Quel est votre livre en ce moment ? - Page n°3

Lester

Bonjour :)

Pour ma part, il s'agit du deuxième tome du Seigneur des Anneaux, Les Deux Tours.

Pour la petite histoire on m'a offert la trilogie pour mes quatorze ans, soit depuis bientôt dix ans (voilà qui ne me rajeunit pas !) car c'est un univers qui était susceptible de me plaire. Pour autant, j'ai eu énormément de mal à entrer dans l'histoire. Était-ce le style d'écriture ? La longueur des chapitres ? Aucune idée. Toujours est-il qu'après avoir essayé maintes et maintes fois, j'ai enfin terminé le premier tome et j'ai plutôt bien avancé sur le deuxième (cette semaine je l'ai emporté avec moi pour lire dans l'avion et avoir un livre de chevet pour mes vacances, ahaha).

Publicité
Membre Anonyme

Je suis en train de lire

L'élégance du hérisson Muriel Barbery

Renée Michel est concierge dans un imeuble bourgeois. Elle a décidé de cacher son intelligence aux vivants de ces lieux qui la veulent limitée intellectuellement comme le sont les concierges en général.

Dans ce même immeuble vit Paloma, une petite surdouée qui a décidée de se suicidée car la vie ne vaut pas d'être vécue dans ce monde d'hypocrites et ignorant.

Quel plaisir et quelles phrases...

Membre Anonyme

(@Romangel - il y a un film tiré de ce livre au titre de "Le Hérisson" avec Josiane Balasko dans le rôle de la concierge - vu il y a longtemps , je n'en ai plus beaucoup de souvenir pour donner un avis)


● en ligne
Kah Rane

Bonsoir Romangel :)

Le résumé de ta lecture actuelle m'a intrigué et je me suis permis de jeter un oeil sur sa fiche lecture sur le site communautaire de lecteurs où je suis actif.

Il est clair que ce livre, à mes yeux, est plus qu'intéressant donc, hop, dans ma wish-list.

Je profite par ce message pour te remercier de cette découverte :)

Membre Anonyme

J'ens uis ravi ^^

Je pense le finir durant ma semaine de vacances ^^

Publicité
Membre Anonyme

Je viens de commander les trois premiers livres de Guillaume Dustan ("Dans ma chambre", "Je sors ce soir" et "Plus fort que moi" ), je sens qu'ils vont envoyer du lourd !

TAGS - modifié par Kamsii le 11/08/2019 - 10:53:29

Hey !

Bien, ca fait très longtemps que je n'ai pas lu un livre. Et je me suis dit qu'il était temps pour moi de mettre fin a cela...

J'ai donc lu tout récemment :

Karma Sutra

Et je lis en ce moment : Liberer votre cerveau.

C'est très intéressant ! Je vais vous suivre plus souvent pour avoir quelques idées de lectures prochaines.

Membre Anonyme

Je vais commencer Les confessions de Rousseau.

Liloup30

Je viens de finir "Miracle Morning" de Hal Harod.

Plus facile à lire qu'à mettre en application 0_0

Se lever à 5h30 ou 6h du matin tous les jours....dur dur ....mais je le fais, sais-je seulement pourquoi ? 😭 😂

Dime - modifié par mimoza le 13/08/2019 - 08:48:29

" Un fragile espoir " d'Hannah Richell.

Un roman Anglais facile à lire car bcp plus narratif qu'analytique. Dans la trame des livres à succés actuels, avec un découpage temporel dans la narration. Il s'agit de l'implosion d'une famille suite à un évenement. On y voit tout le poids de la culpabilité de chacun, culpabilité alimentée par les non-dits. C'est plaisant et bien fait, bien qu'assez chargé sur le plan émotionnel.

Je suppose que chacun peut s'y retrouver, car quelle famille n'a pas entretenu des secrets, n'a pas caché des choses aux enfants. Et les dégats sur ces derniers en sont parfois insoupçonnés.

Membre Anonyme

Bonsoir tout le monde,

Voici le livre que j'ai terminé même si je me sens un peu honteuse

La méthode simple pour en finir avec la cigarette

Il agit un peu comme un électrochoc tout en étant autorisé de fumer pendant la lecture du livre

Pour le moment cela fonctionne, j'ai une vision de la cigarette et des fumeurs différente voir d'indifférence

A voir sur le long terme


● en ligne
Kah Rane

Bonsoir.

Depuis ce matin, j'ai attaqué la lecture d'un nouveau tome de ma saga favorite, à savoir celle de L'épée de vérité, de Terry Goodkind.

Le tome concerné est le septième : Les piliers de la création.

Voici le résumé :

La jeune Jennsen, harcelée depuis sa plus tendre enfance par ses démons intérieurs, a trouvé le moyen de les réduire au silence. Mais la fin de son épreuve est le début d'un calvaire pour le reste du monde : impliquée contre son gré dans un combat dont l'enjeu est la vengeance et la conquête, Jennsen tombe sous la domination de forces obscures plus atroces que tout ce qu'elle aurait pu imaginer. Et si les voix de ses démons avaient toujours été réelles ?... Pendant ce temps, Richard et Kahlan à nouveau réunis doivent toujours compter avec la menace des troupes de l'Ordre Impérial. Contraints de s'aventurer dans un pays étrange et désolé, ils voient leur quête se transformer en cauchemar lorsqu'un chasseur infatigable se met à les traquer. Affaiblis et de plus en plus seuls, Richard et Kahlan combattent désespérément pour survivre. S'ils veulent un avenir, il leur faudra repousser la menace surnaturelle qui vient d'émerger des plus sombres profondeurs de l'âme humaine. Pour cela, le Sourcier devra lutter contre les démons assoiffés de sang qui rôdent parmi les Piliers de la Création...

Membre Anonyme

" À NOUS LA LIBERTÉ !" de Christophe André, Alexandre Jollien et Matthieu Ricard.

No comment ! Le titre parle de lui-même...


● en ligne
Kah Rane

Bonjour à tous :)

J'ai terminé le septième tome de l'épée de vérité hier soir et sincèrement, je me suis régalé.

Je ne comprends pas pourquoi ce volume est tant pointé du doigt car, au contraire, j'ai trouvé qu'il était très intéressant d'explorer l'univers de cette saga d'un autre point de vue.

Bref, aujourd'hui, j'attaque la lecture d'une science-fiction : La cité de l'orque, de Sam J. Miller.

Voici le résumé :

22ème siècle.

Les bouleversements climatiques ont englouti une bonne partie des zones côtières. New York est tombé; les États-Unis ont suivi. Au large de pays plongés dans le chaos, ou en voie de désertification, de nombreuses cités flottantes ont vu le jour. Régies par des actionnaires, elles abritent des millions de réfugiés.

C'est sur Qaanaaq, l'une de ces immenses plateformes surpeuplées, qu'arrive un jour, par bateau, une étrange guerrière inuit. Elle est accompagnée d'un ours polaire et suivie, en mer, par une orque. Qui est-elle ? Est-elle venue ici pour se venger ? Sauver un être qui lui serait cher ?


● en ligne
Kah Rane

Bonsoir à tous :)

J'ai terminé La cité de l'orque hier soir et sincèrement, j'aurais mieux fait de me casser une jambe le jour où je l'ai emprunté.

Bref, depuis ce matin, j'ai attaqué L'enfant de poussière, tome 1 : Le cycle de Syffe de Patrick K. Dewdney.

C'est une fantasy et pour le moment, je me régale :p

Voici le résumé :

La mort du roi et l’éclatement politique qui s’ensuit plongent les primeautés de Brune dans le chaos. Orphelin des rues qui ignore tout de ses origines, Syffe grandit à Corne-Brune, une ville isolée sur la frontière sauvage. Là, il survit librement de rapines et de corvées, jusqu’au jour où il est contraint d’entrer au service du seigneur local. Tour à tour serviteur, espion, apprenti d’un maître-chirurgien, son existence bascule lorsqu’il se voit accusé d’un meurtre. En fuite, il épouse le destin rude d’un enfant-soldat.

Membre Anonyme

J'ai fini 1984 de Georges Orwell il y a quelques jours. Je vous le conseil. Dans le genre dystopique c'est une référence.


● en ligne
Kah Rane

Un livre qui doit être encore très facilement trouvable.

Je viens de le glisser dans ma wish-list et visiblement, c'est une lecture qui marque donc, j'y vois un grand intérêt :)

Sinon, de mon côté, j'ai terminé L'enfant de poussière, tome 1 : Le cycle de Syffe et je suis tombé sous le charme de l'histoire, des personnages, de l'univers bref, j'ai hâte d'être sur le tome II mais en attendant...

J'ai changé de registre puisque depuis ce matin, je suis sur Simetierre de Stephen King.

Voici le résumé :

Louis Creed, un jeune médecin de Chicago, vient s'installer avec sa famille à Ludlow, charmante petite bourgade du Maine. Leur voisin, le vieux Jud Grandall, les emmène visiter le pittoresque vieux "simetierre" forestier où des générations successives d'enfants de la localité ont enterré leurs animaux familiers. Mais, au-delà de ce "simetierre", tout au fond de la forêt, il en est un second, et c'est un lieu imprégné de magie qui vous enjôle et vous séduit par de mystérieuses et monstrueuses promesses. Bientôt, le drame se noue, et l'on se retrouve happé dans un suspense cauchemardesque, tellement affreux que l'on voudrait s'arracher à cette lecture...

Membre Anonyme

Bien le bonjour par ici^^ - Un tir groupé de mes prochaines lectures ou en cours ...

- L'Assignation - de Tania de Montaigne

Résumé

« Trois jeunes femmes étaient assises, non loin de moi, dans un restaurant. L'une a dit: "Je n'ai jamais couché avec un...enfin tu vois...un Jaune". "Moi, c'est avec un Noir que je n'ai jamais couché" a dit la seconde. "Faut dire qu'ils sont équipés!" a renchéri la troisième, "Les Noires, elles, elles peuvent, elles ont des grands vagins." "Ah bon?" a dit la seconde. "Bah, oui, c'est comme pour les femmes... enfin... les Asiatiques, elles ont des sexes plus courts, c'est prévu pour." Ce jour-là, j'ai donc appris que, comme toutes les Noires, j'avais un grand sexe.

Oui, mais qu'est-ce qu'une Noire?

J'essaie de me souvenir du temps où je n'étais pas Noire, mais seulement noire, sans majuscule. Un adjectif, pas un nom. Une simple couleur. Je passe en revue les souvenirs, la cité, l'école, les premiers boulots...Mais dans toutes ces images, je suis déjà Noire.

Alors, qu'est-ce qu'une Noire? D'ailleurs, est-ce que ça existe?

Et si les Noirs (et tous ceux dont on peut parler en ayant l'illusion qu'en mettant une majuscule on a tout dit d'eux) n'existaient pas? »

T. de M.

- Une colère noire. Lettre à mon fils - de Ta-Nehisi Coates

Résumé

Dans cet ouvrage, l'écrivain démontre qu'en dépit des luttes pour les droits civiques, de la production d'une culture avec ses icônes (Frédérik Douglas, Billie Holliday, Martin Luther King) et de l'élection d'un président noir, les violences contre les Noirs n'ont jamais cessé aux Etats-Unis. Etre noir, c'est être en danger de mort, vivre dans la peur à chaque instant, et en être conscient.

- Nous n'avons pas fini de nous aimer - Tania de Montaigne et Danielle Mérian

Extrait :

Le lendemain du 13 novembre, comme des milliers d’autres, je suis sortie avec une fleur pour les morts. Je suis sortie parce que, ce jour-là, c’était pour moi la seule chose à faire. Éteindre la radio qui disait en boucle l’impensable, reprendre Paris à la mort, refuser la terreur, marcher parmi la foule, croiser d’autres regards, y lire la même sidération, la même peine. Remonter le boulevard Richard-Lenoir jusqu’au Bataclan pour rendre hommage aux victimes. Je le connais bien, ce boulevard, je l’arpente chaque jour depuis des années. Quand Adrien, mon mari, s’en est allé, j’ai choisi de vivre dans le XIe arrondissement, justement parce qu’il y avait ces terrasses ouvertes jusque tard dans la nuit. Bastille, République, la Roquette… J’aimais le bruit de ce quartier, la joie de vivre, le son des rires.

Mais ce matin-là, tout flottait dans un silence que je n’avais plus entendu depuis mon enfance, quand Paris était occupé. Plus un bruit. Dans les rues devenues muettes, vieux, jeunes, pauvres, riches, seuls ou en famille, nous marchions avec nos fleurs et nos larmes. Pourtant, dès qu’un regard en croisait un autre, un sourire timide se formait sur les lèvres. Manière de dire, on a eu mal, mais on est là, ensemble.

Oui, les gens se regardaient et se souriaient. Il y avait une évidence, une même envie de partage.

J’avançais avec ma fleur, je l’ai déposée au milieu des autres.

Et un micro s’est tendu.

« Madame, accepteriez-vous de nous dire pourquoi vous avez apporté des fleurs ? » m’a demandé le journaliste. Avec ma tête de vieille dame comme il faut, bourge, catho, il a certainement pensé qu’il allait en avoir pour son argent. Ça allait être un beau spectacle, avec un peu de haine, un peu de bien-pensance, beaucoup de peur. Il s’est sûrement dit, celle-là, elle a dû en faire des manifs pour tous, elle a dû hurler contre les homos, contre Christiane Taubira, avec la conviction de protéger la tradition, de faire ce qui doit être fait, en toute bonne conscience.

