Publicité

Le besoin du multi-coming out

photo de l'auteur LouRrr
LouRrr
Homme de 22 ans

Bonjour,

Personelement je me definirais comme bisexuel voir plus "gay curieux" (l'inverse d'hetero curieux, en gros un gay qui a des relations sexuelles avec des filles de temps en temps).

La plupart de mes amis fille ou garcon sont hétéros. Ils connaissent tous ma sexualité car je leur ai dit. Le problème, enfin ce que je juge problématique, c'est que je me sens porté à parler de ma sexualité avec les gens dont je me rapproche amicalement. Comme si leur dire les rendait plus proche de moi et qu'il y avait une barrière entre eux et moi tant que je ne leur avait pas dit.

Ressentez vous aussi ce besoin de vous dire? Est ce lié au fait qu'entre humain on aime parler de cu et donc que de se definir auprès de nos proches permet d'en parler plus librement? A t'on besoin d'etre connu à fond par nos proches sur notre sexualité ou peuvent il rester nos proches en ignorant ce que nous sommes dans ce domaine là? Sais on d'ailleurs vraiment exactement ce que nous sommes sexuellement ou evoluons nous toujours dans un fllou plus ou moins brouillés de toute facon? Je n'attend pas de reponse objective poour la bonne raison que je pense qu'il n'y en pas, plus des ressentis personels.

  • (2ème sujet facultatif) vous ne trouvez pas que dire "gay" est un peu reducteur tant il y différente sorte d'attirance pour les hommes (certains les aime plus jeune d'autres plus vieux, certain les aime mince d'autre rond, poilu/imberbe...). Le critère discriminant d'aujourd'hui en France est il toujours le sexe du partenaire? L'age et la beauté plastique ne sont il pas devenu des critères plus suceptible d'ètre discriminé?


Rencontre gay   >   Rencontre gay Versailles

Date de publication : 17/04/2019 à 13:25
#297435
photo de l'auteur pops5962
Pops5962
Homme de 27 ans

Personnellement je le cache très rarement quand j´ai de nouvelles connaissances et tres peu de temps :)


 0 vote #297437
photo de l'auteur Jokerman
Jokerman
Homme de 22 ans
- modifié par Jokerman le 17/04/2019 - 14:49:54

Pour ma part, j'ai le sentiment que chaque relation est unique, et dans ce sens, je m'exprime personnellement mon orientation qu'avec certaines personnes, proches ou non (Il ya certains de mes proches avec qui je n'en parlerai pas et cela ne me pose pas de soucis).

Ceci se fait aussi en fonction de mon environnement, si je le sens sécurisé par exemple.

En tout cas pour répondre le sujet sur le fait d'avoir une "orientation stable", je pense que j'ai le droit de penser à tout ce que je souhaite et donc éventuellement d'évoluer dans mon orientation. Il ne faut pas se mettre à mon avis dans une case, afin aussi de dédramatiser le fait que en tant que LGBT, c'est parfois pas simple de se positionner dans un groupe d'hétéros.

J'espère avoir donné une réponse pertinente au sujet.

Sinon, tant pis =p

Bonne journée!


 0 vote #297438
photo de l'auteur Matou5
Matou5
Femme de 19 ans

Hey, personnellement mes nouvelles connaissances le savent très vite pour mon orientation parce que même si ça ne se voit pas on en parle beaucoup avec mes amis et au moins comme ça on sait directement si la personne m'acceptera ou si elle est légèrement fermer d'esprit.

Pour ton sujet facultatif je pense que la plus part des mots qui nous rangent dans des casent sont réducteur il y a plusieurs type de personnes gay, lesbienne, bi, trans et même hétéro sexuelle ! Nous avons tous des goûts différent simplement c'est un phénomène de société d'essayer de nous mettre dans de grandes cases auxquelles ont peu ne pas s'identifier vraiment du coup.

Bisous !


 0 vote #297441
photo de l'auteur Robot
Membre désinscrit

Hey,

J'ai été dans la même position que toi il n'y a pas si longtemps (environ 6 mois). Je suis gay et je me demandais si parler, dévoiler mon homosexualité aux personnes que je fréquentais allait influencer les relations.

Jusqu'à maintenant j'avais toujours montré fièrement mon appartenance homoxuelle et j'avais un besoin de recul. J'ai appris que la sexualité (hétéro, bi, homosexuel) ne te définit pas en premier lieu et n'est pas ce que doit voir tes amis en premier. C'est plutôt ta personnalité et ensuite à toi de savoir si tu sens que tu peux leur faire confiance. Pour ma part, c'est comme ça que je le sens.

Pour ton second point, c'est seulement que les moeurs n'évoluent pas assez contrairement à d'autres époques.

J'espère t'avoir aider un peu

#297444
photo de l'auteur mimoza
Mimoza
Homme de 47 ans

Bonjour.

Je pense qu'on éprouve le besoin d'en parler surtout pour s'aider à s'assumer. Moi j'ai eu besoin d'en parler à une époque, un peu pour me faire violence à moi-meme. A l'heure actuelle, je préfère etre discret, excepté bien-sur si les gens me le demande, auquel cas je réponds volontiers.


 0 vote #297446
photo de l'auteur Tiberian31
Tiberian31
Homme de 51 ans

Bonjour,

J'ai grandi à la campagne à une époque où l'homosexualité était considéré comme une déviance, une maladie. Il est difficile d'être différent dans cette ambiance. Mais cela n'a aucunement gêné ma scolarité, ni même ma carrière professionnelle. J'ai commencé à m'assumer à 20 ans, en ville et à cette époque, personne de mon entourage ne le savait, mais souvent ce que l'on croit est différent de la réalité car lorsque je l'ai pleinement assumé, tous mes amis sans le savoir, s'en doutaient. A 27 ans, je m'assumais pleinement et j'ai éprouvé le besoin de le dire à tout le monde. Et je peux dire que j'ai eu la chance de n'avoir que des personnes ouvertes et tolérantes autour de moi. Aujourd'hui à 50 ans, le sujet n'est pas une priorité. Je considère que l'on ne demande pas à un hétérosexuel quelle est sa sexualité, par conséquent pourquoi devrait-on me le demander? Je réponds aux questions, je ne rien à cacher, mais souvent je suis "outé" par des amis bienveillants :). Depuis peu je suis revenu à la campagne où tout se sait et parfois tout inventé. Cela m'est bien égal, les ragots et les critiques me passent au-dessus. Mais je peux comprendre que la pression sociale puisse être l'objet d'une envie de révolte et de s'affirmer par la provocation. Pour moi, ce que je fais avec ma sexualité, ne regarde personne. Cela ne concerne que mon partenaire et moi. Je réponds à la curiosité de mon entourage mais pas à de simples connaissances. Par contre, paradoxalement, le fait que l'on connaisse votre sexualité avant même que vous n'en parliez, vous êtes plus à mêmes de rencontrer des personnes tolérantes et ouvertes, voire intéressées. Je précise que la plupart de mes amis sont hétérosexuels.

Quant au sujet facultatif sur le mot "gay", je dois dire que vous vous posez une question elle-même réductrice en l'évoquant. L'origine du mot est anglaise et sont les initiales de "Glad As You" que vous pouvez traduire par heureux ou satisfait comme vous. Par conséquent, être gay c'est assumer ce que l'on est en affirmant ne pas être différent des autres. Est-ce que cela vous satisferait si l'on trouvait un mot réducteur pour les hétéros? Donc peu importe que l'on soit jeune, vieux, beau ou désavantagé, être gay c'est être fier de ce que l'on est. Etre gay, c'est plus qu'être homosexuel c'est un art de vivre. Et pour répondre à votre question, si vous fouinez un peu dans le milieu gay, vous constaterez que les gays ont toujours eu des différences, des attirances particulières, des pratiques individuelles, des groupes multiples et variés, mais si vous demandez à chacun de ceux qui se reconnaissent dans tel ou tel groupe qui ils sont, ils vous répondront qu'ils sont gays. Et pour finir, je vous dirait que pour ne pas être discriminé, il suffit de s'entourer de gens qui ne le font pas (de discrimination), d'éviter les autres (homophobes) et les endroits qui le sont (discriminant). Par contre, en voulant dire que gay est trop péjoratif pour désigner tous les homos dans leurs différences fait que votre question est elle-même discriminante.


 0 vote #297520