Quand on comprend qu’on est gay

avatar contributeur Jomas94
Jomas94
30/09/2021 à 22:14

Bonsoir, je me permet d’écrire ces quelques lignes concernant l’homosexualité. J’ai toujours comprit qu’au fond de moi j’étais gay mais c’est seulement a 20 ans que j’ai eu une grosse prise de conscience et que j’ai commencé a l’accepter et a faire mon coming out. Je me rappelle a l’époque pour m’aider dans l’acceptation et avancer sur mon parcours de vie je visionnais et lisait plein de choses sur ce sujet qui est l’homosexualité et je me suis rendu compte a multiple reprise que « la personne homosexuelle «  parlait et partageait seulement le ressenti que la famille ou amis pouvais avoir après lui avoir avouer ses gouts. Je ne suis jamais tombé sur quelqu’un qui racontais comment lui même avais vécu la chose. Ses peurs , son soulagement , sa joie , sa tristesse et je me retourne vers vous car j’aimerais avoir votre ressenti a ce sujet. Pour ma part je me rappelle qu’il y a eu de l’incompréhension de ma part de la peur de l’inconnu et j’en passe. J’attend vos retours pour pouvoir en discuter :)

avatar contributeur de Azel
Azel
30/09/2021 à 23:31

Bonjour Jomas, et un grand merci de lancer ce sujet ! Il me parle beaucoup mais saurai-je en parler.

C'est aussi à 20 ans que j'ai compris que j'étais attiré par les hommes même si de multiples signes auraient pu me le faire comprendre plus tôt. Je sortais avec une fille, un ami nous a fait part de son homosexualité ... et j'ai compris seulement comme ça que mon attirance pour lui était plus qu'une amitié.

Je n'ai pas eu peur, j'aurai aimé sortir avec lui mais ça ne sait pas fait. J'ai voulu avoir la confirmation que je pouvais avoir des relations sexuelles avec un homme ... et je n'ai pas eu à attendre très longtemps. J'en ai parlé à quelques personnes auxquelles je pensais pouvoir faire confiance, les emm... sont venues rapidement.

Il y a eu de la joie dans les débuts de ma première relation mais le garçon était très compliqué ... ce qui ne m'a pas aidé à m'affirmer. Puis sont venus les doutes et les craintes. Ma famille est très tradi, plutôt franchement homophobe.

Entre les amis qui m'avaient d'une certaine manière trahi, la famille que je ne savais comment aborder ... et une attirance pour les femmes qui restaient vives ... et bien je me suis marié, j'ai eu trois enfants et 25 ans de vie commune, avec juste quelques pas de côté.

Je dirai que je n'ai pas compris que j'étais homosexuel, mais j'ai compris un jour que j'étais amoureux d'un garçon et j'avais envie de découvrir plein de chose avec lui. Que du bonheur ! Puis j'ai compris tout ce qu'il faudrait que j'affronte en tant qu'homo, et j'ai eu peur, honte.

La situation était d'autant plus compliquée que quand je suis tombé amoureux de ma femme, j'étais follement amoureux d'un autre garçon, lui hétérosexuel. Donc, il y avait énormément de frustration parce que je ne pouvais pas vivre cette passion, tout en vivant une relation très forte avec ma femme !

Encore plus résumé, ça a été un sacré bordel dans ma tête. Maintenant, ça va mieux. L'attirance pour les gars a eu raison de mon mariage. J'assume pleinement mon homosexualité. J'en ai parlé à ma mère qui n'a pas vraiment relevé l'annonce (bon elle a 89 ans, mais quand même). Donc je vis bien d'assumer (au bout de plus de 30 ans) enfin pleinement mon homosexualité. Sans avoir besoin de la clamer sur tous les toits, mais sans me cacher, déjà à moi-même.

Merci encore d'avoir lancé cette conversation. Ces quelques lignes m'ont fait beaucoup de bien.

bises à tous, Azelllllll

avatar contributeur Dagomarus
Dagomarus
01/10/2021 à 01:56

Intéressants témoignages. Je ne suis toujours sûr de rien en ce qui me concerne ! 🤠

avatar contributeur Jomas94
Jomas94
01/10/2021 à 06:09

Pour ma pars y a eu 0 rejets de mon entourage. Je me rappelle que j’ai eu une periode tres compliqué car tout est venu en meme temps . Et j’ai eu le besoin de le dire a mes parents aussi qu’aujourd’hui acceptent presque a 100%. Mais moi ca m’a rendu vide a l’interieur et j’ai de la peine a ressentir , alors biensur je suis tombé amoureux par la suite mais ca n’a rien donné.

avatar contributeur de Galaxie78
Galaxie78
01/10/2021 à 17:36 - 01/10/2021 à 17:38

Hello Jomas94 !

C'est très vrai ce que tu dis... les choses sont très souvent racontées de façon "parallèle", par une personne tiers. Et c'est vrai qu'il y a peu d'écrits et surtout peu de reportages qui implique directement le concerné.

Pour ma part, j'ai également toujours sû que j'étais gay, même - d'après mes souvenirs - depuis la maternelle. Moi qui est toujours tenu un journal intime, j'ai écris jusqu'à mes 21 ans que j'étais tombé sous le charme de telle ou telle fille mais je ne suis jamais sorti avec car au fond de moi ça aurait été mentir à ce que j'étais profondément. Je l'écrivais pour me forcer à comme tout le monde. Et puis, quand j'ai compris et surtout accepté que je ne pourrais jamais jouir en pensant à une fille, je ne pourrais jamais avoir de plaisir avec ni lui en donner.

Au fond, en lisant énormément sur le sujet, en regardant des reportages et des films et séries, j'essayais de trouver des vérités sur le sujet. Je ne suis pas d'une famille religieuse mais le poids invisible de cette société judéo-chrétienne est terrible, et au-delà de la religion, le poids de l'homme viril, suprême, régnant et régissant (les livres d'Elisabeth Badinter sont excellents notamment "XY de la masculinité") où j'ai appris que le mariage gay a toujours existé, en certaine époque, à certains endroits.

Pour moi, mon coming-out a été fait de façon sereine, posée et réfléchie et surtout je ne l'ai pas dit car je n'ai rien à avouer. Je l'ai laissé deviner. J'étais devenu fort psychologiquement. Pour d'autres, j'en ai parlé (comme des amis). Rares sont ceux qui ne l'ont pas accepté mais tant pis ! J'étais MOI ! J'étais celui d'avant, celui de toujours, qui n'a ni plus ni moins fait comprendre que la seule différence avec celui d'avant était non seulement le fait que je vivais avec (j'en parlais comme si de rien n'était) mais surtout le véritable moi était visible et ostentatoire pour certain alors que je suis naturellement discret sur ma vie privée.

Jusqu'à mes 22 ans, âge de mon coming-out total, je me suis "torturé" pour être dans "le droit chemin". Quand, en plus, on est un gars non efféminé, qui n'aime ni la mode, ni toutes les caricatures que l'on nous vend. Quand on aime le rugby, le judo, jouer aux voitures, à la guerre, etc. Quand on traîne avec une bande de potes... C'est encore plus perturbant et l'acceptation - pour moi en tout cas - se fait encore plus durement.

Je pensais que c'était un "passage" comme on disait.

Alors que la plupart des films étaient tristes et sans espoir, voir glauque ("Another Country", "Cruising", "Maurice", "My Beautiful Laundrette", ...), il y a eu LA révélation cinématographique que j'avais vu en cachette sur Canal+ : "Beautiful Thing"... deux mecs non efféminés venant d'un quartier populaire - comme moi - qui tombaient amoureux. Oui ! Alors je pouvais être tout simplement !

Une fois Moi, j'ai fait des rencontres et j'ai été surpris de rencontrer certains hommes... pour le moins très juge de ma situation (notamment qui m'a certifié que je n'étais pas gay car aucun trait caricatural...)

Pour résumer, mon parcours psychologique de l'acceptation qui m'a amené au coming-out a été long, réfléchi (trop ?), douloureux, tortueux et en même temps avec des éléments positifs, heureux et parfois drôles. J'ai été submergé de sentiments divers mais quel soulagement d'être soi dans sa famille, auprès de ses amis...

Voilà une petite partie de ma vie. En espérant que cela fera écho chez quelques-uns.

Sébastien

avatar contributeur de Dime
Dime
01/10/2021 à 18:13 - 01/10/2021 à 20:10

Pour moi ce fut des interrogations autour de mes15 ans. Désir rejet désir dégout rejet désir , etc etc. Finalement j'ai eu beaucoup de rapports et jamais de relation. Je suis trés mal à mon aise avec les hommes et je ne peux pas y faire grand chose. Et je ne sais pas pourquoi les phallus m'ont attiré ainsi, et aussi longtemps. Actuellement je crois que ça m'a passé.

avatar contributeur de Santana
Santana
01/10/2021 à 19:50

Merci pour vos témoignages.

Vous éclairez mon coming out hyper tardif, mais tellement libérateur ..

je n’arriverais pas à vous décrire aussi bien mon parcours de vie.

Sachez seulement que réussir enfin à être soi, me remplie déjà de reconnaissance que cela soit enfin arrivé .. c’est tout récent et j’ai 51 ans.

Merci à vous.

avatar contributeur de Antoine20195
Antoine20195
04/10/2021 à 13:46

🧡🧡🧡

Envoyé depuis l'application android
avatar contributeur de Destati
Destati
05/10/2021 à 13:51

Je vous ai tous lu, je vous rejoins.

J'ai aussi eu une prise de conscience vers mes 20 ans - où je me suis accepté. Ça a été rude et assez délicat, parce que je ne voulais pas de tout ça. Je voulais pas devenir ce "pédé" dont on m'affublait au collège #harcèlementscolaire

J'avais une telle haine de moi, de ce que je ressentais. A vouloir une vie d'hétéro accompli le matin, et écrire des tourments d'adolescent sur un garçon dans un journal intime le soir... (hello Galaxie78)

J'ai compris plus tard qu'on a pas nécessairement besoin d'être dans une case pour être ce qu'on est (ça m'a fait beaucoup de bien de l'intégrer). Pour être homo, il n'y a aucune liste de prérequis qu'il faut obligatoirement cocher. On peut l'être à sa façon - avec notamment ses croyances et ses convictions profondes. 🙏

Envoyé depuis l'application android
avatar contributeur de Cinetique
Cinetique
15/10/2021 à 15:16

Bonjour

La manière dont on se voit (et donc dont on voit son homosexualité) est très largement conditionnée par notre culture et surtout notre contexte socio-culturel.

Si l'on évolue dans un milieu où, dès l'enfance, notre entourage voit l'homosexualité comme un drame, une maladie, une déviance ... on intégrera cette vision dans notre subconscient. C'est pour cela que la découverte de son homosexualité peut être vécue comme un drame, surtout si on se retrouve en porte-à-faux avec son éducation.

Il y a donc un travail individuel à mener.

La découverte de son homosexualité et le coming out ont été analysés par des sociologues (déni, deuil, acceptation de soi, verbalisation, coming out).

L'homosexualité existe depuis la nuit des temps (certains pensent même depuis la Préhistoire). Les unions de même sexe existent aussi depuis longtemps (voir Boswell). Je ne peux parler de ce que je connais, mais dans notre culture occidentale, l'homosexualité est devenue un problème au Moyen-Age, où la pensée était conditionnée par la lecture de la Bible, et notamment la Genèse. "Dieu" aurait créé Adam et Eve et leur a préconisé de croître et de se multiplier. Les esprits étroits en ont conclu que l'homosexualité était une déviance, donc un péché, donc condamnable. Donc, depuis plus de 1000 ans, on nous conditionne pour adopter cette vision du monde.

On occulte d'ailleurs au passage pas mal de sujets : dans la Bible, le roi David a pourtant eu une relation ambiguë avec Jonathan. Le frère de Louis XIV était gay, le roi Henri III de France possiblement aussi, le roi Henri II Plantagenêt également, Alexandre le Grand, l'empereur romain Hadrien, etc. Mais ce n'est pas développé dans l'Histoire qu'on nous vend à l'école. École faite par la classe dirigeante et bien pensante hétéro-normée.

Voilà, en très résumé et simplifié ce qui explique que beaucoup vivent encore comme un drame la découverte de leur homosexualité, bisexualité ...

avatar contributeur CALIN1650
CALIN1650
16/10/2021 à 17:28

Citation de Cinetique #376282

Tout à fait en accord avec ce que tu décrits très bien: l'importance du contexte dans lequel on a vécu notre enfance et adolescence qui va déterminer l'acceptation ou non de notre homosexualité. Personnellement j'ai très mal vécu cette non acceptation vivant dans un milieu non ouvert sur ce sujet. A cela s'ajoutait le fait que je n'avais personne à qui me confier , d'où une grande souffrance et une grande solitude affective.

Alors il m'a fallu m'en sortir seul, survivre, mais pas vivre. J'ai survécu , peut-être grâce à une certaine spiritualité.

avatar contributeur de Cinetique
Cinetique
17/10/2021 à 17:37

D'où l'intérêt de ce type de site, pour ne pas tout porter tout seul, en parler avec des gens ouverts (on espère en tout cas), partager son expérience ...

Ne restez pas seul-e-s si vous vivez mal cet épisode de votre vie. Il faut en parler pour dédramatiser.

Salon de chat Gay

Découvrez notre salon chat gay pour dialoguez avec des centaines de mecs célibataires connectés. Chat réservé exclusivement à la communauté gay.

Communauté Gay

betolerant est fier de sa communauté gay. Notre communauté est un véritable site de rencontre gay tolérant et bienveillant.

Parlons Coming-out

Le coming-out est parfois inévitable pour une homme homosexuel. Partagez vos expériences sur le forum coming-out.

Forum homoparentalité

Le forum sur l'homoparentalité permet aux parents homosexuels de se soutenir et s'entraider, mais aussi de partager leur quotidien.



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2021, betolerant.fr