M’imaginer parmi ces fous qui manifestent pour empêcher les homosexuels de se marier, de faire une famille. Cette foule de conservateurs qui pensent que la famille, c’est eux et seulement eux. Quelle idée. Je n’ai jamais compris qu’on puisse être conservateur, la vie est tellement belle, elle est faite pour inventer et aller de l’avant. Mais le journaliste, lui, s’est dit, cette femme, du haut de ses soixante-dix-huit ans, avec son petit foulard, son petit manteau, elle fait sûrement partie du club, elle va nous servir un discours bien comme il faut, ça va être saignant, parfait.

Le micro s’est tendu, et j’ai dit ce qui m’est venu, simplement, ce en quoi je crois.

J’ai dit, c’est très important d’apporter des fleurs à nos morts.

Le lendemain du 13 novembre, comme des milliers d’autres, je suis sortie avec une fleur pour les morts. Je suis sortie parce que, ce jour-là, c’était pour moi la seule chose à faire. Éteindre la radio qui disait en boucle l’impensable, reprendre Paris à la mort, refuser la terreur, marcher parmi la foule, croiser d’autres regards, y lire la même sidération, la même peine. Remonter le boulevard Richard-Lenoir jusqu’au Bataclan pour rendre hommage aux victimes. Je le connais bien, ce boulevard, je l’arpente chaque jour depuis des années. Quand Adrien, mon mari, s’en est allé, j’ai choisi de vivre dans le XIe arrondissement, justement parce qu’il y avait ces terrasses ouvertes jusque tard dans la nuit. Bastille, République, la Roquette… J’aimais le bruit de ce quartier, la joie de vivre, le son des rires.

Mais ce matin-là, tout flottait dans un silence que je n’avais plus entendu depuis mon enfance, quand Paris était occupé. Plus un bruit. Dans les rues devenues muettes, vieux, jeunes, pauvres, riches, seuls ou en famille, nous marchions avec nos fleurs et nos larmes. Pourtant, dès qu’un regard en croisait un autre, un sourire timide se formait sur les lèvres. Manière de dire, on a eu mal, mais on est là, ensemble. Oui, les gens se regardaient et se souriaient. Il y avait une évidence, une même envie de partage.

J’avançais avec ma fleur, je l’ai déposée au milieu des autres.

Et un micro s’est tendu.

« Madame, accepteriez-vous de nous dire pourquoi vous avez apporté des fleurs ? » m’a demandé le journaliste. Avec ma tête de vieille dame comme il faut, bourge, catho, il a certainement pensé qu’il allait en avoir pour son argent. Ça allait être un beau spectacle, avec un peu de haine, un peu de bien-pensance, beaucoup de peur. Il s’est sûrement dit, celle-là, elle a dû en faire des manifs pour tous, elle a dû hurler contre les homos, contre Christiane Taubira, avec la conviction de protéger la tradition, de faire ce qui doit être fait, en toute bonne conscience.

M’imaginer parmi ces fous qui manifestent pour empêcher les homosexuels de se marier, de faire une famille. Cette foule de conservateurs qui pensent que la famille, c’est eux et seulement eux. Quelle idée. Je n’ai jamais compris qu’on puisse être conservateur, la vie est tellement belle, elle est faite pour inventer et aller de l’avant. Mais le journaliste, lui, s’est dit, cette femme, du haut de ses soixante-dix-huit ans, avec son petit foulard, son petit manteau, elle fait sûrement partie du club, elle va nous servir un discours bien comme il faut, ça va être saignant, parfait.

Le micro s’est tendu, et j’ai dit ce qui m’est venu, simplement, ce en quoi je crois.

J’ai dit, c’est très important d’apporter des fleurs à nos morts.

J’ai dit, Paris est une fête, le roman de Hemingway, est une belle réponse à Daech.

J’ai dit, nous fraterniserons avec cinq millions de musulmans qui exercent librement leur religion et nous nous battrons contre dix mille barbares qui tuent soi-disant au nom d’Allah.

C’est sorti comme ça, c’était l’évidence, la fraternité d’abord. La fraternité, c’est la clé de tout, c’est ce que l’on peut opposer de plus fort à ces massacres, à toute violence, d’ailleurs. Il y a la liberté, bien sûr, l’égalité, bien sûr, mais sans la fraternité, tout ça n’a pas de sens.


● en ligne
Membre Anonyme

Codex Seraphinianus. En gros, c´est un mec qui avait beaucoup beaucoup de temps libre et qui se faisait chier, donc il a pondu ce livre issu de son imagination fertile.


● en ligne
Kendany

OUIIIII c'est lui 😁


● en ligne
Kendany

Le codex Seraphinianus est un livre de Luigi Serafini. Il a la particularité de donner libre cours à l’interprétation et l’imagination. Un peu comme quand on était tout petit et que l’on ne savait pas encore lire. On s’amusait à regarder des livres sans comprendre les significations et les écritures. Nous n’avions alors que notre imagination pour interpréter ce que l’on voyait. C’est D’ailleurs pour cela que les écritures du bouquin sont totalement fictives. C’est une des explicatuons de l’auteur pour décrire son livre.

Membre Anonyme

L'été des 4 rois de Camille Pascal. Très bon livre, très domumenté sur une très courte mais riche partie de l'histoire de France.

Mais je l'ai un peu laissé en berne ces dernières semaines. Impossible de me concentrer :/

Eldar

Histoire d'un ruisseau (suivi d'Histoire d'une montagne) d'Élisée Reclus. C'est un précurseur de l'écologie, qui parle des cours d'eau, de la montagne avec beaucoup de poésie. C'est parfois assez technique et ce n'est pas un roman ^^

Nexaro

Je viens tout juste d'attaquer Le Fantôme de l'Opéra (de Gaston Leroux).

(Mieux vaut tard que jamais ^^)


● en ligne
Kah Rane

Bonsoir par ici :)

@Nexaro : je te rassure, à 36 ans, je ne l'ai toujours pas lu ^^

Sinon, je viens de terminer Simetierre de Stephen King et sincèrement, il est sympa malgré une belle incohérence et quelques longueurs.

Il n'empêche que je n'étais pas trop rassuré lorsque je devais me coucher une fois la nuit venue donc, ce livre m'a fait son petit effet xD

Depuis, j'enchaîne direct sur une littérature jeunesse :

Miss Peregrine et les enfants particuliers, tome II : Hollow City, de Ransom Riggs.

Voici le résumé :

Jacob et les enfants particuliers sont désemparés : Miss Peregrine, changée en oiseau, est prisonnière de son état, suite à l’attaque des Estres, des âmes damnées, sur l’île Cainholm. Les voilà donc livrés à eux-mêmes ! Après avoir essuyé une tempête entre Cainholm et le continent, Jacob et ses amis s’échouent sur une rive de Grande-Bretagne, en 1940, alors que la Seconde Guerre Mondiale fait rage. Entre fuir des Estres déguisés en soldats, des rencontres avec des animaux singuliers, et la recherche de la dernière Ombrune en liberté afin de redonner à la directrice de l’orphelinat sa forme humaine.


● en ligne
Kendany

Tu me fait trop rire.

Maloko35

Le pouvoir moment présent de Wayne D.

C'est un livre magnifique que je recommande à toutes les personnes en quête de spiritualité.


● en ligne
Kah Rane

Bonsoir ici :)

Je viens tout juste de terminer ma dernière lecture et sincèrement, ce second tome était bien plus passionnant que le premier.

A partir de demain, j'attaque l'un des trois partenariats que j'ai reçu en cours de ce mois, à savoir TARINA d'Hervé Beauno.

Voici le résumé :

Quand le pouvoir régit le monde...

Sur Tarina, chaque habitant a un pouvoir et parfois même plusieurs. Un monde incroyable où la technologie et le statut social dépendent exclusivement des capacités extraordinaires de chacun.

Et puis, un jour, les pouvoirs disparaissent. En quelques heures, la civilisation qu'ils ont connue jusqu'à alors n'existe plus. Tarina semble condamnée. Toutefois, il reste encore une chance. Un infime espoir qui repose sur les seules épaules d'un jeune garçon.

Membre Anonyme

Il y a comme ça des lectures qui reconcilient avec le monde - Ce sujet est un beau sujet ^^


Sujets similaires
  1. Manga yaoi shonen ai
  2. Découverte Art
  3. Licence d'arts plastiques or not ?
  4. Des écrivains de passion ?
  5. Rencontre autour d'un verre pour parler de culture
  6. Poème : Père idiot
  7. Ses yeux. Ses bras. Ses lèvres.
  8. Trois romans aux thèmes engagés...
  9. Petites histoires pouvant être intéressantes.
  10. frontière (entre amour et amitié)
  11. je me sens differente et incomprise
  12. écrivain en herbe !

  S'inscrire pour participer