Pourquoi suis je continuellement friendzoné

photo de l'auteur bicatoru
Bicatoru
Homme de 41 ans
janville
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonjour/soir

Je vais tenter de ne pas trop m'étaler sur ma vie, mais j'ai un soucis.
Voilà, je suis un homme trans depuis un bon moment déjà, et je ne trouve personne. J ai tenté d'aller en boite (je ne suis pas trop fan), je suis allé sur tout un tas de site de rencontre (celui là est le plus sympathique soit dit en passant). A chaque fois c'est la même chose, je trouve des gens que je trouve intéressant et qui visiblement s'intéresse à moi, mais dès qu'ils apprennent que je suis trans, je passe dans la friendzone... La bonne nouvelle est que j'ai plein d'amis ^^ je ne suis jamais tombé sur des personnes déplaisantes. Mais je suis célibataire depuis, ben... longtemps.
Alors déjà j'ignore si je dois dire tout de suite que je suis trans, ou si je dois attendre de voir si le feeling passe vraiment. J'ai testé les deux , et je me fais de nouveaux amis... (bon j'adore mes amis, hein!)
Mais étant humain, (désolé!) de temps en temps je cherche un peu plus que l'amitié.
Je n'ai trouvé que des gays et des femmes qui aiment les hommes bios, des lesbiennes ,ben qui aiment les femmes, les bis qui n' aiment aussi que les bios... J'ai entendu parlé de trans hommes ou femmes qui ont trouvés leurs moitiés mais je commence à penser que ce ne sont que des légendes.

Une idée pour que je puisse aborder le sujet pour ne pas rejoindre la friendzone?
(je ne nie pas que le problème puisse venir de moi, mais je suis un peu perdu)


photo de l'auteur Lanaawyn
Lanaawyn
Non binaire de 21 ans
Nîmes

3 remerciements
Bonsoir Bicatoru,

Haha la joie des boîtes hein. Si l'environnement est dès le départ LGBT+ cela peut t'éviter des friendzones notables je suppose.
Mais le dire dès le départ c'est pratique car tu as la réponse de visu. Autrement si tu attends, la personne est susceptible de te penser cisgenre, à moins d'être dotée du gaydar GTX1080!!
Je trouve cela plus gratifiant quelqu'un qui est passé via une transition, d'un point de vue spirituel et identitaire et qui le mentionne, c'est subjectif bien sûr.

Il y a du côté des pans peut-être plus de chances qui sait? Dis-toi que tu n'as pas rencontré les "bons" bi.

En tout cas tu as la réponse dans ta question; patiente et vois le célibat comme un cadeau d'une part!
Et parfois la friendzone est utile avant d'envisager davantage :).

photo de l'auteur bicatoru
Bicatoru
Homme de 41 ans
janville
Je te remercie pour ta réponse.
En effet le dire dès le début est déjà plus honnête et je peux effectivement voir la réaction en direct ^^ après ça reste quelque chose qui n'est pas toujours évident à dire.
Mère patience commence à fatiguer ;)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonsoir !

Je ne pense pas qu'il faille s'outer rapidement et systématiquement, il a des lieux, des situations et des personnes qui font un contexte dans lequel c'est pas envisageable sereinement et dans ce cas je trouve ça logique de parfois s'abstenir. Personnellement je me vois parfaitement rencontrer quelqu'un et faire connaissance avec et envisager de m'outer que quand je connaîtrais un peu la personne et quand je saurai qu'on s'entend un minimum.
Peut-être que tester un environnement pus LGBT+ comme le disait Lanaawyn ça pourrait aider, si tu peux trouver ça par chez toi !

Bon courage en tout cas ;)

photo de l'auteur bicatoru
Bicatoru
Homme de 41 ans
janville
Je te remercie Stellan,
Je me suis rendu compte qu'effectivement le dire tout de suite fait peur à beaucoup de gens... j'ai tenté
aujourd’hui d'en parler à une fille qui me plaisait bien, et elle a fait un tour de magie incroyable, elle a disparue...
Après les milieux LGTB ne vont pas être simple à trouver, je vais habiter en rase campagne et je doute que BOB le fermier soit super ouvert là dessus... après je suis peut être médisant. On verra par la suite.

Dans tous les cas merci à vous Lanaawyn et Stellan :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonsoir !

c'est toujours une question délicate s'outer ou pas ? ..telle est la question ^^
En tout cas je pense vraiment qu'il vaut mieux faire en fonction de son ressenti. De mon point de vue je dois rien aux gen-te-s. Après faut aussi mesurer le fait que parfois plus le temps passe plus c'est compliqué... donc en gros j'ai pas de recette et je me questionne toujours !

Bon courage avec BOB :p
Tu peux me contacter en mp si tu veux,

Bonne continuation ;)

photo de l'auteur Hln99
Hln99
Femme de 19 ans
Lyon 69003
Coucou,
Bon alors je ne suis pas trans donc je ne suis pas sûre que mon avis compte énormément mais bon ^^ je pense que si tu t'outes rapidement tu risques de te retrouver face à de propos ou des actes transphobes qui risquent d'être dangereux pour toi... Et puis je ne suis pas sûre que ce soit le moment où tu fais ton c-o auprès de la personne qui va changer grand chose, normalement les gens ne devraient pas prendre ce paramètre en compte pour envisager une relation avec toi --' au cas où il me semble qu'il y a une vidéo d'H Paradoxae sur ce problème il me semble. Comme dis plus haut, tu pourrais peut-être essayer auprès des pans?? Après si tu as fais toutes les chirurgies de réassignation qui existent tu n'as pas forcément besoin de parler aux personnes qui te plaisent de ta transidentité
Bonne soirée, et ne perds pas espoir, tu vas finir par trouver l'âme sœur!! :)

photo de l'auteur wilden
Wilden
Homme de 24 ans
Nantes

10 remerciements
Modérateur
Je pense que c'est personnel et que nous sommes pas obligés de le dire .
Si un moment ça se cale naturellement dans la conversation, et que tu as envie d'en parler ; pourquoi pas mais ça doit être ton choix uniquement ton choix et pas te sentir forcer.

https://www.youtube.com/watch?v=2dK9o8EIsVU

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Je ne suis pas familier avec la transsexualité et n'ai pas d'idées claires sur le sujet.

Ce que je constate c'est qu'étant des être sexués la plupart des gens ont le réflexe de se positionner à priori par rapport à un éventuel partenaire sexuel. S'ils découvrent leur partenaire alors ils improvisent, ne sont pas nécessairement fermés à des expériences, mais peuvent aussi être psychologiquement brutaux voire physiquement dans certains cas.

Dans les sociétés traditionnelles où l'accès au sexe opposé est laborieux, à part le sexe tarifé lorsqu’il existe, les hétéros ont pour les trans un mélange de désir et de rejet. Ce qui a pour conséquence que les trans subissent les deux et ne sont pas privés de sexualité même si leurs relations ne sont pas de bonne qualité. Bien souvent ils préfèrent se rapprocher entre trans pour se sécuriser affectivement et physiquement, mais ne dédaignent pas les hétéros. Les choses changent un peu depuis que les hétéros (ou non) ont les moyens d'aller s'encanailler en Asie du sud-est pendant leurs congés, mais pour les urgences la sexualité locale reste d'actualité.

Dans les pays occidentaux la rationalité et la verbalisation quasiment clinique de la sexualité ne laissent quasiment plus de place à l'ambiguité.

Il est vrai que la qualité de ces relations ne ne semble pas très encourageante, même si se faire friendzoner dans les pays occidentaux peut sembler un moindre mal. J'aurais tendance à penser que l’ambiguïté reste un atout sexuel si elle n'est pas présentée à priori comme un possible obstacle à surmonter, mais se découvre au fil du temps. A fortiori si le ou la partenaire est attaché à d'autres qualités qui le séduisent.

photo de l'auteur bicatoru
Bicatoru
Homme de 41 ans
janville
Citation de Hln99
Coucou,
Bon alors je ne suis pas trans donc je ne suis pas sûre que mon avis compte énormément mais bon ^^ je pense

Merci pour tes conseil, et si, tous les avis comptent ;)

Merci également Wilden et Lindos.

photo de l'auteur Rubis
Rubis
Homme de 22 ans
Niort
Friendzone = Tu ne déranges pas en tant qu'amis, mais en tant que couple tu déranges.

Par exemple, y a des faceptes de personnalité qu'on n'aime pas. Mais ce n'est pas pourtant que ça nous empêche d'être amis avec les gens comme ça. Mais par contre, en couple, ça c'est hors de question.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'ai vu deux trois vidéos sur le sujet de s'outer quand on est trans. Faut-il le faire, à quel moment...

Les partisans du "ne rien dire" aiment bien retourner la situation en disant que le cis devrait, lui, à chaque fois qu'il rencontre quelqu'un, dire qu'il ne veut pas de relation avec une personne transgenre. Je trouve que ça traduit une sorte de cécité à l'image de la transidentité chez le cis : il n'y a même pas une personne pour 1000 qui est transgenre dans la population. Les chances d'en rencontrer sont faibles. La plupart des personnes cis ne se sont jamais posé la question. Moi-même jusqu'à il y a peu je ne m'étais jamais imaginé qu'il pouvait y avoir des hommes transgenre ! Pourtant il n'y a pas de raison, mais pour moi pendant des années la transidentité c'était ça ! Et l'année dernière (enfin il y a un an), je ne connaissais pas les mots "dysphorie" et "transgenre" !

C'est sûr que BOB le fermier n'est pas prêt. Mais pas que : prend n'importe quel individu dans la rue, si tu vas lui parler tu seras très certainement le premier homme transgenre à qui il aura jamais parlé, et si tu lui apprends que tu as fait une transition, ça ne pourra que le surprendre, voire le choquer, quelle que soit l'opinion qu'il développera à ce sujet une fois le choc passé.

Moi je sais que je ne suis pas prêt à envisager une relation simplement sexuelle avec une femme transgenre : c'est moi qui me sentirais dysphorique en quelque sorte. Quant à un homme transgenre, je le considèrerais comme une femme s'il a tout ce qu'il faut en bas, et ce serait nocif pour lui à n'en pas douter. Mais voilà, plus je me renseigne, plus je sens, non-pas mon opinion, mais mon ressenti évoluer. C'est vraiment ce qu'on appelle s'habituer à une idée. Je ne sais pas si à terme je serai à l'aise avec ça, mais ce qui est certain c'est que, si la question se pose, être à l'aise avec la personne, très à l'aise, ça aidera beaucoup.

Du coup ma conclusion c'est qu'être friendzoné par quelqu'un qui semblait sincèrement s'intéresser à toi avant de savoir, ça peut être uniquement temporaire le temps qu'il digère l'idée et qu'il se renseigne.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'ai regardé ça en ayant une petite pensée sur ce sujet :)

https://www.youtube.com/watch?v=O4Yvb8mmGzk

Je ne sais pas si ça peut t'intéresser Bicatoru mais j'ai trouvé ça intéressant.

Je rejoins l'avis de Lampadaire sur la question. Si une personne est vraiment intéressée par toi, elle va "s'y habituer" naturellement et affectueusement ^^

photo de l'auteur bicatoru
Bicatoru
Homme de 41 ans
janville
j'ai regardé l'emission, merci Lusya !!! c'était très intéressant , ça me rassure :)

Merci Lampadaire ;) tu m'as fait mourir de rire avec la photo de la cage au folle XD

photo de l'auteur lafillemoimm
Lafillemoimm
Femme de 34 ans
Lyon

J'ai aussi ce sentiment d’être friendzoné, mais si on n'en parle pas, j'ai l'impression de cacher quelque chose et je ne suis pas à l'aise. Je pense que lorsqu'on recherche une relation basée sur la confiance, c'est important d'en parler. Mais c'est compliqué comme situation


photo de l'auteur MargauxLFP
MargauxLFP
Femme de 32 ans
Calais 62100

4 remerciements

par moment je me dis qu'il ne faut rien dire du tout même si ce sentiment de cacher quelque nous envahis. Après comme c'est personnel, libre à la personne de la dire ou pas mais d’expériences, le dire tout court fait qu'à 99% c'est le rejet direct.


photo de l'auteur RanpoKitan
RanpoKitan
Femme de 18 ans
Saint-Benoît, 86000

Selon moi le mot "trans" fait tout simplement peur puisque mine de rien jusqu'à il y a peu c'était totalement méconnu ! il y a 4 ans je ne connaissais pas la différence entre un trans et un travesti (bon maintenant je la cri sur tout les toits XD) les gens ont sûrement peur de ce qu'il peuvent trouver en bas, une lesbienne aura peur de se retrouver face à un pénis, un hétéro pareil etc... En fait je pense qu'il faudrait effectivement voir si le feeling passe et ensuite y aller en douceur, presque à taton, par exemple commencer par "qu'est ce que tu pense de la transidentitée" , "est ce que ça te dérange etc... En bref il faut préparer le terrain pour minimiser le choc


photo de l'auteur bicatoru
Bicatoru
Homme de 41 ans
janville

Merci, pour vos réponses. C'est toujours aussi chaud, le dire ou pas est quelque chose qui me pose toujours problème...


photo de l'auteur Elfye
Elfye
Femme de 41 ans
Deuil La Barre

Coucou par ici !

Pour ma part, je considère qu'il faut le dire le plus rapidement possible. C'est dans le premier échange, dans la première heure maximum.

Tout simplement par ce que la grande majorité des personnes est plutôt hostile à la trans-identité (vu que c'est le sujet, mais les gens sont hostiles à tout ce qui ne correspond pas à ce qu'ils pensent). Et pour éviter de perdre du temps dans des discussions et encore plus dans des rencontres, autant jouer carte sur table, ca passe ou ca casse.

Si la personne n'est pas sufisament ouverte d'esprit pour y réfléchir lorsque le sujet survient, il y a de grandes chances qu'elle ne le soit jamais !

J'ai tenté l'approche de ne pas le dire au premier abord sur d'autres sites, ca finit nécessairement en cacahouète.

Finalement, j'ai un peu abandonné les sites héréro-normés. C'est plus safe (évoqué plus haut) psychologiquement.

Ce n'est probablement pas la recette miracle pour personne, mais c'est la conviction que j'applique suite à toutes mes discussions ici ou là...

Par extension, je considère (peut etre par méconnaissance de la définition concrète du mot ou simplement peut etre à tord ?) que la friendzone est une période nécessaire avant d'aller plus loin dans une relation.

Par ailleurs, qu'elle que soit l'orientation sexuelle ou l'identité de genre, j'ai toujours eu cette impression que les cases sont nécessaires dans une société (je parle bien de cases pour identifier et non de binarité)

Les chirurgies, surtout FTM, ne permettent pas de cacher quoi que ce soit, à moins de tomber sur une personne dont c'est la 1ère fois au lit...

Le véritable problème de tout cela réside dans le fait que la relation est souvent une relation basée sur la sexualité, or, une véritable relation est basée sur la complicité de l'esprit. C'est ce qui fait la force de beaucoup de couples ; et apprendre à découvrir le corps de l'autre...


photo de l'auteur lafillemoimm
Lafillemoimm
Femme de 34 ans
Lyon

C'est pas évident de se mettre dans la situation de la personne en face. L'annoncer dès le début, ca peut marcher si la personne en face à déjà fait le deuil de trouver une personne avec qui avoir des relations sexuelles "normales" et avec qui fonder une famille etc... Evidament ca complique les choses, mais si la personne veut bien construire une relation unique ca peut marcher.

Bref c'est compliqué, on ne peut pas offrir une relation "normale", mais on peut offrir une relation unique.


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit