Vous vivez dans le mensonge.

photo de l'auteur Ovniscient
Ovniscient
Homme de 22 ans
Paris

4 remerciements
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Depuis un certain temps j'ai l'impression que ma tête va exploser. J'ouvre les yeux un peu plus chaque jour sur ce qui m'entoure. Et la vérité me fait m'angoisse souvent. Pour tout vous dire, ça a commencé il y a quelques semaines. Je venais de trouver mon premier appart donc je pensais esentiellement à fêter ça et a aller m'acheter des babioles pour décorer etc... Puis ces fameux gilets jaunes ont été révèler par les médias. Ça m'a tout de suite emballé. Moi qui me sentais peu enthousiasmé pour quoi que ce soit depuis un moment, la je sentais que quelque chose d'intéressant se passait. Un quelque chose qui a du sens,qui mérite qu'on s'y penche. Malheureusement (et heureusement dans un sens) ça m'a mit une grande claque. Je travaille sur les Champs-Elysées et j'ai vu des gens ordinaires se faire défoncer salement par les forces de l'ordre. SANS RAISON. AUNCUNE. Du moins pas apparente.

Vous pouvez penser ce que vous voulez des gilets jaunes, la claque se n'est pas ça de toute façon. La claque c'est le réel système dans dans laquel on vit. Les gilets Jaunes c'était juste la bonne piste pour moi.

Des collègues à moi regardent BFM TV pour s'informer sur ce mouvement citoyens alors que ça se passe devant leurs yeux!!!! Et ils croient en BFM mais pas en les gens qui sont dans la rue, en train de se faire menacer pour eux en plus. Des clients se plaignent qu'on devra réparer les dégats des gilets jaunes avec nos impots... Ils se trouvent qu'on pait aussi les costumes des politico, leurs dinners, leurs transports, leurs retraites, leurs obsèques même! Avec notre argent. Qu'on gagne en bossant.

J'ai apprit il y a peu qu'une amie à moi s'est faite violée par 4 mecs. Elle a refusé de leur donner tu tabac, vous comprenez...! Elle est brisée maintenant et je dois l'aider à se relever lentement. Elle pensait avoir des amis et a amerment réalisées qu'elle m'avait juste moi. Les autres ont fait profil bas. Son copain l'a largué. Je vous laisse imagier l'état dans lequel elle est. Les gens ne veulent pas en entendre parler. C'est trop glauque de regarder la réalité en face. C'est plus confortable de tourner la tête.

Mon frère a du voyagé loin pour son taff et il a assisté à des atrocités chers lecteurs que j'ai eu du mal à croire. Si jamais vous voulez en savoir un peu, il y a des pays ou on brise des populations locales par les massacres et les viols de masses. Pour qu'elles patent sans demander leur reste, sans essayer de lutter. Et ça nous donne libre disposition à nous les occidentaux pour aller exploiter les sols pleins de ce dont on a besoin pour produire des smartphones, des tablettes etc... ces ressources seront bien évidement extraites par des enfants. J'ai 22 ans, le système scolaire ne m'a casiment rien apprit. Il m'a conditionné surtout pour devenir travailleur - consommateur. Et c'est que je suis devenu. Si je veux être cynique je peux affirmer que dans les faits, le sens de ma vie dans cette société c'est de travailler pour une société qui ne va pas dans mon sens. Qui ne me représente pas et dans laquelle je sais pertinement que mes efforts ne seront pas récompensés pour mes vieux jours. Travailler pour que sur le long terme, les SDF continues de vivre dans les couloirs des métros et que les riches continuent de s'engraisser.

En fait je me perd un peu surement mais ce que j'essaie de dire c'est les gens me dégoûtent. Clairement. On est des abrutis. On pense que la consommation fait notre bonheur. Et même si on ne le pense pas on en fait quand même le centre de notre vie parce qu'on est prit dedans et qu'on se laisse faire. Les gens se laissent manipuler, se laisse se faire abrutir et aveugler. Dans une société ou l'esclave n'a pas de chaînes aux pieds, seulement dans son esprit. C'est bien mieux, impossible de se rebeller si on est pas au courant de notre propre condition.

Allez donc regarder Bilal Hassani chanter sa chanson "Roi". Comment osez-vous après dire qu'il incarne la liberté, la tolérance et l'amour quand en vérité il incarne tout le contraire???!!! Du bon gros triturage d'esprit encore une fois. On vous prend pour des merdes. Et ça vous donne du baume au coeur. Ce gamin ne déjoue pas les codes. Il est utilisé pour nous les inculquer justement.

Depuis que j'ai arrêté de croire aux Médias, aux réseaux sociaux et à la politique, je me sens d'une part faisant désormais partie de ceux qu'on traitent d'extrémistes quand ça arrange (grosse ironie hein). Mais de toute ma vie je ne me suis jamais senti aussi libre. Seulement je vois bien que les gens autour de moi ne le sont pas. Leur esprit est bien trop parasité par toutes ces merdes qu'on nous balancent en permanances. Du moment ou on ouvre les yeux le matin jusqu'au moment ou on les referme au soir. La plupart d'entre vous verrons sans nul doute de quoi je parle. Peu en revanche saurons l'ampleur réelle que ça a sur nos vies et nos pensées.

J'avais en fait besoin de décontenir ma frustration car je me sens très seul. Je me sens intellectuellement très isolé de beaucoup de gens et ce soir je voulais partager ça. C'est surement très mal rédigé mais j'avais des choses à sortir avec mes mots.

Si il y a UNE chose à retenir dans ce pavé c'est ça: Garder vos yeix zt vos oreilles bien ouverts, et poser vous des questions. Tous les jours, entrainez vos capacités de réflexion et forgez vous un esprit critiques.

bisous #weekendchill #noformuledepolitesse


photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements

Amen. Tu n'es pas le seul a éprouver tout cela. On vit dans un monde tordu et écoeurant a bien des égares... La seule consolation que j'ai pu trouver, c'est de se dire que même dans ce bordel absurde et injuste, on tombe parfois sur des gens biens.

Mais je reconnais que malgré tout, une forme de déception me traverse régulièrement à la contemplation de notre société, et j'ai d'ailleurs du mal a m'y projeter. Ce qui me cause de nombreux doute et difficulté quand a l'insertion dans le monde professionnel d'ailleurs, car j'ai la sensation que de rentrer dans ce système trop souvent malsain, c'est s'y corrompre...

En bref, la situation que tu décris, je la vis, et moi aussi cela me trouble énormément.


photo de l'auteur Ivysaur
Ivysaur
Homme de 26 ans
Nancy

Rien de bien nouveau là-dedans.

"Le monde est fait d'imbéciles qui se battent contre des demeurés pour sauvegarder une société absurde"

Jean Yanne, 1973.

Sinon je ne vois pas l'intérêt d'incriminer l'ensemble des médias et politiques dans ton constat.

Si tu es qualifié d'extrêmiste c'est en réponse à cette tendance au complotisme.


photo de l'auteur Ovniscient
Ovniscient
Homme de 22 ans
Paris

4 remerciements

Ah^^ Ca me fait plaisir que tu répondes. A vrai dire j'ai aussi enormement besoin de savoir qu'il y a des gens qui partagent mes impressions et mes états de conscience. J'espèrais qu'un esprit vienne rapprocher sa lumière de la mienne pour me dire doucement "hey! T'en fais pas, t'es pas tout seul dans le noir ;)".


photo de l'auteur Untitled
Untitled
Homme de 26 ans
Autre

C'est un sentiment qui est partagé par beaucoup au niveau mondial à différent degrés. Après voir le mal partout et dire que le monde est contrôlé c'est peindre le monde en noir et blanc alors qu'en réalité c'est beaucoup plus compliqué.

Les gouvernements du monde entier jonglent avec des dettes et des déficits qui les dépassent. L'économie mondial déraille petit à petit car dans les coulisses tout le monde tire sur ses chaînes pour faire basculer la balance de son côté, entre lobbyisme et idéologies, c'est dur de trouver le juste milieu. En fait, plus qu'un monde ultra sophistiqué et hiérarchique gourverné par une minorité machiavélique, on vit plutôt sur un radeau rafistolé où chacun essaye de rester en équilibre sur son morceau de bois le plus longtemps possible histoire de ne pas couler.

Après ce qui se passe dans l'hemisphère Sud (en Afrique surtout) est un labyrinthe de causes historiques, politiques et sociales.

Le monde n'est pas parfait mais de là à dire que tout le monde il est méchant, c'est simplifier la chose ou ne pas vouloir plonger dans la réalité pour la décortiquer comme il se doit. La preuve: tu te poses la question comme beaucoup d'intellectuels qui essaient de trouver une alternative aux modèles économiques actuels.

Il ne faut pas perdre espoir et éviter de simplifier car cela aussi fait le bonheur de certains qui essaient de confondre les masses dans des discours tordus et extrêmes.

En ce qui concerne ton amie: c'est vraiment horrible ! Mais ce que j'en retiens c'est qu'elle t'a toi au moins et ça c'est vraiment le plus important. Le reste ne compte pas, j'espère sincèrement que ceux qui ont fait ça seront punis comme il se doit et qu'elle s'en remettra. C'est vraiment terrible d'entendre des histoires pareilles mais il faut que les gens arrêtent de faire la sourde oreille et de regarder ailleurs.


photo de l'auteur Romangel
Romangel
Homme de 33 ans
Var

Oui tu n'es pas seul.

Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d'imbéciles qui, avant, ne parlaient qu'au bar, après un verre de vin et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite alors qu'aujourd'hui ils ont le même droit de parole qu'un prix Nobel. C'est l'invasion des imbéciles. - Umberto Eco

Du cop, cela fait deux ans que ma télé ne me sert plus que d'écran et le peu de fois où chez des gens de tombe sur des émissions télé, il ne me semble pas avoir raté deux ans tellement je vois les mêmes choses.

Donc oui cet outil nous bruine le cerveau et nous pousse à penser ou faire comme tout le monde. Car cela soulage de se sentir comme les autres, forcément accepté, etc...

Où sont l'esprit critique et la personnalité des gens... certainement pas dans leurs #


photo de l'auteur Keiros
Keiros
Femme de 28 ans
Clermont-Ferrand

Citation de Ovniscient #292495

J´ai l´impression que 22 ans c´est un peu l´âge moyen où tu te rend compte, avec effroi, que l´on se fout ouvertement de ta gueule et ce depuis ta naissance.

Perso ça m´avait fait un sacré coup!

Après les années passent, on vit des épreuves de plus ou moins grande intensité ( petite pensée à ton amie qui va devoir se reconstruire. heureusement que tu es là ) et on s´apercoit qu´au final y a plein de trucs pourris, que oui quand t es dans la merde il te reste souvent qu´un seul ami sur toute ta bande de joyeux lurons, mais aussi que l´on est plus fort que ce que l´on croyait initialement.

On perd l´innocence et on gagne en détermination. Surtout on découvre qu l´on peut compter sur soi et ça c´est déjà pas mal!

Après on comprend que la merde que l´on voit à l´extérieur peut aussi être en nous. Que parfois on est con, lâche, absent, consumeriste et pantouflard. Et ca fait di bien de se l´avouer, sans s´accabler pour autant. Et que parfois on est aussi l´inverse et que ça peut faire la différence. Que quand on gueule contre les autres, on gueule aussi contre soi.

Et on découvre que les gens qui démissionnent c´est surtout qu´ils n´ont pas les epaules. Ca les effraie. Ca les dépasse. Donc ils sont forcés de partir. Parce qu´avoir peur d´une chose est souvent que pire que de la vivre. Et comme personne n´aime être confronté à sa propre faiblesse, ils se trouvent des excuses et exit de la scène.

Et on apprend à regarder les choses de loin et essayer de faire ce qui doit être fait.

Et bloum bada boom: le lent processus de création d´une personne adulte ;)


photo de l'auteur Nina82
Nina82
Non binaire de 24 ans
Montauban

2 remerciements

D'abord pensées à ton amie, j'espère qu'un jour elle trouvera la force de se relever, mais je pense qu'avec un ami comme toi elle n'est pas perdue dans ce cauchemar seule. En plus tu m'as d'être quelqu'un de fort, de lucide et de loyal ... ça me fait plaisir car dans ma vie des "amies" m'ont souvent laché.e pour des pretextes stupides, voire sans motifs !

Ensuite ... oui, je suis entiérement d'accord avec toi, d'ailleurs pour employer une métaphore (j'aime les métaphores !) je dirais que nous somme dans le brouillard de la société ; consumérisme, codes sur des trucs qui n'appartiens qu'à nous (le genre par exemple, ou ce que l'on a droit de faire sur notre corps), obligations civique (mariage bien vu, enfants, ce genre de truc prévu à l'avance) et bien sur, une politique mensongère.

Mais il faut se dire que dans ce brouillard il y'a des petits lampadaires de lucidité, qui encouragent de casser ces codes et de regarder quelque chose qui nous correspond à travers une lumière fragile et insgngifiante - mais tellement bienvenue.

Et aussi, pour conclure, je dirais que l'on est pas seuls dans ce brouillard suffocant, on est même plusieurs ... on fait des rencontres qui nous font grandir, qui renforcent ou même le contraire, mais on est jamais seuls ^^


photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements

Citation de Keiros #292514

"Et on découvre que les gens qui démissionnent c´est surtout qu´ils n´ont pas les epaules. Ca les effraie. Ca les dépasse. Donc ils sont forcés de partir. Parce qu´avoir peur d´une chose est souvent que pire que de la vivre. Et comme personne n´aime être confronté à sa propre faiblesse, ils se trouvent des excuses et exit de la scène."

Je ne suis pas trop d'accord avec ça. La démision peut aussi être un acte de révolte. Quand on ne se reconnais pas dans un système, pourquoi y participerais t'on? Pourquoi devrait on se faire complice d'un monde qui nous dégoute? Je pense que c'est un peu simpliste de traiter de lâche tout ceux qui démissionne, car au contraire je crois qu'il faut du courage pour oser dire stop à une situation qui ne nous convient pas, au risque de s'attirer les foudre de tout les bien pensants qui nous pointerons du doigts pour être sorti du cadre.

Je pense aussi que c'est admettre sa faiblesse que de dire stop, c'est reconnaitre ses propres limites et cesser d'être dans la représentation d'un rôle que l'on est pas, et que la société voudrais nous faire porter. A mon sens, la peur est bien plus vive chez tout ceux qui se taisent et font semblant pour ne pas faire de vague (peur de l'exclusion sociale, de la marginalisation...) , que chez ceux qui admettent que quelque chose ne va pas.

Je ne sais pas si tu parlais de démission au sens propre, ou de démission au sens "suicide", mais l'un dans l'autre, je crois que c'est a chacun de rêgler la question pour lui.

Bien entendu, je n'encourage pas le suicide, mais je comprend comment on peut en arriver là, et je ne blame pas tout ceux qui se sont trouvé confrontés à l'idée, et je ne les estime pas faible ou lâche non plus.


photo de l'auteur Keiros
Keiros
Femme de 28 ans
Clermont-Ferrand

Citation de Dedale #292518

Je ne parlais ni du suicide, ni des gens qui s´isolent de la société,

Mais des gens qui laissent leur amis en plan lorsqu´ils ont des soucis et qui sont donc " démissionnaire" face à certaines situations où ils sont attendus.


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Quelques généralités d'abord... ^^

Les régions, pays puis continents ont été instables à de nombreux moments de leur histoire, y compris de façon structurelle à leur périphérie respective, depuis le XX siècle l’assiette est plutôt mondiale. Avec des disparités continentales, notamment l’Asie qui a souffert plus longtemps des instabilités du XX et a plutôt intérêt à s’enrichir dans le calme, alors que l’Occident qui perd progressivement la mémoire des guerres mondiales et qui s’appauvrit, a plutôt l’intérêt inverse, et tend vers l’instabilité. Toutefois l’Asie qui a des revanche à prendre et ne peut pas prétendre à s’enrichir éternellement s’y prépare, c’est encore un peu tôt.

Concernant les risques internes, les inégalités sont un autre facteur primordial d’instabilité, dont on constate qu’elles deviennent ou plutôt redeviennent vertigineuses.

Et enfin pour rester à l’essentiel, les vecteurs de résignation des populations tombent en désuétude avec le développement de l’éducation. Cela devient difficile de faire admettre aux gens qu’ils doivent se résigner devant l’adversité pour faire survivre leur groupe, ou parce qu’un dieu ou démon l’a décidé, ou encore parce qu’ils paient leurs fautes dans une vie antérieure, etc. Même les démonstrations que notre modèle économico-politique est optimal sinon c'est chaos, a du mal à passer. A tel point que des/les gens seraient tentés de tester le chaos parce qu’ils sont naifs qu’ils vont y laisser des plumes notamment leurs enfants, ou s’ils ne sont pas aussi naifs, juste pour le petit plaisir de voir des têtes tomber.

Bon quand on a dit cela on a rien dit, tout le plaisir sera pour les historiens qui sauront (à peu près) ce que l’avenir nous réserve. S’il reste des historiens à naitre, mais il y a des forte probabilités que ce soit le cas mdr. Bon quand on a posé le cadre et apprêté la toile, j’ai encore rien écrit d’utile ^^

.

Ovniscient,

« Ça m'a tout de suite emballé. Moi qui me sentais peu enthousiasmé pour quoi que ce soit depuis un moment, la je sentais que quelque chose d'intéressant se passait. Un quelque chose qui a du sens,qui mérite qu'on s'y penche. Malheureusement (et heureusement dans un sens) ça m'a mit une grande claque. Je travaille sur les Champs-Elysées et j'ai vu des gens ordinaires se faire défoncer salement par les forces de l'ordre. SANS RAISON. AUNCUNE. Du moins pas apparente. »

La raison est le maintient de l’ordre établi. Toutefois tu as raison de souligner que le niveau de violence de l’état a retrouvé un niveau inédit depuis plusieurs générations, ce qui ne peut que surprendre les victimes, les soignants, les vieux qui auraient préféré que cela ne se reproduise pas (d’autant plus qu’ils sont vieux et incapables de se défendre ou attaquer), mais aussi exciter voire plaire à d’autres. Habituellement cela conduit plus ou moins chaotiquement à une montée en puissance des répressions pour calmer des révoltes, qui s’épuisent. Plus rarement cela peut conduire à un renversement et remplacement des élites. La tendance actuelle est plutôt à élire à la majorité des pouvoirs dits populistes, inévitablement répressifs, qui s’appuient sur les populations les plus défavorisées lorsqu’elles sont suffisamment nombreuses. Pour l’instant le système économique parvient à isoler ces pouvoir en les ruinant, les destituant, où en les recyclant pour des basses besognes, mais comme cela multiplie les populations défavorisées notamment les jeunes plus facilement enrolables, cela favorise globalement l’émergence de nouveaux populismes et l’effritement de l’élitisme. Élitisme qui fait la beauté et richesse des cultures et des musées, mais ne remplit pas le ventre des gens qui vont parfois jusqu’à tout casser et tout brûler (y compris parfois leurs élites). Ce n’est pas fréquent mais pas non plus rare, des tas œuvres d’art en portent encore la trace, vaut mieux pas être présent dans ces moments là ^^

.

« Des collègues à moi regardent BFM TV pour s'informer sur ce mouvement citoyens alors que ça se passe devant leurs yeux!!!! »

Aveux que vous regardez la télé au lieu de travailler lol !. Bon plus sérieusement c’est habituel, actuellement les membres du gouvernement aurait les journaux d’info TV en permanence sous les yeux, il faut être capable de faire cinq choses à la fois pour trouver du travail, et aucune de façon concentrée ou avec recul mental.

« ils croient en BFM mais pas en les gens qui sont dans la rue, en train de se faire menacer pour eux en plus. »

Les gens ne sont pas aussi bêtes, ils ont bien compris que les quelques mesures prises en leur faveur ont résulté des excès de violence qu’ils condamnent. Ils sont partagé entre le désir d’obtenir un peu plus, et celui qu’on leur fiche la paix ne pas perdre le peu qu’ils ont ou pour pour conserver leur statut d’élite. D’autre part il n’ont pas l’intention d’être reconnaissants, ni envers les insurgés, ni envers le gouvernement, ils tiennent trop à leur liberté de penser (à eux).

.

« J'ai apprit il y a peu qu'une amie à moi s'est faite violée par 4 mecs. Elle a refusé de leur donner tu tabac, vous comprenez...! Elle est brisée maintenant et je dois l'aider à se relever lentement. Elle pensait avoir des amis et a amerment réalisées qu'elle m'avait juste moi. Les autres ont fait profil bas. Son copain l'a largué. Je vous laisse imagier l'état dans lequel elle est. Les gens ne veulent pas en entendre parler. C'est trop glauque de regarder la réalité en face. C'est plus confortable de tourner la tête. »

De toute évidence tu déprimes devant un monde de brute. A part soigner cette déprime, changer le monde (et d’abord de slip comme dit la pub ^^) ou soutenir un coup d’état du président de l’assemblée comme au Vénézuela mdr, il y a peu de solution. Personnellement je te conseillerais plutôt de ne pas déprimer. Et de voter aux élections.

.

« Mon frère a du voyagé loin pour son taff et il a assisté à des atrocités chers lecteurs que j'ai eu du mal à croire. Si jamais vous voulez en savoir un peu, il y a des pays ou on brise des populations locales par les massacres et les viols de masses. Pour qu'elles patent sans demander leur reste, sans essayer de lutter. Et ça nous donne libre disposition à nous les occidentaux pour aller exploiter les sols pleins de ce dont on a besoin pour produire des smartphones, des tablettes etc... ces ressources seront bien évidement extraites par des enfants. »

Si tu penses aux atrocités d’Afrique centrale ou plus généralement d’Afrique, elles s’appuient sur différents mécanismes, front religieux, tribalisme, enrôlement des plus jeunes, volonté d’humilier les ennemis, terreur des populations, guerre bon marché, difficultés économiques et climatiques (euphémisme), etc. Et régression non seulement par rapport aux principes des droits contemporains, mais aussi traditionnels, tribaux, jusqu’à un niveau de la fin de l’antiquité qui avait conduit à son écroulement. Bon après c’est plutôt la Chine qui actuellement en tire les bénéfices économiques, tout en ne prenant pas à sa charge le maintient de l’ordre. Mais ils sont en train de s’équiper, je suppose pour assurer leur sécurité de la même façon qu’on assure la stabilité de nos ressortissants et alliés.

.

« J'ai 22 ans, le système scolaire ne m'a casiment rien apprit. Il m'a conditionné surtout pour devenir travailleur - consommateur. Et c'est que je suis devenu. Si je veux être cynique je peux affirmer que dans les faits, le sens de ma vie dans cette société c'est de travailler pour une société qui ne va pas dans mon sens. Qui ne me représente pas et dans laquelle je sais pertinement que mes efforts ne seront pas récompensés pour mes vieux jours. Travailler pour que sur le long terme, les SDF continues de vivre dans les couloirs des métros et que les riches continuent de s'engraisser. »

Ce n’est pas par hasard que je te conseille de ne pas être déprimé, toute chose restant égale par ailleurs quelqu’un locataire restant au SMIC toute sa vie a déjà aujourd'hui virtuellement un pied dans les couloirs du métro (et le vieux pauvres déjà les deux). Sauf s’il organise un système de solidarité avec ses proches, ou des gens moins proches au-travers d’internet mais c’est moins solide car peu affectif. Paradoxalement les gilets jaunes sont en train de réinventer des solidarités de proximité. Mais les rond-points ne sont pas les lieux de vie les plus confortables surtout l’hiver, et exposés à la répression du maintient de l’ordre. Dans les pays à forte répression les gens s’organisent discrètement chez eux, en famille ou groupe d’amis ou de voisins.

Et puis rien t’empêche d’arrêter de consommer des choses non indispensables, en prenant soin de privilégier les fabrications solides et réparables pouvant durer des années. C’est aussi une façon de contourner et fragiliser le système économique. Sachant que les peuples qui le font sont soumis à de fortes rétorsions économiques, mais le beurre et l’argent du beurre n’existent pas.

.

« En fait je me perd un peu surement mais ce que j'essaie de dire c'est les gens me dégoûtent. Clairement. On est des abrutis. On pense que la consommation fait notre bonheur. Et même si on ne le pense pas on en fait quand même le centre de notre vie parce qu'on est prit dedans et qu'on se laisse faire. Les gens se laissent manipuler, se laisse se faire abrutir et aveugler. Dans une société ou l'esclave n'a pas de chaînes aux pieds, seulement dans son esprit. C'est bien mieux, impossible de se rebeller si on est pas au courant de notre propre condition. »

Il ne faut pas se sous-estimer. Dans toutes les langues anciennes le mot homme signifie homme debout, homme libre. A l’époque tous les hommes étaient armés pour régler les affaires inter-communautaire, et utilisaient leurs poings pour régler les affaires communautaires non prises en charge de façon équitable par la justice. Actuellement les gens sont éduqués et peuvent se défendre intellectuellement et juridiquement, tant qu’ils sont libres et non maltraités. Les autres méthodes sont à éviter tant qu’elles sont évitables, elle conduisent à se sacrifier pour des causes. Et le viol et autres horreurs que tu évoquais sont indignes d’un homme debout.

.

« Allez donc regarder Bilal Hassani chanter sa chanson "Roi". Comment osez-vous après dire qu'il incarne la liberté, la tolérance et l'amour quand en vérité il incarne tout le contraire???!!! Du bon gros triturage d'esprit encore une fois. On vous prend pour des merdes. Et ça vous donne du baume au coeur. Ce gamin ne déjoue pas les codes. Il est utilisé pour nous les inculquer justement. »

Le pauvre on ne sera pas tranquille mdr ^^

Oui il utilise les codes idiots pour sortir de sa condition en caricaturant ce qu’il connaît le mieux, sa condition de gay arabo-quelque chose. C’est vexant pour la société c’est clair, mais d’autre l’ont fait dans le passé en étant gay communisto machin chose, ou tout autre état infamant à leur époque. Certains ont été éliminés au sens propre ou figuré, d’autres ont réussi et survécus à l’histoire. Et qui il ne faut tout de même pas surestimer l’eurovision, c’est à peine du niveau des jeux du cirque romains, et poursuit les mêmes objectifs « du pain et des jeux pour le peuple», mais en oubliant le pain ce qui est une sérieuse méprise ^^

.

« Depuis que j'ai arrêté de croire aux Médias, aux réseaux sociaux et à la politique, je me sens d'une part faisant désormais partie de ceux qu'on traitent d'extrémistes quand ça arrange (grosse ironie hein). Mais de toute ma vie je ne me suis jamais senti aussi libre. Seulement je vois bien que les gens autour de moi ne le sont pas. Leur esprit est bien trop parasité par toutes ces merdes qu'on nous balancent en permanances. Du moment ou on ouvre les yeux le matin jusqu'au moment ou on les referme au soir. La plupart d'entre vous verrons sans nul doute de quoi je parle. Peu en revanche saurons l'ampleur réelle que ça a sur nos vies et nos pensées. »

Il n’y a pas à croire ou pas croire aux médias, mais à en lire le plus possible y compris et surtout étrangers, y compris les manipulateurs d’opinion. Car c’est comme pour toute science sociale, il y a toujours suffisamment de gens ayant des intérêts inverses, y compris des regrets à la fin de leur vie, pour la réalité soit représentée dans le bouillon de cette marmite. C’est comme de la cuisine en quelque sorte ^^ Après il y a ce que l’on en fait. A ton âge le plus important est de voter, compte tenu que pour l’instant il n’y a pas de fraudes électorales et que les institutions judiciaires encore solides (rien n’est éternel mais actuellement c’est le cas).

.

« J'avais en fait besoin de décontenir ma frustration car je me sens très seul. Je me sens intellectuellement très isolé de beaucoup de gens et ce soir je voulais partager ça. C'est surement très mal rédigé mais j'avais des choses à sortir avec mes mots. »

S’exprimer fait toujours du bien, l’inverse entraîne des occlusions intestinales, toujours très risquées quand le caca s’accumule ^^

.

« Si il y a UNE chose à retenir dans ce pavé c'est ça: Garder vos yeix zt vos oreilles bien ouverts, et poser vous des questions. Tous les jours, entrainez vos capacités de réflexion et forgez vous un esprit critiques. »

C’est clair ^^. Et faites vous des bisous ^^

.

Romangel,

« Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d'imbéciles qui, avant, ne parlaient qu'au bar, après un verre de vin et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite alors qu'aujourd'hui ils ont le même droit de parole qu'un prix Nobel. C'est l'invasion des imbéciles. - Umberto Eco »

En effet c’est la rue sans les civilités et surveillances de la rue, à part sur certains forums comme le notre ^^ Et il y a de plus en plus de gens qui ne font plus de différence entre le virtuel et le réel, et transfèrent le virtuel dans le réel.

Toutefois cela permet aussi de désenclaver des tas de gens qui n’avaient d’autres ressource que de déprimer voire se suicider dans leur coin, au mieux sous une rame de métro pour ne pas passer inaperçu. Et la liberté d’internet est tout de même source de richesse intellectuelle, voire pécuniaire pour les pauvres brouteurs africains ^^

Il y a sans doute toute une civilité à reconstruire, et j’admets qu’on en est encore loin.


photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements

Citation de Keiros #292519

D'accord, dans ce cas j'ai mal interprêté ton post. C'est un malentendu, et je te présente mes excuses car j'ai manifestement prêté à tes mots un sens que tu n'as pas voulu leur donner.

Dans ce cas, je suis d'accord avec toi, ce n'est pas très sympa de lâcher ses amis au moment où ils ont besoin de nous. J'imagine que ça montre que le lien était plus ou moins superficiel... :/


photo de l'auteur Romangel
Romangel
Homme de 33 ans
Var

Citation de Lindos #292523

Oui un monde à refaire ^_^

Le pouvoir de l'information revient à ce que la masse en fait. Aujourd'hui ce qui importe le plus les gens n'est pas forcément quelque chose de stimulant... Or il a été démontré que plus on stimule plus il y a de résultats.

Notre société d'oisive et ne veut que s'adonner à l'hédonisme en totalement égocentrisme.

Je rejoins Keiros qui parle de personnes "démissionnaires". Les gens abandonnent car c'est dur. J'i aussi parfois ce sentiment envers les autres qui se laissent porter. Alors que je vois la galère de certains qui ne lâchent rien malgré les souffrances.

Il faut que l'on réapprenne à vivre ensemble au lieu de vouloir juste vivre pour soi. Car il est compliqué d'accepter un collectif une fois que l'on a réalisé que le collectif ne répond pas à ce que nous souhaitions et que nous de désirons plus faire de consessions.


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit