Problèmes avec mon genre

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonjour!
Je suis une personne assignée fille à la naissance; en gros, le médecin a vu une vulve, il a dit "C'est une fille!" à mes
parents, et ces derniers ont choisi de me donner un prénom féminin plutôt que masculin.
Sauf qu'on ne m'a jamais demandé mon avis. Toute mon enfance, je me suis éperdument foutu de savoir si j'étais une fille ou
un garçon. J'avais les cheveux courts parce que c'était plus pratique,
je portais des jupes parce que je trouvais ça joli, je crapahutais dans
les arbres et construisais des cabanes, je jouais à la poupée avec ma
soeur. Je ne corrigeait pas les gens lorsqu'on me disait "Oh, il est
mignon...".
Puis, bonjour l'adolescence. J'ai laissé pousser mes cheveux. J'ai commencé à avoir des poils, des seins. Mes règles sont
arrivée. Je voulais avoir un petit copain. Je voulais que mes seins
poussent plus vite, je voulais être sexy, je m'épilais, j'entrais dans
la séduction avec les garçons. J'avais 13-14 ans. Aujourd'hui encore, je
ne sais pas si c'était des envies que j'avais moi ou si je voulais
tellement faire comme les autres que tout ça s'est ancré en moi.
Ce qui est sûr, c'est que ça a été la période de ma vie où j'ai été la plus malheureuse.
J'ai eu un "copain", une histoire compliquée qui s'est très mal fini: il
m'aimait beaucoup trop, il était suicidaire et se raccrochait à moi
comme à une bouée de sauvetage. J'étais en 3e.
J'ai déménagé l'année suivante, pour une raison qui n'avait rien à voir. Je suis entrée au
lycée, et j'ai commencé à m'interroger. J'ai arrêté de m'épiler, parce
que je n'en avait pas envie. J'ai arrêté de porter dans soutient-gorge,
parce que je n'en avait pas besoin. J'ai découvert ce que c'était d'être
amoureuse; j'ai aimé Zélie, j'ai aimé Aurélie, j'ai aimé Marie, j'aime
Manon. Manon est la première avec qui cela s'est concrétisé.
Tout au long de l'année scolaire, je me suis "masculinisée" de plus en plus.
J'ai laissé tomber slims et jupes parce que c'était inconfortable, j'ai
coupé mes cheveux parce que longs, ça ne m'allait pas, j'ai piqué des
vêtements à mon père.
Je ne m'étais pas senti aussi bien dans ma peau depuis de longues années. Mais je doute encore. Je sais que je ne
suis pas une fille. Mais je ne me sens pas garçon non plus. Je me place
dans une sorte androgynie mentale, j'ai lu qu'on appelait ça être
agenre. Cet état me convient dans le sens où c'est moi , où c'est ce que
je suis, c'est ce à quoi je m'identifie. Je pense qu'on peut me
considérer comme transgenre, vu que mon genre ne correspond pas à celui
qu'on m'a attribué à la naissance.
Sauf que j'aimerais que mon apparence reflète mon identité mentale. J'ai la chance de ne pas avoir
la taille très marquée, peu de hanches et peu de poitrine, je fais du
sport pour être plus musclée, je travaille un peu ma voix pour la rendre
plus grave.
A la caisse des supermarchés, on me donne parfois du "mademoiselle", parfois du "jeune homme", et ça me convient.
Mais je ne me sens ni l'un ni l'autre, et j'ai peur. En ce moment, ma
poitrine recommence à pousser, j'ai peur qu'elle devienne trop
importante pour la cacher, je supporte de moins en moins d'avoir mes
règles, je déteste quand je dis "je m'en bats les couilles" et que mes
amis me répondent " mais t'es une fille", je déteste quand la psy que
j'ai vue me dit que je dois "apprivoiser mon corps de jeune femme et
bien vivre ma vie d'adolescen-TEUH" alors que je lui ai dit que je ne me
sens ni fille ni garçon.
Je souffre de ne pas avoir d'alternative à "il" ou "elle"; j'aimerais tellement qu'il existe un pronom et des
accords neutres! Dans tout le message, je me suis genrée au féminin,
parce que c'était plus simple, mais je souffre de ne même pas avoir de
mots pour exprimer ce que je suis dans mon langage de tous les jours.
Je ne sais pas quoi faire, je ne supporte plus qu'on me dise "elle", mais
je ne sais pas si c'est parce que je me sens plus garçon ou si c'est
juste qu'on m'a genré comme ça pendant plus de 15 ans alors que ça ne me
correspondait pas.
Désolée pour ce message un peu long, merci d'avance.


photo de l'auteur Osanagokoro
Osanagokoro
Homme de 22 ans
Paris

7 remerciements
Bonsoir

Tout d'abord, je tiens à te rassurer : tu n'es pas seul(e) à avoir le sentiment de ne pouvoir être rangé(e) ni dans la case "homme" ni dans la case "femme".
Si ça peut t'intéresser, il y avait ce sujet qui avait été posté il n'y a pas si longtemps

http://betolerant.fr/forum/8366/une-visibilite-pour-les-genderqueer

J'espère avoir pu t'aider un peu :)

photo de l'auteur Mardarar
Mardarar
Homme de 19 ans
Pontarlier

1 remerciement
Tu as tous le temps pour être sûr(e) de l'identité sexuelle que tu veux arborer ou non. Mais c'est important que tu saches que c'est ton choix et qu'il ne doit pas être influencé par tes proches ou ta psy. D'accord, la famille est importante mais apprend aussi à écouter ton corps, ce qui te plaît, ce que tu veux être tout simplement.

Après tout, on a tous une période, que l'on soit gay ou hétéro, où l'on hésite quant à son identité sexuelle. C'est pas grave. C'est tout à fait normal. Je pense qu'il faut que tu prennes le temps de te faire une idée claire de la question, en pensant toutefois que le genre n'est pas une fin, mais aussi en pensant que tu auras tout à fait l'occasion de te faire opérer si tu le souhaites.

Quant à ton dilemme entre le "il" et le "elle", il n'y a pas à s'inquiéter. C'est juste un moyen que les gens utilisent pour "caser", ou pour dénommer tout simplement. Tu sembles jeune alors laisse le temps passer :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Merci^^ Par rapport aux pronoms, j'avais vu des trucs du genre " ille", "iel" ou "ol", mais je me vois pas demander à mes potes de parler de moi avec un de ces pronoms, même s'ils sont au courant de mon genre... Et puis reste le problème des accords...

photo de l'auteur MisterGaby26
MisterGaby26
Non binaire de 20 ans
Bourg De Péage
 Moi je pense que vu ce que tu écris il est fort possible que pour le moment tu sois neutre c'est-à-dire que tu te considères ni fille ni garçons  Ça s'appelle  genderfluid 
 Tu aimes avoir un style androgyne   Tu aimes porter les vêtements de ton père tu aimes avoir une apparence masculine mais tu n'envisages pas de faire un parcours pour changer de sexe   
 Mais Genderfluid  c'est le genre neutre ça fait partie des transgenre  t'es ni Madame t'es ni Monsieur tu est toi 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ton psy à raison, il faut que tu acceptes ton corps de femme. C'est la base pas partir de laquelle tu pourras décider ce qu'il y de mieux pour toi. 

De ce que j'ai compris, tu ne t'estimes ni fille, ni garçon mais tu t'habilles en homme pour ne plus être prise pour une fille et tu aimes une fille qui aime les filles qui font garçon.

Plutôt que de ne vouloir être ni l'un, ni l'autre, pourquoi ne pas chercher à être les deux à la fois?

Essaye de correspondre à quelqu'un d'identifiable sinon, tu risques de couper tout lien social.

photo de l'auteur MisterGaby26
MisterGaby26
Non binaire de 20 ans
Bourg De Péage
Mais n'importe quoi,
 on peut se sentir ni homme ni femme dans sa tête et ça malheureusement on ne décide pas c'est comme ça.
 Il y en a qui naissent filles il y en a qui naissent garçon y en a qui se sentent plus homme Il y en a qui se sont plus femme  il y en a qui se considère ni étant une femme ni étant un homme
  Il y en a qui sont très bien avec leur propre genre c'est la vie c'est comme ça 

 Malheureusement il y a beaucoup de mal-être,  et beaucoup de personnes qui ne comprennent pas que on peut se sentir fluide

photo de l'auteur MargauxLFP
MargauxLFP
Femme de 32 ans
Calais 62100

4 remerciements
+1 Gaby26

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Alors, solution? 
Comment tu gères ton état civil? Comment tu gères ton individualité dans la société? Accepteras-tu l'amour d'un homme hétérosexuel ou d'une femme lesbienne? Comment gères-tu le conflit entre le toi et la représentation de toi?

