L'épreuve de la solitude

Forum Gay


auteur anonyme

Anonyme
L'épreuve de la solitude

Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Voici quelque temps que je n´ai pas posté sur ce forum. Votre aide m´a beaucoup aidé la dernière fois.

Voilà... j´imagine que nous sommes tous et toutes confronté à la solitude un jour. J´aimerais expérimenter la solitude affective sans souffrir mais sans une expérience intime avec quelqu´un, je souffrirai d´isolement. Mes réflexions m´ont permis de comprendre que j´ai besoin de partager mes sentiments avec quelqu´un.

Ironie du sort, j´ai tout pour être bien, vraiment. Mais j´ai deux problèmes. Le premier, c´est que je suis attiré par les hétéros la plupart du temps et eux sont plutôt à rechercher mon amitié car j´ai une bonne image sociale. C´est pas tellement sur ce point que je vous interroge.

Le second problème sur lequel je vous demande de m´éclairer est un classique : je crois à l´Amour tel qu´on l´idéalise parfois.

J´ai pas mal de contradictions. J´ai eu beaucoup de mal à me positionner sur mon genre tel qu´on le défini. J´ai résolu le problème en me débarassant de ces questions, c´est pas l´important au fond. Puisque rien ne me défini.

J´ai besoin de vous et de votre soutien puisque vous avez certainement été confronté à ces idéalisations. Je veux éviter de penser à ma solitude et de me dire que j´ai été maudit par les dieux qui m´ont enfermé dans un très beau corps qui est attiré par ce qui est visiblement pas accessible. Je ne sais pas si vous me comprennez... c´est comme si toute ma vie sentilentale était vouée à la dérision et l´ironie. Je ne veux pas me jeter dans la masse et me laisser aller contre mes idéaux et mes valeurs, mais je ne vois pas d´autres solutions en ce moment. Résultat, je bloque, et j´en souffre.

Et j´ai conscience de ça, c´est dérisoire. Je suis preneur de toutes explications ésotèriques, scientifiques, personnelles et de tous conseils, partage d´expériences ou soutien émotionnel.


0

photo de l'auteur Romangel
Romangel
Homme de 33 ans
Var

Bonjour,

Effectivement, il est beau d'avoir des idéaux et de ne pas les renier pour obtenir un bonheur très éphémère.

La solitude ne se gère pas, elle s'accepte mais pas comme une fatalité; comme un passage, une transition, une vie pour soi. Il faut profiter des avantages d'être seul quand on l'est pour pouvoir accepter quelques concessions quand on ne le sera plus.

Il est vrai que parfois c'est pesant, mais tout comme la vie à deux. Rien n'est figé dans le temps et tout s'altère. Nos sentiments et émotions plus rapidement que le béton certes mais cela est normal.

La solitude n'est pas une épreuve ou un fardeau, sorte de sortilège lancé par les Dieux. Nous ne gagnons rien à être seul... tout comme nous ne gagnons rien à être deux. Je crois qu'il y a une part de nous qui est responsable de cette solitude. Je m'explique. J'ai moi aussi quelques idéaux sentimentaux et finalement rester seul me convient plus que de finir avec des prétendants qui ne me conviennent pas pour x raisons.

Comme tu dis être gaté physiquement par le divin, sois content d'avoir donc le choix. Car celui qui ne l'est pas, souvent, se sort de la solitude avec la première main tendue... qui n'est pas toujours celle qu'il aurait voulu.

Prends du recul et avance avec sérénité.

Le bonheur n'est pas résultat d'une vie à deux, sinon nos philosophes ne seraient pas à sa quête depuis des millénaires... ils auraient trouvé la solution ;-) via le mariage.

;-)


0

photo de l'auteur Keiros
Keiros
Femme de 29 ans
Clermont-Ferrand

Citation de Anonyme #290436

Coucou Anonyme,

Il´peut y avoir plusieurs explications à ce que tu vis:

  • D´abord le fait d´éprouver des sentiments très souvent pour des hétéros peut signifier que tu peux, inconsciemment, vouloir un amour que tu n´auras jamais. Car quelle façon plus certaine de ne pas voir ses sentiments partagés que de se diriger vers des gens qui ne sont pas du même bord que toi? ( bref tout ça part de ton inconscient, donc tu ne décide pas entièrement ).

