Concours d'écriture : le retour

Laera
Laera    homme de 22 ans de Paris |   il y a 1 mois
Annonce Betolerant à un Incroyable Écrivain, le retour
* C'était une pratique de tous les jours, devenue mail, sms qui finalement s’arrête aujourd’hui à un simple échange. D'Alembert lui-même, (un homme des lumières, ami de Diderot) disait que c'était toujours celles des femmes qui le faisaient pleurer. C’est un objet que l’on classe dans la sous-littérature aujourd’hui et que tout le monde met plus ou moins en pratique dans sa vie. Il s’agit, vous l’aurez deviné, de la lettre.

*En effet, objet intéressant, elle est à la fois un objet intime, un message personnel à une autre personne, tout comme elle peut être parfaitement superficielle (pensez à vos lettres de vacances à vos grands-parents (je ne sous-entends pas ici que ce que vous partagez avec vos grands-parents ne soit pas hautement intellectuel lol mdr) ). Elle peut être quelque chose que vous racontez, tout comme elle peut-être la voix de quelqu’un d’autre parmi vos connaissances : une discussion de quelqu’un d’autre, une histoire d’une histoire d’une anecdote que vous rapportez à un ami par exemple. Ainsi, en réfléchissant à cet aspect éminament créatif, libre et d’autant plus intime qu’il peut être complètement fictif, il semblait évident que la lettre pouvait être un fantastique objet de littérature, d’écriture et d’émotions !

* Je vous propose donc de vous lancer dans l’expérience suivante et de vous poser cette question : n’avez vous pas déjà rêvé d’écrire une lettre dans laquelle vous mettriez toute votre âme, que finalement parce que vous le savez au fond de vous, vous n'enverrez jamais ? Ainsi, le thème de ce concours serait « Ecrivez cette lettre que n’avez jamais osé envoyer. »

* Rappelez-vous cependant, si vous êtes gênés par la « réalité » du sujet , que nous n’exigeons pas vos confessions les plus intimes, c’est un concours d’écriture. Votre intimité est toute votre, mais la magie de l’écriture est d’autant plus belle que vous pouvez toujours condenser toute votre vertu créatrice dans une fiction; l’histoire de quelqu’un d’autre que vous raconteriez dans laquelle vous introduiriez discrètement et silencieusement votre propre histoire sans que personne n’en sache jamais rien et tout en gardant entière l’émotion de votre propre histoire.

En espérant que ce sujet vous inspire et vous invite à nous offrir une petite part de vous, je vous souhaite bon courage :)

Concours : Ecriture d'une lettre

Thème : Ecrivez cette lettre que vous n’avez jamais osé envoyer.

Date de début : 23/03/2017
Date de fin : 20/04/2017
Créateur : Laera

Description :
Participez seul ou en équipe pour défendre votre texte écrit par vous même sur le thème indiqué au dessus.
Limite : environ 15 000 caractères (donc 3 pages word caractère 12 en gros)

Notation :
Respect du thème et des règles : /3
Qualité littéraire : /7
Originalité : /6
Orthographe et syntaxe : /4

Participants :
- Imsocoollike 📨
- Remji 📨
- Gaeyeregard 📨
- Ganymede 📨
- Jim69 ❓
- Hopek 📨
-ElquintinESP ❓
-Coco2500 📨
- Gargantua 📨
- Wilden 📨
- Luxcifer 📨
- Imaginaire 📨
- Seventh 📨
- Feuglace 📨

Jury :
- Laera
- MaxOr
- Jooon
- Hoctave (?)


Nashi
Nashi    homme de 24 ans de Aix En Provence |   il y a 1 mois
Bonsoir !
Pour y participer, il faut s'inscrire ?
Où poster sa lettre ?
Combien de lignes / pages ?
Laera
Laera    homme de 22 ans de Paris |   il y a 1 mois
Bonsoir !

Il n'y a pas de limites au texte. Je peux fixer une limite à 15 000 caractères ( c'est environ 3 pages) ça devrait suffire à ce que vous puissiez écrire comme vous le souhaitez. Le but est d'être créatif, pas nécessairement d'être concis (bien que la concision puisse apporter de la clarté et des effets ;) )

Vous pouvez au choix, dire que vous participez (donc vous inscrire) et envoyer votre lettre plus tard/tardivement ou simplement poster l'écrit sur le sujet.
Dans tous les cas la liste des participants sera mise-à-jour au fur et à mesure :)
(je rappelle aussi qu'on a besoin de trois jurys (je ferai jury pour ce concours).)

Nashi
Nashi    homme de 24 ans de Aix En Provence |   il y a 1 mois
Merci Laera pour ces éclaircissements ! :)
imsocoollike
Imsocoollike    homme de 24 ans de Paris |   il y a 1 mois
J'ai justement parlé à Wilden de mon envie de revoir un concours d'écriture. Merciiiii !
J'ai récemment écrit une nouvelle où je m'adresse directement à quelqu'un. Je vais revoir un peu la forme pour que ça colle au format lettre. J'ai aussi envie de paufiner des détails et d'ajouter un bloc à la fin, en plus. Je suis trop content ! J'ai trop hâte ! Je participe ! Merci :)
Remji
Remji    homme de 24 ans de Brest |   il y a 1 mois
Cooool :-) Je vais participer aussi !
Seventh
Seventh    homme de 19 ans de St Etienne |   il y a 1 mois
Salut Laera :)

Je serais ravi de participer mais les délais tombent pile poil sur la période de mes révisions et de mon concours, est-ce qu'il pourrait être envisageable de nous donner une petite semaine de plus, histoire que je tente quelque chose ?

Si ce n'est vraiment pas possible, j'essairai une prochaine fois :)

Bonne soirée !!
Karmacoma
Karmacoma    homme de 22 ans de Île-de-France |   il y a 1 mois
J'sais pas, j'hésite... beaucoup de boulot en ce moment. Mais le sujet est tentant !
gaeyeregard
Gaeyeregard    homme de 23 ans de Paris |   il y a 1 mois
Rha, j'ai bien une lettre qui va presque avec le sujet mais pas complètement quand même dans l'esprit. Mais bon je vais essayer de la retravailler ou alors je créerai quelque chose de tout nouveau. Mais ça va de soi que je participe dans tous les cas. Est-ce une surprise ? :3
Laera
Laera    homme de 22 ans de Paris |   il y a 1 mois
Salut à tous,

je suis content que le sujet vous plaise et de voir que les concours d'écriture intéressent un peu :D

Seventh , ce que je peux te proposer c'est d'essayer de rester dans les délais - ça fait aussi partie des contraintes d'écriture - mais si tu ne peux vraiment pas (je reconnais que la contrainte des concours est assez lourde) on peut essayer d'envisager un petit délai supplémentaire. (tout en sachant que ça n'est pas très juste envers les autres qui auraient respecté cette contrainte ;) )
A la limite, si le sujet t'intéresse vraiment, tu peux être jury, tout ce passera après la date donnée pour eux. Mais si c'est participer qui t'intéresse voilà tout ce que je peux te proposer ^^
(Après, je dois reconnaître que dans les autres concours d'écriture il y a toujours eu des retardataires - dont moi - donc d'expérience ça ne devrait pas poser de problème.)

Imsocoollike content de faire ton bonheur haha ;) j'ai hâte de voir à quoi cela va ressembler !

Karma laisse toi donc tenter par cet alléchant sujet :p ça prend pas tant de temps "écrire" ;)
Gaeyeregard je suis profondément surpris. Ma volonté de relancer les concours d'écriture était absolument secrète pensai-je pourtant... :D

Bon courage à tous !

Ganymede
Ganymede    homme de 41 ans de Brest |   il y a 1 mois
Voici une lettre que je n'ai jamais pu envoyer. Elle est en anglais parce que cela correspond à un chapître de ma vie d'alors. Celui à qui elle était, est toujours, destinée, ne l'aura jamais lue, à moins qu'il grenouille également sur le site. Je ne veux pas la traduire en français, car comme on dit de l'autre côté des Alpes, "traduction, trahison!"

Impossible love lasts for ever. It makes you feel like crying all life long.
I haven't seen you for donkey's years. The way it goes I shall probably never set eyes on you again.
Yet I'm not bitter, well not that bitter. I suppose it's still better to have failed than never have tried at all. One ought to endeavour to fulfill one's expectations, even if they are mistakes and they make you look foolish: that's what people do when they want to be happy. Of that at least I'm sure.

Your silky blond hair cut in a boyish short back-and-sides, framing your forehead.
Your eyebrows you sometimes knitted in a funny frown when you were huffy on me.
Those bright eyes of yours,like two emeralds catching the morning sun and fringed by delicate eyelashes.
The way you kept your eyelids half open as if you didn't dare take a good look around for you knew only too well that we lived in a world of deception.
Your nose, like the one of a Grecian statue.
Your thin pale lips, through which you could let out healing words as well as foul language (that was in our tiffs, when you caught me red-handed!). They gave your face this cute smile tinged with what, sadness, boredom? A smile like yours twisted me round your little finger, I was mesmerized.
Such sexy cheekbones.
Your chin you often wedged between the palm of your hand while you were wondering about me.
Your neck, marbled with two strings of vein that kept pulsing fast when you were working yourself up into a state, usually for nothing.
My eyes tracing down your collarbone and lingering on the shoulder on which I shed so many tears when I couldn't take it anymore.
Your strong arms like the shelter protecting me from the squals and storms of our complicated lives.
Your wrists, your hands I held so tight in days of sorrow and nights of bliss.
Your chest I used to rest on to listen to the lullaby of your heartbeat, your breast, your nipples, your stomach, your navel, your hips, your thighs, your sinewy hairy legs, their handsome curves.
Your ankles and their tattoos, your feet.
Clothes were an insult to your divine beauty, were they not?
Your perfect body is still so vivid, so deeply carved on my memory.
My sense of loss keeps rearing up, for you are always on my mind.

But a three dimensional you in flesh and bones I am now denied the right to.
You have faded off into a fantasy, a mirage in the desert playing tricks on the exhausted and lonely wanderer I've become.
All that's left is ten digits on my phone screen. I daren't dial. My call is bound to be directed to voice mail. You will not return it, will you? So I ought to save furhter embarassment. What does it matter now anyway? Why the bother?

After much debating and sighing, I pull myself together and give it a go: wrong number.

I call directory enquiries: your name is not registered.
Laera
Laera    homme de 22 ans de Paris |   il y a 1 mois
Merci pour ta participation Ganymede !

Nous verrons ce que les futurs jurés en diront ;)
(il y a d'ailleurs toujours trois places vacantes en terme de jurés, je me sens un peu seul, come on guys, je mords pas :3 )

imsocoollike
Imsocoollike    homme de 24 ans de Paris |   il y a 1 mois
Est-ce qu'on peut écrire comme une suite de 3 lettres adressées au même destinataire ?
EDIT : Je viens de voir la limite. 15 000 caractères police 12 (soit environ 3 pages Word).
Laera
Laera    homme de 22 ans de Paris |   il y a 1 mois
Heyo Imsocoollike :)

Je ne vais pas te dire ce à quoi tu as droit ou non ;) Tu es libre au regard du sujet à prendre les risques que tu souhaites, à jouer avec le sujet etc.
La question est : comment l'intérprète le jury et est ce que cela peut ne pas leur plaire, ne pas leur permettre de juger de ta créativité !

C'est tout ce que j'aurais à dire ^^ (si c'était une question de taille du texte, boarf, up to you, dans les limites évidemment.) ;)

Bon courage !

imsocoollike
Imsocoollike    homme de 24 ans de Paris |   il y a 1 mois
Sur la forme, le format en plusieurs lettres me semblait intéressant. Mais la limite en terme de taille de texte m'embête. Je ne vais poster que la première et garder la suite pour moi :p
Jim69
Jim69    homme de 49 ans de Lyon |   il y a 1 mois
Tiens, ça pourrait être ma première participation. J'aime écrire, j'aime le sujet proposé.
Je vais y réfléchir.
imsocoollike
Imsocoollike    homme de 24 ans de Paris |   il y a 1 mois
Voici ma participation. Au final, je n'ai quasiment pas modifié ma nouvelle.


Je me rappelle de la première fois que je suis venu chez toi. Tu avais attendu ce moment depuis plusieurs semaines et tu m'avais fait part de ton impatience. Tu avais tellement hâte. Je me rappelle aussi que tu m'avais demandé ce que je préférais manger comme plat, comme entrée, comme dessert. Tu avais demandé mon avis sur tout et tu voulais que tout soit parfait.
Tu avais invité d'autres amis et nous avions passé la soirée chez toi, tranquilles, à rire et à boire, à rigoler et à chanter, à rêver et à oublier le temps. Nous étions bien, tous ensemble.
Je savais que tu avais organisé cette soirée dans un but précis, tu me l'avais dit. Et je te regardais faire. Tu me faisais rire. Tu ne laissais rien au hasard. Chaque geste, chaque parole, chaque regard. Tu t'étais montré drôle et attentionné. Tout était parfait, comme tu l'avais prévu. Comment te résister ? C'était ta soirée et tu la menais avec une aisance à couper le souffle. J'ai vraiment passé une bonne soirée, ce soir-là.

Quand tes invités ont commencé à être fatigués, vers 5 heure du matin, tu as installé le maximum de monde dans ta chambre, dans ton lit et sur des matelas au sol. Tout le monde sauf nous deux. Et sauf les deux garçons qui s'étaient isolés plus tôt dans la soirée. Dans la loveroom, comme on l'avait appelée. Le groupe avait d'ailleurs bien blagué avec ce nom, à imaginer ce qu'il pouvait bien se passer là-bas.
Après avoir installé tout le monde dans les différents couchages, je suis redescendu avec toi dans le salon et nous nous sommes assis sur les canapés. Séparément. Un silence qui m'avait semblé terriblement long s'était installé. Nous n'avons pas voulu dormir tout de suite. Tu t'es relevé, tu as décidé de débarrasser la table et as entrepris de faire la vaisselle. Tu ne pouvais pas dormir. Moi non plus. Je t'ai aidé à tout ranger.

Puis, n'ayant plus rien pour nous occuper, nous nous sommes installés à nouveau dans un des canapés, côte-à-côte, cette fois, et nous avons allumé la télé. Nous avons mis la chaine d'informations et baissé le son presque au minimum. Le silence était pesant. Tu t'es blotti dans mes bras, sans un bruit, et je t'ai embrassé dans les cheveux. Je ressentais ton souffle chaud sur mon avant-bras, et les battements de ton cœur dans la paume de ma main, que tu gardais collée contre ton torse.
Tu ne parlais pas. Je sentais que tu voulais que l'on s'isole. C'est pour cela que j'étais resté avec toi après que tout le monde soit parti au lit. Mais tu avais besoin d'encore plus d'intimité.
On a d'abord regardé l'écran avec nos regards vides, puis je t'ai sorti de ton état second en te demandant si, le lendemain, tu pourrais m'emmener voir les canards. Là, nous pourrions enfin être seuls. Vraiment seuls.
Tu m'avais déjà parlé de ces canards, que tu vas voir parfois, le soir, et à qui tu donnes du pain sec. Ils sont nombreux dans les ruisseaux qui traversent ton village, d'après ce que tu m'as dit. Je ne sais plus quand ni pourquoi tu m'en avais parlé la première fois, mais apparemment, je m'en souvenais, et je voulais les voir.
Par chance, tu avais du pain sec chez toi. Donc tu as accepté de m'emmener les voir, et même les nourrir, le lendemain même. Mais peut-être que certains de tes invités voudraient venir avec nous. Devions-nous les laisser seuls à la maison pendant ce temps ? Et si nous allions les voir tout de suite, pendant que tout le monde dort ? C'était ce qui m'avait semblé le mieux, si nous voulions être tranquilles, rien que tous les deux. Tu as accepté l'idée.

Nous avons enfilé des vêtements chauds par-dessus nos pyjamas, pris nos chaussures et nous sommes sortis. Dehors, il ne faisait pas chaud. Il ne faisait pas froid. Il faisait simplement bon. Les oiseaux commençaient de chanter et le soleil n'était pas encore levé. Le ciel avait à peine commencé de s'éclaircir. Tu m'as proposé de faire un détour pour me montrer des petits endroits secrets du village. J'ai accepté, volontiers. Tu n'arrêtais pas de me raconter des anecdotes sur les lieux où l'on passait. Des petites histoires, des détails, parfois même insignifiants. Fini le silence. J'étais content que tu me parles à nouveau.
Nous sommes montés sur les hauteurs pour voir les premières lueurs du soleil. Mais il devait être encore trop tôt pour les voir, et tu ne voulais pas rester ici, immobile. Tu ne pouvais pas attendre. Nous avons donc été au bord de la rivière aux canards. Ils étaient là. Le bruit que nous faisions en marchant en a réveillé certains, qui ont réveillé tous les autres. Notre arrivée n'était pas des plus discrètes. Tu as souri. Enfin.

Nous nous sommes installés sur le ponton, comme un vieux couple, et nous leur avons donné tout le pain que nous avions apporté. Et nous le regardions tomber dans l'eau. Morceau par morceau. Miette par miette. Goutte par goutte. Tu pleurais.
Tu as d'abord essayé d'être discret, mais quand je l'ai remarqué, tu n'as pas pu te retenir. C'était comme l'ouverture des vannes d'un barrage. Impossible à refermer. L'écoulement devait se faire. Tu avais besoin de t'épancher et de crier. Tu as crié, d'ailleurs. Tellement que tu en as fait peur aux canards. Je t'ai laissé faire en observant. Tu avais rompu le calme du matin avec une puissance inattendue. Je pouvais sentir ta douleur. La comprendre.
Puis tu es tombé à genoux, sur le ponton, te cachant le visage dans les mains, comme pris par la honte et le remord. Toi qui te montrais d'habitude si résistant, si froid et rationnel, tu avais le droit, bien sûr, de craquer. Comme n'importe qui d'autre. Et tu n'avais pas à te cacher.
Je n'ai rien dit, t'ai pris par les épaules et t'ai relevé. Nous sommes allés nous assoir sur le banc qui était au bord de l'eau. Pleurer avait l'air de te faire du bien. Tu m'as dit que tu n'avais pas craqué depuis… tu ne sais pas. Longtemps. Trop longtemps peut-être. J'ai été surpris de voir autant de larmes sortir de ton corps. Je ne m'y étais pas préparé. Pas à tout cela. Tu avais terriblement mal. Je le savais. Et j'avais terriblement mal pour toi. Mais tu ne le savais pas.
Tu n'as jamais eu besoin de m'expliquer ta peine. J'avais compris ta douleur beaucoup plus tôt dans la soirée. Quand les blagues du groupe faisaient crisper ton sourire. Quand tu partais quelques secondes dans la cuisine, prétextant avoir oublié le sel. Quand le garçon pour qui tu craquais depuis des semaines était monté dans la loveroom avec un autre de tes amis.
Robot
Compte supprimé |   il y a 1 mois
En tant qu'écrivain, je ne me sens pas, mais en tant que jury ce serait un plaisir ;)
elquintinESP
ElquintinESP    homme de 18 ans de Annecy |   il y a 1 mois
Je participeraiiii ! :D 🇪🇸
coco25000
Coco25000    homme de 21 ans de Besançon |   il y a 29 jours
Bonjour tout le monde je participe suite à le demande de quelques membres. Soyez indulgents ^^ Je veux bien faire partit du jury :)
Lettre sous forme d'histoire basé sur mon être.

Je me sentais comme lourd, l'ambiance était éternellement pesante mais pourtant.. Quelques note de piano semblaient bercer ce qui restait de mon âme devenue froide et dissoute. La solitude n'a jamais été pour moi une fatalité bien au contraire. Me retrouver seul face à moi même l'espace d'un instant me fait du bien et me permet de me comprendre. Se pourrait-il un jour que je décide enfin de vivre sans vouloir souffrir. Seulement les habitudes sont durs à effacées et j'avoue me complaire dans cette situation.

Je me souviens d'une belle soirée d'été, j'étais seul dans cette immense maison depuis maintenant presque deux mois. Le temps ne me semblait plus exister lorsque je laissais mes doigts parcourir les touches de mon clavier. Ce soir là fût le début de ma seconde vie, la vie que l'on commence à vivre une fois que l'ont se rend compte que nous n'en n'avons qu'une seule. Je ne me sentais pas fort ni nouveau mais tout simplement moi même.. enfin.. La vie reprennait du goût, de la texture et de la couleur. Comme si d'un vieux noir et blanc sans paroles dénué de sens je passais au technicolor explosif et bruyant de mille et une voix.

Tout me semblait comme déjà vue, entendu. Je mangeais à nouveau, reprenant même quelques kilos mais la mélodie du piano résonnait toujours en mon coeur. Comme un écho qui jamais ne me lâcherais cet air distant mais pourtant si proche semblait vouloir me faire rappeler qui j'étais. Et par tout les moyens il y arrivait. Qui suis-je réellement et pourquoi ne pas pouvoir moi aussi profiter pleinement de ce qui m'entoure. La réponse à mes questions n'était pourtant pas si loin, je n'ai jamais réellement souffert de quiconque si ce n'est de moi même. Me résoudre à m'affronter devenait innévitable aujourd'hui. Ne plus laisser ce qui me touche de coté et enfin littérallement exploser de l'intérieur. Je m'engageais dans un voyage qui aujourd'hui encore me trouble. Des zones d'ombres se sont levés. Serais-je aller trop loin ? Certainement ! Mais aujourd'hui je sais ce qui m'anime jour et nuit, ce qui brûle en moi et ce qui me fait pleurer.

Cependant, tout celà n'a été possible que grâce à toi. Toi qui en cette belle soirée d'été ma fait découvrir qui j'étais. Toi qui aujourd'hui n'est plus là pour me guider et me faire rêver, tu reste ancré dans ma tête tel un fantôme surnoit qui chaques jours me rend nostalgique. Mais désormais la vie ne me semble ni dur ni insurmontable. Elle reste d'une simplicité incroyable à mes yeux, n'étant au final que le seul être ici cherchant à tout complexifier de par ma nature incertaine. Après temps d'épreuves et de larmes.. après avoir commencer à vivre une deuxième fois.. après m'être enfin trouvé.. il me semble que je me cherche encore. La réponse se trouve pourtant sous mes yeux. Mon âme hurle de douleur à chaques fois que je pense à toi ! Pourquoi et tu partit ? Je me sent une nouvelle fois abandonné. M'envoler plus haut m'a semblé être une bonne solution plusieurs fois, mais je suis trop tenace pour fuir.

Mon bonheur ne réside en rien, si ce n'est qu'il n'apparait qu'une fois que je m'aperçois dans le reflet de tes yeux. Dans la chaleur de tes bras ou je peu me retrouver quelques fois. Je ne t'ai pas aimé une fois.. je ne t'aimerais pas deux fois. Je ne t'aimerais peut être qu'une seconde.. mais dans cette seconde il existera une eternité d'infinie dans lesquels mon coeur t'appartiendra aujourd'hui et demain... J'aurais adoré pouvoir te faire rêver comme tu m'a fait me sentir vivant. Mais à présent, le temps ne sera que ma seule et unique réponse.




Si je t'aime alors repousse moi.. Si tu m'aime alors prend moi.. si l'ont s'aiment... alors pourquoi ?

?


Pour participer à [ Concours d'écriture : le retour ] il faut être obligatoirement inscrit