Je suis en recherche d'identité

photo de l'auteur armorNelson
ArmorNelson
Non binaire de 22 ans
Dinan
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonjour bonsoir à toi qui me lis. Je ne savais pas trop où mettre mon sujet, alors je le pose ici. (Le titre de se forum colle bien avec mon interrogation)

Voilà, il se trouve que j'ai un corps de femme, mais je ne me considère ni comme un homme, ni comme une femme. Je ne sais pas trop si je vais vous faire fuir ^^ mais grosso modo, me voilà.... perdu. Depuis le collège, je me sens comme une imposture. Et je ne sais pas vers qui me tourner pour en parler, sauf ici.

Merci pour l'aide que tu peut m'apporter!

Nelson


photo de l'auteur desiles54
Desiles54
Femme de 42 ans
Audun-le-Roman

33 remerciements

Salut Nelson, Bien venu au club des non-binaire, lol. Cherche sur le forum, il y a déjà un article à ce sujet. Je sais ce que tu ressens, je suis moi même non-binaire. On se sens parfois homme parfois femme, parfois ni l'un ni l'autre. Étant plus jeune, j avais l'impression d'être un imposteur, mon corps ne correspondait pas à qui je suis. Mais j'ai fini par comprendre et l'accepter. Je te conseil de faire des recherches à ce sujet ou d'aller voir un thérapeute spécialiste du genre. Je te rassure, tu est tout à fait normal. Courage à toi :)


photo de l'auteur Maploom
Maploom
Femme de 23 ans
Lyon

Coucou Nelson,

Sache juste que le genre est purement une construction sociale, qu'on a voulut diviser en deux et qui est purement faux. C'est "la norme" qui est étroite pas le monde qui t'entoure.


photo de l'auteur LeksanAden
LeksanAden
Homme de 24 ans
Nantes

10 remerciements
Modérateur

Bonjour,

Pour remettre un peu de contexte, il y a les personnes binaires, non-binaires… Ton message fait penser que tu es peut-être non-binaire.

J’ai vu que près de ta ville, il y aura un groupe de parole sur la transidentité faite par l’association Ouest trans. [img]https://image.noelshack.com/fichiers/2018/13/3/1522207698-29027518-2177866285562561-6571923961498566656-n.jpg[/img]


photo de l'auteur armorNelson
ArmorNelson
Non binaire de 22 ans
Dinan

[b]Citation de Maploom[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite#273743] Coucou Nelson,

Sache juste que le genre est purement une construction sociale, qu on a voulut diviser en deux et qui est purement faux. C est la norme qui est étroite pas le monde qui t entoure.[/quote]

Salut! Oui je me dit là même chose, mais j'ai besoin de mettre des mots sur qui je suis.


photo de l'auteur armorNelson
ArmorNelson
Non binaire de 22 ans
Dinan

[b]Citation de Wilden[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite#273757]

J’ai vu que près de ta ville, il y aura un groupe de parole sur la transidentité faite par l’association Ouest trans. [img]https://image.noelshack.com/fichiers/2018/13/3/1522207698-29027518-2177866285562561-6571923961498566656-n.jpg[/img][/quote]

Salut! Je vais me renseigner plus avant! Merci :)


photo de l'auteur armorNelson
ArmorNelson
Non binaire de 22 ans
Dinan

[b]Citation de Desiles54[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite#273711] Salut Nelson, Bien venu au club des non-binaire, lol. Cherche sur le forum, il y a déjà un article à ce sujet. Je sais ce que tu ressens, je suis moi même non-binaire. On se sens parfois homme parfois femme, parfois ni l un ni l autre. Étant plus jeune, j avais l impression d être un imposteur, mon corps ne correspondait pas à qui je suis. :)[/quote]

Ouf ça me soulage de voir que je ne suis pas seul!! Mille merci pour ton témoignage!


photo de l'auteur Marksman78
Marksman78
Homme de 35 ans
Houilles

1 remerciement

Salut Nelson ,

Je dirai que tu es une personne ? un être humain comme nous tous ^^ tu as un corps feminin d'autre on un corps masculin ... apres une "fille " ou "garcon" est très stéréotyper dans notre société pour être plus clair " si tu as des seins faut agir et être comme ca " " si tu as un penis faut être viril et compagnie" .... du coup des personne comme toi ( comme moi également ) on sais pas trop qui on est ..... on ne se reconnais pas dans se qu'est une soit disant "fille" et pareil pour se que doit être un "garcon" ....

Je pense mais ca n'engage que moi que finalement n'est-ce pas nous qui sommes "normal" ? on ne s'enferme pas dans un schemas et somment capable d'aimer une autre "personne" quand beaucoup recherche "une fille un garcon" .... moi je recherche quelqu'un ! une personnalité, un regard, et pas un genre .

Pour se qui est de ton corps nous naissons tous différents et énormements de gens on des complexes au final " trop gros seins" " trop petit" " trop maigre " " trop gros " et j'en passe ... je pense qu'il faut accepter le corps que nous avons et avant tout notre sexe qui contrairement a se que l'on veux nous faire croire diffère complétement de notre sexualité ! sois toi même quelques soit ton corps apprend à le connaitre et laisse tes sentiments te dire qui tu dois aimer ou désiré fille ou garcon ^^ desfois l'un desfois l'autre ^^


photo de l'auteur phenixiou
Phenixiou
Femme de 26 ans
Bruxelles

[b]Citation de ArmorNelson[/b][quote cite=https://betolerant.be/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite#273708] Bonjour bonsoir à toi qui me lis. Je ne savais pas trop où mettre mon sujet, alors je le pose ici. (Le titre de se forum colle bien avec mon interrogation)

Voilà, il se trouve que j ai un corps de femme, mais je ne me considère ni comme un homme, ni comme une femme. Je ne sais pas trop si je vais vous faire fuir ^^ mais grosso modo, me voilà.... perdu. Depuis le collège, je me sens comme une imposture. Et je ne sais pas vers qui me tourner pour en parler, sauf ici.

Merci pour l aide que tu peut m apporter!

Nelson[/quote]

Je suis comme toi, je ne me considère ni homme ni femme malgré que j'ai un corps de femme. C'est vrai que ce n'est pas évident de le vivre au quotidien, comme par exemple que quelqu'un dise "Les filles" en m'incluant, je m'y sens pas incluse. Je préférais limite qu'on utilise avec moi des termes neutres, mais au quotidien ce n'est pas évident vu que la majorité de la population n'est pas au courant que les agenres existent.


photo de l'auteur LeksanAden
LeksanAden
Homme de 24 ans
Nantes

10 remerciements
Modérateur

[b]Citation de ArmorNelson[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite#273763] [b]Citation de Wilden[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite#273757]

J’ai vu que près de ta ville, il y aura un groupe de parole sur la transidentité faite par l’association Ouest trans. [img]https://image.noelshack.com/fichiers/2018/13/3/1522207698-29027518-2177866285562561-6571923961498566656-n.jpg[/img][/quote]

Salut! Je vais me renseigner plus avant! Merci :)[/quote]

Tu peux les appeler si tu veux, c'est une associations avec des membres très agréables et tolérant.e.s


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Hello Nelson !

J'approuve tous les posts précédents et je pense que l'assos dénichée par Wilden pourrait vraiment t'aider ^^

Je me permets de te répondre également car si aujourd'hui je tends à m'engager dans un parcours FtM, je m'identifie également comme non binaire ;-) (Genderfluid homme/neutre). Primo, tu n'es PAS une imposture. L'imposture, comme souligné par plusieurs participants au-dessus, c'est le système qui réduit les choses à un choix binaire, alors que le concept même de genre est quelque chose de très fluctuant selon les individus, mais aussi selon les sociétés, les époques et les continents. Secondo, tu n'es pas seul.

Si tu veux parler, ma messagerie t'es ouverte. Je suis passé par là aussi et j'en ai souffert pendant des années, jusqu'à il y a trois ans, où j'ai pu mettre un mot sur mon ressenti et découvrir que j'étais loin d'être un cas isolé !

Courage ❤️


photo de l'auteur armorNelson
ArmorNelson
Non binaire de 22 ans
Dinan

Oh ça me fait du bien tout ces messages! :') si vous saviez... Enfin, si je pense que vous savez :)


photo de l'auteur MamGay
MamGay
Femme de 44 ans
montpellier

j'aimerais comprendre car ce que tu as décrit , je ne le connais pas, pour être plus franche : en fait je comprends pas ce que tu ressens. tu ne te sent ni homme ni femme, de là tu cherches à te définir en tant qu'être, mais lequel avec un choix : H ou F ou pas du tout, un autre mot qui te décrirais mieux ?


photo de l'auteur armorNelson
ArmorNelson
Non binaire de 22 ans
Dinan

Alors en fait, pour résumer, j'ai vécu depuis mon collège avec le sentiment de ne pas entrer dans les cases H/F. Je n'ai jamais vraiment réussi à m'identifier comme l'un ou l'autre. J'aurais pu passer outre le fait de vouloir me définir, mais j'ai toujours eu besoin de m'identifier (en tant qu'être humain etc...) Alors oui, je cherche des mots pour mettre en lumière la personne que je suis et pour mieux m'apprivoiser. Je ne sais pas si j'ai pus t'apporter une réponse? :)


photo de l'auteur phenixiou
Phenixiou
Femme de 26 ans
Bruxelles

[b]Citation de ArmorNelson[/b][quote cite=https://betolerant.be/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite#273814] Alors en fait, pour résumer, j ai vécu depuis mon collège avec le sentiment de ne pas entrer dans les cases H/F. Je n ai jamais vraiment réussi à m identifier comme l un ou l autre. J aurais pu passer outre le fait de vouloir me définir, mais j ai toujours eu besoin de m identifier (en tant qu être humain etc...) Alors oui, je cherche des mots pour mettre en lumière la personne que je suis et pour mieux m apprivoiser. Je ne sais pas si j ai pus t apporter une réponse? :)[/quote]

C'est pas évident pour se définir vu qu'on a n'a pas quelque chose auquel se raccrocher, même pas l'apparence.


photo de l'auteur MamGay
MamGay
Femme de 44 ans
montpellier

il se peut que je capte pas tout au sujet mais dire que c'est la société qui engendre le binaire... non, c'est plutôt l'anatomie du sexe... je me vois pas dire bonjour à ma fille, en lui disant bonjour jeune non-binaire (clin d'œil) dans quelle mesure nait " non-binaire" ? hermaphrodite, oui , dans ce cas, je comprends pour les autres, oui plus de l'ordre de "l'acquis" (parent/société, autres)


photo de l'auteur phenixiou
Phenixiou
Femme de 26 ans
Bruxelles

[b]Citation de MamGay[/b][quote cite=https://betolerant.be/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite#273835] il se peut que je capte pas tout au sujet mais dire que c est la société qui engendre le binaire... non, c est plutôt l anatomie du sexe... je me vois pas dire bonjour à ma fille, en lui disant bonjour jeune non-binaire (clin d œil) dans quelle mesure nait non-binaire ? hermaphrodite, oui , dans ce cas, je comprends pour les autres, oui plus de l ordre de l acquis (parent/société, autres)[/quote]

L'absence de genre ne vient pas de la société en elle-même. C'est un peu comme les transgenres qui naissent dans le mauvais corps. Les personnes agenres (non binaire c'est la catégorie générale) naissent aussi dans le mauvais corps sauf qu'il n'y a pas un corps qui leur correspond que ce soit homme ou femme. Dans ma tête le corps qui me correspondrait serait un corps totalement androgyne, je me vois pas avec un corps de femme ou avec un corps d'homme, parce que dans ma tête je n'ai pas de genre.


photo de l'auteur GrillePain
GrillePain
Femme de 26 ans
Toulouse

@mamgay c'est qu'il y'a souvent de la confusion entre sexe et genre.. un sexe non-binaire est intersexe (donc "hermaphrodite" mais ça je crois que c'est quand tu cumule parfaitement les deux sexes, ce qui est d'avantage un mythe qu'une réalité je crois.. les intersexes ont souvent ni vraiment tout l'un ni tout l'autre), et le genre non-binaire, qui me semble difficile à appréhender en tant que personne cisgenre (à priori tous les gens qui n'ont jamais eu à se demander comment ils se sentent en tant qu'homme ou femme "par défaut", dont moi, donc je peux dire des conneries par ci par là).

@nelson, peut-être que dans une société où les "rôles" masculins/féminin (ou autre, parce que y'a des sociétés qui comptent d'avantage de genres que ça, ou alors c'est des genres-rôles assignés autrement que selon le sexe) correspondrait d'avantage à ta personnalité, tu t'y sentirais tout à fait légitime ? Et donc qu'on pourrait considérer que c'est complètement normal que dans une société donnée, certaines personnes ne rentrent pas dans la grille pré-établie, sans que ce soit pour autant des impostures, mais parce que "la norme" n'est qu'une moyenne de ce que la plupart des gens ont accepté comme références, sans réfléchir plus loin que ça ?

D'un côté plus statistiques (j'aime les stats), ce serait une société où tout le monde rentrerait dans la grille, qui serait "anormale" dans le sens où c'est quasiment impossible qu'une référence arbitraire englobe tout le monde, quelques soit le critère sur lequel on s'y prend.. les variantes font donc quelques part partie de la norme, si on aime les paradoxes, mais je veux pas trop m'égarer et te perdre non plus x)

Après ça ne dit pas comment te définir au quotidien (tout dépend si le fait que les gens puissent mettre un mot sur comment tu te sens compte beaucoup dans ton acceptation), mais si déjà au moins pour toi-même, tu puisses te dire "c'est ok, je ne me reconnais pas dans les genres d'homme ou de femme, mais j'en reste ni plus ni moins une personne légitime", après ça t'aidera à mieux vivre le fait que beaucoup de personnes ne soupçonneront pas que ça existe, ou le comprendront dans l'idée si certaines personnes t'inspire assez confiance pour en parler, lorsque ça t'es nécessaire.. mais en tout cas que tu n'ai pas l'impression d'avoir à "avouer" ou à t'excuser d'être comme ci ou comme ça intérieurement.


photo de l'auteur phenixiou
Phenixiou
Femme de 26 ans
Bruxelles

[b]Citation de GrillePain[/b][quote cite=https://betolerant.be/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite#273841]

@nelson, peut-être que dans une société où les rôles masculins/féminin correspondrait d avantage à ta personnalité, tu t y sentirais tout à fait légitime ? Et donc qu on pourrait considérer que c est complètement normal que dans une société donnée, certaines personnes ne rentrent pas dans la grille pré-établie, sans que ce soit pour autant des impostures, mais parce que la norme n est qu une moyenne de ce que la plupart des gens ont accepté comme références, sans réfléchir plus loin que ça ? [/quote]

Ce n'est pas une question de ne pas correspondre aux "rôles ou aux personnalités" de la société. Vu que ce n'est pas possible pour moi d'imaginer ce que c'est qu'une personnalité masculine ou une personnalité féminine, si ce n'est sur base de clichés. Dans ma tête ce n'est pas "Je ne correspond pas aux autres personnes de la société" mais "Je suis comme les autres mais je n'ai pas de genre défini"


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

[b]Citation de MamGay[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite#273835] il se peut que je capte pas tout au sujet mais dire que c est la société qui engendre le binaire... non, c est plutôt l anatomie du sexe... je me vois pas dire bonjour à ma fille, en lui disant bonjour jeune non-binaire (clin d œil) dans quelle mesure nait non-binaire ? hermaphrodite, oui , dans ce cas, je comprends pour les autres, oui plus de l ordre de l acquis (parent/société, autres)[/quote]

Salut MamGay ^^

La société engendre le binaire car elle fait la confusion sexe/genre, or, le sexe et le genre sont deux choses différentes ;-)

Les organes génitaux d'une personne sont un élément objectif pour déterminer son sexe (et encore, ça se discute avec les avancées de la science (voir les travaux d'Agnès Girard, journaliste, et Eric Macé, sociologue au CNRS, sur "les 48 sexes"), mais nous pourrons en parler à un autre moment, ne compliquons pas tout d'entrée de jeu), mais ne déterminent en rien son genre, car le genre est une construction sociale qui varie selon les continents, les époques, les sociétés, et la perception que les individus en ont.

Être une femme en France n'est pas la même chose qu'être une femme en Inde, comme être une femme à notre époque ne recouvre pas la même réalité qu'être une femme sous l'antiquité grecque. Les droits et les rôles dévolus à la personne née avec un vagin évoluent. Mais si avoir un vagin fait d'un individu une femelle au sens biologique du terme, cela n'en fait pas forcément une femme =) La société associe vagin = femme et pénis = homme, faisant une confusion entre le sexe et le genre, et réduit très fortement la réalité des expériences empiriques des individus : il existe des gens qui portent un vagin qui s'identifient comme homme, des gens qui portent un pénis qui s 'identifient comme femme, des gens qui portent l'un ou l'autre et qui ne s'identifient comme aucun des deux (les agenre, identité non binaire), des gens qui s'identifient tour à tour comme les deux (Genderfluid - autre identité non binaire)...

Quant aux intersexes (attention, leur sexe n'est ni mâle ni femelle, on ne peut pas déterminer leur appartenance à l'une ou l'autre case, mais cela ne fait pas d'eux des hermaphrodites, contrairement aux escargots qui eux peuvent féconder leur partenaire et être fécondés simultanément car portant à la fois des organes mâles et des organes femelles ;-)), la médecine décide pour eux de leur sexe (et donc de leur genre) très tôt, et cela amène plus d'une fois à des drames à l'âge adulte, car la personne intersexe mutilée (les médecins se sont débrouillés pour modifier son sexe de sorte de pouvoir la faire rentrer dans la case mâle ou femelle, donc H ou F en l'état des choses) ne se reconnaît pas dans le genre qu'on lui a arbitrairement assigné.

Le genre c'est un rôle préfabriqué, du prêt à porter que te donne le système dans lequel tu vis. Hélas, le nôtre n'en reconnaît que deux : homme ou femme, laissant pour compte toutes les personnes ne se retrouvant pas derrière ces concepts. Les non binaires sont ces personnes et il existe une quantité quasi infinie d'identités non binaires (genderfluid, agenre, neutrois, demi boy, demi girl, pour ne citer que celles là ;-) ).

Je ne pense pas qu'on naisse nécessairement non binaire, comme je ne pense pas qu'on naisse nécessairement transgenre. Tout dépend des individus, des expériences et du parcours de vie qui les construit dans leur personnalité, leur rapport aux autres et au monde. Je suis moi même trans, et ce serait mentir que de prétendre que je le savais déjà quand j'étais gosse. Non, quand j'étais gosse, je ne pensais pas à tout ça : mes parents étaient cool, je jouais à tous les jeux que je voulais et j'étais aussi à l'aise avec les filles qu'avec les mecs. C'est à l'adolescence, quand les rôles genrés se marquent et resserrent leur emprise que ça a commencé à piquer avec les injonctions à la féminité : "maquille-toi", "sois belle", "sois féminine", "rentre ton ventre", "épile-toi", "plaît aux mecs", "aie un petit copain. Comment ça t'en as pas ? Tu vas finir vieille fille à ce rythme !".

Hélas, je suis attendu pour la soupe xD et je manque de temps pour développer mon propos sur la différence genre et sexe, mais si creuser le sujet intéresse certain•e•s d'entre vous, je vous renvoie vers l'article d'un excellent blog qui explique tout ça de façon sans doute plus claire que moi => http://uniqueensongenre.eklablog.fr/les-differences-entre-sexe-et-genre-a118845242

Des bises 😘


photo de l'auteur Marksman78
Marksman78
Homme de 35 ans
Houilles

1 remerciement

Bonjour,

vous compliqués bien le choses je trouve !

Alors parce qu'une fille refuse de se maquiller et s'habiller comme une fille elle est non binaire et dois se faire pousser un penis pour changer de sexe ????? !!! surprenant !

vous avez des critiques objectives sur les cases que crée la societé ( binaire ) et chercher a en crée d'autres .... cela me semble très paradoxal ! ....

Je ne parlerai même pas du coté je ne me sens pas femme ou homme mmmm si j'allais me faire charcuter pour devenir un trucs .... tous ca pour quoi ? Pour beaucoup c'est le refus d'être homos ou la grande difficultées à assumer d'être attirer sexuellement par des personnes du même sexe ( et souvent les parents prefere faire operer leurs enfants que les acceptés telles qu'il sont ) je ne trouve pas que se soit une ouverture d'esprit mais plutôt l'inverse ....

NON la science ne fera jamais d'une femme un homme et inversement sa permet juste de ne plus être homme ou femme mais pas de devenir quoi que se soit ( il existe tellement de documentations sur internet à se sujet .... )

En revanche être mal dans sa peau, souffrir de sois sa oui !!! et la je rejoint complètement le sexe/genre et l'amalgame qui depuis trop longtemps est fait !

Effectivemement selon le pays ou l'on habite, l'époque ou nous vivons, être une femme ou homme est différent et je crois que c'est la ou est la clef de tout !! plutôt que de chercher des opérations chirurgicale ou autres choses complexe, difficile, et traumatisante à la fois physique et moral je crois qu'il faut plutôt simplement accepter de ne pas correspondre à se que certains crétin ( je me permet ... ) veulent que nous soyons ! etre une FILLE ne veux pas forcement dire se comporter comme une FEMME ! ( genre/sexe ) et inversement. que vous soyez Fille ou Garcons ( Vagin/Penis = SEXE ) vous pouvez agir et vous habiller comme vous voulez ! en 2018 il me semble quand même que simplement mettre des habilles dit masculins et pas se maquiller ne vas pas faire de vous des gens à lapider au point de dire " tiens si je changais de sexe " ... pourquoi pas simplement "être" se que l'on veux être ! et cela est dans le comportement et certainement pas dans l'apparence ...

apres il existe mais je trouve que c'est pas si souvent ! des personnes qui on vraiment un dégout d'être un homme ou une femme une dégout de leur sexe et dans certains cas je penses que la chirurgie peut être une bonne solution ... mais sincerement sa reste rare !

que se soit reportage ou documentation le constat est souvent que se soit des ados ou jeune adultes mais qui se sens bien dans sa peau ados frenchement ??? et encore plus étant homos dans une societé comme la notre ....

Alors fille garcons on s'en fou ! soyez vous-même avoir un vagin ne vous oblige a rien du tout ne soyez pas aussi mal uniquement parce que votre comportement ne correspond pas à se que on voudrait que vous soyez uniquement par votre sexe !

fille ou garcon une personne qui est elle même est une personne interessente attirante et séduisante ...

[b]Citation de Christouille[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite#273843] [b]Citation de MamGay[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite#273835] il se peut que je capte pas tout au sujet mais dire que c est la société qui engendre le binaire... non, c est plutôt l anatomie du sexe... je me vois pas dire bonjour à ma fille, en lui disant bonjour jeune non-binaire (clin d œil) dans quelle mesure nait non-binaire ? hermaphrodite, oui , dans ce cas, je comprends pour les autres, oui plus de l ordre de l acquis (parent/société, autres)[/quote]

Salut MamGay ^^

La société engendre le binaire car elle fait la confusion sexe/genre, or, le sexe et le genre sont deux choses différentes ;-)

Les organes génitaux d une personne sont un élément objectif pour déterminer son sexe (et encore, ça se discute avec les avancées de la science (voir les travaux d Agnès Girard, journaliste, et Eric Macé, sociologue au CNRS, sur les 48 sexes ), mais nous pourrons en parler à un autre moment, ne compliquons pas tout d entrée de jeu), mais ne déterminent en rien son genre, car le genre est une construction sociale qui varie selon les continents, les époques, les sociétés, et la perception que les individus en ont.

Être une femme en France n est pas la même chose qu être une femme en Inde, comme être une femme à notre époque ne recouvre pas la même réalité qu être une femme sous l antiquité grecque. Les droits et les rôles dévolus à la personne née avec un vagin évoluent. Mais si avoir un vagin fait d un individu une femelle au sens biologique du terme, cela n en fait pas forcément une femme =) La société associe vagin = femme et pénis = homme, faisant une confusion entre le sexe et le genre, et réduit très fortement la réalité des expériences empiriques des individus : il existe des gens qui portent un vagin qui s identifient comme homme, des gens qui portent un pénis qui s identifient comme femme, des gens qui portent l un ou l autre et qui ne s identifient comme aucun des deux (les agenre, identité non binaire), des gens qui s identifient tour à tour comme les deux (Genderfluid - autre identité non binaire)...

Quant aux intersexes (attention, leur sexe n est ni mâle ni femelle, on ne peut pas déterminer leur appartenance à l une ou l autre case, mais cela ne fait pas d eux des hermaphrodites, contrairement aux escargots qui eux peuvent féconder leur partenaire et être fécondés simultanément car portant à la fois des organes mâles et des organes femelles ;-)), la médecine décide pour eux de leur sexe (et donc de leur genre) très tôt, et cela amène plus d une fois à des drames à l âge adulte, car la personne intersexe mutilée (les médecins se sont débrouillés pour modifier son sexe de sorte de pouvoir la faire rentrer dans la case mâle ou femelle, donc H ou F en l état des choses) ne se reconnaît pas dans le genre qu on lui a arbitrairement assigné.

Le genre c est un rôle préfabriqué, du prêt à porter que te donne le système dans lequel tu vis. Hélas, le nôtre n en reconnaît que deux : homme ou femme, laissant pour compte toutes les personnes ne se retrouvant pas derrière ces concepts. Les non binaires sont ces personnes et il existe une quantité quasi infinie d identités non binaires (genderfluid, agenre, neutrois, demi boy, demi girl, pour ne citer que celles là ;-) ).

Je ne pense pas qu on naisse nécessairement non binaire, comme je ne pense pas qu on naisse nécessairement transgenre. Tout dépend des individus, des expériences et du parcours de vie qui les construit dans leur personnalité, leur rapport aux autres et au monde. Je suis moi même trans, et ce serait mentir que de prétendre que je le savais déjà quand j étais gosse. Non, quand j étais gosse, je ne pensais pas à tout ça : mes parents étaient cool, je jouais à tous les jeux que je voulais et j étais aussi à l aise avec les filles qu avec les mecs. C est à l adolescence, quand les rôles genrés se marquent et resserrent leur emprise que ça a commencé à piquer avec les injonctions à la féminité : maquille-toi , sois belle , sois féminine , rentre ton ventre , épile-toi , plaît aux mecs , aie un petit copain. Comment ça t en as pas ? Tu vas finir vieille fille à ce rythme ! .

Hélas, je suis attendu pour la soupe xD et je manque de temps pour développer mon propos sur la différence genre et sexe, mais si creuser le sujet intéresse certain•e•s d entre vous, je vous renvoie vers l article d un excellent blog qui explique tout ça de façon sans doute plus claire que moi => http://uniqueensongenre.eklablog.fr/les-differences-entre-sexe-et-genre-a118845242

Des bises 😘[/quote]


photo de l'auteur phenixiou
Phenixiou
Femme de 26 ans
Bruxelles

"Alors parce qu une fille refuse de se maquiller et s habiller comme une fille elle est non binaire et dois se faire pousser un penis pour changer de sexe ????? !!! surprenant ! "

=>Il y a personne qui a fait référence à ça.

"vous avez des critiques objectives sur les cases que crée la societé ( binaire ) et chercher a en crée d autres .... cela me semble très paradoxal ! ...."

=> Si tu ne sais pas te définir, tu ne peux faire autrement que créer une nouvelle case, il y a rien de paradoxal à ça par rapport à la société.

"Je ne parlerai même pas du coté je ne me sens pas femme ou homme mmmm si j allais me faire charcuter pour devenir un trucs .... tous ca pour quoi ?"

=> Tu ne comprends peut être pas le mal être que certains peuvent ressentir?

"Pour beaucoup c est le refus d être homos ou la grande difficultées à assumer d être attirer sexuellement par des personnes du même sexe ( et souvent les parents prefere faire operer leurs enfants que les acceptés telles qu il sont ) je ne trouve pas que se soit une ouverture d esprit mais plutôt l inverse .... "

=> Pour toi être non binaire, c'est le refus d'être homo? lol Personnellement c'est pas mon cas.

"apres il existe mais je trouve que c est pas si souvent ! des personnes qui on vraiment un dégout d être un homme ou une femme une dégout de leur sexe et dans certains cas je penses que la chirurgie peut être une bonne solution ... mais sincerement sa reste rare ! "

=> Rare, je ne crois pas

"Alors fille garcons on s en fou ! soyez vous-même avoir un vagin ne vous oblige a rien du tout ne soyez pas aussi mal uniquement parce que votre comportement ne correspond pas à se que on voudrait que vous soyez uniquement par votre sexe ! "

=> Ca n'a rien à voir avec le non binaire ce que tu dis là


photo de l'auteur LeksanAden
LeksanAden
Homme de 24 ans
Nantes

10 remerciements
Modérateur

[b]Citation de Marksman78[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite/20#273844] Bonjour, vous compliqués bien le choses je trouve ! Alors parce qu une fille refuse de se maquiller et s habiller comme une fille elle est non binaire et dois se faire pousser un penis pour changer de sexe ????? !!! surprenant !

...[Message entier plus haut]...

fille ou garcon une personne qui est elle même est une personne interessente attirante et séduisante ... [/quote]

Le ressenti humain est compliqué, c’est pour cela que des forums de discussions existent, justement pour arriver à se comprendre soi-même.

Personnellement, je trouve que la manière de présenter ton point de vue manque un peu de tolérance et fais comme ci une partie de la société n’existait pas «  Les transgenres, Les non-binaires... » . C’est un ressenti fort qui prend un individu et ne le lâche pas, qui lui rend la vie dure et compliquée ; qui mène des personnes à ne plus vouloir exister pour ne plus le ressentir. Je me suis senti dénigré par ton message car je suis un homme, née avec un physique féminin ; je ne suis pas le seul. Les personnes que je côtoie en association aussi, bien que chaque ressenti est individuel et différent. Je ne suis pas un Homo refoulé, car le sexe, le genre et l’orientation sexuelle sont trois choses différentes. Je me suis même découvert pansexuel une que mon corps me convenait et que je m’acceptais. Je suis beaucoup plus libre. Je me suis faits opéré et je ne suis pas traumatisé, je suis juste plus heureux qu’avant car je n’ai plus honte, plus peur quand je sors dehors ou que je vais à la piscine.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Salut Mark,

[quote]Alors parce qu'une fille refuse de se maquiller et s'habiller comme une fille elle est non binaire et dois se faire pousser un penis pour changer de sexe ????? !!! surprenant ! [/quote]

Personne n'a dit ça, t’emballe pas ;-) il y a des femmes qui ne se maquillent pas, ne sont pas féminines, mais qui pour autant s'identifient bien comme des femmes cisgenres et se sentent bien comme ça ! Mais ce n'est pas le cas de toutes (ni de tous, pour les personnes assignées garçons à la naissance), et leur ressenti leur appartient. Personne ne peut l'invalider.

Une personne peut très bien ne se ressentir ni comme homme ni comme femme, ou alors comme les deux, avec peut-être une propension plus marquée pour un certain genre. Seule la personne concernée peut savoir ce qu’elle ressent ;-) Certaines personnes non binaires vont vouloir transitionner, changer leur corps pour le rendre plus neutre et se sentir plus à l’aise socialement, mais ce n’est pas le cas de toutes. Comme chez les trans binaires finalement. Une personne trans n’existe pas par rapport à sa transition. La transition n’est pas et ne devrait pas être une obligation pour que notre identité de genre soit respectée ;-)

Ce n'est pas nous qui compliquons tout, c'est plutôt le système légal et administratif qui simplifie à l'excès en ne mettant que deux cases possibles quand il en existe beaucoup plus empiriquement. Les personnes non binaires sont nombreuses, mais elles n'ont pas toujours les mots pour se définir et ont du mal à expliquer qui elles sont, parce que comme le soulignait justement Phenixiou, la case qui leur correspondrait n'existe pas légalement et administrativement.

[quote]NON la science ne fera jamais d'une femme un homme et inversement sa permet juste de ne plus être homme ou femme [/quote]

Pour fréquenter au quotidien beaucoup de FtM et de MtF ayant réalisé tout le parcours de transition, je pense qu'iels auraient plus d'une chose à te répondre à ce sujet - et qu'iels n'apprécieraient pas du tout de lire ça ^^ Femme et homme sont des genres, la science n’a rien à voir là-dedans, pour le coup, c'est plus du ressort de la sociologie 😁 . Par contre, la science peut modifier un corps pour le rendre mâle ou inversement, pour le rendre femelle.

Puisque tu parles des documents qui existent sur internet, je t'invite à consulter le blog dont j'ai mis le lien dans mon précédent post. Il explique très bien les genres non binaires ;-)


photo de l'auteur Marksman78
Marksman78
Homme de 35 ans
Houilles

1 remerciement

Salut christouille,

Désolé j'avoue que mon message donnait l'impression que je m'emballais ^^

Je comprends tout se que tu écris mais j'avoue ne pas voir le toujours le rapport avec se que j'ai écris ... déjà pour la partie physique je reste pas d'accord même avec ton blog ! qui explique que non on ne peu pas justement changer totalement de sexe actuellement peut être dans l'avoir si on avoir à modifié les chromosomes mais on restera a vie génétiquement se que l'on "nait" male ou femelle ( oui car nous sommes des mammiferes ^^ ) .. apres si des personnes et tu as l'air de parfaitement le représenter d'ailleurs arrive à se sentir garcon alors que tu es fille à la bases même avec des injections d'hormone et autre régulière sa ne se discute pas bien au contraire sa se repspect la finalité étant quand même d'y trouver sont compte et d'être heureux ... tu parle de "cases" mais tu n'as pas repris le coté d'être sois même qu'elle que soit sont sexe de départ et que l'on puisse avoir le comportement que l'on souhaites sans forcement changer de sexe pour correspondre à se que la societ nous ne dis se que se comportement doit être ( fille/garcon ) ... la dessus tu n'as pas rebondis !

Ma principale idée était la en faite surement mal exprimer de ma pars :) alors quand est-il ? si dans notre societe il n'y avait pas de code pour le comportement que doit avoir une fille et un garcon , penses-tu sincerement qu'il y aurait autant de "non-binaire" ou de personnes voulant transitionner ?

Moi je suis pas sur mais même si mon raisonnement à des arguments c'est pas pour autant que je ne me trompe pas ^^ et comme j'aime bien comprendre ....

Pour répondre à la partie de rencontrer des trans ben écoute j'en connais ! et trés souvent il se passe un peu comme la ! mes arguments sont souvent excquiver comme si on voulais pas les entendres car plus facile de se cacher derriere de une "cases" transformation ( désolé je te dis se que j'ai ressenti ) . et en en reviens au faite de s'assumer .... c'est souvent un rejet de sois qui amene ca .

la psycologie humaine est compliqué , certaines personne sont visiblement pas assez "forte" ( je met des guillement ) pour s'assumer et dans se cas changer est plus simple ...

Je trouve cela dommage apres je n'ai jamais eu se complexe à un niveau telle il m'ai donc impossible de comprendre la souffrance que cela peut engendrer et du moment ou la personne est heureuse comme elle devient alors tant mieux :)

Bref dans tout les cas je trouve que cela est un debat interessent mais aussi très important dans notre societé de plus en plus de gens ne se sente pas à leurs places !! alors il faut comprendre pour mieux avancer ensemble :) voila voila !

[b]Citation de Christouille[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite/20#273868] Salut Mark,

[quote]Alors parce qu une fille refuse de se maquiller et s habiller comme une fille elle est non binaire et dois se faire pousser un penis pour changer de sexe ????? !!! surprenant ! [/quote]

Personne n a dit ça, t’emballe pas ;-) il y a des femmes qui ne se maquillent pas, ne sont pas féminines, mais qui pour autant s identifient bien comme des femmes cisgenres et se sentent bien comme ça ! Mais ce n est pas le cas de toutes (ni de tous, pour les personnes assignées garçons à la naissance), et leur ressenti leur appartient. Personne ne peut l invalider.

Une personne peut très bien ne se ressentir ni comme homme ni comme femme, ou alors comme les deux, avec peut-être une propension plus marquée pour un certain genre. Seule la personne concernée peut savoir ce qu’elle ressent ;-) Certaines personnes non binaires vont vouloir transitionner, changer leur corps pour le rendre plus neutre et se sentir plus à l’aise socialement, mais ce n’est pas le cas de toutes. Comme chez les trans binaires finalement. Une personne trans n’existe pas par rapport à sa transition. La transition n’est pas et ne devrait pas être une obligation pour que notre identité de genre soit respectée ;-)

Ce n est pas nous qui compliquons tout, c est plutôt le système légal et administratif qui simplifie à l excès en ne mettant que deux cases possibles quand il en existe beaucoup plus empiriquement. Les personnes non binaires sont nombreuses, mais elles n ont pas toujours les mots pour se définir et ont du mal à expliquer qui elles sont, parce que comme le soulignait justement Phenixiou, la case qui leur correspondrait n existe pas légalement et administrativement.

[quote]NON la science ne fera jamais d une femme un homme et inversement sa permet juste de ne plus être homme ou femme [/quote]

Pour fréquenter au quotidien beaucoup de FtM et de MtF ayant réalisé tout le parcours de transition, je pense qu iels auraient plus d une chose à te répondre à ce sujet - et qu iels n apprécieraient pas du tout de lire ça ^^ Femme et homme sont des genres, la science n’a rien à voir là-dedans, pour le coup, c est plus du ressort de la sociologie 😁 . Par contre, la science peut modifier un corps pour le rendre mâle ou inversement, pour le rendre femelle.

Puisque tu parles des documents qui existent sur internet, je t invite à consulter le blog dont j ai mis le lien dans mon précédent post. Il explique très bien les genres non binaires ;-)[/quote]


photo de l'auteur MamGay
MamGay
Femme de 44 ans
montpellier

oui les hermaphrodites existent. ok le genre et le sexe pas pareil, après, j'ai lu vos posts, mais c'est difficile pour moi de bien saisir le concept "genre", en vrai je ne situe pas où est le problème ? désolée de ma nullité


photo de l'auteur phenixiou
Phenixiou
Femme de 26 ans
Bruxelles

[b]Citation de MamGay[/b][quote cite=https://betolerant.be/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite/20#273895] oui les hermaphrodites existent. ok le genre et le sexe pas pareil, après, j ai lu vos posts, mais c est difficile pour moi de bien saisir le concept genre , en vrai je ne situe pas où est le problème ? désolée de ma nullité[/quote]

Comme ça a été dit, le sexe c'est ce qui est défini à la naissance en fonction des organes sexuels. Le genre c'est le fait de se sentir homme, femme ou autre (les non-binaires qui recouvrent beaucoup de monde:

  • chevauchement d'identités de genre (androgyne) ;
  • deux ou plus de genres (bigenre, trigenre, pangenre) ;
  • sans genre ou genre neutre (non genré, agenre, neutrois) ;
  • se déplaçant entre genres ou avec une identité de genre fluctuante (genre fluide) ;
  • troisième sexe ou autrement genré, inclut ceux qui ne nomment pas leur genre ;
  • se situant entre le genre masculin et le genre féminin ;
  • ne se définissant pas sur l'échelle des genres.)

On appelle cisgenres les personnes dont le sexe et le genre sont compatibles, et transgenres quand ça n'est pas le cas.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Hello tout le monde ^^

Mark je te réponds ce soir ou demain ;-) je ne fais qu'un passage en coup de vent et je n'ai pas envie de te répondre à l'arrache ;-)

je voulais juste poster pour écrire un petit mot rapide à MamGay : mais non tu n'es pas nulle !! Si tu savais le temps que j'ai mis pour assimiler la différence sexe/genre ! Quand les gens me l'expliquaient, je comprenais (plus ou moins, il a fallu me l'expliquer différemment plusieurs fois xD), mais quand j'essayais de le réexpliquer... Tout redevenait très confus alors que tout m'avait paru clair et évident quand on me l'expliquait à moi !

Quand on a grandi / évolué pendant des dizaines d'années avec cette confusion sexe/genre induite par le système, il est normal de galérer à comprendre que ces deux choses puissent être en fait dissociables quand quelqu'un ramène sa fraise, dit "non mais en fait, ce n'est pas DU TOUT la même chose", et chamboule des décennies de convictions.

Moi aussi avant, je me disais que si un truc n'était pas discutable, c'était l'association sexe/genre, et puis en acceptant de regarder en face mon vécu, et celui d'autres gens de ma connaissance, j'ai commencé à me dire qu'en fait, l'idée était très discutable.

Je vous laisse une petite vidéo qui pourra peut-être clarifier un peu les choses ^^ Après on est d'accord ou ou ne l'est pas, mais j'espère que ça pourra vous aider à piger nos points de vue, même si vous ne l'approuvez pas forcément ;-)

https://www.youtube.com/watch?v=nuaqCgsBGTs

Bon après-midi à tou•te•s !


photo de l'auteur armorNelson
ArmorNelson
Non binaire de 22 ans
Dinan

Les genres binaires que sont le masculin et le féminin ne correspondent pas à tous. C'est là qu'interviennent les genres non-binaires. Par exemple, biologiquement je suis une femme. Mon genre serait donc féminin. Je serait donc cisgenre (c'est à dire que je m'identifie au genre qu'on m'as assigné à la naissance). Hors, il se trouve que je ne m'identifie pas dans ce genre, ni dans le genre masculin. Je suis dans un genre flou (que je ne définit pas encore, soit dit en passant). C'est là qu'intervient le "problème".

Je pense que c'est plus un souci personnel. J'entend par là que (je prend toujours mon cas personnel pour exemple), je cherche juste à me définir sans pour autant tout changer autours de moi. Sans que ça ne change quoi que ce soit sur la façon dont on me qualifie etc...

@MamGay, ne te considère pas comme "nulle", tu est en droit de ne pas savoir et de te poser des questions. C'est tout à ton honneur que de chercher à comprendre.


photo de l'auteur Marksman78
Marksman78
Homme de 35 ans
Houilles

1 remerciement

rebonjour ArmorNelson ,

Difficile de cerner le "probleme" dans se cas ... déjà on ta rien assigné à la naissance .... ou tu es femelle ou male nous sommes des mammifères ... tu as un corps feminin mais tu peu te comporter comme bon te semble et que cela sois flou me semble logique en faite est-ce vraiment un problème ? aimes-qui tu veux est les relation avec qui tu veux je pensdes pas que sa change vriament grand choses au final :)

apres oui c'est sur durant ta vie regulierement tu ressentiras un malaise dans certaines situation ! les gens on besoins de mettre les autres dans des "cases" c'est pour ca que l'on veux tant en trouver unes !

sincerement est-ce si important tant que tu sais qui tu es toi !

c'est compliqué c'est sur mais se que penses les gens on s'en fou si sa leur fait plaisir de penser que tu es "bi" ou "lesbienne" on s'en fou si tu es en couple avec une femme logique qu'il le penses est-ce bien grave encore une fois ?

il y a des gens imcapable de sortir des sentier battu .... pour a pars que ma moitié homme ou femme ne se definisse pas sur sont genre je m'en moque completement tant qu'elle est "elle même" en tant que "personnes"

vas au grès de tes envies et passions oublie le genre si tu assume d'avoir "un vagin" désolé c'est un peu cru :( alors fait se qui te plait s'en te pose la question " a je suis une fille donc ... " NOOONNN tu es une personne avec des gouts et des couleurs et sa vagin/penis ou autre choses ! ni changera rien

MamGay, oui c'est tres difficile de situe le probleme justement et certaine personne ressente un mal être qui s'apparente au genre et difficile de le concevoir si l'on à pas été confronter à se mal être .... c'est assez difficile à cerner .... ne t'excuses pas -.- la curiosité dans se cas est on bon défaut je trouve ;)

en revanche moi je m'excuses, je sais que je suis quelqu'un de très direct et mes posts en sont le reflet et j'espere n'avoir froisser personne. parfois être direct permet de creuser les débats ... désfois pas ... ou d'être plus cache et clair pour les personnes posant des questions et qui en attendent des réponses :)

ArmorNelson courage à toi j'espere que tu trouvera vite tes réponses sur ton "problème" :)


photo de l'auteur tazsud2
Tazsud2
Homme de 50 ans
Paris

je ne suis pas forcément le bon interlocuteur mais oui les aspects biologiques, sociétaux, sociaux, ... qui se sont mis en travers de nos pensées amènent dans divers sujets à se sentir isolé ou à être une imposture comme tu dis. Cela est bien dommage. Chacun doit avoir son libre "arbitre" et pouvoir se réaliser autant qu'il le souhaite parmi les autres. je te souhaite de pouvoir être toi, apaisé


photo de l'auteur armorNelson
ArmorNelson
Non binaire de 22 ans
Dinan

[b]Citation de Marksman78[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite/20#273902] rebonjour ArmorNelson ,

Difficile de cerner le probleme dans se cas ... déjà on ta rien assigné à la naissance .... ou tu es femelle ou male nous sommes des mammifères ... tu as un corps feminin mais tu peu te comporter comme bon te semble et que cela sois flou me semble logique en faite est-ce vraiment un problème ? aimes-qui tu veux est les relation avec qui tu veux je pensdes pas que sa change vriament grand choses au final :)

apres oui c est sur durant ta vie regulierement tu ressentiras un malaise dans certaines situation ! les gens on besoins de mettre les autres dans des cases c est pour ca que l on veux tant en trouver unes !

sincerement est-ce si important tant que tu sais qui tu es toi !

c est compliqué c est sur mais se que penses les gens on s en fou si sa leur fait plaisir de penser que tu es bi ou lesbienne on s en fou si tu es en couple avec une femme logique qu il le penses est-ce bien grave encore une fois ?

il y a des gens imcapable de sortir des sentier battu .... pour a pars que ma moitié homme ou femme ne se definisse pas sur sont genre je m en moque completement tant qu elle est elle même en tant que personnes

vas au grès de tes envies et passions oublie le genre si tu assume d avoir un vagin désolé c est un peu cru :( alors fait se qui te plait s en te pose la question a je suis une fille donc ... NOOONNN tu es une personne avec des gouts et des couleurs et sa vagin/penis ou autre choses ! ni changera rien

MamGay, oui c est tres difficile de situe le probleme justement et certaine personne ressente un mal être qui s apparente au genre et difficile de le concevoir si l on à pas été confronter à se mal être .... c est assez difficile à cerner .... ne t excuses pas -.- la curiosité dans se cas est on bon défaut je trouve ;)

en revanche moi je m excuses, je sais que je suis quelqu un de très direct et mes posts en sont le reflet et j espere n avoir froisser personne. parfois être direct permet de creuser les débats ... désfois pas ... ou d être plus cache et clair pour les personnes posant des questions et qui en attendent des réponses :)

ArmorNelson courage à toi j espere que tu trouvera vite tes réponses sur ton problème :)[/quote]

Je fait cette recherche davantage pour moi même. Je ne tiens pas forcément à le déballer à tout un chacun ^^ Après, je sais que je suis libre d'être qui je veux, mais j'ai besoin de me définir


photo de l'auteur MamGay
MamGay
Femme de 44 ans
montpellier

écoutez, je suis très attentive à vos commentaires, j'ai vu la vidéo, alors vais tenter de sortir de mon ignorance, soit ma "nullité" de savoir :)) et, si je capte bien , le genre = le comportement ? bon dans la vidéo :il y a le genre féminin (maquillage et pomponette) et le masculin (style caractère fort ou bricoleur) mais c'est pas un peu dépassé ce système de valeur ?? je ne suis pas d'apparence goudou mais je ne suis pas pomponette, non plus, je suis transgenre dans ce cas, pour vous ?


photo de l'auteur MamGay
MamGay
Femme de 44 ans
montpellier

ou demi_genre ?


photo de l'auteur armorNelson
ArmorNelson
Non binaire de 22 ans
Dinan

C'est au delà de l'expression de genre ((soit ce que tu décris) enfin je crois que ça s'appelle comme ça, je découvre aussi un peu quand même) C'est plus un ressentit presonnel! Si tu te sent entièrement femme, alors je crois que tu n'entre pas dans la "case non binaire".


photo de l'auteur desiles54
Desiles54
Femme de 42 ans
Audun-le-Roman

33 remerciements

[b]Citation de MamGay[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite/20#273934] écoutez, je suis très attentive à vos commentaires, j ai vu la vidéo, alors vais tenter de sortir de mon ignorance, soit ma nullité de savoir :)) et, si je capte bien , le genre = le comportement ? bon dans la vidéo :il y a le genre féminin (maquillage et pomponette) et le masculin (style caractère fort ou bricoleur) mais c est pas un peu dépassé ce système de valeur ?? je ne suis pas d apparence goudou mais je ne suis pas pomponette, non plus, je suis transgenre dans ce cas, pour vous ?[/quote]

A mon avis tu n'as vraiment pas compris On ne parle pas d'apparence physique, mais d'un ressenti. Et non, tu n'est pas transgenre, ni demi genre. Beaucoup de gens n'arrivent pas à comprendre, tu n'est pas la seule. Si tu veux vraiment en savoir plus, renseigne toi sur les recherches plus approfondies. Être non-binaire signifie juste que nous ne nous sentons ni homme ni femme, où parfois les deux. Il y a des hommes et des femmes non-binaire. Ça n as rien avoir avec notre genre ou notre look.


photo de l'auteur MamGay
MamGay
Femme de 44 ans
montpellier

c'est cool je ne suis pas nul, suis juste idiote, ok je lache ce sujet, tant pis


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Hi à toustes !

Mamgay, personne n’a dit que tu étais idiote ! =O Il faut un certain temps pour digérer tout ça, nous sommes nombreuxes à avoir galéré aussi quand on l’a découvert. C’est super que tu aies fait l’effort de t’intéresser au sujet et de te documenter ^^

Maintenant, Mark, avant tout merci pour ta patience, et mes excuses pour le délai de réponse qui s’est allongé. J’ai enfin du temps devant moi pour me poser et répondre au sujet, alors c’est parti ^.^ Comme j’étais intervenu rapidement les dernières fois, entre deux impératifs, je n’avais pas développé mon propos autant que je l’aurais voulu/dû. Je vais donc rattraper ça ;-)

Je précise que tout ce que je vais dire n’engage que moi, que mon vécu est très loin de représenter toutes les expériences trans, et que d’autres personnes trans – binaires ou non-binaires – auront sans doute une perception différente de la transidentité.

(Je recite Mark pour situer mon intervention ;-) ).

[quote]tu parle de "cases" mais tu n'as pas repris le coté d'être sois même qu'elle que soit sont sexe de départ et que l'on puisse avoir le comportement que l'on souhaites sans forcement changer de sexe pour correspondre à se que la societ nous ne dis se que se comportement doit être ( fille/garcon ) ... la dessus tu n'as pas rebondis ! [/quote]

[quote]mes arguments sont souvent excquiver comme si on voulais pas les entendres car plus facile de se cacher derriere de une "cases" transformation ( désolé je te dis se que j'ai ressenti ) . et en en reviens au faite de s'assumer .... c'est souvent un rejet de sois qui amene ca .[/quote]

Je parle de cases car c’est ainsi que notre société (comme beaucoup à travers le monde…) fonctionne. Les cases « homme », « femme » et « autres » (nos fameux non binaires), ou « mâle », « femelle », « intersexe », qui font débat ici ne sont pas les seules existantes. Nous trions, catégorisons et étiquetons tout : orientations sexuelles (hétéro, bi, homo, pan et caetera…), romantiques (hétéro, bi, homo, pan et caetera…), femmes clitoridiennes ou vaginales, gays actifs, passifs, auto-reverse, main d’usage (pour écrire j’entends :-p :gauchers, droitiers, ambidextres), littéraires ou matheux, sportifs ou intellectuels…

Ce n’est pas forcément un mal. C’est en classifiant que la science a progressé dans sa connaissance du vivant (animaux diurnes ou nocturnes, aquatiques ou terrestres, canidés ou félidés, à sang froid ou à sang chaud…), quitte à changer parfois son fusil d’épaules en s’apercevant d’« erreurs de tri », car il ne faut pas oublier que la science elle-même n’est pas d’une fiabilité exacte et absolue. Savez-vous que j’entends encore nombre de gens de la génération de mes parents (la soixantaine) soutenir au nom de la science que l’on peut déterminer l’homosexualité d’une personne en effectuant un prélèvement de salive parce qu’il existerait un gêne homosexuel ? Une théorie qui a quand même de bons vieux relents nauséabonds dignes des plus grandes théories « « scientifiques » » colonialistes ou nazies.

Heureusement, la science évolue et parfois reconnaît qu’elle a pu commettre des erreurs. En attendant, tout comme elle, nous fonctionnons avec nos petites cases pour le meilleur et pour le pire. Et le pire, ce sont les idées préconçues et les contre-vérités qui se glissent forcément dans les classifications généralistes, et qui parfois nous entraînent dans « une guerre des cases ». Combien de fois ai-je pu entendre ces vieux clichés qui veulent qu’un littéraire ne soit pas fort en maths, qu’un « esprit matheux » soit naturellement mauvais en français, ou qu’un sportif ne soit pas doué dans les études car « ce n’est pas son truc », et qu’un intellectuel ne peut pas s’intéresser au sport car trop plongé dans ses bouquins.

Cela vous paraît peut-être éculé comme façon de penser, comme les stéréotypes sur les hommes (virils, courageux, peu démonstratifs…), et les femmes (bavardes, sensibles, émotives, altruistes…) peuvent vous sembler dépasser. Pourtant, je n’invente rien. Moi aussi je trouve ça ridicule. Des gens qui sont forts en maths ET qui aiment la littérature, il en existe plein, tout comme il existe plein de sportif.ve.s de haut niveau qui ont un parcours d’études brillant, plein d’hommes émotifs et de femmes autoritaires. Mais « raisonner par cases » nous rassure, cela nous donne l’impression de pouvoir cerner une personne sur une première impression et de déterminer si cette personne est sympa/intéressante/bizarre/carrément cheloue/à éviter selon nos critères.

Nous tombons tou•te•s dans ce raisonnement par cases à un moment ou un autre, de façon plus ou moins régulière selon notre conscience du phénomène, et nous savons que nous aussi nous allons être jugé•e•s en fonction de ce dont « nous avons l’air » avant de l’être pour ce que nous sommes.

À partir de ce constat, je ne trouve pas choquant que des gens puissent avoir besoin de trouver un mot pour se définir à leurs yeux et à ceux des autres. C’est même salvateur.

Je suis passé par ce que traverse Nelson. Ce sentiment de n’être ni une femme ni un homme, de flotter quelque part dans une zone floue, une non-zone en fait, car ne portant pas de nom, n’ayant aucune existence officielle nulle part. Et là, seul•e face à ce néant, ça peut être le déni, la panique, le grand désarroi. « Mais si je ne suis pas une femme, que suis-je alors ? Un homme ? Mais comment je peux savoir ce que c’est que d’être un homme en ayant reçu une éducation de femme et en étant dans un corps sexué femelle ? Je dois avoir un problème. Y a forcément un truc qui ne tourne pas rond chez moi. »

On se croit dingue. Et on en arrive à se persuader qu’on l’est, parce que nulle part il n’est dit qu’on peut être d’un autre genre qu’homme ou femme. Et pourtant…

Pour ma part, le salut est venu d’internet par hasard. Un jour, en me promenant sur des blogs littéraires, je suis tombé sur celui d’une personne qui décrivait exactement ce que je vivais. Je me suis empressé de la contacter en lui expliquant mon « problème », et elle m’a orienté vers des groupes de discussion sur la non-binarité.

Quel soulagement de découvrir 1) qu’un mot existait pour décrire l’expérience que je vivais, 2) que j’étais loin d’être un cas isolé. Des centaines et des centaines d’autres personnes expérimentaient le même sentiment et se posaient les mêmes questions que moi sans que je ne les connaisse, sans même que je les ai jamais vues. Ce fût une expérience aussi troublante que celle de se sentir en dehors du cadre des genres conventionnels, mais nettement plus agréable.

Cette action de « rajouter des cases » pour sortir d’autres cases peut paraître étrange, et je me suis moi aussi interrogé à un moment donné sur sa pertinence. Je me disais : « mais n’est-ce pas absurde de dénoncer quelque chose pour le reproduire derrière ? Pourquoi ce besoin de multiplier les étiquettes ? c’est quand même un peu triste. »

La réponse est venue d’elle-même et en posant la question autour de moi, je l’ai aussi obtenue d’autres personnes concernées : « puisque tu sais que les gens vont te coller une étiquette quoiqu’il advienne, autant pouvoir la choisir et ne pas laisser les autres la (et donc TE) déterminer pour toi. »

En outre, pour pouvoir parler de quelque chose, et pour (faire) savoir qu’elle existe, il faut bien pouvoir nommer cette chose, la faire exister en tant que telle dans le langage et pas seulement comme une négation de quelque chose d’autre (« le fait de n’être ni homme ni femme »). On sous estime trop souvent le pouvoir des mots. Donner un nom ne crée pas la réalité, les non-binaires existeraient toujours si on les appelait par un autre nom ou même si on cessait de les appeler et qu’on bannissait toute évocation de leur existence, mais donner un nom rend cette réalité concrète et tangible. J’insiste sur l’intensité de mon soulagement en découvrant qu’un mot existait pour décrire mon ressenti, ce ressenti que j’ai longtemps cru non valide, illégitime, parce que je n’avais pas eu connaissance que d’autres gens le vivaient aussi et que cela portait un nom.

À partir du moment où j’ai pu nommer mon expérience, j’ai pu mieux la décrire et commencer à accepter de ne pas être une femme même si les normes sociales me soutenaient le contraire en associant vagin et genre féminin comme une équation inéluctable. J’ai commencé à me documenter, à lire plein d’articles et plein d’ouvrages sur le genre, les textes de Paul Preciado, d’Eric Macé, de Benoîte Groult, de Béatrice Borghino, de Christine Delphy, de Sophie Labelle… J’ai aussi profité de vivre sur Paris pour multiplier les rencontres dans la communauté trans, notamment non-binaire, pour échanger et creuser mes réflexions sur le sujet. Je dois beaucoup à tous ces auteur•e•s que j’ai lu•e•s, et à tous ces gens géniaux que j’ai rencontrés qui m’ont aidé à déconstruire tout ce que je croyais savoir sur le genre, tout ce qu’on m’avait inculqué et que je n’avais jamais remis en cause avant de me sentir en décalage avec les normes. Grâce à elleux, j’ai pu (enfin) m’accepter et commencer à cheminer vers une existence plus sereine.

En parallèle, j’ai aussi pu commencer à parler de mon expérience aux gens. Pas pour convaincre, mais pour faire réfléchir et faire savoir à celleux qui pensent comme moi qu’iels ne sont pas seul•e•s.

J’ai commencé à assumer qui j’étais. J’ai décidé de ne plus employer mon ancien prénom, trop féminin, et d’opter à la place pour un prénom neutre (je n’ai pas osé demander directement un prénom masculin à cause de ma vie pro), et de demander aux gens de ne plus me genrer au féminin, mais au masculin, ou au moins d’alterner si c’était trop dur (j’étais encore timide à l’époque, avec les années, je me suis rendu compte que parfois, il faut bousculer un peu les gens pour s’en faire respecter et j’ai fini par imposer le masculin.)

Si j’ai mis si longtemps avant de me reconnaître comme un homme trans, c’est parce que j’ai longtemps été terrorisé à l’idée de « dépareiller parmi les hommes ». Déjà quand j’entendais comme mes copains cis ont pu souffrir d’être « sensibles », « émotifs », « délicats », « un peu maniérés », « gros », « délicats », parce que ne correspondant pas au canon de la masculinité, alors qu’ils sont cis et tous hétéros, je me disais « quelles critiques je m’attirerais moi si je transitionnais ? Je ne maîtrise absolument pas les « codes » masculins », qui sont certes des stéréotypes, mais n’empêche qu’à force de répandre un stéréotype, les gens finissent par se croire obligés de s’y conformer. Pas tous, bien sûr. Nombre de femmes cisgenres ne se maquillent pas, ne portent jamais de talons ou de robes, ne rêvent pas de mariage ni de bébés et pourtant, elles sont tout aussi femmes que les autres, n’en déplaisent aux attentes sociétales. Mais la pression subie en retour est énorme et chacune à son propre seuil de tolérance.

Mais assez parlé au nom des femmes cis alors que je n’en suis pas une. Évidemment, quand j’évoquais ma résistance aux injonctions à la féminité qu’on a pu (et qu’on peut, car ça continue) m’adresser, je ne sous-entendais pas que toutes les personnes ne se conformant pas aux codes de leur genre sont trans et encore moins qu’elles devraient transitionner pour y correspondre. Pour moi, au contraire, les personnes trans ne devraient pas se sentir obligées à passer par la transition pour être respectées dans leur genre ressenti. Ce n’est pas le cas de tous les trans, certain•e•s n’y sentent aucune obligation ou aucun besoin sauf ceux qui leur sont strictement personnels, mais j’en connais trop qui souffrent de ne pas être « pris•e•s au sérieux » parce qu’iels ne veulent pas spécialement transitionner, se ramassant des réflexions comme : « si tu ne veux pas changer ton corps, c’est que tu n’es pas vraiment trans alors », ou « je te genrerai au masculin/féminin quand tu auras des couilles/un vagin. Avant ça, tu ne seras jamais un homme/une femme pour moi ».

Non, non et non. Tout comme notre ressenti n’appartient qu’à nous, notre corps nous appartient, et si certaines personnes trans préfèrent rester comme elles sont, alors personne n’a à invalider leur transidentité et à les mégenrer sous prétexte qu’elles veulent garder leur corps tel qu’il est. D’autant que maintenant, la demande de changement d’état civil peut être effectuée sans qu’il soit nécessaire d’entamer de procédure médicale.

Dans un monde idéal, oui, nous serions tous libres d’être qui nous sommes et de l’exprimer comme nous le voulons. Sauf que nous ne vivons pas dans un monde idéal, et qu’il y aura toujours des connards et des connasses pour remettre en cause ce que vous êtes et vous obliger à justifier en permanence votre existence (surtout quand vous êtes trans). Et ça, il faut le vivre pour savoir combien c’est fatiguant, usant et destructeur à la longue.

Je ne pensais pas avoir un jour envie/besoin d’entamer le parcours de transition. J’ai pleinement accepté l’idée que sexe et genre sont deux choses bien distinctes et que donc, un homme peut avoir un vagin (ou une femme un pénis), et j’ai fini par aimer mon corps comme il est après des années à le considérer comme un fardeau. Problème : en dehors de la communauté trans et de certains cercles bienveillants avertis des questions de genre, tu t’aperçois vite que le monde n’est pas prêt à accepter l’idée qu’un homme puisse avoir des boobs et un vagin. Tu passes ton temps à faire des coming-out ou à rappeler au monde que c’est « IL et accords masculins svp merci » (famille, ami•e•s, partenaires amoureux/sexuels, inconnu•e•s auxquels tu dois bien préciser que tu es trans si tu ne veux pas passer ta soirée à être mégenré•e) et à faire de la pédagogie sur les transidentités (dans le meilleur des cas, parce que quand tu tombes sur des gens pas du tout déconstruits et véhéments, c’est l’horreur – ils peuvent ne pas être d’accord avec notre perception du genre, mais qu’ils passent leur chemin sans essayer de nous persuader que nous sommes des aberrations ou des fragiles qui ne savent juste pas s’assumer comme femme/homme) même quand tu n’as pas l’énergie pour.

Je n’ai pas encore entamé de parcours de transition pour des raisons pro et familiales, mais il me tarde, car tu sais, Mark, j’ai beau assumer ma transidentité et dire aux gens : « je suis un homme, genrez-moi au masculin, merci », eux, tout ce qu’ils captent, c’est ma paire de nibards et ma voix à consonance féminine, et là paf, c’est le retour du raisonnement par cases. Seins = femme = pronom elle et accords féminins. Quand on ne renie pas carrément ma transidentité : « non mais attends, toi, un homme ? Mais tu ne peux pas être un homme, regarde ton corps voyons, y a pas de doute possible sur ta féminité » yeux qui louchent vers mes boobs, ou qu’on ne respecte pas ma volonté : « ah non, je ne vais pas t’appeler Chris, c’est pas féminin, ton autre prénom (très féminin lui par contre) est mieux. »

WTF !? À quel moment quelqu’un se permet comme ça de décider de ce que vous êtes (ou pas) et de la façon dont vous devriez vous appeler. Comment peut-il s’enorgueillir de savoir tout ça mieux que vous ? Ça me dépasse. Quand quelqu’un, même qui n’est pas trans, mais qui n’aime pas son prénom de naissance pour x ou y raison, me dit de l’appeler Hélie au lieu de Christelle, ou Dany au lieu de Bernard, j’acquiesce et je respecte. Parce que c’est leur prénom, leur histoire, et qu’elle leur appartient.

Dans ces conditions, j’en suis venu à désirer la transition pour ENFIN avoir la paix et pouvoir vivre normalement sans plus devoir passer les 3/4 de mon temps libre à me justifier sur ce que je suis. La décision n’est pas venue comme ça du jour au lendemain, il s’agit de l’aboutissement d’un long, pénible et douloureux processus de réflexions. C’est un chemin horrible à parcourir, car tu es seul•e, personne ne peut savoir mieux que toi si cette décision va t’aider ou si tu te trompes, et même quand tu sais au fond de toi que c’est la meilleure solution, le poison du doute revient parfois te ronger, tu te demandes : « mais comment je peux être sûr•e ? Si je me trompe, ça sera tant pis pour moi, les changements seront définitifs. Et si les effets des hormones à long terme me déclenchent des problèmes cardiaques, des cancers ? »

Il n’y a pas une journée sans que j’y pense, et même quand je fais autre chose, cette décision, tout sauf anodine, hante mon esprit en arrière plan. J’en ai parfois du mal à dormir, même si plus le temps passe plus je suis persuadé que ça sera la meilleure chose que je puisse faire, car je ne me vois pas continuer ma vie en tant que femme. Je n’en suis pas une, et si tu me demandes de t’expliquer comment je le sais, c’est simple : de la même façon que toi tu sais que tu n’en es pas une non plus.

Je te passe aussi le bazar que ça créé dans ma famille. La peine que cela fait à mes parents, le déni de mon père qui me blesse énormément (et qui m’inquiète, car il est cardiaque et je ne te raconte pas la culpabilité si demain j’apprends qu’il a fait un malaise à force de se contrarier pour ça). Tu crois vraiment que c’est se simplifier les choses de transitionner quand ça nous isole de notre famille ? Que certains parents jettent leurs enfants de chez eux à cause de ça ? Et quand les gens nous disent que même avec transition complète on restera toujours un gars/une fille pour eux ? Et quand notre couple est en péril parce que notre partenaire ne souhaite pas la transition ? Et quand nos enfants nous tournent le dos et refusent de nous parler parce qu’on leur a avoué notre transidenté et notre désir de transitionner ? Et quand on se fait insulter/tabasser/cracher dessus dans la rue parce que les gens voient que l’on est trans ? (surtout pour les MtF ayant transitionné à des âges avancés).

À celleux qui diraient : « oui mais c’est un choix », je répondrais que non. Certes, chacun est libre de transitionner ou non, mais on ne choisit pas d’être trans et encore moins les oppressions qui vont avec. Ce n’est pas une question d’être moins fort•e que saon voisin•e, il me semble que tout être vivant aspire à une existence avec le moins de souffrances possible. La transition en règle certaines, en apporte d’autres (au moins pour un temps), c’est un équilibre à trouver, et comme à chacun•e sa propre perception de la notion de genre, à chacun•e sa transition (certaines personnes veulent s’arrêter aux hormones, d’autres faire la mammectomie, d’autres veulent la phallo mais pas la mammec, bref, là aussi, plein de cas de figure sont possibles). Le tout, c’est de trouver la meilleure façon d’être confortable dans notre corps et dans notre rapport aux autres. Parce que les « t’occupe pas des autres, fais abstraction », c’est bien gentil, mais concrètement, tu as beau t’assumer comme homme ou femme (trans ou pas trans), tu n’as aucun contrôle sur l’attitude que les autres auront à ton égard, s’ils seront respectueux ou infects, et ça finit par te plomber. (CF tous mes précédents exemples au-dessus).

Pour tout ça, je trouve que dire que vouloir transitionner c’est se simplifier les choses, et que c’est dû au fait de ne pas s’assumer, est vraiment fort de café. C’est retourner la faute contre les victimes.

(Je vous propose la lecture de l’article « Pourquoi dire à une personne trans de « s’accepter telle qu’elle est » est transphobe » du blog Unique En Son Genre, qui explique tout ça plus en détails => http://uniqueensongenre.eklablog.fr/pourquoi-dire-a-une-personne-trans-de-s-accepter-telle-qu-elle-est-est-a119485672).

Ah, et comme je suis FtM attiré par les corps mâles, j’ai aussi droit au classique : « mais pourquoi tu veux transitionner pour ressembler à un homme alors que tu aimes les hommes ? Tu te compliques la vie, tu vas subir l’homophobie. » Alors certes, je vais me rajouter une possible oppression en plus de la transphobie, mais l’orientation sexuelle/romantique et le genre n’ont strictement rien à voir l’un avec l’autre. Toutes les combinaisons sont possibles. Je ne veux pas « ressembler à un homme » pour pêcho des gays, je veux transitionner 1) pour jouir de mon existence normalement sans devoir me justifier tout le temps sur mon identité, 2) pour que mon corps corresponde à mon ressenti. Le fait que j’aime les hommes est complètement étranger à l’histoire, et c’est idem pour les personnes qui « deviennent » hétéros en transitionnant.

En conclusion (et là vous vous dites « ouf ! » xD), je dirais que oui, je suis d’accord avec toi, Mark, sur le point que chacun•e est libre d’être qui iel veut sans se conformer aux standards de son genre de naissance, et de se livrer à l’envi aux activités traditionnellement réservées à l’autre sexe. Je suis aussi d’accord sur le fait, bien évidemment, que de ne pas se conformer aux stéréotypes et aux codes de son genre de naissance ne fait ABSOLUMENT PAS de nous automatiquement des personnes transgenres.

En revanche, concernant les personnes trans, il faut arrêter de nous dire « d’être qui nous sommes et d’être heureux, qu’on s’en fiche du genre », car ce n’est pas vrai. Toute la société est basée sur la dichotomie homme/femme (amalgamée avec la dichotomie mâle/femelle), avec des rôles et des comportements assignés à l’un et l’autre. Il faut bien penser aussi que la transition est tout sauf la solution de facilité, qu’elle comporte des risques médicaux (les interventions chirurgicales, comme toute intervention, comporte des risques de complications, les effets des hormones à long terme demeurent inconnus…), des risques « sociaux » (être coupé•e de son cercle familial/amical s’il est transphobe, avoir des difficultés à trouver un emploi à cause de la transphobie), mais peut répondre à un besoin vital pour certaines personnes. Que le fait de vouloir la transition n’est pas un aveu de faiblesse, tout comme le fait de ne pas la vouloir ne remet pas en cause notre légitimité en tant que trans. Qu’importe l’apparence de notre corps, nous méritons le respect et le respect passe par le fait de nous genrer correctement même si nous ne correspondons pas physiquement à l’idée que vous pouvez vous faire d’un homme ou d’une femme.

J’ai l’intime conviction qu’il existe autant de genres que d’humains sur la planète, chacun•e avec sa propre perception de la féminité, de la masculinité, de la non-binarité, mais cela n’engage que moi ;-)

Sur ce, je repars dare-dare à mon taff car pendant que je viens bavarder ici rien n’avance et pire, le retard s’accumule XD

Bonne aprem à tou•te•s ! 😘


photo de l'auteur MamGay
MamGay
Femme de 44 ans
montpellier

pour comprendre et répondre à Christouille, la science avance par erreurs rectifiées principalement ensuite, je capte que tu es passée de l'état non-binaire à celui de la transidentité, je ne pense pas que ce soit pareil, alors, je vais te dire que oui, je fais partie du lot des "connes" pour toi. (gentiment conne, ou du moins avant) je t'explique : à mes 20 ans je me suis retrouvée en soirée avec une FtM, que je ne connaissais pas et qui pour me dire bonsoir à tenu strictement à me serrer la main, plutôt que de se faire la bise. Puis, fallait dire Il en lui parlant, je n'ai pas pu, je ne suis pas restée dans la conversation. Je voyais une petite femme montée sur ses grands chevaux et imposer avec rigueur que c'était un homme. je n'ai pas eu de jugement à son égard, pas de mépris juste de la répulsion ; car voir une personne pour la première fois qui t'impose et c'est bien le mot que je choisis) sa transidentité, ça calme direct... pour te dire qu'en face de certaines personnes trans, on a pas non plus, des fois,la disponibilté ou les dispositions pour s'ouvrir à la différence que ce soit d'un côté comme de l'autre. enfin, je sollicite ton avis sur : la psychose blanche. une dernière chose, je suis là pour la discussion, ce que j'ai vécu il y a fort fort longtemps n'est qu'un cas isolé pour te montrer comment de mon côté aussi, je peux être desservie par l'accueil qu"Il" m'a fait. et autre point, les non-binaires qui ne sont pas trans,, vu ton choix tu te "binarises" côté homme ? , ( tu vois j'ai encore une question), bref, les non-binaires s'orientent finalement aussi, un jour, ou pas ? je pose mes questions comme je le peux, maladresse possible mais avec gentillesse.


photo de l'auteur Marksman78
Marksman78
Homme de 35 ans
Houilles

1 remerciement

Boujour all ( oui je suis un ancien ... )

Mamgay je comprend ton point de vue ;) et Christouille, WooUUuhhHOOOOO quel texte lol en effet tu as lâché les chevaux :D

Alors je vais essayer de faire court car ca résume se que je veux exprimer ^^ Christouille, je comprends tout se que tu écris, je trouve cela-dit que tous cela tourne en rond ... on est d'acoord sur le genre ... Mais ... tu parle quand même de sexe qui désolé mais très clairement non s'existe pas dans la nature .... Male ou femelle

Je vais donc exprimer ma pensé en reprenant l'expérience de MamGay qui je trouve est très clair et ne demande pas 500 ligne d'explications ou de justification ( personne n'a à se justifié par l'oral l'écris ou bien même le comportement ) .

Alors que l'on se sente garcon aucun probleme si on l'est pas c'est pas grave c'est pas parce que l'on a pas de nutella qu'il faut se jeter par la fenetre ^^ je penses très sincerement et sans aucun jugement négatif bien au contraire que beaucoup mélange tout et la je parle des Non-binaire pas de ceux bien dans les cases pour le coup !!

Pour l'expérience de Mamgay, j'en est à la pelle des identique ! et je trouve ca très regrettable.. comment une personne refusant les cases que l'on lui impose pourrais t-elle imposer à tous quelques choses ??? n'est pas Hypocrite ?

J'en reviens donc à mon point de départ ASSUMER ! pas besoins d'être un garcon pour aimer le vagin et inversement ensuite se sentir " Homme " c'est justement tomber dans les travers de la suciété ... on est se que l'on choisi quelques soit le sexe de notre naissance ! et on aime qui on veux ...

ne pas assumer d'être une fille ou garcon est très souvent liée à un problème d'identification en rapport au fameuse cases sociétale dont nous parlons depuis le début alors soyons cohérent ! ou on les critique et dans se cas on fait pas pareil -.- ou on veux le droit à la même choses et dans se cas ben on fait le canard ...

Trop de FtM ou inverse devienne très agréssif(ve) lors que l'on refuse de dire il ou elle... mais frenchement les gens on besoins de si peu pour se sentir heureux ? je trouve cela bien triste ... ou on a un chromosome X ou XY ya pas à discuter de cela c'est figer et se faire appele Il ou Elle n'y changera rien et ne dois pas changer se que l'on veux être ou veux devenir ! Ne pas assumer de se comporter comme un garcon reste un refus d'assumer que vous ayez une paire de seins ou pas en 2018, je pense que nous devrions nous battre à justement casser ses codes idiot de la femme feminine et l'homme viril plutôt que crier partout que l'on veux changer de sexe -.6 [b]texte gras[/b]

alors j'ai du coup une question simple pour toi christouille ^^ te vois-tu en couple avec une garcon ou une fille ? et avant d'entamer ta transition cela était-il pareil ? et si oui le vivais-tu pareil ?

bon voila j'y suis aller un peu cache j'èspere sincerement ne froisser personne ... si ca devait etre le cas je ne posterai plus se le sujet ...

Merciii


photo de l'auteur Kamsii
Kamsii
Non binaire de 24 ans
Bordeaux/Paris

1 remerciement

Bonsoir,

Je n'ai pas tout lu car il y en a beaucoup à lire...

" [i]texte Pour l'expérience de Mamgay, j'en est à la pelle des identique ! et je trouve ca très regrettable.. comment une personne refusant les cases que l'on lui impose pourrais t-elle imposer à tous quelques choses ??? n'est pas Hypocrite ?

J'en reviens donc à mon point de départ ASSUMER ! pas besoins d'être un garcon pour aimer le vagin et inversement ensuite se sentir " Homme " c'est justement tomber dans les travers de la suciété ... on est se que l'on choisi quelques soit le sexe de notre naissance ! et on aime qui on veux ...

ne pas assumer d'être une fille ou garcon est très souvent liée à un problème d'identification en rapport au fameuse cases sociétale dont nous parlons depuis le début alors soyons cohérent ! ou on les critique et dans se cas on fait pas pareil -.- ou on veux le droit à la même choses et dans se cas ben on fait le canard ... italique[/i] "

Et bien, tu es un Homme "identifié" homme n'est ce pas ? Et tu es visiblement en totale accords avec ton esprit. Admettons que tout le monde se mettais à te parler au féminin ? Te voyais comme une femme ? Comment te sentirais tu ?

Autre chose, si la société avait déclaré: homme = vagin et femme = pénis. Cela ne changerait rien à la case "transgenre" et "non binaire". Si nous inversion tout les stéréotypes existants: maquillage pour les hommes et je sais pas, jeux de guerre pour les femmes. Cela ne changerait rien à la case "transgenre" et "non binaire".

C'est avec exactement ce type de pensées que nous n'avançons pas, en France du moins. La méthode douce ne fonctionne pas avec les cisgenres qui campent sur leurs positions. Etre agressif ne doit pas bien marcher, ignorer c'est ce que nous faisons pour certain depuis petits au point qu'un jour ça nous éclate a la gueule. C'est une souffrance perpétuelle, pas une envie. Que l'on ait 5 ans, 10 ans, 15ans ou 85 ans, les personnes qui sont transgenres: sont transgenres et ne le devienent pas, car oui ils savent qui ils sont très tot pour la majorité d'entre nous.

Le fait de se présenter au masculin, ou féminin peu importe, ce n’est pas être agressif. C’est annoncé a son interlocuteur que nous nous identifions de telle façon. Exemple : Un mec cisgenre qui s’appelle Bernard déteste son prénom et te demande de l’appeler Jack. Par respect, tu vas naturellement l’appeler Jack n’est-ce pas ? Alors pourquoi toi, qui te fiches des stéréotypes et tout le tra la la, ne pourrais-tu pas du coup, switcher naturellement ? Ca s’appelle le respect, ce n’est pas de l’agressivité, ce n’est pas imposé, c’est être respecté. Et forcément, en ne le faisant pas, qui pourrait rester calme ? Compréhensif ? Personne et cela vaut autant pour les transgenres que les cisgenres. Ne pas comprendre est un fait, mais continuer à s’entêter et à dire qu’il suffit de s’assumer c’est de la connerie. Ca pourrait friser la transphobie. Persisté c’est reproduire toutes les erreurs déjà faites, et qui continuent, pour les cas des homos.


photo de l'auteur Marksman78
Marksman78
Homme de 35 ans
Houilles

1 remerciement

Je ne me sens ni homme ni femme mais une personne -.- je suis un garcon de sexe et si demain il fallait inverser les choses ca me ferai bizzar au début mais ca va pas particulierement me perturber .... Je ne m'identifie donc pas comme "homme" mais je le laisse croire au autres pour pas avoir aà débattre


photo de l'auteur Urukan
Urukan
Homme de 29 ans
Bruxelles

1 remerciement

Je veux te dire bravo Marksman78 car c'est exactement comme ça qu'il faut penser. Il y a plein de situations de tous les jours où on ne doit pas se sentir homme ou femme car cela n'a aucune importance. Par contre dans le désir cela en a. Bref il faut en finir avec cette injection à devoir être ! Il faut seulement faire.


photo de l'auteur MamGay
MamGay
Femme de 44 ans
montpellier

Kamsii, je vais te dire un tout petit truc : si tu me dis je me nomme Paul par exemple, je vais t'appeler Paul. si tu me dis je m'appelle Jack mais appelle moi Paul, je ne partirai pas car je n'ai plus 20 ans dans le genre "ça commence bien ...:( mais je predrais mon sourire. tu veux appelé un chat un chat ok, une chatte une chatte ok. mais chat-chatte, non ta problématique n'est pas forcément à envoyer à toutes les personnes qui sont en face.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Hello ^^

Bon désolé, je vais faire une réponse (très) à l'arrache car je vais devoir partir (et je trouve que Kamsii a déjà tout dit, en fait ^^), mais de mon côté, j'ai l'impression que c'est toi qui tourne en rond, Mark :-p

Toutes tes questions, j'y ai répondu ;-) Sauf celle sur la question des deux sexes figés comme parole d’évangile, mais je le fais tout de suite :

Alors, ça risque d'en étonner plus d'un•e, mais la science est en train de revoir sa conception de mâle et femelle car elle se rend compte que l'acception classique serait erronée ! Eric Macé, l'un des auteurs que je citais plus haut, l'exprime très bien, mais à mon grand dam, je ne trouve pas de texte de lui disponible à la lecture sur internet, je mets donc cet article qui reprend les grandes lignes du schmilblick : "«Il n’existe pas 2 sexes (mâle et femelle) mais 48" => http://sexes.blogs.liberation.fr/2013/06/19/il-nexiste-pas-2-sexes-male-et-femelle-mais-48/

Je vous laisse prendre connaissance de l'article car je ne suis pas biologiste, je ne l'expliquerais pas mieux et je laisse à ces personnes l'honneur de leurs travaux ;-) (mais pour celleux que le débat en cours intéresse, je conseille vraiment les ouvrages d'Eric Macé sur le genre).

Et même sans aller jusqu'aux 48 sexes de Macé & co, en se basant juste sur les organes génitaux, on peut déjà dire qu'il en existe au moins trois types : vagin, pénis, intersexe.

Nous verrons bien dans les années à venir les avancées scientifiques faites sur la question, mais pour ma part, je ne suis donc pas aussi catégorique que toi sur le sujet, Mark ;-)

[quote]Alors que l'on se sente garcon aucun probleme si on l'est pas c'est pas grave c'est pas parce que l'on a pas de nutella qu'il faut se jeter par la fenetre ^^ je penses très sincerement et sans aucun jugement négatif bien au contraire que beaucoup mélange tout et la je parle des Non-binaire pas de ceux bien dans les cases pour le coup !!

Pour l'expérience de Mamgay, j'en est à la pelle des identique ! et je trouve ca très regrettable.. comment une personne refusant les cases que l'on lui impose pourrais t-elle imposer à tous quelques choses ???

n'est pas Hypocrite ?[/quote]

[quote]Trop de FtM ou inverse devienne très agréssif(ve) lors que l'on refuse de dire il ou elle... mais frenchement les gens on besoins de si peu pour se sentir heureux ? je trouve cela bien triste ... ou on a un chromosome X ou XY ya pas à discuter de cela c'est figer et se faire appele Il ou Elle n'y changera rien et ne dois pas changer se que l'on veux être ou veux devenir ! Ne pas assumer de se comporter comme un garcon reste un refus d'assumer que vous ayez une paire de seins ou pas en 2018, je pense que nous devrions nous battre à justement casser ses codes idiot de la femme feminine et l'homme viril plutôt que crier partout que l'on veux changer de sexe -[/quote]

La personne impose pour qu'on arrête de lui imposer à elle quelque chose qui ne lui convient pas. Et on ne parle pas d'un petit soucis d'agrément, c'est un truc énorme dans une vie de ne pas se reconnaître dans le genre qu'on vous a assigné à la naissance.

D'ailleurs, si le genre c'était vraiment rien, si on s'en fichait, je crois que cela ferait longtemps que tu aurais dit : "ok, je comprends pas tout puisque moi même cis, mais après tout, on s'en fout, genrez-vous comme vous le voulez, je vous respecterai dans votre genre ressenti, tant que vous vous sentez bien, c'est le principal."

Ce que je trouve hypocrite, c'est de dire "on s'en fout du genre", mais de réduire la transidentité à des gens qui ne s'assumeraient pas dans leur genre de naissance. Parce qu'en gros, tu es en train de me dire que je me sens homme parce que je n'assume pas de ne pas rentrer dans les codes stéréotypés féminins ? O_O Euuuuh alors c'est vrai que je n'aime ni la cuisine ni la couture, que je trouve ça nul de culpabiliser les femmes avec leurs poils, que je n'ai jamais aimé jouer à la Barbie et que les miennes servaient de repas à mes figurines dinosaures xD, mais cela n'a rien à voir avec ma transidentité. En plus, je t'ai dit que j'assume mon corps, mais que ce sont les gens, qui ne sont clairement pas prêts à concevoir qu'un homme puisse avoir des boobs et un vagin, qui m'ont fait réfléchir par leur irrespect (débats sur ma légitimité à "être trans", mégenrages...) à la paix que m'apporterait une transition pour l'avenir. (Paix qui se répercuterait dans mes relations amoureuses/sexuelles en les rendant plus épanouies, puisque plus besoin d'un coming out à chaque rencontre, et je serai plus à l'aise dans mon corps qui correspondra à la façon dont je me perçois ;-) ).

Je suis d'accord avec toi, c'est triste que des gens puissent en arriver à vouloir changer leur corps pour finalement se conformer à la vision binaire du monde, mais comme je l'expliquais dans mon précédent post, c'est tout sauf facile comme décision à prendre, puis à vivre, mais c'est toujours réfléchi et cela répond évidemment à un besoin personnel profond, qui dépasse la question des attentes de la société.

Le message : "non, surtout ne transitionne pas, tu vas laisser gagner la société ! Tu peux être qui tu veux.", semble louable, mais ne l'est pas du tout en réalité. Déjà, non, on ne peut pas être qui on veut car il y aura toujours des gens pour venir nous dire qui nous sommes et comment nous comporter (cf mes précédents posts, et quand tu souffres dans ta chair et dans ton esprit comme cela peut nous arriver, je te garantis que tu n'en as rien à cogner d'incarner le réactionnaire/contestataire/révolutionnaire du quartier. Nous, tout ce qu'on veut, c'est pouvoir jouir d'une existence normale comme nous le désirons, et si cela doit passer par une transition, ce choix n'a pas à être vilipendé. Réduire la décision de transition à une question de s'assumer ou de ne pas s'assumer, c'est vraiment sous estimer la souffrance des personnes trans et faire passer des idéologies au-dessus de l'aspect humain. Tout ce qui importe, c'est que la personne se sente mieux dans sa peau, non ? ;-) Et puis le fait de transitionner ne signifie pas approuver la binarité de la société et son lot de stéréotypes. Je veux transitionner, mais cela ne m'empêche pas de combattre les clichés et stéréotypes sexistes au quotidien ;-) J C'est d'ailleurs aussi pour ça que j'essaie le plus possible de faire connaître les non binaires dont l'approche du genre est elle, pour le coup, vraiment révolutionnaire ;-)

[quote]J'en reviens donc à mon point de départ ASSUMER ! pas besoins d'être un garcon pour aimer le vagin et inversement ensuite se sentir " Homme " c'est justement tomber dans les travers de la suciété ... on est se que l'on choisi quelques soit le sexe de notre naissance ! et on aime qui on veux ...[/quote]

Oh oui, on aime qui on veut tout comme on réalise les activités qu'on veut, entièrement d'accord ;-)

Par contre pour le : "se sentir " Homme " c'est justement tomber dans les travers de la suciété ... ", je renvoie à l'article : "Pourquoi dire à une personne trans de « s’accepter telle qu’elle est » est transphobe", qui détaille bien le problème dans cette attitude : http://uniqueensongenre.eklablog.fr/pourquoi-dire-a-une-personne-trans-de-s-accepter-telle-qu-elle-est-est-a119485672

[quote]ne pas assumer d'être une fille ou garcon est très souvent liée à un problème d'identification en rapport au fameuse cases sociétale dont nous parlons depuis le début alors soyons cohérent ! ou on les critique et dans se cas on fait pas pareil -.- ou on veux le droit à la même choses et dans se cas ben on fait le canard ...[/quote]

Et pourquoi on ne ferait pas pareil quand on sait que notre société et que la nature humaine fonctionnent comme ça ? (cf mon post précédent). Et puis les non binaires sont nettement plus tolérants dans leur conception de cases, leurs cases sont plus poreuses. Iels ne veulent pas absolument que femme = vagin et homme = pénis. Iels reconnaissent que des gens puissent être dans plusieurs cases en même temps, voire que certains ne soient dans aucune (les agenres. Mais là aussi, faut bien donner un nom - et donc créer une case - pour que ces gens puissent parler de leur expérience ^^), et ça, je trouve ça juste génial. C'est beaucoup plus proche de la réalité de la variété des expériences humaines et plus respectueux des personnes. (On laisse chacun•e se définir librement, sans restrictions liées aux deux genres traditionnels. C'est pas génial ça dans le style "f*ck les clichés genrés ?" =D )

[quote]alors j'ai du coup une question simple pour toi christouille ^^ te vois-tu en couple avec une garcon ou une fille ? et avant d'entamer ta transition cela était-il pareil ? et si oui le vivais-tu pareil ?[/quote]

J'ai déjà répondu aussi dans mon précédent post en disant que j'aimais les hommes ;-) ça a toujours été le cas :)

Je m'arrête là car je suis en retard xD et je pense qu'après avoir répondu à MamGay en rentrant, j'aurais fait le tour de la question de mon côté =) (enfin, peut-on réellement faire le tour de sujets aussi vastes et complexes que le sexe et le genre ? ^^). Je te laisse réagir, Mark, mais je ne pense pas que mes prochaines interventions apporteront plus d'eau au moulin ^^


photo de l'auteur Kamsii
Kamsii
Non binaire de 24 ans
Bordeaux/Paris

1 remerciement

[b]Citation de MamGay[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite/40#274371] Kamsii, je vais te dire un tout petit truc : si tu me dis je me nomme Paul par exemple, je vais t appeler Paul. si tu me dis je m appelle Jack mais appelle moi Paul, je ne partirai pas car je n ai plus 20 ans dans le genre ça commence bien ...:( mais je predrais mon sourire. tu veux appelé un chat un chat ok, une chatte une chatte ok. mais chat-chatte, non ta problématique n est pas forcément à envoyer à toutes les personnes qui sont en face.[/quote]

Cela s'appelle de la transphobie ou intolérance comme tu préfères je ne voudrais surtout pas te froisser. Faut être clair dans ce cas =) Et essayer de comprendre des personnes transgenre en l'étant c'est assez bizarre je trouve.

Voilà voilà, bonne soirée à tous


photo de l'auteur Marksman78
Marksman78
Homme de 35 ans
Houilles

1 remerciement

Bonjour Christouille^^,

[b]Citation de Christouille[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite/40#274379] Alors, ça risque d en étonner plus d un•e, mais la science est en train de revoir sa conception de mâle et femelle car elle se rend compte que l acception classique serait erronée ! Eric Macé, l un des auteurs que je citais plus haut, l exprime très bien, mais à mon grand dam, je ne trouve pas de texte de lui disponible à la lecture sur internet, je mets donc cet article qui reprend les grandes lignes du schmilblick : «Il n’existe pas 2 sexes (mâle et femelle) mais 48 => http://sexes.blogs.liberation.fr/2013/06/19/il-nexiste-pas-2-sexes-male-et-femelle-mais-48/

Je vous laisse prendre connaissance de l article car je ne suis pas biologiste, je ne l expliquerais pas mieux et je laisse à ces personnes l honneur de leurs travaux ;-) (mais pour celleux que le débat en cours intéresse, je conseille vraiment les ouvrages d Eric Macé sur le genre).[/quote]

je vais regarder cela avec attention et l'avenir nous dira la suite dans se cas sur le sujet ;) à suivre de très pres si c'est vrai ..... car ca va changer beaucoup de choses ! impatient de voir cela :)

[b]Citation de Christouille[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite/40#274379]Ce que je trouve hypocrite, c'est de dire "on s'en fout du genre", mais de réduire la transidentité à des gens qui ne s'assumeraient pas dans leur genre de naissance. Parce qu'en gros, tu es en train de me dire que je me sens homme parce que je n'assume pas de ne pas rentrer dans les codes stéréotypés féminins ? O_O Euuuuh alors c'est vrai que je n'aime ni la cuisine ni la couture, que je trouve ça nul de culpabiliser les femmes avec leurs poils, que je n'ai jamais aimé jouer à la Barbie et que les miennes servaient de repas à mes figurines dinosaures xD, mais cela n'a rien à voir avec ma transidentité. En plus, je t'ai dit que j'assume mon corps, mais que ce sont les gens, qui ne sont clairement pas prêts à concevoir qu'un homme puisse avoir des boobs et un vagin, qui m'ont fait réfléchir par leur irrespect (débats sur ma légitimité à "être trans", mégenrages...) à la paix que m'apporterait une transition pour l'avenir. (Paix qui se répercuterait dans mes relations amoureuses/sexuelles en les rendant plus épanouies, puisque plus besoin d'un coming out à chaque rencontre, et je serai plus à l'aise dans mon corps qui correspondra à la façon dont je me perçois ;-) ).

Je suis d'accord avec toi, c'est triste que des gens puissent en arriver à vouloir changer leur corps pour finalement se conformer à la vision binaire du monde, mais comme je l'expliquais dans mon précédent post, c'est tout sauf facile comme décision à prendre, puis à vivre, mais c'est toujours réfléchi et cela répond évidemment à un besoin personnel profond, qui dépasse la question des attentes de la société.

Le message : "non, surtout ne transitionne pas, tu vas laisser gagner la société ! Tu peux être qui tu veux.", semble louable, mais ne l'est pas du tout en réalité. Déjà, non, on ne peut pas être qui on veut car il y aura toujours des gens pour venir nous dire qui nous sommes et comment nous comporter (cf mes précédents posts, et quand tu souffres dans ta chair et dans ton esprit comme cela peut nous arriver, je te garantis que tu n'en as rien à cogner d'incarner le réactionnaire/contestataire/révolutionnaire du quartier. Nous, tout ce qu'on veut, c'est pouvoir jouir d'une existence normale comme nous le désirons, et si cela doit passer par une transition, ce choix n'a pas à être vilipendé. Réduire la décision de transition à une question de s'assumer ou de ne pas s'assumer, c'est vraiment sous estimer la souffrance des personnes trans et faire passer des idéologies au-dessus de l'aspect humain. Tout ce qui importe, c'est que la personne se sente mieux dans sa peau, non ? ;-) En savoir plus sur https://betolerant.fr/forum/12066/je-suis-en-recherche-d-identite/40#h7kqsX4e5VMPsH4u.99[/quote]

La je comprends mieux c'est plus précis objectif .... mais rare chez un trans .... difficile d'exprimer ca souffrance ? certainement .

Merci pour ces réponses en effet tu va vers le coté Homme et pourtant tu es attiré par les Hommes se qui contre dis pas mal de mes propos ^^ mais soyons honnete c'est rarement le cas !

Je ne suis pas sur que ces transitions soit toujours aussi réflechis que pour toi .... les 10 ( environ ) personnes qui ont transiter que je peu connaitre sont toujours aussi mal dans leur peau mais refuse d'admettre quelle regrette .... Mais c'est irréversible .... Medecin trop laxiste ? parents pas ouvert ? caprices d'ados ? ou réel besoins d'évoluer ?

je suis pas certains que cela soit facile à faire le trie et trop souvent des jeunes entame se parcours pour de mauvaises raisons et pour une fois je discutes avec quelqu'un ( toi CHristouille ) qui visiblement l'a fait de bonnes raisons et sais l'expliquer et l'exprimer ! chapeau !

Alors merci encore du temps que tu as pris car cela demande aussi de s'invertir émotionnellement personnellement dans le sujet et ca doit être difficile ... parler de sois , ses souffrances ...

A+


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Salut Mamgay !

[quote]je fais partie du lot des "connes" pour toi. (gentiment conne, ou du moins avant)[/quote]

Alors, pour commencer, je ne vois pas à quel moment j’ai dit ou insinuer que tu étais conne, tous les messages que je t’ai adressés étaient il me semble au contraire compréhensifs et bienveillants, je t’ai même remerciée pour l’intérêt et la curiosité que tu as pour le sujet. Je ne comprends pas où j’ai pu te donner cette impression, mais je te présente mes excuses si tu l’as ressenti ainsi, car ce n’était absolument pas mon intention.

Ensuite, pour te répondre, point par point, c’est parti =D

[quote]ensuite, je capte que tu es passée de l'état non-binaire à celui de la transidentité[/quote] [quote]et autre point, les non-binaires qui ne sont pas trans,, vu ton choix tu te "binarises" côté homme ? , ( tu vois j'ai encore une question), bref, les non-binaires s'orientent finalement aussi, un jour, ou pas ? je pose mes questions comme je le peux, maladresse possible mais avec gentillesse. [/quote]

Tu as bien capté ;-) Et ma réponse va rebondir sur mon échange avec Mark à propos des cases et des stéréotypes de genre. En fait, je ne suis pas passé de l’un à l’autre car si on considère qu’être transgenre, c’est ne pas se reconnaître – au moins partiellement – dans le genre qu’on nous a assigné à la naissance, alors les non-binaires sont des transgenres. Pour ma part, je me reconnais comme non-binaire genderfluid – passant du genre homme au genre neutre.

Pourquoi m’identifier aussi à un genre neutre et pas qu’au genre homme ? Parce que comme je disais dans un message plus haut, j’ai conscience de ne pas répondre au canon de la masculinité en vigueur dans la société (voir les concepts de virilité toxique). Alors attention, comme disait Mark, on peut se reconnaître complètement et exclusivement dans le genre « homme » sans être pour autant un stéréotype sur pieds (comme les femmes ont le droit de ne pas rêver de mariage, de bébés, de ne pas aimer les robes, les talons haut et le maquillage, et puis insérer tous les clichés qui vous viennent à l’esprit, les hommes peuvent être émotifs, bavards, adorer la couture et le shopping, et puis insérer tous les clichés qui vous viennent à l’esprit), mais après, c’est difficile, voire impossible, d’expliquer pourquoi on se ressent plutôt appartenir à tel ou tel genre =O

Je fais le choix de transitionner pour des raisons qui me sont propres résumées plus haut, mais la grande majorité des personnes non-binaires de ma connaissance ne souhaitent pas transitionner, même quand il arrive que leur genre finisse par fluctuer vers une conception plus binaire (c’est-à-dire quand elles finissent par se reconnaître davantage dans l’un ou l’autre des genres binaires, soit homme ou femme).

Certaines personnes se reconnaîtront toute leur vie dans le(s) même(s) genre(s), chez d’autres, cela évoluera. En tant que construit social et individuel (chacun•e a sa propre perception des genres masculins, féminins, non-binaires, et de son propre genre), je trouve concevable que notre façon de ressentir notre genre soit quelque chose qui puisse évoluer avec nous au cours de notre vie =)

[quote]je t'explique : à mes 20 ans je me suis retrouvée en soirée avec une FtM, que je ne connaissais pas et qui pour me dire bonsoir à tenu strictement à me serrer la main, plutôt que de se faire la bise. Puis, fallait dire Il en lui parlant, je n'ai pas pu, je ne suis pas restée dans la conversation. Je voyais une petite femme montée sur ses grands chevaux et imposer avec rigueur que c'était un homme. je n'ai pas eu de jugement à son égard, pas de mépris juste de la répulsion ; car voir une personne pour la première fois qui t'impose et c'est bien le mot que je choisis) sa transidentité, ça calme direct... pour te dire qu'en face de certaines personnes trans, on a pas non plus, des fois,la disponibilté ou les dispositions pour s'ouvrir à la différence que ce soit d'un côté comme de l'autre.[/quote]

Je comprends que les comportements directifs comme celui de cette personne ait pu te refroidir comme premier contact avec la question transidentitaire, mais comme tu dis, le souvenir de certaines mauvaises expériences nous rendent parfois moins disposé•e•s à un échange ouvert et bienveillant d'un côté et/ou de l'autre, voire moins patient•e•s.

Comme je disais quelques posts plus haut, avant, j’étais cool sur la façon dont les gens me genraient. Je leur donnais la possibilité d’alterner féminin et masculin si c’était « trop dur » de faire tout au masculin. Idem, par volonté de ne pas « froisser », « choquer », je disais aux gens qu’ils pouvaient alterner entre mon prénom féminin et le prénom que j’avais choisi pour me sentir plus à l’aise. Et ce dernier prénom, je l’avais même choisi en partie par égard pour les autres : « Chris, c’est bien », me disais-je, plein d’une bonne volonté naïve, « c’est neutre, ça peut être Christian, Christine, Christopher, Christelle… Ainsi, personne ne sera gêné de m’appeler comme ça, ça sera moins bizarre pour les gens qu’un prénom connoté masculin. »

J’ai vite appris à mes dépens que si tu ne t’affirmes pas, tu ne te fais pas respecter. Ce qui est valable pour tous les autres aspects de la vie l’est aussi pour la transidentité. Crois bien que je préférerais que ça se passe autrement, ce n’est pas dans ma nature de m’imposer ni d’imposer d’ailleurs, et ça a été / c’est un combat quotidien pour moi. Mais quand tu ne t’affirmes pas dans ce que tu es et ce que tu veux, les gens font à LEUR convenance, au mépris de tes préférences (et on ne parle pas de préférer le poulet ou le poisson à la cantine, là, il s’agit d’une question identitaire), de ton ressenti, de tes émotions (et de la souffrance, appelée dysphorie de genre), et là, on pourrait se dire que c’est le serpent qui se mord la queue. De quel droit une partie imposerait sa vision des choses à l’autre ?

Pour moi, il s’agit ici avant tout de respect de la personne trans. Honnêtement, je comprends que cela puisse être difficile au début d’appeler quelqu’un par un prénom / le genrer d’une façon qui ne correspond pas à son genre apparent, surtout quand on l’a connu avant son coming-out trans, et je rougis quand je pense à toutes les boulettes que j’ai faites quand j’ai commencé à fréquenter des personnes non-binaires ^^’, mais les difficultés rencontrées à cette occasion sont bien peu de choses comparées aux difficultés que les trans rencontrent dans leur quotidien, notamment celui de devoir se battre tous les jours pour qu’on respecte leur identité.

Si nous avons parfois l’air autoritaires/directifs, c’est en réaction à la multiplicité des micros-agressions que nous subissons tous les jours (quand ce ne sont pas des agressions plus musclées : insultes, menaces de viol/de mort, passages à tabac...) et qu’à force de multiplier les mauvaises expériences, le mégenrage, les débats sur notre légitimité à exister ou non, voire notre LÉGITIMITÉ A VIVRE, oui, nous finissons par durcir nos positions puisque hélas, il est des situations où il n'y a qu'en bousculant les gens qu'on obtient des progrès... Et nous, ne nous demandons pas grand chose : juste le respect.

Même quelqu’un qui n’est pas trans et qui me demande de l’appeler différemment de son prénom de naissance – Tally plutôt que Céline, Dany plutôt que Bernard, ou Hélie plutôt que Christelle pour reprendre l’exemple plus haut –, j’acquiesce et je respecte en l’appelant par le prénom qu’il demande. Cela ne change strictement rien à ma vie, pourquoi me montrerais-je désobligeant, voire blessant, en refusant sa demande ?

Idem pour les pronoms : qu’on me demande du il, du elle, du iel, du al, etc, j’aurais peut-être un peu de mal au début avec les pronoms neutres à l’oral car notre oreille n’y est pas habituée, mais je ne ferai pas de difficultés. Je me fiche du genre de la personne qui me parle – j’accepterais de papoter qu’elle soit homme, femme, genderfluid, neutrois, autres genres –, en revanche, il m’importe qu’elle se sente bien quand elle parle avec moi, qu’elle se sente considérée et respectée en tant que personne. Ce qui implique de ne pas renier ni ce qu’elle est (et ça, elle est seule à pouvoir le savoir ;-) ) ni ses ressentis.

[quote]enfin, je sollicite ton avis sur : la psychose blanche.[/quote]

Je ne connaissais pas ce « concept », je viens de lire quelques trucs sur le sujet via internet =D

Du coup, je suppose que tu sollicites mon avis sur le lien avec la non-binarité. Pour moi, il n’y a évidemment aucun lien, si ce n’est avec l’humanité des personnes non-binaires : puisqu’elles sont humaines, elles peuvent comme les hommes et les femmes être victimes de troubles et maladies psychologiques sans que cela ne remette en cause leur genre ni n’en soit à l’origine ;-)

[quote]une dernière chose, je suis là pour la discussion, ce que j'ai vécu il y a fort fort longtemps n'est qu'un cas isolé pour te montrer comment de mon côté aussi, je peux être desservie par l'accueil qu"Il" m'a fait.[/quote]

Même si le sujet me concerne directement puisque moi-même trans, je peux concevoir que tout cela semble très étrange, voire dérangeant, pour les personnes cisgenres. Mais j’espère que tu comprends que la transphobie ambiante ne nous aide pas à être toujours des modèles de pédagogie et de patience, et que la souffrance que nous avons intériorisée depuis des années peut nous amener malgré nous à des réactions dures/virulentes. Mais est-ce vraiment si difficile à vivre de nous appeler et de nous genrer comme nous le demandons à côté des réactions autrement plus dures et virulentes que nous subissons : celles qui nient notre existence, celles qui consistent à se faire un malin plaisir à continuer à nous genrer dans notre genre de naissance en insistant bien sur le il/elle (selon), celles qui nous traitent d'aberrations, de dingues, celles qui nous font des injonctions au suicide ?

Qui est vraiment le plus virulent entre les personnes transgenres et les transphobes ?

Ce sera ma conclusion pour ce sujet. Je te remercie cependant une fois de plus pour ton intérêt pour le sujet ;-) et Mark aussi. Même si nos opinions divergent et que j’aurais encore de nombreux points sur lesquels rebondir, j’ai trouvé très appréciable de pouvoir débattre dans le calme quand dans d’autres coins du net, cela ferait longtemps que les choses se seraient envenimées jusqu’aux insultes voire menaces de mort (il suffit de lire les commentaires sous les articles de presse traitant de transidentité pour avoir des exemples de transphobie quotidienne…).

Donc merci à vous et aux autres participant•e•s =)


photo de l'auteur MamGay
MamGay
Femme de 44 ans
montpellier

Merci Chris :) je comprends tes difficultés vous n'êtes pas dans une position favorable pour faire toujours bon accueil, message reçu et compris. oui tu as raison, une nouvelle conception peut être dérangeante au début, le temps de comprendre cette différence... je te souhaite bon courage.


photo de l'auteur Bastien95
Bastien95
Homme de 21 ans
Saint Gratien

Je me suis vu dans ton premier message, ça fait un peu du bien, merci en tout cas


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit