Homophobie en internat

auteur anonyme

Anonyme
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Hello chers amis,
J'ai une question qui me remue les méninges.
J'explique le cadre, Je suis en internat, ou pays de la masculinité. Bon entre une nudité sur-développée et héterosexualité mega présente (2 homos pour une quarantaine de personnes). Il y a un truc qui me crispe, et j'ai tendance à trouver cela assez homophobe, involontairement sûrement, mais homophobe quand même. Mais après peut être que je dramatise... En gros pour une partie y'a tout un délire sur la sodomie et à que c'est marrant, sauf que j'ai plus l'impression que c'est rire de ma sexualité... Après peut être que c'est pas homophobe mais j'ai l'impression. Je sais que c'est bon enfant, et immature mais ça me fait cet effet... Serai-ce de l'homophobie banalisé ou ordinaire (comme pour le sexisme).


photo de l'auteur Avatea
Avatea
Homme de 27 ans
Paris

18 remerciements
Citation de BlueS

J explique le cadre, Je suis en internat, ou pays de la masculinité.

Tu as résumé la situation dans tous les préjugés qu'elle peut véhiculer. Je connais ce monde-là, c'était vraiment pas de la tarte quand j'y étais. Beaucoup de pulsions homosexuelles refoulées derrière tout le baratin viriliste.
Se donner de l'aplomb en écrasant une minorité, c'est bas. Même sous couvert de « l'humour » (qui n'en est pas)
La situation que tu décris est aussi homophobe qu'Hanouna qui a piégé des gays dans son canular téléphonique « juste pour rire. » D'ailleurs, je ne serais pas surpris qu'une bonne partie des individus dont tu rapportes le comportement homophobe aient TPMP parmi leurs émissions favorites.
Si vraiment c'est involontaire comme tu le dis, peut-être que tu pourrais simplement en parler et leur dire que leurs blagues ne te font pas rire, qu'au contraire tu te sens rejeté et insulté. Mais comme je me doute que des blagues comme celles-là ne sont jamais innocentes, peu de chances que ça passe bien, surtout à deux contre quarante. Non que les autres internes soient profondément homophobes, mais ce sont plutôt des phénomènes de groupe (psychologie sociale) qui sont à l’œuvre : certains sont prêts à mettre de côté leur capacité de réflexion, leur empathie pour se conformer aux valeurs du groupe d'appartenance, pour se sentir dans le coup.
Pour la petite histoire j'ai fréquenté (pas longtemps) il y a un an une association sportive gay soi-disant tolérante (les Frontrunners à Paris) et pour avoir été dans plusieurs AS je n'ai jamais constaté autant d'intolérance à l'égard des nouveaux : tous ceux qui ne correspondaient pas à leur univers (savoir partager un certain nombre de centres d'intérêt, se connaître depuis un certain nombre d'années, avoir un corps bien tracé, fréquenter les endroits pour les gays...) étaient traités avec indifférence voire méchanceté, autant que n'importe quel autre groupe d'hommes hétéro intolérants : le jour de la rentrée, deux hommes hétéro étaient venus tester parce que le cours étaient proche de leur lieu de travail : ils se sont fait soit ignorer soit moquer ouvertement par le groupe.
Si tu connais parmi le personnel administratif ou la scolarité quelques personnes assez ouvertes d'esprit et influente pour réagir à ça, tu devrais rapporter ces remarques "marrantes" auprès d'eux.elles.
Ou alors te tourner vers une association LGBTI pour qu'il y ait un dialogue, éventuellement une intervention contre cet état de fait.

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Bonjour :)

Anonyme, puis-je te demander s’ils sont au courant de votre homosexualité à toi et à ton camarade ?

Si oui, en avez-vous discuté ?

Êtes-vous appréciés par le groupe et vous sentez-vous plus intégrés qu’exclus ?

Je te pose ces questions pour me rendre compte plus précisément du contexte.

auteur anonyme

Anonyme
Oh wait, peut être me suis-je mal exprimé.
De une je me reconnais en tant qu'homo et ils le savent.
De deux tout ce délire sur la sodomie se passe devant moi, mais en aucun cas je les laisserai me toucher, et il ne me touche, ça se fait entre eux, (ça consiste à des "titillage" d'anus (mince que c'est gênant) ). Mais je trouve ça de mauvais goût et homophobe, mais voila comme je l'ai dit c'est aussi bon enfant et immature. Une chose qui me trouble c'est que l'un de mes "coloc" fait partie de tout ce délire et il est très sympa un gars adorable, on regarde des films ensemble, on parle, on chante mais tout ce délire sur la sodomie je trouve homophobe involontairement. (Il y a de l'homophobie dans cet internat, une plus clair, y'en qui me refuse et me parle mal en continu, mais après ceux là je les ignore parce que de une ils ont une proportion à se faire renvoyer de l'internat qui est énorme, et je vais pas m'encombrer avec ces gens là. (sinon ces gens là font aussi partie du délire de sodomie) ).
Ca serait une homophobie banalisé, comme par exemple en matière de sexisme quand certains ouvre les cuisse dans le metro incommodant les femme au passage.

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Je préfère demander de (re)préciser, car par expérience, il peut y avoir des quiproquos dans les échanges.

Le fait qu’ils réagissent comme ça à l’évocation de la sodomie, n’est pas forcément une marque d’homophobie, mais plutôt de la distance par l’humour d’un questionnement sur les pulsions en internat et l’identité masculine, telle qu’elle est promu au sein de la société. Cette représentation sociale là de l’identité masculine est homophobe et elle peut conduire à une prise de position individuelle homophobe. Mais ici, ces garçons sont aux prises avec ce questionnement et ne sont pas forcément homophobes. Il faut regarder au-delà des apparences.

Il est possible aussi que la plupart te considèrent tellement comme eux, que l’idée que tu puisses être homosexuel, les interpelle. Et si je l’étais aussi ? On se met à la place de l’autre.

Dans tous les cas, comme tu l’écris toi-même, c’est un humour potache qui n’est pas méchant et il ne faut pas aller chercher forcément individuellement de l’homophobie. Ne le prends pas personnellement, parce que ça ne l’est pas.

Pour ton ami, si tu as assez confiance en lui, tu peux lui glisser ton questionnement, quand vous êtes seuls tous les deux et demander son avis. Tu peux lui dire ce que tu ressens avec ces blagues.

D'ailleurs, éprouverais-tu plus que de l’amitié pour lui ?

auteur anonyme

Anonyme
Uniquement de l'amitié, pourtant il a une personnalité charmante, il est plutôt beau pour les yeux mais aucun désir ou sentiment pour lui. Et même si j'avais le moindre sentiment pour lui, je me dirais non, du fait que ça fait deux ans qu'il est en couple.

Merci, faut mettre ceci sur le dos de l'immaturité je suppose.

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Oui, je pense que c'est plus de l'immaturité qu'autre chose.
L'important, c'est que tu aies de bonnes relations avec la plupart d'entre eux et qu'ils sachent que tu es homo. ça veut dire qu'ils t'apprécient et t'acceptent comme tu es.
Peut-être que tu auras l'occasion d'en discuter avec eux, individuellement ou en groupe un jour.

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Tu t'exprimes de façon délicieusement surannée ... ton internat est en France ? ^^

Plus sérieusement les jeunes mecs qui vivent en promiscuité ne peuvent pas s'empêcher de faire tourner les discussions autour de tout ce qui touche à la sexualité, y compris l'homosexualité, qui est à la fois tabou et serait plus accessible que l'hétérosexualité.

Il ne faut peut-être pas y voir plus que cela...

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit