Aide mauvaise passe et trop différant..

Anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 01:31
Auteur du sujet

Bonsoir a tous et a toutes, bon je ne sais pas si je suis dans la bonne rubrique, mais je n'ai aucune idée d'ou placé ce sujet et la j'ai besoin de parler et de conseils. Voila donc je suis un jeune homme (ou garçon, c'est comme vous voulez) et j'ai 19 ans (bientôt 20) et je suis gay. J'ai pris conscience de mon homosexualité il y a 4 ans environs, j'ai eu du mal a l’accepter mais au bout d'un moment ça a été. Malheureusement, j'avais déjà des soucis au collège (harcèlement, violence physique et moral) et j'ai parlé de mon homosexualité a des "amis", bah ils en ont profité pour avoir un autre moyen pour m'en faire baver... Par la suite, j'ai changé de coin pour mes études, je me sentais bien avec les autres, mais petit a petit, j'ai commencé a me méfier de tous le monde, de peur qu'ils me fasse du mal, je me suis renfermé sur moi même, je n'ai pas réussi a me faire des "amis". je suis resté seul depuis, je ne fais plus confiance a personne.... Seulement, on ma fait remarqué que chaque année, a cette période, et ce depuis le collège, je "déprime", je me sens pas bien, j'ai tout le temps envie de pleurer, j'ai des pensé noirs... Cette année est la pire de toutes, alors que je parlais avec des personne au lycée pour pas être tous seul (je ne m'attache pas a eux), en ce moment je m'isole totalement et les pensé noir sont présentes a chaque instant... Je ne sais pas s'il est possible de me conseiller ou quoi que ce soit, mais je vous remercie déjà d'avoir pris le temps de me lire Bonne continuation a tous et a toutes

Membre anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 11:01
Tu en parles, c'est déjà ça. Je ne pense pas qu'on puisse te donne des conseils miracles pour chasser ces vieux démons hélas, il faut que tu arrive à guérir ces blessures. Psy, ami, changement d'air etc. chacun sa méthode, à toi de trouver celle qui te conviendrait.  Sache que si tu veux en parler cependant, nous sommes tous là sur le forum ou par mp, prêts à t'aider.
Membre anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 11:56
Tu sais je pense que d'en parler c''est déjà bien C'est peut être aussi le changement de saison et oui cela à l'air tout bête mais cela peut jouer énormement sur le moral Tu peux peut être faire des choses que tu aimes vraiment ( écouter de la musique,chanter,danser,faire des promenades,dessiner,sport ect ect !!!! Tu peux aussi consulter un spécialiste si vraiment cela deviens trop lourd à supporter Bref je ne peut que te souhaiter d'aller mieux quoi qui l'en soit sache que si je peux t'aider il n'y à pas de problème. Courage!!!!;-)
Membre anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 12:22
Beaucoup de gens sont passé par là, l'adolescence est souvent un moment difficile, en particulier quand on est homosexuel... Si ça peux te rassurer, plus tu montera dans les études supérieur, plus les gens seront ouvert d'esprit, de manière générale. mais ce n'est pas vrai dans tout les domaines d'activité hélas... Comme le dit kattarsis, c'est bien de venir en parler, et sache que tu n'es pas seul!  C'est parfois difficile de s'ouvrir aux autres quand on sait a quel point il peuvent vous faire du mal, mais petit a petit ça viendra. progresse pas a pas, et si tu n'y arrive pas seul, tu peux effectivement demander conseil à un psy.  je te recommande egalement de trouver un moyen d'exprimer ton ressenti quand tu te sens mal, que ce soit par l'écriture, le dessin, la musique.... ça peut t'aider à te sentir plus léger, et ça te poussera a te poser des question sur ce que tu ressent vraiment et ce que tu aimerais.  Tu ne sortira pas forcément de ta déprime en un claquement de doigt, mais si tu parviens a faire progresser ta vie dans la direction que tu souhaite, le bonheur reviendra progressivement de lui même! Bon courage a toi, et n'oublie pas que ce n'est qu'une phase qui ne durera pas éternellement! :)
Membre anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 12:26
Au moins tu osé faire ton coming out.  Soit fier de ce que tu fait et de se que tu es . Les autres tu t'en fiche car c'est ta vie et pas la tienne.  Donc n'ai pas peur
Membre anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 12:38 - Modification par MonsieurS le 21/10/2016 - 12:39:49
La leur*. Je ne suis pas sur que cela va aider notre cher Anonyme. Il exprime justement une difficulté à faire confiance aux autres, donc l'avis et l'intérêt que portent les autres comptent. Maintenant, comment faire pour que cela soit positif? C'est une question plus difficile. Anonyme, ton histoire me rappelle beaucoup la mienne, sauf que mes périodes de dépression sont variables en fonction des années. Pour reprendre un peu dans l'ordre, pourquoi au collège tu subissais de l'harcèlement et de la violence physique et morale?
Anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 12:40
Auteur du sujet

Merci a tous. Merci kattarsis, ça fait du bien de savoir qu'on peut avoir du soutien. Rykiss, merci des conseils. Cependant je n'ai aucune passion, rien qui ne m'intéresse vraiment... et je pense que je vais encore aller voir un psy.. Dedale, merci. Effectivement je dessinait avant quand je n'allez pas bien ou j'écrivais mais je n'ai plus la passience de le faire, du coup je m'énerve après les dessin ou écrit.  Leonardodi, merci mais si c'était aussi simple je ne serais pas la a vous parler de tous cela... MonsieurS,  Je n'ai aucune idée de pourquoi ils ont fait ça.. Je suppose que ça les amusais
Membre anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 12:47
Que te faisait-on dans les faits? Bien sur, si tu acceptes d'en parler ici!
Anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 12:57
Auteur du sujet

Pendant deux ans (6ème et 5ème ) je me suis fait frapper par les 3ème sous prétexte que j'aurais insulté leur mère ce qui n'est absolument pas vrai. (Ça allez de petite bousculade a des coups de point en passant par des coup de stylos dans le visage dont un tous près de l'œil. Pendant la 5ème, ils ont découvert le nom de famille de ma mère, que je ne donnerais pas ici par soucis d'anonymat. Ils ont donc commencé à trouver beaucoup de chose pour ce moquer de moi.  Pendant les deux autres années (4ème et 3ème ) ils ne m'on plus frapper mais les insulté et les moquerie (sur mon poids, le nom de famille de ma mère ect)  Puis pendant ma troisième j'ai eu le malheure de dire a des "amis" que je suis homo, bah mes "amis" en ont profité pour trouver d'autre moyens de se moquer de moi... on m'a par ailleurs dit que tous les gens comme moi devais brûler.... Pour le harcèlements,  ils ont profité de Facebook pour m'insulter jusqu'à chez moi. Ils ont aussi utilisé mon numéro pour m'appeler et m insulter plus librement...
Membre anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 13:04
Et bien, pas facile tout cela. Si nous comprenons bien entre 11 et 15 ans tu as vécu un véritable enfer. As-tu réussi à remonter légèrement la pente entre ta 3ème et aujourd'hui?
Anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 13:10
Auteur du sujet

Et bien je suis aller un an en internet a metz sous les conseil du principal du collège ou j'était.  J'ai fait ma seconde la bas et ca aller bien. Je me sentais bien.. mais ma mère n'a pas voulu que j'y reste sous prétexte quel n'avais pas les moyens.. (tous était pays par l'état...) Du coup je suis retourné dans mon secteur. Et ça a signé ma redescente aux enfer.. certe les autres minsultais moins mais ils le fessais... Puis j'ai encore changé de lycée et dans le lycée ou je suis maintenant j'ai recroiser des personne qui était au collège.. depuis c'est un enfer pour moi alors qu'il ne fait rien. J'ai juste peur de tous le monde
Membre anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 13:39
Il faudrait peut être que tu en appelle à des personnes un peu plus "responsables" pour te sortir de cette situation. Ce que tu vis là est du harcèlement, associé à de la discrimination sexuelle, c'est puni par la loi. Je pense qu'un entretien avec la direction du lycée est nécessaire, sans quoi rien ne changera. Tu ne peux pas te laisser brimer toute ta scolarité, c'est intolérable. Sans parler que cela peut influencer tes résultats scolaires, donc ton avenir.
Anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 13:45
Auteur du sujet

J'ai du mal m'exprimer,  maintenant, on ne minsulte plus cependant je souffre encore de tous ça. Je n'arrive pas à créer des lien avec les autres parce que j'ai peur des autres. Et comme je revois tous les jours un gars qui était avec moi au collège je revis mes année collège en continu sans pouvoir aller de l'avant 
Membre anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 13:47
Ok, j'avais cru que ça continuait encore vu ton dernier message, mais si effectivement il n'y a plus rien oublie ce que j'ai dis. Par contre je pense vraiment qu'un psy pourrait t'aider à ne plus associer ce garçon à ces années difficile. S'il ne fait plus rien, tu ne peux pas continuer à souffrir chaque fois que tu le vois.
Anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 14:00
Auteur du sujet

J'en ai conscience.. Seulement as la base déjà j'ai un soucis psychologique puisque sachant que c'est lui qui aurais tous déclenché au collège je l'ai aimé pendant 5 ans...
Membre anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 20:02
bonjour anonyme, effectivement il faudrait que tu puisses te confier a un adulte respo,nsable comme un CPE ou un prof... cette femme apprend aux enfants a riposter , je trouve que la video est tres parlante , http://rue89.nouvelobs.com/2016/09/27/harcelement-scolaire-cette-femme-apprend-enfants-a-riposter-265034?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1474965331
Membre anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 20:24 - Modification par pOzitivelif3 le 21/10/2016 - 20:25:21
Salut à toi, Il y a plusieurs questions qui sortent de ton témoignage, premièrement tu parles un moment de ta mère, jamais de ton père. Quelle enfance a tu eu avec tes parents ? Te sens-tu protéger, écouter par eux ? Ou te sens-tu seul sans protection ? Tu as visiblement un gros manque de confiance en toi et prisonnier du regard des autres, ce sont deux choses que tu vas devoir travailler en premier sur toi : - Ne plus réagir selon le dictat des autres mais selon ta direction de vie que tu te fixes (projets de vie, professionnel, tes amis que tu te choisis, etc), être maître de ta route. - Gagner de la confiance en toi, notamment tes points forts, on en a tous, et accepter, ne plus te juger, dévaloriser tes points faibles, on en a tous aussi. Ce garçon que tu as aimé pendant 5 ans, fait-il parti de ceux qui t’ont rabaissé ? Je te fais déjà une pré-réponse car je ne pourrais pas passer souvent sur le forum : Si c’est le cas, c’est que tu vas devoir travailler un troisième point important de ta vie, qui va te faire un enfer dans ta vie : Etre attiré par ceux qui vont te faire souffrir. Je m’explique : Avec des départs de vie chaotique, on a une sorte de cause à effet de l’inconscient, d’être attiré par des personnes qui nous rappellent ceux qui nous on fait souffrir avant. C’est à dire, si tu n’as pas connu vraiment la sensation d’être véritablement aimé, protégé par tes parents, ton entourage proche, donc finalement tu ne sais pas ce que s’est, et ton inconscient est attiré par le type de gens que tu as déjà connu, et n’arrive pas à être attiré par des gens qui t’aimeraient normalement, limite même de te faire fuir (pourquoi il m'aime si facilement, alors que ceux qui devraient m'aimer ne le font pas). Tout comme tu cherches absolument de te faire aimé par les gens qui devraient t’aimer, parents, entourage proche, etc, et que tu ne comprend pas pourquoi ils ne t’aiment pas normalement, inconsciemment tu reproduit le même schéma de vouloir te faire aimé par des gens qui te feront souffir. C’est une sorte de réflexe de l’inconscient qui faut prendre conscience, pour sortir de ce piège pernicieux, et arriver à accepter les personnes qui t’aiment normalement, une relation finalement simple et banal, mais quand tu ne sais pas ce que s’est, tu recherches le même type de relation compliqué, voir violente envers toi. Je ne sais pas si je me suis bien exprimé, ou si je suis à coté de la plaque de ta situation, en espérant t’apporter quelques pistes. Ne lâche rien, et crois en toi.
Anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 20:59
Auteur du sujet

Merci charlie03430 je regarderai la vidéo quand je le pourrais. POzitivelif3, pour l'expliquer rapidement, disons que de ma naissance à mes 15-16 ans je vivais chez ma mère. La bas j'était la bonne de la maison. J'ai élevé en parti mon petit frère  (10 ans de différence). Elle m'a fait détesté mon père. Cependant après avoir fuger de chez ma mère, j'ai été une semaine chez ma tante, deux semaine à l'hôpital pour misoler un peu et une semaine chez mon père. J'ai appris pas mal de chose qui on fait totalement changer ma vision de mes parent. Depuis je vais chez mon père et je ne vois plus ma mère. Effectivement ce garçon que j'ai aimé est celui qui m'a le plus fait souffrir... Pour faire au plus simple pour la fin de ma réponse,  Je dirais que tu ma incroyablement bien cerné..
Anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 21:03
Auteur du sujet

Ddles le soucis est que je vis dans une petite ville... a ma connaissance il n'y a rien de tous ça... Le second soucis est que je n'ai pas de passions. Rien ne m'intéresse... en tous cas merci
Membre anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 21:16
en tout cas tu es sur le forum en train de texprimer donc au minimum qqch t interesse sinon tu ne serais pas la... je me trompe?
Friendlyy85
Publiée le 21/10/2016 à 21:28
salut, je suis sûr que tu peux te trouver une (des)  activité (s) qui te permettra (ont) d'avoir un ou des objectifs. tu pourra te recentrer sur toi à ces moments là. ça permet d'oublier le reste; le corps et la tête te remercieront. peut être que d'écrire sur un papier ce que tu aimes d'un côté de la feuille, et ce que tu n'aimes pas de l'autre côté, te permettra de trouver une activité (ou plus..) certains disent aussi de se lever le matin et de "s'auto conditionner" positivement pour "affronter" la journée. ( se répéter plusieurs que tu va passer de bon moments (par exemple) (la phrase n'est pas terrible j'en conviens ^^). d'autre personnes disent de rentrer le soir et de marquer dans un cahier les trois choses que tu as aimé dans ta journée... bref cela ne va pas résoudre toute ta vie, mais te permettra peut être de commencer à te donner de idées afin d'essayer de mieux avancer dans la vie.
Anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 21:28
Auteur du sujet

Bien je cherche à parler à du monde et decourvrire d'autre façon de pensé. Mais disons que je n'aime pas spécialement jouer aux jeu vidéo, je n'ai pas de films, série, musique favorite. Je n'arrive pas à faire quelque chose pendant un long moment
Friendlyy85
Publiée le 21/10/2016 à 21:35
tu va réussir, ça va te permettre de travailler sur ta concentration, qui est une des compétences importante dans la vie
Anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 21:57
Auteur du sujet

Friendlyy85, je vais essayé
Membre anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 22:53
Après ta réponse assez parlante de la douleur que tu portes, je reviens te compléter mon ressenti. Donc depuis ta naissance jusqu’à tes 15-16 premières années tu as vécu sous une soumission/manipulation de ta mère. Je pense avec un manque abyssal d’affection maternelle qui va souvent de pair. Elle t’as aussi mis en situation de responsabilité envers ton petit frère que tu as servi de « père », qui n’était certainement pas ton rôle, peut-être en plus avec une culpabilité régulièrement envoyée chaque fois que quelque chose n’allait pas. D’ailleurs, s’il y a eu des accidents ou quoi, tu n’en est pas responsable, tu dois comprendre que tu n’es pas le responsable. L’être humain fonctionne comme un arbre, quand tu coupe le tronc et que tu vois les anneaux des années de l’arbre, les premières années étant le coeur de l’arbre. Ce que je veux dire par là est que tu porte une grande souffrance en ton coeur, qui démontre par ailleurs aussi ton courage. Tu as grandi avec une haine de ton père absent, et la maltraitance psychologique de ta mère sur toute ta jeunesse entière, sans affection, compréhension (dans les différents niveaux de tes âges passés) et ni protection. Tu as vécu déjà une vie bien difficile et douloureuse, dont tu fais preuve d’une grande résistance, ce qui démontre que le meilleur est maintenant devant toi. Il te reste un cap à passer, tu vas devoir te reconstruire, ta personnalité, ton estime de soi, ta confiance en soi, ce que personne jusque là à fait grandir en toi, que seulement toi-même, par le fait que tu as du t’occuper de ton petit-frère. Ce qui t’a amené cette maturité précoce. Cela sera une force pour toi. Tes faiblesses à soigner d’urgence : La dépendance affective. Tu en manque tellement que tu es en demande importante, et que tu es souvent déçu que l’on ne te renvoi pas comme toi tu sais donner, être à l’écoute, etc. Et surtout la dépendance affective de mauvaises personnes, par ton attraction envers le même type de personne (humiliation, dédain, manipulation, soumission, etc). Apprend à reconnaitre cet automatisme de ton inconscient pour pouvoir le reprogrammer rapidement. Ton manque de confiance, à cause de tout le venin que tu as entendu pendant toute ton enfance qui se répète maintenant dans ta tête par automatisme de ton cerveau, comme des virus informatiques. Reprogramme ton inconscient en prenant conscience de ta valeur, tes qualités, savoir accepter aussi ses faiblesses. Reconstruire ton estime de soi. Dénicher tous les automatismes de dévalorisation qui fonctionnent actuellement en toi, pour enrayer ce processus. Ne plus être dans l’obéissance des attentes des autres autour de toi, comme une soumission, comme tu l’as été pendant toutes ces années, pour devoir plaire tant bien que mal et avoir un semblant d’affection... Les gens vrais t’aimeront tel que tu es. Et sans que cela soit un prix, une récompense d’une action d’intérêt. Aussi arrêter de t’occuper des autres, de leur problème etc (parce que tu voudrais bien aussi qu’on t’aide), pour penser à toi, construire ta vie, comme tu la rêve (il faut rêver ce que l’on veut et ensuite agir et travailler pour l’obtenir), c’est plus tard quand tu seras bien reconstruit, que tu sera posé et fier de ce que tu auras construit, que tu pourras de nouveau t’occuper des autres. Pour l’instant pense à toi, à ton bonheur. Reprendre goût à la vie, aux choses que tu aimes, retrouver tes passions, exister pour toi-même. Tu n’es pas la boniche de personne, tu existe pour toi et ton bonheur que tu vas maintenant construire. Fais toi aider par des personnes, par contre je te déconseille d’entamer une véritable psychothérapie maintenant, c’est beaucoup trop à chaud, et serait plus destructeur que bénéfique. Plus tard avec du recul dans quelques années, tu pourras faire un gros travail sur toi, pour définitivement fermer tout ce passé. Ne te positionne pas en victime, qui serait destructeur pour toi, mais en combattant, un guerrier qui revient d'une grosse guerre. Pour l’instant profite de ta jeunesse, avance, ne regarde pas dans le rétroviseur, tu le feras lors de ta psychothérapie plus tard. Amuses-toi, profite de la vie, fais des erreurs, construis-toi, ne t’occupe pas des problèmes des autres (sauf les quelques personnes qui te sont réellement chers), car beaucoup de gens sinon viendront profiter de ta gentillesse et ta fragilité, venir te pomper toute ta bonne énergie comme des sangsues (des vampires psychiques). Fais attention à qui tu donne ton amitié, ton coeur, de ta personne. Mieux vaut être seul que mal accompagné. Fais toi un cercle serré de supers ami(e)s qui seront ta véritable famille. Je te souhaite tout plein de bonheur, crois en toi, ta souffrance est un malheur, mais qui va t’apporter un trésor, une valeur inestimable.  Continu ton courage. You are not alone. PS: dsl pour les fautes j’ai écrit vite.
Anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 23:04
Auteur du sujet

Pozitivelif3, merci pour tous ce que tu écrit, tu comprend ce que je ressent relativement bien. Je ne sais pas si tous ce que tu écrit par rapport a mon inconscient me renvois tous ce que tu dis, je ne sais pas comment en prendre conscience sinon..  Une psychothérapie ne pourrait vraiment pas m'aider ? Ma CPE (au lycée, elle n'est pas au courant de tous cela) me conseil justement d'aller consulter un psychologue justement. dans tous les cas, merci beaucoup
Membre anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 23:12 - Modification par pOzitivelif3 le 21/10/2016 - 23:16:17
Tu peux te faire aider par un psy, mais demande lui plutôt un accompagnement dans ta vie actuelle, un soutien, sans rentrer dans une véritable psychothérapie de fond qui demande beaucoup trop d'énergie, alors que tu as besoin déjà de te construire, travailler tes études ou le taff, construire tes bases. Tu as besoin d'un travail sur ton présent et ton futur actuellement, tu feras un travail sur ton passé plus tard. Une psychothérapie aurait été bonne maintenant si c'était un traumatisme ponctuel, toi c'est toute une première vie qu'il faut beaucoup de recul pour pouvoir l'absorber. Pour l'instant profites de ta jeunesse et construis toi. Regarde devant toi.
Anonyme
Publiée le 21/10/2016 à 23:17
Auteur du sujet

d'accord POzitivelif3, encore merci pour t'es conseils 
Membre anonyme
Publiée le 22/10/2016 à 00:32 - Modification par Ayinn le 22/10/2016 - 00:36:15
Salut Anonyme, Déjà, je suis content de voir qu'il y a du monde pour te soutenir, te répondre, te donner leurs avis, et t'aider à te faire te poser les bonnes questions, car dans toutes ces émotions que tu traverses, il doit y avoir de quoi être perdu. Quant à moi, je regrette de devoir lire à nouveau qu'une personne qui ne demande rien doit encore être prise pour cible... Si je pensais trouver un certain réconfort au début à ne plus me sentir seul dans le malheur, je m'aperçois petit à petit que ce n'est plus si réconfortant que ça. Et l'histoire semble se répéter inlassablement. J'adhère néanmoins à beaucoup de conseils avisés que l'on t'a donné ici, et je suis ravi de voir que tu as eu la force et le courage de témoigner ton mal-être ici. Tu t'apercevras vite que malgré ton manque de confiance légitime en la plupart des gens, il y aura aussi des personnes assez fortes pour t'apporter une vraie chaleur, un vrai réconfort. Et c'est sans doute le meilleure thérapie. Parler. Encore et encore, ne jamais rompre le contact pour éviter de s'enfoncer dans l'isolement. Je le sens toujours plus à mesure que le temps passe... Et c'est aussi ce qui fait que la nuit est particulièrement insoutenable pour moi, quand tout le monde dort, et que cela force à être seul et à faire face comme on peut à ses démons... C'est donc mon conseil à moi, ne romps jamais le contact et vis aux mêmes heures que la plupart des gens. Plus tu passeras de temps en compagnie de personnes qui sauront t'écouter et auront à cœur de t'aider, plus tu trouveras la force de t'en sortir. Ce problème de confiance en les gens, n'est pas un problème typiquement gay. Je suis à peu près hétéro (quelques penchants mis à part) mais l'isolement social et les déboires à répétition en matière de relationnel ont le même effet. À qui faire confiance et à qui s'ouvrir dans ce monde on nous ne sommes vraisemblablement pas tous fait pour se comprendre et s'apprécier ? C'est une question plutôt universelle même s'il est vrai qu'avec des problèmes qui se rajoutent par-dessus les problèmes universels, ça ne peut qu'empirer l'isolement social. Alors n'hésite pas à écrire, ici ou ailleurs. Raconte ton histoire. Sur certains sites comme ici, tu trouveras du soutien, même ponctuel, rapide et sincère. Contrairement à de nombreux gens paumés, un certain nombre de personnes ont à cœur d'aider les autres. En ce qui me concerne, je me sers de ça pour me couper de mon propre isolement. Et ça fait deux bonnes raisons de se parler. Parce que nous avons un intérêt en commun. Et nous sommes nombreux dans ce cas. En parlant aux uns et aux autres, tu augmenteras le nombres de personnes avec qui lutter efficacement contre ce problème. :) Alors, garde courage.
Anonyme
Publiée le 22/10/2016 à 00:44
Auteur du sujet

ayinn, merci pour ta réponse. il est vrai que j'ai du mal avec l'isolement.. beaucoup de mal.. mais je n'arrive pas a créer des liens avec quelqu'un.. j'ai bien trop peur pour cela. Parler fais du bien, mais en se moment je parle trop de tous cela et ça me fait du mal... je n'ai pas d'amis parce que j'ai l'impression continuel que tous le monde se moque de moi... j'ai l'impression d'etre de trop...

  S'inscrire pour participer au sujet