Petit Sondage sur la psychologie ^^

Membre anonyme
Publiée le 11/06/2014 à 00:40 - Modification par Fredreamer le 17/06/2015 - 18:10:29
Salut à toutes et à tous ! En première année de psychologie on apprend des trucs assez intéressants (complètement sensas' comparés aux années suivantes, en fait ^^). On nous apprend notamment à nous détacher des stéréotypes et des préjugés sur la psychologie. En écoutant les gens en parler, mon entourage même (vous allez vous rendre compte du soutien dont je bénéficie dans ma propre famille xD), j'entends souvent dire que les psychologues "n'aident en rien", "ne servent à rien", j'entends aussi beaucoup "j'suis pas malade", "je suis pas un taré".. bref, j'entends beaucoup de choses et je me rends compte du fossé entre un étudiant en psychologie et ceux / celles qui en ont un avis parfois mal fondé. Et faire des études que les gens ne comprennent pas, ou connaissent mal, ça me pousse à me poser des questions, à essayer de comprendre. C'est pourquoi je créé ce topic. J'aimerais savoir, précisément, ce que vous, vous pensez de la psychologie. Pas dans le but de raisonner qui que ce soit ou de détruire les arguments, mais de répondre aux questions s'il y en a, de pouvoir conseiller (dans la limite de mes compétences), orienter, encourager le recours même temporaire à un psy (et quel psy, parce que oui, même si je le déplore, les charlatans existent bel et bien, en nombre).. Je pense aussi que c'est à l'adolescence qu'on se pose beaucoup de questions, qu'on a plus de mal à se confier, et je me dis que, peut-être, bon nombre d'ados n'osent pas aller voir un psy, je ne sais pas si c'est par méfiance, par peur ou parce que cela est jugé inutile... Mon but ici est de pouvoir partager, conseiller, aider, ou juste répondre. Bien sûr, mes réponses pourront avoir l'air défensives, mais après tout j'aimerais aussi (un peu) éclairer et changer la façon dont les gens voient la psychologie. Je sais pas si ce topic va marcher, être utile.. Mais je l'espère, en tout cas :)

Membre anonyme
Publiée le 11/06/2014 à 03:18
C'est un métier très peu connu du grand public. À mes yeux d'étudiant en licence de droit, et avec des souvenirs de philosophie du lycée, un psychologue est quelqu'un qui passe énormément de temps avec son patient afin de déceler des pulsions déguisées (le principe du moi/surmoi/ça de Freud). Ce n'est pas une science dans la mesure où il n'existe aucune règle objective. Au final, je n'ai aucune idée des moyens par lesquels un psychologue peut dériver ces pulsions par quelque-chose d'acceptable en société, ou même en libérer l'individu. Bon, mon point de vue sur ce métier est très orienté et si ça se trouve, la réalité du terrain n'a strictement rien à voir avec ce qu'on m'a expliqué au lycée. J'imagine qu'en réalité, votre travail s'approche un peu plus de celui des assistants sociaux... mais là encore, je peux me tromper. D'ailleurs, si t'as des exemples de cas pratiques au quotidien, ça m'intéresse !
Membre anonyme
Publiée le 11/06/2014 à 08:41
Coucou ! :) En effet, c'est à l'adolescence que l'on se pose (en général) le plus de questions, et c'est aussi à cette période que l'on a le plus de difficultés à se livrer à un psychologue. Soit comme le dit ''RedFeather'' pour la réputation inutile des consultations, soit par peur. En ce qui me concerne, j'ai consulté pendant quelques mois une psychologue une fois par semaine, simplement pour parler, et malgré mes appréhensions du début, ça s'est révélé très utile ! Ca m'a beaucoup redonné confiance en moi. (Je viens pas faire de la pub, simplement montrer que les psychologues, c'est utile.) Ensuite, pour ce qui est des études de psychologie, je ne peux pas apporter beaucoup de connaissances vu que je ne suis qu'au lycée, mais je pense poursuivre mes études dans ce secteur. :)
Membre anonyme
Publiée le 11/06/2014 à 10:33
Bien sûr que si c'est une science, une science inexacte tout comme la sociologie, l'économie etc mais ça reste une science. La psychologie étudie et tend à expliquer le comportement d'un individu. Elle permet aussi à être guidé dans notre quête à trouver des réponses et des solutions à nos problèmes, angoisses etc. Sans pour autant qu'on doit être malade/fou pour aller consulter un psy ! Beaucoup de personnes ont une image négative du fait d'aller chez un psy , sous entendu qu'on est fou, malade, névrosé... C'est bien dommage mais dans le fond les personnes qui refusent d'aller consulter pour ça sont des personnes qui n'assument pas leur problème ou ont peur de connaitre la raison de leur mal-être. Vive la psychologie !
Membre anonyme
Publiée le 11/06/2014 à 10:44
Je pense qu'un psy sert à écouter et à nous aider à trouver les réponses à nos problèmes en nous faisant prendre du recul sur nous même, avec un regard objectif et en osant interroger sur des parties de nous que l'on a nous même peur d'affronter . Je pense que ça peut être utile pour un grand nombre de personnes : trop de gens se braquent, se renferment, se mentent à eux mêmes, trop de gens avec des traumatismes, livrés à eux mêmes, abandonnés ou se sentant abandonnés, . . . un psychologue peut être un vrai coup de pouce . Malheureusement beaucoup de gens pensent qu'aller voir un psy veut dire " être fou " ; à eux je réponds " il n'y a pas de fou, que des gens blessés " .
Membre anonyme
Publiée le 11/06/2014 à 11:28
Moi j'ai une question ! Pourquoi aller voir un psychologue alors que l'on a la possibilité de prendre rendez vous avec un psychiatre ? En quoi repose les fondamentales différences entre ces deux professions, mise à part que l'une est médecin et peut prescrire des médicaments ? Ça m'intéresserait vraiment, vraiment beaucoup ! J'aurais d'autres questions ensuite :3
Membre anonyme
Publiée le 11/06/2014 à 11:42
L'un est remboursé par la sécu l'autre non ( psychiatre remboursé psychologue non ) Aussi sa dépend de se que tu penses avoir besoin ou non et certaines personnes du coup vont plus te conseiller de voir un psychiatre ou un psychologue après si tu veux des détails précis tu peux comparer les deux avec notre très cher ami à tous google xD
Membre anonyme
Publiée le 12/06/2014 à 11:18
Alors moi je vais parler avec mon expérience personnelle! Déjà un psychiatre, prescrit un traitement médicamenteux! ( des antidépresseurs quoi). C'est un docteur! Néanmoins il reçoit -je crois- une formation moins poussée en psychologie et, d'expérience, aura plus tendance à te considéré comme un "cas pathologique" et moins comme un être humain. Enfin cela est relatif à tout psychiatre. Le psychologue lui est spécifique dans la psychologie et la résolution non médicamenteuse de ton problème en passant par l'écoute et la discussion. Ce que je reprocherais aux psychologues c'est que certains te répondent de façon mystérieuse, ou utilisent des pincettes ( ce n'est pas facile aussi dêtre efficace sans blesser!) et je me suis rendue compte que certains "proches" aidaient bien plus disant les choses de façon terre à terre. Après ce cas ne s'applique qu'à moi vu que je connais déjà mes propres maux, que je suis trés terre à terre et que je manque juste terriblement d'estime en moins. je pense que de la sophrologie me serait plus bénéfique! Pour conclure je dirais qu'il ne faut pas hésiter à changer de psychologue ou de psychiatre si celui-ci ne vous correspond pas, car sinon le travail ne sera pas bien fait ;) il y a un psy pour chaque personnalité ;) et n'oubliez pas aussi qu'il existe des structures gratuites dans certaines grandes villes ;)
Membre anonyme
Publiée le 12/06/2014 à 12:48
ArchB : tu as une vision assez restreinte de la psychologie dans le sens où, pour toi, la psychologie se cantonnerait à son aspect psychanalytique. En effet Freud est le nom qui est le plus connu quand on parle de psychologie, et cela amène parfois surtout la confusion et l'amalgame de ce qu'est la psychologie. (D'ailleurs Freud a été discrédité, et après avoir eu plusieurs matières purement psychanalytiques je comprends pourquoi ^^). La psychologie est bel et bien une science, et elle a des règles strictes, surtout concernant la recherche. Parce qu'avant de pouvoir proposer une théorie qui ait du sens et qui puisse être généralisée, vérifiée et considérée comme avancée scientifique, il a fallu passer par la recherche, à travers des expérimentations simples ou plus complexes (échelles d'évaluation, questionnaires, en laboratoire...) En ce qui concerne la pratique psychologique, correspondant le plus à l'idée qu'on s'en fait, on a la psychologie clinique, il y a aussi des règles, des façons de cadrer les entretiens, les séances, etc. Elles sont bien plus connues des étudiants en psychologie car durant le cursus universitaire on ne cesse de nous les répéter et de nous y préparer. Il existe également un Code de Déontologie. Voilà en bref, ce qu'est un psychologue. Des cas pratiques il y en a plein, c'est très varié. La psychologie sociale s'intéresse aux comportements humains, comportements de groupes (comportements altruistes, comportements d'achats, manipulations simples réalisées dans le cadre d'expériences, comportements à risques, etc). La psychologie cognitive s'intéresse plus aux "backstages", c'est-à-dire aux processus cognitifs (cérébraux / intellectuels) mis en oeuvre dans l'apprentissage / l'appréhension du monde. Concrètement, par quels processus passe-t-on lorsqu'on apprend à lire, que se passe-t-il lorsqu'on voit (en L3, cette question est appréhendée par le cas Virgil, homme de 50 ans qui retrouve la vue après grosso modo 40 ans de cécité). Après, on a la psychologie de l'enfant, du vieillissement, du travail, de la santé, de l'adolescence, la psychophysiologie, beaucoup de neuro (neuroanatomie, neuroscience, neurophysiologie qui peuvent déboucher sur le métier de neuropsychologue), qui sont de nombreuses dimensions différentes et autant de façons d'appréhender l'humain. En somme, la psychanalyse n'est qu'un courant, une théorie concernant le psychisme humain, mais heureusement ce n'est pas la seule approche. On a l'approche psychiatrique (la dimension pathologique), l'approche clinique (le soutien, l'écoute...), l'approche psychanalytique (l'inconscient, le vécu, la petite enfance et son impact) et bien d'autres. En psychologie toutes ces approches se croisent, ce qui veut dire qu'on peut se trouver, dans la pratique, à un croisement entre ces différents terrains théoriques sans pour autant être dans l'incertain, le flou. Tout psychologue va pratiquer son métier selon la théorie en laquelle il croira le plus. Donc tous les psychologues sont différents. Quoi qu'il en soit, l'assistance sociale est donc assez différente, il s'agit plus d'une aide directe : financière, administrative, juridique parfois. Rien à voir, en fait, avec la psychologie ;) J'espère t'avoir apporté quelques réponses, et si oui j'espère qu'elles te semblent satisfaisantes =)
Membre anonyme
Publiée le 12/06/2014 à 12:49 - Modification par Redfeather le 12/06/2014 - 18:00:22
Valentine51 : J'espère que mon petit cours intensif ne te fait pas trop peur, alors. Evidemment je t'encourage, la psychologie est vraiment intéressante comme champs d'étude. Tu apprends notamment à manipuler, et à fortiori à détecter les tentatives de manipulation (oui, faut que je cite des côtés cool, quand même xD). Y a aussi beaucoup de syndromes assez surprenants et fascinants (de manière objective). Tu te rendras vite compte de la variété des pathologies et des délires que les gens peuvent développer. En effet, le psychologue est là si on a besoin de parler, pas forcément parce qu'on a l'impression d'être fou x) mais simplement parce qu'on a besoin d'un conseil extérieur à notre entourage, ou simplement une oreille disponible. Je vois aussi un psy en ce moment, pour parler tout simplement. Confier ses doutes, ses peurs, sa peine à quelqu'un disposé à nous suggérer des choses, à nous aider dans un moment de doute, c'est toujours utile.
Membre anonyme
Publiée le 12/06/2014 à 12:50
Noodle26 : Evidemment que c'est une science tu as tout à fait raison. Elle fait appel à une véritable méthode scientifique, comme la médecine. Ceux qui disent qu'il s'agit d'une médecine de l'âme, n'ont dans le fond pas tort ^^ Evidemment, c'est une science jeune, c'est-à-dire pas aussi ancienne que la médecine, elle n'est institutionnalisée en Europe qu'au 19e siècle, il faudra plus de temps pour qu'elle ne se détache de la philosophie aux US. Mais il s'agit bien d'une science à part entière, sauf qu'elle est plus récente. Par conséquent, nous n'avons pas encore toutes les réponses, mais on en a quand même beaucoup ^^ Tu as raison Noodle26, je n'ai même rien à rajouter, pour le coup xD Vive la psychologie :D Rosiboux : Pareil, je n'ai rien à ajouté, c'est vraiment très beau ce que tu dis *o* Et très juste =)
Membre anonyme
Publiée le 12/06/2014 à 12:58
Annesol : Les anti-dépresseurs soignent entre autres (et surtout) la dépression. Un psychiatre rencontrera, en plus des personnes dépressives, des psychotiques, des personnes souffrant de névroses, de troubles anxieux, des sociopathes, des personnes suicidaires, des personnes atteintes de Parkinson ou d'Alzheimer.. Par conséquent, je pense que c'est principalement pour se protéger soi-même qu'un psychiatre aura plus de recul avec les patients, il en a besoin pour exercer. En tant que psychiatre, tu peux rencontrer beaucoup de cas, de personnes détruites, des personnes dangereuses, ce qui crée des situations parfois tendues et "dangereuse". En psychanalyse il y a la problématique du transfert (ce que le patient investit en la personne du psy, comment il va le considérer et parfois à qui, dans son vécu, il va le comparer... si le psy ressemble au père du patient dans sa façon d'être, de parler, et que les rapports avec son père sont tendus, le patient va être tendu, etc) et le contre-transfert (quel effet ce transfert va produire chez le psy, à quoi cela va faire écho dans sa propre histoire). Dans un certain sens, le psychiatre doit se protéger de ce risque, pour rester compétent et objectif. Cela peut expliquer qu'il ait ce côté plus froid vis-à-vis du patient. Il doit se fermer un peu. Bien sur tout dépend du genre de patient qu'un psychiatre aura vu, certains ont plus de dépressifs, d'autres plus de psychotiques... Donc tout dépend, c'est vrai, du psychiatre. Ils ont besoin de plus de temps, par rapport à un psychologue, pour appréhender le patient, parce qu'il doit aussi le connaitre plus en détails. Au début, ça fait vraiment bizarre, j'avoue ^^ Je comprends également ton "souci" avec les psychologues. Le fait est qu'ils te connaissent moins que tes proches ne te connaissent, par conséquent ils ne connaissent pas aussi bien tes réactions. C'est aussi une manière d'apprendre à connaitre le patient, de voir comment il réagit, comment il s'exprime, et comment s'exprimer. Il s'agit aussi de créer un lien de confiance psychologue-patient, pour aider le patient au fil des séances à se confier plus, à s'exprimer plus. Ca prend du temps (non elle oserait pas quand même...), faut être patient ^^ (et ben si elle a osé xP okay je sors !) Comme tu l'as dit il y a un psy pour chaque personnalité ^^ Et évidemment, si à la première séance quelque chose nous bloque, ne pas hésiter à aller voir un autre psy. Les premières séances sont là principalement pour tester la possibilité de créer un lien de confiance, si on le sent pas, surtout il ne faut pas se forcer. En qualité de rapport humain c'est important ! Si on éprouve une gène à se confier ça vient, parfois, du psychologue. Il ne vous en voudra pas si vous lui dites "je veux qu'on arrête, j'y arrive pas". Ils sont habitués, les premières séances sont prévues pour ça : on reçoit la demande du patient, on en parle, et on pose la fameuse question : "est-ce qu'on convient d'un nouveau rendez-vous, ou pas ?" C'est le meilleur moment pour s'exprimer ! =) Si oui, on lui propose différentes façons de travailler à la prochaine séance. Si non, on lui indique un ou des confrères si besoin est. Et oui, exact, il existe des structures gratuites. Les centres de santé universitaires, évidemment, en font partie =)
Membre anonyme
Publiée le 12/06/2014 à 12:58 - Modification par Redfeather le 12/06/2014 - 18:04:31
Lonedreamer : Comme l'ont dit Annesol et Break98, il existe cette différence fondamentale entre psychologue et psychiatre : le premier est un thérapeute tandis que l'autre est un médecin. Le psychiatre fait des études de médecine avant tout (ce qui lui permet de te prescrire des médicaments, et ce qui te permet d'être remboursé par la sécu), suivant ensuite 4 ans de spécialisation en psychiatrie après avoir passé et réussi un concours. Le psychologue, lui, poursuit 5 ans d'études en psychologie, le Master 2 (Pro ou Recherche) lui conférant le titre (légal) de psychologue. C'est sûrement ce côté plus médecin, Annesol, qui fait que le psychiatre a une appréhension plus pathologique de l'humain. Et je dirais, Lonedreamer, que la différence la plus fondamentale repose sur les études à effectuer pour devenir l'un ou l'autre, le chemin étant quand même assez différent. Après, chaque professionnel, que ce soit en psychologie ou en psychiatrie, appréhende les choses selon ses propres convictions, donc entre psychologues et entre psychiatres ils seront assez différents. En plus de voir un psy, je suis suivi par un psychiatre (sur les conseils de mon psy, parce qu'un psychiatre est plus apte à aider en cas de dépression ^^), et je vois très nettement les différences entre les deux. Lonedreamer, j'attends tes autres questions :) Break98 : Attention toutefois aux sources sur Google ;) Surtout que l'on peut trouver sur Google un aspect pathologique n'est pas forcément en lien avec le reste des symptômes. Ce lien est fondamental car il peut vite changer la donne. Ca fonctionne comme pour la médecine : peut importe ce que dit Google, l'avis d'un professionnel est toujours préférable, parce que lui, au moins, peut mettre en relation les différents symptomes, les mettre en relation avec le vécu, les observer... Donc, vraiment, attention avec Google. A la rigueur, il existe Google Psychologie s'il fonctionne encore. Tu trouveras des articles qui font plus foi =) Je m'en suis pas mal servi dans le cadre de recherches et d'approfondissement de cours, c'est vraiment pas mal.
Membre anonyme
Publiée le 12/06/2014 à 13:22 - Modification par adele le 12/06/2014 - 13:23:24
qu'est ce que je ferais sans la psychologie???? j'aimerai meme pas y penser! tu sais quoi? chaque jours, je visite ce: psychologies.com . et je me gave de lecture sur des sujets qui m intéressent! et pour m'amuser, je joue au test du site! c'est tellement bien, cette forme de science nouvelle et innovateur, c est nouveau, c est beau. et ce qui est nouveau n'est pas toujours bien pris et accepte; voila l une des raisons pourquoi bon nombre ont des prejuges sur cette belle science! j'ai voulu faire la psycho dans mes etudes, mais vite blase, irrite, et blesse par les paroles inconscientes et blessantes de mon beau-père que ca a semé une graine de chagrin au fond de moi... alors c est la raison pour laquelle je respecte les chercheurs/etudiants/et connaisseurs de psychologies!!! je serai un fervent amateur et protege de cette belle science!!! VIVE LA SCIENCE, VIVE LA PSYCHOLOGIE!!!!
Membre anonyme
Publiée le 12/06/2014 à 14:01
Adele : J'ai rarement vu un mec aussi enthousiasmé par cette belle science qu'est la psychologie, ça fait plaisir à voir *o* C'est vrai que Psychologies.com est vraiment bien fichu, entre les tests, les articles, tout ça. Même chez le coiffeur quand ils ont le magasine je le lis avec délectation ! Ca change des cours (chiants parfois, surtout la psychanalyse et la neuro) tout en restant sur le sujet qui m'a vraiment poussé à me lancer dans ces études. C'est frais, souvent bien écrit, toujours porteur de nouvelles connaissances. C'est vrai que ce qui est nouveau rebute la plupart des gens, comme ma grand-mère --" C'est dommage, parce que si sa génération prenait la peine de se poser ne serait-ce que la question, ils seraient agréablement surpris et même, ça pourrait leur rendre service. Mais bon, on ne peut pas changer ça, malheureusement, nous on a grandi dans une société qui a connu de grandes évolutions et où la psychologie était plus qu'une nouveauté ou une nouvelle science récente. Pour les croyants c'est encore autre chose, ma grand-mère étant croyante elle se confie plus volontiers à un curé qu'elle ne le ferait devant un psy. Mais que ce soit dit, la psychologie, pour moi, n'a plus à faire ses preuves, c'est une science. Je comprends que les réflexions ne sont jamais une partie de plaisir, moi-même j'en reçois beaucoup. Je trouve ça dommage que tu aies arrêté tes études à cause de ça. Parce que, même si l'entourage pense que la psycho ne sert à rien, y a des tas de moyens de leur prouver le contraire.. :/ Moi j'en ai pris pas mal dans la face, des réflexions, et j'ai failli pleurer même plusieurs fois pour ça, je me suis rebiffé, y a eu des petites bagarres, et ce n'est pas moi qui allais m'excuser, jamais. On ne s'excuse pas de croire en notre avenir et en ce que l'on fait. Si les autres ne comprennent pas tant pis. Leur métier est peut-être plus passionnant, ma foi s'ils le veulent. Moi ma vocation c'est la psychologie, pour rien au monde je laisserai quiconque me dicter ce qui est passionnant dans la vie. Je ne sais pas ce que tu fais dans la vie, par quoi tu as remplacé la psycho, mais si vraiment la psycho est ta vocation, Adele, envoie les au diable et fais ce pour quoi tu es fait ;) Et formons le club de Psychopotes ! :D
Membre anonyme
Publiée le 14/06/2014 à 23:20
Très personnellement, j'ai une image assez positive des psy. Je pense que c'est très important de pouvoir consulter un psy quand on a un problème récurrent et difficile à analyser. Je crois qu'ils sont là pour permettre aux gens de se comprendre eux-même et d'avancer sur des points de leurs vies où ils sentent bloqués, déboussolés, mal à l'aise. J'ai été chez un psy petite, et ça n'a pas été très concluant, je n'étais pas prête pour ça et je n'osais pas parler... Mais j'ai une mère bipolaire (dépressive) et je suis consciente de l'importance des soins psychiatriques et psychologiques qu'elle a reçus. Je crois que sans l'aide de ceux-ci, aujourd'hui, elle ne serait plus là. Donc, je pense que les psy sont essentiels à notre société, aussi bien pour les gens souffrant de pathologies mentales que pour le "commun des mortels".
Membre anonyme
Publiée le 15/06/2014 à 00:39
Mon positionnement par rapport à ça est assez complexe pour moi-même mais bon... Personnellement, je trouve que c'est énormément utile, mais il faut le vouloir et pas être dans la fabulation. J'ai souvent conseillé son utilisation à des gens. Mais avec moi, les psys ça fonctionnent pas vu que je suis pas très doué pour raconter ma vie et faire confiance.
Membre anonyme
Publiée le 11/08/2015 à 14:56
Alors j'ai déjà eu recours à ce type de personne... et pourtant je ne me crois pas folle (enfin pas tout le temps) ! Après j'ai arrêter parce que j'avais trouver une méthode qui me correspondre mieux pour répondre à mes problèmes l’hypnothérapie (un truc pas trop connu non plus... Mais c'est super, fatiguant, mais super bien !). Mais de ce que je sais, parce que ma soeur à essayer de passer par ces études mais finalement non. C'est pas facile de le devenir ! Et il faut être plutôt costaud moralement car ils doivent en entendre de sacré (après tout dépend dans quel type d'établissement ils travaillent...). Mais j'ai pas eu le droit comme on voit dans les films au canapé noir et au "oui c'est celà" et le "je comprends" ou au tache d'encre ou des truc de ce style... On discuter de ce que j'avais envie de parler. Mais après j'ai pas eu beaucoup de séance vue que j'ai préférer l’hypnothérapie et que on payent pas les deux en même temps ! Voilà pour ce que je sais !
  S'inscrire pour participer au sujet