L'homosexualité est-elle une honte ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Bonsoir à tous,

Je voulais juste savoir si l'homosexualité est une honte ?
je me suis toujours demandé pourquoi est-ce que l'homosexualité a toujours été mal vue.

Merci d'avance a ceux qui me répondront.


modif titre 


photo de l'auteur veluma
Veluma
Femme de 43 ans
Grenoble, Isère, France

9 remerciements
Non pour moi l'homosexualité n'est pas une honte. 
Elle est naturelle :)

Je ne pense pas quelle est toujours été mal vue. Ca depend des pays, des moeurs et coutumes...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
L'homosexualité est-elle une honte ?
La question est subjective. Demande à un croyant _quel qu'il soit-, il te dira que oui. Demande à une personne douée d'intelligence et de raison, elle te répondra que non.
Au delà de cela, la société en elle-même juge encore très mal l'homosexualité et ne l'acceptera sans doute jamais, du moins pas en tant que simple trait de l'identité individuelle.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
L'amour n'a pas de sexe c est tout ce qui faut retenir!!! alors aimer qui vous voulez sans honte et soyer fière

photo de l'auteur Meian
Meian
Femme de 26 ans
Avignon
Bonjour bonjour!
Alors, déjà, non, non, non, l'homosexualité n'est pas une honte - clairement pas. C'est, basiquement, de l'amour et l'amour, c'est bien.

Pour la question des croyants, j'ai surtout l'impression que les homophobes de tous poils (ainsi que ceux épilés) justifient leur intolérance par la religion, mais au final ça reste de l'intolérance... pas une question de raison ou de croyance: un athée homophobe justifiera cela par l'argument de la "maladie mentale", un croyant par celui de la "religion". En toute honnêteté, en tant que femme trans et lesbienne, j'ai vu autant de croyants tolérants que d'incroyants trans/homophobes... ça dépend juste de "comment" est la personne je pense, au final...

Pour le "pourquoi", c'est un peu plus épineux, éventuellement. Pour y avoir un peu réfléchi (et après de longs cours d'Histoire du Droit/de la Justice), je pense que ça a pour origine le sexisme global de la société occidentale/patriarcale. Pour comprendre le lien, je pense que celui-ci peut être pas mal. Sexisme qui, à mon avis, aurait pour origine l'OPA hostile de l'Eglise Catholique Romaine (note: je parle ici de l'institution centralisée vaticane, de sa "force" politique et judiciaire, pas de la religion) faite durant le Moyen-Âge sur toute l'Europe Occidentale (avant de s'étendre sur le reste du monde, notamment aux Amériques par les colons et les missionnaires ayant empiété sur/massacré les natifs) qui place la femme dans une position clairement inférieure (pensez au sort d'Eve, première femme créée, qui nous place -globalement- toutes dans un statut de "pécheresses par naissance/corruptrices").

Très éventuellement dans une logique de lutte (idéologique/politique, une fois encore) contre les cultes "matriarcaux" et les pratiques des guérisseuses/sage-femmes (taxées de sorcières) qui faisaient de l'ombre à l'implantation d'une nouvelle religion, en mode "c'est nous qu'on a la vraie vérité"; mais, là, on entre dans une réflexion très très personnelle :)

(en espérant ne pas avoir dit trop de bêtises!)
*retourne en ricanant dans son antre de SJW sur son balai*

photo de l'auteur nico95
Nico95
Homme de 23 ans
mergey
l'homosexualité n'a pas toujours été mal vu, dans certain peuples c'était quelque chose qui était accepter et normal, c'était le cas cher les gaulois (et autre peuples celte), et les égyptiens 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Salut, 
selon moi l'homosexualité c'est un mot qui a pris beaucoup tro d'importance dans notre société, soit ça pense que c'est une maladie, un problème intérieur, soit ça pense que c'est quelque chose de génial, avoir un ou une amie gay. Le problème est que l'on définit tous les homosexuels comme homosexuel, mais derrière cette image du gay ou de la lesbienne il y a quelqu'un et je trouve à mon sens que certaines personnes oublient cela. 
Je suis gay mais je souhaite être apprécié pour ce que je suis et pas pour mon attirance sexuelle juste parce que c'est cool. 
Aprés l'hosexualite ne doit pas être une honte. Est ce que les hétérosexuels ont honte d'aimer le sexe opposé? je ne pense pas. 
Pour ce qui est des personnes homophobes, c'est quelque chose d'incompréhensible. Ils luttent contre quelque chose qui ne les regardent absolument pas. Le droit de se marier devrait être universel et pour tous. Ca ne changera pas la vie de qui que ce soit. 
Peut être que certaines personnes sont contre l'homosexualité parce qu'ils transpose cela à leur vie et ne retrouvent pas leur valeurs ou leur idéal, ou tout simplement parce qu'ils refoulent leur propre homosexualité parce qu'ils sont effrayé du regard des autres et de leur propre regard. 
J'espere avoir répondu à ta question et vive l'amour pour tous ????

photo de l'auteur gaeyeregard
Gaeyeregard
Homme de 24 ans
Paris

11 remerciements
Modérateur
Citation de Nico95 : l'homosexualité n'a pas toujours été mal vu, dans certain peuples c'était quelque chose qui était accepter et normal, c'était le cas cher les gaulois (et autre peuples celte), et les égyptiens 


Il faut quand même garder une certaine distance critique. C'est vrai qu'on a des témoignages qui suggèrent que les rapports homosexuels n'étaient pas tabous et fréquent chez les celtes. Oui, sauf que la plupart de ces témoignages sont écrits par des grecs et des romains. Or ce sont souvent ces mêmes témoignages qui décrivent les celtes comme des grosses brutasses barbares. D'autre part, quant bien même l'homosexualité ait été tabou à Rome, les auteurs de ces témoignages n'étaient probablement pas nés de la dernière pluie et savaient très bien que les relations sexuelles masculines existaient aussi chez les romains. Ils présentent l'homosexualité comme une singularité celtique qui n'en est pas une. On peut donc interroger l'objectivité et la véracité de leurs propos. On doit aussi remettre en doute leur expérience du terrain. L'auteur connait-il vraiment "les celtes" ou s'est-il juste arrêter grailler sur l'aire d'autoroute de Lugdunum où deux p'tits mecs se bécotaient ? On connait tous un pote qui après avoir passé une semaine dans un pays te raconte que les machins font comme ça parce qu'il a vu une personne le faire. C'est quand même étonnant que Jules César n'en fasse pas une fois mention dans "La guerre des Gaules", alors qu'il a passé quasiment 10 ans à la sillonner en long large et en travers.
Enfin on peut aussi remettre en cause le nombre de sources. Parce que finalement si on regarde bien, il n'y en a pas tant que ça, avec parfois plusieurs décennies/siècles d'écart. 

C'est finalement assez difficile d'affirmer avec certitude l'homosexualité que la pratique homosexuelle était acceptée oklm chez les celtes. 

Ça ne change rien au fait que je ne considère pas non plus que l'homosexualité est une honte. ;-) Évidemment !

photo de l'auteur Avatea
Avatea
Homme de 27 ans
Paris

18 remerciements
Pour prolonger le débat déjà bien lancé, je suggère la lecture d'un essai d'un comparatiste, Dominique Fernandez, qui a étudié l'évolution du statut de l'homosexualité dans les arts en Europe occidentale depuis les récits épiques de l'antiquité jusqu'aux productions filmiques (dont Victor Victoria :) ) de la fin du XXe siècle.

C'est un ouvrage très bien écrit et documenté : ça s'appelle Le Rapt de Ganymède.

L'auteur montre, entre autres, en se fondant sur les textes produits et conservés dans les monastères (pôles du savoir qui allaient bientôt être remplacés par les universités, comme dans Le Nom de la Rose), que les rapports entre individus (au moins le clergé puisque c'est d'eux qu'on tient les manuscrits) du même genre étaient bien plus ambigus que quasi-univoquement hétérosexuels comme est enclins à le déduire suivant l'idée très répandue d'un Moyen-Âge obscurantiste et dominé par le modèle courtois apporté par les troubadours. Bref, il y avait vraisemblablement une certaine tolérance voire licence concernant les rapports homosexuels pendant la période médiévale.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de FawkesIncome : L'homosexualité est-elle une honte ? La question est subjective. Demande à un croyant _quel qu'il soit-, il te dira que oui. Demande à une personne douée d'intelligence et de raison, elle te répondra que non. Au delà de cela, la société en elle-même juge encore très mal l'homosexualité et ne l'acceptera sans doute jamais, du moins pas en tant que simple trait de l'identité individuelle.


Merci de cet éclairage tout en nuances. La vision en noir et blanc c'est un peu dangereux dans un monde où tout est gris...

Pour l'homosexualité, elle était plus ou moins normale à certaines périodes, même si c'est dur de rapprocher les pratiques d'antan à celles d'aujourd'hui. Dans la Grèce antique, les vieux apprenaient aux jeunes. Et, fait assez révélateur, la mythologie Grecque fourmille d'exemple de rapports homosexuels, surtout entre dieux et mortels.
Avec l'ère chrétienne, je suppose qu'apparaît un contrôle des corps beaucoup plus important, les pratiques déviantes (sodomie, homosexualité, masturbation, etc.) étant alors peut-être vues comme une subversion par rapport aux normes établies. Enfin je ne m'y connais pas beaucoup. Mais dire que l'homosexualité a toujours été une honte serait faux.

photo de l'auteur gaeyeregard
Gaeyeregard
Homme de 24 ans
Paris

11 remerciements
Modérateur
Citation de Avatea : [...] 


En effet, il y a beaucoup à chercher sur les réactions faces aux sexualités "non conventionnels". Comme je le laissais entendre dans mon post précédents, les lettrés dont nous tirons la quasi totalité de nos sources appartenaient à l'élite intellectuelle. Ils avaient donc certainement une connaissance du fait homosexuel. L'Eglise avait un comportement schizophrène puisque tout en condamnant fermement toutes déviance, elle menait réflexions très poussées pour comprendre le monde et en organiser le contrôle. On retrouve d'ailleurs cela avec les sciences. Le procès de Galilée à la Renaissance montre bien à quel point les juges étaient des personnes qualifiées en astronomie et l'intérêt curieux qu'ils ont porté aux théories de Galilée avant que le politique ne rattrape  la science et qu'ils ne le condamnent à renier. Sauf que voilà, on ne peut pas mettre sur le même plan une frange intellectuelle de l'élite médiévale et le contrôle des populations exercé par cette même élite. 
L'essai dont tu parles s'appuie sur les travaux de John Boswell qui a créé le département d'études LGBT à Yale. J'aimerais bien lire ce qu'il a écrit mais il faut quand même savoir qu'il est pas mal critiqué. Le profil de Boswell est déjà problématique. Il était converti au catholicisme, croyant fervent pratiquant et gay. On lui reproche notamment d'avoir biaisé sa recherche et d'en avoir extrapolé des conclusions pour réconcilier sa foi et sa sexualité. 

photo de l'auteur WeDoNotSow
WeDoNotSow
Homme de 26 ans
Nantes

4 remerciements
Oui, l'homosexualiter est une honte. C'est une GROSSE onte!
L'homosexualiter est mâle vu, parce quelle et anormal, contre nature et c'est un pêcher. Dieu a créer Adam et Eve, et non pas Adam et Steve, ou Myriam et Eve. Dieu est en colle air!


Maintenant c'est un débat...

photo de l'auteur lulul
Lulul
Homme de 26 ans
Limoges

4 remerciements
L'hétérosexualité est-elle une honte ? 

photo de l'auteur Kattarsis
Kattarsis
Homme de 29 ans
Strasbourg

66 remerciements
Avoir honte d'être homo ? Pourquoi donc, en quoi ça pourrait être une honte ? Tout comme ce n'est pas une fierté non plus me concernant. 

Je suis né comme ça, ça ne fait de mal à personne,je en vois pas pourquoi je devrais culpabiliser d'être homosexuel...

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
J'ai bien aimé le terme d'OPA hostile mdr.

Les peuples "premier" avaient plutot tendence à intégrer l'homosexualité en tant que composante marginale de la sexualité reproductrice et filiatrice, et ne présentant d'intéret que dans l'identification des masculinités, l'homme mature chasseur ou paysan et guerrier, et les féminités, les autres, y compris les jeunes et esclaves.
En principe la masculinité était intrusive, je ne vous apprendrai rien.

L'interet pour l'homosexualité semble être né au proche orient avec la séparation des hommes et des femmes pour mieux controler les filiations, créant des frustrations favorables à l'homosexualité. Et donc nécessité de la rendre suffisamment tabou pour controler les moeurs dans leur ensemble. La notion de masculinité était incluse.

Par la suite ce sont les religions monothéistes qui ont embarqué et largement diffusé ces coutumes, voire les ont amplifié en réaction aux moeurs plus libérales des élites de l'antiquité mèditéranéenne. C'est devenu un "péché"...

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
L'homosexualité ne devient une honte que par le biais de nos constructions mentales. Quelles que soient par ailleurs les influences sociétales ayant présidées à ces constructions, en tous lieux et tous temps.

L'homosexualité a souvent été mal vue, tout particulièrement l'homosexualité exclusive, parce qu'elle remettait en question les comportements et les rôles associés à la binarité de genre, dont la raison d'être était une optimisation de la survie en milieux hostiles.

Pour aller plus loin sur la première question :

Dès qu'il y a comparaison entre ce qui est et ce qui devrait être ET identification à l'un et intériorisation de l'autre, alors il y a exposition à la honte.

Donc, pour éviter de ressentir la honte, il faut soit considérer que la comparaison entre l'"être" et le "devrait être" n'est pas pertinente dans le cas de l'homosexualité et faire preuve ainsi d'une grande indépendance intellectuelle et donc émotionnelle; soit intégrer la particularité, ici l'homosexualité, à "ce qui devrait être", c'est-à-dire en normalisant l'homosexualité, au moins dans notre système de croyance. Soit, ne pas s'identifier à l'homosexualité, c'est-à-dire ne pas en faire une identité, puisque l'on est vulnérable que par le jeu des identifications et des intériorisations. Soit enfin en n'intériorisant pas "ce qui devrait être", mais dans ce cas, on a des tendances sociopathes ;-)

PS : comme depuis l'enfance on nous conditionne pour qu'il y ait une relation d'équivalence entre être accepté, aimé et être conforme à ce que l'on doit être, le jugement des homophobes tient nombre d'entre nous par ce biais affectif. Si l'on comprend que l'on peut dissocier l'acceptation de soi et la conformité à ce qui doit être, alors personne ne peut nous tenir par ce chantage affectif qui prend racine dans notre subconscient.

photo de l'auteur veluma
Veluma
Femme de 43 ans
Grenoble, Isère, France

9 remerciements
Citation de WeDoNotSow : Oui, l'homosexualiter est une honte. C'est une GROSSE onte! L'homosexualiter est mâle vu, parce quelle et anormal, contre nature et c'est un pêcher. Dieu a créer Adam et Eve, et non pas Adam et Steve, ou Myriam et Eve. Dieu est en colle air! Maintenant c'est un débat...


Oui mais bon d'après les cathos, les homos qui pratiquent iront en enfer :)
et puis faut baiser que pour faire des enfants! alors pas de sodomie chez les hétéros, pas de pilules et pas trop de plaisir non plus c'est un acte de procréation seulement hein!

une potes a moi pensait que Jesus était en fait Bisexuels :) mais que cela fait parti des choses caché de l’église cathos.

L'homosexualité, la bisexualité, la sexualité, le manque de sexualité... n'est pas une honte :)
Peace and Love <3

photo de l'auteur Ovniscient
Ovniscient
Homme de 22 ans
Douai

4 remerciements
La honte c'est une émotion engendrée uniquement par le regard des autres. Si vous observez des gens à leur insue, étant cachés, vous n'avez pas honte. Mais si quelqu'un vous voit, là, vous vous sentirez honteux. 

On ne peut pas dire qu'une chose soit honteuse, puisque la honte elle est uniquement dans notre tête. C'est en quelque sorte la peur du jugement des autres. Si on a pas peur de ce que les autres pensent de nous-même => pas de honte.

photo de l'auteur thibositive
Thibositive
Homme de 19 ans
Montpellier

1 remerciement
Bon je vais essayer de faire court ;) 

  On peut remarquer que toutes les société ont été construite dans la religion et on s’aperçoit que la religion ne s'est détachée que très récemment dans l'Histoire donc il reste des idées religieuses sur le sujet de l'homosexualité donc c'est une honte pour les personnes religieuses qui ne cherche pas à l'expliquer mais qui préfère suivre un opinion déjà défini et qui se base sur la procréation mais pas sur les sentiments, parce qu'une relation homosexuelle ou hétérosexuelle elle ne se base pas que sur le sexe, on est d'accord là dessus ?!? sinon dans ce cas là c'est une honte de ne pas être fertile bref ce n'est pas une honte en elle même ;) c'est la façon dont les gens l’aperçoit
   On s’aperçoit de plus avec du recul et de la réflexion que l'homosexualité est omniprésente dans la nature et que l'on retrouve même des animaux homosexuels qui ne recherchent que des congénères du même sexe pour des relatiosn sexuelles voire même des animaux du même sexe qui restent ensemble dans des relations de longues durées et on ne va pas dire que c'est manipulé par l'Homme on le retrouve dans la nature ! Et que donc ce n'est pas une honte dans le sens ou c'est NATUREL (et dire que les gens étaient plus tolérant plusieurs millénaires avant ... pendant l'Antiquité ...)

Je terminerai par une citation que je trouve tout à fait juste: "l'homosexualité est présente dans de nombreuses espèces mais l'homophobie que dans une seule" peace: 

photo de l'auteur gaeyeregard
Gaeyeregard
Homme de 24 ans
Paris

11 remerciements
Modérateur
On s'accorde tous pour dire que la "honte homosexuelle" est une construction sociale. Mais s'il vous plait, arrêtons de dire que les sociétés antiques ou médiévales étaient plus tolérantes parce que ce n'est pas vrai. Elles avaient juste une construction sociale de la domination différente mais n'en demeuraient pas moins : violentes, asservissantes, virilistes, misogynes, esclavagistes-sexuelles (enfin esclavagiste tout court même) etc. On fait mieux en matière de tolérance. 

Finalement cette distinction Actif/Passif existe toujours aujourd'hui. L'homosexualité active est toujours beaucoup mieux tolérée que la passive, qu'on renvoie à l'acte de soumission, à la féminité, autrement dit à la folle.  Et je suis bien certain que s'il existe de sacrées rumeurs concernant un homme politique de la droite catholique traditionnelle très médiatisé, quant à ses petits plaisirs intimes, je suis convaincu qu'il ne se place pas autrement que dans la situation dominatrice, et toujours dans l'ombre de son vrai lit conjugal. (Je peux me tromper mais dans ce cas je n'y comprendrais plus rien.). Si je me permet ce petit tacle cynique c'est aussi pour montrer qu'on peut clamer que l'homosexualité assumée est une honte sur la place publique tout en la pratiquant allègrement dans son coin. Ce n'est pas un cas de conscience unique en son genre, c'est même assez fréquent. 

On voit donc clairement l'intérêt objectif qu'on les LGBT de travailler de concert avec les féministes pour bousculer les représentations sociales. 

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit