Je vais finir comme j'ai toujours vécu, seul

avatar contributeur de Machopeur
Machopeur
07/09/2021 à 03:50

Bonjour, j'avais envie de parler un peu de ma situation. Un pavé un peu long, je vais séparer la partie "mise en contexte" et la partie "concret" pour ceux qui veulent lire rapidement.

-------CONTEXTE-------

Je suis un homme gay de 22 ans, je suis toujours étudiant, je m'accepte comme gay depuis mes 18 ans (bientôt 5 ans de vie gay youpi !).

J'ai eu une enfance et une adolescence ennuyeuse voire "triste". Je mets le triste entre guillemet parce que pour le coup je n'avais pas de problème de famille : des parents diplômés, classe moyenne mais sans réels problèmes financiers, des parents qui m'aiment, un peu collant parfois.

En revanche j'ai toujours été seul. Sans ami. En primaire encore j'arrivais à sympathiser parfois avec quelques personnes, mais ça ne devenait jamais des amis proches, au bout de quelques mois c'était fini. Au collège j'étais la victime intello de service. Littéralement le "boloss" du collège, celui qu'il ne faut pas fréquenter et dont il faut se moquer, certainement parce que j'étais un peu dans ma bulle parfois.

Au lycée j'ai essayé de me "sociabiliser" me "normaliser", j'étais effectivement plus trop la victime de service, mais j'étais toujours dans les "impopulaires". J'ai commencé aussi à développer progressivement une pratique régulière du street workout/de la muscu.

Je commence par ça pour faire une mise en contexte, je suis seul sans ami. Mes seuls amis sont d'autres gens également dans la solitude d'un autre forum bien connu. Oui je suis le seul gay au monde sans sa "meilleure amie".

J'ai certainement plus de chance parce que je suis homo, eux hétéros, au moins je peux connaître le "plaisir de la chaire" facilement.

En études supérieures j'ai fini par m'accepter comme gay, à découvrir grindr, faire ma première fois grâce à cette appli( je n'ai jamais touché une fille de ma vie).

Je suis quelqu'un de stable, si le genre de "plaisir d'un soir" m'a fait marrer pendant un an et demi (avec un petit côté "interdit" très excitant comme personne ne savait que j'étais gay à l'époque...), très vite je rêve de l'amour, de partager ma vie avec quelqu'un qui m'aime et que j'aime. Quelqu'un qui s'entraînerait avec moi, qui aurait des points de vue similaires sur la société, qui soit cultivé, etc.

Des rencontres j'en ai fait plein, mais je n'ai jamais réussi à être en couple, c'est une vraie malédiction.

J'ai eu quelques flirt : un gars avec qui je parlais longtemps, on a passé plusieurs soirées ensemble, et même un nouvel an (mon seul nouvel an où je n'étais pas devant mon PC sur JVC !) : il m'a ghost du jour au lendemain (bizarrement "il n'était plus prêt"), mon premier chagrin d'amour, j'avais plus envie de voir personne pendant des mois après.

Un gars sympa avec qui je sortais quelques weekend durant quelques mois, mais aucun de nous deux avait de sentiment pour l'autre, on appréciait juste parler, puis le premier confinement nous a séparé.

Un gars qui était complètement débile, il était adorable au début et très collant (je trouve ça mignon) puis après quelques semaines il répondait plus trop puis le fameux "faut qu'on fasse une pause", il m'a saoulé en plus il n'avait aucune culture général il était ennuyeux avec le recul.

D'autres flirt plus rapides : un bel italien que j'ai vu presque chaque jour une semaine puis pouf plus rien, plus de réponses, etc.

Sans parler des gars pour qui je crush, aux débuts eux-mêmes intéressants, qui finissent tous ma me mépriser, certainement parce que je suis trop collant ?

Je ne suis pourtant pas quelqu'un de repoussant, sans m'en vanter j'ai beaucoup de succès sur les applications comme je suis sportif et je passe ma frustration dans la pratique quotidienne de la musculation. Mon seul gros "problème" physique majeur c'est certainement mon penis de taille moyenne, avec un phimosis (j'arrive à découvrir le gland mais c'est serré). Désolé pour les détails, mais je pose ça là, c'est peut-être ça le problème qui sait.

-------CONCRET-------

Cas concret, le plus récent. Y a un mois un gars avec qui je parlais quelques temps me propose de venir chez lui passer le weekend ( Paris, j'y vais jamais en plus c'était l'occasion). L'homme le plus parfait que j'ai vu de ma vie, afin de mon point de vue, vu qu'on avait les mêmes défauts sur de nombreux points, les mêmes passions, points de vue, etc.

En plus il me traite tout le weekend de façon romantique, me décrit un peu ses exs en m'expliquant qu'ils étaient "comme moi" (jeune vingtenaires, go muscu, souvent éloigné dans une autre ville, bref ma situation), il me dit tout le temps que je suis mignon, et m'invite même à un "brunch" (la coutume locale complètement bobo haha) avec un autre couple gay, je sais pas vous mais pour moi y avait un message derrière tout ça.

Bref je me dis j'aune autoroute, vivement qu'on se revoit.

Et bien ? Il me répond pas beau coup voir parfois pas du tout, m'écrit jamais de lui-même, bref j'existe plus. Je pense toujours à lui, il me répond jamais, je comprends pas y avait une autoroute là, tout les voyants étaient au vert...

Cette situation résume bien ma vie en fait, je suis balayé très rapidement, comme une merde qu'on fait partir en tirant la chasse.

J'ai peu de difficulté pour un premier rendez-vous, mais après plus personne ne reste avec moi.

Je n'ai pas d'amis, pas de vie, je suis seul tout le temps, je vais rester et finir dans la solitude, comme j'ai grandi dans les solitude.

Voilà, bravo aux courageux qui ont lu tout ça en entier, j'ai pas la fois de relire désolé pour les fautes, je n'ai as vraiment de questions à poser à vrai dire, je voulais partager et raconter ma situation quelque part, peut-être que l'un de vous s'y reconnait ou même a su trouver des solutions... ou pourrait m'expliquer ce qui cloche chez moi.

avatar contributeur de Tempérance.
Tempérance.
07/09/2021 à 04:24

Bonsoir.

Bon.. Je ne saurai quoi dire.

Combattre la solitude est un combat qui doit se faire par la personne qui en souffre, et elle-même.

À distance, je ne saurai être en mesure (ni ne pourrait) de t'aider à vaincre cette idée que tu te fais de la solitude.

Déjà, sache un truc, si tu te sens seul, c'est déjà bien.

Tu le sais, et ça t'évite de perdre ton temps à essayer de comprendre ce qui cloche.

Tu es gay, à ce que j'ai compris, et tes relations amoureuses ont finies toutes de la même manière, à tes yeux: Tu as été rejeté.

Mais, tu sais, pourquoi te sens-tu rejeté au fond?

À cause de quoi?

Fais une liste de tes forces et une de tes faiblesses.

Car bon, les problèmes de santé, au niveau de ton gland, (pardon mais je vais réutiliser ton contexte), ne sont évidemment pas la raison pourquoi tu te fais rejeter.

Dans les relations amoureuses, (HORS PLANS CUL), les rejets se font à des niveaux de comportements, de relationnels et d'émotionnels.

Tu dis que tu vas finir seul?

Poses-toi la question de ce qu'est la solitude pour toi?

Tu n'es pas isolé, tu as une famille.

Certaines personnes n'ont pas cette chance, et n'ont aussi pas la chance de pouvoir faire de la musculation pour muscler leur corps et intervenir sur leur apparence.

Mais, finalement, te sens-tu seul car tu accordes uniquement de l'intérêt à comment les gens te perçoivent?

Et si..

Tu soufflais un peu, sur tout ces gens, tu verrais un changement majeur: Tu es rejeté car tu ne les intéresse pas.

Et si ça se trouve, elles cherchent juste peut-être des victimes, et non des attachements.

En gros, si ce serait plutôt tes choix de gens qui étaient à blâmer, et non toi, ça t'aiderait à aller mieux non?

Sûrement ce que eux pensent aussi.

La vraie solitude, ce n'est pas ça.

Là, ce que je vois, moi, c'est que tu fais une de mes plus grosses erreurs: Tu t'isoles car tu penses que le problème c'est TOI.

Alors, que le problème, est ailleurs, cherches encore !

avatar contributeur de Romance83
Romance83
07/09/2021 à 04:53

Peut être ne tolbes tu que sur des gens qui veulent simplement profiter de toi ! Et comme dit plus haut, le problème ce n'est peut-être pas toi...

Alors prends du recul, prends ton temps surtout pour rencontrer, échanger longtemps avant de rencontrer ou de passer en position allongée et un jour tu rencontreras ta "pierre précieuse "

Envoyé depuis l'application android
avatar contributeur de Seyan12
Seyan12
07/09/2021 à 08:06

La solitude est quelque chose que nous avons tous connus, d'une manière ou d'une autre.

Le côté "victime" que pour ma part je serai tenter de qualifier, à minima, d'harcelement. Je l'ai connu également, donc j'imagine ce que ça peut être au quotidien. Surtout dans une période de la vie où on a tendance à construire son identité d'adulte.

Pour le phimosis, par expérience, je te recommande vivement d'aller consulter un urologue.

C'est quelque chose d'assez courant, mais ça peut impacter ta santé, et ton intimité et sans parler de la confiance que tu mets en toi.

Entoure toi des personnes qui sont fiables et qui cherche à aller voir au delà.

Et si je peux me permettre, joli boulot pour ton corps.

Envoyé depuis l'application android
avatar contributeur de Paraisseux
Paraisseux
07/09/2021 à 13:20

C'est tout le problème (qui n'en est pas un) quand on a un beau physique et un cerveau en prime.

Les gens sont attirés par le physique, et quand ils découvrent ce qu'il y'a dans la tête, ca les ennuis.

Pour le problème d'ordre intime, ca se soigne très bien avec une petite intervention chirurgicale.

Courage, t'es encore jeune, tu tomberas forcément sur des personnes qui ne te considéreront pas comme un beau kleenex.

avatar contributeur de Caulfield
Caulfield
07/09/2021 à 14:42

Alors juste une petite réponse pour t'assurer que ce que tu vis n'est pas une fatalité, tu n'as que 22 ans et ton cercle social changera tout au long de ta vie. J'ai eu les mêmes difficultés à l'école et c'est un âge où malheureusement tu crois que ta vie s'arrête ici mais plein de choses formidables t'attendent j'en suis certain ! J'ai rencontré les meilleurs amis que j'ai actuellement bien plus tard, dans ma vie professionnelle, dans des soirées où tu n'attends pourtant rien. Le hasard joue un grand rôle et surtout j'ai constaté que c'est souvent les personnes qui semblent le plus entouré qui sont souvent le plus seul au fond, ne te fie pas aux apparences en croyant que la majorité des gens ont une vie FORMIDABLE.

Après tu mets la lumière sur 2 problèmes bien différents, le fait d'être seul dans la vie en général et le fait d'être célibataire parce que tu ne trouves pas cette grande histoire d'amour qui te fait rêver. C'est pas du tout la même chose. Vas-y tranquillement et laisse-toi surprendre, je te promets pas que dès demain tu seras marié entouré de plein d'amis formidables mais... construire des relations amicales (notamment) ça prend du temps et un certain travail. Il y aura beaucoup de personnes qui passeront simplement en coup de vent dans ta vie et c'est à toi de cultiver les relations qui sont le plus importantes pour toi en les entretenant.

Je n'ai pas de solution miracle à te proposer pour faire grandir ce cercle mais le plus important c'est de garder espoir et de rester positif même si c'est pas la meilleure période pour ça. Force à toi !

avatar contributeur de Barbatos
Barbatos
07/09/2021 à 20:10

ta situation me fait penser à la mienne, seul et sans amis. Seulement, toi, tu n'étais plus puceau dès 18 ans, si j'ai bien compris, et tu as eu quelques histoires qui, honnêtement, me font envie.

Je résume à mon tour ma situation : dès le collège, passage en mode "loup solitaire". Je bavardai quelque peu en classe, mais sans plus pendant les travaux de groupe et en sport. Sinon, QUE DALLE ! Je n'en ai pas souffert.

Au lycée, je me suis dit : "zoubidou ! Go pour me faire ne serait-ce qu'un ou une amie". Là encore, mon côté solitaire était trop fort. J'étais presque invisible, mais toujours là quand on avait besoin ne serait-ce que d'une indication. Je suis peu bavard, et discuter, ce n'est pas vraiment pour moi (en IRL). Mes années de lycée se sont écoulées...

Et là, bam ! Les études supérieures en soins infirmier. Là, je ne cherche pas à m'intégrer. A quoi bon? Puisque ces gens disparaitrons de ma vie dans 3 ans. Le loup solitaire et silencieux était toujours à mes côtés. Mais sa présence ne m'était pas insupportable, ni désagréable. Mais visiblement, ma formatrice référente a trouvé ça étrange que je reste seul dans mon coin, et m'a encouragé à quelques efforts d'ici les premiers travaux en situation réelle.

Donc, pour résumer : je suis Sacha Monguillon, 18 ans, puceau, solitaire, célibataire et libre comme l'air !

avatar contributeur de Ludidivine
Ludidivine
07/09/2021 à 23:08

Comme tous ceux qui ont écrit ici j'aurais envie de te dire moi aussi que tout ira bien, et cela sera surement le cas. Et c est si vrai!

Je me dis pourtant que cela ne doit pas te parler en ce moment. Alors je vais juste rebondir sur la simple question que tu poses : "Qu'est ce qui cloche chez moi"? Au lieu de te dire que rien ne cloche (ce qui est surement vrai aussi), je te propose de te poser quelques questions (Romance83 et Paraisseux) l'ont un peu évoqué : qu'est ce qui fait que tu te retrouve toujours avec le même type d homme? Quelle image as tu construite, comme une stratégie, un allié qui te donnerait confiance, pour que ce soient les hommes superficiels qui répondent? car ne pas considérer l'autre, le ghoster, le manipuler ou en profiter, c est déjà soi même avoir un sérieux problème existentiel...et je sais de source sure que ces personnes en ont un.

Peut etre une clé de réponse : cette fameuse stratégie gagnante sur le physique permet la rencontre facile. Mais elle dit aussi peut etre que tu veux combler cette solitude à tout prix (tout prix = au prix de l'authenticité)...ce n est pas ce que tu vises, évidemment, mais c est un corollaire

Cela ne veut pas dire que tu aies tort ou raison, mais cela doit te permettre de donner du sens à ce qui se produit, et du coup à trouver le bon curseur. Savoir user de ton physique lorsque tu cherches juste à t'amuser, et laisser les choses venir en parallèle avec une autre source de confiance en toi, celle du merveilleux garçon qui est à l'intérieur (il n'y a qu'à lire la manière dont tu écris); tout ceci se travaille aussi.

Voilà, peut être quelques pistes de réflexion qui te seront utile, en te souhaitant le meilleur!

avatar contributeur de Blueof68
Blueof68
08/09/2021 à 10:31

Coucou!

Alors comme beaucoup de membres ici l'ont déjà dit, tu es jeune et en effet même si tu es seul et que tu te sens seul je peux te l'assurer, le problème ne vient pas de toi, mais plutôt des mecs sur qui tu tombes ...

Cela me fait penser un peu à moi, j'ai souvent eu (et ait encore) tendance à me demander ce qui cloche chez moi ... parce qu'en effet comme toi je tombe beaucoup sur des mecs qui finissent pas me ghoster, qui me prennent pour un con ... et comme j'ai un coeur d'artichaut je peux très vite me faire des plans sur la comète et plus tard me dire que je me suis trop avancé ... Donc non, ça ne t'arrive pas qu'à toi ... et faut se dire, même si ce n'est pas forcément évident, que ces mecs là ne te méritent pas ...

Après le culte du corps, malheureusement j'en suis victime aussi. Je me suis remis au sport au début de l'été, et vu que beaucoup dans la communauté gay ne jurent que par l'apparence, je reçois beaucoup de messages sur grindr parce que j'ai mis une photo récente de mon corps musclé ... c'est désolant mais vu que ce monde a l'air de fonctionner comme ça, je joue le jeu ...

Quant au reste, en effet tu es encore jeune. Je me suis senti seul pendant longtemps aussi comme toi(mais pour mon cas, ce n'est pas qu'à cause de mon homosexualité, j'en parlerai peut être dans un post un jour): mon père était militaire (aujourd'hui à la retraite) donc déménagement tous les trois ans. Je me faisais des copains au bout de deux et on partait l'année d'après. J'ai subi moqueries et petits harcèlements, jamais faciles. Au collège, ça a été l'horreur, un gars dans le vestiaire me disait que j'avais des lèvres de suceur, plein de camarades me disaient que j'étais gay (s'ils savent aujourd'hui!) et moi je leur répondais que si c'était le cas je le saurais mieux qu'eux. Je n'avais pas une attitude très "masculine", en plus je mangeais en priorité à la cantine parce que je faisais partie de clubs dit plutôt "féminins" ... Alors les moqueries, j'ai connu. Au lycée ça a été à peine mieux, j'essayais de me faire des amis, une bande m'a dit "tu peux trainer avec nous mais tu feras jamais partie de la bande", un autre m'a traité de sangsue et ça m'a collé à la peau plus d'un an ... jusqu'à la rencontre de ma meilleure amie, d'un an de plus que moi, rencontre qui a tout changé.

Et puis sont arrivées les années fac, les meilleures de ma vie. Je m'assumais enfin en tant que gay, j'arrivais sur Bordeaux pour mes études supérieures, j'ai découvert une asso LGBT de la ville, je me suis fait mes "premières" vraies amies exceptée ma meilleure amie que je connaissais déjà ...

Tout ça pour dire de ne pas t'inquiéter, tu es jeune, tu as vécu la solitude mais ... en fonction de tes centres d'intérêt, de tes études, tu finiras je l'espère à rencontrer des gens ... faut surtout essayer de se sortir de ce "milieu" gay qui ne jure que par l'apparence, le culte du corps ... ce n'est souvent pas bon pour le moral, parce on ne fait que se comparer, que se sentir nul par rapport à d'autres, on se pose des questions, on se dit qu'on est pas assez bien pour plaire ... NON !! J'ai envie de dire que tu es qui tu es, ne laisse jamais personne porter atteinte à ta personnalité, c'est ce qui te définit et fait surement ton charme.

Etant étudiant, j'étais célibataire et je me plaignais souvent auprès de mes amies , "ça va?" "oui mais je suis toujours célibataire", une fois l'une d'elle me 'la fait remarqué et j'ai essayé d'arrêter de trop en parler. Et puis un jour en allant à une soirée organisée dans un bar de Bordeaux par mon association évoquée plus haut, j'ai rencontré mon ex. Coup de foudre immédiat. On s'est parlé toute la soirée. L'ai raccompagné chez lui. Echangé son numéro. On s'est revus quelques jours plus tard. Et l'histoire d'amour de trois ans et quelques mois avait commencé donc ... faut pas désespérer, ça arrive! (et j'avais plus de 22 ans quand ça m'est arrivé même si ça ne veut rien dire)

Donc courage, en espérant que mon "roman" (désolé pour ça d'ailleurs) te permette de te sentir moins seul!

avatar contributeur Alcyone
Alcyone
10/09/2021 à 10:58

Fais toi opérer de ton phimosis : ça va te gêner dans l intimité. Pour le reste, tu n as connu personne en faisant de la muscu ?

avatar contributeur de The Blob
The Blob
10/09/2021 à 11:17

j’ai un conseil: ne prend pas de chat la possibilitée que t’ai envie de l’étriper existe

avatar contributeur de Tempérance.
Tempérance.
11/09/2021 à 06:31 - 11/09/2021 à 06:33

Citation de Alcyone #372446

C'est pas garanti ça... Si ça ne l'a pas gêné avant, je vois pas en quoi ça l'aidera davantage de fixer un problème qu'il ne considère pas nécessairement comme la cause de son mal.

Citation de The Blob #372447

Ah nan! Pas touche aux pitis chats. 😅

Salon de chat Gay

Découvrez notre salon chat gay pour dialoguez avec des centaines de mecs célibataires connectés. Chat réservé exclusivement à la communauté gay.

Communauté Gay

betolerant est fier de sa communauté gay. Notre communauté est un véritable site de rencontre gay tolérant et bienveillant.

Parlons Coming-out

Le coming-out est parfois inévitable pour une homme homosexuel. Partagez vos expériences sur le forum coming-out.

Forum homoparentalité

Le forum sur l'homoparentalité permet aux parents homosexuels de se soutenir et s'entraider, mais aussi de partager leur quotidien.



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2021, betolerant.fr