je ne me suis jamais accepté gay

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

bonjour,
je ne me suis jamais accepté gay,et par conséquent toujours refuser d'aller à la rencontre de l'autre; seulement il y a peu, j'ai admis être comme ça et j'aimerais rencontrer par la suite des personnes qui pourraient me comprendre;
j'aimerais pouvoir échanger avec toute personne qui a eu du mal à s'assumer ou s'accepter notamment par rapport à ses proches;
merci d'avance

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bah en clair, tu peux discuter avec un peu tout le monde :-]
Personne n'a eu à faire l'économie d'un coming out.

À dispo, si besoin ;)

photo de l'auteur Palmier19
Palmier19
Homme de 23 ans
DIjon
Faire son coming out est en fait une chose pas évidente a faire mais après cela tu te sens plus libre, sans entraves.
Si jamais il y a besoin pour en parler ou même de la pluie ou du beau temps dispo aussi  :p

photo de l'auteur TheLifewired
TheLifewired
Homme de 30 ans
Coulommiers
Salut, 

Déjà l'acceptation de soit est une étape cruciale qui va vraiment te faire mûrir. Personnellement j'ai fait mon coming out y a genre 3 Mois et je suis super content maintenant. Après, tu n'es pas obligé sous prétexte que tu t'assumes d'étaler ta sexualité comme de la confiture. 

Mais ça fait du bien d'en parler autour de soi, je l'annonce au compte goûte et je me rends compte qu'en fait, si tes amis et ta famille t'aiment, ben ça ne change pas grand chose. J'ai eu de la chance d'être entouré de gens tolérants. Après mon père et mon frère sont toujours dans le déni, mais il faut leur laisser le temps.

En tout cas, ça enlève un gros poids c'est sûr. Félicitations pour cette avancée ;)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
hey,
désolée de débarquer dans cette discussion de mec, mais bien qu'étant une fille votre sujet m'intéresse... Pour faire simple j'aimerai bien être heureuse en me reconnaissant comme homosexuelle, le problème c'est que j'ai la trouille immense d'en parler à ma famille... Genre vraiment. Je sais que certains pourront l'accepter mais dans l'ensemble, j'ai juste l'impression que ça va faire l'effet d'une bombe...
Alors voilà, je suis preneuse de vos conseils.

photo de l'auteur Palmier19
Palmier19
Homme de 23 ans
DIjon
En aucun cas tu t'incruste vu que tout le monde peux participer aux débats :p. Sache qu la plupart des gens ot la trouille de faire leurs coming out. La peur d'être rejeter par sa famille, ou de perdre des personnes qui te sont chère. Mais ton coming out, tu a besoin de le faire uniquement quand tu en sens la nécessité. Moi meme je pensais que mon coming out serait l'effet d'une bombe dans ma famille et pourtant cela fut loin d'être le cas

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Mon cher ami, le fait que tu sois née a une autre époque n' pas vraiment aider je te l,assure,  je suis de la même époque que toi et la société d,avant n,avait pas  l,esprit ouvert comme aujourd'hui et les ressources non plus . j'ai eu de la difficulté a me vivre. Après 3 tentative de suicide rater. j,ai décidé et choisi de ne plus laisser la société choisir qui je dois aimer et de quel façon je dois vivre ma vie. et depuis je m'épanouie , je m'assume et je m'intègre plus facilement. alors cela prend beaucoup de courage pour arriver a ce point. dicton( vaut mieux être seul , que mal accompagner) bye 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Merci beaucoup pour vos conseils :) je pense faire mon coming-out dans le courant de cette année, je fais faire ça tranquillement par étapes en m'adressant d'abord aux personnes en qui j'ai le plus confiance. Après j'attaquerai les mentalités plus délicates (genre les grands-parents qui sont branchés sur le bon vieux schéma)

photo de l'auteur Marty92700
Marty92700
Homme de 25 ans
Colombes
Je fait partie de c'est gens qui ce sont découvert tard, ma famille la bien accepter, mais je vais t'avouer que le plus dur a était de le dire a mes amis, car j'avais que cela ruinent notre amitiés, mais tout c'est très bien passez, alors prend ton temps rien ne presse :)

photo de l'auteur CaCtuSSS
CaCtuSSS
Homme de 48 ans
Saint-Junien

1 remerciement
S'accepter est une chose ; faire son coming-out en est une autre.
Notre sexualité ne regarde que nous et personne d'autre !
Certains se sentent soulagés lorsqu'ils avouent et d'autres le regrettent amèrement.

Je ne pense pas qu'on doive nécessairement confesser son homosexualité pour être heureux.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
je suis d'accord : rien ne sert de dire pour dire. Je sais pertinemment qu'il y a des gens a qui je n'ai pas besoin de tout dévoiler. Mais je souhaite en parler un jour ou l'autre à ma famille, en tout cas aux membres dont je suis le plus proche. comme ça j'assumerai à la fois mon identité et la véritable image qu'ils auront de moi.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
En tout cas, tu as un petit air de Nicole Scherzinger sur ta photo de profil :p

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
hahaha, on me l'avait jamais faite celle-là ! Merci du compliment :D

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pour mon cas j'ai jamais eue a faire de coming-out ou te révéler quoi que se soit de ce que je suis vue que dans ma famille on est être humain avant tous on est née pour avoir une destiné est une histoire qu'on peux faire avancer a souhait après si on parle de sexualité ça regarde que nous mes se qui est bien sur Betolerant c'est que tu aura je pense toujours quelqu'un pour t'écouter je les remarquer assez vite.
Bonne soiré ou journé n'hésite pas a venir me parler 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
C'est ce qui est super sur ce site : les gens sont très à l'écoute. Merci, je tâcherai de retenir ça :)
ça serait tellement bien si toutes les familles acceptaient l'homosexualité comme quelque chose de pas révoltant !

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Il m'arrive parfois (à pourtant 38 ans...) de rencontre un homme ou une femme dans mon métier et en discutant elle ou il me pose une question (sans chercher à me piéger) qui induit une réponse dévoilant mes préférences et j'avoue ne pas avoir envie de me dévoiler par peur du rejet ou gêne de son regard, me faire passer pour hétéro me rassure. Cela peut paraître stupide aujourd'hui mais je reste persuadé que les homos ne sont toujours bien acceptés et je préfère ne pas prendre le risque d'affronter la gêne de l'autre et la mienne si je me dévoile.     

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Si tu n'as pas envie de répondre à une question ou de discuter d'un sujet, fais-le savoir mais en aucun cas tu ne dois orienter ton discours pour tromper la personne en face.
C'est schizophrénique car tu mens aux autres tout en te rassurant de détenir ta propre vérité. Mais quelle peut être la qualité des relations amicales, professionnelles ou sentimentales qui naissent sur le fondement d'un mensonge? 
Les questions des autres ne sont jamais innocentes. La plupart des gens qui t'entourent doivent sinon être déçus de la confiance que tu ne leur fait pas au moins attristés par ton manque criant de confiance en toi. Tu dois inspirer autre chose que de la pitié. Ne jamais denier la capacité qu'ont certaines personnes à lire à l'intérieur d'autres personnes.

Sois l'auteur de ta propre histoire et non la source de ragots ou autres bruits de couloir.

photo de l'auteur Silver
Silver
Homme de 20 ans
Nantes

3 remerciements
Salut !
Déjà, tu es majeur, à la quarantaine tu ne devrais plus avoir peur de prendre tes propres décisions !
Le coming-out n'est jamais simple, que ce soit avec les amis ou la famille, mais tu es à un âge ou tu as déjà pas mal fait ta vie et donc personne ne peux plus t'empêcher de la continuer ainsi. Tu as découvert que tu te sentais attiré par les mecs, bah t'as pas à culpabiliser.
J'ai fais mon Coming-Out à ma mère, elle m'a dit de n'en parler à personne. Et "grâce" à ça j'ai compris que je n'étais coupable de rien, ce sont juste ceux qui n'acceptent pas qui sont méprisables. On ne devrait pas avoir à se justifier d'aimer et ça ne devrait même pas prendre une telle ampleur lorsque l'on annonce aimer un homme.
Tout comme chercher la cause à ça (je ne sais pas pour toi, mais moi j'ai longtemps cherché à comprendre pourquoi j'aime les mecs.). Ce n’est pas génétique, ce n’est pas un choix, et ça ne vaut certainement pas plus le coup de chercher la raison à « pourquoi j’aime les mecs » qu’à « pourquoi j’aime bien les petits pois ». C’est comme ça et voilà, que ça plaise ou non.
En fait ce qui rend difficile de s'accepter, c'est le regard des autres et la peur de perdre des gens en leur annonçant qu'on est homo, mais il faut aller au dessus de ça, c'est parfois extrêmement difficile mais c'est nécessaire si tu veux t'accepter.
Je te souhaite bien du courage pour la suite ;) Et je suis aussi là comme tout les autres pour parler si besoin (mais je te conseille de favoriser tes proches, ce sont eux les principaux concernés).

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Depuis même pas une semaine sur ce site je constate que certains sont très agressifs et condamnent ceux qui n'accepte pas le diktat gay. C'est un peu dommage de ne pas pouvoir ici exprimer réellement ce que l'on pense ou ressent sans subir remontrances ou autres attaques sous couvert  d'homophobie latente à juguler. Et si c'était justement ça le problème: certains homos plutôt que les proches (famille, amis) hétéros font peur aux jeunes homos qui ressentent le besoin de faire leur coming-out?       

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je peux comprendre que certaines personnes préfèrent dire qu'elles sont hétéro, parfois; car la réaction des gens peut-être extrêmement agressive, même si ce sont nos amis ou notre famille ! Alors oui on pourra dire "ben s'ils réagissent comme ça c'est qu'ils ne t'aiment pas pour ce que tu es...", c'est vrai mais nous on aime ces gens, et c'est souvent très dur de devoir leur tourner le dos parce qu'il refusent notre homosexualité. Je suppose que le coming-out doit se faire très progressivement, sans forcément le crier sur les toits en proclamant "je vous emmerde tous vous qui ne comprenez pas qui je suis !" Il y a des moyens plus doux, et qui évitent de se mettre à dos notre entourage.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
A partir du moment ou tu acceptes qui tu es, que tu as pas honte de toi, que tu idéalises pas les autres, que tu te vicitimises pas, que tu es complètement indépendant.... bah tu vis lol pour moi le coming out c'est rien d'autre que vivre indépendamment des jugements des autres. Quand tu deviens intouchable (psychologiquement, matériellement) qu'on te voit comme une personne affirmée, forte, indépendante bah tu n'as pas à craindre qui tu es, et ce sans avoir besoin de faire un "coming-out". Pour moi, aller dire aux gens ce qui t'attire et avec qui tu couches, je trouve que c'est trop.... Je préfère laisser les gens penser ce qu'ils veulent tout en leur faisant comprendre que je me fous complètement de leur avis.... Ne pas avoir honte de soi, ne pas être dépendant des autres.
Petit bémol (comme Léa Salamé): quand tu dépends financièrement de tes parents (ou de toute autre personne) c'est plus délicat car tu n'as pas ta pleine indépendance, et tu es tributaire de leurs réactions.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Faire son coming-out permet aussi de se défaire des phrases et réflexions dont il est parfois difficile de répondre comme: qu'en pense votre femme? Ou vous n'avez pas encore d'enfant? Notamment dans une entreprise où on est environ 8h par jour avec des collègues qui posent ce genre de questions sans penser à mal. Au téléphone aussi le: "mon ami(e) sera là quand nous viendrons" "très bien dites à madame que..." c'est délicat d'expliquer "non non je suis gay et mon ami c'est un garçon..." moi ça me fait rire mais d'autres le vivent mal. Parfois c'est aussi avec la famille ou les amis à qui on raconte un week-end passé avec cet(te) ami(e)... le coming-out n'est bien sûr pas une nécessité mais elle est quasiment induite par le comportement d'une société dite (je cite) "normale/majoritaire". Il y a aussi d'autres cas comme le mien par exemple: mon père était la dernière personne à ne pas être au courant pour moi et depuis 8 mois qu'il le sait il ne me parle plus, je me doutais de sa réaction c'est pour ça que je ne lui avais jamais dit mais comme beaucoup de gens autour de moi insistaient pour que je lui dise j'ai cédé et je le regrette parce que j'aimais mon papa.    

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
En ce qui me concerne, je ne parle pas de ma vie intime avec mes collègues. Quand on me pose une question sous-entendant une hétérosexualité, je réponds comme si j'étais hétérosexuel. De mon point de vue, ce n'est pas un vraiment un mensonge, c'est simplement un refus de dévoiler mon intimité.
Lorsque mes collègues deviennent des amis proches, je leur explique les choses et jamais aucun ne m'a reproché de lui avoir menti. Ça se passe très bien comme ça.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Oui c'est ce que je fais aussi mais je me pose souvent la question est ce que c'est se moquer d'eux? Leur mentir? Quand ils le savent certains réagissent ma parce que je leur ai menti pas par rejet de l'homosexualité c'est compliqué comme sujet. Bien qu'on soient "protégés" contre l'homophobie on est pas à l'abris du rejet d'un collègue et peut être même un avec qui on s'entendait super bien. Bref c'est compliqué.  

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
C'est pas vraiment par peur du rejet que je ne le dis pas à tout le monde, mais simplement par pudeur. De la même manière que je n'ai pas envie de raconter à tout le monde ce que j'ai au fond de mon cœur ou tous les détails de ma vie.
C'est ça que je réponds à ceux qui me disent "mais pourquoi tu m'as menti ?" et jusqu'à présent personne n'a mal réagi, et je n'ai pas l'impression d'avoir perdu la confiance de ces personnes. Au contraire, je crois que le fait de leur dire quelque chose que je ne dis pas à tout le monde, nous rapproche.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je suis d'accord avec toi mais parfois une question personnelle arrive vite (donc sans prévenir) et on est pas toujours préparé à y répondre. Donc il m'arrive de ne pas répondre ce que je souhaitais réellement, la fameuse "occasion de se taire" bien que nous soyons bien mieux accueillis aujourd'hui plutôt qu'il y a 20/30 ans se présenter en tant que tel ou non reste un moment difficile dans notre vie je pense.         

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je viens de lire les commentaire, et pour résumer un peu ma pensée, allez voir le film "prayers for Bobby"qui est très intéressant sur ce sujet

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Merci ThePierre je le note et je ne manquerai pas de suivre ton conseil ;) 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Salut, on a le même âge et je dois d'avouer qu'il faut parfois un déclic pour s'accepter. C'est une première étape à franchir mais quel bonheur de mieux se sentir dans sa tête et dans son corps. Je n'ai pas encore fait mon coming out mais pour moi, je dois découvrir cette nouvelle vie, ce nouveau moi. Je me suis tellement cloisonné pendant toutes ces années que j'ai besoin de profiter et d'assouvir mes désir... si je rencontre l'âme soeur... Bon courage
Fab

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Judorange12 : hey, désolée de débarquer dans cette discussion de mec, mais bien qu'étant une fille votre sujet m'intéresse... Pour faire simple j'aimerai bien être heureuse en me reconnaissant comme homosexuelle, le problème c'est que j'ai la trouille immense d'en parler à ma famille... Genre vraiment. Je sais que certains pourront l'accepter mais dans l'ensemble, j'ai juste l'impression que ça va faire l'effet d'une bombe... Alors voilà, je suis preneuse de vos conseils.


je suis exactement dans le même cas, j'ai fais qq coming out à des amis (3 au total) mais juste car j'étais motivée, ou parce qu'il me l'on demandé 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Franchement je compatie totalement moi aussi j en souffre énormément, je vis encore chez ma famille il ont des doutes er pour eux c'est contre nature même mon père m'a promis que si je l étais il se suicide sa me fait atrocement mâle pas bien dans ma peau je ne vos pas comme si j'etais pas moi même h essaye d éviter le plus possible de fréquenter les garçons de peur en face  mais ça gâche la vie et voilà je te comprends totalement alors si ta besoin d'en parler ????????i m hère 

photo de l'auteur Malazac
Malazac
Homme de 24 ans
le boulou

8 remerciements
Pour ma part, personne de vraiment proche, ne sait que je suis gay.
Et pour tout dire, j'ai moi-même du mal à m'accepter comme tel ....
Je me suis efforcé jusqu'au début de mes 22 ans (donc c'est très récent) à me dire hétéro et de "vivre" comme tel.
Formater, par la famille, les amis ...
Pour le moment, je vie encore chez-mes parents, donc je ne me vois pas leurs dire, mais quand je serais indépendant, il se peut que je trouve ce courage. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
"Just do it !  Trust !" citation en live d'un fervent défenseur lgbt americain a qui quelqu'un a posé la question de coomment faire son coming out.
Haha. Non je plaisante. Fais ça quand tu le sens.
Perso c 'est pareil, ca date de très peu de temps . Je veux dire le fait de m'accepter moi même (...2mois).
Par contre le dire à tout le monde heu ... bah va falloir attendre un peu. Je me suis fixé une échéance à moi même, à savoir, dès que j'ai un "petit ami", je ne cacherai rien. Voir même je pense que j'en serai fier plus que tout, mais ça c 'est mon côté romantique, trop. Donc trouve tes propres limites si j'ose dire, demande toi ce dont tu as envie pour ta vie. Un peu d'introspection ne fais jamais de mal .

Courage

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
La personne qui doit le plus t'accepter c'est toi même. si tu as réussi ça alors c'est déjà énorme car tu es la première personne concernée pour faire face à ceux qui seront contre toi. Après pour les proches (amis et famille) malheureusement c'est selon eux mais tu ne dois surtout pas culpabiliser de leur rejet (si rejet il y a) tu es tout à fait normal et n'a rien à remettre en question sur tes choix.
en espérant t'aider :)

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit