Est-ce un pêché que d'être gay ? - Page n°4

Membre Anonyme
Citation de Cyborg18
Exact, vous m avez convaincu et aidé ! Merci ! Je ne me pose plus de questions ! :D
GENIAL !!!!
Membre Anonyme
Bonjour Lyam, Je vois que beaucoup de personnes t'ont déjà répondu et que cela a pu te faire du bien. J'ai néanmoins envie de réagir, moi aussi. Tout d'abord, je suis croyant et j'ai fait des études de théologie (j'ai un doctorat en théologie). Et je suis triste que tu as pu te poser la question que tu nous pose. Je suis triste qu'il y en a encore tant d'autres qui se sentent mal entre ce qu'ils sont et ce que l'on leur fait croire que Dieu veut d'eux. Cela emmène bien souvent ou bien à se renier, à refouler son orientation, ou bien à rejeter la foi. Et ce n'est pas du tout nécessaire. Pour les chrétiens, comme toi, comme moi, il y a avant tout le message de Jésus, ce que l'on appelle "Bonne Parole", "eu-angelion", "Evangile". Or, quand tu regardes ce que disent les témoins (les Evangélistes) sur lui, on voit quelqu'un qui ne condamnait personne, qui justement mangeait et fêtait avec toutes les personnes rejetées par ses co-réligionnaires, les Juifs de l'époque; avec ceux qu'eux appelaient les pécheurs, mais que Jésus restaurait dans leur dignité d'enfant de Dieu. C'est même tout à fait possible qu'il faisait l'amour avec une femme prostitué!! Il serait venu, s'il vivait aujourd'hui, manger avec toi, j'en suis sûr. Il faut savoir, Lyam, que nullepart dans l'Evangile tu trouveras une condamnation de l'homosexualité. Par contre, tu vas la trouver dans les écrits de Paul, mais de primo, Paul n'était pas un témoin de la vie de Jésus, il ne l'a pas connu et dans ses lettres il va répéter ce qu'il avait reçu comme héritage spirituel sans la relecture de Jésus, et de secundo, quand Paul l'écrit, il s'oppose à la débauche, c'est à dire à l'abus de ce que Dieu a donné, l'abus de son corps ou du corps de l'autre, ce corps que nous avons reçu de Dieu, ou encore il dit que l'amour est un don sacré à ne pas "profaner". Pour Paul, c'était logique de penser tout de suite à l'homosexualité, puisque pour lui, comme pour beaucoup de nos concitoyens de nos jours, c'est un amour qui ne respecte pas l'autre, qui ne fait qu'abuser du corps... Pourquoi cette représentation, je n'en sais rien. Ou plutôt, il faudrait voir du côté de la psycho-sociologie ou de l'antropologie et cela aurait à faire avec des choses comme "peur de tout ce qui est autre, différent, qui met en cause ses sécurités", "nécessité de faire survivre le groupe, le tribu, d'où la nécessité de "faire des enfants", qui est en contradiction avec les relations homo-sexuelles", .... De toute façon, cela n'a pas à faire avec la religion. Encore moins avec la religion telle qu'elle était vue par Jésus. Dernièrement, on trouve des condamnations de l'homosexualité dans l'Ancien Testament, notamment avec l'histoire de Sodome (Génèse 19; la ville est détruite par Dieu parce que "son péché est énorme" - ce qui est expliqué par l'histoire que les habitants veulent "connaître", c'est à dire "faire l'amour" avec les deux hommes étrangers qu'ils s'y trouvent avec Loth). Mais, Lyam, là il est nécessaire de faire un peu d'exégèse et de se rendre compte que les textes de la Bible ont une histoire. Et il faut savoir que ce texte du Génèse est écrit assez tardivement. L'histoire était déjà raconté oralement depuis des siècles, mais le texte, l'écrit de Génèse est tardif. Ce sont les livres prophétiques qui sont plus anciens. Et qu'est-ce que l'on y trouve comme raison pour la destruction? C'est le fait que la ville n'a pas secouru le pauvre et le malheureux. Aucunement question d'homosexualité. Alors pourquoi trouve-t-on plus tard dans Génèse l'homosexualité comme raison? Probablement puisque ce texte devait encourager les Juifs à rester fidèle à leur Dieu Une et ne pas se tourner vers les autres religions avec leurs Temples et leurs nombreux Dieux et... leur prostitution du Temple (une prostitution homo-sexuelle). Voilà pourquoi, très probablement, ce texte qui nous hante encore aujourd'hui, qui encourage des croyants fervents de nous condamner, de nous faire souffrir, parle de l'homosexualité comme un "péché énorme". Cher Lyam, je ne sais pas si tout cela te dis quelque chose, mais j'avais envie de le partager avec toi. Vivons notre amour, l'amour que Dieu nous a donné, en respectant notre partenaire et nous mêmes, en "célébrant" l'Amour, comme l'aurait fait Jésus. Cordialement, Yann
Membre Anonyme
Dieu ne condamne personne. Croire que nous sommes jugés pour nos choix sexuels, surtout par les yeux du divin et une grande tromperie. Les religions s'inventent des "règles" afin de rendre le monde à leur image mais leur image n'est pas celle du vrai Dieu. Dieu est en chacun de nous quoique nous sommes, quoi que nous choisissons. La difficulté est de croire en soi croire en lui. Nul besoin de livre pour se rapprocher de Dieu et encore moins de didact instillant la peur. La peur est le contraire de l'amour que la religion est censée nous enseigner. En conclusion, rien ne peut entraver la foi et la considération de dieu envers nous. Faut se rappeler de croire en soit. Il en est ainsi
Membre Anonyme - Modification par Wiccane95 le 07/06/2017 - 23:25:25
ah la religion.... Moi j'en ai changé. J'en ai eu marre des monothéismes patriarcaux qui datent de Mathusalem. Quitte à remonter loin, alors autant revenir au Néolithique. J'en ai trouvé une où la place de la femme est identique à celle de l'homme (voire plus importante) et où l'homosexualité ne pose aucun problème, pas plus que la couleur de la peau ou le sexe. Un seul vrai commandement (pourquoi en avoir 10 ou 150 ou plus, celui là englobe tout ) : fais ce que tu veux, tant que tu ne blesses personne ! Radical, difficile (parce qu'il faut réfléchir par soi-même), mais je suis enfin en harmonie. et au moins quand on se retrouve, on mange bien, on rit, on fête la joie de vivre. ça change.... Beaucoup disent que l'Europe ou les pays occidentaux n'ont plus de valeurs, Pour moi c'est faux, je regrette infiniment que la déclaration des droits de l'homme ne soit pas davantage lue expliquée dans l'éducation, car pour moi, c'est la colonne vertébrale de notre démocratie à l'occidentale.
Gargantua - Modification par Gargantua le 05/06/2017 - 13:15:28
Bonjour à tous, Le bien, le mal... Tout n'est que représentations et évolution. Les textes anciens, quels qu'ils soient, sont à lire sous l'éclairage de l'histoire et des sociétés à l'époque où ils ont été écrits. Alors que l'espérance de vie moyenne était loin d'atteindre la trentaine, la nécessité de procréer a placé l'homosexualité au ban de la société comme un pêché mortel car elle était une atteinte à ce sacro-saint devoir de se multiplier. Pourtant elle était acceptée dans l'antiquité mais devait quand même s'accompagner d'une structure familiale hetero normée. Le temps a passé mais les textes devenus dogmes n'ont pas évolué alors que les sociétés si... Les religions, moralisatrices de la vie sociale, remparts des dérives sont, au final par l'obsolescence ou du moins le manque d'évolution, devenues des intégrismes, des carcans loin des réalités. On se demande si être homosexuel est une honte, si être homosexuel c'est un pêché... Paradoxalement les religions monothéistes place Dieu comme amour et miséricorde... Mais combien de crimes sont commis tous les jours au nom de Dieu ? Ils sont commis par des hommes, pas par Dieu... "En vérité je vous le dit", si la "loi" de Dieu était au départ une volonté d'assoir la "loi" des hommes, son interprétation a donné lieu à des siècles de crimes contre l'Humanité. Faut il se souvenir de l'inquisition et de la controverse de Valladolid ? Faut il reparler des massacres de la saint-Barthelemy ? Faut il parler des guerres fratricides entre chretiens et musulmans, guerres qui durent encore alors que les religions monothéistes sont cousines et étroitement liées ? Si le concept de "Dieu" vise au salut et au bonheur des hommes, dans le respect de tous, pourquoi rejèterait il une partie de cette humanité au seul prétexte de différence ? Pourquoi laisser aux hommes, si faillibles et corruptibles , l'interprétation et la traduction du concept de "Dieu" sans galvauder le sens de la foi et sans détourner le principe de tolérance au profit d'intérêts particuliers ? Repensons au schisme catholique-protestant et aux sources de sa naissance. Religion, loi de Dieu ou loi des Hommes ou plutôt de certains hommes ? L'universalité est elle gage de vérité ? Pour ma part, je suis prêt au moment du jugement dernier à répondre de mes actes, de mes pensées devant un Dieu , si il existe, qui m'opposerait qu'aimer un homme ou une femme indifféremment est un crime. Non l'homosexualité n'est pas une honte, non l'homosexualité n'est pas un crime, non l'homosexualité n'est pas incompatible avec la foi ou alors c'est qu'aimer est une honte, un crime, un pêché et nous iront donc tous en enfer, si nous n'y sommes pas déjà ! Bien à vous. Xavier PS. : N'oublions pas que les textes "sacrés" ont été écrits par des hommes qui voulaient "propager la parole de Dieu" et que ces textes ont été écrits, retranscrits, traduits, recopiés de maintes fois au cours des 2000 ans passés... La bible était à l'époque "les chroniques de San Francisco" du moment... Imaginez ce que pourraient être les Chroniques de San Francisco d'Armistead Maupin dans 2000 ans...


  S'inscrire pour participer