  • Ensuite comme tu le précises tu es qqn à qui on doit souvent dire " qu´il a tout pour lui", expression courante qui signifie que tu cumules beauté physique et intelligence. Ce qui socialement offre les meilleurs appréciations, mais ce qui ne prémunie hélas pas contre la souffrance, la tristesse, la solitude, etc. Et aussi contre les relations superficielles. En effet un physique attrayant attire beaucoup plus les personnes superficielles qui sont juste là pour le " spectacle visuel " donc il faut pouvoir faire le tri.

  • Je ne pense pas que la solitude soit un fléau. Au contraire. La pire des choses cependant qui puisse arriver c´est de se sentir seul quand on est avec soi même. ( la fameuse nuance anglaise lonely and alone ). Une autre chose difficile est d´être entouré de gens qui nous font sentir seuls ( cf la superbe citation de Robbie Williams sur le sujet ). L´amour entre deux personnes c´est le partage entre deux individualités construites qui peuvent se porter mutuellement, mais qui ne prennent pas l´autre pour combler un vide en eux. Pour pouvoir porter une autre personne, il faut déja se tenir fermement sur ses deux pieds ;)


0

photo de l'auteur franckright
Franckright
Homme de 44 ans
60

Je suis d'accord avec Keiros en ce qui concerne ton attirance pour les hétéros, leur hétérosexualité n'est-elle pas le fondement (sic) de ton attirance plus que leur plastique ?

Quant à la fameuse citation, elle est terrible car elle concerne tant de monde...


0

auteur anonyme

Anonyme

Vous avez certainement raison. J´ai médité sur vos conseils qui me sont d´un réel soutien. Je suis heureux que vous me montriez un autre visage de la solitude que celui que mon entourage hétérosexuel projette sur moi.

On ne choisi pas sa solitude, c´est vrai. J´ai d´abord pensé qu´il s´agissait d´une bonne chose parce qu´il faut apprécier chaque instant de la vie, on ne se rend pas toujours compte de la chance qu´on a. Je devrais profiter de ma famille, de mes amis et de mon environnement... car si je suis heureux avec quelqu´un, je partirai, et je ne sais ni si je renviendrai ni où je partirai. Je viens de comprendre ça. (je réfléchis en même temps que je vous écris)

Je tiens compte de chaque chose que je sais... je devrais lâcher prise sur le sentimental, mais une incompréhension m´en empêche. Je considère qu´il faut ne pas nager à contre-courant dans la vie et écouter sa conscience. Or, je souffre de cette solitude, et dans mon état d´esprit actuel, je ressens le besoin d´être accompagné (moins maintenant que cette discussion est passée). Rester sans rien faire, c´est accepter ma souffrance, mais c´est aussi aller à l´encontre de mon bonheur.

Que pouvez-vous me dire sur ce point ? Je considère que vous êtes de bon conseil. Je vous remercie de m´avoir répondu dans tous les cas, c´est vraiment un soutien pour moi, et disons que c´est un soutien qui arrive à pic, puisque je ne trouve pas conseil autour de moi et ne suis pas en mesure d´en chercher.


0


photo de l'auteur Romangel
Romangel
Homme de 33 ans
Var

Super article!

Pour ce qui est d'aller à contre-courant, tu as raison.

Le tout est une question d'attitude, si tu cherches l'amour à tout prix tu vas passer à côté ou rencontrer des gens qui n'auront pas la même vision que toi car cela aura été trop vite.

Laisse-toi le temps de rencontrer, découvrir, connaître et apprécier l'autre. En étant serein avec ta solitude (en général car parfois on peut faire un bad), tu seras déjà plus enclin à rencontrer quelqu'un pour ce qu'il va t'apporter d'encore plus positif pour ta vie.


0

photo de l'auteur franckright
Franckright
Homme de 44 ans
60
  • tout en étant conscient de l'aspect potentiellement négatif qu'une relation peut avoir.

0

photo de l'auteur Romangel
Romangel
Homme de 33 ans
Var

Il y a du négatif partout où on veut bien le voir.

C'est comme le concept de la peur de la mort. Si tu conscientises qu'en sortant de chez toi, roulant, utilisant un couteau, etc... tu augmentes ton risque de mourir... tu ne fais plus rien et tu vis dans un bunker.

Donc oui rencontrer c'est prendre un risque mais celui d'être heureux aussi.

Le but n'étant pas de démarrer une relation avec la conscience d'un Bisounours mais se laisser aller fait parfois du bien. Trop de rationnalisme empêche la magie.


0

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

"Que pouvez-vous me dire sur ce point ? Je considère que vous êtes de bon conseil. Je vous remercie de m´avoir répondu dans tous les cas, c´est vraiment un soutien pour moi, et disons que c´est un soutien qui arrive à pic, puisque je ne trouve pas conseil autour de moi et ne suis pas en mesure d´en chercher. "

Sans rien connaitre de toi et en particulier ton âge, et si tu as été quitté par quelqu'un à qui tu étais attaché, difficile de sortir de généralités.

L'humain est un mammifère qui nait seul et meurt seul comme tous le êtres vivants, est fortement en concurrence pour survivre, mais ne peut pas survivre seul surtout au début et à la fin de sa vie, et à qui ses congénères ne lui laissent rarement le choix d'être un électron libre. C'est du donnant-donnant, en tout cas dès lors qu'on admet que tous les humains naissent égaux en droit. De plus nous sommes biologiquement adaptés à cette situation en tout cas dans des limites raisonnables, et trop s'en écarter trop longtemps est ressenti comme insatisfaisant, voire destructif. Et quand l'on est différent ou on se sent comme tel, tout est aggravé. Mais quand on a dit cela on a pas avancé d'un poil, cela a été médité en long en large et en travers depuis le début de l'humanité, et une foultitude de comportements ont été explorés pour tenter d'échapper à cette condition.

Si j'ai bien compris tu rêverais d'être accompagné par un bel hétéro, et le mettre aussi tous les soirs dans ton lit ? Si j'ai bien compris tu es bel homme, c'est bien pour un soir, mais qu'as-tu d'autre à lui offrir pour qu'il reste attaché à toi ?


0

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Ne pas supporter la solitude, si tu veux que cela change il faut travailler tes rapports dans ton enfance avec ta maman.

Et oui tout commence la!

Après je suis d'accord sur ce qui a été dit plus haut , mieux tu sera avec toi meme et plus facilement tu rencontrera quelqu'un avec qui par envie tu partagera ta vie et pas par besoin.


0

photo de l'auteur franckright
Franckright
Homme de 44 ans
60

Citation de Romangel #290516

Certains "conscientisent" parcequ'ils ont vécu ce dont tu parles. C'est mon cas.

Le mondes des bisounours comme tu dis n'existe pas, la magie non plus, tu crées l'émulation pour espérer aboutir à une osmose. En clair, tu agis pour atteindre un but en sachant ou tu vas, sinon tu ne fais rien, ou les autres le font pour toi. (ca c'est de la magie ca se fait tout seul ouaaahhh)


0

auteur anonyme

Anonyme

Je vous remercie.

Je constate que vous êtes impliqués dans le sujet, je vais donc repondre à certaines de vos questions. J´ai 20 presque 21 ans et je n´ai pas expérimenté de relation avec qui que ce soit. Le physique n´est pas en cause, et la personnalité non plus. Vous constatez aussi que je m´aime comme je suis, puisque ca ne me dérange pas de paraître narcissique, et de l´être sur certains points. Le probleme n´est pas la

J´ai longtemps cherché des explications à ma situation et conceptualisé l´amour et la meilleure façon de le vivre sur tous les plans (scientifiques, éthique personnelle, collectif métaphysiques, philosophiques, psychologique). Je me suis rendu compte que c´était inutile car je connais la théorie. Mais sans expérience, pas de compréhension. J´essaie donc de ne plus me focaliser la dessus. Une conclusion que je retiens cependant c´est que j´ai´peur de l´intimité, de la vulnérabilité, des émotions, du sentiment d´être amoureux, de la relation qu´apporterait une ouverture de coeur avec quelqu´un d´autre. J´en ai aussi peur qu´envie.

SI inconsciemment c´est ça, alors aller vers les hétéros m´assure de ne pas franchir le pas et me maintient dans ma zone de confort. Ce que je me demande à présent, c´est si je dois attendre un moment plus serein pour me lancer et ainsi ne pas aller contre le courant, les marées et le gré du vent... sachant que le temps joue contre moi puisque je vieillis. Car même´si la pureté est très belle en´soit, ce n´est pas elle qui me rendra heureux.


0

photo de l'auteur Romangel
Romangel
Homme de 33 ans
Var

Citation de franckright #290577

Tout à fait, nous sommes le fruit de nos expériences internes ou externes.

Donc dans une même situation, nous ne réagirons pas pareil. Voir même être soi-même incapable d'agir comme on aurait aimé agir. Par peur, manque de confiance ou autre.

Nous sommes malgré tout notre propre mal (même si des maux nous ont été causé par des tiers en totale injustice).

Il faut avancer. Il faut essayer. Il faut se risquer.


0

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

" Ce que je me demande à présent, c´est si je dois attendre un moment plus serein pour me lancer et ainsi ne pas aller contre le courant, les marées et le gré du vent... sachant que le temps joue contre moi puisque je vieillis."

Je te rassure, entre 18 et 30 ans tu es physiquement un homme jeune, et donc encore un jeune homme au début de cette période, en tout cas physiquement. Pour l'apprécier il faut parvenir à l'imaginer sur la totalité de l'espérance de vie qui est actuellement supérieure à 75 ans pour un homme en France (je dis bien actuellement car cela pourra varier dans un sens comme dans l'autre), et non pas sur une période de 20 ans, à fortiori au sortir de l'adolescence. Sauf à estimer que l'adolescence serait la seule vraie jeunesse (vaste débat).

Je pense qu'on est nombreux à avoir expérimenté ce désir d'explorer un nouveau milieu après avoir longuement tourné autour, et l'avoir parfois effleuré. Cela évoque nos premiers pas autour d'une piscine, nos envies du bien être qu'on imagine, nos angoisses face aux inévitables surprises dans un milieu qu'on ne maitrise pas encore.

C'est très difficile de donner des conseils en matière d'apprentissage de "l'amour", au sens de la sexualité et de l'attachement et du bénéfice personnel, car il tient autant du hasard que de notre clairvoyance. C'est largement rencontrer "la bonne personne au bon moment". Le bon moment tient largement du hasard et de ta pugnacité, la bonne personne dépend de ton besoin et du sien, à ce moment là. A ton étape il n'est pas exclu que tu rencontres la personne "parfaite" pour toi qui t'apprend tout ou presque et s'attache à toi parce que tu es jeune et beau et l'esprit (encore) pur, mais aussi que tu ne saches encore pas la retenir, ni ait déjà ce désir, comme il n'est pas exclu que le hasard te fasse découvrir tout cela par étapes, y compris de façon chaotique et parfois douloureuse.

Comme tu as visiblement un esprit plutôt analytique et assez prudent, je crois qu'il vaut mieux imaginer ce milieu nouveau pour toi comme un espace que tu auras suffisamment sécurisé, au sein duquel il faudra apprendre à lacher prise, mais après l'avoir autant que possible préalablement délimité par les risques aux conséquences irréversibles. Du style de la piscine dont il vaut mieux connaitre et prévenir les risques génériques, tester la température du bout de l'orteil, mais aussi se résoudre un jour à plonger pour rompre ta solitude et en gouter le plaisir...

Je pourrais te faire une liste longue comme le bras de limites à exclure mais tu les connais probablement de façon au moins théorique, faut juste ne pas les oublier, et sourtout ton souci actuel est apparemment d'apprendre à lacher prise. De façon pratique et non plus théorique ^^


0

photo de l'auteur Romangel
Romangel
Homme de 33 ans
Var

Je serai d'avis qu'attendre, à part si on ne sens pas en sécurité, n'est pas la meilleure solution.

Mais je parle de mon état d'esprit actuel, j'ai été trop longtemps attentiste et aujourd'hui sans être un regret, j'aspire à aller de l'avant. tout en restant prudent hein ^_^


0

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Hello ;)

"Je crois à l´Amour tel qu´on l´idéalise parfois"...

Si je puis me permettre un "avis" (nécessairement réduit puisque nous ne nous connaissons pas donc seul l'écrit peut me servir de repère), à la lumière de ce que tu exprimes ici en tout cas, je pense que tu n'es pas prêt pour le moment.

La solitude est une sensation pesante en effet, quoi que tout dépende de comment on choisit de l'aborder. Elle peut être oppressante si elle génère en nous le sentiment de se sentir seul, alors qu'on voudrait partager quelque chose avec quelqu'un ; oui. Mais on peut aussi l'approcher comme un espace au sein duquel nous allons pouvoir apprendre à mieux nous connaître nous-même, en appréhendant chaque fois davantage ce qui compte pour nous.

Parfois le "manque" nous parle de ce qui est important. Tandis que s'il n'existait pas, probablement ne nous rendrions-nous pas compte de ce qui est essentiel ou non ; ou au moins de ce dont on a besoin.

La solitude peut-elle trouver un apaisement dans l'opportunité d'un couple, le crois-tu vraiment ? En ce qui me concerne en tout cas, je ne le pense pas. Se mettre en couple avec quelqu'un, du moins chercher l'occasion de le faire, au motif qu'on se sent seul et que c'en devient pesant, est pour moi une "fausse bonne raison".

D'accord : au début on est heureux, c'est le bonheur de la découverte de l'autre, des sentiments partagés, du partage des plaisirs, des confidences et de l'intimité. Et puis après, passés les premiers temps de l'émerveillement, tandis que la vie reprend ses droits et que le couple s'installe ou s'étend dans la durée ? Si un couple ne vise qu'à répondre à des manques ou à des besoins, tôt ou tard il finira généralement par s'éteindre. Parce qu'il en va des manques et des besoins comme du reste : ils changent, une fois satisfaits ils évoluent. Parfois ils évoluent tellement qu'on se rend compte que l'être aimé au début ne peut plus les satisfaire, alors on s'en va, on se quitte.

Un "vrai" couple a besoin d'Amour pour s'installer dans la durée. Or l'Amour ne consiste pas qu'en la satisfaction de ses besoins et de ses manques à soi. Il consiste surtout, spontanément j'entends, au don de soi. Et puis, il est aussi cette force qui permet aux deux partenaires d'évoluer ensemble, de partager les bons moments comme les plus sombres. Il est un lien qui unit le couple contre vents et marées, même quand les partenaires se disputent ou sont temporairement à deux doigts de rompre.

En fait, tout comme une relation et une vie de couple, l'Amour est quelque chose qui se construit. Il est un sentiment spontané ou qui se développe de lui-même au fil du temps bien entendu, sur le terrain des émotions et de l'affect. Mais il se construit aussi, il n'est pas qu'abstraction : il a besoin de concrétude pour incarner toute sa force et sa vraie nature.

Etre en couple induit le partage de l'intime avec son ou sa partenaire, la création d'un espace commun, d'une proximité, d'un "toucher" du sentiment et du corps de l'autre, l'amour de ses parts d'ombre et de fragilité aussi.

Si tu as peur de partager ces paysages de l'intime avec quelqu'un, c'est que tu n'es pas encore prêt à donner corps à un Amour tel que tu l'idéalises. En revanche cet état de fait, s'il s'avère exact, n'est pas un problème en soi : c'est normal de ne pas se sentir prêt, tu es encore "jeune" (sur le terrain sentimental j'entends). Nécessairement, nous avons toutes et tous besoin de passer par des apprentissages, y compris sur le plan sentimental. Il n'y a qu'ainsi que nous "apprenons", que nous grandissons, évoluons, gagnons en mâturité.

On peut "tomber amoureux" de quelqu'un mais qui peut dire combien de temps la relation qui en résulterait durera ? Personne ne le sait. Ce sont des choses que l'on découvre au fur et à mesure que l'on avance. Et puis un jour on aime, quoiqu'il se passe on se bat pour que cet amour dure, on fait tout pour être en phase avec son partenaire. Au fil du temps on s'aperçoit qu'on l'aime vraiment, plus que tout, et que si cette détermination à être avec lui demeure quoi qu'il se passe, c'est parce qu'il est l'amour de notre vie.

Ce sont des choses qui émergent toutes seules, en réalité si j'ose dire...

L'idéalisation est une belle chose en soi, certes, mais elle ne tient la plupart du temps pas compte du fait que l'amour, une relation, comme toute chose dans la vie, est un chemin qui se construit. Alors que l'idéalisation, quant à elle, focalise son attention sur le "résultat".

Tu vas avoir 21 ans si j'ai bien compris, tu es donc en pleine construction de toi-même. Ton approche de l'Amour, de ce que devrait être une relation heureuse pour toi, de tes besoins, de tes attentes, va encore évoluer.

Mais quoi qu'il en soit, si tu entrevois une relation comme le moyen de compenser la pesanteur d'une forme de solitude et d'isolement, se pose la question du "sens" d'une relation dans ce genre de cas.

Faut-il ne se mettre en couple avec personne, au motif que combler un manque reviendrait à se mentir sur la véracité de nos sentiments ? Non bien sûr, d'ailleurs combien d'entre nous ne se mettent pas en couple pour pallier à une certaine forme de solitude ; en vérité ? Mais dans ce cas, il faut regarder tout ça avec lucidité. Juste ça...

En fin de compte, à trop se poser de questions et à trop analyser, on se bloque soi-même. L'idéalisation a ceci de problématique qu'à trop chercher la perfection on ne fait plus jamais rien. N'est-il pas préférable de s'accepter tel que l'on est, avec ses forces et ses vulnérabilités, vivre ce que la vie nous propose de vivre, apprendre de ces expériences et avancer avec confiance ?

Bon dimanche à toi,

Marc.

Edit :

Soyons également attentifs à ce que nous renvoie la société sur ce sujet, et les codes comportementaux que cela produit d'une génération à l'autre. Si tu regardes bien, notre société actuelle tend à une mise en avant de l'individualisation, pour ne pas dire "de l'individualisme". Cela va paraître sans rapport, ce que je vais évoquer ici, mais tout de même...

Depuis les années 60 et dans les milieux du développement personnel notamment, il est courant de voir circuler des injonctions de type "soyez vous-même, soyez tels que vous êtes, vivez ce que vous voulez, comme vous le voulez ; et si on ne vous accepte pas tels que vous êtes dans ce cas ne perdez pas votre temps, passez votre chemin". Soit... Seulement voilà...

Etre soi-même, s'individualiser indépendamment des autres donc, revient à accepter d'être "seul", parce que chaque individu est unique. Revendiquer sa différence et le droit à la vivre pleinement, c'est quelque part accepter de se désolidariser des autres (qui ne sont pas nous-même), plutôt qu'être "comme les autres". En revanche "être seul" ne veut pas dire pour autant "être solitaire".

Ca rend les jeunes générations "individualistes", sans même qu'elles ne s'en rendent compte. Alors que tout au fond d'elles-mêmes, elles ont besoin de se relier aux autres, d'exister aux yeux des autres, d'être aimées et acceptées par les autres. Et se découvrent au bout du compte oppressées par un fort sentiment de solitude.

Elles sont quelque part prises au piège d'un paradoxe...

Les relations sentimentales en subissent la conséquence, dans une certaine mesure : pas pour tout le monde bien entendu mais pour un certain nombre d'entre nous en tout cas, le "couple" devient un moyen de pallier aux insécurités générées par le fait d'être "seul". Il devient aussi un moyen de satisfaire ses envies et ses besoins (je force le trait bien entendu : comme un produit que l'on achèterait dans un supermarché). Et s'il ne les satisfait plus : on passe au suivant, next. Ou bien on ne comprend pas réellement les enjeux de l'Amour, la construction par laquelle le sentiment amoureux fait passer, le temps que nécessite la construction d'une vie à deux. Et cela génère de nombreux problèmes ou conflits.

Bref...

Dans une société moderne et hyper technologique dans laquelle le temps s'est totalement compressé aux extrêmes, l'Amour demande du temps quant à lui. La construction de soi, la découverte de l'autre, la naissance d'une relation amoureuse "idéale" aussi.


0

auteur anonyme

Anonyme

C´est un plaisir pour moi que de lire toutes ces réponses. La divergence de vos points de vue est d´une incroyable richesse pour moi, c´est constructif :) Merci à vous tous et vous toutes pour ce temps que vous me consacrez sans rien attendre en retour (sauf peut-être l´amélioration de mon état, et il s´améliore ).

Vous n´avez rien à gagner à me répondre. Et pourtant, vous me répondez quand même. C´est ce genre de choses qui rend ce monde plus beau et qui contribue à nous éloigner des guerres, l´intention pure et l´amour inconditionnel pour autrui, se traduisant par un dévouement à aider son prochain de manière désintéressée. Si tous le monde pouvait vous ressembler sur ce point, alors ce monde... serait moins enclin à se faner.

C´est une interprêtation subjective évidemment, ça vaut cebque ça vaut mais... je vous remercie vraiment pour ce que vous m´avez apporté et ce que vous m´apportez toujours, puisque je réfléchis à ce que vous m´avez écrit.

Ça faisait longtemps que je n´avais pas ressenti cette solidarité. Vous m´avez sorti de mon état de solitude mal vécue en me rappellant qu´il existe en ce monde des êtres comme vous prêt à donner conseil sans attentes et gratuitement. La bonté existe encore, je l´avais juste oublié... Ça me donne de l´espoir. Et l´espoir me rend optimiste, ce qui contribue à me rendre serein. Vous m´avez fait retrouver cette sérénité. Ce message est gage de ma gratitude.

J´y vois plus clair désormais. Je vous explique ça dans un futur message, tout en vous rappellant que vous m´avez déjà beaucoup apporté et qu´aucun engagement ne vous lie à moi. Vous êtes libres de faire ce que vous voulez, et moi, je suis reconnaissant de ce qui a été et de ce qui est. Bonne soirée à vous qui partagez mon chemin en ce moment :)


0

photo de l'auteur Romangel
Romangel
Homme de 33 ans
Var

Merci de ton message positif.

En espérant que tu reviennes boosté ^_^


0

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

"C´est un plaisir pour moi que de lire toutes ces réponses. La divergence de vos points de vue est d´une incroyable richesse pour moi, c´est constructif :) Merci à vous tous et vous toutes pour ce temps que vous me consacrez sans rien attendre en retour (sauf peut-être l´amélioration de mon état, et il s´améliore ). Vous n´avez rien à gagner à me répondre. Et pourtant, vous me répondez quand même. C´est ce genre de choses qui rend ce monde plus beau et qui contribue à nous éloigner des guerres, l´intention pure et l´amour inconditionnel pour autrui, se traduisant par un dévouement à aider son prochain de manière désintéressée. Si tous le monde pouvait vous ressembler sur ce point, alors ce monde... serait moins enclin à se faner. C´est une interprêtation subjective évidemment, ça vaut cebque ça vaut mais... je vous remercie vraiment pour ce que vous m´avez apporté et ce que vous m´apportez toujours, puisque je réfléchis à ce que vous m´avez écrit. Ça faisait longtemps que je n´avais pas ressenti cette solidarité. Vous m´avez sorti de mon état de solitude mal vécue en me rappellant qu´il existe en ce monde des êtres comme vous prêt à donner conseil sans attentes et gratuitement. La bonté existe encore, je l´avais juste oublié... Ça me donne de l´espoir. Et l´espoir me rend optimiste, ce qui contribue à me rendre serein. Vous m´avez fait retrouver cette sérénité. Ce message est gage de ma gratitude."

T'inquiète ^^.

Certe il y a des fakes qui ne vivent que pour cela, qui se comptent probablement sur les doigt d'une main mais très actif(ve)s, redoutablement imaginatif(ve)s, et passablement malades. Prendre le risque de les alimenter n'est pas si grave si cela peut les aider à survivre, on ne peut pas prendre le risque de laisser une vraie personne en difficulté, un conseil peut servir à tout le monde notamment aux plus jeunes qui ont bien besoin d'être écoutés, et un forum doit rester animé pour survivre. Autant de raisons qui valent la peine de chercher à comprendre pour répondre au mieux ^^

"J´y vois plus clair désormais. Je vous explique ça dans un futur message, tout en vous rappellant que vous m´avez déjà beaucoup apporté et qu´aucun engagement ne vous lie à moi. Vous êtes libres de faire ce que vous voulez, et moi, je suis reconnaissant de ce qui a été et de ce qui est. Bonne soirée à vous qui partagez mon chemin en ce moment :)"

Une fois encore t'inquiète, tu ne t'engages à rien même après avoir signé ^^ (humour).

Tite question tout de même, où as-tu appris ce savoureux parlé très "vieille France" ?


0

auteur anonyme

Anonyme

Bonsoir ! :D

Je poursuis comme promis. Je pensais être venu ici pour trouver conseils et compréhension. Je les ai trouvé. Mais ce dont je me suis rendu compte hier m´a éclairé. Le soutien émotionnel est ce que je suis venu trouver en ces lieux. Et maintenant que j´emmerge des ténèbres dans lesquels je me trouvais, je vois enfin clair, mon esprit troublé est devenu aussi limpide que l´eau claire et propre d´une mer sans vagues.

J´ai lu chacun de vos messages, sans exeptions. Tous m´ont été utile, et tous ont exploré au moins une facette de la réalité à laquelle je suis confronté aujourd´hui. Je crois que je trouverai mon salut grâce au temps. Je compte profiter de ma situation telle qu´elle est à présent, tout en me réservant le droit de rêver à une situation différente, car ça fait partie des joies qui viennent embellir mon présent.

Lorsqu´une opportunité se présentera, et si elle répond à mon besoin de sécurité j´ouvrirai mes bras en me donnant du temps et en équilibrant la tête et le coeur.

Une ombre concerne la venue de cette opportunité. Rien ne dit que j´en aurais une un jour. À ceci je répondrai par de l´optimisme et de l´espoir, à défaut de ne pas avoir de meilleure solution à ce jour.

Pour répondre à la question du vieux français... lorsque seul vous êtes, seul vous devez vous construire et seul vous choisissez ce que vous souhaitez conserver de ce qui par le passé vous a été donné. Nous avons l´immense chance d´être né dans ce magnifique pays qu´est la France, pays qui fut l´objet de nombreux rêves pour de nombreux êtres. Nous tourner vers l´image assurerait certainement notre avenir. Mais ne serait-ce pas un crime de détruire le peu qu´il reste de notre passé ? Les mots de jadis font partie de ces récéptacles des anciens maux dont j´ai du mal à me défaire. Il aurait fallu que je fusse moins enclin à apprécier la nostalgie. Mais j´eusse tant voulu que les belles choses soient moins éphémères...


0

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

"Les mots de jadis font partie de ces récéptacles des anciens maux dont j´ai du mal à me défaire. Il aurait fallu que je fusse moins enclin à apprécier la nostalgie. Mais j´eusse tant voulu que les belles choses soient moins éphémères..."

Je n'ai pas tout compris mais vraiment c'est trop beau xD


0

auteur anonyme

Anonyme

C´était un peu prétentieux de ma part de relancer avec ce langage qu´on n´ utilise plus... j´ai considéré que ce serait agréable pour toi de lire au regard de ce que tu as écris. Ce que je voulais dire, c´est que l´utilisation de ce langage me rappelle des temps passés où les préoccuopatons et souffrances n´étaient pas les mêmes. Mais ma nostalgie et mon désir de rendre les belles choses passées immortelles m´ont poussé à conserver ce langage dans ma tête.

Vous m´avez aidé, tous autant que vous êtes. Si je peux vous aider en retour par l´écrit, n´hésitez pas.


0


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit