Comment avez vous fait votre coming out ?


Auteur : Oggy34
Oggy34 - 19 ans
De Montpellier
  il y a 3 mois


Bonjour a tous (et a toutes haha), je cree ce sujet (surement que ca a du deja etre fait mais bon autant renouveler la chose) pour savoir comment vous avez fait votre coming out, que cela soit avec votre entourage, ou votre famille. Dire ce que vous avez ressenti etc.. car j'aimerais vraiment ne plus me cacher. Cependant je ne sais pas comment m'y prendre. Si vous avez des conseils, de par vos experiences, ca m'aiderais moi, et surement d'autres dans le meme cas, à y voir plus clair :) merci d'avance pour votre participation et bonne journée !


modif titre

Auteur : RLLTP
RLLTP - 18 ans
De Chalon
  il y a 3 mois


Pour mes parents : lettre.
Pour l'un de mes frères : accidentel.
Pour mes amies : ah bah là j'ai été plus cash.
Auteur : FrenchAzazel
FrenchAzazel - 19 ans
De Orléans
  il y a 3 mois


Citation de RLLTP
Pour mes parents : lettre.
Pour l un de mes frères : accidentel.
Pour mes amies : ah bah là j ai été plus cash.


Au moins c'est concis, rapide et précis
je m'inspire XD

pour mes parents ils sont tombé dessus et ca a clashé XD
pour ma famille j'y vais petit a petit et doucement
pour mes amis ca s'est fait naturelement (mais pas avec tous) et ca s'est bien passé
pour mon frere j'ai été cash XD

en tout cas pour ceux qui veulent faire leur coming out ne prenez pas mon exemple XD évitez que la famille tombe dessus avant de vouloir leur dire (meme si j'avoue que comme ca c'est moin stressant XD)

 5 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Math6200
Math6200 - 47 ans
De St Pol Sur Ternoise
  il y a 3 mois


bah assez simplement en fait.

Faut bien te dire que de toute ceux qui te connaissent/s’intéressent vraiment à toi s'en doutent déjà. Assez vite en plus.

Perso me suis pas posé la question, me suis juste pointé avec mon copain de l'époque. L'un de mes frères m'a un peu charrié un moment mais c'est vite passé.

Faut bien que tu te dises que la plus grande part là dedans est soumise au fait que TOI, tu t'acceptes comme tu es. Si tu commences à te soucier du quand-diras-t-on tu n'en as pas fini. Et qu'au final c'est toi qui seras malheureux. Les gens de ton entourage qui te laissent tomber pour cela, tu crois qu'ils méritent vraiment que tu te soucies d'eux? Tu les acceptes comme ils sont, à eux de faire de même ;)
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 3 mois


Alors,moi envers les gens extérieurs,mes amis, je l'ai assumée directement en me baladant main dans la main avec ma copine de l'époque et tout le monde l'a bien pris

envers ma famille,je l'ai pas cachée du tout a mes frères,ils l'ont bien pris aussi

Mes parents ne savaient rien jusqu'au jour où ma mère a fouiller dans mes messages facebook ahaa,elle l'a très mal pris,puis avec le temps,elle a fini par s'y faire et tout va bien :)

Auteur : Ker0zen
Ker0zen - 29 ans
De Nancy
  il y a 3 mois


Pour ma part j'ai fait deux coming out à mes parents.
Le premier quand je vivais encore chez mes parents, avec un père anti-deux-roues à 200% qui nous avait toujours interdit de monter sur la moindre mobilette. J'ai garé une 600cm3 devant l'entrée, j'ai fait deux-trois coups de gaz dans le vent, puis rentrant le casque à la main j'ai d'abord regardé les yeux écarquillé de mon père qui m'a dit "Mais il ne faut pas un permis pour ça?" "-Ben justement je l'ai décroché la semaine dernière!".

Le deuxième, a également été fait sur le modèle, le fait accompli. J'ai fait mon coming out alors que j'étais déjà en couple depuis 2-3 semaines avec mon ex. Du coup, vivant à 800km de chez mes parents j'suis venu les voir en vacs, je leur ai tout dit, j'ai expliqué comment je l'avais rencontré tout ça, et aux vacances suivantes je suis revenu avec lui.
Tout a été plus simple que je le pensais, mes parents n'ont posé aucun soucis à accepter la chose, d'autant qu'ils savaient de toute façon me connaissant qu'à partir de ce jour soit ils me voyaient avec lui, soit ils ne me voyaient pas du tout.

 3 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.

Auteur : Kazaky888
Kazaky888 - 25 ans
De Strasbourg
  il y a 3 mois


Alors moi c'est simple c'est ma tante qui a fait le coming out à ma place xD
J'ai eu le malheur de lui dire et elle a tous balancer à la famille.
Bon heureusement tous le monde la bien pris, faut dire que je n'étais pas le premier gay de la famille donc ça aide x')

Par contre mon copain pour lui ça ce passe moins bien... Ça mère lui fait la misère, il a plus le droit de sortir, plus de téléphone, d'ordinateur... Après lui il s'en fou il s'assume complètement et si ça mère ne l'accepte c'est son problème ^^'
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 3 mois


1- Avec mes amis, je le dis progressivement, de façon très cash, sans aucun filtre ! Aujourd'hui ils le savent quasiment tous.

2- Mon frère l'a découvert lors d'une soirée où mes amis étaient invités chez moi. C'est assez comique car je voulais leur dire ce soir là ( ce que j'ai d'ailleurs fait ), car j'étais en "couple" à l'époque ! Je discutais avec lui, et en allant dans la cuisine pour faire chauffer la pizza, j'ai posé mon portable allumé sur le plan de travail. Evidemment, mon frère est passé devant, et il y a eu un gros malaise ! On en parle toujours pas, même s'ils m'envoient quelques pics en famille, par moment ...

3- Mon gros problème est que je ne sais pas comment l'aborder avec mes parents, et ma sœur. Ils se disent tolérants, mais c'est toujours plus facile de l'être lorsque ce n'est pas chez soit ! Donc je suis toujours bloqué à ce niveau, et pourtant ... J'aimerai tellement vivre pleinement ma vie comme homosexuel !
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 3 mois


Personnellement, il y a eu deux types de coming out :

- 1 : A nouvel an, il y a quelques années, il y avait mes amis et la personne qui allait devenir mon premier petit ami. Pendant toute la soirée, il me lançait des petits regards, tâtait le terrain voir si je le repoussait quand il tentait un contact physique. Puis soudainement il m'a embrassé... donc mes amis ont été au courant assez... brusquement. (heureusement, ça s'est très bien passé)

-2: A ma mère. On s'est disputé pendant plusieurs jours pour plusieurs raisons, notamment une fragilité émotionnelle que j'ai développé à force de le cacher à mes parents. Au bout d'un moment, à force qu'elle me répète qu'un truc ne va pas chez moi et que j'aurais besoin d'une psy ou d'être interné, j'ai craqué et ait dit qu'effectivement, j'avais un problème : Je suis gay dans une famille d'homophobes.
ça s'est évidemment mal passé, mais elle l'a gardé pour elle. Depuis, ça s'améliore, elle ne garde aucune haine vis à vis de moi, mais c'est toujours un peu étrange, surtout quand mon père profère des insultes homophobes en parlant d'X personne... Mais je suis convaincu que l'amour mère fils triomphera et qu'un jour, on en rira !
Auteur : Luluuu
Luluuu - 18 ans
De Sceaux
  il y a 3 mois


J'avais fait un long poème pour ma maman car je pensais que je ne trouverais pas les mots pour pouvoir exprimer ce que je ressentais et pour l'exprimer tout court aha !!

Elle l'a lu, elle était émue et elle l'a vraiment très très bien pris. Sa réaction sur le moment m'avait fait rire et bien décompressé car j'avais les nerfs à bloc mdrr..

Elle m'a dit plus tard, que c'était courageux et que je n'avais pas à me justifier, que c'était quelque chose de normal.

Il n'y a pas à avoir honte, il faut juste s'accepter et vivre pleinement sa vie en n'accordant pas d'importance au regard des autres.

Bientôt, on hésitera plus à se tenir la main dans la rue. Si ça doit arriver, il faut que l'on s'affranchisse de cette peur. Cela ne peut venir que de nous :)

Peace !
Auteur : Jinhyun
Jinhyun - 32 ans
De Paris
  il y a 3 mois


J'avais 21 ans. Je ne parlais plus depuis 2 ans à mon géniteur depuis qu'il m'avait donné des coups de poings lors d'une dispute (verbale) entre lui et moi. Bien que nous vivions sous le même toit (oui ils m'ont pondu là pas le choix vu que je n'étais pas autonome financièrement).

C'était les débuts d'internet, des forums etc. Mes géniteurs pas vraiment fut fut faut se l'avouer, caricaturaient les connaissances que j'eus pu avoir grâce au net. Les qualifiant de 'robots à qui je parle'...

Vint ma rencontre internet avec mon EX! qui résidait à Créteil chez ses parents. Je suis de Marseille à la base (ville de la beaufitude, des wesh et de la pétanque *champagne !*)

Un jour je prenais le TGV et passais quelques temps chez sa maman et lui. Celle-ci bien que catholique pratiquante ne voyait pas d'un mauvais oeil notre relation.

Je revins chez les cas soc de géniteurs et ma génitrice me matraquait psychologiquement (quand elle ne matait pas Loft story ou les Feux de l'amour...) en me disant "qu'ils n'étaient pas bête, que je n'ai pas de COPINE".

Alors je lui indiquais de cracher gentillement ce à quoi elle faisait allusion, mais ils n'y arriva pas (c'est dur quand deux neurones se battent en duel en même temps).

Le même soir elle hurlait avec mon géniteur sur "c'est toi qui avait des doutes blabla !" un enfer déjà que ma chambre mitoyenne à la leur les entendait gueuler tous les soirs...

Les lendemains furent infernaux, jusqu'à ce que mon géniteur dise dans le salon "je suis sûr qu'internet l'a perverti tu vois je te l'avais dit !"

M'étant assumé envers moi même depuis mes 14 ans et ayant mûrement réfléchi à la question du pourquoi suis je gay, je ne pouvais tolérer qu'il professe une telle absurdité !

Après deux ans de silence je deboulais dans le salon tenant tête au géniteur en lui démontant sa démonstration bancale dans une joute endiablée qui se finit en pleurs de ma part.

Le même soir (je dois ajouter que le géniteur a un fusil dans sa chambre) me hurlait dessus en me menaçant de "si ça vient à se savoir à l'extérieur je te bute. Tu te la fermes !"

Ouahou j'en reparle ça me laisse sans voix que de vous l'énoncer.

Ne me sentant plus en sécurité chez moi je suis allé chez la seule personne de ma famille qui est pour moi ma vraie maman, ma tante.

J'ai du faire un coming out accéléré en pleurs et elle l'a bien pris malgré la question "tu es sûr, sûr (?)"

Suite à cela j'ai du rompre à distance avec mon EX! Qui m'annonçait vouloir coucher ailleurs avant que j'arrive sur Créteil. J'étais au bout de ma life mais une connaissance d'un forum qui résidait en Île de France cherchait un coloc. Après en avoir parlé à ma tante et ayant obtenu une mutation sur Paris de par mon job étudiant je me retrouvais avec une seule valise pour affaire la haut (le jour de mon départ mes géniteurs étaient partis faire un barbecue à la campagne) Ma tante m'ayant emmené à la gare pleurant toutes les larmes de son corps.

Bref quelques mois après je rencontrais mon actuel amoureux sur un site de rencontre. Nous sommes ensemble depuis maintenant 11 ans.

La roue a tournée j'ai encore du mal à le croire.

Bon courage à vous mes frères et soeurs de coeur ! Soyez fiers de vous même et ne laissez personne vous rabaisser.

 7 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Oggy34
Oggy34 - 19 ans
De Montpellier
  il y a 3 mois


Merci a toutes et a tous pour votre participation :) c'est cool de voir qu'il y a bien de façons differentes de l'annoncer :p ça ouvre le champ des possibles mdddrr :)

Auteur : Toul50
Toul50 - 25 ans
De Harnes
  il y a 3 mois


Tout d'abord j'aimerais poser une question de définition: qu'est-ce-qu'un coming-out? Il y a 2 grandes de le définir:
- Soit en rendant de notoriété publique son homosexuelle (plus facile à définir qu'il y a une vingtaine d'années grâce aux réseaux sociaux)
- Soit par la somme des personnes au courant, le degré de proximité avec les personnes et le nombre permettant ainsi de définir le début d'un coming-out.

Pour ma part, mon homosexualité n'est pas encore publique. En revanche j'y travaille depuis plus d'un an pour que ça le devienne, mais beaucoup de choses me ralentissent. Ca s'est passé de manière peu commune:
- D'abord il y a ce que j'appelle le "coming-in", c'est-à-dire lorsque vous autorisez votre conscience à accepter votre propre homosexualité. Mon coming-in s'est fait 10 ans après mes premiers désirs.
- Première personne ma sophrologue: la nouvelle n'ayant tellement effrayée que j'ai eu une période de déstabilisation psychologique. Cette déstabilisation a duré 2 mois et demi.
- Deuxième personne, un collègue formateur dans l'exercice "Epée d'Amoclès et peur", la chose qui me faisait le plus peur à l'époque c'était bien sur le coming-out. J'en ai rédigé le texte.
- Troisième personne, dans une conversation Twitter avec la personne m'ayant interrogé sur mon homosexualité quand j'étais dans le coming-in et à qui je dois le basculement (avec la "quatrième personne).
- Quatrième personne, un collègue gay à qui je dois le basculement en même temps que la troisième.
- Cinquième personne, mon copain avec qui je suis sorti pendant 3 mois.
- Sixième personne mon meilleur ami. Il arrive 6 mois après le coming-in.
Il y a quelques personnes qui sont au courant, des crush si on peut les appeler comme ça. J'ai commencé à aborder mon homosexualité à visage découvert dans des conversations privées (dans le passé j'étais anonyme) après la 3ème personne et j'ai eu un crush entre la 4ème et la 5ème personne. En revanche, mon homosexualité n'est pas encore de notoriété publique.
Auteur : Jajaja
Jajaja - 26 ans
De Rouen
  il y a 2 mois


Bonjour à tous !

Je me permets de réagir ici je trouve le sujet et les réponses intéressantes :)

Pour ma part je l'ai annoncé assez tôt à ma mère, j'étais pas suffisamment a l'aise au lycée avec mes amis de l'époque pour réussir à leur dire, mais pas non plus pour le garder pour moi. Du coup en première j'ai finis pas tout balancer à ma mère et peu de temps après à mes soeurs. Je suis rentré du lycée un soir, j'ai dis a ma mère qu'il fallait que je lui avoue quelque chose, j'ai vue à sa tête qu'elle a pensé à tout sauf à ça je crois, elle a pleuré, m'a dit qu'elle espérait que ca serait qu'une passade car sinon ma vie risquait d'être compliqué et en laissant du temps elle l'a bien accepté. (Elle pensait que c'était sa faute, que je risquais de me faire défoncé, qu'elle aurait jamais de petits enfants avec son nom de famille etc bref des trucs bêtes mais sur le coup on pense à ça, c'est pas la même génération ahah)

Mes soeurs, même principe sauf que elles c'est passé tout seul. Le reste de la famille est venu petit à petit sans avoir forcément besoin de le dire ouvertement et il n'y a eu aucun problème.

Les amis ca a été plus long, j'ai finis par le dire a ceux en qui j'avais vraiment confiance au lycée, mais je ne l'ai jamais affiché ouvertement, pas assez a l'aise. Maintenant c'est différent tout mes amis le savent c'est venu naturellement, mais pareil je m'amuse pas à le chanter sur tout les toi car j'ai compris un truc que à l'époque je voyais pas, c'est aussi ma vie intime et ca ne regarde au final personne, je le dis si je le veux, je m'en cache pas pour autant, mais je m'amuse pas à l'étaler.

Du coup je dirai que l'important et de pas brusquer trop, vas-y progressivement et évite peut-être la méthode bombe que tu lâches un soir parce que tu l'as décidé, surtout si tu sais que ta famille risque de pas très bien réagir, peut-être cibler personne par personne =)
Auteur : Tarik24
Tarik24 - 41 ans
De Bruxelles
  il y a 2 mois


Bon, apres 1 an avec mon ex, j ai decide dire a ma mere, elle m avait dit que j etai triste avec la separation de ma copine et j ai pense qui je voulais les mecs. Sa reaction etait calme mais rigolo haha, apres 1 ans je la presente mon ex et elle etait contente. Desole pour moi mais elle est decedee la meme annee et mon pere un an avant.
Auteur : kRiStOf974
KRiStOf974 - 50 ans
De Le Tampon, île De La Réunion
  il y a 2 mois


Hello,

Après lecture du topic (en diagonale) hier, je devais revenir poster ici ...mais j'ai complètement zappé 🙃

Alors pour moi c'est un peu comme Jajaja ...ma mère a été la 1ère officiellement informée par le truchement d'un hebdomadaire ayant choisi de faire sa "une" avec un sujet sur le Comming-Out. J'y ai vu comme un boulevard où je devais absolument me ruer...
Comme Jajaja, au départ elle a semblé un peu perturbée... a lâché une petite larme, m'a demandé qu'est-ce qu'elle avait fait ou qu'elle n'avait pas fait ? J'ai essayé, avec mon peu de vocabulaire de l'époque et ma totale inexpérience du sujet proprement dit, de lui faire comprendre quelle n'avait rien à se reprocher et que si elle avait des questions, de quelque nature que ce soit, qu'il ne fallait pas hésiter à m'en parler et que j'essayerai d'y répondre à la hauteur de mes moyens.

C'est elle qui en a parlé à mon père, qui lui n'en a pas soufflé mot et n'a jamais abordé le sujet avec moi jusqu'à son décès (sauf 1 fois où il était en colère pour d'autres raisons et où je lui ai demandé de revenir plus calme). Mais il ne m'a jamais fait la gueule et aucune de ses attitudes ne démontrait un quelconque changement envers moi. Mes soeurs se sont passées le mot.. jusqu'aux tantes et cousines.
Finalement j'ai eu très peu de confrontations directes et véritables, mais surtout très peu voire pratiquement aucun rejet. J'estime donc être un "chanceux"...

Sinon j'ai décidé de n'en parler qu'à mes amis véritables, afin de pouvoir échanger ouvertement et que la gêne ne s'installe pas inutilement. Aujourd'hui encore j'ai des fréquentations que je considère comme "camarade" (et non amis) qui ne sont pas officiellement au courant. Je n'aborde volontairement le sujet qu'avec les personnes qui ont une importance particulière, pour moi cela n'a aucun intérêt d'étaler ma vie comme un journal. Mais je ne vis pas caché pour autant.

Plus généralement, ce n'est que mon avis perso, je pense et crois qu'il n'y a pas de formule miracle. On est tous différents, issus de milieux et de parents différents avec une histoire et des moeurs différents.
Ceux qui affirment que " de bons parents comprendront parce qu'ils aiment leur enfants "... ont une vision édulcorée de la vie. Ils n'imaginent pas un seul instant la violence de certaines situations quand les dit-parents se sentent souillés dans leur psychologie, violés dans leur intimité, incapables de gérer l'information ni de savoir comment faire face aux questionnements et aux "on-dit" du voisinage... etc... etc...

Il faut surtout attendre d'être prêt, mais pas indéfiniment non plus. Y aller trop tôt ou dans une "mauvaise configuration" peut faire capoter les points positifs. Et y aller trop tard peut faire perdre la crédibilité de ceux qui nous portent de l'affection parce qu'ils ont éventuellement pu l'apprendre autrement...
On est la plupart du temps les mieux placés pour connaître nos parents (et famille) pour savoir à peu de choses près quelles pourraient être leur réaction. Il faut juste savoir saisir le "bon moment". Rien n'est écrit d'avance et la chance peut avoir aussi son pourcentage de salinité.

Par contre quand on sait de façon quasi-certaine que ça risque de partir en sucette (voire pire), si on a quand même envie de le dire il faut avoir préparé un plan B pour s'y rabattre dans la foulée (et être armé psychologiquement pour faire face à une suite immédiate qui sera de toute façon difficile). Ou alors dans l'absolu passer directement au plan B en zappant tout le reste.

Je ne souhaite à personne la dernière hypothèse, mais c'est pour ça qu'il faut éviter de foncer tête baissée dans le brouillard sans avoir un minimum réfléchi.

 11 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Ker0zen
Ker0zen - 29 ans
De Nancy
  il y a 2 mois


Moi je suis d'avis qu'il ne faut pas hésiter à l'annoncer à ses proches. En tous cas, j'étais prêt à zapper les miens s'ils ne m'acceptaient pas ainsi parce qu'il vaut mieux être épanoui sans ses parents, que de jouer une vie qui leur convient mais dans laquelle on se perd soi-même.

 3 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 2 mois


De mon coté ça s'est très bien passé.
Ca s'est passé il y a 2 ans, j'ai dit clairement à mes parents : "Maman, papa, je suis gay !", ils l'ont très bien prit^^ Bon, je savais déjà qu'ils n'étaient pas homophobes puisqu'ils sont au contraire, pour l'égalité des droits (le mariage, l'adoption, etc...)

Puis je l'ai annoncé doucement au reste de la famille, d'abord aux grand-parents, puis à mon grand frère, ma sœur, mes oncles/tantes, et pour finir, à mon petit frère (je lui ai dit en dernier car il traversait l'âge bête, et il m'aurait sûrement envoyé des pics juste pour m'embêter), tout le monde l'a très bien prit^^

Aujourd'hui toute ma famille est au courant, et la vie est exactement la même sauf que je suis libéré d'un poids que je trainais depuis des années.

Si je dois donner un conseil suite à ma propre expérience, c'est que si vous avez une famille tolérante, il ne faut pas hésiter à faire votre coming-out, ça soulage vraiment !
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 2 mois


J'avais 15 ans, c'était une belle journée d’août d'ailleurs, j'ai ouvert ma porte et suis entré dans mon appart avec mon copain de l'époque(mon premier copain, on sortait ensemble depuis une semaine et on avait mêmepas encore fait l'amour, enfin à ce moment là de la de la journée parce que le soir tombé...c'est une autre histoire :p ) ma mère étendait le linge et nous as salué, je lui ai dis "Maman, je te présente mon petit ami", elle a eu l'air choquée, elle a tournée dans la cuisine puis dans tout l'appart, en répétant "pas de problème", puis elle nous a invité à prendre un goûter qui a pris la forme d'un interrogatoire ^^
"Oh et dis moi L..., depuis quand sais tu que tu es attiré par les garçon?
-Oh depuis mes 5 ans je crois
*essayant de prendre le ton le plus naturel possible, ce qui fut un échec total "ET TOI wil, QUAND est ce que TU.......?"
"J'en sais rien, je m'étais toujours dis que j'aimerais qui j'aurais envie sans me torturé, et tout ce que je sais c'est que je suis fou amoureux de lui."

Pourquoi se compliquer la vie? On a jamais rien gagné à avoir honte et à se torturer à cause des idées et des envie qui nous viennent, dis le si tu veux, cache le si tu veux mais sois à l'aise avec ça :)
Auteur : Jinhyun
Jinhyun - 32 ans
De Paris
  il y a 2 mois


Citation de Ker0zen
Moi je suis d avis qu il ne faut pas hésiter à l annoncer à ses proches. En tous cas, j étais prêt à zapper les miens s ils ne m acceptaient pas ainsi parce qu il vaut mieux être épanoui sans ses parents, que de jouer une vie qui leur convient mais dans laquelle on se perd soi-même.


+1 Nous n'avons qu'une vie dont on est sûr qu'elle existe. Vivre pour des tiers je n'ai jamais compris le concept, que ce soit par amour filial ou religion quel intérêt de se nier soi même ?! Autant être une machine si ce n'est pas vivre pour soi.

 7 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.



Pour participer à [ Comment avez vous fait votre coming out ? ] il faut être obligatoirement inscrit