photo de l'auteur MargauxLFP
MargauxLFP
Femme de 32 ans
Calais 62100

4 remerciements
ben l'état civil c'est déjà la société qui norme tout en binaire, donc le jours ou ils feront évoluer les choses pour avoir un vrai choix, les personnes non binaires auront un poids en moins à gérer.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Difficile de t'aider... peut être pourrais je te conseiller de suivre le chemin de tes pulsions sexuelles peut être que l'attirance physique défini "ton genre" après il reste la question de savoir si tu veux être une fille qui aime les filles avec un look d'homme ou une fille qui aime les fille avec un look de garçon ou encore une fille qui aime les garçons avec un de ces deux look. Commencer par qui t'attire sexuellement et concernant le look/attitude à toi de décider celui qui te donne le plus de plaisir lorsque tu te regardes.    

photo de l'auteur Lodiel
Lodiel
Femme de 30 ans
Île De France, France

4 remerciements
Il y a deux choses : ce que tu es et le genre dans lequel la société te range. 

De manière purement scientifique, tu es une femme XX. Tu es née fille. Tes parents ont fait ce que la plupart des parents font : te donner une éducation jugée "de filles" avec un prénom féminin. C'est un fait, point. On ne peut aller à l'encontre de ce fait. 

Ensuite, il y a ce que tu ressens. Qui a décider que les filles porteraient des filles, aimeraient les garçons, joueraient à la poupée et devraient avoir les cheveux longs en portant des robes ? Ce n'est pas la science. C'est l'évolution d'une société, de mœurs et d'habitude. Il en va de même pour les hommes.  Tu as le droit de te ressentir ni homme, ni femme. Tu as le droit de ne pas vouloir une étiquette collée sur le front qui t'obligerait à avoir une équipe de football préféré et le besoin de te rendre à l’esthéticienne une fois par mois. 

Et puis ce que tu aimes et ce dont tu as envie. Que tu aimes les garçons ou les filles, ce n'est pas ce qui défini ton genre. C'est ce qui défini ta sexualité. La sexualité évolue et change, elle n'est pas forcément définitive. Elle est en fonction de ce que tu éprouves, ressens, à l'égard des autres. 

Tu n'as pas envie d'être classé comme une fille ou comme un garçon. Tu n'as pas envie qu'on puisse deviner par une boule dans ton pantalon si t'es un homme, ou par une forme à ta poitrine si tu es une fille. Et c'est ton droit. Il existe, aujourd'hui, des traitements qui permettent de stopper les règles. Quant à poitrine, il existe aussi des traitements soit pour l'empêcher de grossir davantage : soit pour en retirer. 

Et tu peux choisir, maintenant ou dans le futur, de faire en sorte qu'à part nue, on ne puisse pas savoir de quelle sexe tu es. Toutefois,
Tu ne dois pas te rendre triste ou malade car on devine ton sexe de naissance. Qu'on te donne un mademoiselle ou un jeune homme ne change rien. Comme tu l'as dit, ça te convient. Et c'est une bonne chose. 
Apprends à aimer toutes les facettes de toi, à jouer de ton image, à ne pas vouloir qu'on te définisse. Et à ne pas te sentir malheureux de ne répondre ni à l'un, ni à l'autre d'un genre. Personne n'y répond tout à fait. Il faut juste accepter que les autres ont besoin de nous définir, à un moment donné. A nous mettre à un endroit, parce qu'il est difficile pour une communauté d'évoluer au cas par cas - même si la société essaye de temps à autre de le faire.

Tu es dans une société qui te défini femme et tu te sens ni femme, ni homme, libre d'avoir aimé un homme et plusieurs femmes. Tu sais qui tu es, même si tu crains des changements qui ne te correspondraient pas - tu verras à ce moment-là. - et tu dois lutter dans le regard des autres dont beaucoup chercheront toujours à savoir si tu es un homme ou une femme. Et même si ce regard peut sembler stupide, méchant ou autre ...
C'est surtout leurs éducations, leurs besoins de comprendre, d'identifier l'autre par une apparence, un genre, une sexualité qui les fait agir ainsi. Il faut être indulgent à l'égard des personnes.

Garde en tête que tu dois être heureux. Et que pour être heureux, tant que tu ne fais volontairement de mal à personne, tu as le droit de vivre ta vie comme tu le souhaites et d'être qui tu veux. Personne ne peut t'obliger à te définir par une séquence ADN. Car cette séquence ne défini que tes attributs sexuels, non le comportement qu'une société nous fait croire affilié à notre sexe.

photo de l'auteur MargauxLFP
MargauxLFP
Femme de 32 ans
Calais 62100

4 remerciements
Bien dit Lodiel :)

photo de l'auteur BoumVoyageur
BoumVoyageur
Homme de 41 ans
Bordeaux

8 remerciements

https://www.youtube.com/watch?v=YUloP-7wQYg

photo de l'auteur littlephenix
Littlephenix
Non binaire de 33 ans
Dourdan

6 remerciements
Citation de MargauxLFP : ben l'état civil c'est déjà la société qui norme tout en binaire, donc le jours ou ils feront évoluer les choses pour avoir un vrai choix, les personnes non binaires auront un poids en moins à gérer.


Oui proposition faite lors des élections régionales de neutraliser tous les papiers administratifs. Un jour, ça ne sera plus si important notre sexualité pour évoluer socialement.

Après pour répondre au sujet de base, est ce que c'est si important de te définir à un endroit où un autre, est ce que tu peux pas juste être toi ? (Question que je me pose personnellement déjà).

Ton psy à raison, il faut que tu acceptes ton corps de femme. C'est la base pas partir de laquelle tu pourras décider ce qu'il y de mieux pour toi.

Alerte, "il faut" détecté !

En ce moment je me sens plus cisgenre, mais c'était pas le cas le mois dernier, tu peux te tirer assez facilement de conversations en parlant neutre, par exemple dire "Bonjour" tout court au lieu de dire "bonjour monsieur, madame etc". Et pour éviter de faire les accords tu retournes les phrases:
"je suis fatigué.e" => "La fatigue me gagne"

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour Clarence,

Je pense que a déjà parfaitement accepté ton manque de féminité, et je ne vois pas bien au nom de quel principe on pourrait te reprocher un aspect et un comportement androgyne.
En revanche, à mon sens il serait de bon ton que tu acceptes de ton côté le fait que tu soit physiquement une femme, et qu'il soit donc logique que les gens te considèrent comme telle. On ne peut pas choisir son sexe. C'est comme si moi je vivais dans une tribu africaine dans laquelle je me sentais totalement intégré, et que j'en veuille à tout le monde de ne pas me considérer comme physiquement noir.

photo de l'auteur MisterGaby26
MisterGaby26
Non binaire de 20 ans
Bourg De Péage
Il y a des hommes qui ce sente homme ses cis genre

Il y a des femme qui ce sente femme  ses cis genre

Il y a des hommes qui ce sente femme ses male to femelle 

Il y a dès femme qui ce homme femelle to male 

Il y a dès femme et des homme qui ce considère neutres  transgenre fluide 

Donc si on ce sens neutre je vois pas pourquoi il faudrait que on accepte une part de nous que on veut pas c'est n'importe quoi, ça rime à rien de jouer un rôle que on est pas.

Faut être sois même est arrêté de rentrer dans des cases 

photo de l'auteur littlephenix
Littlephenix
Non binaire de 33 ans
Dourdan

6 remerciements
Citation de Regenesis : à mon sens il serait de bon ton que tu acceptes de ton côté le fait que tu soit physiquement une femme, [...] On ne peut pas choisir son sexe


ça s'appelle des personnes transgenre, yen a même qui vont jusqu'à se faire opérer, donc si on peut choisir son sexe. Ya pas besoin d'accepter des choses qui nous mettent mal. Par contre il faut prendre le temps avant de prendre ce genre de décisions. Pour les AFAB, il y a la possibilité de mettre un binder pour cacher ses seins. Prendre des hormones etc.

photo de l'auteur MisterGaby26
MisterGaby26
Non binaire de 20 ans
Bourg De Péage
Moi je suis Ftm pres T (non hormones) 

Après pour les opérations et les hormones faut être suivi 
Il y a des parcours privé et officiel 

Comme il y a des binder, des backing pour les Ftm 

pour MtF il y a des faux seins, des faut vagin 
C'est juste en attendant les opérations 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je fais partie de ceux qui pensent que s'il est important de croire en ses rêves, il est également important de savoir où sont les limites entre ses désirs et la réalité. Car sinon, un jour ou l'autre, on finit par se prendre le réel en plein dans la figure.
Je pense par exemple à tous ces transgenres qui regrettent amèrement leur chirurgie et qui passent leurs soirées à pleurer, qu'on ne voit jamais sur les plateaux télé mais qu'on voit régulièrement aux urgences et en psychiatrie.
Je pense également à tous ces enfants qui ont souffert d'être élevés dans une "famille" monoparentale ou homoparentale, mais sur lesquels tout le monde ferme systématiquement les yeux.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit