L'application est disponible sur Android en cliquant ci-dessous. N'oubliez pas de nous laisser un avis =)
BeTolerant application sur Google Playstore

Sondage (question que je me pose)

Forum Lesbien


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Sondage (question que je me pose)

Coucou
Je suis gay mais ta question résonne avec une réflexion récente.
Je ne la prendrais pas
-cette différence m'a obligé à mieux me connaître, je sais donc qui je suis de manière assez précise (prendre cette pilule ferait de moi quelqu'un d'autre)
-ce serait céder à la pression qu'on devrait tous être blanc hétérosexuels et cisgenres

On est un peu "obligés" d'affronter le monde avec notre/nos différences mais cela finit par devenir notre force.

Il faut surtout quoi qu'il arrive persévérer dans la connaissance  (et l'acceptation) de soi.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je ne suis pas lesbienne mais gay, de toute manière je pense que le contexte est le même, alors je vais répondre à cette question.

Alors non je ne la prend pas.
Car sinon, cela voudrait dire que je renie qui je suis. Je consens que l'on veuille changer. Mais changer son orientation voudrait dire changer ça manière d'être, de paraître, d'agir. Il est vrai qu'être homosexuel c'est contraignant, mais ça permet une certaine ouverture d'esprit, et cela apporte de la diversité, dans un monde ou on cherche à tout uniformiser.  

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Moi je pense que je la prendrai, je suis conscient de ce que tout cela impliquerait mais je n'ai pas la force d'affronter ou de me confronter au regard des autres... C'est triste j'en suis conscient, aller jusqu'à renier son identité et des différences pour une meilleure vie en communauté et un meilleur confort...

Stupide? dans doute, je pourrai écrire un beau discours sur les différences, la résistance face à la pression, l'acceptation de soit... mais je sait que renoncer à cette facilité serait renoncer à ce que j'aurai réellement fait... dans les deux cas je renoncerai a une parcelle de moi même, mon homosexualité ou ma peur du regard des autres? 

Je choisirait de renoncer à mon homosexualité car j'ai tendance à faire passer les autres avant ma propre personne ce qui me rend peut être trop incertain et soucieux du regard des autres... choisir de garder l'homosexualité a défaut de cette crainte serait en quelque sorte renoncer à mon altruisme, hors, j'y tient plus qu'à mon orientation sexuelle...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Faite pasgaffe aux fautes, il est tard XD

photo de l'auteur Minos
Minos
Homme de 21 ans
Paris

1 remerciement
Citation de Edrazel : SONDAGE (question que je me pose) Sondage : Si une pilule vous rendait hétéro et vous faisait oublier que vous êtiez lesbienne ou gay, la prendriez-vous ? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ? Lesbienne Rencontres lesbiennes


Non je suis fier d'être gays, ce sont ceux qui l'accepte pas qui doivent changer. Moi j'aime les hommes, pourquoi je me priverais des hommes? :o

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
L'histoire des pilules me fait penser à matrix: réalité ou perpétuelle illusion !

Pour répondre à la question de l'auteur: OUI je la prendrai tout de suite ! 
Pourquoi ? 

Plus simple ? .. oui, même si la simplicité peut paraître péjorative à beaucoup de personne. Ce serait pour moi que je le ferai. J'assume parfaitement mon homosexualité, quand je suis en couple je me comporte comme tous les autres couples, se tenir la main, s'embrasser en public, tout cela ne me pose aucun soucis. L'ensemble de mon entourage le sait, je ne le crie pas, mais ne le nie pas, le naturel revient toujours au galop de toute manière. Je me fiche absolument de l'avis des gens. 
Seulement en terme de probabilité ... des lesbiennes y en a pas des masses, et même si j'en rencontre la plupart du tard ce n'est pas ca du tout, il faut rencontrer beaucoup de monde pour peut-être rencontrer une personne qui vous interpelle. 

Personnellement je vis tous les jours à hétéroland, c'est lassant de se faire draguer de manière récurrente par des hommes et se sentir complètement transparente aux femmes. Sans compter que pour les enfants c'est un millards de fois plus simple, pas besoin de faire du médical pour cela sauf en cas de problème, pas besoin de se justifier, ni d'essuyer les remarques de plein d'homo disant d'un air dédaigneux '"la vie d'hétéro .. très peu pour moi". Ah parceque vouloir être avec une personne en cdi et fonder une famille c'est hétéro ? .. j'étais pas au courant -> comment donner raison à la manif pour tous. 
C'est aussi lassant de tomber à chaque fois sur des hétéro, une fille me plait, j'ai 99% de malchance qu'elle soit du mauvais bord par rapport à moi, et quand le lesbianisme de la demoiselle est manifeste = clichés, j'ai envie de dire "non merci, je préfère encore aller avec un homme". 
Je rejoins l'auteur du topic, si j'étais hétéro je serais en couple facilement, j'aurai surement autant souffert, les hétéros ne sont pas mieux que les homos, ce n'est pas une affaire de sexe / genre / orientation  mais de personnes. Seulement je ne serais pas en train de ramer pour ne serait-ce que rencontrer des femmes de mon bords. 

De toute façon tout ceci est illusoire, "être fidèle à moi-même reste ma seule ambition", de ce fait j'ai acceptée mon homosexualité, je l'assume parceque c'est une préférence que j'ai et que pour moi être avec un homme n'a absolument rien de naturel ni de "normal", c'est avec une femme que je suis bien, ca n'empêche que je le subie au quotidien.  
Néanmoins, ce genre de réflexions se posent dans MON cas en période de célibat, quand je suis en couple je trace ma route, rien de plus. Le célibat me montre seulement la difficulté de faire des rencontres de qualité, qui serait simplement plus nombreuses en tant que femme hétérosexuelle. 

Pour terminer, je n'ai aucune fierté à être lesbienne, je rejoins katharsis qui avait dit sur un autre topic si j'ai bonne mémoire qu'il n'était pas fier de ce qu'il n'avait pas choisi. C'est exactement mon avis. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour Edrazel

Si j,avais 18 ans je me poserai la question mais plus du tout aujourd'hui,  malgré toutes les difficultés que j,ai du surmonter pour m,afirmer,  je suis bien avec moi même à  cet égard. 

Ce serait un miracle s,il y avait une pilule contre l,homophobie par contre.

Je garde d,excellents souvenir de Bruxelles & suis étonné d,apprendre par toi,  qu,il n,y ait qu,un bar pour les filles..

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
L'idée de pilule évoque l'idée de maladie.
L'homosexualité entrerait plutôt dans la catégorie des circonstances naturelles que certaines sociétés considèrent comme un handicap, comme être bossu à certaines époques, ou avoir les cheveux crépus ou la peau mate de nos jours.
S'il existait des lotions efficaces et sans risque pour se défriser ou se blanchir la peau faudrait-il les utiliser ?
C'est un peu la question posée.

Il y a certainement de gens qui préfèrent être comme les autres pour ne pas risquer d'être exclus du groupe, ce qui est un réel danger chez les humains.
Il y en a d'autres qui s'étant longuement posé la question, arriveront à la conclusion que la question est mal posée par le groupe, et qu'il y a aucune raison valable pour forcer la diversité naturelle à rentrer dans une norme, quand il n'existe pas de lotion magique, et qu'il est infiniment plus simple que le groupe accepte la différence telle qu'elle est.

Personnellement je me suis rangé à la seconde possibilité.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour Edrazel, 

Moi je ne la prendrai pas,  car en quoi somme nous si différents des autres  ? Par ce qu'on aime un garçon ou une fille ?
Je suis pareil que tout être humain sur terre je travail je paye mais impôt, je sort avec mais amis, je vie une vie normale. J'ai pas honte de qui je suis, je suis en paix avec moi même j'adore ma vie   si j'ai  envie d'embrasser mon chérie en plienne rue je le fait point le regard des autres mais tellement indifférent, que je les oublie .
Même si on serai hetero il y aura toujours des gens pour critiquer parlez sur votre dos etc...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Oui je la prendrai. Ca sera toujours plus facile d'être hétéro

photo de l'auteur desiles54
Desiles54
Femme de 42 ans
Audun-le-Roman

33 remerciements
Moi je ne la prendrai pas. J'aime trop les femmes, je n'arrive même pas à imaginer une vie ou j'aimerais un homme.
Personnellement je suis bien dans ma tête et dans mon corps. Je m'accepte comme suis.

photo de l'auteur nico95
Nico95
Homme de 23 ans
mergey
Personnellement si un médicament pour soigner l'homosexualité existait je ne le prendrai pas, même sous la contrainte,
pour plusieurs raisons:
- déjà je ne suis pas gay mais pansexuel, donc ça risque de pas marcher
- admettons que ça marche, un changement, orientation sexuel veut dire un changement complet de personnalité, et ma personnalité elle me vas très bien je veut pas la changer.
- j'aime pas les médicament  

Pour info il y a réellement des charlatans qui proposent des "traitements" pour "soigner" l'homosexualité, en vrais ça ne marche pas mais il y a beaucoup de personnes qui subissent ce type de traitement  surtout à cause de la pression familiale.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Personnellement, je la prendrais. Ca simplifierait énormément de choses et pour fonder une famille c'est l'idéal. Mais ce n'est pas possible et si elle existait réellement je ne la prendrais peut-être même pas pour des raisons éthiques au risque de devenir dépendant à cette pilule.

On n'a pas le choix de son notre orientation sexuelle, mais on a le choix de la vivre. Et donc pour ma période de transition de l'hétérosexualité au coming-out, c'est un choix contraint que j'ai fait.

Citation de Yvalik : Il est vrai qu'être homosexuel c'est contraignant, mais ça permet une certaine ouverture d'esprit, et cela apporte de la diversité, dans un monde ou on cherche à tout uniformiser.  

Je le conteste. Il y a des thèses xénophobes et anti-pieux tenus par les partisans du lobby LGBT tout aussi graves que l'homophobie.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Un peu triste comme topic :(

Il vaudrait mieux faire avaler la pilule de la tolérance à tous les autres plutôt que de prendre celle-là! Si on prenait une pilule pour changer son orientation, c'est que l'on changerait son inconscient, toute sa personne, bref, on ne serait plus celui/celle que l'on est... 

Je reprends une très belle phrase d'Anaïs Nin qui a beaucoup de sens: "L'érotisme est l'une des bases de la connaissance de soi". Connaître ses désirs et les accepter... être soi, tout simplement.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Cela dépend si vous pensez que votre sexualité est fondamental dans votre vie, personnellement ce n'est qu'un détail parmi d'autres qui n'a d'influence que celle que je lui donne soit peu, intrinsèquement à ma personnalité qui ne découle certainement pas d'elle. 
Il faut simplement voir qu'il n'y a que 10% d'homosexuels et encore, ce qui est compliqué pour les rencontres. Même quand on fréquente un peu le milieu, c'est continuellement les mêmes têtes, ce qui est décevant. Personnellement mon choix serait plus pour cette raison plutôt que pour répondre à image sociale dont je me contre fiche éperdument, étant en parfaite harmonie avec ma sexualité. 
Il n'y a pas que les autres "homophobes" dans la question du topic. 

 MonsieurS  Je le conteste. Il y a des thèses xénophobes et anti-pieux tenus par les partisans du lobby LGBT tout aussi graves que l'homophobie.
-> Exactement, merci d'arrêter de penser que les homos sont des gens intègrent et d'une moralité sans faille, seule contre un monde hétérosexuel qui les oppriment. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Le sexualité est fondamentale... elle ne découle pas de notre personnalité, mais il est fort probable que notre personnalité en découle, elle! Je m'explique: depuis l'enfance déjà, les humains ont une sexualité... (même si les théories de Freud sont discutées, notamment au niveau de la sexualité féminine ou encore de la période de latence , il n'en demeure pas moins que l'enfant est un pervers polymorphe -> téter le sein, sucer son pouce, faire ses besoins... et plus tard, jouer au docteur ou tout autre jeu érotique (avec une fille ou un garçon) sont des manifestations de la sexualité infantile. Bref, qu'on le veuille ou non nous sommes en plein dans la sexualité, nous sommes sexués.

C'est pourquoi prendre cette pilule reviendrait à se changer entièrement... (la part d'inné mais aussi la part d'acquis...)

On ne choisit pas son orientation, en effet, alors encore la vivre plutôt que de la refouler! - parce que le refoulement est la seule option restante... aucun "médecin" ne pourra "guérir" ce qui fait manifestement partie de la sexualité humaine (et animale aussi d'ailleurs -> dauphins, girafes, éléphants, antilopes, cygnes, vautours, singes... et bien d'autres espèces ne sont pas exclusivement hétérosexuelles... 

10% c'est vrai que ça ne fait pas beaucoup, mais il existe énormément d'homosexuels qui s'ignorent... à cause des pressions sociales - il doit y avoir beaucoup plus d'homosexuels/bisexuels chez les bonobos que chez les humains... 

-> Quant à l'ouverture d'esprit... je vous rejoins! Il y a des homosexuels qui tiennent des propos complètement absurdes, voire très conformistes - du reste, un homosexuel peut aussi battre son conjoint, violer, tuer quelqu'un... ce n'est pas parce que les homosexuels sont "opprimés", qu'ils sont tous des enfants de chœur... 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Une telle pilule accentuerait la stigmatisation des homosexuel·le·s, car on pourrait alors dire que les personnes font le choix de leur orientation (ou du moins font le choix de ne pas en changer).
De plus, les personnes homosexuelles se feraient encore plus rares (des homo choisiraient de devenir hétéro, mais je ne pense pas que l'inverse se produise).

photo de l'auteur Urukan
Urukan
Homme de 29 ans
Bruxelles

1 remerciement
Le fait que je sois homo fait partie de moi, c'est ce que je suis.

Si je prenais cette pilule ça me changerait, ça ne serait plus moi et je veux rester moi et ne pas être un autre.

photo de l'auteur fatalitas
Fatalitas
Homme de 52 ans
montreuil

4 remerciements
salut non pas de pilule c est comme ça c est tout !

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Sûrement pas, même si être hétéro est plus "simple", je doute que ce soit raisonnable de changer ce que l'on est.  moins d'en souffrir de manière vraiment importante. 

Mais come je me tue à le dire aux personnes qui ne supportent pas l'idée d'homosexualité, c'est quelque chose que l'on ne peut pas choisir, donc qui vient du plus profond de notre personne. 

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
 
Citation de MonsieurS
...
Citation de Yvalik : Il est vrai qu'être homosexuel c'est contraignant, mais ça permet une certaine ouverture d'esprit, et cela apporte de la diversité, dans un monde ou on cherche à tout uniformiser.   

Je le conteste. Il y a des thèses xénophobes et anti-pieux tenus par les partisans du lobby LGBT tout aussi graves que l'homophobie.


En France la liberté des pieux s'arrête à leur pieu.

Pas même au lit de leurs enfants, et en tout cas pas de leurs enfants gays, seulement à leur propre pieu.

S'ils se refusent à l'admettre on leur expliquera gentiment pourquoi il n'y a aucun fondement à ce qu'ils empiètent sur la liberté des autres.
S'ils insistent pour imposer leur point de vue ils rencontreront des résistances.
Il n'y a là aucune xénophobie anti religieuse, juste le rappel que leur liberté de culte est assujetie au respect de la liberté des autres.

Les pieux n'ont pas besoin des gays pour être victimes de xénophobie, ils ne se supportent pas d'un culte à l'autre. Les lois qui les protègent les protègent de leurs propres xénophobies réciproques, de la même façon qu'on protège les enfants contre leurs enfantillages, pour limiter les risques.

C'est d'ailleurs autrement plus primordial que leur manie de toujours s'interesser aux fesses des autres, qui est complétement secondaire, et la seule chose sur laquelle ils parviennent à avoir quelques prises.

Bref que les pieux gardent leur pieu, et chacun vivra chez soi sans gêner les autres.

photo de l'auteur Ranargata
Ranargata
Homme de 30 ans
Lille

7 remerciements
Et oui Lindos...
Nous ne découvrons pas MonsieurS. Qui a une fois de plus trouvé le moyen de caser son expression fétiche "lobby LGBT" pour laquelle il voue une admiration sans borne. Cette expression qui défile H24 dans son cerveau comme si ce dernier était celui d'une malheureuse victime embrigadée par une secte dont le gourou  aurait ordonné à ses adeptes de la prononcer 15 fois par jour pour se sentir mieux. Expression utilisée par une association intégriste catholique d'extrême-droite se nommant CIVITAS. Malheureusement depuis le 23 Avril 2016, cette association bénéficie du statut de parti politique. Les dons perçus par cet institut font donc désormais l'objet d'exonérations fiscales à hauteur de 66%. Il s'agit donc d'un financement public indirect puisqu'il s'agit bien d'un manque à gagner pour l'Etat au profit d'un institut intégriste catholique (fondé par J. Ousset, disciple de C. Maurras, théoricien du nationalisme intégral, proche de M.Lefebvre, archevêque catholique intégriste fondateur de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X). L'association se définit elle-même comme un "lobby catholique traditionaliste". Une fois de plus je ne peux donc me taire face à une phrase aussi ridicule que possible. D'autant plus que l'auteur nous a déjà expliqué son attachement au principe du "le contribuable paie alors il ne veut pas payer n'importe quoi".
Lorsqu'on lui parle de diversité, il nous parle de xénophobie, quel drôle de principe. La revendication de droits équivalents à d'autres catégories de citoyens serait de la xénophobie. La manifestation de groupuscules identitaires d'extrême droite proches d'Alain Soral pour prôner une société patriarcale aux racines chrétiennes de race blanche et 100% hétérosexuelle qui se financent avec nos impôts .... c'est quoi ?
Ces groupuscules comme CIVITAS qui parlent de "lobby LGBT" ne sont ni plus ni moins que l'équivalent catholique des mouvements salafistes. Par ailleurs, que les pieux nous foutent la paix, qu'ils fassent ce qu'ils veulent dans leurs enceintes. Nous vivons dans un pays dont le principe de laïcité est en place depuis 1905. L'institut CIVITAS aurait du être dissolu depuis bien longtemps. 
PS. Pour ceux qui connaissent le sujet. Début 2016, suite à de nombreuses pétitions, l’administration fiscale avait fait cesser les baisses d'impôts aux donateurs. Hélas, CIVITAS a donc contourné le problème en devenant parti politique. La laïcité c'est ..... demain.

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Oui il y a maintenant beaucoup de petits partis politiques "satellites", soit utilisés pour financer indirectement les plus gros et contourner la loi sur le financement des partis politique, soit pour peser dans le débat, soit pour les deux.

Il n'existe pas que des partis chrétiens, mais aussi musulmans qui pour l'instant ne peuvent que s'afficher démocrates, et qui rencontrent malgré tout déjà beaucoup de résistances chez les chrétiens y compris ceux qui se disent démocrates. 
Mais je suppose que leur liberté doit rapidement être limitée par la surveillance administrative sans contrôle judiciaire que la loi permet désormais (possibilité qui serait probablement utilisées pour surveiller plus de gens si un parti extrémiste parvenait au pouvoir, c'est juste une question de nombre de fonctionnaires formés pour cela).

La raison d'être d'un parti est le lobbying politique.
Or il n'existe pas encore de parti LGBT, qui rencontrerait des tas de résistances, et ne se justifierait pas vraiment parce que la liberté et égalité des LGBT est un droit fondamental.

Le pape lui-même pourtant modéré emploie le terme de "lobby LGBT". C'est vrai qu'il répète ce que lui suggèrent les conservateurs, mais s'il veut faire évoluer la reconnaissance des gays et des divorcés, l'égalité des femmes, etc, dans un monde où le plus grand nombre de catholiques sont désormais dans les pays plus traditionnels du sud, il n'a guère d'autre choix que de céder d'un coté ce qu'il veut obtenir de l'autre. Plus fondamentalement quand on ne peut pas changer l'homophobie des textes sacrés fondateurs, un homosexuel toléré isolément est une chose, et un groupe d'homosexuels ayant des revendications en est une autre. Tout cela dans le contexte où la clandestinité de la sexualité des prêtres a entrainé des abus. Ce serait pathétique si cela n'avait pas tant de conséquences.

En même temps on assiste à une renaissance de l'espoir chez les croyants conservateurs, notamment en Occident où la science et l'éducation les avait affaiblis,  car les extrémistes populistes ont redécouvert ce qui était évident pour les anciens, à savoir que les religions monothéistes peuvent être utilisées comme de puissantes idéologies de pouvoir. Elles prêchent le lien intra-communautaire, offrent la conviction de se battre pour des causes justes, et la vie éternelle à ceux qui risquent leur vie pour ces causes. 

Pas besoin de pilules pour guérir des croyances religieuses, elles sont conçues par, et optimisées pour contrôler les terriens. Elles sont des outils au même titre que la hache ou la tronçonneuse, on les utilise ou pas.

Il en va tout autrement de l'homosexualité, que la reproduction sexuelle s'entête à transmettre à l'identique ou presque à travers les âges et les continents chez les humains, alors qu'en principe les caractères totalement inutiles tendent à disparaître. L'homosexualité existe parce que la sexualité existe, et apparaît en être indissociable.

Plutôt qu'un médicament pour la guérir, il serait plus efficace d'envisager la reproduction par clonage : plus de sexualité, alors plus d'homosexualité.

photo de l'auteur Emilie
Emilie
Femme de 27 ans
Toulouse

2 remerciements
Je la prendrai certainement , justement parce que la vie serait plus simple , que je n'aurais pas peur de la reaction des gens lorsque je leur annoncerai que je suis en couple avec tel ou tel personne , enfin voila peut être lâche pour certains mais c'est comme ça ! Je m'accepte comme je suis mais s'il y avait la possibilité d'être autrement je tenterai sûrement ma chance ! 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Moi je pense que je la prendrais 
Non pas parce que je ne m'assume pas ou autre 
Juste que dans la société actuelle je la prendrais parce que la différence est mal vu 
On a moins de choix et nous sommes restreins je suis d'accord sur le fait que se sont ceux qui n’accepte pas la différence qui devrait changer 
Mais pour l'instant se n'est pas la cas alors je la prendrais 

photo de l'auteur Enchanted68
Enchanted68
Femme de 21 ans
Paris

2 remerciements
Sondage :
Si une pilule vous rendait hétéro et vous faisait oublier que vous êtiez lesbienne ou gay, la prendriez-vous ?
Si oui, pourquoi ?
Si non, pourquoi ?

Je vais peut-être retourner la question, mais imaginons qu'on pose la question à un hétérosexuel sur la question. Peut-être bien qu'il dirait oui ? Peut-être non ? 
Enfin, tu poses un sondage, et personnellement je te dirai que non... et oui en même temps !
J'ai également pensé à Matrix, enfin la pilule bleu ou rouge, que choisir ? 

Si je prends cette pilule avec un effet amnésique, ce serait par curiosité; je pense qu'il serait probable que je retourne à un questionnement de moi-même. Je m'explique:
Admettons que je prenne la pilule qui me fait perdre ma mémoire lesbienne, tout ça... J'irai dans une situation hétérosexuelle. Cependant, à un moment de ma vie, j'ai réellement cru que j'étais hétéro. En revenant à ce stade, bien que la mémoire ne s'en souvienne pas, je sais que ma sexualité m'est intimement liée. C'est écrit en moi, et je serais dans un refoulement perpétuel de moi-même. Ce n'est pas parce que l'on perd la mémoire qu'on perd notre faculté d'être ce qui nous est sexuellement lié ! Enfin, je ne sais pas si vous avez compris ce que je tente de dire ? 

En partant de ce principe, je ne pense pas prendre cette pilule. Je sais que ça va me rappeler, à un moment donné des souffrances de ce passé. Même si on l'oublie, qqch en moi pourra s'en souvenir. Avec toutes les expériences qu'on a pu faire, il faudrait repartir de zéro... Non merci. A présent je sais qui je suis, je sais où je vais. Je suis déterminée à faire valoir mes droits, déjà de femme, ensuite de femme homosexuelle ! Qu'importe les personnes qui nous entourent. Il faut être heureux tel que l'on est. Je sais combien l'acceptation de soi est parfois difficile, ça prend du temps. Cependant, une fois qu'on se tolère puis qu'on s'accepte, il n'y a même plus à se poser la question. 

Soyons libre d'être ce que l'on est. Soyons heureux de nos différences ! Celles-ci forment notre force ! Qu'est ce que ce serait gris si tout le monde se ressemblait ! 
Bises ;) 

P. S. : Ce fut une excellente question ! 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je ne suis pas vraiment si je suis lesbienne (meme si parfois jpense avoir des sentiments pour des filles).... mais je prendrais la pilule pour etre certaine d'etre hetero

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je ne suis pas vraiment si je suis lesbienne (meme si parfois jpense avoir des sentiments pour des filles).... mais je prendrais la pilule pour etre certaine d'etre hetero

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonne question :o
Je pense que je ne la prendrais pas, le fait d'être gay m'a fait beaucoup réfléchir et m'a apporté une grande ouverture d'esprit et je pense aussi une maturité que je n'aurais pas eu d'après moi si je l'aurais pas été. Je pense vraiment que j'aurais été homophobe et peu tolérant et quelqu'un de complètement différent . Ma sexualité m'a aussi fait rencontré des gens, aimé des gens et je pense pas que ça aurait été la même chose si j'étais hétéro. C'est vrai que c'est très tentant d'avoir une vie d'hétéro, plus sereine, pouvoir vivre en couple et fonder une famille facilement, mais changer de sexualité pour moi, ça serait être quelqu'un d'autre et donc un peu mourir en quelque sorte donc non. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Clairement, si une pilule pour être hétéro existait, je la prendrais. J'en prendrais deux même, on sait jamais c'est pour bien être sûr de devenir hétéro. Ma vie serait beaucoup, beaucoup plus facile.

Mais si je dois en oublier mon passé, alors je refuse, mon homosexualité m'a construit, elle a fait de moi qui je suis et je m'accepte aujourd'hui, alors je réfléchirais mais bon, ça dépend si on oublie la quasi totalité de sa vie ou non.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je pense que je ne la prendrais pas. J'ai l'impression que la vie des hétéros est plus facile mais cette facilité la rend moins intéressante. Le "monde" LGBTi est tellement marrant, challengeant. Être gay ça a apporté du piment à ma vie. Le piment ça fait mal mais bizarrement certains en deviennent accro et en mettent dans tout leurs plats. Je crois que je suis de ceux-là. C'est peut-être un peu fou... Il y a trois ans ma réponse aurait été différente mais aujourd'hui je vois les choses autrement. Être homosexuel m'offre de vivre une expérience atypique. De plus une fois le moment du coming out passé (moment que je n'ai pas encore passé d'ailleurs) tu peux peut-être te permettre plus de chose. Les gens n'attendent plus grand chose de toi puisque de toute manière tu es "bizarre". On a donc une plus grande liberté. Typiquement dans un quartier gay tu peux trouver des hommes qui portent des talons et les hétéros qui passent à côté se diront "oh de toute manière il est gay... c'est normal qu'il aime ça..." alors que si tu es hétéro tu auras plein de questions : "pourquoi tu fais ça ? tu es fou ?". Être étiqueté gay c'est avoir le droit de faire des choses "bizarres", pourquoi je me priverai de cette liberté.   

Pour les lesbiennes qui ont dit qu'elles prendraient la pilule car c'est dure de faire des rencontres : j'avais la même impression il y a quelque de temps, les lesbiennes ont moins de site de rencontre, de bars... C'est dommage ! C'est peut-être dû en partie au fait que l'homosexualité féminine était un peu plus acceptée et du coup les femmes ont peut-être moins senti le besoin de se cacher dans des quartiers ou des bars spécialisé ? (je sais vraiment pas c'est une hypothèse un peu foireuse...) Mais il est temps que ça change, il faudrait que les lesbiennes se créent des endroits à elle, des sites que pour elles, des applications de rencontre et tout ce qu'il faut pour qu'elles se sentent à l'aise et nous les gays devrions les aider !   

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
cette histoire de pilule m'en rappelle une autre, que vous connaissez sûrement, celle de Matrix premier volet...

cette idée que la nature de l'homosexualité serait dissoute par son incorporation à l'hétérosexualité et qu'enfin on connaitrait une vie lucide et unitive avec la vrai société est une perspective que je trouve réductrice de ce qu'est réellement l'homosexualité...

mais je vais y répondre quant même...
Si une pilule vous rendait hétéro et vous faisait oublier que vous êtiez lesbienne ou gay, la prendriez-vous ?

Si oui, pourquoi ?
si on me donne aussi la pilule inverse qui me restitue mon homosexualité je la prendrais pour voir... 

Si non, pourquoi ?
et pourtant non finalement je ne la prendrais pas...
car je ne vois pas en quoi être hétérosexuel me donnerait une autre présence aux autres...

si vous ne pouvez pas être humain comme homosexuel(le), vous ne le serez pas plus comme hétérosexuel(le)...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Ratybi : Pour les lesbiennes qui ont dit qu'elles prendraient la pilule car c'est dure de faire des rencontres : j'avais la même impression il y a quelque de temps, les lesbiennes ont moins de site de rencontre, de bars... C'est dommage ! C'est peut-être dû en partie au fait que l'homosexualité féminine était un peu plus acceptée et du coup les femmes ont peut-être moins senti le besoin de se cacher dans des quartiers ou des bars spécialisé ? (je sais vraiment pas c'est une hypothèse un peu foireuse...) Mais il est temps que ça change, il faudrait que les lesbiennes se créent des endroits à elle, des sites que pour elles, des applications de rencontre et tout ce qu'il faut pour qu'elles se sentent à l'aise et nous les gays devrions les aider !   

Je ne pense pas que ce soit ça, ni qu'on puisse vraiment dire que l'homosexualité féminine soit mieux acceptée que la masculine (elle excite, mais c'est tout).
Je dirais qu'il n'y a pas (ou peu) de lieux dédiés aux femmes homosexuelles parce que nous sommes dans une société sexiste, et qu'il y a déjà très peu de lieux pour les femmes (les lieux mixtes étant majoritairement masculins). L'espace public est destiné aux hommes, les femmes n'ont qu'à rester à la maison.

photo de l'auteur Ssourire
Ssourire
Non binaire de 26 ans
Saint Pierre (La Réunion)
Je ne la prendrais pas car cela fait parti de moi et je ne veux pas que l'on me change dans le seul but de me faire rentrer dans un moule.
C'est pas ma sexualité qui me pose problème mais les stéréotype qui sont véhiculés par la société.

photo de l'auteur Skyquiver
Skyquiver
Homme de 30 ans
Près de Nice

9 remerciements
Nous sommes une minorité, les opportunités et les belles rencontres sont donc d'autant plus rares, voire inexistantes, trouver une personne qui nous correspond reste une tâcher ardue. Je ne parle même pas de la sexualité chez les gays qui rend encore plus difficile de trouver la personne complémentaire selon son rôle et ses préférences. Je la prendrai sans doute.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Oyodoo : Sondage (question que je me pose) - Page : 3  Je ne pense pas que ce soit ça, ni qu'on puisse vraiment dire que l'homosexualité féminine soit mieux acceptée que la masculine (elle excite, mais c'est tout). Je dirais qu'il n'y a pas (ou peu) de lieux dédiés aux femmes homosexuelles parce que nous sommes dans une société sexiste, et qu'il y a déjà très peu de lieux pour les femmes (les lieux mixtes étant majoritairement masculins). L'espace public est destiné aux hommes, les femmes n'ont qu'à rester à la maison. Lesbienne Rencontres lesbiennes Rencontre lesbienne nancy


C'est vrai je pense qu'il y a de ça aussi...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Le problème pour moi  je suis lesbienne mais je vis encore dans l'ombre .
C'est pour cela je suis ici pour trouver quelqu'un comme moi pour m'aider un peu 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Le problème pour moi  je suis lesbienne mais je vis encore dans l'ombre .
C'est pour cela je suis ici pour trouver quelqu'un comme moi pour m'aider un peu 

photo de l'auteur TommyRKT
TommyRKT
Homme de 21 ans
Le Havre
Question intéressante, j'suis pas gay mais transgenre alors je réponds à la même question version guérir la transsexualité :

- Si je me laisse guider par la honte/peur/pression social, oui parce que c'est plus facile, parce que cela retirera mes problèmes familiaux, parce que ça fait un poids en moins dans ma vie

- Si je suis ma Raison, non parce que c'est moi, c'est une partie de mon identité et de ce que je suis. On est pas la même personne selon nos vécus donc être né hétéro/cisgenre n'aurait pas aboutit à la personnalité que j'ai aujourd'hui. Surtout qu'être un mec malgré mon corps de fille c'est un gros GROS block de ma personnalité si ce n'est la totalité..puis j'ai pas envie d'oublier la fille que  j'aime non plus :')

photo de l'auteur littlephenix
Littlephenix
Non binaire de 34 ans
Dourdan

6 remerciements
Si je prenais une pilule pour changer ce que j'aime, je serai plus vraiment moi j'imagine... J'ai passé pas mal de temps de ma vie à vouloir être quelqu'un d'autre accepté par la société, quelque part j'imagine que beaucoup ont essayé de prendre cette fameuse pilule... Par contre je prends la pilule qui permet d'être une femme ^^ ! Et je suis pour lancer la possibilité à toutes et à tous de pouvoir changer de corps avec consentement \o/

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit