être bi = ne pas pouvoir s'épanouir ?

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonjour à tous et toutes...

bon c'est un sujet un peu classique je pense, mais je me demande si être bi ça n'implique pas quasi automatiquement ne pas pouvoir vraiment s'épanouir et déprimer à cause de ça...

Je m'explique un peu...

Je suis bi, en couple avec un mec (gay) depuis pas mal de temps maintenant, et très bien avec lui (je veux dire, on vit ensemble, on a des projets ensemble, on se voit ensemble à long terme, enfin voilà, sur ce plan c'est cool).
Mais très régulièrement j'ai des périodes de manque (je veux dire la "partie hétéro" de moi) et de quasi déprime, à ne pas me sentir épanoui. C'est dur à expliquer avec des mots, c'est comme si j'avais un poids dans la poitrine et une partie de moi qui hurle à l'intérieur qu'elle n'est pas bien, qu'il lui manque quelque chose. Ce n'est pas juste sexuel, c'est aussi affectif/amoureux. Mon mec est au courant de ça. Il accepte ma bisexualité (même s'il ne comprend pas bien ce qui peut m'attirer chez les filles lol) mais il ne voit pas trop quoi faire pour m'aider. Il accepterait que je puisse avec une relation avec une fille de temps en temps en parallèle à notre vie de couple. Mais je ne vois pas trop comment c'est possible, parce qu'il faudrait que je puisse en trouver une qui accepte ça aussi de son côté. Et aussi c'est pas un truc hyper accepté socialement, donc je me vois pas aller draguer en disant "je suis déjà en couple, je cherche une 2e relation à temps partiel".

Donc du coup j'ai vraiment l'impression que je n'arriverai jamais à être épanoui dans ma vie, dans ce que je suis, tout ça parce que je vis avec un mec mais que je ne suis pas gay (je sais très bien que si la situation était inverse et si j'étais avec une fille ça serait pareil parce que je ne suis pas non plus hétéro). Et comme je ne suis pas épanoui, ben forcément je suis moins attentionné avec mon copain...

Et il y a des périodes où je me sens vraiment mal dans ma peau à cause de ça. Je ne sais plus trop quoi faire, en fait... A des moments ça va un peu mieux, par ex quand je me défonce tellement dans le boulot ou une activité que ça m'évite d'y penser, mais ça finit toujours par revenir...

Je me doute qu'il n'y a pas de formule magique, mais je ne veux pas passer le reste de ma vie comme ça... Est-ce que c'est la même chose pour tous les bi (mecs ou filles) engagés dans une relation stable ? est-ce qu'on est forcément condamnés à ne pas être bien ou à avoir un manque ? Ou est-ce que c'est moi qui ne suis pas normal ?


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Tous les bisexuels n'éprouvent pas le besoin d'entretenir régulièrement des relations avec les deux sexes.

Par ailleurs, je pense que ton problème n'est pas ton orientation sexuelle, mais, de la manière avec laquelle il faudrait que tu vives tes relations. La monogamie n'est pas forcément faite pour toi.

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
merci pour ta réponse. C'est vrai que je n'envisageais ça que sous l'angle de la bisexualité, pas de manière plus générale...
Mais alors est-ce que ça veut quand même dire se faire à l'idée de ne pas être épanoui et bien dans sa peau, ou est-ce qu'il y a des solutions :'( ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Si tu t'enfermes bêtement dans le schéma stéréotypé du couple vu par la société, oui, tu risques d'être malheureux. Cela étant, la monogamie n'est qu'une dynamique parmi d'autres. Il existe d'autres modèles : relations libres, relations polyamoureuses, trio occasionnel etc. L'essentiel est de poser des bases claires et acceptées par les personnes composant la relation.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour,

je partage l'avis de Fencer, il vous faut construire une relation qui vous ressemble et non pas essayer de rentrer dans un moule. Du moment que chacun y trouve sa place et que le couple est la construction librement consentie des personnes qui le composent, le regard de la société importe peu sur vos choix de couple.

Un couple qui réussit c'est un couple qui dialogue et qui trouve des réponses qui lui sont propres se faisant il trouve un équilibre et un mouvement entre les aspirations de chacun.

Si tu t'enfermes dans une situation qui ne te permet d’être toi même, tu te feras du mal et tu feras du mal à l'autre. Tu dois donc discuter, te confier, écouter l'autre et vous devez chercher ensemble le moyens de faire vivre harmonieusement votre relation.

Positive !

photo de l'auteur Silkinael
Silkinael
Homme de 36 ans
Bruxelles

3 remerciements
C'est, en effet, une situation qui revient assez régulièrement. Et pas seulement pour les bisexuels.

Cela dépasse totalement l'identité sexuelle, même s'il est assez évident que la bisexualité concrétise toute la nature profonde de la situation.

Je vais tenter de résumer les choses le plus clairement possible, sans entrer dans trop de développements. Sens-toi libre de me contacter en MP si tu as davantage de questions ou que des éclaircissements te sont nécessaires... ou simplement si tu souhaites poursuivre l'échange/la réflexion.

J'ai connu de nombreux patients qui étaient mal à l'aise avec la notion de monogamie.
Il convient de replacer les choses dans leur contexte. L'idéal monogame est et reste une construction sociale culturellement imposée par des idéaux. Idéaux pratiques (élever les enfants dans un cadre stable) mais aussi religieux.

En aucun cas, cette norme n'a été faite pour s'adapter naturellement aux besoins de chaque individu. Si tes besoins personnels ne sont pas satisfaits par la norme social, cela ne fait pas de toi quelqu'un d'anormal (dans le sens péjoratif du terme). Il n'y a rien qui "ne va pas" chez toi.

Un patient, par exemple, culpabilisait terriblement, se considérant monstrueux et incapable d'aimer. Pourquoi ? Car aussi follement amoureux qu'il pouvait être de son compagnon, cela ne l’empêchait pas forcément de tomber éperdument amoureux d'un autre. Ce qui lui donnait l'impression d'être incapable du "Grand Amour", le seul, l'unique. Celui que Walt Disney nous rabâche depuis l'enfance.

Il lui a fallu du temps pour que le véritable cri de détresse ne vienne de lui, presque enfantin de candeur : "Pourquoi on n'a pas le droit d'aimer plusieurs personnes ?"

Il avait mis le doigt dessus. Le sentiment profond d'injustice lui avait fait ouvrir les yeux sans même s'en rendre compte. Le problème ne  vient pas de lui. Mais de ce qu'on lui a enseigné depuis tout petit qu'il avait le droit ou non de faire, de dire, de penser et de ressentir.

Il existe de plus en plus communément des alternatives à la monogamie classique :
- L'infidélité : Forme de non-exclusivité, mais non consentie par tous les partenaires.
- Le couple libre/échangiste/libertain : Formes de non-exclusivité sexuelle à visée récréative, mais qui impliquent tout de même une exclusivité affective ou sentimentale.
- La polygamie : Forme de relation en non-exclusivité conjugale ou matrimoniale. Les sociétés pratiquant la polygamie réservent souvent, soit aux hommes, soit aux femmes, la possibilité de se marier plusieurs fois ; l'égalité de droits entre les partenaires n'est que rarement présente dans les mariages polygames.
- Le polyamour : Forme de relation présumant qu'il est possible et acceptable d'aimer plusieurs personnes et de maintenir plusieurs relations amoureuses et sexuelles à la fois, avec le consentement des partenaires impliqués.

Le polyamour lui-même se divise encore en trois sous-genres : 
- Le polyamour hiérarchisé : Modèle dans lequel il peut y avoir une ou plusieurs relations principale et des relations secondaires. Par exemple dans le cas d'un couple polyamoureux habitant ensemble (relation principale) tout en entretenant des relations polyamoureuses sentimentales et sexuelles autres (secondaires).
- Le polyamour non-hiérarchisé : Modèle dans lequel toutes les relations amoureuses sont strictement au même niveau.
- La polyexclusivité ou polyfidélité : Modèle désignant les relations exclusives à plus de deux. Les membres d'une relation polyexclusive y sont tous deux-à-deux intimement proches, et s'engagent à maintenir une exclusivité sexuelle et/ou sentimentale à l'intérieur du groupe.

Comme tu peux le constater, il y a donc énormément de possibilités pour une personne, même bisexuelle, de s'épanouir dans des relations plurielles. Le plus important étant dans la communication claire et ouverte avec les diverses personnes impliquées.

Il est évident que s'éloigner du modèle relationnel classique va compliquer ta recherche de partenaires, car il faut qu'ils soient plus ouverts que la moyenne. Cependant il me semble plus constructif pour ton épanouissement de savoir ce dont tu as besoin et de le rechercher avec l'accord des personnes impliquées, que d'abandonner, par certitude que c'est impossible à réaliser.

Tout ce qu'il te reste à faire, c'est de peu à peu accepter que tu as besoin des deux pour te sentir bien. Accepter que c'est là ta recherche. Et puis t'armer du courage nécessaire à faire comprendre ton fonctionnement aux autres, jusqu'à trouver les personnes qui te conviendront et accepteront les conditions que tu peux leur proposer.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Anonyme : s'il ne comprend pas bien ce qui peut m'attirer chez les filles lol) mais il ne voit pas trop quoi faire pour m'aider. Il accepterait que je puisse avec une relation avec une fille de temps en temps en parallèle à notre vie de couple. Mais je ne vois pas trop comment c'est possible, parce qu'il faudrait que je puisse en trouver une qui accepte ça aussi de son côté.  

Ton chéri l’ai bien prit, ça c’est une grande chance, ce n’est pas tout le temps le cas. Je rejoins les autres avis, le principal c’est le dialogue constructif dans votre couple. Autant je pense qu’il n’accepterait pas d’être trompé par un autre mec, autant il accepte que tu puisses avoir des relations furtives avec une fille, c’est une grande preuve d’amour. Attention c’est un choix qui peut tout détruire ce que vous avez lentement construit. A vous de dialoguer et de cimenter votre confiance l’un à l’autre pour trouver la bonne solution qui convienne à vous deux.

Ou de trouver vraiment la bonne copine magique :p

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Il y a des personnes qui arrive à trouver le juste équilibre mais comme tu l'as dit, la difficulté est de trouver. Mais, déjà si ton copain t'accepte tel que tu es, c'est déjà une première barrière de franchie. Après, il faut trouver une fille qui accepte de partager ton coeur, c'est difficile mais pas impossible. Moi, je veux toujours y croire même si avec l'âge, c'est de plus en plus difficile.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Hey, je voudrais d aider et te donner mon avis sur la situation. Alors j'ai lut toutes les publications et je pense qu il sont souvent similaire et que tout le monde détient une part de vérité dans leur propos. Mais je pense également qu'il pourrait d'autre facettes de la situation qui n ont pas ou pourrait être envisagée. Pour ma part je pense que cela pourrait être due au fete de ta sexualité je m'explique alors je pense qu être be signifie que tu est hétéro mais aussi gay, et certain fois la balance penche d'un côté plus de l'autre et cela peut coser un trouble chez toi à ton insue et tt cela ce changement créée une réaction qui te perd et cela peut créer ce besoin d'aller voir ailleur et puis je pense qu avant d agir tu devrais faire un travaille sur toi même fouiller au fin fond de ton petit coeur en bordel et voir ce quu ci cache au millieu, voir ta vraie personnalité, tes besoins, tes désir. Et puis peut être que tu l aime mais tu n est pas amoureux car être amoureux veut dire être accro à une personne et de le désir à un poin  bref je v pas faire du hs X)sache que si tu veu en discuter que je suis la bonne chance à toi 

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
hum... si, je suis amoureux, pas de doute par rapport à ça ! c'est aussi pour ça que je veux chercher à améliorer la situation et résoudre ces interrogations, pour que notre relation puisse s'épanouir d'autant mieux :-)

photo de l'auteur Mickven
Mickven
Homme de 26 ans
Toulouse

2 remerciements
Hummm fort heureusement je suis pas bi x)))
Si j'étais dans le même galère .... déjà que je tombe pas facilement amoureux
Alors essayé de trouver une 2eme personne T-T
Donc je ne peu pas trop t'aider
Et je suis dans le cas des gens qui dise non a la polygamie x)
Mais vue ton cas on peu dire que c'est une exception ;p

photo de l'auteur Stelmaria
Stelmaria
Femme de 20 ans
Paris

4 remerciements
Je comprends ce que tu ressens, je suis également bisexuelle. 
Et j'ai eu des périodes où il me manquait comme toi l'affection, la présence ect. , du sexe opposé avec qui j'étais.
J'ai vécu également de petites périodes où j'étais assez instable, je ne savais plus ce que je voulais, j'étais perdue. 

Hélas je n'ai pas de formule miracle, et chacun est différent. Mais Je sors avec une fille depuis un moment, et je n'ai pas ressenti un manque "d'homme", je pense que c'est parce que je suis éperdument amoureuse d'elle et qu'elle me comble totalement. (apres oui ca c'est une autre histoire).

Je ne sais pas comment t'aider... mais je comprends ce que tu peux ressentir, et comme l'ont dit certains, c'est déjà bien que ton copain essaye de te comprendre :)

photo de l'auteur may15
May15
Femme de 19 ans
Gap
J'étais moi aussi bisexuelle et biamoureuse ( je trouve la précision importante) et j'ai longtemps rencontré le problème suivant: De quoi ai-je besoin? J'étais une personne qui fonctionnait pas "phases" filles/garçons bien distincte. Sauf que, cela aurait été trop facile sinon, je ne réussissais pas à savoir quelle était ma phase avant de m'être trompée. Je ne vivait donc jamais de satisfaction amoureuse où j'étais réellement bien avec la personne. C'est avec le temps que j'ai appris à dissocier le sexe d'une personne et la personne elle même, me rendant ainsi compte que j'étais plutôt pansexuelle et panamoureuse. Et je suis maintenant épanouie dans ma vie sexuelle et amoureuse. Ce que je veux dire a travers cette anecdote c'est que le fait de vivre une sexualité qui n'était pas vraiment la mienne faisait que je n'étais pas vraiment bien. Quand j'ai trouvé, j'allais mieux. De même qu'un personne gay qui ne le sais pas ne sera pas pleinement épanoui avec sa femme. Même s'il l'aime.
Selon moi il faut avant toute chose que tu te dise que la société n'est pas toi et que tu n'es pas la société. Il faut que tu intègre que tu ne vis pas pour plaire aux autre, ni pour les autres, mais pour toi et seulement toi. Une fois qui tu seras en harmonie avec ça, pose toi la question: est ce que je suis vraiment bi? Est ce que je suis seulement bi?
La polisexualité existe et est une sexualité à part entière  !  Au même titre que l'homosexualité, la bisexualité... Elle a le droit d'exister et être polisexuel n'est pas quelque chose d'horrible, ni de grave. Demande toi si ce n'est pas ce que tu es, et si le problème ne vient pas du fait que tu ai besoin de voir d'autres personnes plutôt que du fait que tu ai besoin des deux sexe.
Je t'invite à aller voir la vidéo de cul pouhiou "être poliamoureux" en espérant que cela puisse t'aider à y voir plus clair.
Je te souhaite plein de courage et surtout plein de bonheur!
N'hésite surtout pas à me contacter si tu a des questions ou juste besoin de parler

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit