Homophobie ordinaire (cherche temoignage)

Ancien membre

Bonjour,

tout d abord je vous présente mes excuses par avance de ma présence si jamais vous trouvez que celle ci n est pas appropriée.

Je suis en effet un homme, et par conséquent je n ai théoriquement rien à faire sur cette catégorie du forum. Je vous le dis par soucis de transparence.

Mais pourquoi je suis là ?

Déjà je ne connaissais même pas l existence de demi-sexuel, pansexuel etc.

Ma culture LGBTx est clairement déficiente.

Trêve de digression.

En ce moment j'écris, et je ne suis pas écrivain, mais j ecris c est comme ça, ça m obsède, je suis sur un scénario de bande dessinée typée action, et mon héroïne est à priori lesbienne, je ne sais pas, ça c est imposé comme ça.

Mon histoire n est absolument pas basée la dessus, puisqu'il s'agit d'une histoire dans l univers des assassins et de multinationales secrètes.

Mais voilà afin de poser les caractères de mes personnages, mon héroïne, jeune femme frêle avec une béquille, sort dans la rue puis au restaurant où il y aura une altercation.

Je cherche à rendre crédible ce passage en la confrontant à une homophobie ordinaire.

Meme si j ai été lire des témoignages sur internet assez glaçants je dois dire, je cherche vraiment des choses de la vie de tous les jours loin d etre steréotypés.

Je suppose que cela diffère complètement entre la ville et la campagne ?

en fonction de si les gens sont en groupes ou tout seul?

de la classe sociales?

de l àge ?

Je pensais faire dire à une personne âgée se promenant avec son petit fils et les croisant dans la rue.

"cache tes yeux ne regarde pas ça, c est péché "

C est évidement "soft", mais je cherche justement toutes ces choses dites rapidement.

pour ma scène suivante dans le restaurant plus trash, ce n est pas les témoignages plus trash qui manquent.

Je suis aller voir sur Sos homophobie

"tes parents auraient dû te bruler"

"vous êtes des déchets de la société"

"tu veux que je te montre ce que c est un vrai homme"

"et après ce sera les enfants et les animaux?"

bref j en passe et des pires, ce n est malheureusement pas dur a trouver, et sincèrement je ne sais pas comment on peut avoir la force de subir ça.

Toujours est il que j ai plus de mal concernant l homophobie dit "ordinaire" notamment lorsque 2 femmes se tiennent juste la main, ou au moment où 2 femmes s embrassent.

Qu entendez vous le plus souvent dans ces moment là? est ce lié également au différentes "catégories" de population évoquées plus haut ? (âge, sexe, classe sociale, effet de groupe etc)

ou les mêmes choses reviennent elles peu importe les "categories/couches sociales'

voila je vous remercie de m'avoir lu et de me répondre... ou pas car je sais que ça rappellera forcemment des moments douloureux.

J espère avoir été suffisamment honnête et sincère pour que vous m aidiez dans ma démarche, car même si ce n est qu un tout-petit passage de l histoire j essaie d y prêter attention.

Et encore une fois si vous trouvez cela déplacé, il n y a aucun soucis je supprimerai si cela est possible ou juste je m en irai.

merci

Ancien membre

Attention, dans les exemples cités, pour moi, il n'est pas question d'homophobie ordinaire mais bien d'homophobie discriminatoire tout court.

"Ne regarde pas, c'est pêché", cela s'apparente à un rejet de l'homosexualité, donc à de la discrimination.

Selon moi, l'homophobie ordinaire relève du second degré ou de phrases courantes qui pourraient blesser à l'usure.

Il en va de même pour le sexisme ordinaire : par exemple, la phrase "pourquoi t'es énervée, t'as tes règles ?" est jugée sexiste.

D'autres exemples en lien avec l'homophobie ordinaire : mon meilleur ami est gay et il m'arrivait très régulièrement de le surnommer "gros PD" ou autre.. sauf que j'ai appris sur le tard que c'est une forme d'agression, même s'il a beaucoup d'humour et s'il sait que j'en ai beaucoup et que mon but n'est pas de blesser.

D'autres exemples basées sur des blagues "lourdes" (comme celles de beauferies) : ah oui, tu manges de la saucisse ? Enfin, tu vas me dire, ça te connait bien, les saucisses (l'aliment saucisse qui est bien renvoyée au pénis car la personne qui en mange est homosexuelle).

Pareillement pour mon papa, il a des amies lesbiennes et il passe son temps à les qualfier, même devant elles, de "gouines".

L'homophobie ordinaire peut heurter mais les personnes qui le pratiquent n'en ont généralement pas conscience.

Je pense que l'homophobie ordinaire, pour certains, est perçu comme du politiquement correct...

Enfin voilà, maintenant, je n'avance pas que j'ai raison là dessus :)

avatar contributeur de Jstophe
Jstophe

Jusqu'à quel point l'homophobie peut être ordinaire ? Cela tendrait à considérer la banalisation de l'homophobie comme normale ou naturelle. Hyper dangereux.


Sauf erreur de ma part, j'ai toujours raison.

Ancien membre

Bonjour et merci.

Effectivement Jsophe, sans banaliser les propos, il y'a de facto une echelle de violence, comme pour tout acte. D'où les " " .

Par contre effectivement Ruvik tu dois avoir raison, je pense confondre, homophie au quotidien et homophie "ordinaire". La barriere me semble floue.

Est ce la notion de vouloir blesser une personne qui doit en être le critère ? Donc des propos comme on dirait connard ou putain mais avec des mots liés à l'homophie dans un contexte absoluement non lié, non genré ?

En ce cas effectivement je me suis mal exprimé, mais cela peu être interéssant à explorer, si des scènes s'y prêtent.

Effectivement dans ce cas, je pense que ma recherche est plus orientée sur l'homophobie du quotidien.

avatar contributeur de Jstophe
Jstophe

Quel plouc ou quel beauf n'a pas traité d'"enculé" quelqu'un qui le génait dans n'importe quelle circontance de la vie courante. C'est bien de l'homophobie, ordinaire ou non. Je précise que ce terme comme le mot "pédé" me font très mal à en pleurer. Peut-être suis-je trop sensible dans ma peau, dans mon esprit d'homo.


Sauf erreur de ma part, j'ai toujours raison.

avatar contributeur de Mawalou
Mawalou

Jstophe on a tous notre propre sensibilité ça c'est sur mais les mots que tu as cités sont de base des insultes. Insultes qu'on a essayé de banaliser au point de vouloir les rendre acceptables mais elles n'en restent pas moins des insultes.

ça me fait penser à ma grand mère qui ne cesse de dire pd pour parler des homosexuels sans mauvaises intentions mais c'est comme si elle n'en avait pas appris d'autres pour les definir. Et je bataille continuellement pour lui faire changer son vocabulaire "mamie on dit homosexuel quand on est gentil, là t'es méchante" en esperant qu'un jour ça finira par rentrer.

Tout ça pour dire que non tu n'es pas trop sensible !! tu es même dans ton droit et eux dans leurs tords

avatar contributeur de Jstophe
Jstophe
- modifié par Jstophe le 16/04/2020 - 19:34:51

Oui je suis toujours dans mon droit quand j'ai envie de pleurer. Dans ce cas, les autres auront toujours tort.

L'homosexualité n'est pas une maladie.

L'HOMOPHOBIE EN EST UNE .


Sauf erreur de ma part, j'ai toujours raison.

Ancien membre

Je pense que ça dérive, nul n'a prétendu le contraire ici. Je suis désolé on ressens une grande détresse, mon but n'était pas du tout celui la.

Cloturons là, je vais continuer mes recherches autrement, j avais hésité, et je ne pense pas que ce soit une bonne idée, je suis désolé de vous avoir fait remonter tout ca.

cordialement

avatar contributeur de JustMe
JustMe
- modifié par JustMe le 16/04/2020 - 23:12:12

Pour moi l'homophobie n'a jamais rien d'ordinaire, même dans les blagues pourries que certains peuvent sortir.. "ordinaire" ça reviendrait à dire que nous devons l'accepter et ça il n'en est pas question.. même cette homophobie là est à dénoncer/bannir.

Sinon pour te donner un exemple concret, on se baladait main dans la main tout simplement dans une rue piétonne quand nous avons croisé un homme qui devait avoir 70-75 ans et qui nous a croisé en disant "oh vous êtes écœurantes ! vous n'êtes pas un couple, c'est écœurant" et a continuer à marmonner ses injures ensuite sans qu'on puisse (heureusement) les entendre.. nous avons pris le parti d'en rire plutôt que ça nous atteigne car pour moi des paroles méchantes lancées par des inconnus ne devraient jamais avoir de valeur... si elles sont lancées par quelqu'un de connu ou pire quelqu'un qu'on aime/apprécie, là c'est bien différent...

Tungstenn

pardon mais pourquoi ton personnage serait victime d'homophobie via des insultes (?) par des-gens dans la rue si dans ses caractéristiques premieres c'est être une femme frèle et avec une bequille seule?) ? qu'est ce qui permet de dire à un.e inconnu.e qu'elle est lesbienne ?

(Ca me semble plus probable vu la bequille qu'elle soit victime d'une agression sexiste x handiphobe qui fait un double combo de vulnérabilité)

Ancien membre

J ai évidemment fait de nombreux raccourcis dans la description ci dessus.

Elle est frêle, pas spécialement fragile, et n est pas handicapé lourd, juste une béquille de soutien.

Elle peut tout à fait se déplacer sans, au sacrifice de douleur à venir, et utilise des drogues pour s en passer selon les situations.

Ce qui a son importance dans l histoire.

Quand à la scène pure, il s agit d une relation avec la kinésithérapeuthe de base, ce n est pas juste une sortie dans la rue solitaire.

J oppose le caractère bien trempee, à l a priori qu on aurait sur la personne. Il s agit de bien poser les personnages.

Et tu as tout à fait raison sur la misogynie et le sexisme, ça en fait également partie, surtout dans l univers.

A la base mon héroïne est une assassin, blanchissant les contrats dans une agence de com dont elle la pdg.

Le sexisme est présent de part la position, et le milieu.

L histoire ne tourne pas autour de l homophobie, du sexisme ou autre discrimination, mais j y intègre les thèmes en arriere plan.

Même si au premier, il y a évidemment des trahisons,chantages, des complots.. et des assassinats.

Puis la chute: la mort de sa femme, le coma, la rééducation, la reconstruction, la vengeance et un dernier climax avec la mort de sa fille de ses mains alors qu elle la croyait déjà morte enfant...(histoire d âge, même si ça n a rien a voir pour exemple de faisabilité : voir le film old boy) le coma aide à crédibiliser ca.

Oui c est lourd, c est pesant, c est voulu

Mais je trouve intéressant que les personnages soient ancrés dans un monde pas toujours propre et non lisse, malheureusement plus réaliste.

c est un peu brouillon posé comme ca évidemment surtout a 1h du mat

Mais je pense que tu peux ressentir que ce n est pas gratuit, c est l essentiel.

Tungstenn

je n'ai rien compris :( sur quoi porte ta demande ?

de plus, les sites qui recensent les témoignages des gens sur l'homophobie ordinaire qu'iels expérimentent c'est plutot une bonne idée

Ancien membre

Je pense que l'homophobie dite ordinaire s'apparente au racisme dit ordinaire, au rejet dont l'handicap visible peut faire l'objet, au mépris des "vieux" par les "jeunes", de certaines classes sociales par ceux qui se revendiquent des classes dominantes. C'est l'ostracisme, le fait qu'on méprise, déteste, rejette ce qui n'est pas soi et qui quelque part fait peur.

Pour répondre à ta question, l'homophobie pourra s'exercer de manière indirecte quand deux filles qui sont ensemble sont obligées de se faire passer pour des colocs si elles veulent convaincre un propriétaire.

Il y a le cas d'un personnage célèbre, dans la quarantaine, qui est marié à une femme beaucoup plus âgée que lui, et dont on dit qu'elle est là pour la parade - le monsieur étant supposé être homo.

Il y a les réflexions que l'on s'attire quand on est célibataire et qu'on n'a pas d'enfants et qu'on a dépassé la cinquantaine, qu'on n'entre pas dans les schémas courants.

Ou encore, quand une femme ou un homme n'est pas en couple depuis longtemps, on dit que "ça cache quelque chose".

Quand un monsieur achète des collants et qu'il s'attire, en caisse, des regards en coulisse.

Quand un monsieur n'a que des amies du genre opposé.

Etc...

Ancien membre

Merci pour les retours

Tungstenn, à la base, ma demande première était des témoignages sur l homophobie "ordinaire", mais au vu des retours, merci d ailleurs, ce que je décrivais et cherchais, ce sont plutôt des temoignagne d homophobies au quotidien, je ne parle pas de menaces, mais toutes ces phrases balancées gratuitement comme Justme y a répondu, peut-être aussi des allusions à peine voilée, .

En fait sur internet il y a surtout des témoignages "lourd" c est à dire sur des faits extrêmement grave, ou avec des paroles d'une rare violence.

Bien que cela existe évidemment, je me dit qu il doit y avoir également des réflexions très récurrentes, dont vous préférez ne pas y porter attention, et celles là ne sont quasiment jamais évoquées.

Comme je le disais je cherche cela, afin d éviter les erreurs et les clichés.

D ailleurs j ai complètement supprimé suite à mes diverses lectures, une séquence liée à un viol à l l'adolescence, car je ne voulait pas qu' on puisse faire de raccourcis elle est lesbienne car elle est traumatisée, cela aurait été une grosse erreur de ma part, et il n'y avait pas besoin de cette séquence pour justifier quoi que ce soit, à par noircir encore le tableau.

Gain vs perte :

perte : propager de mauvaises idées sur le lesbianisme.

Gain : la noirceur de l environnement, l etat psychologique du personnage, je pense qu il n y en avait pas besoin, donc poubelle, ou à la limite le reporte en 2-3 cases juste sur l environnement justement un viol d un personnage sans nom, ne servant pas à l histoire, un décor en somme, je verrai .

Voilà pourquoi je lisais les témoignages, éviter les clichés, éviter les erreurs grossières, éviter malgré moi de vehiculer inconsciemment des conneries, de choses dont je ne connaissais pas grand chose.

Pourquoi ? personnellement rien ne m'ennerve plus que les petits détails qui n ont pas de sens:

ex : tous ces petits manque de crédibilité.

-n importe quelle série tv : la personne qui tape sur 167 touches sur le clavier d un ordinateur... pour juste agrandir une image..

-la plupart des domaines de pointes (médecine, informatique, science) ou on te balance plein de noms bien compliqué mis bout à bout, pour en mettre plein la vue, mais où des que tu connais le domaine ça te semble d un ridicule.

ex : faisons un dérivé moléculaire triphasé quantique en concentrant la ionisation sur les bosons à masse nulle. (je balance le premier truc qui me vient ce n est pas une citation)

-il y'a plein d autre exemple dans des films/livres ou tu te dis, mais il/elle est con(ne) pourquoi il/elle fait pas....

Bref toutes ces erreurs et bien d autres peuvent être transposés aux différents milieux, et les relations humaines n y font pas exceptions.

J'ai du mal à expliquer ma démarche, j en suis désolé, j espère que cette réponse vous aura aidé à y voir plus clair.

merci en tout cas

Indépendamment, c est instructif pour soi-même pour parfois changer des petites choses dont nous n avons pas conscience, la clé c est la connaissance.

Communauté lesbienne

betolerant est fier de sa communauté lesbienne. Notre communauté est un véritable site de rencontres lesbiennes tolérant et bienveillant.

Parlons Coming-out

Le coming-out est souvent indispensable pour une femme homosexuelle. Partagez vos expériences au sein du forum coming-out.

Forum homoparentalité

Les familles homoparentales ont la possibilité de se retrouver, de débattre et de s'entraider sur notre forum sur l'homoparentalité.



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2021, betolerant.fr