Les gays sont-ils leurs propres bourreaux ?

Place aux débats - Créé le - 32 Participations

Les gays sont-ils leurs propres bourreaux ?

Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Titre "provocateur" pour un article du Huff intitulé "L'ÉPIDÉMIE DE LA

SOLITUDE GAIE" sur les gays et leurs ressentis vis à vis de leur communauté, c'est un peu violent, libre à vous de commenter.

http://projects.huffingtonpost.ca/epidemie-solitude-gay/?fbclid=IwAR2FeqGiXfkD5FYprGSui4W1eCXvT5IQmpYnfMVOOmmLMZVPasoCA-QBMVM


0 vote

Bonjour Franck. Je viens de lire cet article. Au début de ma lecture, je n'étais pas convaincue de la crédibilité des chiffres et des informations données. Mais plus je lisais, plus je prenais au sérieux les exemples, les références et les explications sociologiques et statistiques.

Je n'aurais pas choisi pour titre "Les gays sont leurs propres bourreaux". Cet article parle surtout de stress minoritaire.

Je me demandais pourquoi cet article disait que ce stress minoritaire n'affectait pas les femmes lesbiennes. J'ai compris que c'était lié principalement à 2 facteurs aggravants pour les hommes gays : L'existence de quartiers réservés aux hommes gays dans les grandes villes américaines (facteur de stress supplémentaire pour s'y faire accepter) et le mode de sexualité top/bottom des hommes gays (facteur de stress pour ceux qui essayent de passer du mode bottom au mode top et pour cela doivent affirmer leur masculinité, leur musculature).

Je trouve que ce site Betolerant, grâce à sa revendication homo/hétéro/pan/poly/asexuel, contribue à réduire la stigmatisation identitaire des homosexuels par opposition aux sites réservés aux gays et lesbiennes. Hétéro, mariée, arrivée ici grâce au mot "platonique" proposé par Betolerant, j'y découvre un espace de partage bienveillant et je suis heureuse d'y débattre sur de nombreux thèmes de société et de discuter avec des personnes de tous âges en toute bienveillance.


0 vote

salut Francky.

J'aime bien ton article, à l'encontre de la mouvance actuelle qui tend à nous laisser penser que les gays nagent dans le bonheur et sont enfin comme tout le monde ( voir fogiel et bien d'autre). Personnellement, je ne puis envisager d'aimer un homme. Peut etre que je suis different des autres gays, mais toujours est il que je ne me reconnais pas du tout dans les discours ambiants qui tendent à banaliser complètement le choix de l'orientation sexuelle. Je trouve une sorte d'excitation avec les hommes mais dans le registre plutot de l'obscénité. Comme je la trouve avec certaines femmes, celle qui ne me plaisent pas, comme par hasard. Ce n'est que mon vécu et je ne veux choquer personne, ni homo ni hétéro. Je chemine comme je peux depuis tjs dans une bissexualité plutot pauvre. je pressens que la base à tout cela est avant tout une peur de la relation amoureuse avec les femmes, peur de l'engagement et peut etre peur de fonder une famille et devenir père??? Je vais un peu loin, mais ça m'a fait du bien de parler de moi. Veuillez m'en excuser si cela est trop loin de votre fonctionnement.


0 vote

Très intéressant à lire.

Fait un peu peur mais bon cela reste une étude ^_^


0 vote


@Tous

Vos sincérités sont touchantes :-)

@Franckright

Je reprendrais à tête reposée la lecture de l'article .

Des décennies à avoir une sexualité cachée parce que non reconnue fait forcément de nous des gens différents , encore aujourd'hui . Il y a eu "le droit à la différence" puis "le droit à l'indifférence" .

Aujourd'hui , j'ai plus envie de remplacer ces mots par celui de Tolérance , plus global plus universel . Non stigmatisant . Bref , à plus tard ...

ps : nos peurs ont souvent fait notre propre malheur , créé nos solitudes .


0 vote

C'est un article très intéressant.

L'article ne mentionne pas que les femmes ne sont pas affectées par ça mais elles le sont probablement moins. L' image de l'homme dans la société véhicule des idées de virilité, de performance...Quand un homme ne véhicule pas ces idées, un rejet de la société est cultivé. S'il n'a pas les "codes" de la communauté LGBTQ, c'est pareil.

Cet article rappelle bien que l'homosexualité n'est pas toujours facile à vivre pour tous y compris dans la communauté LGBTQ. D'ailleurs ça reste aussi relatif suivant l'endroit oú l'on vit. Ça sera sûrement vécu différemment en Afrique subsaharienne, au Moyen Orient, en Asie, en Amérique latine et en Europe.


0 vote

L'homosexualité féminine dérange moins parce que moins reconnue et moins visible , sans parler du facteur fantasme évoqué par Nini , dans son sujet . Les "phobes" sont partout . Même chez les homos .

Il serait prétentieux de nous croire au-dessus d'une mêlée bêtement humaine .... :-)


0 vote


Je vais peut-être choquer certains, mais je pense qu'une partie des gays (comme beaucoup d'hommes hétéros), ont un intérêt plus grand envers une sexualité «juste» pour le sexe.

Donc une sexualité plus superficielle, avec des partenaires plus nombreux, et je pense que ce mode de vie peut provoquer mal être ou manque affectif / manque de stabilité.

Je ne généralise pas, c'est juste une idée supplémentaire qui peut-être a un impact. Et c'est une des principales différences avec les lesbiennes

Quand aux hommes hétéros, ceux qui ont ce mode de vie vont plutôt voir des prostituées.. donc sont souvent en couple stable avec une femme en même temps. Peut-être que ça les impact moins que les gays ?


0 vote

Citation de BarelyInsane #295105

J'avais lu l'info . Quelle tristesse . Malgré un optimisme naturel de plus en plus ce monde me désespère .

Comme quoi , même si parfois nous créons nous mêmes les conditions de notre isolement (pour X raisons) . Celle là justifie assez le pourquoi .


0 vote


Citation de Jeanne00 #295099

J'ai aussi l'impression que ça dérange moins à cause du côté fantasme. Un fantasme assez erroné car basé sur des images porno.


0 vote

Lunik ,

Fantasme d'hétéro existant depuis des lustres . Le truc tout nouveau pour eux est l'ouverture à la bisexualité (refoulée jusque là) . Maintement ils écument joyeusement les sites LGBTQI où tous les poissons sont à disposition . Mazel Tov ^^


0 vote

Ce n'est pas qu'une question de fantasme.

Ils y a quelques semaines, par exemple, j'ai entendu une discussion (On ne va pas se mentir que je l'ai entendue parce que c'était volontairement audible), une fille qui lâchait de façon assez audible "Un mec gay non ! J'sais pas, un homme, c'est censé être viril, pour moi c'est la virilité, mais les femmes, ça me dérange pas"

Le "fantasme" n'a rien à voir avec le fait que chez une femme, ce soit moins "grave", mais de point de vue, je pense que c'est à la hauteur de l'importance dans la société, la femme est toujours mise au second plan, la suiveuse du bonhomme, à la limite d'être sa domestique dans certaines cultures, & que l'homosexualité dérange plus chez l'homme car justement l'homme est au premier plan, le sexe "leader", puissant.

& aussi parce que l'homosexualité féminine est beaucoup plus transparente :

Aujourd'hui, il est très facile de citer des célébrités masculines "gay", beaucoup moins de femmes viennent à l'esprit pour cette question, la cause homosexuelle a souvent été "uniquement" perçue comme une deviance du sexe masculin (Notemment par rapport à l'époque où l'homosexualité ne se résumait qu'à la pédérastie), dans beaucoup d'esprits "contre" l'homosexualité, par exemple, on entend souvent des arguments visant uniquement le sexe masculin "L'anus n'est pas disposé au sexe" "Deux hommes ne peuvent pas faire d'enfants" "L'homme va violer ses enfants quand il se retrouvera tout seul", dans TOUTES les interviews de type "manif pour tous", l'homme est visé dans la quasi totalité des paroles

Si ce n'était qu'une question de fantasme, les femmes seraient beaucoup plus équilibrée dans leurs propos & viseraient également le sexe féminin, ce qui n'est pas le cas

v T'as juste tout compris de travers, & j'ai un peu la flemme de réexpliquer


0 vote

Femmes hystériques , regroupez-vous !

Non mais nawak . J'avoue , j'ai pas tout compris .

" ...Ils y a quelques semaines, par exemple, j'ai entendu une discussion (On ne va pas se mentir que je l'ai entendue parce que c'était volontairement audible), une fille qui lâchait de façon assez audible "Un mec gay non ! J'sais pas, un homme, c'est censé être viril, pour moi c'est la virilité, mais les femmes, ça me dérange pas ..."

C'était quoi la question ? (de départ)


0 vote

Une bande de branleuses qui n'avaient rien de mieux à faire que de s'interroger sur qui fait quoi avec qui ?

Tu parles d'une source^^


0 vote

En dehors de ça , le pêle-mêle pédérastie/homosexualité , femme servante/esclave ... Non mais quoi encore ?! Les femmes ne vivent plus comme au Moyen-Age , hein . Quant aux branleuses qui ne jurent que par le cul , le cul , le cul . Elles apprendront , elles aussi , que tout cela ne dure qu'un temps^^

(je me fais l'impression d'une "vieille peau")^^


0 vote


41 remerciements

Topic et article intéressants qui m'avaient échappé.

Si on se fie à notre entourage et aux confidences lues sur internet, les gays sont en effet indéniablement plus fragiles, plus souvent post-traumatisés par leur adolescence ou jeunesse. Et la société en porte une responsabilité. Mais après leur avenir leur appartient, surtout dans un pays libre où il existe des formes de solidarité sociale possibles. Et briser la solitude, vivre en couple, nécessite de vrais efforts, de gros efforts. Les gays sont en effet souvent des cigales qui brûlent leur jeunesse et souffrent des lendemains.

Pour les lesbiennes je ne sais pas, mais elles semblent suivre la voie des gays masculins...


0 vote



Citation de Cytotoxicity #295210

Cytotoxicity, Si tu avais lu la conversation depuis le début, tu aurais constaté que l'on n'a pas uniquement associé la non visibilité de l'homosexualité féminine au fantasme des hétéros 🙃

Tu as décrit en long et en large ce que l'on a brièvement évoqué.


0 vote

Citation de Lunik #295232

My bad dans ce cas, la fatigue me fait lire en diagonale, même s'il me semblait que le "fantasme hétéro" était revenu beaucoup plus souvent que d'autres choses plus "concrètes", je soulignais simplement que, d'après moi, le fantasme n'a rien à voir avec la transparence du côté lesbien.


0 vote

Citation de Cytotoxicity #295235

Oui j'avoue, je suis revenue dessus car ça m'a fait penser à des propos style

"2 femmes c'est "sexy", "ça donne envie de..." etc.. Genre de propos qu'on entend quand les gens se tapent des films sur des femmes qui ne représentent pas un tiers ni le quart des femmes lesbiennes (voire des femmes tout court :p).

Hélas, le genre de conversation que tu as entendu sur la virilité de l'homme est encore répondu :/

Nous vivons dans une société patriarcale oú l'homme hétéro blanc est 'le boss' de la conscience collective.


0 vote

Citation de Lunik #295237

C'est surtout dommage de réduire le sexe masculin à un amas de testostérone, en plus, je ne comprends même pas le rapport entre gay & virilité, certains gay sont exclusivement actifs, si tous les gays étaient passifs (Surement ce qui dérange par rapport à l'image de l'homme "viril" & "dominant") cette espèce aurait des difficultés en c'qui concerne les relations sexuelles, donc j'ai beaucoup de mâle à envisager ces concepts anti homo (Puis qui leur a demandé leurs avis, de toute manière ?)

M'enfin, la société est malade, c'est pas nouveau, mais c'est triste


0 vote

Le lien donné par Franckright plus haut (#295228) est un lien vers un questionnaire du ministère de la santé publique sur la sexualité des hommes entre eux :

En répondant à ce questionnaire anonyme, vous nous donnez les moyens de mieux vous comprendre et ainsi de mieux répondre aux enjeux actuels en matière de santé sexuelle chez les hommes entre eux.

Les hommes peuvent y répondre de manière anonyme jusqu'au 29 avril 2019.


0 vote

Salut Franckright,

J'ai participé au sondage du ministère...

Pour ce qui est de ton sujet: Les gays sont-ils leurs propres bourreaux ?

Je pense que oui, mais ce ne sont pas les gays eux même, la principale cause de leur malheur sentimental.

Les gays:

  1. Ont une tendance élevée à papillonner à droite et à gauche ce qui provoque de l'instabilité dans une situation déjà bien compliquée par d'autres phénomènes.

2.De plus, ils ont une fort tendance à privilégier le physique (il n'y a qu'a aller voir le nombre de topics créer ici sur ce sujet, généralement par des gays (jamais les lesbiennes), pour comprendre l'importance du phénomène) au point d'exclure beaucoup de possibilités "sérieuses"..alors que ces dernières sont déjà peu nombreuses!

Les autres phénomènes sont quand même prépondérants....

Les autres facteurs:

  1. La discrimination (par rapport aux hétéro) qui nous rend plus discret...moins visible et de fait, perturbe les éventuelles possibilités de communiquer et donc d'opportunité.... (combien d'entre nous ce sont un jour posé la question.... sur un homme qui leur plais...hétéro ou bi ou gay?..et n'ose même pas aborder la question avec le potentiel candidat? ou passe par des méandres indéfinissables, pour, au final, ne pas avoir parfois la réponse! et abandonner!)

  2. Des hétéros.....qui ne le sont pas... du fait de leur volonté ou de l'image qu'il veulent renvoyer à la société.

  3. Ont a beau dire, mais visiblement au mieux 1/10 des Français seulement est gay....automatiquement cela réduit drastiquement le champ des possibles!

Bref quand la denrée est rare...il y a peu de chance de vivre repu...

Pour ma part j'ai fait une croix sur toute possibilité.... la fin du régime sec c'est pas pour demain!

Mais c'est comme ça...il faut l'accepter!

Cordialement

Stéphane


0 vote

Citation de steph41190 #295266

"Pour ma part j'ai fait une croix sur toute possibilité.... la fin du régime sec c'est pas pour demain!

Mais c'est comme ça...il faut l'accepter!"

En fonction de ce que tu as écrit au dessus, cela donne plutôt crédit aux propos de l'article...


0 vote

Citation de franckright #295267

Il y a pas de fumée sans feu!


0 vote

Citation de Cytotoxicity #295245

"certains gay sont exclusivement actifs"

de mon expérience, assez peu le sont et bien moins encore le reste avec l'age/l'expérience/l'envie.


0 vote

Citation de steph41190 #295266

" Des hétéros.....qui ne le sont pas... du fait de leur volonté ou de l'image qu'il veulent renvoyer à la société "

Ça serait des personnes homosexuelles qui ne l'assument pas c'est ça ?


0 vote


41 remerciements

Citation de Roxane #295250

Ce questionnaire apparait plutôt bien fait, quoique les qestions soient parfois un peu fermées, et par conception de ce type de questionnaire en ligne est sans visibilité globale, ce qui peut inquiéter et décourager certains.

Dans les FAQ : la population des HSH sexuellement actifs est estimée à 1,5 pour cent de la population générale. Autant que je sache il ne sagit pas de actif/passif mais de gays qui sortent ou draguent ^^. Je ne vois pas trop d'où ils sortent ce chiffre. Après avoir longtemps estimé que tous les gays fréquentent les lieux et appli de rencontre gays, il n'y en aurait plus que 1,5 %, ce qui me semble un peu faible. Ceci d'autant plus qu'il semble y avoir pas mal de HSH qui se disent hétéros, ce qui ne peut que gonffler le chiffre. Mais bon ce type de questionnaire est sensé affiner la question.

Par ailleurs je trouve plutôt bien que le ministère ne se contente pas, ou plus, de sous-traiter sa politique de prévention à des associations, qui par la force des choses ou de leur financement, n'ont pas nécessairement une politique globale de santé publique (ce qu n'est pas non plus leur job).

Ceci d'autant plus qu'autant l'énergie vitale des IST, que l'imprudence de leurs hotes, apparaissent ne pas vouloir se plier aux planifcations ambitieuses ^^


0 vote


41 remerciements

Sinon sur le sujet, il ne semble que tout se passe comme si les gays exclusifs se comportaient comme d'éternels adolescents, en tout cas les gays masculins. Une sorte d'immaturité qui peut aussi bien conduire à des addictions que des restrictions, en tout cas par rapport à la moyenne, la norme sociale.

Roxane parle de stress minoritaire, certainement. En tout cas les plus jeunes n'ont pas de modèle social qui puisse leur permettre de se construire de façon rassurante dans un tempo raisonnable, ce qui occasionne un stress permanent, et laisse la porte ouverte à toutes sortes de tatonnements et d'excès. Les modèles peuvent même désormais être ceux du porno ce qui n'arrange rien, et c'est un euphémisme.

Les modèles anciens fonctionnaient différemment. L'homosexualité était une activité de jeunesse qui précédait mariage et enfants, qui étaient les seules choses importantes. Ces modèles présentaient d'autres défauts tels que d'exposer les jeunes à des abus, et peu étaient vraiment tolérants, peut-être les plus anciens.


0 vote

Citation de Lindos #295278

Les lesbiennes n'ont pas de modèles non plus pour les aider à se construire ;) Je pense qu'il y a un mode de vie «frivole» qui est largement encouragé parmi les gays, et qui cause plus de mal que de bien


0 vote




Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit