Je suis homosexuel et je suis né comme ça.

Ancien membre   - Modification par Urukan le 29/10/2019 - 17:59:26

À force de voir plusieurs homosexuels se poser des questions sur ce qu'ils sont, je pense qu'il faut faire un état des lieux.

Regardez cette conférence du neuroendocrinologue Jacques Balthazart : https://www.youtube.com/watch?v=c9hA5ZhoSOI&list=PLJQIfmHsUYuV8L9ymqKqys4VE9_CcMuKs?dex=20&t=0s

Nous gays et lesbiennes, on a toujours dû se taper les remarques des hétéros, "si t'es homo c'est que tu n'as pas essayé avec le sexe opposé". Mais ce qui est nouveau c'est que maintenant, sur les réseaux sociaux ou les forums, on doit se taper les remarques de certains bis ou de certains trans qui nous disent qu'avoir un vagin ou un pénis ça ne devrait pas avoir d'importance, que ce qui compte c'est la façon dont on présente ou la personnalité. Déjà, apprenez à parler pour vous-même. Même toi petit homosexuel qui te découvre homosexuel à quarante ans ou à quinze ans et qui n'a pas de problèmes à mettre ton pénis dans des vagins, parle pour toi ! Nous sommes des milliers de gays et de lesbiennes à savoir que nous le sommes depuis la plus tendre enfance (les enfants font des rêves érotiques) et nous ne pouvons pas concevoir d'avoir un rapport avec le sexe opposé, on ne peut pas, ça nous dégoûte et ce n'est pas un construit social.

En France plus qu'ailleurs, il y a un gros problème. Les français ont tendance à vouloir donner des explications sociologiques aux comportements des gens alors que la science démontre sur pas mal de sujets, comme l'homosexualité, que ce n'est pas vraiment le cas. La faute à la sociologie française et les nombreux courants idéologique qui traversent celle-ci.

On est au 21e siècle, il faut qu'on en finisse avec ça. La plupart des explications sociologiques de l'homosexualité ne sont pas supportées par les faits.

avatar contributeur de Absolutmusic
Absolutmusic  

On est comme on nait

il faut arrêter de se voiler la face, il suffit de s'accepter afin que les gens nous acceptent

mais un travail à faire sur soi et il faut mûrir et attendre le bon moment pour être prêt à s'accepter

Ancien membre  

Hello,

Je crois toujours que tant il existe, c'est qu'il y a une raison.

La nature a fait sa magie, créant tous les êtres pour un rôle précis dans l'existant. Est ce que scientifiquement parlant on est génétique voir génomique-ment gay, non, il n'y a as de preuves scientifique qui confirme cela. Est ce sûrement due aux facteurs sociaux, eh non plus qu'il y ait de preuves fiables.

Est ce notre pré ocupation de savoir d'où vient de la homosexualité ou bisexualité ? Non plus.

Cette question de tracabilité est pour moi égale trouver la bordure de l'univers.

En vain, je ne cherche plus depuis très très longtemps, et j'accepte mon homosexualité et je le vis bien. A vrai dire la sexualité est rien de significative dans ma vie, bah chacun a sa vie quoi.

Ancien membre   - modifié par Urukan le 29/10/2019 - 17:48:11

Les êtres vivants ne sont pas créés. Et ils ne sont pas créés dans un but précis. Les êtres vivants sont des rescapés, des mutants dont les mutations ont pu servir, au gré du hasard, à certains types d'environnements. Le mot nature est un mot à éviter quand on parle de biologie. Il y a des environnements et les êtres humains comme les autres animaux vivent dans des environnements qu'ils façonnent.

Une méta analyse récente montre que l'homosexualité est expliquée jusqu'à 25% par les gênes mais pas un seul gêne, une multitude de gênes...

Pour le reste, il y a les hormones. Et pour comprendre, il faut regarder la vidéo.

Et encore, on n'a pas parlé d'épigénétique...

[mode optimiste] Il est fastidieux pour les humains de décrypter les mécanismes du corps humain mais l'intelligence artificielle va beaucoup nous aider. Dans un siècle le corps humain n'aura plus de secrets.

avatar contributeur de Absolutmusic
Absolutmusic  

C'est un fait c'est comme ça, cela existe depuis toujours

la seule nouveauté c'est l'acceptation du mariage qui est un droit pour tout être humain

le reste : il n'y a pas de différence les gays et lesbiennes ont les mêmes droits que les couples heteros : mariage, adoption, divorce. Faudrait que les gays ou lesbiennes arrêtent de s'autostigmatiser et les autres les regarderont normalement

on est comme on est c'est un fait mais vouloir porter une différence ne fait qu'attiser la haine où il n'y en a pas besoin.

Donc tout va bien, sur cette terre tous les êtres humains sont égaux donc c'est un faux débat : c'est comme dire : "j'ai les yeux bleus et mon voisin a les yeux noirs" on est né comme ça et bien il faut une fois pour toute comprendre qu'il y a un non débat à dire : "je suis homosexuel et je suis né comme ça". C'est juste normal

avatar contributeur de Coré
Coré   - modifié par PetiteCore le 29/10/2019 - 18:18:10

La chaine Youtube sceptique La tronche en biais avait reçu le professeur Balthazard pour une discussion qui fut intéressante.

Néhanmoins, peut-être faudrait-il rappeler que le professeur Balthazrd lui-même ne prétent pas avoir trouvé LA cause de l'homosexualité, ni même une cause de l'homosexualité, mais un facteur de prédispostion, la nuance est d'importance. D'autre part, ces recherches n'ont concernées que l'homosexualité masculine, rien ne dit que cela s'applique à l'homosexualité féminine. Enfin, ces études statistiques demande à être reproduites avat de pouvoir être considérée comme valides.

En d'autres termes, il faut prendre de très grosses pincettes avec ce genre d'études.

D'autre part, il ne faut pas oublier non plus que la biologie n'est pas une science exacte, que ces résultats ne sont pas dénués d'interprétations culturelles et que la scociologie n'est pas moins scientifique que la biologie.

avatar contributeur de CeliaJones
CeliaJones  

C'est très anglo-saxon cette volonté qui voudrait qu'il existe absolument un gène ou une EXPLIQUATION à l'homoséxualité.

Dans quel but?

Quelle est la raison de l'hétérosexualité à part une nécéssité et encore à ce que l'espèce perdure.

On s'en fout au fond ...

Pourquoi certains aiment les fraises et d'autres les framboises?

avatar contributeur de Wonder Woman
👮 Modération Wonder Woman  

Parce que les fraises, c'est trop bon, c'est charnu et généreux. L'inconvénient avec les framboises (en plus de leur taille), c'est qu'elles s'écrasent trop facilement et se conservent moins bien que les fraises.

Je suis pour l'écologie, pour que chaque enfant ait accès à l'éducation et surtout : pour la paix dans le monde :P

avatar contributeur de CeliaJones
CeliaJones  

Je suis team Framboise 🤪 Parce que c'est charnu, délicat, esthétique, la framboise est une femme mdr

Ancien membre  

La nature, est la force divine ici. Pas d'environnement naturel s'agit-il.

J'ai perdu deux ans de ma vie en faisant la biologie molécule au labo avant d'entamer ma carrière en industrie. Je n'étais pas mauvais, bien au contraire, mais je la déteste. Je ne veux pas revivre cela pour expliquer génétique,génomique, génomique comparative, epigenetique, signalisation hormonale, c'est lourd d'expliquer, je suis pas Lindos.

Mais l'idée au départ de la recherche génétique est fausse, je pense. car l'esprit, orientation, croyance ne tombent pas dans le phénotypage d'une population. Le phénotype c'est quelque choses de quantifiable, mesurable, physico chemique ou morphologique. Si les gays ont le même niveau caractère physico-chimique que les hétéro, ce n'est donc pas un phénotype, du fait qu'il n'y a pas de différence mesurable, donc impossible de faire la génomique comparative ( calcul mathématique en gros), les résultats obtenus ne montre sûrement pas de différence, et n'approuve rien.

Ancien membre  

-Jacques Balthazart parle de l'homosexualité masculine car elle est plus facile à étudier. J'ai d'ailleurs plusieurs fois précisé ce fait dans d'autres topics.

Ici j'englobe les lesbiennes et je suis certain que certaines d'entre elles pourront témoigner du fait qu'elles savent depuis toujours qu'elles sont lesbiennes.

-Il est question de centaines d'études et même de méta-analyses... Il faudra préciser de quelle étude non reproduite vous parlez.

-Biologie "pas une science exacte" ... La biologie regroupe des disciplines qui utilisent la méthodologie scientifique de manière rigoureuse. On peut étudier les cellules, on peut étudier des cerveaux, on peut faire des expériences sur les animaux et étudier leurs comportements.

On peut faire des expériences invasives sur les animaux pour être plus précis dans l'étude de leurs comportements et voir des liens de cause à effet. On le peut moins pour des humains car ce serait considéré comme non-éthique. Nous devons donc faire des corrélations en ce qui concerne les humains mais ça ne veut pas dire que ce ne soit pas valide.

-Biologie "pas dénués d'interprétations culturelles". Encore une fois, je vais reparler des mots d'une langue. Les mots représentent des catégories, des ensembles qui sont nommés pour que les humains parlant la même langue puissent se comprendre.

Est-ce que cela empêche d'une culture à une autre de définir des concepts bien précis ? Non ça ne l'empêche pas.

Ce qu'est un homme ou ce qu'est une femme c'est plutôt universel ne vous en déplaise. Et comme expliqué dans la vidéo, il y a un certain nombre de caractéristiques assez précises qui les distinguent.

-La sociologie est en crise et a un peu du mal avec la rigueur scientifique. Lire Le danger sociologique de Gérald Bronner et Étienne Géhin. Ça vous changera de Judith Butler...

avatar contributeur de CeliaJones
CeliaJones   - modifié par CeliaJones le 29/10/2019 - 19:15:03

Pour ma part je ne suis pas pour une sociologie du genre et/ou politique où on réecrit la biologie à coup de déconstruction ... Merci Déruda.

Mais tu veux en venir où?

Tu sais que les homophobes n'attendent que cela? Qu'un gène soit découvert afin que celui-ci soit répertorié et combattu? Qui dit gène, dit anomalie.

Ancien membre   - modifié par gael3592 le 29/10/2019 - 19:21:39

Hello, mon grand,

La biologie est très stricte dans son sens scientifique, je suis d'accord avec toi, un bon résultat est toujours reproducible et verifiable. Le rigueur est très exigé dans ce domaine. C'est la recherche fondamentale. Particulièrement biologie moléculaire et génétique moléculaire.

Mais recherche dans le fond génomique des gays est, désolé, tout bête. En principe on étudié des mécanismes génétique quand y a un phénotype, ça c'est de la notion de base des chercheur biologie moléculaire.

avatar contributeur de Coré
Coré   - modifié par PetiteCore le 29/10/2019 - 20:10:59

Je ne fait que reprendre les précotions prise par Jacques Balthazard lui-même dans la vidéo de La Tronche en biais.

La crise de la reproductibilité qui touche actuellement les sciences n'épargne pas les science "dures", bien au contraire.

L'inuence de la culture sur la recherche scientifique ne se limite pas au language, comme le montre cette article de CNRS sur la remise en cause de la sexuation par l'étude des intersexes. Voici ce qu'y dit Joëlle Wiels, biologiste, directrice de recherche au CNRS "C’est que l’étude des mécanismes de détermination du sexe a longtemps été influencée par l’idéologie patriarcale qui imprègne la plupart des sociétés"

Il y a un cas bien connu et bien documenté illustrant l'influence de la culture sur la recherche scientifique, c'est celui le la constante cosmologique qu'Einstein inventa de toute pièce pour ces théorie aboutisse à un univers immuable tel qu'il se l'imaginait. Il finit à admettre cette erreur.

Je m'intéroge sur l'intérêt profond d'accorder une importance démeusurée à ce genre de recherches et, une fois n'est pas coutume, je rejoint CeliaJones sur le danger qui existe à les voir reprises par des homophobes de tous poils qui voudraient nous "soigner".

On tourne autour du sujet de l'essentialisme, du débat entre l'inné et l'acquit. La chaine Esprit Critique à fait une très bonne vidéo sur ce sujet récemment et je le rejoint sur sa conclusion : la vérité est probablement entre les deux.

Ancien membre   - modifié par gael3592 le 29/10/2019 - 20:15:53

La biologie est la biologie, point. Il est pas la pour interpréter un phénomène social voir psychologique.

Les chromosomes XY sont déterminant pour la progéniture est un fait, un fait biologique mais aussi logique. Suffit de lire x et Y n'est pas XX.

Comment déterminer le sexe de progéniture, ou comment la progeniture se catégorise c'est pas au biologiste de demander. Il dit le XY avec un xx, donne des progenitures xx et/ou XY, c'est tout, si XY se considère comme une femme, ce n'est pas le biologist qui a mis cette étiquette sur lui/elle.

C'est trop facile de jeter son mal être sur un scientifique, j'accepte pas ça.

ENSTEIN n'a pas cherché à INVENTER le cosmos constant, il se fiait sur ce modèle pour ses calculs et ne recherche pas pour mentir, car c'est la limite de la science et la limite de perception des être humains de l'espace temps.. il n'avait pas à constater que l'univers est en constant expension accélérée, faut de moyens techniques d'observation . Le cosmos constant a été corrigé par une vrai observation télescopique par Hubble. Cette observation lui permets davoir un prix Nobel. Alors disant QU'ENSTEIN est menteur est haineux, ses théories relativités ne sont pas créés pour faire du poignon. Sinon il n'y a pas d'intérêt de le faire.

avatar contributeur de CeliaJones
CeliaJones  

Admettons...

Admettons qu'il y un gène qui explique l'homosexualité.

Celui-ci sera t-il considéré comme défecteux ? Faudra t-il palier à celui-ci?

Est-ce qu'il sera possible de proposer au mère en gestation à partir du 5 ème mois de constater si ce gène inopportun est présent? Et l'éliminer?

On peut se faire toutes les scénari possibles et inimaginables.

Ancien membre   - modifié par gael3592 le 29/10/2019 - 20:35:28

Je pense qu'il n'y a un gène particuler sur les gays, car avant ce garçon qui porte ce gêné en question, il existait déjà des gays. Il est pas le GAY numéro 1 des être vivants.

Ce gène présente chez ses parents, l'ironie, ses parents ne sont pas homo !!!

On entre donc dans le paradoxe de Fermi.

Niveau Technique, la génie moléculaire est réalisée sur une souche monocellulaire, cest à dire embryonnaire. À 5 mois c'est trop tard, il n'est plus possible de modifier le génome ( supprimer et inactive ce gene).

Même s'il s'agit d'un groupe de gènes qui opérent tant bien que mal, ces gens sont identiques chez les hetero, qui ont des fonctions vitales. Un point de vue biologique, être homo n'est donc pas un caractère biologique. Car etres homo ne veut pas du tout dire infertile tout simplement.

avatar contributeur de Coré
Coré   - modifié par PetiteCore le 29/10/2019 - 20:38:45

Je ne sors pas ces choses de mon chapeau, c'est purement factuel.

La biologiste que je site est biologiste et directrice de recharche au CNRS. Je ne pense pas que le CNRS ait la réputation d'être un club de plaisantins. Si tu avais pris la peine de lire l'article avant de me répondre, tu aurais vu qu'il parlait d'intersexuation, et non de transidentité. D'autre part, il semble qu'il existe des personnes avec un phénotype féminin et avec des chromosome XY, comme dans le cas du syndrome de Moris et il semble qu'en plus des chromosomes, les gènes et les hormones aient une influence sur le résultat final.

Quand à Einstein, il a lui-même admis cette erreur. Quel est donc l'intérêt de polémiquer la dessus ?

Je ne vois pas bien en quoi mon post serait haineux ?????? En quoi aurais-je "jeter son mal être sur un scientifique" ???????

Je cite des faits, je donne des sources dans le seul but de remettre les chose en perspective.

Superpink   - modifié par Superpink le 29/10/2019 - 20:44:29

Clairement s'il y a un gène, il sera considéré comme défectueux et les enfants destinés à devenir autre chose que cis ET hétéro seraient éliminés. Par contre cette question me fait me demander une plus inquiétante encore : si imaginons un "traitement" existait est-ce qu'on serait forcé de le prendre ?

