Edrazel
Edrazel    femme de 21 ans de Bruxelles |   il y a 30 jours

Sondage (question que je me pose)

Sondage :
Si une pilule vous rendait hétéro et vous faisait oublier que vous êtiez lesbienne ou gay, la prendriez-vous ?
Si oui, pourquoi ?
Si non, pourquoi ?

Robot
Compte supprimé |   il y a 30 jours
Coucou
Je suis gay mais ta question résonne avec une réflexion récente.
Je ne la prendrais pas
-cette différence m'a obligé à mieux me connaître, je sais donc qui je suis de manière assez précise (prendre cette pilule ferait de moi quelqu'un d'autre)
-ce serait céder à la pression qu'on devrait tous être blanc hétérosexuels et cisgenres

On est un peu "obligés" d'affronter le monde avec notre/nos différences mais cela finit par devenir notre force.

Il faut surtout quoi qu'il arrive persévérer dans la connaissance  (et l'acceptation) de soi.
Robot
Compte supprimé |   il y a 30 jours
Je ne suis pas lesbienne mais gay, de toute manière je pense que le contexte est le même, alors je vais répondre à cette question.

Alors non je ne la prend pas.
Car sinon, cela voudrait dire que je renie qui je suis. Je consens que l'on veuille changer. Mais changer son orientation voudrait dire changer ça manière d'être, de paraître, d'agir. Il est vrai qu'être homosexuel c'est contraignant, mais ça permet une certaine ouverture d'esprit, et cela apporte de la diversité, dans un monde ou on cherche à tout uniformiser.  
Edrazel
Edrazel    femme de 21 ans de Bruxelles |   il y a 30 jours
C'est beau ce que tu dis, l'acceptation de soi et tout ça

Personnellement j'y penserais vu le nombre restreint qu'il y a de lesbiennes dans le monde et dans ma ville. Il y a plein de bars gays à Bruxelles mais il n'y a qu'un seul bar pour lesbiennes (et il pas très rempli) donc c'est assez difficile de faire des rencontres dans mon cas. Si j'étais hétéro, je serais casée depuis longtemps. Cependant je pense que je ne prendrai pas la pilule à moins que je sois en danger à cause de mon homosexualité ou d'une très grosse pression familiale. 

Merci pour ta réponse !
Tallos
Tallos    homme de 18 ans de Besançon |   il y a 29 jours
Moi je pense que je la prendrai, je suis conscient de ce que tout cela impliquerait mais je n'ai pas la force d'affronter ou de me confronter au regard des autres... C'est triste j'en suis conscient, aller jusqu'à renier son identité et des différences pour une meilleure vie en communauté et un meilleur confort...

Stupide? dans doute, je pourrai écrire un beau discours sur les différences, la résistance face à la pression, l'acceptation de soit... mais je sait que renoncer à cette facilité serait renoncer à ce que j'aurai réellement fait... dans les deux cas je renoncerai a une parcelle de moi même, mon homosexualité ou ma peur du regard des autres? 

Je choisirait de renoncer à mon homosexualité car j'ai tendance à faire passer les autres avant ma propre personne ce qui me rend peut être trop incertain et soucieux du regard des autres... choisir de garder l'homosexualité a défaut de cette crainte serait en quelque sorte renoncer à mon altruisme, hors, j'y tient plus qu'à mon orientation sexuelle...
Tallos
Tallos    homme de 18 ans de Besançon |   il y a 29 jours
Faite pasgaffe aux fautes, il est tard XD
Edrazel
Edrazel    femme de 21 ans de Bruxelles |   il y a 29 jours
J'ai vu bien pire ^^
Minos
Minos    homme de 19 ans de Laval |   il y a 29 jours
Citation de Edrazel : SONDAGE (question que je me pose) Sondage : Si une pilule vous rendait hétéro et vous faisait oublier que vous êtiez lesbienne ou gay, la prendriez-vous ? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ? Lesbienne Rencontres lesbiennes


Non je suis fier d'être gays, ce sont ceux qui l'accepte pas qui doivent changer. Moi j'aime les hommes, pourquoi je me priverais des hommes?
ZHamilton
ZHamilton    femme de 20 ans de Lille |   il y a 29 jours
L'histoire des pilules me fait penser à matrix: réalité ou perpétuelle illusion !

Pour répondre à la question de l'auteur: OUI je la prendrai tout de suite ! 
Pourquoi ? 

Plus simple ? .. oui, même si la simplicité peut paraître péjorative à beaucoup de personne. Ce serait pour moi que je le ferai. J'assume parfaitement mon homosexualité, quand je suis en couple je me comporte comme tous les autres couples, se tenir la main, s'embrasser en public, tout cela ne me pose aucun soucis. L'ensemble de mon entourage le sait, je ne le crie pas, mais ne le nie pas, le naturel revient toujours au galop de toute manière. Je me fiche absolument de l'avis des gens. 
Seulement en terme de probabilité ... des lesbiennes y en a pas des masses, et même si j'en rencontre la plupart du tard ce n'est pas ca du tout, il faut rencontrer beaucoup de monde pour peut-être rencontrer une personne qui vous interpelle. 

Personnellement je vis tous les jours à hétéroland, c'est lassant de se faire draguer de manière récurrente par des hommes et se sentir complètement transparente aux femmes. Sans compter que pour les enfants c'est un millards de fois plus simple, pas besoin de faire du médical pour cela sauf en cas de problème, pas besoin de se justifier, ni d'essuyer les remarques de plein d'homo disant d'un air dédaigneux '"la vie d'hétéro .. très peu pour moi". Ah parceque vouloir être avec une personne en cdi et fonder une famille c'est hétéro ? .. j'étais pas au courant -> comment donner raison à la manif pour tous. 
C'est aussi lassant de tomber à chaque fois sur des hétéro, une fille me plait, j'ai 99% de malchance qu'elle soit du mauvais bord par rapport à moi, et quand le lesbianisme de la demoiselle est manifeste = clichés, j'ai envie de dire "non merci, je préfère encore aller avec un homme". 
Je rejoins l'auteur du topic, si j'étais hétéro je serais en couple facilement, j'aurai surement autant souffert, les hétéros ne sont pas mieux que les homos, ce n'est pas une affaire de sexe / genre / orientation  mais de personnes. Seulement je ne serais pas en train de ramer pour ne serait-ce que rencontrer des femmes de mon bords. 

De toute façon tout ceci est illusoire, "être fidèle à moi-même reste ma seule ambition", de ce fait j'ai acceptée mon homosexualité, je l'assume parceque c'est une préférence que j'ai et que pour moi être avec un homme n'a absolument rien de naturel ni de "normal", c'est avec une femme que je suis bien, ca n'empêche que je le subie au quotidien.  
Néanmoins, ce genre de réflexions se posent dans MON cas en période de célibat, quand je suis en couple je trace ma route, rien de plus. Le célibat me montre seulement la difficulté de faire des rencontres de qualité, qui serait simplement plus nombreuses en tant que femme hétérosexuelle. 

Pour terminer, je n'ai aucune fierté à être lesbienne, je rejoins katharsis qui avait dit sur un autre topic si j'ai bonne mémoire qu'il n'était pas fier de ce qu'il n'avait pas choisi. C'est exactement mon avis. 
pierre2lune
Pierre2lune    homme de 47 ans de Orange 84100 |   il y a 29 jours
Bonjour Edrazel

Si j,avais 18 ans je me poserai la question mais plus du tout aujourd'hui,  malgré toutes les difficultés que j,ai du surmonter pour m,afirmer,  je suis bien avec moi même à  cet égard. 

Ce serait un miracle s,il y avait une pilule contre l,homophobie par contre.

Je garde d,excellents souvenir de Bruxelles & suis étonné d,apprendre par toi,  qu,il n,y ait qu,un bar pour les filles..
Lindos
Lindos    homme de 34 ans de Lyon |   il y a 29 jours
L'idée de pilule évoque l'idée de maladie.
L'homosexualité entrerait plutôt dans la catégorie des circonstances naturelles que certaines sociétés considèrent comme un handicap, comme être bossu à certaines époques, ou avoir les cheveux crépus ou la peau mate de nos jours.
S'il existait des lotions efficaces et sans risque pour se défriser ou se blanchir la peau faudrait-il les utiliser ?
C'est un peu la question posée.

Il y a certainement de gens qui préfèrent être comme les autres pour ne pas risquer d'être exclus du groupe, ce qui est un réel danger chez les humains.
Il y en a d'autres qui s'étant longuement posé la question, arriveront à la conclusion que la question est mal posée par le groupe, et qu'il y a aucune raison valable pour forcer la diversité naturelle à rentrer dans une norme, quand il n'existe pas de lotion magique, et qu'il est infiniment plus simple que le groupe accepte la différence telle qu'elle est.

Personnellement je me suis rangé à la seconde possibilité.
Micka77120
Micka77120    homme de 20 ans de Mouroux |   il y a 29 jours
Bonjour Edrazel, 

Moi je ne la prendrai pas,  car en quoi somme nous si différents des autres  ? Par ce qu'on aime un garçon ou une fille ?
Je suis pareil que tout être humain sur terre je travail je paye mais impôt, je sort avec mais amis, je vie une vie normale. J'ai pas honte de qui je suis, je suis en paix avec moi même j'adore ma vie   si j'ai  envie d'embrasser mon chérie en plienne rue je le fait point le regard des autres mais tellement indifférent, que je les oublie .
Même si on serai hetero il y aura toujours des gens pour critiquer parlez sur votre dos etc...
Robot
Compte supprimé |   il y a 29 jours
Oui je la prendrai. Ca sera toujours plus facile d'être hétéro
desiles54
Desiles54    femme de 40 ans de Audun-le-Roman |   il y a 29 jours
Moi je ne la prendrai pas. J'aime trop les femmes, je n'arrive même pas à imaginer une vie ou j'aimerais un homme.
Personnellement je suis bien dans ma tête et dans mon corps. Je m'accepte comme suis.
nico95
Nico95    homme de 21 ans de Mergey |   il y a 29 jours
Personnellement si un médicament pour soigner l'homosexualité existait je ne le prendrai pas, même sous la contrainte,
pour plusieurs raisons:
- déjà je ne suis pas gay mais pansexuel, donc ça risque de pas marcher
- admettons que ça marche, un changement, orientation sexuel veut dire un changement complet de personnalité, et ma personnalité elle me vas très bien je veut pas la changer.
- j'aime pas les médicament  

Pour info il y a réellement des charlatans qui proposent des "traitements" pour "soigner" l'homosexualité, en vrais ça ne marche pas mais il y a beaucoup de personnes qui subissent ce type de traitement  surtout à cause de la pression familiale.
MonsieurS
MonsieurS    homme de 24 ans de Noyelles-Godault |   il y a 29 jours
Personnellement, je la prendrais. Ca simplifierait énormément de choses et pour fonder une famille c'est l'idéal. Mais ce n'est pas possible et si elle existait réellement je ne la prendrais peut-être même pas pour des raisons éthiques au risque de devenir dépendant à cette pilule.

On n'a pas le choix de son notre orientation sexuelle, mais on a le choix de la vivre. Et donc pour ma période de transition de l'hétérosexualité au coming-out, c'est un choix contraint que j'ai fait.

Citation de Yvalik : Il est vrai qu'être homosexuel c'est contraignant, mais ça permet une certaine ouverture d'esprit, et cela apporte de la diversité, dans un monde ou on cherche à tout uniformiser.  

Je le conteste. Il y a des thèses xénophobes et anti-pieux tenus par les partisans du lobby LGBT tout aussi graves que l'homophobie.
steph4190
Steph4190    homme de 41 ans de Blois |   il y a 29 jours
Salut a tous
Pour mon cas ....je ne la prendrais pas...on est comme on est!
Je ne changerai pas pour rien au monde et surtout pour une bande d'hypocrite homophobe.
Sans vouloir vexer personne...je pense que ceux qui voudraient la prendre...le feraient uniquement à cause de l'image que leur renvoie la société! et je ne pense pas qu'en faisant cela vous seriez mieux dans votre peau pour autant, car on a beau dire la nature a toujours le dessus..."chassez le naturel il reviendra au galop"!

Même si certaines personnes ici voient le verre à moitié vide! malheureusement!
Mais je respect la décision de chacun!
Ataraxie
Ataraxie    femme de 18 ans de Paris |   il y a 29 jours
Un peu triste comme topic

Il vaudrait mieux faire avaler la pilule de la tolérance à tous les autres plutôt que de prendre celle-là! Si on prenait une pilule pour changer son orientation, c'est que l'on changerait son inconscient, toute sa personne, bref, on ne serait plus celui/celle que l'on est... 

Je reprends une très belle phrase d'Anaïs Nin qui a beaucoup de sens: "L'érotisme est l'une des bases de la connaissance de soi". Connaître ses désirs et les accepter... être soi, tout simplement.
ZHamilton
ZHamilton    femme de 20 ans de Lille |   il y a 29 jours
Cela dépend si vous pensez que votre sexualité est fondamental dans votre vie, personnellement ce n'est qu'un détail parmi d'autres qui n'a d'influence que celle que je lui donne soit peu, intrinsèquement à ma personnalité qui ne découle certainement pas d'elle. 
Il faut simplement voir qu'il n'y a que 10% d'homosexuels et encore, ce qui est compliqué pour les rencontres. Même quand on fréquente un peu le milieu, c'est continuellement les mêmes têtes, ce qui est décevant. Personnellement mon choix serait plus pour cette raison plutôt que pour répondre à image sociale dont je me contre fiche éperdument, étant en parfaite harmonie avec ma sexualité. 
Il n'y a pas que les autres "homophobes" dans la question du topic. 

 MonsieurS  Je le conteste. Il y a des thèses xénophobes et anti-pieux tenus par les partisans du lobby LGBT tout aussi graves que l'homophobie.
-> Exactement, merci d'arrêter de penser que les homos sont des gens intègrent et d'une moralité sans faille, seule contre un monde hétérosexuel qui les oppriment. 
Ataraxie
Ataraxie    femme de 18 ans de Paris |   il y a 29 jours
Le sexualité est fondamentale... elle ne découle pas de notre personnalité, mais il est fort probable que notre personnalité en découle, elle! Je m'explique: depuis l'enfance déjà, les humains ont une sexualité... (même si les théories de Freud sont discutées, notamment au niveau de la sexualité féminine ou encore de la période de latence , il n'en demeure pas moins que l'enfant est un pervers polymorphe -> téter le sein, sucer son pouce, faire ses besoins... et plus tard, jouer au docteur ou tout autre jeu érotique (avec une fille ou un garçon) sont des manifestations de la sexualité infantile. Bref, qu'on le veuille ou non nous sommes en plein dans la sexualité, nous sommes sexués.

C'est pourquoi prendre cette pilule reviendrait à se changer entièrement... (la part d'inné mais aussi la part d'acquis...)

On ne choisit pas son orientation, en effet, alors encore la vivre plutôt que de la refouler! - parce que le refoulement est la seule option restante... aucun "médecin" ne pourra "guérir" ce qui fait manifestement partie de la sexualité humaine (et animale aussi d'ailleurs -> dauphins, girafes, éléphants, antilopes, cygnes, vautours, singes... et bien d'autres espèces ne sont pas exclusivement hétérosexuelles... 

10% c'est vrai que ça ne fait pas beaucoup, mais il existe énormément d'homosexuels qui s'ignorent... à cause des pressions sociales - il doit y avoir beaucoup plus d'homosexuels/bisexuels chez les bonobos que chez les humains... 

-> Quant à l'ouverture d'esprit... je vous rejoins! Il y a des homosexuels qui tiennent des propos complètement absurdes, voire très conformistes - du reste, un homosexuel peut aussi battre son conjoint, violer, tuer quelqu'un... ce n'est pas parce que les homosexuels sont "opprimés", qu'ils sont tous des enfants de chœur...