AuroreAm
AuroreAm    femme de 19 ans de Chambéry |   il y a 1 an

Être Bi, comment le vivez vous ?

Exprimez tout ce que vous ressentez par rapport à votre bisexualité. 
Le regard négatif de certaines personnes vous atteint il?
Qu'est ce que vous aimeriez dire à ce sujet ?
Des conseils, des questions, des inquiétudes  ?Tout !
C'est ici que vous pouvez vous exprimer !

Robot
Compte supprimé |   il y a 1 an
Merci adorable AuroreAm : en fait c'est pas compliqué, lorsque j'ai compris ma bisexualité il y a trois ans et demi, ça m'as perturbé. Je l'ai compris involontairement grâce à mon meilleur ami et je lui ai dis : il m'as rejeté. Tant pis : j'ai changé de meilleur ami qui lui s'en fout. Et mes vieux : ils ont d'autres problèmes, ça leur passe au dessus de la tête. Et c'est encore plus le cas depuis que mon frère à fait son coming-out trans : là, ils digèrent pas. Donc du coup : ma bisexualité, vraiment ils s'en foutent.
Cela peut paraitre déstabilisant et les bisexuel(le)s sont encore une fois assez marginalisés, on est un peu coincé : difficile de fréquenter un homo parce qu'il peut être jaloux que vous aimez aussi les filles (ça m'est arrivé) et les hétéros ne sont pas forcément ouverts. Le meilleur moyen est de fréquenter des personnes bisexuelles. Ma meilleur amie est bisexuelle tout comme deux de mes amies. Et comprendre ma bisexualité m'as aidé à m'intéresser aux problèmes des LGBT, à la suite d'une affaire qui m'as touché : je me suis mis à soutenir fortement les droits des LGBT (qui sont donc aussi les miens) depuis deux ans et demi. 
Mais je vis bien avec tous les jours et être bisexuel (le seul dans ce cas dans ma famille, comme beaucoup de choses) me permet aussi de confirmer mon image singulière que j'ai auprès des autres.
Estwy
Estwy    femme de 19 ans de Toulon |   il y a 1 an
Alors pour ma part, ça fait un peu plus d'un an que j'ai découvert ma bisexualité et au début, psychologiquement, j'ai eu du mal.
Au fond de moi, je me refusais de l'être et de me qualifier ainsi mais avec le temps, je l'ai finalement accepté. Aujourd'hui je l'ai seulement dit à quelques amis proches, en qui j'ai pleinement confiance. Leur réaction a été très positive et m'a vraiment soulagé.
Quant à l'annoncer à mes parents, je n'ose même pas y penser. Famille homophobe. Pas besoin d'en dire plus.
Sinon, personnellement, je le vis plutôt bien : Avoir champ libre sur l'ensemble des filles ET des gars, c'est franchement pas mal. Pourquoi s'arrêter à un seul genre ? 
Je pense pas que je sois vraiment dans le sujet mais c'est bien la première fois que je m'exprime librement sur ce sujet et à propos de moi o:
Personnality
Personnality    femme de 20 ans de Carpentras |   il y a 1 an
Estwy je suis dans le même cas que toi , ça va faire à peu près 2 ans que je m'accepte en tant que bi (lesbienne peut être? )
Je vis dans une famille chrétienne ... Et ce n'est pas trop dans les normes d'aimer une personne du même sex ^^" ma famille n'est pas "homophobe" mais ne le tolere pas au seint meme la famille ... J'ai était éduqué comme ça , quand j'ai appris que ma soeur était lesbienne elle me dégoutait (je suis horrible) et puis ... La première qui m'est attiré est ma prof de math ^^ ...alors que j'aimais une fille m'a mère me répétait "on compte sur toi pour les petits enfants par ce que ta soeur ..." ça fait vraiment mal ... Elle me disais " je tolere qu'elle soit lesbienne mais je ne l'accepte pas" ou un truc du genre ... Je voulais que ma soeur soit heureuse du coup je me forcais a etre attiré par les mecs...Je crois que je ne pourrais jamais leur dire ... J'ai trop peur ... Et ça fait mal de se dire que certaine personne ne te verrai plu pareille par ce que tu fais parti de ceux qui ne regarde pas que le sex de la personne mais ce qu'elle a à l'intérieur !!! Son état d'esprit , ses sourires , son regard , son humour etc...  Mais si non, je ne me sens pas dans l'obligation de leur en parler tant que je n'ai pas de relation sérieuse alors je le vis bien actuellement  
Robot
Compte supprimé |   il y a 1 an
J'ai eu des expériences avec des mecs avant d'en avoir avec des filles, mais c'était un peu en mode "jeux d'enfants"

Je l'assume plus ou moins depuis quelques mois, c'est encore un truc qu'il ne faut pas crier sous tous les toits j'ai l'impression.

En tous cas, j'aimerais beaucoup que la femme qui partagera ma vie soit bi également, et qu'elle aura envie de tous partager avec moi, y compris des rencontres d'un soir.
Robot
Compte supprimé |   il y a 1 an
Je viens d'une famille catholique traditionnelle, comme vous. J'ai reçu l'éducation qui va avec. Je vais vous épargner leur vision de la bisexualité.... 
Un an après avoir pris conscience de ma bisexualité, j'ai encore du mal à m'assumer, encore moins à m'accepter. 
J'ai longtemps refoulé les sentiments que je pouvais éprouver pour les filles, les enterrer. Pour garder le minimum de fierté que ma famille a pour moi. Faut dire que je suis déjà la bête noire... 
Bref, j'espère pouvoir y arriver un jour. En tout cas, j'essaie.
 J'imagine que c'est déjà un pas de fait, de vous l'écrire. 
Robot
Compte supprimé |   il y a 1 an
Me concernant, je n'ai pas vraiment grand chose à dire sur ça. Je le vis normalement, en fait je ne vois pas en quoi ça regarde les gens à la base. Je ne ressens pas le besoin de le crier sur les toits ni d'en parler pour me sentir mieux car je vais déjà très bien.
Le jour ou je l'ai réalisé, pendant une certaine durée je me suis senti relativement bizarre. Je voulais absolument (allons savoir pourquoi) me mettre dans une catégorie, soit Gay, soit Hétéro, comme si il n'y avait pas entre les 2. Peut être car je ne voulais pas me considérer comme un gay refoulé ? Suite à ça j'ai rapidement accepté de l'être, je pense que les recherches sur internet m'ont quand même aidées.
Certains amis curieux sont au courant, d'autres non, ma famille n'est pas au courant et ça ne les regardera vraiment que quand j'amènerai un homme les voir et ils n'auront d'autres choix que de l'accepter.
La seule chose que je trouve particulièrement agaçante sont les clichés concernant les bi du genre "Un bi est libertin" "Un bi peut quitter une femme pour un homme, ça dépens de ses envies du moment" "pour un bi, les mecs c'est pour le cul, les filles pour le cœur"
Je trouve ça faux au possible (en tout cas dans mon cas) et pour ceux qui se poseraient encore des questions, si un mec aime autant les brunes que les blondes, est ce pour autant qu'il quitterai sa brune pour se mettre avec une blonde car "ça dépens de ses envies du moment" ? bah non car quand on aime, ce genre de choses ne rentrent pas en ligne de mire.
Sevensins
Sevensins    homme de 28 ans de Antibes |   il y a 1 an
Pour rebondir au témoignage d'EnzoN, il y a en effet des stéréotypes sur les bi, mais de ce que j'en ai vu et entendu c'est plus des on-dit que quelque chose que les gens pensent vraiment.
Enfin, "les gens", c'est vague, et mon entourage n'est bien sûr pas forcément représentatif.

Pour ma part, n'étant pas vraiment bi (la proportion de femme qui me plaisent étant, no offense, ridicule par rapport à celle des hommes), je peux tout de même donner un point de réflexion sur ce que c'est de sortir avec un bi lorsqu'on ne l'est pas soi même.

Bien que l'on sache que l'autre se plait dans la relation, et qu'il nous ait dit qu'il n'a pas besoin d'autre chose, il y a une difficulté qui aurait pu s'avérer problématique si cela avait perduré : le fait qu'il persiste à maintenir cette "image d'hétéro".

Comprenez-moi bien, je ne propose absolument pas une sorte de "coming out obligatoire" ou une divulgation publique sur les toits de Paris. Mais, et ça ne se généralise peut-être pas, dans notre cas il était difficile pour lui d'afficher notre relation, même après deux ans et demi, du fait que toutes nos connaissances professionnelles, tous ses amis, toute sa famille, l'avaient connu avec une femme pendant 7 ans auparavant.

En résumé, bien que je comprenne bien la difficulté qu'il peut y avoir à faire comprendre votre bisexualité à vos proches, et la facilité que représente la philosophie du "après tout, ils n'ont pas à le savoir", si vous vous reconnaissez dans cette situation pensez à votre ami(e) et à ce qu'il ressent du fait de ne pas exister pour tous les gens qui vous entourent.
Robot
Compte supprimé |   il y a 1 an
Personnellement, je ne l'ai jamais vécu comme un mal, ou comme un bien.seulement comme un fait, comme le fait que je suis blonde, ou que j'ai 10 doigts.
Je pense que c'est une forme d'état d'esprit, quant à mon entourage, ma famille en particulier, je n'ai jamais ( et probablement n'aurais jamais ) besoin de le leurs dire, par ce que la différence les dépasses et ceux malgré le fait que ma mère m'est dit << Non mais entre toi et ton frère, sa me choquerai moine que sa soit la lesbienne>>.
Le reste, j'ai jamais eu vraiment de problèmes avec ma bisexualité, j'ai seulement eu des questions, que j'ai trouver comme assez intéressante du style <<-Tes bi, mais tu préfères les filles ou les mecs ? >> *rire*, je crois que les gens ne se rendes pas comptes à quelle point ils peuvent être drôle. Je ne suis pas bi par j'ai choisis "d'aimer" les deux sexes, non au contraire je suis bi par ce que c'est une absence de choix entre les deux, j'aime les filles par ce qu'elles ont se que les hommes n'ont et vice versa.
Pour finir, j'ai eu le droit à cette conversation avec un ami :
<<-Ah mais moi, les gays et les lesbiennes, je trouve sa normal, mais bi, c'est bizarre .
-Pourquoi ??
-Bah chepa, sa fait personne indécise, ou qui veut se taper tout se qu'il bouge , ou qui assume pas.
_Donc, selon ton résonnement, si j'aime les frites et les pattes, je suis indécise et j'assume pas ?
-C'est pas pareil !
-Et pourtant si, j'ai pas choisis d'aimer les frites et les pattes, alors même que j'aurai préférer aimer la salade par ce que c'est mieux pour ligne, non j'ai pas choisis d'aimer les deux sexes, alors que aimer juste un est normal.
-Ah oui...désolé.
-Pas grave, juste sil te plait, réfléchis deux minutes à plus loin que ton nez,.....>>

Voili, voulà mon témoinage sur la Bisexualité.
Robot
Compte supprimé |   il y a 1 an
Et c'est un super témoignage, je m'y retrouve complétement et j'adore tes métaphores^^
Robot
Compte supprimé |   il y a 1 an
Hahaha ba merci je suis heureuse que tu trouves sa intéressant
Kris47
Kris47    homme de 36 ans de AGEN |   il y a 1 an
Moi je le vis plutôt très bien même si mon entourage n'est pas au courant.
Après tout, ma sexualité et mes préférences ne concernent que moi et je n'ai de compte à rendre à personne, surtout à l'heure actuelle où la critique est facile...
J'aime autant les filles que les gars et ce n'est pas uniquement sur le plan sexuel comme beaucoup pourrait le penser.
J'aime les filles et les gars pour ce qu'ils sont, ce qu'ils dégagent, ce qu'ils ont de commun ou de différent avec moi.
Je peux tomber aussi bien sous le charme d'une demoiselle que d'un charmant jeune homme...Bref chez moi ça ne s'explique pas, c'est comme ça, j'aime les 2 genres
Robot
Compte supprimé |   il y a 1 an
Je l'ai toujours bien vécue ! Ça a été une révélation pour moi quand je m'en suis rendue compte. Par contre ce n'est pas toujours facile a avouer aux gens. Il faut le dire à certaines personnes mais pas à d'autres. Personnellement ce n'est pas une honte mais plutôt une protection, car on ne sait jamais comment les autres peuvent réagir.
Robot
Compte supprimé |   il y a 1 an
Je suis content d'aimer ce que j'aime, et j'aime pratiquement tout sur cette planète peu importe le domaine.
Avant je n'aimais pas les hommes ni le fromage, maintenant si. 
J'aimerais aimer les endives et la choucroute , mais ce n'est pas le cas =( , peut-être un jour ?

Comment je vis d'être bi ? Hé bien comme toute les choses que j'aime, je le vis bien ^^
Roxus
Roxus    homme de 19 ans de Nice |   il y a 1 an
Bonjour à tous ! 
Alors perso j'ai toujours su que j'étais bi, ou du moins j'ai toujours senti que j'étais différent,  depuis que j'avais 6 ans
Ça ne m'a pas empêché de me sentir super mal dans ma peau jusqu'en seconde ou je me cachais pas mal du regard de ma famille et des autres 
Ensuite, les circonstances ont fait que mon meilleur ami est gay et m'a pas mal aidé à m'assumer et supprimer des complexes physiques que j'avais avant 
Maintenant je suis à la fac, mes amies savent que je suis bi, et elles le prennent super bien ! D'ailleurs elles adorent me demander comment se passent certains trucs  (Vous savez de quoi je parle non ? )), si y'a des mecs que je trouve super beau etc ... 
Après ma bise.xualite je la vois comme une très grande ouverture. Mon coeur pourrait chavirer pour un homme comme pour une femme, c'est assez cool ! 
Si des gens qui se sentent mal par rapport à leur orientation peuvent me demander conseil, je répondrai avec plaisir ! 
Astarothius86
Astarothius86    homme de 26 ans de POITIERS |   il y a 1 an
Perso je le vis très bien.

Vu que je ne le suis pas vraiment MDRRR

Voilà, c'était la minute troll
Ju19520
Ju19520    homme de 24 ans de Brive |   il y a 1 an
Alors j'ai mis beaucoup de temps à m'en rendre compte, au début je prenais ça pour de la curiosité, avant de réaliser que OUI les mecs m'attiraient tout autant que les filles, même si à ce jour je ne suis pas encore sorti avec un mec.

Et quant à mon entourage, seule une amie (en qui j'ai vraiment confiance) est au courant
Manoemane
Manoemane    femme de 26 ans de PAU |   il y a 1 an
Personnellement, je l'ai toujours su et jamais caché. Avec ma famille, c'était relativement bizarre.

D'un côté, mes parents se sont toujours déclarés comme totalement ouverts, zéro problème avec l'homosexualité, non vraiment, c'est cool tout ça. De l'autre, "quand même, la bisexualité ça n'existe pas. C'est tout l'un ou tout l'autre et toi, ma fille, tu m'as surtout l'air confuse. Non parce que t'as jamais ramené de fille à la maison." (J'ai jamais ramené de garçon non plus, m'enfin.)

Puis maintenant, je leur ai ramené ma copine et ils sont soigneusement silencieux sur le sujet. On vis ensemble, depuis presque deux ans, officielles depuis un peu plus d'un mois. L'avantage d'être en couple, c'est qu'en ce qui me concerne j'ai vachement moins besoin d'être reconnue par mes parents. Ce qui ne veut pas dire tant que ça. J'ai vraiment envie qu'ils m'acceptent. Mais c'est plus facile de rentrer à la maison vers quelqu'un qui estime que la personne qui me connait le mieux, c'est moi.

J'apprends, petit à petit, à n'en avoir rien à cirer de ce qu'ils pensent. A accepter le fait que je n'existe pas pour les autres, ni pour rentrer dans des cases qui font bien.

J'ai envie de dire, c'est tout un travail l'indifférence.
Robot
Compte supprimé |   il y a 1 an
Bisexuelle depuis mars 2012. Le jour-là, je me suis rendue compte que j'étais trop "proche" d'une fille. On était pareilles (nées le même jour, opérées des amygdales la même date de la même année, redoublement de la même classe etc etc). Je lui ai dit que j'avais flashé sur elle et elle est devenue blanche, elle m'a plus jamais parlé. Arrivée au lycée, en seconde même pas en rêve j'en ai parlé aha x) en plus c'est un lycée...divers. Donc bon, faut marcher sur des oeufs avec tout le monde quoi. 
En première ben... Je sais pas trop. Je suis enfin arrivée en L avec des gens "comme moi" avec les mêmes centres d'intérêt. J'étais à l'aise alors j'en ai parlé à quelques uns. A l'heure actuelle, je dessine énormément de visages féminins et quand j'en réussi un, le seul gay de la classe me lance : "t'imagines si tu trouves une fille comme ça en fac ? T'as tout gagné !" et je lui ai répondu "si seulement" parce que voilà, je suis quelqu'un de froid et distant et à moins de bien me connaître, je ne donne pas envie aux gens de s'approcher de moi. Alors comment savoir s'il y a des filles dans mon cas au lycée ? 
Par ailleurs, ma tante a été la première à l'apprendre, puis ma mère y'a un an environ. Elles ont très bien réagi. Ma mère ne cesse de me dire que si un jour elle divorce elle se mettra avec une femme, donc tout va bien x) elle a tout de même des problèmes de santé (épilepsie) donc de grosses pertes de mémoire. Du coup, je ne serai pas étonnée qu'elle ait oublié que je suis bi. 
N'ayant aucune fille en vue, j'attends.  Y'a que ça à faire ^^ j'attends la fac, je veux aller en arts du spectacle donc avec de la chance
Niveau réaction de mes ami(e)s, j'en ai peu déjà x) mais je peux en parler librement avec une fille, celle avec qui je traîne le plus. Je pense qu'elle était même pas au courant mais je lui parle tellement de tout que j'ai dû passer sur le sujet sans faire exprès x) une autre fille, en art pla facultatif, on parlait avec une fille d'une autre filière et j'ai dit "ah, je suis bi au fait" et j'étais persuadée que mon amie était au courant mais nop x)
Conclusion : je me cherche encore vue que je n'ai eu qu'une copine et à distance. Mais en tous cas les filles m'attirent autant que les garçons. Etant asexuelle, ce sont vraiment les sentiments qui priment, le reste ne m'intéresse pas. Trouver des gens qui ont les mêmes attentes en 2016, c'est compliqué :/...
Robot
Compte supprimé |   il y a 1 an
A qui le dis tu Draww

Pour la demoiselle de Pau du dessus, Manoemane, et bien déjà bienvenu sur betolérant

Ensuite, ne te braques pas comme ça avec ta famille, l’indifférence ne mène à rien et tes parents sont eux aussi passés par les mêmes étapes dans leurs vie. Je pense que c'est juste un soucis de communication de part et d'autres