Comment vous-êtes vous acceptés ?

Publicité
photo de l'auteur Cronos
Cronos
Homme de 20 ans

Salut tout le monde !

J'aurai bien besoin de vos témoignages pour savoir comment vous vous êtes acceptés en tant que gay, si cela a été facile pour vous ou au contraire si vous avez eu du mal pour le faire et surtout comment avez vous eu le déclic pour vous assumer, qu'avez vous changé dans votre façon de penser, de voir les choses etc... ?

Voilà je suis ouvert à tous vos témoignages, je vous explique ma situation en dessous pour vous situer mon contexte (je vous jure j'ai essayé de faire le plus bref possible ^^)

Après des années à m'être menti à moi même et à porter le fameux "masque" de l'hétero (par facilité), j'ai décidé il y a un an d'accepter mon homosexualité, car ce n'était plus tenable.

Sauf que c'est pas si simple que ça, ça ne se fait pas du jour au lendemain !

J'ai profité du fait de changer de ville pour mes études à la fac, pour décider d'enfin m'accepter en tant que gay, car ça me permettait de rencontrer de nouvelles persones, de "recommencer à zéro" (parce que je me suis enfoncé dans le mensonge avec mes amis d'enfance et je n'arrivais plus à en sortir).

Je n'ai jamais dit à personne que j'étais gay. Déjà au collège je savais que j'étais gay, et le seul gay qui avait le courage de le dire publiquement se faisait harceler, insulter... Même chose au lycée.

Face à ça, j'ai voulu me protéger donc j'ai décidé de cacher ma sexualité, de faire l'hétéro, déjà par facilité (c'est dur de s'assumer à cet âge) et puis je ne voulais surtout pas d'ennui, d'autant que c'est une période où on n'est pas forcément bien dans sa peau de base... Bref.

6 ans plus tard je récolte les fruits de la carapace dans laquelle je me suis enfermé.

Je suis resté avec cette façon de penser, où je ne devais rien laisser transparaître, je ne devais pas "faire gay" (rien que d'écrire ça je m'énerve moi-même mais c'est la vérité), et des années après je me retrouve enfermé dans ces blocages stupides.

Malgré tout j'ai déjà fait des progrès (un peu de positif quand même !) depuis que j'ai changé de ville, il y a un an :

-j'ai accepté mon orientation, dans le sens où il y a encore un an je me persuadais encore que je pouvais changer, que c'était transitoire, que je n'étais pas vraiment gay au fond de moi...

-j'ai suis aidé par une psychologue depuis quelques mois

-je suis allé dans la seule asso LGBT de ma ville, pour rencontrer des gens dans la même situation que moi, ou qui ont eu les mêmes difficultés. J'ai pu échanger un peu mais il n'y avait personne de mon âge là bas donc je n'y retournerai pas, même si je suis quand même content d'y être allé, c'était un progrès en soi malgré tout.

Désormais, j'aimerai enfin arriver à en parler à mes amis proches de la fac, mais c'est encore trop dur pourtant j'en ai tellement envie !

Dès que je suis face à eux c'est le blocage total, aucun mot ne sort, je n'ai même plus envie de leur en parler. Et une fois rentré chez moi je culpabilise, me dis que j'ai raté une occasion de faire avancer les choses... Et ainsi de suite.

D'autant que je suis très (trop) exigent avec moi-même alors ça m'énerve d'autant plus.

Pourtant cela peut paraître anectotique, il s'agit "juste" leur parler de ma sexualité. En plus ils sont très ouverts, je pense même que ça leur fera plaisir que je me confie et m'ouvre un peu à eux. Mais pour moi c'est une montagne.

Je ne veux pas m'entêter à leur en parler le plus vite possible, je sais que je dois me laisser du temps.

Mais je n'ai vraiment pas envie de faire la même erreur, comme avec mes amis d'enfance, avec qui j'ai toujours noué des amitiés "lisses", de très bonnes amitiés pour autant mais incomplètes, car je ne parlais jamais de mon intimité.

En plus, j'ai malgré tout l'impression de perdre mon temps, d'être passé à côté de ma vie pendant ces 19 années, parce que je n'ai jamais été complètement moi-même, ma part gay a toujours été étouffée (c'est un peu chelou dit comme ça mais c'est l'idée ^^).

Je suis jeune, j'ai encore plein de choses devant moi mais j'en ai assez de perdre mon temps et de me cacher. J'ai envie d'avancer et pourtant je bloque.

Je ne me suis jamais autorisé non plus à avoir des relations que ce soit avec des filles ou des garçons, et c'est aussi un frein pour parler de ma sexualité.

Je sais que c'est bête mais il y a toujours la pression sociale où il fait bon d'être en couple, de parler de ses ex, d'avoir des relations, sinon c'est qu'on a un problème etc...

Et puis voilà, je ne peux pas m'empêcher de faire attention au regard des autres, c'est plus fort que moi, alors que je sais que ça m'aidera pas à m'assumer comme gay. Mais je n'arrive pas à m'en défaire.

Voilà pour le pavé !

Merci d'avance à ceux qui auront eu le courage de le lire, et à ceux qui me répondront. Je pense que j'ai surtout besoin de vos témoignages parce que c'est vrai que je n'ai personne de gay ou autre dans mon entourage et ça me manque, c'est toujours plus dur de se construire quand on n'a pas de modèle.

Voilà bonne soirée à tous

Et courage à ceux qui n'arrivent pas à s'assumer et s'accepter vous n'êtes pas seuls :)



Rencontre gay   >   Rencontre gay Besançon

Date de publication : 24/10/2019 à 19:29
#315361
photo de l'auteur mimoza
Mimoza
Homme de 47 ans
- modifié par mimoza le 24/10/2019 - 19:59:43

Salut Cronos. Tu as 24 heures. lol

Moi je crois que ça a été autour de mes 40 ans. (et en tant que bi encore, donc plus facile qu'homo). Mais c'est important de s'assumer en effet. Le plus tot tu y arriveras, le mieux ce sera. Le psy devrait t'aider je pense. Parle le plus franc jeu possible avec lui.


 0 vote #315364
photo de l'auteur Maya67
Maya67
Femme de 52 ans

Bonjour cronos

est-ce que tes amis proches de la fac parlent de leur sexualité ?

Une petite idée que tu peux éventuellement oser, s'il arrive que l'un ou l'une regarde une personne en glissant qu'il la trouve charmante. Tu peux glisser que toi tu craques pour le charme de tel gars en designant un gars qui est dans le bar ( l'endroit où vous êtes)

s'il n'y a pas de réaction particulière, ce n'est pas parce qu'ils n'ont pas compris, c'est peut-être parce qu'ils trouvent cela naturel.

Ce serait plus facile de dire que tu es gay dans un moment "banal" si vous parlez de votre célibat ou de couple, Dire que tu n'as pas encore rencontré ou osé aborder un mec dans cette nouvelle ville.

Essaie de t'habituer à parler masculin, te sortir de l'obligation que tu ressentais de dire "une" copine pour dire "un" copain.

Ecris pour toi, ici si tu le souhaites, sur un cahier d'écolier ( c'est mon truc) pour t'éclairer, te dévoiler, t'écouter toi pour toi et te mettre en tête que pour les autres ce n'est pas ta seule identité, tu n'es pas le gay de la bande de potes. Tu es cronos et tu trouves du charme et souhaites aimer un homme, point.

L'important pour toi, c'est de ne pas jouer le jeu de dire, "oui elle est mignonne" seulement, comme beaucoup, comme tu faisais, mais d'ajouter " lui est il est plus mignon encore".

Si tu oses, tu lances la conversation : "tu sais dans quelle spécialité il fait ses études lui?" en désignant un gars qui te plait. Ou dire que le vendeur, le serveur est mignon, si c'est un peu vrai quand même 😉

Les gens ouverts, tu n'es pas obligé de leur faire de dessin, parfois ils n'entendent pas ou ne comprennent pas sur le coup, et vont tilter après.

Aies confiance en toi, et ne te prends pas la tête.


 0 vote #315959
photo privée de l'auteur gael3592
Gael3592
Homme de 35 ans

Je le savais à mon 16ans, très précoce je peux dire. Cela m'a as perturbé, j'ai pas cherché à comprendre ni cherché à changer. Car j'avais d'autre préoccupations.

je cherche à vivre mes envies d'être avec un mec gays, que ce soit physiquement et sentimentalement . Ça passe par amour non réciproque pour les hetero, mes amis puis un Plan cul. Jusqu'à 22 ans sans fruit. Mais il suffit d'un moment dans la vie, on se réveille et on comprend mieux ce que l'on veut et on finit par trouver.

En tout cas, tu peux la cacher avec tout le monde, mais pas avec toi même. Les autres qui te jugent tu peux te dire qu'ils aillent se faire. Même s'il s'agit des gens très proches, voir la famille. Désolé, c'est la vérité. Si y a des gens qui te comprennent pas, pas la peine de les imposer. Fais toi le plaisir, comme les autres ne peuvent pas vivre ta vie pour toi. Mentir sur Toi-même, c'est d'épuiser la peu d'énergie positive de ta jeunesse, faut surtout pas.

En plus je pense pas que l'homosexualité change autant de choses dans ta vie. Tu mènes toujours ta vie pro, famillale, et amoureuse.

En plus il n'y a pas de stéréotype une relation, une vie homosexuelle, ou même un couple typique. Suffit de mettre en avant tes envies et tes convictions, ça se passera tout seul.

Sourire et tout va bien se passer .


 0 vote #315960
photo de l'auteur charlina
Charlina
Femme de 34 ans
- modifié par charlina le 31/10/2019 - 08:59:03

C'est METOO qui m'a ouvert les yeux. Pendant (trop) longtemps j'ai voulu avoir une existence hétérosexuelle, conformiste. Et puis j'ai réalisé que je ne pouvais plus du tout supporter les mecs, leur arrogance, leur méchanceté, leur hypocrisie, leur violence. J'ai eu envie de retrouver ma fierté de femme. Cela a commencé par une très nette colère envers les violeurs et autres agresseurs de femmes, puis je me suis souvenue qu'à 18 ans je ne voulais pas me marier ni avoir d'enfants. J'aimais les femmes et en étais fière. C'est la société qui a semé la confusion dans ma tête et mon coeur avec ses catégories, ses normes rigides et faibles. Les hétéros me donnent la nausée. Je me suis enfin acceptée moi meme quand j'ai cessé de jouer un role, de me mentir. Je suis MOI et personne d'autre, que cela plaise ou pas.


 1 vote #315962
Meilleure réponse

photo de l'auteur reveurespoir
Reveurespoir
Homme de 52 ans

salut à tous,

En ce qui me concerne, j'ai assumé pleinement, ce qui veut dire pour moi, j'ai commencé à vivre aprés de trés longues années. Enfant puis ado et même adulte, je ne connaissais l'homo que par les insultes,(vous connaissez les termes) j'ai trois frères hétéro, alors difficile de vivre mon orientation. Cependant, un jour, parce que je me suis enfoncé peu à peu, jusqu'à ruiné ma vie et descendre trés bas, j'ai décidé de vivre ma vie. Et c'est ainsi, qu'autour de moi de nombreuses personnes m'on dit "je le savais, j'en étais sur etc...."dommage qu'ils ne m'en aient pas parlé !

Pour toi tu as encore tout le temps, et je t"envie... Je regrette ce mot "homosexualité" parce qu'il y a "sexualité" dedans et beaucoup ne voit que l'acte sexuel j'aurais préféré "homoamoureux" ceci pour te dire que pour tes parents (qui le savent peut être déjà) parle leur de sentiment de l'intérêt que tu porte au genre masculin. Je ne doute pas que ton bonheur est essentiel pour eux, alors ils accepteront (et ne leur donne pas le choix, si je peux me permettre). Pas de précipitation sauf si tu en souffre, attaque toi à ce qui t'empêche de vivre, tu n'auras qu'une vie (jusqu'à preuve du contraire). Penses amour et tout suivra....tranquillement avec le petit ami qui viendra ou que tu iras chercher.

Sans prétention et en toute humilité je ne connais pas tout de la vie !


 3 votes #315967
photo de l'auteur Piedechaise
Piedechaise
Homme de 21 ans

Hey !

Déjà personnellement je trouve que c'est un bon pas d'en parler ici même si tu n'arrives pas à parler de ça avec tes amis et je comprends tellement cette situation ! Pour moi ça été la même chose, au lycée j'ai rencontré ceux qui sont devenus des amis incroyables, vraiment de super rencontres et malgré ça je n'arrivais pas à leur dire que j'étais gay. Je me souviens je leur ai dit 1 an après avoir passé le bac donc ça faisait 3/4 ans qu'on se connaissait. La même chose s'est reproduite lorsque je suis arrivé en Bts, je n'ai pas parlé de ma sexualité avec mes amis, ce n'est que cette année que je leur ai tout dit ! C'est vrai on culpabilise... on culpabilise d'omettre de dire la vérité et d'un autre côté je ne me sentais pas si coupable je me doutais que les personnes autour de moi savaient sans avoir eu besoin de le dire. Il y a une sorte de non-dit collectif. Comme si finalement le transposer en mots ne servait à rien. Alors justement je dis ça car on est venu me voir très récemment pour me demander si j'étais gay, une personne que je connaissais à peine. J'étais étonné sans que ça me dérange tant que ça, j'ai répondu oui même si j'ai trouvé ça malpoli et intrusif mais ça m'a ouvert les yeux sur le fait que pour certains c'était apparemment clair haha.

Concernant le regard des autres, la pression sociale sur le couple etc.. je te rejoins aussi, pour moi ça reste très compliqué mais ça ne m'attriste pas non plus. Je prends les choses comme elles viennent, voilà être en couple c'est clairement pas une de mes priorités et je le revendique.

Voilà je pourrais m'étaler longuement sur le sujet, sur l'impact que tout ça a eu dans ma vie mais je risquerais de ne plus m'arrêter !!


 0 vote #315995
photo de l'auteur steph41190
Steph41190
Homme de 44 ans

Salut Cronos,

Je crois que dire que l'on est gay, n'est pas la principale chose à faire...rien ne t'y oblige...même si j'ai l'impression que pour toi, c'est très important.

Le principal c'est que tu vive ta vie sentimentale comme tu le désire, sans te mettre de frein...les autres découvrirons bien assez tôt que tu est gay...ou pas c'est ta vie Et puis ils doivent de toute façon constater que tu ne cours pas après la gente féminine.... donc il y a des chances pour qu'ils ne soient pas "surpris".

Ton histoire ressemble fortement à la mienne au début...mais moi je me suis réfugié dans le travail, pendant 20ans, en mettant de côté ma vie sentimentale....très grosse erreur!

Alors quand je te dis de ne pas te mettre de frein, c'est qu'il faut plutôt que tu te mette à chercher l'âme soeur plutôt que de te bloquer sur ton envie de te révéler...c'est très important.

Je pense aussi qu'il faut que tu passe outre le regard des autres et ne penser qu'a ta vie.

Cordialement,

Stéphane


 0 vote #315997
photo de l'auteur Patissiergay
Patissiergay
Homme de 22 ans

c'est dure de s'accepter moi j'ai eu du mal, déjà j'etait pas près pour mon coming out, c'est mon frère qui la balance a table devant mes parznt car j'avais oublié d 'effacé l'historique internet.

Mais le coming out fait ne veux pas dire l'accepter il faut commencer a vivre avec cette différence cette honte que l'on ressent une forme de culpabilité de ne pas etrecomle tous le monde et comment nous payent voudrais que l'on soit.

En plus entre gay on est pas trop aidé quand on débute on rencontre des mecs au final c'est juste pour des plan cul une fois fini ils ont toujours des truc important à faire pour nous mettre dehors, on se retrouve seul on a l'impression d'être qu'un objet sexuelle sans valeur sans la moindre tendresse et ça aide pas à accepter.

Moi j'ai vraiment commencé à m'accepter quand j'ai commencé ma relation avec mon chéri ?, j'ai découvert la tendresse les long câlin d'après le sexe les conversations, le respect et la j'ai accepté mon orientation.


 0 vote #317444

Publicité

Publicité


  




Publicité


Publicité