En tout cas que l'homosexualité soit génétique ou non elle ne relève pas d'un choix et c'est important de le rappeler parce que certain ont tendance à faire le raccourci inné=gène et acquis=choix. L'expression des gènes est dépendante de l'environnement dans lequel évolue l'individu, mais ce n'est pas l'individu qui décide d'activer tel ou tel gène donc considère-t-on cela comme de l'inné ou de l'acquis ?

Ce qui je pense serait intéressant de rechercher aussi c'est pourquoi l'homohobie est un fait aussi universellement partagé ? Je veux dire concretement qu'est-ce qui dérange les homophobes dans le fait que deux hommes ou deux femmes soient ensemble ? J'ai beau réfléchir je n'arrive pas à comprendre. Moi je n'aime pas les pistaches mais ceux qui en mangent ne me font rien et ne m'obligent pas à en manger donc pourquoi je les embêterais ? Et pourquoi le fait de manger des pistaches les rendraient automatiquement peu fréquentables ? Si on va manger ensemble je peux les laisser manger leurs danettes pistaches et moi prendre une danette vanille. Je sais que là vous allez me dire que c'est à cause des normes, etc Mais ça n'explique pas pourquoi dans le fond ils ont besoin que la vie de gens qu'ils ne connaissent pas et qui ne leurs font rien soient pareilles (que la leur).

Et aussi pourquoi ils se sentent autorisés à être violent (verbalement ou physiquement) avec ces gens. Je veux dire, pour ceux qui utilisent l'arguement religieux je trouve ça encore plus incohérent. Ce n'est pas en rendant la vie impossible à quelqu'un qu'on va lui donner envie de se "repentir". Et si cette personne va aller en enfer, ok soit, eh bien laissez-là s'amuser sur Terre avant...

Ancien membre   - modifié par Urukan le 29/10/2019 - 22:18:07

-Rien que dans votre article, pour contrebalancer votre cherry picking :

Eric Vilain, directeur du département de génétique médicale à l'University of California Los Angeles : "Les états intermédiaires des différents sexes biologiques sont extrêmement rares et souvent associés à une infertilité, ce qui, d’un point de vue évolutif, les condamne à une impasse, argumente le chercheur. Mettre sur le même plan les deux sexes biologiques largement majoritaires, et les sexes intermédiaires très faibles numériquement, n’est pas raisonnable"

Thierry Hoquet, philosophe des sciences. il est impossible, bien sûr, de nier "la réalité des “deux sexes” dont témoigne le binarisme des gamètes"

Bon, on va arrêter là ? Nous sommes une espèce sexuée, c'est un fait. Comme je l'ai plusieurs fois exprimé sur ce forum, nous sommes tous le fruit de mutations, nous sommes des erreurs. Il y a toujours des malformations, on est tous un peu malformés et il y a des gens qui se retrouvent avec des caractéristiques sexuelles mélangées. Et non le fait que nous soyons une espèce sexuée ce n'est pas du patriarcat... 😒

-La constante cosmologique d'Einstein : Même si c'est de l'enfumage de votre part... Einstein a eu de l'intuition, comme d'habitude... (sauf pour la physique quantique façon Niels)

C'est tout le contraire CeliaJones, les homophobes sont des croyants et croient à un ordre du monde dans lequel les gays n'ont pas leur place. Si l'homosexualité est biologique, ce sont leurs dieux qui sont responsable de cet état de fait. L'homosexualité en est légitimée.

Dans le futur il n'y aura peut-être plus d'homosexuels... Est-ce que c'est grave ? non Il n'y aura peut-être même plus d'hommes et de femmes et ce n'est pas important.

Ancien membre  

J'ai travaillé deux ans chez CNRS en 91, je sais c'est quoi un CNRS, je connais son fonctionnement et ses valeurs. Je constate que peu de grands chercheurs sont encore devant son ordi voir paillasse. Mais plutôt courir partout pour réclamer des sous, et jaloux de son jeune collègue qui a des bon public, c'est bon la recherche. A côté y a INRA, c'est un autre monde, ambiance conviviale, collaboration, pieds à terre. Rien à voir. normal, INRA généré des bénéfices directes pour la société.

Le gars de CNRS parle des hormones parle de xxy voir xyy etc devant un journaliste, pourquoi il va pas allé publier cela et argumenter dessus, il a constaté un fait, il propose de revoir la définition du sexe, c'est son vis, mais est ce quil a imposé ou demandé officiellement et sérieusement que la société devrait mettre en place des actions pour changer cette idée ? Eh non il a juste parler devant un journaliste. Est ce qu'une personne qui parle de son propre domaine peut contourner la société ? Ou encore peut on retirer une partie ou la totalité de ce qu'il dit comme la vérité absolue ?

En plus si lui dit ce qu'il veut dire, il ne présente pas le point de vue de CNRS, il présente que lui même, un interviewé devant un journaliste.

EinSTEIN addmett son erreur de cosmologie constante, il n'a rien à admettre d'avoir menti, est ce qu'il a admis qu'il avait menti le monde entiers ? Non . d'ailleurs il admets son erreur ça prouve encore qu'il a un esprit scientifique tout à fait honnête, à l'opposé de mentir.

Pourquoi haineux, c'est parce qu'un grand génie comme lui commets une erreur, un événement tout à fait normal est transformer en lui même a un mauvais esprit de menteur.

avatar contributeur de CeliaJones
CeliaJones  

Il faut être très crédule pour penser que si l'homoséxualié venait d'un gène alors les croyants accepteraient?

Les croyants les plus radicaux s'en foutent totalement de la science déjà d'une! Ils réfutent les évidences scientifiques à l'aune d'une vérité biblique, islamiste, thoranique...

C'est écrit dans un livre. POINT.

Et même en dehors de la religion les gens les plus homophobes s'en contre fouent également. Ils trouvent cela laid, sales, bestiales, gènes ou pas!

Je ne veux pas d'un gène gay, je ne veux pas d'une cause qui entrainerait des sujets "malades" comme une femme porteuse du gène brca2...

Guiton  

Aucun genre n' est plus ou moins qu'un autre. Ils font tous partis des champs du possibles. Certains perdures d' autres disparaissent dans le temps. Certains sont plus faciles à vivre que d'autres à un moment donné. Ce que l'on peut changer c'est le regard des autres. L'acceptation des differences et de leur réalité dans un monde pluriel. Vouloir changer le monde c'est un doux rêve humain qui à du mal à accepter cette réalité et qu il est peu de chose dans ce vaste univers.

Restons ouverts et tolérants de tous et toutes plutôt que sectaires.. Ils sont suffisamment nombreux ceux la hélas...

guiton

Ancien membre   - modifié par gael3592 le 29/10/2019 - 22:09:05

Le grand sage toi, bon ami de tout le monde

Faux. La mutation se passe de maniere spontanée, sans parler que ce soit un A->G, ou methylation de pyrimidine durant la signalisation epigenetique, même quand locus AA croise BB, y a recombination homologue introduit changement disposition spaciale voir nulisme. Bon je m'arrête.

Mais jamais sans but, ni stratégie,

De telle vration fond génétique, pourquoi ? C'est pour qu'un mutation voir changement génomique soit sélectionné par la nature, permets donc cet espèce de survivre. Les mammifères ne sont pas en grand nombre, contraire aux bactérie ou fourmis en très grande nombre pour avoir un ou deux candidats, chaque individu doit donc rattraper en possédant lui même beaucoup de mutations.

Ce ne sont pas toujours par la mutation, dans la nature la plus rapide et plus sur, au moins pour les mammifères ou tous les eucrayotes, cest l'hybridation avec une sous espèce résistante. Regardons nous, Homo sapiens avait croisé avec les neatherthales, ainsi crée des Eurasians, puis hybride avec les denisovans et une espèce inconnu pour créer des asiatiques. On a heretie resistance aux maladies grâce aux neatherthales, supporte manque d'oxygène grâce à denisovans pour traverser les montagnes . Tout ça en seulement une génération (14-25ans) et chaque individu fertile est contribué au process. S'il faut attendre une mutation pertinente dans une très petite population, le risque d'extinction est quasi 100%.

Guiton  

mr le scientifique ;)

oui pur hasard suivit de sélection naturelle. On peut comprendre ça fait pas rêver les masses la science.

Quoi qu il en soit ce n est pas une maladie. Et tout n est pas que génétique. Certains gênes et proteines ont besoin de déclencheurs. Il peuvent donc varier en fonction d autres éléments environnementaux et pendant grocesse puis enfance.

Dime  

Merci pour cette petite conférence Urukan.

Deux choses m'ont interpelé. La première, c'est que les femmes sont statistiquement plus amenées à changer d'orientation sexuelle au cours de leur vie que les hommes. La seconde, c'est l'influence du stress de la mère durant la periode prénatale sur le taux de testostérone futur de l'enfant.

Ancien membre   - modifié par Urukan le 29/10/2019 - 22:57:07

Alors mon petit chinois, je suis désolé mais non quoi. Même quand il est question d'épigénétique, il n'y a pas de but ni de stratégie. Ce ne sont que des réponses différentes à l'environnement et qui sont de toute façon tributaires des gênes qu'elles font s'exprimer. Ou alors il y a un problème de français quelque part...

Pour le reste, oui nous sommes des hybrides avec Néanderthal, Dénisovien en Asie (et encore d'autres que nous ne connaissons pas)... Mais ce serait bien de ne pas digresser... Ce serait bien de se limiter au niveau du gêne égoïste... Richard Dawkins, tout ça...

CeliaJones,

Il faut être crédule tu dis ? Dans les fait, ça aide les familles à accepter, ça aide les gens à accepter. Si toi ou d'autres n'arrivent pas à comprendre cela, je n'y peux rien.

Vous avez tort, c'est tout ce que je peux dire.

Ancien membre  

Je ne pense pas qu'on puisse savoir si l'homosexualité est sociologique/psychologique, biologique ou les deux (ce qui est quand mème surement le plus probable). En effet il y aura toujours des gens, homosexuels ou bisexuels, donc parmi les premiers concernés, qui se reconnaitront -en fonction de leur parcours de vie- plus dans une hypothèse ou l'autre. Et qui donc défendrons l'hypothèse qui leur correspond le mieux avec des arguments contruits et puissants, dans un espèce de combat d'idée perpetuelle. En fait si ce sujet est insoluble c'est qu'il tient trop à coeur car il touche à nos parcours de vie, à notre identité individuelle. Ce qui n'empèche pas les recherches... Le tout dans la convivialité et les bonne humeur évidement.

Ancien membre  

Oh mon petit belge, le regulation epigenetique sont

Modification d'histones par methylation ethylation, de methylation ou des ethylation acetylation etc. Cela change la configuration ADN ouvert ou fermé pour transcrire. Ce processus est réversible.

Modification ADN directe par les peocessus ci dessous, cela est souvent irréversible. Mais c'est très très précisément réglé.

Plus de 50?cancers sont de cause epigenetique. Le cancer commence toujours par la mort cellulaire programmé. Une cellulaire mal développé ou morte peut vite repérer par les cellules immunitaires et détruits après. Quand la cellule morte n'est pas reconnu et propage de manière folle, c'est cancer.

Donc on peut pas dire que c'est sans stratégie, bien au contraire, la cascade de signalisation jusqu'au trnascription par epigenetique est minitieusement réglé. L'environnement n'est pas 100% déclencheur de cette cascade, beaucoup parmi eux sont essentiel pour la vie, c'est donc inné et le moindre perturbation est lethale.

Ancien membre  

On le sait et il y a une forte prévalence de la biologie. Ce n'est pas une question de débats d'idées, c'est une question de faits.

Chinois de merde,

Il n'y a pas de stratégie, les gênes ça ne pense pas et ce n'est pas minitieusement réglé. Un organisme c'est une bouillie qui tient bon gré mal gré et qui fait ce qu'il peut avec ce qu'il a.


Pour participer à ce sujet vous devez obligatoirement créer un compte.



Communauté gay

BeTolerant est fier de sa communauté gay. Notre communauté est un véritable site de rencontres gay tolérant et bienveillant.

Parlons Coming-out

Le coming-out est parfois inévitable pour une homme homosexuel. Partagez vos expériences sur le forum coming-out.

Forum homoparentalité

Le forum sur l'homoparentalité permet aux parents homosexuels de se soutenir et s'entraider, mais aussi de partager leur quotidien.