En quête d'autonomie, d'échanges et de découvertes

Talarp
Publiée le 14/02/2020 à 13:14 - Modification par Talarp le 14/02/2020 - 13:16:09
Auteur du sujet

Bonjour,

Je poste ici parce que je ne sais pas où, sinon. Je ne sais pas si j'aurais des retours.

En gros, j'aimerais échanger avec des personnes intéressées par ce sujet, d'autonomie, d'indépendance. Peu importe que ce soit en solo ou à plusieurs. J'aimerais échanger pour faire grandir mon projet, mon rêve. Me nourrir des idées, projets et réalisations d'autres.

Je rêve depuis des années. D'une vie plus calme et simple. Plus proche de la nature. D'un village à la gauloise (torchie, bois, chaume, ce genre de choses), un peu à la Robin des Bois, ou bien à moitié enterrées... je ne sais pas. Mais je préfère la première option. Je rêve de véganisme, de minimalisme, de zéro déchet. Permaculture, artisanat, animaux, abeilles (bah oui, elles sont mignonnes et importantes). Amitié, amour, loyauté, gentillesse, honnêteté, attention, courage, respect, tolérance... Un peu de tir à l'arc parce que ce n'est pas une blague quand je mentionne Robin des Bois, et quelques autres sports peut-être ? Ou peut-être chacun de son côté, mais j'aimerais, à titre personnel, le tir à l'arc, continuer à courir et à faire du street workout, à marcher. Une vie dans un bois ou une forêt, près d'un point d'eau, rivière ou lac. Autonomie au tant que possible, mais autonomie, pas autarcie. La possibilité de manger tous ensemble dans un batiment prévu pour ou dehors. Pas toujours, mais de temps en temps. Sécurité, joie et bonheur. Je ne connais personne qui pourrait être intéressé par ce mode de vie, par ce projet, actuellement. Mais je ne perds pas espoir. J'essaie de ne pas perdre espoir quant à rencontrer la femme de ma vie non plus. Je ne sais pas si ce rêve peut voir le jour, être construit... Mais je sais qu'il m'appelle, qu'il s'impose à moi. J'y pense très souvent. Vraiment très souvent. Et encore plus quand j'écoute la comédie musicale Robin des Bois (allez savoir pourquoi). Ce rêve vient de loin. Trois ans que j'y pense sérieusement, et bien plus longtemps qu'il est là.

Je ne sais pas où, mais je sais que je ne veux pas rester en Bourgogne. Je ne sais ni quand ni comment. Pour le moment, je suis tout bonnement dans les questions, les recherches, et un peu perdu aussi, il faut bien se l'avouer. Un rêve fou pour certains, une utopie pour d'autres, la vie qui correspondrait le mieux pour moi.

Au plaisir d'échanger avec vous, Tala 🐺 ❄️

P.-S. : J'ai vu le reportage sur les écovillages de Demos Kratos et ai contacté le mouvement Colibris. Je suis également un MOOC sur leur site. Je lis actuellement "J'arrête de travailler! Les clés du frugalisme.". Si vous avez d'autres suggestions, je suis preneur.

Juste des idées et exemples (mais au final, ce sera peut-être très différent, mais en terre/torchie, ça m'attire beaucoup) : http://cdt31.media.tourinsoft.eu/upload/Village-gaulois-6-RIEUX.jpgs http://cdt31.media.tourinsoft.eu/upload/Village-gaulois-5-RIEUX.jpg En quête d'autonomie, d'échanges et de


#324269

Juliemedit
Publiée le 14/02/2020 à 13:33

Tala, si j'avais quelques années en moins, et surtout déjà ma propre indépendance, je ferai le vieux dans ton village (vieux mais pas sage).

Bisous


 0 vote #324271
Virak
Modération
Publiée le 14/02/2020 à 13:55 - modifié par Virak le 14/02/2020 - 14:12:21

Bonjour il est certainement vrai qu'au jour d'aujourd'hui on voit bien plus des gens nomades qui ont tendance à ne pas rester sur place qui n'adhèrent pas à ce mode de vie qu'on peut associer à de la sédentarisation.

J'ai une partie de gens de ma famille au Cambodge qui vivent un peu reclus dans des campagnes reculées et qui vivent très bien comme ça sans grands artifices mais plus vers une approche de la simplicité au naturel.

Bon cela dit j'en ai vu qui ne savaient pas comment utiliser un four moderne, ni même un chauffage électrique mais savaient au moins créer des choses avec peu d'élements autour d'eux.

Moi dans un village je serai tailleur et à goûter secrètement quelques petites choses sur le chemin. 😂

En quête d'autonomie, d'échanges et de

En quête d'autonomie, d'échanges et de


 0 vote #324272
Talarp
Publiée le 14/02/2020 à 14:14
Auteur du sujet

Tailleur ? C'est une blague ou t'attire vraiment ? :)


 0 vote #324274
Virak
Modération
Publiée le 14/02/2020 à 14:17 - modifié par Virak le 14/02/2020 - 14:39:27

Ce n'est pas une blague, je confectionne des vêtements. Comme quelques uns dans ma famille au Cambodge. Comme certains produisent de la mangue, de la coco et encore d'autres choses. Donc oui ca m'arrive de rêver que je n'étais peut-être pas de France pour vivre pleinement ces moments plutôt que dans quelques voyages.

Sinon rien à voir mais en terme de reportage : il y en a sûrement qui parlent de néolithique quand je regarde l'une des images du post forum de ce que ca me fait penser. ^^


 0 vote #324276
Talarp
Publiée le 14/02/2020 à 14:54
Auteur du sujet

Tu fais ça sur un thème ? des vêtements mod ? Si ça te plaît vraiment peut-être que la reconstution historique peut-être un bon plan ? Ou un écolieux, écovillages ? Il y en a en France.


 0 vote #324277
Virak
Modération
Publiée le 14/02/2020 à 15:09 - modifié par Virak le 14/02/2020 - 15:10:54

Pas en particulier puisque cela me fait vivre mais bien souvent oui. J'en ai déjà créer des costumes pour des ateliers. J'aime bien m'immiscer en coworking notamment quand il s'agit de reconstitution.

En quête d'autonomie, d'échanges et de


 0 vote #324278
Lindos
Publiée le 14/02/2020 à 15:40

C’est toujours la même question qui se pose, comment se nourrir, s’habiller, se loger, se chauffer, etc, autrement dit avoir des ressources suffisantes pour un certain nombre de personnes, tout en respectant ou échappant à la loi et suprématie des autres. Comment assurer les naissances et fins de vies, très vulnérables. Même les dernières minorités qui héritaient de milliers d’années de savoirs et de territoires, ont du renoncer au XX siècle. Ou se réfugier dans des réserves, contestées tous les jours par les firmes multinationales, et que les états ont bien du mal à défendre. Les derniers paysans cultivant la terre et derniers éleveurs valorisant la végétation, sont en train de disparaître sous nos yeux. Mêmes leurs enfants renoncent. Bon, je force un peu le trait, mais c’est une tendance lourde.

Après c’est vrai qu’en ne ménageant pas ses efforts, et en réinventant l’eau chaude, pour survivre il est encore possible de vendre un peu de rêve aux citadins, du fait main, de la tradition, du naturel. Mais pour ce faire il reste indispensable d’utiliser les dernières technologie qui permettent de les atteindre. Et on reste à la merci d’une concurrence contrefactrice industrialisant le naturel.

Bon, en même temps, au moment de l’extinction de 10000 ans d’agriculture et d’élevage,et des tous derniers nomades, c’est maintenant ou jamais ^^

Reste la méthode assez déloyale mais dont la pompe à finance fonctionne plutôt bien, qui permet de vendre n’importe quoi y compris la vacuité, ce sont les sectes. Ou encore de vendre hors de prix des stages de jeûne où l’on va pour ne rien manger, le saint Graal de la rentabilité, fusion heureuse de la nature et l’économie capitaliste. Ou encore la valorisation de la retraite Macron : on vit d’amour et d’eau fraîche aux minimum sociaux, puis on prend se retraite au minimum retraite bien supérieur, payé par ceux qui travailleront plus longtemps (à condition que les promesses de Macron soient toujours valables dans 30 ans...).

Vivre en tirant à l’arc me semble pas si simple à notre époque...

Man dieu, ...Srok Khmer, le pays khmer ! parmi les derniers paysans que j'évoque. Qui ont énomément soufferts au XX siècle, et dont même les ressources en eau sont menacées au XXI siècle. Et il ne doit plus exister beaucoup de chasseurs à l'arc à Ratanakiri, dont chaque guerrier fabriquait lui-même son arbalète. Ils vivent eux aussi la fin d'une époque.


 1 vote #324280
Caramany
Publiée le 14/02/2020 à 16:01

Tu parlait pas de la néolithique !!??

On voit tout de même des agriculteurs bio, des courts circuits, tout cela n'est pas beaucoup mais y en a de plus en plus. Faut pas être pessimiste.


 0 vote #324281
Virak
Modération
Publiée le 14/02/2020 à 16:28 - modifié par Virak le 14/02/2020 - 17:03:35

Entre la chasse et la pêche, on a un organisme derrière de nos jours, ca vaut pas le coup de s'y lancer si on s'y prend mal en plus. (Laisser les femelles en autres bien souvent à moins d'avoir une amende et de déranger l'éco systeme lol)

Je proposerai à la rigueur d'aller chasser des "tarentules" ou bien autres êtres vivants à petites pattes (eurk^^) mais avec la déforestation et l'affluence des touristes gastronomiques y en a moins.

Et comme dit Talarp : " rêve de véganisme". A moins que Lindos parlait de chasser des plantes à l'arc? lol

D'ailleurs elle sont bien les petites cascades d'eau...

juste attention aux sangsues qui y sont parfois

En quête d'autonomie, d'échanges et de


 0 vote #324283
Talarp
Publiée le 14/02/2020 à 18:02 - modifié par Talarp le 14/02/2020 - 18:06:18
Auteur du sujet

Je ne suis pas sûr que tu es compris mon post vu ce que tu réponds.

Je ne parle pas de devenir agriculteur, ça m'intéresse pas. C'est de l'autonomie que je cherche. Et autonomie ne veut pas dire problème. Ce que je cherche, c'est à respecter plus la nature, ce que notre société et très très loin de faire. A cette vitesse, d'ici 100 ans, je ne crois pas qu'il y aura encore grand chose ici-bas.

Je sais que le monde n'est pas végane. C'est juste ma version à moi, mes valeurs. Mais c'était peut-être une erreur de publier ici...

Lindos est pessimiste et je le suis aussi mais, j'ai juste envie de croire qu'un jourrais être heureux. Qu'un jour, je saurais ce que c'est.

De nos jours, la chasse n'existe plus. Il n'y a plus aucun respect des animaux et de la nature là-dedans, juste de la destruction. Les territoires des animaux se rétrécissent et ils sont de moins en moins nombreux à cause de ça et de la chasse.

Les humains ne prennent jamais le nécessaire, ils sont les yeux trop grands.


 1 vote #324284
Lindos
Publiée le 14/02/2020 à 18:37 - modifié par Lindos le 14/02/2020 - 18:40:56

Le néolithique est le début de l’agriculture et de l’élevage extensifs, de l’industrialisation de la cueillette et de la chasse en quelque sorte, il se termine en principe avec le début de l’utilisation d’outils en métaux il y a des milliers d’années.

Mais je m’amuse de constater qu’avec l’industrialisation intensive de l’agriculture et de l’élevage, nous vivons quasiment la fin de l’agriculture extensive, la fin de la paysannerie, on pourrais dire que nous vivons la fin de ce qu’a initié la révolution néolithique.

Et à terme la terre va devenir inutile à l’agriculture, même l’eau courante pourrait le devenir, à fortiori si le réchauffement climatique l’assèche. On commence déjà à faire pousser les cellules végétales et animales en laboratoire pour la consommation humaine, dont le système digestif pourrait même à plus long terme devenir inutile si on absorbait une nourriture prédigérée ^^

On dirait les Kulen aux heures de pointe ? ^^

Les végétariens existent depuis depuis des milliers d’années dans le monde indien, mais ne sont pas végans, sinon ils n’auraient jamais pu survivre en étant végétalistes en absence d’additifs alimentaires, ni si leur société n’avait pas utilisé des sous produits d’animaux, et la force de travail des animaux.

Aujourd’hui encore les paysans cambodgiens les plus pauvres n’ont guère d’autre choix que de pêcher ou chasser dans leurs rizières ou les zones inondées du Tonle Sap pour ajouter quelques protéines à leur riz et légumes, comme ils l’ont toujours fait. Les tarentules sont plus folkloriques en effet, ou du grignotage proposé par les vendeurs ambulants aux arrêts des transports publics. (se souvenir toutefois que ces paysans se sont révélés capables de survivre avec des soupes de fourmis...). De façon générale je pense que comme en Europe de l’Ouest, les animaux et poissons sauvages vont finir par quasiment disparaître, malgré les lois de protection, surtout si l’emploi des pesticides se généralise. Ce n’est pas être pessimiste, mais lucide.

En tout cas cela me semble difficile de s’enfermer en autosuffisance, et si c’est encore possible dans des coins reculés, c’est sans doute la fin, maintenant ou jamais. (et à condition de ne pas se faire rattraper par une pandémie ^^ ).

"C'est de l'autonomie que je cherche"

A mon avis l'autonomie est devenue quasiment impossible, ou en tout cas c'est la fin de la fin.


 1 vote #324285
Talarp
Publiée le 14/02/2020 à 19:14
Auteur du sujet

Des villages/bourgs/hameaux autonomes voient de plus en plus le jour.


 0 vote #324287
Caramany
Publiée le 14/02/2020 à 20:22

On brûle une forêt puis on prend la terre pour cultiver le mais, palmier ?

Je savais pas que tu es bobo ecolo. Il faut connaître l'intérêt autre que financier présenté de l'agriculture moderne. Avec le peu de rendement que l'on a, y a pas assez pour nourrir le monde entier . Si l'agriculture ce jour donne un rendement par parcelle 10x voire 20x supérieur qu'il y a 100 ans, c'est grâce à l'industrialisation et meilleure technologie mécanique, chimique et biologique.

La terre est polluée, l'eau est polluée, mais elles sont loin d'être inutilisables. Tu connais la rotation agricole ?

Puis, je ne vois pas intérêt de l'aliment du future ici, c'est plutôt sympolique qu utile. Je pense que tu as lu trop de news à la télé qui se sertent à l'effet wow , sans pour autant connaître l'agriculture.

En plus, je pense quil y a de moins en moins de l'agriculteur indépendant, les coopératifs sont beaucoup plus répandue, ont donc plus de pouvoir. Les agriculteurs ont besoin du coopératif. Y a un réel intérêt niveau du coup et profit.


 0 vote #324289
Lindos
Publiée le 14/02/2020 à 20:28 - modifié par Lindos le 14/02/2020 - 20:33:46

Ils sont autonomes sur leur buget communal, ils ont leurs écoles et hopitaux, ils prennent en charge leur personnes âgées, etc, ou achètent ces services ? Ou bien ils sont autonomes pour ce qu'ils savent faire et assistés pour le reste ?

Des villages vraiment historiquement autonomes existent encore dans des régions exentrées difficilement accéssibles de notre vaste globe. Mais ils sont souvent d'une précarité éprouvante, que les vieux regrettent, mais que les jeunes désertent.

Sinon, en effet, il existe des possibilités de parasiter les pays au système social généreux, ou bien survivre dans la misère dans les pays où le système social est défaillant.

"Les agriculteurs ont besoin du coopératif."

Le coopératif n'est pas nouveau, mais pour résister sur la durée il est chaque fois obligé de grandir ou se faire absober.


 0 vote #324290
Virak
Modération
Publiée le 14/02/2020 à 22:44 - modifié par Virak le 14/02/2020 - 23:22:22

Oui j´avais eu cette pensée. Juste que je voyais mal parler chasse en compagnie de vegan, tu as bien fait d'en parler bien au contraire. Car J'en ai connu que un seul irl, je ne les associe pas à tous pareil, juste une petite précaution. ^^ Je comprends pour ce qui est de la societé irresponsable sur la nature. > Citation de Lindos #324285 Oui c´est bien ça. Si tu as déja été au Cambodge et en Inde, tu as dû en connaître des choses alors pour que je ne m´étale donc pas sur le sujet ( je suis des deux origines d´ailleurs ) ^^'


 0 vote #324292
Juliemedit
Publiée le 15/02/2020 à 09:51

Bonjour à toutes et à tous,

je suis ce sujet depuis le début, et je pense qu'on s'est beaucoup éloigné du questionnement de Talarp.

La question, "à la louche" étant :

" Moi Talarp (mais Talarp est trop modeste pour s'exprimer ainsi) j'ai envie de vivre comme çà, de façon communautaire, proche de la nature, j'y apporte aussi mes rêves personnels.

Qui aime mon idéal vienne à mes côtés avec son expérience, ses propres idées pour aboutir à un projet concret qui tienne la route."

J'aimerais juste beaucoup qu'on soit dans nos interventions aux côtés de Talarp par les mots, les idées constructives (de belles cabanes aussi).

Nos sommes ici, et je l'apprécie énormément, sur un site dont la raison première est la bienveillance, l'acceptation de l'autre et l'entre-aide.

Merci à toutes et tous pour votre attention.

Bises

Julie


 1 vote #324305
Talarp
Publiée le 15/02/2020 à 09:57
Auteur du sujet

Merci pour ta réponse Virak. :)

Merci beaucoup pour ta réponse Julie!


 0 vote #324306
Alithia
Publiée le 15/02/2020 à 10:19

Je répond juste pour te soutenir, ta démarche est plus qu'intéressant, tu as l'air d'y avoir réfléchie, de t'être documenté.

Et même si pour moi, ce n'est pas la vie dont je rêve, il y as néanmoins, beaucoup de choses dans ta vision des choses qui me plaise.

Je fait de la reconstitution gauloise. L'autonomie était possible avant, elle l'es donc toujours aujourd'hui quand on sais que nos matériaux, technique et outils sont un peu plus performant.

Pour le coup, je suis tailleurs chez eux, j'anime l'atelier tissage, vie social et mode.

Et on peux être bien habillé, bio, bien manger, bien vivre, avec le strict minimum.

Et si on rajoute l'eau courante et l'électricité, alors le confort est la.

Les gaulois vivaient dans d'imence corps de ferme, ou toute les activité étaient réunis. Les bénéfices étaient partager par tous.

Comme une grande familles.

Toutes les disciplines y sont présentes.

Mais y a pas toujours de métiers associer.

Par exemple, les métiers à tisser, la cuisine, sont des travaux que chacun fait et avances quand il a du temps.

Ce qui fait, qu'en plus d'être multitache, chacun participe au corvée, ce qui ressert les liens et l'égalité, vue que tout le monde met la mains à la pattes.

Bon je m'égare pardon.

Je veux en venir au faite que l'autonomie en communauté est possible, seul aussi (mais je trouve ça plus dure, et moins fun que de partager ses ressources avec les autres).

Donc super projets fonce !


 0 vote #324307
SuzanneTD
Publiée le 15/02/2020 à 10:46

Bonjour à tous :)

@Tarlap - Beau projet ! Puisque tu connais Les Colibris , tu sais donc que ce n'est pas impossible .

@Julie - Je ferai la vieille très très sage et un peu folle 🙃

Par choix - ou pas - beaucoup se tournent déjà vers ce mode de vie , sans grande difficulté pour ceux déjà habitués à vivre dans la précarité (ou plutôt sans excès) , pas plus pour les autres - qui ont en commun un idéal d'une autre société , plus humaine , plus solidaire , plus responsable .

La précarité galopante favorisera ces retours à la nature - à moins d'une extinction de l'humain via une p'tite guéguerre , un p'tit virus , une catastrophe naturelle parmis tant d'autres . Amen ^^


 2 votes #324308
Talarp
Publiée le 15/02/2020 à 11:11
Auteur du sujet

Alitihia, merci pour ta participation qui m'a appris des choses!

Tu fais de la reconstitution gauloise, donc ? je suis quelques groupes sur internet. Est-ce que ton "groupe" à un site, ou autre chose ?

Merci SuzanneTD. Je ne sais pas trop ce que tu entends par précarité... J'ai toujours vu ce mot comme un peu négatif.

Cela dit, je vis avec peu, le moins possible vraiment. Je n'aime pas m'attacher à des objets inutiles, ce qui ne veut pas dire que je n'ai aucun objets de ce genre. Je fais juste le tri entre ce qui a vraiment vraiment de l'importance pour moi et ce qui n'en a ou n'en aura pas.


 0 vote #324311
Alithia
Publiée le 15/02/2020 à 11:44 - modifié par Alithia le 15/02/2020 - 12:20:51

Tu en trouve beaucoup à travers toute la France !


 0 vote #324312
Talarp
Publiée le 15/02/2020 à 11:57
Auteur du sujet

Oh mais je les connais (de noms)!


 1 vote #324314
Lindos
Publiée le 15/02/2020 à 12:51

Je ne vois pas pourquoi rester lucide serait malveillant, la vraie autonomie est rare et pas une sinécure.

Les Amish par exemple, se sont coupés du progrès et des influences extérieure en 1693. Mais d’une part cela leur impose une organisation rigoureuse, une vie austère, physiquement difficile, et ils peuvent être amenés à être secourus par le monde moderne qu’ils rejettent. C’est le monde moderne qui est bien veillant avec eux de les tolérer et leur venir en aide le cas échéant, parfois sous la contrainte.Autre exemple, les moines reclus du monde, qui existent depuis des millénaires. Ils ont u ne vie stricte et austère, et se font entretenir par les fidèles quoi croient en leur utilité religieuse. Et j’ai évoqué les dernière tribus ou cultures très excentrées vivant encore à l’age de pierre, ou comme pendant l’antiquité, ou encore au moyen âge.

Les agglomérations ou villages optant pour une organisation économe et non pas entièrement basée sur la consommation de ressources importés de l’extérieur, sont tout-à-fait possible, derrière les mots transition énergétique, climatique, écologique, il n’y a pas autre chose. Les pays d’Europe du nord tendent vers cet objectif. Mais cela nécessite d’avoir une richesse à échanger pour accéder aux ressources nécessaires, qui de plus nécessitent souvent un investissement une une maintenance actuellement plus coûteuse.

Sinon il ne faut pas avoir peur des mots, et se poser franchement en parasites de la société, qui bénéficient gratuitement des ressources produites par l’économie contemporaine, tout en se préservant un mode de vie, qui n’est pas une véritable autonomie. Sachant que s’il y a des enfants ou des différents entre personnes notamment, l’état pourra imposer sa loi de façon autoritaire. Sachant aussi que cela nécessite une organisation stricte où chacun ne doit pas se permettre de na pas respecter la charte de cette éco-organisation.

C’est particulièrement difficile en Europe du sud et notamment en France depuis ces dernières années, où tout est considéré comme magique par les plus jeunes : l’énergie est magique, l’approvisionnement en nourriture est magique, le ramassage des déchets et nettoyage de la saleté sont magiques, les égouts sont magiques, l’eau potable est magique, etc, etc. Et apparemment gratuits, la gratuité consistant à faire payer par les autres ce que l’on consomme.

Un vrai village traditionnel gaulois c’était beau à nos yeux d’occidentaux contemporains, mais inconfortable, boueux, puant, bruyant, violent, exposé à des attaques meurtrières, etc. La très raffinée civilisation romaine, qui avait maisons en dur, thermes, égouts, serviteurs corvéables à merci, les qualifiait de barbares du nord ^^

Bon après il n’est pas interdit de rêver, ni d’apporter ses petites pierres à l’édifice de nos rêves. Et lorsqu'une qu'une association d'archéologie vivante fait une démonstration, je ne manque pas de payer mon billet d'entrée pour les soutenir.


 0 vote #324315
Caramany
Publiée le 15/02/2020 à 13:34

J'ai failli t'applaudir. Mais, je me suis dit, il faut combien d'élevage de cochon, de chèvres, de vaches ? Faut combien d'agriculteurs dans le champs ? D'où vient de l'électricité et de gaze ? Et internet ? Surtout il faut couper combien d'arbes pour se réchauffer ? Je vois cela plutôt comme épuisement de resource égoïste et accéléré pour vivre juste une idéologie, qu'une transition réelle de la société.


 0 vote #324318
Alithia
Publiée le 15/02/2020 à 13:57 - modifié par Alithia le 15/02/2020 - 14:09:30

Ouah ouah ouah lindos du calme, respire un bon coup.

Je pense que tu as une vision, passéiste et romaine des gaulois.

Pour avoir passer du temps dans une maison gauloise, voilà ce qu'ils avaient et pas les romains. Un planché en bois, inventer par les gaulois, un sommier et martela de laine, alors que les romain dormer sur des nattes. Ce sont des artistes de la métallurgie, du verre, de la nourriture.

Toute les technologie du centurion, piquer au celte. La côte de maille, celte, le casque romain comme on le vois, c'est fin de la Rome antique, mais utiliser et voler au celtes, et au gaulois (casque dont tout les élément compose un casque de pompier aujourd'hui, très chouette à comparé).

Les romains n'avais pas de tout à l'egoux, malgré leurs aqueduque et eau courante (réserver à l'élite pas au pauvre) Donc les rue étais jonché de déchets.

Les romains ont utiliser le parfum à outrance pour cacher le faite qu'ils ne pouvais pas tous se laver car, surpopulation de citer, et pris des thermes (ben oui ils étais pas gratuit)

Le vin romain était couper avec de l'eau, car l'eau étais vicier par les déchets de la rue.

En gaule, et ça rend fous les romain, on bois le vin pure parce que, en vivant des des corps de ferme, on as l'eau potable dans la rivière, ont se lave, on se rase, l'higyiene gauloise était supérieur à Rome. Et la c'est mon domaine vue que c'est ce que j'étudie pour mes prestat.

La vie gauloise et de barbare étais plus saine, plus confortable, plus économe, plus ecolo, plus agréable (tester en approuver), que la fameuse société romaine.

Pour en finir avec ça, de plus en plus d'archeo pense que des savent grec sont, vienne ou ont étudier chez les gaulois.

Donc désoler de te contredite, tu touche directement à ce que je dois apprendre, la société romaines est de très loin, pire sur beaucoup de sujet, que les gaulois.

Tu as une vision idéalisé de la Rome à la fin de son règne.

La seul et unique choses que je ne peux contredire serai sur la consommation de bois, supérieurs à aujourd'hui forcément, mais contrebalancer par une gestion eco responsable, ne pose au final pas de problème, tu coupe, tu replante !

Bon je m'arrête la sinon je vais vous faire un cours, et c'est pas le sujet :)

Sincèrement, on vit très bien à l'époque gauloise, aujourd'hui, en enlevant la guerre, en rajoutant la médecine moderne, l'électricité et l'eau courante.

Une culture raisonner, un élevage réduit au strict nécessaire. Si une partie de la population viverais comme ça, et une autres de façon plus moderne, ça serai déjà une façon de moins produire de plastique, de déchet, de voir plus propre et plus beau.

Parce que vivre dans un immeuble de béton, ou vivre au milieu d'un espace verre, à coter d'une rivière et d'une forêt c'est quand même plus agréable non :)


 1 vote #324319
Juliemedit
Publiée le 15/02/2020 à 14:18

@SuzanneTD

Merci, on verra qui sera la plus folle ?

Je t'envoie un mp

Julie


 0 vote #324320
Sociable30
Publiée le 15/02/2020 à 14:23

Il y a quelque chose de positif au départ de la démarche:

Notre civilisation marche un peu sur la tête et on cherche des alternatives…

Je connais les gens qui sont, en France, les plus écolos et les plus indépendants si on considère leur empreinte en terme de pollution et leur situation de replis mais je ne veux pas en être.

Ce sont les SDF…

L'autre extrème, ce serait le Ricain moyen avec son avidité consumériste et les dégats sur l'environnement.

Entre les deux, on peut très bien commencer par remplir ses besoins élémentaires dans une "frugalité heureuse" chère à Pierre Rabhi.

Avoir un petit chez soi parce que, un toit, ce n'est pas un luxe.

Un peu de terre parce que c'est d'elle que vient la subsistance.

Un moyen de transport parce que l'isolement n'est pas favorable au développement humain et que pouvoir se déplacer permet de ne pas vivre entassés les uns sur les autres.

Ensuite, je rejoins les commentaires de Lindos sur la notion de "profiter du système" en vivant à sa marge.

Rejeter le système devrait nous faire en sortir complètement si on ne l'abonde pas.

Hors, il existe une sorte de schizophrénie consistant à vouloir le contraire de ce qu'il existe tout en ne voulant pas renoncer à de multiples avantages qui vont avec.

On devient alors un parasite du système que l'on rejette…

Talarp, il convient en premier de se priver des choses que l'on voit sous leurs aspects négatifs avant d'inventer une vie alternative.

L'eau courante, l'eau chaude, ne pas avoir froid, la lumière qui n'est pas du jour, chauffer des aliments, se connecter sur internet, … Autant de choses évidentes qui peuvent devenir difficiles, simplement en passant d'un appartement à un fourgon aménagé.

Ce simple exercice sur quelque semaines peut te renseigner sur ce qui t'est nécessaire pour toi en tant que minimum vital et te faire réfléchir à la pertinence d'un virage à 180° par rapport à ta situation actuelle.

Il y a aussi le mirage de l'indépendance financière par l'autosuffisance.

L'idée de travailler moins, voire pas du tout est un leurre.

L'autosuffisance demande au contraire beaucoup de travail, d'investissement personnel.

Le besoin d'autonomie peut aussi être une fausse solution à nos difficultés relationnelles.

Hors, il est rare qu'une maison, fût-elle d'inspiration gauloise, ne soit pas le fruit d'un travail collectif.

Il est très difficile d'assurer sa propre sécurité sans former un groupe, par exemple.

Bref, on finit toujours dans une espèce de collectivité avec laquelle il faudra composer…

Si tu peux regarder toutes ces choses en face et que tu y vois autant de stimulants voire de défis pour te lancer, enjoy. 🙂


 0 vote #324321
Talarp
Publiée le 15/02/2020 à 14:47 - modifié par Talarp le 15/02/2020 - 14:50:38
Auteur du sujet

Je n'aurais pas du ouvrir ce sujet, un vrai manque d'ouverture d'esprit pour certains. Au final, loin de m'aider, ça m'enfonce encore plus dans le désespoir et la dépression... Aucune alternative heureuse pour moi.

La vie telle qu'elle nous est imposée, loin de me rendre heureux, me donne plutôt envie de mourir. A quoi bon vivre si on ne profite pas de la vie et qu'on est esclave de la société ? On travaille au lieu de vivre et pour pas tellement de choses au final... Ce n'est juste pas quelque chose qui me convient.

Sociable30, j'ai parlé de village, pas de fourgons. Je suis bien loin d'être nomade, au contraire très territoriale.

Encore merci Alithia!


 1 vote #324322
Alithia
Publiée le 15/02/2020 à 15:07

Mais tu n'a pas à me remercier, je ne fait que propager le savoir que l'on m'a enseigner :)

Ton projet est peut être loin de faire l'unanimité, mais il est partager par certain qui ont déjà beaucoup accomplis.

Ne perd pas espoir, fixe toi sur ta voie, et avances avec ceux qui pense comme toi !

Je te souhaite bon courage, et j'espère sincèrement que tu y arrivera !

J'en est pas parler, mais tu peux aussi vivre dans des yourte mongole, adapter à la vie moderne.

Je ne saurais les retrouver, mais si tu as le courage, sur la radio France culture, passer une série de documentaire sur ton sujet.

Si jamais tu veux aller fouiner dans leurs podcast en téléchargement tu pourrais trouver des témoignage intéressants.

Mais je ne pourrais pas t'aider plus, vue que je l'es écouter en conduisant :)


 0 vote #324323