comment dire a ses proche

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

salut, salut
je ne sais pas trop mais pour moi c'est venu naturellement quand j'ai présenté a mes parents des garcons.  


photo de l'auteur Belveline
Belveline
Homme de 31 ans
Rennes

7 remerciements
Ca montre que tes parents t'ont inculqué une grande ouverture d'esprit pour que ça paraisse aussi "normal".
Chapeau à eux (et à toi).

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Moi avec le recul je me dis que j'aurais plutôt du laisser une lettre avant de partir en voyage rando à pied en Ouzbekistan pendant un mois sans téléphone...  x) Histoire de dédramatiser la situation... Ou peut être à Gaza ? x)
Je le met sur le ton de la plaisanterie, mais c'est vrai que la lettre ne me paraît pas une mauvaise solution...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
bé, mdr c'est normal ^^
tout le monde devrais être comme cela, homosexualité est normal dans ma famille et toute ma famille.
après j'ai eu peur mais c'est passé tranquille ^^
il ne faut pas avoir peur, meme si les parents sont contre cette idée, cependant ils peuvent changé.
exemple : j'ai un frère qui et complétement fermé d'esprit, je lui est dit et dieux seul le sais que j'été vraiment angoissé lorsque je lui est dit. et bien il as dit je ne te comprend pas, mais je t'aime donc je m'en fichtre ^^ .
donc il faut le dire, et ne pas ce sentir  gêné, CE N'EST PAS UNE MALADIT ^^
après je trouve le fait de le dire, fait passé pour une maladie c'est pour cela que je ne l'ais jamais dit a mes parents et c'est eu qui l'ont deviné  

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
Je leur ai dit quand j'avais 17/18 ans pendant une conversation un peu houleuse. C'était pas une bonne idée. Il vaut mieux faire son coming out  pendant un moment calme, quand c'est possible.
Du coup, même des années après, ça coince encore. C'est de ma faute. Comme on était en train de s'engueuler (à propos d'autre chose d'ailleurs), j'ai lâché le morceau. Il y a eut une incompréhension, et du coup je me suis moi aussi braqué. Je ne leur en ai plus parlé pendant des année, et j'ai systématiquement gardé pour moi tout ce qui concernait ma vie privée. J'ai installé un tabou sur ma vie amoureuse, et il l'ont (malheureusement?) respecté.

J'en reparle depuis quelques temps (environ un an) à ma mère, mais ce n'est pas évident parce qu'il y a beaucoup de non-dit, justement parce qu'il n'y avait jamais eut d'explication franche à ce sujet. Comme elle fait partie d'une génération old-school (70 ans et une éducation catho-tradi) Je suis obligé de remettre certaines choses à plat.
- Non, je ne me suis pas "fait" comme ça. Je suis comme ça, un point c'est tout. Ça n'a jamais été un choix de ma part. Je n'ai pas choisi de me faire discriminer et moquer entre autre.
- Non, je n'essaye pas les filles. A mon age je sais parfaitement que ce n'est pas une lubie, je sais ce qui m'attire.
- Non, tu n'aura pas de petits enfants venants de moi. Sauf si j'en achète un, ou que j'en vole un dans une maternité.
Etc, ...
Il faut donc que je reprenne son éducation depuis le début.

Quant à mon père, c'est même pas la peine d'évoquer le sujet. Il n'y a pas de rejet, mais il est tellement gêné par la question que je pense qu'il ne veut absolument pas être impliqué.

J'ai quand même un avantage. J'ai deux tantes très cool. Elle sont proches de couples homo et donc elle font un peu le travail d'intermédiaire avec mes parents. 

photo de l'auteur Maprep
Maprep
Non binaire de 21 ans
Caen

2 remerciements
Mon téléphone s'en est chargé :D
pour mon pere je lui ai simplement donne le prénom de mon coup de coeur (c'est pas une chose à faire il n'a pas du tout apprécié mais c'était tellement marrant sa tête xD (ui il est "légèrement" homophobe sur les bords :)))

photo de l'auteur Patty
Patty
Homme de 22 ans
Paris
Hey ^^

Hmm c'est très dur ce pas :( moi personnellement j'ai demandé à un ami gay de m'envoyé une belle carte postale et mettre pleins de <3 et dessins et signer biensur ^^ du coup j'attendais que ça arrive à la maison. Du coup ma mère a cru que ça venait d'une fille puis je lui ai dit de relire et là... le pire moment de ma vie je crois. Etant d'origine de l'Est, ayant des parents non ouverts, sachant que les homosexuels dans nos pays sont font humilié, frappé publiquement et tout enfin bref c'était très dur crois moi. Mais au final ils ont du l'accepter et comble mon père a moins été choqué que ma mère. ^^' Enfin bref c'est pas simple ni l'instant ni ce qui se suit après pendant un mois. Je vais pas tout raconter mais voilà ^^ si les parents veulent te faire voir un psy, moi j'ai dit 'C'est toi qui devrait le voir, pas moi. J'ai aucun soucis moi avec ce fait..' Et depuis tout à changer. Ils ont dit qu'il m'aime quoi qu'il arrive et voilà :) Alors faut des couilles, du courage et le faire un jour :) Après ça je me suis sentis libre. Et j'ai sensibilisé mes parents aux fait qu'être homo n'est pas simple. Et on as regarder Bobby en famille. :) 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Répondre à une telle question est un exercice d'équilibriste.
L'Histoire de chacun est unique, envisager une loi générale en la matière semble prétentieux.
Il est peut être plus sage de témoigner.
Pour ma part, la question première était, comment vivre son homosexualité.
Je dis bien vivre et non pas assumer. La différence est suffisamment importante pour être soulignée.
Ai-je répondu à cette première question? That is the question! Cependant je la vis avec ses joies et ses peines, c'est déjà ça.
J'ai eu la chance d'avoir une mère en avance sur son époque, ou peut être simplement intelligente, pourquoi pas les deux?
Aller, je vais être bon jouer, le deux :).
Pour elle, mère de trois fils, son discours sur le sujet a toujours été clair. Depuis que je suis en âge de mettre un sens aux mots, j'ai toujours entendu de sa part que si l'un de ses fils était homosexuel, il resterait son fils et que son amour pour lui resterait inchangé.
Je confirme, je suis toujours son fils et son amour reste le même. Toujours la question "tu es malade?" quand je tousse...:)
Pour elle, ce qui importe c'est la sincérité des sentiments dans une relation, pas le genre des sentiments (attention, subtilité dans le sens du mot genre :)).
Comme toute mère, elle le savait depuis bien longtemps avant même que je ne lui annonce.
Malgré son ouverture d'esprit, je reste convaincu qu'un travail lui restait à faire une fois cet état de fait officialisé.
Se faire à l'idée entre autre, de la forte probabilité de ne pas avoir de petits-enfants de son fils adoré :).
J'ai patienté quelques années avant de le lui dire, mais j'ai opté pour un moment qui me semblait opportun, tant pour elle que pour moi.
Je dois préciser que pendant toute cette attente, je n'ai menti à personne en cherchant à m'afficher avec une jolie jeune demoiselle à mes côtés. Pourtant, les occasions ont été nombreuses. Oui j'entends les médisants crier; "mais pour qui il se prend??!!". Un peu d'humour que diable :).
L'approbation de ses proches est un réconfort, c'est une vérité, l'écrire presque une banalité.
Rien ne presse, un Ami, un vrai, à différencier de la simple connaissance, peut dans un premier temps être un soutien et une oreille précieuse. Pourquoi pas un professionnel (psychologue, psychiatre...) peuvent aussi être une aide réelle dans cette démarche...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bien d'accord, tout reste très lié à la situation personnelle.
Histoire de mettre un cadre, j'ai été marié 13 ans et père de 4 enfants, inutile de vous dire que cela ne facilite pas la tâche (en tout cas on appréhende d'autant plus le jugement des gens: bon père, mauvais père...), encore que.... Comme il me paraissait inconcevable de vivre une relation cachée et que j'avais suffisamment réfléchi à la question pour être sûr de moi, quand j'ai eu mon premier copain je l'ai annoncé à mes amis (en partant des plus proches vers ceux un peu moins), dans un premier temps, il y en a eu des surpris, d'autres moins, mais la position de ces derniers a été unanime: on t'aime comme tu es, si tu es heureux comme çà, çà nous va ! Et toujours pour le cadre, j'habite en zone rurale.... Mais vraiment rurale, là où les mentalités ne sont pas censées avoir beaucoup évolué.... Comme quoi....
Je suis enfin passé à la famille proche, ma maman qui a 65 ans et ma tante de 81 ans (avec une position d'origine du style: "moi du moment qu'ils m'embêtent pas, j'ai pas de problème avec les homos") et là idem: on t'aime comme tu es !... Je pense être particulièrement chanceux et être entouré de gens intelligents, et qui surtout m'aiment vraiment ! Le bouche à oreille s'est chargé du reste dans la famille. Pour le reste de mes relations, j'ai à dire que ma vie privée ne regarde que moi, et à par mes collègues de boulot qui sont des amis, personne ne le sait dans le cadre du travail... Moi je leur demande pas de compte sur leur vie de couple...
Enfin tout çà pour dire que pour moi, si les gens vous aiment, ils accepteront. Peut être préféreront-ils ne pas en parler, peut-être seront-ils gênés par le sujet, mais tout reste une histoire de respect et d'amour.
Mais ce n'est que mon avis....

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pour certaines familles, ça peut paraître normal d'être homosexuel, mais pour d'autres, c'est un crime! Alors, un conseil, examiner sa famille et faire avec, s'ils sont contre, tant pis, sois tu avoues et tu es rejeté, ou tu es mal vu et bonjour les engueulades de familles, soit tu restes discret et ça deviendra de plus en plus lourd de garder le secret!

photo de l'auteur Avatea
Avatea
Homme de 27 ans
Paris

18 remerciements
Je pense que dans certaines familles il vaut mieux éviter de le dire si vous n'avez pas de point de chute et que vous n'avez pas de plan B si ça tourne au vinaigre.

Certains parents / personnes de votre entourage sont capables d'entendre et d'assumer cela par ouverture d'esprit, ou à défaut, par amour... D'autres non, du moins pas encore.

Je pense qu'il faut le dire d'une traite, sans tourner autour du pot. Les stratagèmes pour atténuer n'y feront rien. Si vous estimez qu'il est temps pour eux de savoir et que vous pensez qu'ils auront la force de vous accepter, allez-y.

Sinon, il faut choisir. C'est horrible mais c'est un choix à faire entre votre famille et votre amoureux.

Il n'y a rien de pire qu'hésiter entre sa famille et son petit copain, ça finit par pourrir une relation...

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit