Dépression ?..

auteur anonyme

Anonyme

2 remerciements
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Je ne sais pas par où commencer et pourquoi j'écris, je ne sais pas trop ce que j'attends de vous en fait.
Voilà, je pense que je commence à entrer dans une phase de dépression. Soit je dors presque toute la journée, je me réveille maintenant toutes les nuits avec une forte envie de vomir et une profonde tristesse. J'étouffe mais pour l'instant, j'ai juste des pensées suicidaires mais je n'envisage pas de le faire. Mais j'ai l'impression que tout peut aller très vite en même temps.
J'ai l'impression que j'étais solide, et qu'en fait là le corps dit stop, que la société dans laquelle nous vivons m'horripile de plus en plus. Je n'arrive pas à accepter toutes les haines, injustices et autres. J'ai l'impression de ne pas vivre dans le bon monde et je n'accepte pas tout ce qui arrive (attentats, homophobie etc). Je suis très déçu de la vie en fait, malgré toutes les bonnes choses qu'elles nous apportent, je trouve qu'il y a encore trop de points négatifs pour en sortir épanoui, et que ça ne mène pas à grand chose de poursuivre.  Je n'arrive plus à trouver en fait de but, je n'ai pas vraiment de personnes à qui parler, me confier, je me suis enfermé dans mon truc et je n'arrive plus à en sortir.
Je suis quelqu'un de très zen et de très joyeux à la base. Mais là, mon sourire disparaît et je sens que je me noie. Si vous avez traversé des périodes similaires, parlez-moi z'en, ça pourrait m'aider. Le psy, le médecin, les médocs, c'est déjà fait et ça ne m'a rien apporté de concret.
Merci..


photo de l'auteur Seyan24
Seyan24
Homme de 26 ans
Espalion

13 remerciements
Je comprends ton ressenti.. j'ai vécu la même chose suite à un burn-out lié à mon boulot.
Le seul moyen de remonter la pente a était de réfléchir à ce que je voulais ou pas.
Mes véritables envies, ce que je rejette etc ..

photo de l'auteur coco25000
Coco25000
Homme de 23 ans
Besançon

1 remerciement
Modérateur
Je comprend également très bien ton ressentit car je l'ai vécu pendant plus d'un an à cause d'une rupture et de mon travail qui devenait insupportable. Mais grace à je ne sais quoi j'ai rencontrer l'homme qui est aujourd'hui mon meilleurs amis. En étude de psychologie et très aux courant de la spiritualité il m'a fait travailler sur moi même sans réellement m'aider. Je m'explique il n'a employé aucune méthodes de psy bien lourde ou autre, il ma simplement laissé parler, laissé m'exprimer librement et ce sans jugement quelconque de sa pars. Il m'a ensuite tout simplement dit que les réponses que je cherchais se trouvait simplement à l'endroit ou je les avait enfermés depuis bien longtemps déjà... au fond de mon être, derrière le mur que nous nous dressons tous en situation difficile. La chose qui ma sortit de tout ça et donc moi même et uniquement moi. Je me suis auto-analysé jours après jours en essayant de déterminer pourquoi j'en était arrivé là. Une fois mes réponses trouvés je n'ai plus eu qu'à me pardonner de tout ce mal que je m'était infligé. Mais le plus gros du travail consiste à ne pas retomber dedans. Essaye de comprendre,de regarder d'un œil différent le monde ou tu vie. Imite la vue d'un enfant qui découvre le monde pour la première fois et qui n'éprouve pas de jugement. Discute sans couper la parole et écoute ce qu'on te dit. Tout parait simple sur papier comme ça mais l'exercice peut etre assez dur. Le but étant de te mettre dans une phase dans laquelle tu va de nouveau t'autoriser à vivre tel que tu es. je ne le dit jamais assez mais prend de la hauteur sur la vie, tu es en haut et le monde que tu découvre et en bas. N'importe laquelle des directions sera la bonne car toutes étapes de la vie n'est que connaissance supplémentaire. Reste dans l'amour !      

photo de l'auteur Sam234
Sam234
Homme de 27 ans
Laval

11 remerciements
Je pensse que tu devrais aller voir un medecin pour lui parler de tout ca (même si tu dit que tu a déjà essayer il est possible que tu sois tomber sur des personnes avec qui tu ca ne passe pas asser bien pour t'aider. Les medecins et psy sont avant tout des personnes et il est normal que ca ne passe pas avec tout le monde n'hesite pas a changer jusqu'a trouver la personne avec qui ca fonctionne). Il saura te dire où tu en es et ce qu'il faut faire. Il saura aussi t'orienter vers d'autres specialistes si besoin. Je pensse que nous vivons dans un monde aujourd'hui qui fait que nous craquons tous un jour ou l'autre a cause de toutes ces pressions exterieurs. Il faut que tu te fasse aider pour eviter que cela ne dure trop longtemps. Plus vite tu fera le premier pas (même si c'est le moins facile) vers des gens qui peuvent t'aider et plus vite tu t'en sortira. Le chemin peux etre long mais c'est normal ne te met aucune pression ni auccun objectif de date pour remonter la pente. Ton corp et ton esprit te lancent des signaux pour te demander du repos et du temps pour toi alors accepte le et laisse le temps faire les choses (mais en te fesant aidé je suis désolé d'insister dessus mais c'est important) tiens nous au courant si le coeur t'en dis ca nous fera plaisir :) bon courage a toi et ne t'inquiete pas c'est une epreuve difficile mais surmontable :)

photo de l'auteur Mourade
Mourade
Homme de 30 ans
Paris

2 remerciements
Salut Anonyme,
La dépression est une maladie difficile à vivre. Mon premier conseil est d'abord d'arrêter de culpabiliser. Tu n'y es pour rien. La dépression est une maladie réelle et physique. Elle n'est pas liée à ta propre volonté ou à ta valeur intrinsèque. Les recherches récentes montrent que les personnes sujettes à la dépression présentent une prédisposition génétique qui est très fréquente. Dans mon entourage, beaucoup de personnes sont passées par là. Souvent elles le cachent pour des raisons sociales surtout pour les hommes. Mais les hommes étants passés par là sont nombreux (beaucoup plus nombreux que ce que tu crois). Donc surtout ne culpabilise pas et sache que c'est une maladie courante.
Ensuite, malgré l'image sociale aliénante de la dépression, c'est une maladie curable. Il n'y a pas une personne sur terre qui a passé sa vie en dépression même si on est tenté par le désespoir quand on le vit.  Le risque est de désespérer à cause de la souffrance quotidienne. Fais de ton mieux pour te rappeler tous les jours que c'est passager et que dans quelques mois tu regarderas en arrière avec le sourire en te disant que la vie est drôle et que le corps agit sur nos pensées d'une manière qu'on ne suspecte pas. 
Enfin, je pense que le mieux est de discuter avec ton médecin ou psy un plan d'action à mettre en place et de le suivre avec lui. Par exemple, la question de l'isolement peut être résolue en agissant sur le long terme. Ce n'est pas la fin du monde mais être bien entouré est possible et se construit sur le long terme.
Donc ne culpabilise pas, agit et sois patient.

Bon courage !
 

photo de l'auteur Elkaa
Elkaa
Femme de 39 ans
Rebourguil

7 remerciements
Saut Anomyme. Je partage ton ressenti actuel sur la vie (qu'on a peut être trop idéalisée étant enfant ?), du coup, je ne peux pas trop t'aider. Il faut se forcer à regarder ce qui est beau, la nature, les initiatives de certains humains pour améliorer le sort du monde (j'ai regardé le film "Demain" il y a quelques jours, ça redonne un peu d'espoir) car on est tellement envahis d'infos déprimantes que notre perception du monde est biaisée négativement.

Comme certains te le conseillent, n'hésite pas à chercher un autre thérapeute pour t'aider (perso, j'ai fini par trouver une psy qui me convient vraiment, où le travail est très centré sur les émotions).

Tu dis être quelqu'un de zen et joyeux à la base. Du coup, est-ce qu'il s'est passé quelque chose dans ta vie les derniers mois qui peut contribuer à ton mal être actuel ?

Je terminerai juste en disant que c'est peut être une phase de remise en question profonde, de remise à plat de ta vision du monde, très douloureuse certes, mais qui peut déboucher sur des changements positifs (faire des choix de vie qui te conviennent mieux, aller à la rencontre de relations plus enrichissantes, t'engager dans des démarches qui donnent du sens à ton existence,..)

Courage ! et ne t'isole pas trop.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je suis métaphysicien donc je vais te donner le point de vu métaphysique. 

Tu dois comprendre que le monde en lui même ne te fait rien, ce n'es pas le monde qui te déprime ou te rend heureux. Le monde est toujours neutre, en lui il y a le "bien" et le "mal" et ce depuis le début des temps. Il n'y a pas plus de mal, car sinon on serait tous déprimés ou suicidaires. Une autre personne te dira que le monde est merveilleux et elle sera pleine de vie et de joie, ce qui es mon cas... Quand tu étais enfant il y avait encore plus de homophobie ou de violence, moins de conscience envers les animaux ou l'environnement pourtant tu étais heureux, tu ne connaissais pas la dépression, alors que le monde était pire (il y a des statistiques qui le confirment). 

Le fait est que ta perception fait ton monde. Et ta perception te rend heureux ou dépressif. Tu dois comprendre ce mécanisme. Si tu cherches tous les raisons du monde de te sentir mal et mettre fin à ta vie tu les trouveras! Car tu es concentré dessus. Mais de même, si tu cherche le meilleur à voir, les raisons de vivre, les raisons d'être heureux et plein de vie, tu les trouveras aussi: car dans le monde tu verras et tu trouveras ce que tu cherches à voir et a trouver. Sache que tu peux être heureux dans tous les cas! Même si le monde était entrain de s'écrouler tu as le choix d'être heureux et plein de vie, tu as le choix de briller même dans les moment les plus sombres car c'est une question de maîtrise mentale. Elle est atteinte avec la méditation. 

Il est certain que personne ne peut être heureux en cultivant dans son jardin mental  tout le mal du monde. C'est comme se mettre tout le mal du monde sur les épaules, donc forcement on s'écrase, on s'étouffe. Donc le moyen de t'en sortir de cet état est de changer ta perception, ton attitude mentale. Tu dois changer ce sur quoi tu te concentre. Même les personnes qui de battent contre le mal de façon quotidienne ne se concentrent pas sur le mal mais sur les solutions. Donc tu dois choisir de sortir de cet état! Et oui, c'est un choix quand tu comprends que ça l'es. Tu n'es pas une "victime" du monde.

Je te conseille vivement de pratiquer la "pleine conscience", aussi appelée méditation. Cette pratique t’entraîne à être concentré sur le moment présent et donc elle t'enlève toutes les pensées négatives (donc la dépression y compris). Elle te donnera une maîtrise mentale et une compréhension de ton mental.  Tu verras que quand il n'y a pas ce genre de pensées tu es parfaitement heureux et plein d’énergie. Tu comprendras les pensées comme étant simplement des nuages, elles ne t'affecteront plus. Les pensées sombres agissent comme de gros nuages noires dans ton mental, donc la lumière (joie et énergie) sont étouffés. Pourtant ta nature est la lumière et la joie: en se concentrant sur le présent avec cette méditation tu abandonnes ces nuages mentaux et tu laisse place à la joie et bonheur. Ta perception sera comme nettoyé. Donc tout redeviendra normal. Bien-sur il faut le décider, et se dire "cette dépression n'es rien pour moi, je peux survivre bien pire"! Fais cette pratique et tu verras cette détermination naître en toi.  

photo de l'auteur Kattarsis
Kattarsis
Homme de 29 ans
Strasbourg

66 remerciements
Pour ne pas être original je suis également passé par une très grosse période déprime suite à de gros soucis pros et persos (j'ai fais le con coté perso suite à un problème pro, vive le travail !).

Bref, je suis arrivé ici en plein dans cette période, on ne va pas se mentir. Betolerant m'a aidé parce que j'ai pu parler avec des gens en tous genre, de tous bords etc. 

En parallèle j'avais rencontré mon copain actuel, qui m'a beaucoup aidé à remonter la pente, de par sa simple présence.

Et en même temps, j'ai passé un an et demi chez le psy une à deux fois par semaine. Il a aussi beaucoup servi me concernant. il avait cerné mon caractère, ma manière d'être et s'y est très bien adapté. Il m'a vraiment permis d'avancer.


Tout a pour dire que toute occasion est bonne à prendre pour remonter ton moral, ne désespère pas. Un moindre évènement peut aider ! courage à toi :-)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour Anonyme, tous les conseils prodigués précédemment sont bon à prendre. Celui que je soulignerai c'est le fait de ne pas te culpabiliser. Si tu n'as pas le moral, si tu es démotivé ou si le monde te blase ce n'est pas grave. C'est aussi des réactions naturelles au monde qui nous entoure. 
Une autre chose importante c'est de faire attention à ne pas t'isoler socialement. Si tu as l'impression que ton entourage va te juger ou ne pas comprendre et que tu n'ose pas leur demander de l'aide parle en avec des inconnus. Et ta démarche ici est une très bonne initiative. C'est un début contre cette tendance à se mettre à l'écart. Et si tu as besoin de parler de tout, de rien, de toi, du monde ou de libérer les pensées qui t'effraient n'hésite pas.

photo de l'auteur Bremmus
Bremmus
Homme de 24 ans
Grasse

2 remerciements
J'ai moi-même eu une grosse période de dépression récemment (et je commence à peine à en sortir), mais ce n'était pas un dégoût des autres/société/etc comme toi, plutôt un dégoût de moi : zéro estime, pas d'objectif, je ne m'aimais pas, rien n'allait chez moi quoi que je fasse et je me considérais comme un poids à porter (presque je me mettais dans la poubelle à ordures pour te dire), je ne voyais plus aucun espoir. Et ça ne s'arrangeait pas avec la boulimie qui me refaisait perdre toute confiance en moi à chaque crise (ça en devenait quotidien, ça se voit pas tant sur la photo mais j'ai pu constater la différence en 1 an ^^). Bref, autant te dire que mes journées se résumaient à "manger"/dormir/regarder des trucs sur Internet. Je ne vivais plus, je survivais juste pour pas décevoir mon entourage, et je n'aurais jamais eu le courage de me suicider, de peur du "et après ?". :/

Là où la descente aux Enfers c'est arrêté c'est quand j'ai arrêté d'accepter ses conditions et que j'ai eu le courage d'en parler d'abord à ma famille, qui m'ont hébergé chez eux pour plus que je ne sois seul, puis j'ai suivi un psychologue pendant plusieurs mois pour pouvoir parler, dire tout ce que j'avais sur le coeur, savoir ce que j'aime, ce que j'ai envie de faire dans la vie, etc. ça m'a beaucoup aidé pour ma part, je me suis rendu compte que je vivais uniquement pour les autres et jamais pour moi, que je ne satisfaisais aucun de mes besoins personnels, j'acceptais tout même si ça me plaisait pas et gardais tous mes problèmes pour moi pour ne pas embêter les autres avec : grosse erreur, je m'autodétruisais, personne ne pouvait savoir que ça n'allait pas. Je pense que tu devrais toi aussi en parler à ton entourage, consulter un psychologue qui peut comprendre exactement ce que tu as et t'aider spécifiquement toi (il n'y a pas un cas de dépression identique, ça dépend de la personne et les solutions sont "sur mesure"). C'est une douleur quotidienne, je n'ai rien connu de pire, mais il y a toujours un moyen d'en sortir j'en suis persuadé. :) 

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
« Soit je dors presque toute la journée, je me réveille maintenant toutes les nuits avec une forte envie de vomir et une profonde tristesse. J'étouffe mais pour l'instant, j'ai juste des pensées suicidaires mais je n'envisage pas de le faire. Mais j'ai l'impression que tout peut aller très vite en même temps. »

Tu exprimes des angoisses nocturnes et un certain état dépressif, qui pourraient se dégrader, je pense que tu devrais en parler à ton médecin, ou à une structure telle qu’un Centre Médico Psychologique de ta ville, voire ta famille.

Tu dis que psy, médecins, et médocs ne t‘ont rien apporté de concret, mais peut-être qu’ils t’ont maintenu à flot, ne pas reculer peut être nécessaire pour avancer, et se sentir progressivement mieux.

« la société dans laquelle nous vivons m'horripile de plus en plus. Je n'arrive pas à accepter toutes les haines, injustices et autres. J'ai l'impression de ne pas vivre dans le bon monde et je n'accepte pas tout ce qui arrive (attentats, homophobie etc). Je suis très déçu de la vie en fait, malgré toutes les bonnes choses qu'elles nous apportent, je trouve qu'il y a encore trop de points négatifs pour en sortir épanoui, et que ça ne mène pas à grand chose de poursuivre. Je n'arrive plus à trouver en fait de but...je me suis enfermé dans mon truc et je n'arrive plus à en sortir »

Personne ne peut à lui seul changer la société, juste améliorer les choses autour de lui. Cela peut déjà donner un sens à la vie, et si tout le monde s’y mettait cela pourrait déjà changer les choses.

Au-delà il faut avoir conscience que l’anxiété fait voir à moitié vide le verre à moitié plein, et la déprime fait renoncer à tenter quoi que ce soit pour se sortir de l’ornière et améliorer les choses. Elles déforment la réalité, empirent la perception, brouillent l’horizon, même si de toute évidence notre société va mal et est sur une pente descendante.

« je dors presque toute la journée ….je n'ai pas vraiment de personnes à qui parler, me confier , je me suis enfermé dans mon truc et je n'arrive plus à en sortir»

Ce sont deux points très importants pour sortir de l’ornière de l’anxiété et d’un état dépressif, l'un et l'autre s’alimentant souvent mutuellement.

Déjà il est important que d’être écouté, par un professionnel ou les lecteurs des réseaux sociaux, voire tes parents, pour que tu ne restes pas seul face à tes problèmes. Concernant tes parents tu n’es pas obligé de tout leur dire en détail, mais dans une situation où tu évoques des idées de mort ceux qui t’ont donné la vie peuvent réellement s’inquiéter et te soutenir.

Mais aussi il est important de comprendre qu’il y a une sorte de cercle vicieux entre un état déprimé qui fait fuir les difficultés de la vie dans le sommeil, non sans réveiller par des crises d’angoisse, et l’habitude que prend le cerveau à fonctionner désormais ainsi, parce qu’il a une plasticité lente mais bien réelle. Mais évidemment réversible, ce qui fait que s’astreindre à se coucher et se lever à heure fixes ans traîner au lit, que s’occuper la tête dans la journée sans avoir le temps de laisser les idées broyer du noir en rond, peut être reconstructeur, en association avec une aide médicale qui gomme un peu les idées noires ou anxieuses. C’est le principe des thérapies comportementales qui remodèlent les habitudes du cerveau, mais c’est aussi un bien grand mot pour dire se secouer, se reprendre en main, qu’on peut décider seul dès lors qu’un médecin ou un psy apaisent les douleurs psychologiques si la dépression est trop sévère pour que cela soit possible seul. Et pour agir de plus sur les pensées inconscientes, il existe aussi l’hypnose médicale.

Bref un état dépressif et anxieux finissent généralement par céder quand on les combats par de multiples méthodes. Cela ne va pas changer le monde mais le regard qu’on porte sur lui, et donne la force de le changer autour de soi.

Tu remarqueras que je n’ai fait que reprendre et interpréter ce que tu as écrit, car en te confiant tu as déjà commencé à explorer des pistes pour t’en sortir. Et il en existe certainement d’autres. Mais ne renonce pas à te faire aider, il n’y a pas de honte à s’appuyer sur une béquille le temps de cicatriser, et d’accepter que cela prenne un peu de temps.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Et bien les Betolérantes et Betolérants, c'est incroyable de voir que nous avons tous connu un état dépressif et que nous avons relevé le niveau, moi-même compris. Ce qui est difficile dans le creux de la dépression, c'est de se dire que c'était mieux avant et qu'on ne vivra plus jamais d'événements heureux similaires. Mais le bien-être se trouve en dehors de nos cadres de réflexions bien souvent. On n'arrive à les concevoir que plusieurs après le début de la dépression malheureusement.

photo de l'auteur fatalitas
Fatalitas
Homme de 51 ans
montreuil

4 remerciements
salut pas simple ton bleme , sache que les medoc cela peut aider les psy aussi mais le plus gros travail c est toi !!!t es le seul a avoir les clefs . regardes toi dans un mirroir et pose toi cette question "je vois quoi? " pour le suicide STOP car perdre la guerre ça jamais!!! la vie pourrie qui nous entoure?? tous concerné il me semble . t as plus de mec bin moi non plus , j ai perdu ma société et cerise sur le gateau je suis séropo j ai 49a mais j avance encore, alors fonce dans le tas et ne t arettes pas !!! si ça marche pour moi  ça marche pour toutes et tous..... courage mec..........SC

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Fatalitas : sache que les medoc cela peut aider

Heu... en quoi les médicaments aident à surmonter une dépression?

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
J'ai vecu une periode exactement pareil, et j'ai finalement remonté la pente. 
Pour moi, la solution a été de changer de vie, de quitter le foyer familiale pour faire ma vie tout seul.
Je peux aussi te dire que dans mon cas, c'est l'art et le dessin qui m'ont permis d'exprimer tout ce que j'étouffais, et de tenir le temps ou je déprimais.
Je sais a quel point ça peut être difficile a vivre, et a quel point c'est dur d'en parler. 
C'est deja très bien que tu en parle, et surtout ne deséspère pas, c'est une phase difficile, mais beaucoup l'ont vécu et s'en sont sorti. Tu y arrivera aussi je pense. 
La chose à faire il me semble, c'est de definir ce qui est important pour toi dans la vie, et d'opérer des changements radicaux là ou ça ne va pas. Changer de cadre de vie peut aussi aider je pense: recommencer avec de nouvelles bases, en ayant conscience de tes priorité.

Voilà ce qui a marché pour moi, je ne dis pas que c'est une solution universelle, mais c'est la seul dont je puisse te faire part. Je te souhaite du courage et surtout de retrouver une vie qui te satisfait ! Tu t'en sortira ! :D

photo de l'auteur ptitdragon
Ptitdragon
Homme de 21 ans
Sarrebourg

2 remerciements
je ne peux que te comprendre, cela fait maintenant 4-5 ans que je vis la dedans, pour moi c'est par phase, un coup ca va, un coup ça ne vas pas.. malheureusement je ne peux pas te conseiller. le seul truc que je peux te dire c'est que si tu n'a vu qu'un seul psy, çà na peut-être pas suffit, essaye en un autre, cela pourrait t'aider..

Désolé de ne pas pouvoir te venir en aide, si je savais comment régler ce genre de soucis je te le dirais, bonne continuation a toi et n'oublie pas: VIE

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Même dans la nuit la plus noire
Se cache une lueur d'espoir
Il suffit de la trouver 
Au plus profond de se que tu est
Pour que tu sois apaiser
De tout ce qui te hantait
Prendre le temps 
De vivre intensément
Pour aller de l'avant
S'il le faut en courant
J'espère que ce message t'aidera
A trouver la force en toi
Pour créer un futur
Qui te semblera moins dur

photo de l'auteur baptiste
Baptiste
Homme de 24 ans
Paris

4 remerciements
Je crois que pas mal de gens ici sont passé par là, et c'est paraitrait-il il mal qui est malheureusement trop présent dans cette communauté où il me semble que près d'un jeune sur 3 à connu un période de ce genre dans l'année. C'est beaucoup!

Il y a plusieurs méthodes qui marchent, ça dépend mais ce qui marche chez moi ou ce qui a plus marcher:

Astuces simples:
* Couper les notifications Facebook, Integram, etc. Voir la vie des autres, avec un filtre, c'est parfois déprimant et donne l'impression que tout le monde à une vie bien plus cool que la tienne alors qu'en fait non.
* 0 télé, actu. Ca pourrais être la fin du monde, je ne le saurais même pas.
* Ne pas oublier que c'est qu'un passage, même si c'est un peu long et que tu n'en vois pas le bout, ça va s'améliorer, et quand ça sera bon, ça sera vraiment cool!
* Manges des trucs que tu kiffes.
* Si tu aimes la musique, écoutes des trucs positifs.

Un peu plus difficile, mais ça marche:
* En parler. Le must en général, c'est d'avoir un ami à qui en parler. Te confier sur ce forum, c'est bien!
* Casser le cycle de pensées. Ton cerveau te joue des tours: Des pensées arrivent alors qu'elles ne devraient pas. Tendance à empirer les choses, oublis, peur, paranoïa, etc, réduisent les projections sur le long terme en projections sur les semaines à venir. C'est pour ça qu'alléger tes flux d'infos réduisent cet effet. Pour le reste, il faut prendre son mal en patience et se dire que c'est ton cerveau qui te joue des tours.

Plus radical:
* Changer totalement d'environnement. Pour l'avoir déjà fait, c'est TOP, c'est radical, et ça à tout stoppé net.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour a tous, 

je me décide aujourd'hui à prendre la parole, 
je suis touché par tout ces messages et se rendre compte qu'on est pas si seul en fin de compte. 
J'ai connu une phase de dépression intense, vertiges, nausées, crises d'angoisses, sensation de mourir, de perdre contact avec toutes choses, ne plus sentir son corps, être arraché à la matière ,être présent et absent à la fois.
Je n'en suis pas encore sorti, aujourd'hui je tente de reconstruire, ce n'est pas toujours évident.
J'ai perdu le gout.  J'ai toujours était un peu "dépressif", depuis tout jeune, la vie m'a rarement semblé heureuse, 
problèmes familiaux, absence, introversion, difficultés à savoir quoi faire.
J'avais pourtant une direction, j'ai étudié en école d'art, me suis crée un réseau social, trouvé un appart, vécu en collocation, puis... à la sortie de mes études tout est allé très vite, je me suis laissé engouffrer, par nécessité financière je me suis trouvé un job, et une routine s'est installée, une routine qui ne me convenait pas, plus de motivation, plus de but ... j'ai pété un cable fait un burn out, me suis retrouvé au chômage.
Que faire? plus envie de sortir, déception amoureuse, frustration, sentiment d'inutilité, l'appétit diminue, le moral s'affaiblit, on se bloque, se fige et on contemple le monde à travers la fenêtre de son appartement qui ressemble de plus en plus à une petite prison moderne...
j'ai développé des phobies, me suis perdu, je ne sais plus qui je suis, ce que je veux. 
Le silence n'est pas une solution, retrouver la voix, partager son expérience...
Se remettre en mouvement doucement. 
au plaisir de vous lire....
C.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Baptiste : * En parler. Le must en général, c'est d'avoir un ami à qui en parler. Te confier sur ce forum, c'est bien!

Là à prendre avec des pincettes. Des amis, ça s'épuise. J'en ai eu quelques uns me voyant en train de tomber de plus en plus bas, ils ont décidé de partir. Les amis seront toujours attirés par des personnes plus joviales et peuvent nous devenir infidèles malheureusement.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit