenté de faire comme a fait ta femme, autrement dit introduire discretement un homme dans ta vie (façon de parler hein xD ), il sera impératif de ne pas ramener une IST dans ton couple, parce que les risques sont très supérieurs dans le milieu gay et qu'un couple stable n'a habituellement pas pour habitude de protéger ses relations. Ce serait de mon point de vue coupable alors qu'il existe des tas de solutions, y compris celle de prévenir ta femme et de renforcer sa protection.

Au total la situation que tu décris apparait difficile mais semble loin d'être désespérée, en tout cas vue de l'extérieur, et pourrait évoluer favorablement.

:-)


photo de l'auteur Gmork
Gmork
Homme de 34 ans
Maël-Carhaix

Alors déjà, Romangel, Lindos, merci d'avoir donné suite à mon post. En me relisant, je me rends bien compte que j'ai essayé d'écourter au mieux mon post pour ne pas décourager les membres à me lire. J'ai donc oublié certaines choses à dire. Mon état m'a même fait oublié de mettre certains mots dans mes phrases, j'en suis désolé.

Lindos: Tu me dis être surpris de mon détachement avec lequel j'ai décris ma première rupture. Ce n'est pas que je l'ai bien vécu mais simplement que je n'ai pas eu le choix à l'époque de tirer un trait sur cette relation. Il ne voulait plus de moi et culpabilisait d'avoir des relations avec un homme. C'est lui qui a mis un terme à ntre relation. Aujourd'hui encore je me dit que si il n'avait pas eu le désir d'essayer une relation hétéro, je serais peut-être encore avec lui et ma vie ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui. Attention, je ne veux pas dire que je regrette mon actuelle vie de famille bien au contraire. Et puis j'étais en pleine adolescence et je cherchais justement à savoir également quelle était mon orientation sexuelle. Donc oui, j'ai souffert du manque de sexe avec mon copain et j'ai souffert de ne plus le voir du tout car on était quand même très proche. Lui voulait qu'on continue à se voir mais uniquement pour continuer notre amitié. Evidemment ça n'a durer qu'un temps, je ne pouvais continuer à le voir et bouillonner de l'intérieur sans avoir droit à un câlin. Comme dit dans mon premier post, je ne sais toujours pas si j'éprouvai des sentiments amoureux envers lui ou bien si ce n'était que parce que nous avions les mêmes problèmes de confiance en soi. Et comme je n'avais jamais eu de relation avec une femme, la curiosité de mon orientation m'a donc donné l'envie de chercher une compagne. Et au jour d'aujourd'hui je ne sais toujours pas si je suis bi, ce qui, si c'est bien le cas, me poserait un réel problème. Pourquoi je vois ça comme un problème ? Et bien tout simplement parce que je ne veux pas vivre d'aventures sexuelles. Si je devais quitter ma femme pour vivre une relation amoureuse avec un homme, qui me dit que le problème finirait pas par s'inverser et que le manque de relations hétéros finirait par me manquer également. Voilà pourquoi je suis mal et que pour l'instant je ne vois pas de solutions à part mettre fin à mes jours pour ne plus souffrir. Chose qui ne m'était jamais arrivé auparavant.

Je ne sais pas non plus pourquoi en 10 ans de vie de couple, j'ai toujours réussi à gérer mes pulsions et désirs d'avoir une relation homo alors que depuis ma déception de voir ma femme se reourner vers un autre homme que moi m'a rendu plus fragile à ce niveau là. Pourtant, à ce jour, notre relation se passe très bien, nous voyons toujours X et j'ai appris tant bien que mal à l'accepter dans notre vie amicale.

Pour ce qui est de mes enfants, tu as bien fait de le souligner car je n'ai pas eu le déclic d'en parler plus sur mon premier post. alors pour y voir plus clair nous avons donc eu 3 enfants. J'ai deux filles et un garçon (le petit dernier qui va sur ces 3 ans). Bien-entendu, je suis fier d'avoir pu fonder une famille et j'aime mes enfants comme tout parents. Ce ne sont pas mes enfants qui m'empêchent de prendre une décision sur ma vie sexuelle et sentimentale. La seule chose qui me tracasse c'est depuis la venu du petit dernier. Je ne sais pas si c'est parce que je m'identifie plus à lui (ce qui ne veux pas dire que je l'aime plus que mes filles) mais je culpabilise beaucoup car j'ai peur qu'il souffrira de la meme chose que moi plus tard. Ce qui est totalement stupide, je le conçois, étant donné que les orientations sexuelles ne sont pas héréditaires et que ce même problème pourrait arriver à une de mes filles.

En tout cas, je suis dans l'optique de voir un posychologue car le bon côté des choses c'est que je me rends compte que je suis en danger et que je veux m'en sortir.

Romangel: Oui, la confiance dans un couple n'est pas toujours facile à retrouver. Cependant, pour mon cas, la confiance à largement repris le dessus et ma vie de couple a repris son cours de la même manière qu'avant notre séparation voir même encore mieux. Mais comme je suis quelqu'un de très franc, je parle de tout ça à ma femme et ne lui cache rien. Comme dit plus haut, j'ai peur qu'elle finisse par rompre notre relation uniquement pensant me libérer de mes tourments quitte à en souffrir elle-même et je le vivrai très mal également.


photo de l'auteur Romangel
Romangel
Homme de 33 ans
Vénus

Dilemme difficile à résoudre....

Perdre l'amour pour libéré l'être aimé de chaînes dont il se sent prisonnier.

Parfois l'amour est destructeur...

Et même si cela fait mal et que l'on va en souffrir, rompre (en bon terme) reste la meilleure solution.

A toi de voir si tu penses que cet amour va détruire vos personnes (sur les plans psychologique et affectifs) ou qu'il vous permettra de vous épanouir mutuellement.


photo de l'auteur MuadDib
MuadDib
Homme de 23 ans
Eaubonne

Bonjour belle âme torturée, j'ai bien reçu ton appel au secour, je peux sentir la douleur causé par la sanglante battaille intérieure que tu nous a narré, et je pleure avec toi.

La femme avec qui tu vivais depuis presque 12 ans, la mère des être les plus chère à tes yeux, quel merveilleux trésor elle était pour toi!

Tellement merveilleux, tellement bon, que tu a peu être pu oublié que si elle est un trésor pour toi, elle est aussi, comme toi, un être humain, créature mue par des désirs les plus divers. Ces désirs reposent eux même sur des besoins. Il n'y a pas de plus grande réalité que celà.

J'ai constaté en te lisant, que tu ne lui a pas pardonné quelque chose, et c'est exactement la même chose que tu ne te pardonne pas à toi même non plus... au point de te détester, de te faire du mal avec des cachets qui engourdissent tes précieux sentiments.

J'entends que la fidélité est une valeure importante pour toi, et pour tant tu as oublié d'être fidèle à toi même.

Au fonde de toi, logeait un besoin insatisfait (que tu connaitra mieux que je pourrais le décrire, lorsque tu y regarderas de plus prêt).

Ce besoin fait parti de ton essence même, il est une partie de toi, pourquoi l'a tu traité avec si peux d'estime, si peux de délicatesse? Ce besoin faisait naitre des désirs en toi afin que tu puisse le satisaire, et comme ses désirs contrevenaitent à la morale que tu t'était fixé, tu les as simplement balayé du pied! Oh tristesse que tu ne te soit pas aimé assez pour les écouter avec respect, celà a été ta plus douloureuse erreure.

Avec cette longue épine que tu as enfoncé jusqu'à dans ton squellette pour faire taire ton besoin, comment voulait tu qu'elle ne gène pas la strcture dansante de ton couple. Lorsque tu as vu qu'elle c'est autorisé à ceder à ce que tu t'ai refusé sans négociation, votre danse c'est désincronysée, et la douleure de l'épine t'as poussé à lui hurler dessus de colère. Elle est soudain devenue le bouc émissaire de cette douleure, mais regarde mieux et tu saura que c'est faux, je t'en prie belle âme regarde y mieux! Prends le temps de celà.

Ta dépression est un phénomène normale, c'est un besoin de faire du vide autour de toi pour renouer avec l'essentiel, et ainsi retrouver ton intégrité malmenée. Ce que je te conseille de faire en premier lieue, c'est d'aimer cette dépression, voit ce qu'elle a à t'offrir, embrasse là, elle vient te déconstruire un petit peu, retirer quelques carapaces de ton moi d'avant. Ne pleure pas sur les briques qu'elle emporte au loin, laisse les s'éloigner car la reconstruction sera harmonieuse, elle sera la joie retrouvée.

Bonne reconstruction mon ami, fais moi confiance, suis la voie de l'amour, aime toi d'abord toi même car on aime toujours l'autre à la manière dont on s'aime. Et le premier devoir de l'amour, c'est l'écoute, écoute toi longuement et avec attention, c'est le premier pas du chemin de l'amour, et il mène au plus grands délices.


photo de l'auteur pcamel
Pcamel
Homme de 63 ans
bourmont

Tu es un esprit torturé,tu aimes tes enfants, ta femme ,ce qui est une évidence,et cette femme même qui te rend prisonnier aussi,qui sait !!. Tu passes par une dépression, mon dieu que c'est triste,et jamais je ne souhaiterais, même à mon pire ennemi de passer par cette épreuve.

Dans un premier temps,pour moi ,le monde s'est écroulé sous mes pieds,je perdais pied littéralement et j'aurais voulu dormir,dormir, en effet,c'est ce que les anxiolitiques te permettent,vivre plus serainement en oubliant,mais le problème ne se résoud pas en le laissant de côté,car de toutes façons,il reviendra coûte que coûte..... si je peux te conseiller ,comme l'a fait une personne, fait toi suivre par un psychologue ou un thérapeuthe,quoique qu'on en croit,on a des choses à dire,des choses qui nous font mal qd on les aborde franchement,on y est confronté,et comme je dis tjrs, de la parole nait la lumière, tu te connaîtras beaucoup mieux,et tu verras que les choses se mettent en place au fur et à mesure,tu seras à même de prendre des décisions,tu seras toi ,tu comprendras le pourquoi de tes agissements ,de tes décisions,ensuite tu regarderas la vie différemment, mais sache que le travail ,ce n'est pas le thérapeuthe qui le fait, c'est toi même,tu comprendras le mécanisme que tu as mis en route pour aller de travers ( c'est imagé).

Dans la vie ,on a l'impression que pour certains ,tout est plus facile,et pour d'autres, c'est la pagaille, alors je te répondrais,que j'ai été un enfant aimé et heureux, mais la nature humaine fait qu'au détour d'un événement,on met à mal le restant,à partir de cet événement. La dépression est vraiment un mal, qu'est ce que j'ai souffert,j'étais au fond du gouffre,sans idées noires, mais j'ai pris conscience que je devais m'en sortir,que je ne pourrais pas le faire seul, je le ferais avec une tierce personne.Je pense que dans la vie on peut s'en sortir de diverses manières, tu dois penser ,toi, à te démêler de cette situation, je te le souhaite vraiment, du fond du coeur

Pcamel


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Bonjour, je vois qu'il y a pas mal de réponses que j'ai lu en diagonale et je risque donc de faire dans la répétition.

Premièrement, tu as dit que tu te sens dans une impasse et que tu as des idées noires. Il ne faut absolument pas que tu restes seul avec ces idées et que tu puisses en parler. Tu as commencé ici et c'est super. Par contre tu as très probablement besoin d'une écoute professionnelle (que tu as déjà amorcée, tu es sous traitement). Par contre les traitements mettent du temps à agir et une aide psychothérapeutique doit y être ajoutée (auprès d'un psychologue ou d'un psychiatre). En cas d'urgence tu peux toujours te rendre dans un service d'urgence où il existe des permanences psychologiques et psychiatriques qui peuvent te proposer une écoute et t'orienter sur la suite des soins. Pour ce qui est de la sensation d'être dans une impasse, la psychothérapie a justement pour rôle, entre autre, de te donner un autre angle de vue et de percevoir l'issue qui t'es dissimulée par ton état dépressif.

Ensuite, tu as peur de perdre ta famille, et j'imagine que cela doit être extrêmement douloureux. Garde bien en mémoire que quoique soit l'avenir de ton couple, tes enfants restent tes enfants. Il faut distinguer ce qu'est le couple conjugale du couple parentale. En cas de rupture il y a fin du couple conjugale mais le couple parentale garde sa fonction pour élever les enfants. Il faut évidemment gérer cette situation en bonne intelligence avec son ex conjoint.e afin que cela se vive sereinement pour les parents comme les enfants. En somme, en cas de rupture tu ne perds pas tout, la famille survit au couple .

Enfin, tu es bisexuel et cela me paraît normal que tu éprouve du désir pour les hommes et que tu en fantasme. Il n'y a pas nécessairement de culpabilité à ressentir . Toutefois, dans beaucoup de couples, lorsqu'il va mal, la réaction la plus simple mais pas toujours celle qui arrange les choses c'est de se tourner vers un tiers : entourage amical, familiale, ou justement amant.e. Cela n'a rien à voir avec la bisexualité évidemment, les hétéros et tout le monde est susceptible de réagir ainsi. Il faut se poser la question de quelle fonction à pour la personne adultère d'aller voir ailleurs ( comme ton épouse il fut un temps même si elle n'est pas allée au bout de la démarche, ou toi si tu finis par l'envisager concrètement). D'autant que cela à l'air d'être passé de ta femme à toi ce questionnement et il y a peut être quelque chose de non résolu. As tu déjà envisagé une thérapie de couple ? Ou ta femme ? Cela peut être l'occasion de faire le point sur votre couple et voir ce que vous pouvez en faire. sachant que quelque soit l'issue d'une thérapie de couple, le but est que cette issue se déroule sereinement pour les deux parties lorsque cela est possible.

J'espère avoir apporté quelques réponses et que tu sauras trouver des solutions qui t'aideront.


photo de l'auteur Gmork
Gmork
Homme de 34 ans
Maël-Carhaix

MuaDib, Pcamel, Fregegui, merci pour vos réponses de conseils et de soutiens. Excusez-moi si je me répète mais pour répondre à MuaDib, j'ai peut-être mal compris, mais je pense que tu as cru que je suis séparé de ma femme alors que non, je suis avec elle en ce moment même. Nous avons eu une légère séparation (après ma découverte de ses sentiments pour un autre) de 5 ou 6 jours puis six mois après, j'ai définitivement mis fin à notre relation et donc parti de la maison familiale pour une durée d'un peu plus d'un mois. Pendant ce laps de temps, j'ai rencontré un homme avec qui j'ai beaucoup discuté, on s'est rencontré et on a fini par aller un peu plus loin. Cet acte ma complètement déboussolé voyant la réalité en face, c'est à dire la perte définitive de ma vie de famille et de couple. Cela va sans dire que ce n'est pas l'acte en lui même qui m'a repoussé, au contraire, j'y ai pris un grand plaisir que je n'avais pas connu depuis une quinzaine d'années.

Le fait est que, lorsque ma femme a essayé de trouver le bonheur avec un autre ne venait pas du fait que je suis attiré par les hommes mais pour d'autres raisons, du moins c'est ce qu'elle m'en a dit. Elle ne se sentait plus écoutée car elle-même n'allait pas très bien et je n'ai pas su lui apporter ce dont elle avait besoin (je ne parle pas de sexe étant donné que c'était la seule chose qui nous maintenaient liés) et l'ami avec qui nous partageons des soirées passées sur la console en ligne a été très à son écoute, ça l'a attirée et elle s'est liée d'amitié. Je suis très réservé, besoin de repos à la maison et elle, tout le contraire : besoin de voir du monde, de nouvelles rencontre car toute seule à la maison avec les enfants et pas de permis voiture. Ca a duré bien deux ans avant son petit dérapage (je parle là d'un petit bisou et de sentiments avoués pour cette homme que j'ai découvert comme décrit sur mon premier post). C'est donc en apprenant ses sentiments cachés que j'ai décidé de rompre pour une durée de 5 jours car après maintes et maintes discussion, nous nous sommes bien rendu compte que nous ne pouvions vivre l'un sans l'autre. Donc nous avons fait le point avec notre ami commun car ma femme ne m'a pas laissé le choix, elle n'acceptait de reprendre notre vie de couple uniquement si nous gardions cet ami dans notre vie mais bien évidement uniquement dans le domaine amical. J''étais anéanti de l'avoir vu me cacher les choses alors que de mon côté, je l'ai toujours respectée malgré mes envies et mes fantasmes de coucher avec un homme mais j'ai fini par cédé. Nous sommes donc restés ensemble. C'est les six mois qui ont suivis qui ont étés insoutenable. On avait beau avoir gardé son ami dans notre vie, je n'entendais parlé que de lui du matin au soir. J'ai pris sur mois jour après jour jusqu'au jour du grand clash, en prenant la décision de la quitter car je n'arrivai plus à supporter l'intrusion de cet ami dans notre vie de famille (l'impression de faire ménage à trois). Je l'ai plus quitté pensant qu'elle restait avec moi pour ne pas me faire de mal et donc pour lui laisser la chance de faire ce qu'elle avait peut-être envie de vivre, pas parce que je n'avais plus de sentiments pour elle. J'ai donc déménagé dans la souffrance d'avoir pris moi-même la décision de mettre un terme à notre vie de couple à sa place. C'est là que, pour me soigner de mes maux, j'ai tout fait pour essayer d'être épauler en me dirigeant sur des sites de rencontres sérieuse gay (celui-ci y compris mais sous un autre pseudo inexistant à ce jour). A partir de là, je ne me voyais plus du tout vivre avec une femme autre que la mienne et la vision des femmes commancaient à me dégouter (déjà déçu de ma première relation hétéro comme cité plus haut).

C'est donc après avoir couché avec cet homme, dont je souffre encore de lui avoir certainement fait du mal, car c'était vraiment quelqu'un de bien avec qui des sentiments aurais très vite pu s'installer que j'ai craqué. Sachant quela relation de ma femme avec notre ami n'a rien donné, je suis retourné vers ma femme en lui explicant tout ce qu'il c'était passé (je ne cache rien à ma femme je suis trop franc pour ça). Elle a accepté de suite de sauver notre couple (car elle souffrait également de mon absence et certainement aussi de me voir me diriger vers un homme). J'ai donc du faire le point avec cet homme qui m'avait tellement aidé alors que j'étais au plus mal. Ce n'est pas facile pour moi encore aujourd'hui car je culpabilise énormément de ce que j'ai pu lui faire, on s'étaient dit tellement de choses malgré ce cours laps de temps passés ensemble et au téléphone. A vrai dire, j'y pense presque tous les jours. Je n'aime pas faire souffrir les gens, ce n'est pas dans ma nature et là je sais que j'ai fait souffrir quelqu'un même si, je pense qu'il s'en ai remis depuis et qu'il ne doit peut etre meme plus y penser. Moi j'arrive encore à verser des larmes quand j'écoute par exemple sa voix magnifique sur son album qu'il m'avait gracieusement offert (il avait un groupe de musique qui existe encore mais dont il ne fait plus parti). Ce n'est pas des larmes de sentiments car je ne pense pas avoir eu de vrais sentiments mais plus parce que je me dis que si ma femme c'était mis avec notre ami, je serai peut etre encore à ses côtés aujourd'hui. Ce CD est la seule chose qu'il me reste de lui, je ne peux meme plus le contacter pour au moins prendre de ses nouvelles car mon téléphone a planté depuis et j'ai perdu tous mes numéros. Et le fait de ne plus pouvoir prendre de nouvelles me font mal car j'aimerai savoir si il va bien.

Donc voilà, au jour d'aujourd'hui, nous avons passés le cap de notre séparation et l'homme avec qui ma femme avait eu des sentiments est toujours présent, nous nous voyons régulièrement mais dans une proportion plus que raisonnable et ça j'arrive à le gérer. La confiance a été retrouvée et je file des jours heureux avec ma femme et mes enfants. Seulement voilà, mes pulsions me rattrapent et me rendent dingue. Je suis toujours autant satisafait qu'avant sexuellement mais l'impression qu'il me manque quelque-chose me désoriente. Ma femme est bien-entendu au courant de mon problème et fait tout pour m'aider sexuellement parlant poursoulager mes besoins. Elle a peur que je tombe amoureux d'un homme et que je la quitte et moi j'ai peur qu'elle finisse par me quitter pour pouvoir me libérer. Or je ne sais pas ce qu'il se passerait si une nouvelle séparation devait arriver.

D'où la question que je me pose, comment vivre bien sa bisexualité quand on est attaché à la fidélité ? Peut-être ne suis-je pas bi mais bien homosexuel ? Je n'en sais rien. Peut on être homosexuel et prendre du plaisir avec la femme qu'on aime ? En fait je ne sais pas ce que je suis et ça me fait vraiment mal. Si un jour je décide de requitter ma femme pour essayer de refaire ma vie avec un homme, qui me dit que les relations sexuelles hétéros ne vont pas me manquer et que le probleme sera inversé ? C'est ce paradoxe qui me donne des idées noires et dont je ne vois pas d'issue possible.

Pour répondre à Pcamel et fregegui, je compte bien voir un psychologue si mon état continue comme ça. Une thérapie de couple est envisageable également. Je sais bien que si ma relation avec ma femme doit cesser un jour je ne perdrai pas mes enfants et leurs apporterait tout ce dont ils ont besoin puis elle me soutiendra car c'est une femme en or, c'est bien pour ça que une fois de plus, paradoxalement, je ne peux pas lui faire de mal en la quittant. Je l'aime d'un amour tellement intense et ce depuis 12 années. Hier encore, ma femme m'a écrit une lettre me disant que quoi que je dise ou quoi que je fasse, elle me verra toujours de la même façon. Sa dernière phrase est, je cite : "Laisse-toi être toi, c'est comme ça que je t'aime."

Comment ne pas fondre en larmes quand ta propre femme est prête à te laisser prendre du plaisir sexuel ailleurs pour ton bien-être ? Je sais qu'elle me le pardonnerai si je devais avoir des relations extra conjugale avec un garçon, et c'est vrai que ça pourrait m'être une solution. Le seul problème, c'est que je n'en serai pas capable. Moi, je ne l'accepterai pas dans le sens contraire alors comment pourrais-je lui faire ça ???

Désolé pour le pavé et merci à tous ceux qui prennent le temps de lire mes tourments. Je vous embrasse.


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

"Si un jour je décide de requitter ma femme pour essayer de refaire ma vie avec un homme, qui me dit que les relations sexuelles hétéros ne vont pas me manquer et que le probleme sera inversé ? C'est ce paradoxe qui me donne des idées noires et dont je ne vois pas d'issue possible.

Pour répondre à Pcamel et fregegui, je compte bien voir un psychologue si mon état continue comme ça. Une thérapie de couple est envisageable également. "

Merci de m'avoir répondu précédemment, donc apparemment ton état dépressif ne date pas de ton expérience de jeunesse, mais serait plus récent.

Ce qui risque fort de te manquer si tu refaisais ta vie avec un homme, au moins tant que tu te sens mal, c'est la fidélité peu à la mode et difficile à construire chez les gays même si elle existe parfois.

Je pense qu'au delà de la béquille des médicaments tu devrais en effet voir avec un psy, qui pourra te oser des questions difficiles à aborder en public, identifier avec toi les fondements de ton ras le bol, et t'aider à surmonter tes soucis.

Pourquoi pas avec ta femme, à voir avec les soignants, mais sans vouloir te culpabiliser elle semble en meilleure forme que toi.

Il est difficile de se mettre à la place des gens quand on ne connaît que partiellement et qu’une seule version de la situation, mais une bisexualité est assumable de différentes façons, et une dépression guérissable même si nécessitant quelques temps et pouvant fragiliser.

Autrement dit tu devrais t’en sortir et trouver ta voie tout en respectant le bonheur de ta femme et tes enfants.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Lindos : c'est vrai que la communauté gay à la réputation d'être peu fidèle mais je n'en suis vraiment pas sûr. J'ai l'impression que c'est surtout plus assumé que chez les hétéros (peut être en partie dû au fait d'un affranchissement moral et religieux). Après il est vrai que la prévalence de l'addiction sexuelle chez les gays est plus importante (elle n'est toutefois fois pas liée à l'homosexualité elle même a priori, mais plutôt la conséquence de fragilités psychologiques secondaires aux stigmatisations, au rejets, et aux persécutions diverses). J'ai envie de rappeler qu'il y aurait entre 12.5% et 25?s naissances qui seraient issus d'un homme qui n'est pas le père désigné par la mère et que 94?s mariages heteros seraient ponctués d'au moins un adultère, le minimum serait défini comme un accident. (bon j'ai perdu les références de ces études, donc faut pas me croire sur parole, mais si je les retrouve j'essaierai de les mettre sur un topic genre le fourre-tout, en y relevant les biais etc)


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Tout dépend ce qu'on appelle fidélité, les hétéros me semblent proportionnellement plus nombreux à rentrer dormir dans leur foyer familial, ils sont plus souvent fidèles à leur couple malgrés les "accidents" ^^

Je ne connais pas les statistiques, je sais juste que les gays sont 10 fois plus infectés par des IST pour lesquelles les modes d'infection sont comparables aux hétéros (à l'exclusion du VIH donc). Ce qui indique qu'au moins certains d'entres eux sortent beaucoup avec des gens différents. Il y a en effet des raisons à cette instabilité.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Je vais répondre rapidement parcequ'on diverge un peu ^^ les facteurs de risques d'ist c'est pas l'infidélité mais avant tout les partenaires sexuels multiples (on peut etre célibataire donc) et les pratiques sexuelles à risque (absence de protection, chem sex etc). Je pense qu'il faut être vigilant sur l'amalgame IST/infidélité. quelqu'un peut être infidèle, n'avoir qu'un partenaire en dehors du lit conjugal, ne pratiquer que du sex soft et utiliser des moyens de protection efficace


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Je vois : on peut être fidèle en ayant toute sa vie des dizaines de partenaires par an, voire centaines pour certains gays.

Dans ce cas les hétéros qui après avoir passé jeunesse restent souvent des années à dizaines d'années avec leur copine ou leur femme (avant de divorcer pour la moitié d'entres eux) sont en effet majoritairement indidèles, car ils sont parfois tentés de vérifier si ailleurs si l'herbe est plus verte.

On diverge mais pas tant que cela : si l'univers des hétéros est un monde de brutes, alors celui gays n'est pas une sinécure.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Lindos : je n'ai jamais dit que c'était une sinécure.. et oui il existe des gens qui font le choix du célibat avec partenaires sexuels multiples, tant que les gens sont honnêtes et se protègent et protègent les autres, je vois pas le soucis en dehors d'un jugement moral qui n'est que personnel


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Une histoire de couple avec des enfants quand on découvre que ça ne nous correspond pas/plus, Gmork, je connais...

Même si mon histoire est différente, il y a certaines similitudes.

J'avais 5 ans quand j'ai pris conscience de ma différence. Malgré cet âge j'ai très vite pris conscience que si je ne volais pas en dessous des echos radars, j'allais au devant des ennuis.... surtout en 1980, les esprits n'étaient pas aussi tolérants qu'aujourd'hui, même si j'avoue qu'il reste du boulot. Mais là n'est pas le sujet.

Je me suis donc construit une vie "classique" pour rentrer dans les cases, mariage, enfants....

En 2015, je ne pouvais plus, j'ai organisé ma fin... sous un train. C'est ma soeur qui m'a empêché de commettre l'irrérable à quelques jours près.

Aujourd'hui, j'ai tout perdu, mes filles, ma maison, mon boulot, mes "ami-e-s", ma famille. J'ai traversé un enfer après vécu par procuration pendant 40 ans. 21 mois de séparation, 15 mois de divorce je commence juste à remonter à la surface. Mais c'est en version Terminator qui règle ses comptes avec son passé que je reviens.

Mais j'ai choisi de vivre et d'assumer qui j'étais.


photo de l'auteur Gmork
Gmork
Homme de 34 ans
Maël-Carhaix

Eh bien Meerah, j'imagine l'enfer que tu as vécu et que tu dois certainement encore affronter. Et j'éspère ne pas en arriver là. Quand on a des divergences sexuelles, ce n'est pas évident de les affronter mais les 3 derniers jours passés, pour mon cas, je viens tout juste de l'accepter. De toute façon , je me rends bien compte que je n'ai pas le choix, le temps à beau défiler, mes désirs ne disparaissent pas malgré tout le confort que m'a apporté la construction de ma p'tite famille, tout l'amour que je lui porte, et je dois donc vivre avec ses désirs sans les rejeter car ça ne m'amène à rien à part de sombrer dans un renfermement social.

Je n'ai pas donné suite au post depuis trois ou quatre jours car mon cas a bizarrement avancé dans le bon sens à peine quelques jours après ma prise de conscience de dépression. J'éspère que ce n'est pas passager mais je me sens beaucoup mieux du fait d'accepter ma bisexualité. Ce qui n'est pas facile quand on veux être fidèle et qu'on ressent le besoin de différentes pratiques sexuelles.

J'ai aussi de la chance, ce qui n'est pas le cas de tout le monde, d'avoir une des femmes les plus compréhensives qui soit. Voici quelques lignes de la lettre qu'elle m'a écrite au lendemain de mon dernier post :

"Je n'ose imaginer ce qui se passe dans ta tête en ce moment, mais crois-moi quand je te dis que je serais à tes côtés pour affronter ça. Rien de ce que tu pourrais dire ou faire ne me ferait changer la façon dont je te vois [...]

[...] Nous ferons comme nous avons toujours fait, nous ferons face ensemble et nous trouverons des solutions [...]

[...] Laisse-toi être toi, car c'est comme ça que je t'aime."

Comment ne pas fondre en larme dans un couple hétéro quand ta femme sais que tu l'aimes de tout ton âme mais que tu ressens un manque pour les relations homos et qu'elle t'écris ça ? J'ai comme eu l'impression qu'elle venait de me sauver. Et je n'ai pas que l'impression, elle m'a sauvé dans le sens où j'ai pris conscience de ma bisexualité.

Etant donné les circonstances de ses derniers jours dont ma première dépression, Nous avons à nouveau bien dialogués et nous sommes arrivés à des possibilités qui pourraient nous permettre de vivre de nouvelles expériences sexuelles et m'apporter ce qu'elle ne peux pas m'offrir. Nous allons en parler encore longuement car ce n'est pas pour tout de suite (et pour la sauvegarde du couple, il ne faut pas précipiter les choses) mais nous envisageons donc la possibilité d'essayer une expérience avec un homme en plus, voir une femme en plus ou un couple bi à la recherche de la même expérience uniquement pour le plaisir du sexe et ainsi, bien faire la différence entre une partie de jambes en l'air et un acte sexuel de sentiments amoureux et de toujours être ensemble lors de la réalisation de ses actes potentiellements possibles. Ma femme n'a jamais eu d'expérience avec une fille mais m'as toujours fait la remarque que ça la stimule d'y penser mais qu'elle n'a jamais franchie le cap comparé à moi. Du coup, plusieurs points sont à se poser et si certains membres de ce site peuvent nous conseiller, ils seront les bienvenus. Voici quelques points que l'ont doit éclaircir entre nous deux:

  • Quels sont les limites que l'on s'accorde ? Certaines pratiques peuvent plaire à l'un mais pas à l'autre.

  • Comment trouver ce qu'on recherche quand on n'a jamais fréquenter de clubs échangistes, ou consulter un site prévu pour.

  • Personnellement, je serais plus à l'aise avec une personne ou un couple que l'on verrait régulièrement. C'est à dire éviter de devoir changer de partenaire à chaque fois qu'on désirerait faire ce genre d'expérience. Autrement dit, trouver chaussure(s) à son(es) pied(s). Je pense avoir besoin d'un minimum d'affinité avec la ou les personnes en questions. Ce qui, je crois, n'est pas l'avis de ma femme.

    C'est pour ce genre de questions que l'on doit prendre notre temps de bien discuter et de ne pas se précipiter. En tout cas, rien que le fait d'imaginer la probabilité, me rassure dans un sens car je ne voyais aucune solution. Mais peut-être bien que la solution était devant moi, sous mes yeux, depuis douze belles années : ma femme.


photo de l'auteur Romangel
Romangel
Homme de 33 ans
Vénus

C'est bien si tu penses avoir trouvé ta voix. Comme tu le dis, le temps te/vous permettra de savoir vers quelle direction évoluer.

Je suis content pour toi, si tu te sens mieux.


photo de l'auteur Gmork
Gmork
Homme de 34 ans
Maël-Carhaix

Merci à toi Romangel :) Je vous tiendrai informés de l'avancement de notre vie de couple à la suite de ce topic, mon expérience pourra peut-être servir à d'autres. En tout cas je me sens vraiment serein, en accord avec moi-même et j'ai retrouvé une bonne part de confiance en moi et même mon entourage le remarque, donc ça me fait plaisir et me donne envie de continuer :) :) :) Merci à tout ceux qui ont pris et prendront le temps de me lire. En vous souhaitant à tous une vie pleine de joie de vivre et d'épanouissement total. J'vous kiss ;)


photo de l'auteur Gmork
Gmork
Homme de 34 ans
Maël-Carhaix

Ca fait 2 mois que ce post n'était pas remonté. Du temps a coulé sous les ponts. Ma femme m'a quitté depuis Samedi 7 après avoir vu des messages que j'ai renvoyés à Thibaut juste pour reprendre contact avec lui. J'ai avouer à ma femme m'être rendu compte que des sentiments pour Thibaut s'étaent installés progressivement en moi. J'ai reussi à le recontacter mais il m'a fait comprendre que pour le moment c'était mort. Du coup dur dur, 6 jours passent et un matin ma femme decouvre les 3 pauvres messages quon s'est envoyés. Elle m'a quittée sur le champ retrouver l'autre zozo avec qui elle me trompe depuis Janvier 2017. J'ai toujours tout dit à ma femme et je ne l'ai jamais trompée. Ma femme et son zozo m'on détruit comme jamais. Du coup j'ai recontacté Thibaut en lui ecrivant une lettre de 4 pages que je lui emmene chez lui (à 70kms ) de chez moi. Je repars en klaxonnant apres lui avoir glisser la lettre. Je reprends la route pour rentrer et au bout d'un quart d'heure j'entends mon telephone vibrer. Thibaut à repondu. Il me laisse un message tres encourageant me pardonnant d'être retourné chez ma femme l'année passée, qu'il sent bien dans ma lettre que je fais tout pour me faire pardonner et que je n'ai pas besoin car je l'étais déjà mais qu'il lui faut un peu de temps. Super heureux de me dire avoir la chance de recommencer, je me permet de lui envoyer un seul message le soir avant de me coucher pour lui dire que je pense à lui et lui souhaiter une bonne nuit. Il ne me réponds pas. Le lendemain, la meme chose, je lui envoi un p'tit bonne nuit (c'était hier soir). Ce matin je reçois un message blessant de sa part en me traitant d'ado, parce que je marque juste "amoureux" sur mon fb. Du coup me voilà sans ma femme, sans mes enfants, et sans Thibaut, bref SEUL :( Moi de mon côté j'ai fait mon coming out et me sens mieux malgré les rudes épreuves que je traverse dans le sens où j'assume d'être intéressé par une vie de couple homosexuel. La question de savoir si je suis bi ou homo est résolu, maintenant je ne suis pas prêt de faire confiance à une femme. Mais je sais déjà que ma route va être longue car pour trouver le gay prince charmant qui accepte un père de trois enfants pour construire une vraie vie de couple basé sur la confiance et le respect de l'autre ne va pas être chose aisée. Merci à tous ceux qui ont lu jusqu'au bout. Et merci à tous d'avoir été là.


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit