[Questionnement personnel] Transidentité et dysphorie de genre

avatar contributeur de Alkemist
Alkemist
22/05/2022 à 12:55

Bonjour,

J'aimerais partager une réflexion personnel, et avoir vos avis.

Pour résumé mon cheminement, à la base je me considérais comme une personne cis-hétéro, malgré un de mes grand fantasme pour les femmes trans non opéré (découvert via le porno) que j'ai toujours gardé secret, il y a 5 ans, j'ai commencé à oser à en parler, et à me questionner ouvertement.

Au début je pensais que ça remettait en question mon orientation, et je me demandais si j'étais pas bi, surtout que j'ai pu être attiré sexuellement par des hommes très efféminé, ou des femmes très musclé. Mais le fait que je n'étais pas attiré par le corps masculin (forme, poils, virilité, ....) m'a toujours bloqué au questionnement...

J'ai fini par me dire que j'était tout simplement attiré par le sexe, genre féminin et la féminité, chez une femme ou chez un homme....

D'autre part, avec le temps, les réflexions autour du féminisme, plus le fait de m'assumer de plus en plus, j'ai commencé à assumer mon rejet de la masculinité chez les autres (surtout la toxique, mais qui malheureusement est une grosse partie de ce que je peux voir), et d'assumer mon coté féminin (ma sensibilité, et mon attrait pour certaines choses qualifié comme féminine, voir aimer être des personnages féminin dans des jeux vidéo, ou se projeter dans des personnages féminin dans des fictions, même être genré féminin commence à me satisfaire).

Depuis toujours j'ai toujours aimé trainé avec des femmes qu'avec des hommes, mes amies proches sont quasiment que des femmes, j'ai jamais réussi à me sentir alaise, et moi même avec des hommes.

Mais.... j'ai jamais ressenti de malaise à l'idée d'être genré au masculin, j'ai jamais ressenti de dysphorie de genre, j'ai l'impression d'être alaise avec mon genre masculin.

Puis à parler avec une personne qui se travestissait à fait naître une question....

Est-ce que mon fantasme ne traduirait pas une envie d'être une personne trans, pouvoir ressembler à une femme, tout en gardant mes attributs sexuelles masculins, pouvoir avoir un double rôle, surtout sexuellement. (parce qu'en société j'ai vraiment rien d'un dominant, et je le souhaite pas).

Je pense que j'ai toujours associé la transidentité à cette dysphorie de genre, mais peut être parce que les personnes que j'ai côtoyé, ou dont j'ai lu les témoignages vivait ça, mais peut être que ça peut être différent.

Peut-on être transgenre sans ressentir de malaise dans son genre ? ou alors peut être que ça traduirait plutôt un sentiment de gender fluid, ou équivalent.... ?

Merci d'avance pour votre temps et vos avis.

avatar contributeur de Lou!
Lou!
22/05/2022 à 13:25

Coucou Alkemist^^

Très intéressant ce que tu décris. Ca reflète un questionnement normal car tu ne rentres pas dans la case du masculin pur, si tant est que ça soit possible.

La dysphorie de genre est une véritable souffrance, ça fait mal, ça a été classé comme "maladie" par la science médicale, dans le sens où elle fait souffrir, et peut se traiter, enfin c'est ce que je comprends.

Lorsque la souffrance est trop intense, une transition est nécessaire.

Les ressentis sont uniques, c'est normal de te chercher, la non-binarité reflète bien tous les possibles de l'identité de genre.

Je te mets en lien un blabla trouvé ici qui illustre bien l'identité de genre

https://betolerant.fr/media/blabla/490065/208239.jpg

Perso je me suis mis dans la case "queer". Je sais pas trop ce que c'est, mais du coup ça me convient bien😂

Tu peux aussi décider d'être un haricot vert!!

Ok je sors.


Est-ce un bout de bon camenbert?

avatar contributeur de Occamj
Occamj
22/05/2022 à 14:17

Bonjour,

La dysphorie de genre est une des caractéristiques souvent mentionnée par les personnes trans.

Mais:

  • d'une part certaines personnes trans ne souffrent pas de dysphorie (ex: elles se sentent "femme" mais ne désirent pas avoir une identité de genre sociale féminine, et ne détestent pas leur corps). C'est rare, mais ça arrive. J'en connais une.

  • d'autre part les manifestations dysphoriques peuvent aller d'un mal-être profond à une gêne légère mais persistante. Ces manifestations peuvent varier énormément au cours de la vie (j'en suis la preuve: j'ai traversé 50 ans (!) de vie sans dysphorie marquée - avant de sombrer brutalement vers une dysphorie profonde et invalidante).

C'est l'un des "problèmes" de la transidentité et de l'identification de genre en général est son extrême polymorphisme. Cependant, lorsque l'on parle entre personnes trans, on constate de puissantes "coincidences psychiques": ce sentiment lancinant et persistant que quelque chose cloche depuis le début, l'impossibilité de s'identifier à la norme, le soulagement intense lorsque l'on se laisse aller à être soi-même (dans toutes les formes possibles de transidentité, de fluidité de genre...), et l'inefficacité totale de tout "traitement" destiné à "corriger le problème".

Les études récentes réalisées par des psy compétents (et bienveillants) permettent de mieux circonscrire cette galaxie de ressentis. Je pense au docteur Médico au Canada, par ex.

avatar contributeur de Harmonique
Harmonique
22/05/2022 à 14:56

Salut Alkemist

J'ai l'impression que tu es plutôt non binaire que Trans. Il y a des points communs entre ton vécu et le mien mais également des différences. Je vais résumé mais bien sûr je peux si tu le désires développer.

J'ai toujours eu une sensibilité qui me faisait penser que j'étais un garçon pas comme les autres. J'ai toujours été attirée par la beauté féminine donc j'évitais de me poser des questions sur une éventuelle homosexualité, la honte absolue à l'époque que j'ai connu.

https://betolerant.fr/forum/21534/au-temps-de-la-voile-et-de-la-vapeur

Outre le corps féminin, je trouvais sublime ces personnes que l'on retrouve sous les vocables Shemale, Tranny sur les sites porno. Parallèlement Monique a vu le jour et je me suis intéressée aux travestis Crossdresser plus accessibles. J'ai pu pas mal discuter en ligne avec celles-ci au 4 coins du monde. Il faut dire que cela tournait principalement autour du sexe.

Contrairement à toi, je trouve que les attributs masculins sont beaux quelque soit la personne qui les portes. Malgré tout cela je me considérais comme hétérosexuel ne me voyant pas avoir un rapport sexuel avec un homme.

Il y a quelques mois je me suis rendu compte que je pouvais aussi avoir des sentiments amoureux pour un homme. J'ai découvert ma bisexualité qui portant était aussi visible que mon nez au milieu de la figure. C'est à ce moment là que j'ai découvert le bonheur d'offrir un corps à Monique en me travestissant.

Cette découverte n'a pas été sans heurt, mon couple a failli imploser.

Le message que je voulais te dire si tu veux développer ton côté féminin, c'est possible tout en laissant survivre le garçon qui ne t'a pas gêné jusqu'à présent.

Monique

avatar contributeur de Alkemist
Alkemist
23/05/2022 à 14:07

Je vais laisser mûrir ça, et voir comment ça évolue, mais peut être que la non binarité me représente effectivement un peu plus.

Merci beaucoup pour ces témoignages et réflexions...

avatar ancien membre
Ancien membre
23/05/2022 à 14:38

Coucou

Alors en termes de réflexion on peut avoir des fantasmes d'être une femme sans être trans ou non binaire...

J'ai ce type de fantasmes qui s'est beaucoup développé durant la pré-adolescence et l'adolescence car je faisais face à une homosexualité que je n'arrivais pas à accepter avec beaucoup d'homophobie intériorisée..

Perso je ne suis pas transgenre car maintenant mes souvenirs d'enfance me reviennent beaucoup en psychothérapie et je me rends compte que enfant j'avais très peur d'être une fille (car des garçons me prenaient parfois pour une fille à cause de mon physique ou par le fait que je jouais plus tôt avec les filles qu'avec les garçons ).

Donc je ne m'identifiais pas comme fille, mon problème enfant c'est que je doutais d'être un vrai garçon et j'avais honte d'aimer des choses classées pour les filles ou de ne pas jouer aux sports plutôt réservé aux garçons (comme le foot)...

J'avais juste un problème d'identification avec mon genre car une partie de mon caractère est plus féminin que masculin en termes de sensibilité et de sentiments...

Et peut-être aussi le fait que mon homosexualité devait déjà se manifester en moi se limitant à des attirances romantique (et sans l'attirance sexuelle que j'ai commencé à ressentir qu'à partir de l'age de 11 ans)...

Et en rencontrant des personnes trans je constate une caractéristique c'est que la personne transgenre s'identifie souvent à une fille depuis un âge très bas (genre 5 ou 6 ans) et son corps doit devenir celui d'une femme...

Moi j avais très peur de devenir une fille enfants je voulais rester absolument un garçon mais le fait que je me trouvais différent des autres garçons et que les garçons me trouvaient différents ou me disaient que j'étais une fille je le vivais très très mal ....

Mais en résumé mon problème d'identité avec mon genre a abouti au fait que je suis simplement un garçon gay depuis ma plus jeune enfance.

Après je sais qu'il y a aussi des personnes trans qui s'identifiaient comme homosexuelles mais qui se rendent compte au bout de quelques années qu'elles sont en fait trans et pas homosexuel.le.

Voilà prend le temps de la réflexion quand on a une problème avec son identité de genre ce n'est pas simple de s'y retrouver. Peut être voir un.e psychologue lgbt friendly te permettrait d'y voir plus clair car au final il n'y a que toi qui peit savoir si tu es véritablement transgenre ou pas

avatar contributeur de Occamj
Occamj
23/05/2022 à 15:16

Bonjour,

Après je sais qu'il y a aussi des personnes trans qui s'identifiaient comme homosexuelles mais qui se rendent compte au bout de >quelques années qu'elles sont en fait trans et pas homosexuel.le.

Et il y aussi des personnes trans qui s'identifiaient comme hétérosexuelles mais qui se rendent compte au bout de quelques années qu'elles sont en fait trans et homosexuel.les.

(comme ça on a fait le tour 😄 )

Rencontre Trans

STOP à la fétichisation des personnes transgenres. betolerant est le seul site de rencontre transgenre à ne pas considérer la transidentité comme un vulgaire fantasme fétichisé.



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2022, betolerant.fr